Archive pour le Tag 'Paradoxe'

Paradoxe et perspectives suite au coronavirus (collectif)

Paradoxe et perspectives suite au coronavirus 

La crise sanitaire est porteuse de grands maux immédiats, mais pourrait, à terme, aboutir à un grand bien, ou au moins à un moindre mal, analyse le philosophe Jean-Claude Monod dans une tribune au « Monde ».

Tribune. La situation créée par le coronavirus présente un « paradoxe politique » d’un autre ordre que celui que Paul Ricœur avait énoncé dans un article fameux, publié en 1957 dans la revue Esprit, quelques mois après l’écrasement de l’insurrection de Budapest. Le paradoxe de Ricœur voulait que la politique, source potentielle du plus grand bien, d’une vie en commun harmonieuse et heureuse, égale et libre, soit aussi potentiellement la source du plus grand mal, la domination totalitaire et impériale, la mise en esclavage des populations, la terreur politique, l’Etat policier, les massacres de masse. La situation actuelle nous confronte à la combinaison d’un grand mal et de la possibilité d’un bien encore incertain et ambivalent, ou au paradoxe d’un recul démocratique massif assorti d’un « retour du politique », ou en tout cas de la capacité d’action des Etats par rapport à l’antérieure subordination à l’économique.

 

Le grand mal, outre la maladie elle-même et son cortège de morts, ce fut, et c’est encore, un gel sans précédent des libertés d’aller et venir, de se réunir, de vaquer à ses loisirs, d’entreprendre ou de maintenir une activité économique, un repli forcé vers la sphère privée, un contrôle inouï des déplacements, etc. Le confinement a été un mal sans doute « nécessaire » pour faire face à l’épidémie en l’absence de moyens alternatifs – mais même en laissant de côté le fait que certains épidémiologistes estiment qu’il ne s’imposait pas et que des pays ont obtenu d’aussi bons résultats sans une telle privation de liberté, cette absence de matériel de test, de masques, de structures de repérage et de quarantaine des malades peut elle-même constituer un grief politique, comparée aux capacités d’action d’autres pays, de l’Allemagne à la Corée du Sud. Parallèlement, nous avons assisté à un recul de l’équilibre des pouvoirs au profit d’une montée en puissance radicale de l’exécutif, à une réduction des prérogatives du Parlement et du Conseil constitutionnel, légitimée par « l’état d’urgence sanitaire » – là encore, si la rapidité de décision et l’efficacité d’exécution étaient requises face à l’urgence de la pandémie, le choix juridique de l’état d’urgence et de sa prorogation est discutable. 

Néanmoins, l’expérience dont nous sortons peut n’être pas perçue exclusivement comme un « mal », sous deux aspects : d’une part, un certain « retour du politique » et, d’autre part, une mise en question de l’inéluctabilité d’un mode de développement socialement et écologiquement destructeur.

 

Paradoxe, la BCE inquiète de la disparition de l’inflation !

Paradoxe, la BCE inquiète de la disparition de l’inflation !

 

La seule mission officielle de la BCE est de surveiller l’inflation. Or elle  inquiète de sa faiblesse ; en cause évidemment , l’activité qui s’écroule et dont la BCE prend enfin conscience. . Non seulement l’activité économique est de plus en plus faible en Europe, mais l’inflation, qui est normalement le principal souci de la BCE, est tombée à 1,7% sur les douze derniers mois dans la zone euro. Bien en deçà de la norme de 2% qui est son objectif officiel. Mario Draghi, le président de la BCE, a expliqué ces dernières semaines qu’il s’inquiétait d’une inflation trop basse. C’est le signe indiscutable d’une baisse de régime de l’activité économique de plus en plus inquiétante. La BCE, qui a publié ce mercredi son rapport annuel 2012, apporte un indice supplémentaire du soin qu’elle apporte à bien cerner les véritables tensions inflationnistes. Elle y explique qu’elle suit de très près un indicateur relativement négligé précédemment, qui consiste à défalquer les hausses de TVA de l’indice des prix à la consommation. Ainsi, si on fait abstraction de l’impact des changements de TVA en 2012, l’inflation n’a été que de 2,1% au lieu de 2,5%, chiffre officiel, l’an dernier. De plus en plus de pays y ont recours pour combler leurs déficits, même si en France on y répugne car ce n’est pas «politiquement correct»: les ménages les moins aisés y sont en effet plus sensibles dans la mesure où la consommation pèse relativement plus dans leurs budgets. Au passage, les experts de la BCE disent tout le bien d’«imposer des taux de taxation plus élevés sur la consommation et de réduire les taxes sur les revenus du travail». C’est une façon pour les pays qui souffrent d’une mauvaise compétitivité de combler en partie leurs handicaps. Dans cette même étude de son rapport annuel, la BCE met en avant un autre concept, celui «d’inflation sous-jacente», autrement dit la hausse des prix à la consommation à l’exclusion des produits énergétiques et alimentaires qui sont très volatils. La notion «d’inflation sous-jacente» mesure en réalité les véritables tensions inflationnistes d’un pays et en particulier le couple prix-salaires. La BCE explique qu’elle reste très vigilante sur ce point, et qu’elle veut éviter les «effets de second tour», autrement dit les réactions salariales aux hausses de prix. Mais il semblerait qu’étant donné l’état du marché du travail en Europe, ces réactions soient pour le moins bien amorties. Au total, si on élimine les effets TVA, ainsi que les produits énergétiques et alimentaire, on s’aperçoit que l’inflation a été négative en Grèce et au Portugal l’an dernier, qu’elle a été inférieure à 1% en Espagne et de 1,7% en Italie, alors que la hausse des prix a été de plus de 3% en apparence dans la péninsule italienne. En France, elle n’a pas dépassé 1,2% l’an dernier, au lieu de 2,2% en apparence. Et pour la zone euro dans son ensemble cette mesure hors TVA et produits volatils conduit au chiffre de 1,2% au lieu du taux officiel de 2,5% en 2012.La BCE, dont la mission principale, sinon unique, est la stabilité des prix, peut donc être rassurée quant à l’importance des véritables tensions inflationnistes. En mettant l’accent à la fois sur l’inflation sous-jacente et sur l’inflation hors TVA elle exprime son inquiétude vis à vis d’une éventuelle disparition de l’inflation. Après tout ce serait son fonds de commerce qui disparaîtrait du même coup. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, serait on tenté de dire.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol