Archive pour le Tag 'Paracétamol'

Retour du paracétamol d’ici trois ans

Retour du paracétamol d’ici trois ans

L’antalgique le plus utilisé au monde pourrait revenir en France où il a d’ailleurs des origines en Alsace. C’est la molécule la plus répandue qui n’est d’ailleurs pas sans danger à trop forte dose. La France maîtrisait la production de cette molécule, elle  l’a  délocalisée à peu près à 90 % en Asie. A

Désormais la France veut contrôler sur son sol l’ensemble de la chaîne de production du paracétamol d’ici trois ans, ont annoncé jeudi les ministères de l’Économie et de la Santé, deux jours après l’appel du président Macron pour relocaliser certains médicaments. «Des travaux sont ainsi engagés avec Seqens, Upsa et Sanofi pour que, d’ici 3 ans, la France soit en mesure de reproduire, conditionner et distribuer du paracétamol», précise un communiqué conjoint de la secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’Économie Agnès Pannier-Runacher et du ministre de la Santé Olivier Véran.

«Dès jeudi, nous lancerons une initiative de relocalisation de certaines productions critiques», avait annoncé mardi le président de la République à l’issue de la visite d’une usine Sanofi à Marcy-l’Étoile, dans le Rhône. «Nul ne peut concevoir que la France soit un jour dans l’incapacité de permettre à chacun d’accéder à des soins, à des traitements et à des médicaments», développe jeudi Olivier Véran.

En février, un rapport commandé par le gouvernement faisait ainsi plusieurs recommandations sur d’éventuelles pénuries de médicaments essentiels. «Sur cette base, le CSF (Comité stratégique de filière des Industries et Technologies de Santé, ndlr) élaborera un plan d’actions qui reposera sur le recensement de projets industriels pouvant faire l’objet de relocalisations, en tenant compte de leur faisabilité socio-économique, des externalités environnementales et sociales, ainsi que des critères d’éligibilité aux mesures de soutien nationales et européennes», poursuit le communiqué. «La relocalisation de la production de principes actifs de paracétamol sur le territoire national constituera un premier exemple de cette démarche», conclut-il.

Macron et Sanofi : du paracétamol français !

Macron et Sanofi : du paracétamol français !

On sait qu’environ 80 % des produits pharmaceutiques sont fabriqués en Asie notamment y compris évidemment ceux  commercialisés sous des marques françaises. Du coup une avancée pourrait être faite avec désormais la fabrication de paracétamol ( molécule de base) pour bien marquer l’amorce du retour d’une certaine relocalisation. Le gouvernement doit par ailleurs finaliser “d’ici l’été” ce qu’Emmanuel Macron a décrit comme “un mécanisme de planification, de financement et d’organisation de la résilience industrielle française en matière de santé” visant à “corriger toutes nos vulnérabilités”. Autant dire des déclarations qui ne signifient pas grand-chose si on ne précise pas les orientations par produit, par molécules et par circuits de distribution

Un mois après un accès de tension entre l’Elysée et Paul Hudson, qui avait évoqué dans la presse une priorité accordée aux Etats-Unis pour l’accès à un éventuel vaccin contre le coronavirus, le président de la République a salué l’investissement de Sanofi qui va aider la France “à gagner cette bataille de l’emploi et de la reconquête industrielle”, alors que la crise sanitaire est désormais dans une phase moins aiguë.

Après des démarches relativement dispersées, L’Allemagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas, réunis dans une “Alliance inclusive pour le vaccin”, ont annoncé samedi avoir signé avec le laboratoire AstraZeneca un contrat portant sur la fourniture à l’Union européenne, à prix coûtant, de 400 millions de doses de son vaccin, toujours en développement, contre le coronavirus.

Alors que l’Alliance poursuit ses discussions avec d’autres laboratoires, Emmanuel Macron a précisé mardi que la France et ses partenaires devraient conclure un accord comparable avec Sanofi dans les prochaines semaines.

Le laboratoire français travaille au développement de deux candidats vaccins – l’un dans le cadre d’un partenariat avec le britannique GlaxoSmithKline, l’autre avec la biotech américaine Translate Bio – pour lesquels les phases finales des essais cliniques devraient être lancées fin 2020 ou début 2021. Bref contrairement ce qui est annoncé le vaccin comme sans doute le traitement n’est pas pour les jours à venir plutôt dans une perspective de plusieurs semaines, plusieurs mois voire au-delà surtout si le Corona virus montre sa capacité à muter.

En parallèle de cette initiative qui reste ouverte à d’autres pays, les gouvernements des Vingt-Sept ont donné vendredi un mandat politique à la Commission européenne pour négocier en leurs noms les pré-commandes de vaccins potentiels.

Emmanuel Macron doit s’entretenir ce mardi avec les patrons de plusieurs laboratoires, dont Paul Hudson, mais aussi des représentants de Pfizer, Johnson & Johnson et Moderna.

La fin de l’accès libre au Paracétamol et à l’ibuprofène ?

La fin de l’accès libre au Paracétamol et à l’ibuprofène ?  

 Une bien curieuse recommandation de l’agence du médicament qui recommande que certaines molécules d’usage courant que le paracétamol ou l’ibuprofène ne soit plus accessible en libre-service. L’agence recommande donc que ces produits ne soient distribués qu’après demande verbale pharmacien. Une recommandation qui ne changera sans doute pas grand-chose. L’agence aurait pu recommander- si les produits présentent effectivement des dangers réels en cas de surdosage- de ne les délivrer que sur ordonnance. Mais là, on aurait alors  sans doute accru le déficit de la sécurité. Bref une recommandation qui ne mange pas de pain mais qui ne changera pas grand-chose

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) réclame que les produits évoqués soient placés uniquement derrière le comptoir, et délivrés sur demande à compter de janvier prochain « pour sécuriser l’utilisation de ces médicaments ».

Si ces molécules sont sûres et efficaces lorsqu’elles sont correctement utilisées, elles peuvent présenter des risques en cas d’abus. L’agence sanitaire détaille: « le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie dans certains cas de surdosage, pouvant conduire à des greffes du foie (première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France) ».

Quant aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène ou l’aspirine, ils sont notamment susceptibles d’être à l’origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition à partir du début du 6ème mois de grossesse (au-delà de 24 semaines d’aménorrhée).

Les dangers du paracétamol

Les dangers du paracétamol

 

L’affaire dramatique de Naomi Musenga, cette jeune femme décédée en décembre dernier après que son appel au Samu n’a pas été pris au sérieux, et qui aurait été  victime d’une intoxication au paracétamol, rappelle les dangers de l’utilisation excessive de ce médicament antidouleur. Un antidouleur qui peut se révéler dangereux pour la santé, notamment pour le foie en cas d’excès et de mauvaise utilisation.   Antidouleur efficace et peu cher, le paracétamol est le médicament le plus vendu en France, de quoi contribuer à alimenter une fausse image de remède que l’on peut consommer sans danger, au moindre bobo ou à la moindre fièvre. En vérité, le paracétamol peut s’avérer très dangereux puisqu’il est l’un des traitements dont la dose mortelle est la plus proche de la dose thérapeutique, c’est-à dire-qu’il suffit de dépasser de peu la dose journalière maximum (4 grammes pour un adulte) pour risquer l’intoxication. Une mauvaise prise de paracétamol peut conduire à une destruction complète du foie. C’est d’ailleurs le surdosage de ce médicament qui, en France, est la première cause de greffe de foie après avoir provoqué une hépatite aiguë. Enfin, il ne doit jamais être mélangé à l’alcool, car là aussi il peut s’agir d’un cocktail de choc pour cet organe essentiel à la métabolisation de certaines molécules. 

Paracétamol : baisse de 1 centime, vite gavons-nous !

Paracétamol : baisse de 1 centime, vite gavons-nous !

 

Il aura certainement cette information pour que le consommateur se rende compte de cette  baisse « substantielle ». De quoi en profiter pour se gaver, surtout après les fêtes !  Dès le 2 janvier, le prix maximal de la quasi-totalité des marques de paracétamol, dont le Doliprane, baissera de 1 centime, à 1,94 euro par boîte, avant une nouvelle baisse de 4 centimes programmée au 1er novembre.  Si la baisse n’a rien de spectaculaire, elle résulte d’un long bras de fer entre le gouvernement et les laboratoires pharmaceutiques, en particulier le français Sanofi et l’américain Bristol-Myers Squibb (BMS). Les deux entreprises accaparent l’essentiel d’un marché d’environ 500 millions de boîtes de paracétamol vendues en pharmacie, la première avec son incontournable Doliprane, la seconde avec les marques Efferalgan et Dafalgan. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait ouvert les hostilités fin 2013, en lançant une procédure visant à inscrire la molécule au répertoire des médicaments génériques, qui favoriserait les fabricants de copies au détriment des producteurs originaux. L’Autorité de la concurrence jugeait même cette mesure « nécessaire », dans un rapport publié peu après, pointant le coût élevé assumé par la collectivité : en 2012, pour le seul Doliprane, les 190 millions de boîtes délivrées sur prescription ont coûté 276 millions d’euros à l’Assurance maladie. En réponse, les laboratoires ont évoqué de possibles répercussions pour leurs sites de production de paracétamol en France, à Agen (BMS), Lisieux et Compiègne (Sanofi). Bravache, le président de Sanofi France, Christian Lajoux, envisageait même de demander le déremboursement de son produit, ce qui lui aurait permis d’en fixer librement le prix. Après un an de négociations tendues, les industriels ont accepté de réduire leurs tarifs en deux temps. Dès vendredi, ils vendront leurs boîtes 0,80 euro pièce au lieu de 0,86 euro (ou 0,82 euro pour les fabricants de médicaments génériques). Ce prix « sortie d’usine » passera à 0,78 euro au 1er novembre. S’y ajoutent 2 centimes de TVA et 30 centimes de marge maximum pour les grossistes, mais aussi 82 centimes forfaitaires pour les pharmaciens au titre de leur « honoraire de dispensation », qui remplacera à partir du 1er janvier leur actuel système de marge (qui représente jusqu’à 75 centimes par boîte de paracétamol). Au total, le prix de vente maximal passera de 1,95 euro à 1,94 euro le 2 janvier, puis à 1,90 euro le 1er novembre. Cependant, de nombreuses pharmacies proposent déjà des prix inférieurs, au comptoir ou sur internet, en rognant sur leur propre marge ou en répercutant les remises que leur accordent les laboratoires ou les grossistes.  Cette mesure génèrera plusieurs dizaines de millions d’euros d’économies pour l’Assurance maladie, le paracétamol étant la molécule la plus vendue en officine, en nombre de boîtes comme en chiffre d’affaires. Selon Philippe Besset, vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF, majoritaire chez les pharmaciens d’officine), les baisses de prix sur le paracétamol épargneront à la sécurité sociale « 40 à 50 millions d’euros » de dépenses en 2015. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé confirme que les économies prévues représentent « moins de 10% » des 550 millions d’euros attendus l’an prochain.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol