Archive pour le Tag 'Pakistan'

Mali: comme le Pakistan ?

Mali: comme le Pakistan ?

La  France doit tirer les leçons du retrait américain pour se sortir du piège malien, analyse, dans une tribune au « Monde », le politiste Marc-Antoine Pérouse de Montclos. (extrait)

Tribune.

 

Saïgon 1975, Kaboul 2021, Bamako 2025 ? Faudra-t-il un jour envoyer un hélicoptère évacuer l’ambassadeur de France au Mali dans un pays occupé par des forces djihadistes ? La question n’est pas complètement incongrue quand on songe au départ précipité des Américains au Vietnam autrefois, ou en Afghanistan aujourd’hui.

D’un terrain de crise et d’une puissance à l’autre, on connaît bien les limites des interventions militaires occidentales. Seuls les décideurs politiques semblent ne pas vouloir apprendre de leurs échecs.

L’évolution des discours officiels sur la menace djihadiste au Sahel est assez significative à cet égard. Pour justifier l’engagement militaire de la France dans la zone, les opérations « Serval »  en 2013, puis « Barkhane » à partir de 2014, ont d’abord été présentées comme des interventions destinées à empêcher que le Mali devienne une plate-forme du terrorisme international, une sorte de « nouvel Afghanistan ». A l’époque, la comparaison paraissait s’imposer d’elle-même et il était de bon ton de parler de « Sahelistan » ou de « croissant de la terreur » dans la perspective d’un « arc de crise » qui aurait puisé ses racines au Moyen-Orient et en Asie centrale.

La dégradation de la situation à Kaboul a cependant fini par obliger l’Elysée à revoir ses éléments de langage. Désormais, la comparaison avec l’Afghanistan est mal venue : à l’approche des élections, Emmanuel Macron ne veut pas être le président qui devra gérer une retraite humiliante au Mali à cause des erreurs stratégiques de son prédécesseur.

A mesure que l’opération « Barkhane » s’ensablait, qui plus est, les décideurs politiques ont progressivement pris conscience de l’importance des dynamiques locales d’insurrections hâtivement qualifiées d’islamistes. Il aura fallu huit ans pour que l’Elysée reconnaisse publiquement que l’armée française ne pouvait pas se substituer à des Etats défaillants au Sahel, un constat déjà fait par certains chercheurs dès 2013.

Pour peu que l’on accepte de s’affranchir des poncifs habituels sur l’existence d’une Internationale islamiste, force est alors d’admettre que, en dépit de certaines similitudes iconographiques et rhétoriques, les groupes insurrectionnels du Mali sont très différents des talibans afghans qui ont pris le pouvoir à Kaboul en 1996 puis en 2021.

La preuve, c’est qu’ils ne se sont jamais emparés de la capitale et n’ont pas la capacité de gouverner le pays. Sur le terrain, ils ont seulement réussi à tenir des pans de territoire et se sont brièvement rompus à l’exercice du pouvoir après la prise de Tombouctou et de Gao en 2012. A l’époque, les diverses factions en compétition poursuivaient chacune leur propre agenda et la mouvance d’Iyad Ag-Ghali a très vraisemblablement désobéi aux instructions d’Al-Qaida lorsqu’elle a entrepris de descendre vers le Sud en provoquant une réaction massive de la communauté internationale. C’est l’intervention militaire de la France qui, à partir de 2013, a ressoudé ces groupes autour d’un ennemi commun.

Pakistan : le renvoi de l’ambassadeur français pour satisfaire le clientélisme islamique

Pakistan : le renvoi de l’ambassadeur français pour satisfaire le clientélisme islamique

 

 

Il est possible que le Pakistan renvoie l’ambassadeur français pour protester contre les atteintes à l’image de l’islam dans la presse française ( référence aux caricatures). Le chef de l’État français a bien tenté d’expliquer aux Etats sous influence islamique qu’en France on ne pouvait interdire la critique des religions notamment dans les médias. Une question évidemment de liberté individuelle , de culture et de démocratie. Or le Pakistan a pris au pied de la lettre les caricatures dont il a tribu la responsabilité au pouvoir politique français. Pire, le pouvoir officiel pakistanais a passé un accord avec une organisation islamiste pakistanaise pour que le renvoi de l’ambassadeur français puisse être examiné au Parlement. Une attitude évidemment marquée fortement de clientélisme.

 

Quatre mois après la polémique sur les caricatures de Mahomet qui avait enflammé une partie du monde musulman, celle-ci empoisonne toujours les relations entre la France et le Pakistan. Le 11 février, le gouvernement du premier ministre Imran Khan a officialisé un accord avec les islamistes du Tehreek Labbaik Pakistan (TLP), promettant de soumettre au vote du Parlement l’expulsion de l’ambassadeur de France à Islamabad d’ici le 20 avril.

Ce vote aurait dû avoir lieu avant mercredi en vertu d’un accord conclu le 16 novembre entre le Tehreek Labbaik et les autorités fédérales. L’organisation religieuse avait à l’époque mobilisé plusieurs milliers de manifestants à travers le pays, notamment dans la capitale, pour exiger des sanctions et l’expulsion de l’ambassadeur la France. L’accord de novembre devait être appliqué dans les trois mois. La date butoir du 16 février approchant et le vote n’ayant pas lieu, Imran Khan a négocié un délai auprès du TLP qui menaçait de lancer de nouvelles manifestations.

Terrorisme Paris: le Pakistan aussi responsable

Terrorisme Paris: le Pakistan aussi responsable

 

Les manifestations de protestation des extrémistes pakistanais contre les caricatures de Charlie hebdo semblent avoir inspiré l’un des auteurs du récent attentat à Paris. Des manifestations de radicaux pakistanais qui ont recueilli le soutien implicite des autorités politiques locales par ailleurs en grande difficulté sur le plan économique. Un processus habituel d’instrumentalisation du fanatisme et du nationalisme pour cacher les difficultés internes. Ce que pratique aussi nombre d’autres Etats.

Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, deuxième pays musulman le plus peuplé avec près de 220 millions d’habitants, où même des allégations non prouvées d’offense à l’islam peuvent entraîner assassinats et lynchages. La représentation des prophètes est strictement interdite par l’islam sunnite. Ridiculiser ou insulter le prophète Mahomet est passible de la peine de mort dans certains pays musulmans, dont le Pakistan.

« Les caricatures publiées ont heurté les sentiments de millions de musulmans », a observé le ministère des affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, qui espère « la traduction devant un tribunal » des « responsables de cet acte méprisable ». L’acquittement en octobre 2018 de la chrétienne Asia Bibi, qui avait passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort pour blasphème, ce qu’elle a toujours nié, avait provoqué des marches violentes de protestation dans tout le Pakistan.

 

La croissance de l’économie pakistanaise a nettement ralenti à 3,3 % sur l’exercice budgétaire 2018/19, à un niveau insuffisant afin de face aux impératifs d’une croissance démographique vigoureuse (2,7 % par an, le taux le plus élevé de la région). Doté d’un PIB par habitant de 5 544 USD en parité de pouvoir d’achat, le Pakistan se situe dans la catégorie des pays à revenus moyens inférieurs selon la typologie de la Banque Mondiale. Alors que le pays se trouvait en quasi-cessation de paiement en 2013, l’économie est parvenue à se redresser grâce au programme de prêt qui a été conduit par le FMI jusqu’en 2016. Depuis la fin de l’année 2017, la détérioration accélérée des équilibres externes et budgétaire fait toutefois peser un risque sérieux sur les réserves de change de la Banque centrale et accroit la dépendance du pays à l’égard des prêteurs.

Le Pakistan fait actuellement face à une situation économique plus que délicate qui se caractérise par d’importants déficits public (6,4 % en 2017/18 et 6,8% en 2018/19) et de la balance courante (6,3 % du PIB en 2017/18 et 4,6 % en 2018/19). La forte croissance enregistrée aux cours des cinq dernières années s’est ainsi accompagnée d’une hausse considérable de la dette publique (75 % du PIB), d’une baisse des réserves de change (représentant 1,5 mois d’importations) et d’un arrêt des réformes structurelles (fiscalité, environnement des affaires, gestion des entreprises publiques, compétitivité et hypertrophie du secteur informel). La croissance devrait se replier à 2,4 % en 2019/20 selon le FMI et être accompagnée d’une accélération de l’inflation (autour de 13 % après 7,3% en 2018/19 et 3,9% en 2017/18).

La France a officiellement protesté auprès du gouvernement pakistanais suite au manifestations des extrémistes soutenus officieusement par le gouvernement pakistanais

Pakistan : manif contre la France Charlie Hebdo ou l’effrayant obscurantisme

Pakistan : manif contre la France Charlie Hebdo ou l’effrayant obscurantisme

 

vendredi on a assisté encore au Pakistan à de nombreuses manifestations contre le journal Charlie hebdo et plus généralement contre la France. On a évidemment de la difficulté à se persuader qu’on vit au XXIe siècle avec ces manifestations plus ou moins manipulées observées  au Pakistan contre la France suite à la publication une nouvelle fois de caricature du prophète dans Charlie hebdo.

Si les caricatures de la religion chrétienne à peu près quotidienne devaient donner lieu aux mêmes manifestations, la rue serait souvent occupée en France ! De toute évidence il y a un problème de rapport entre la religion, la démocratie et la laïcité dans certaine parties de pays étrangers encore gouvernés par l’obscurantisme.

D’après le Figaro, les protestataires se sont rassemblés dans la ville de Muzaffarabad, capitale du Cachemire sous contrôle pakistanais. Ils ont hurlé des slogans tels que «Cessez d’aboyer, chiens français», ou encore «Stop Charlie Hebdo». «Le gouvernement pakistanais devrait immédiatement rompre ses relations diplomatiques avec la France», a estimé l’un d’entre eux, Mohammad Zaman, un religieux. La manifestation s’est achevée sans violence, après qu’un drapeau tricolore a été piétiné, puis incendié.

Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, deuxième pays musulman le plus peuplé avec près de 220 millions d’habitants, où même des allégations non prouvées d’offense à l’islam peuvent entraîner assassinats et lynchages. «Les caricatures publiées ont heurté les sentiments de millions de musulmans», a observé le ministère des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, qui espère «la traduction devant un tribunal» des «responsables de cet acte méprisable.»

 

Pakistan : manif contre Charlie Hebdo ou le retour à l’obscurantisme

Pakistan : manif contre Charlie Hebdo ou le retour à l’obscurantisme

 

On a évidemment de la difficulté à se persuader qu’on vit au XXIe siècle avec ces manifestations plus ou moins manipulées observées  au Pakistan contre la France suite à la publication une nouvelle fois de caricature du prophète dans Charlie hebdo.

Si les caricatures de la religion chrétienne à peu près quotidienne devaient donner lieu aux mêmes manifestations, la rue serait souvent occupée en France ! De toute évidence il y a un problème de rapport entre la religion, la démocratie et la laïcité dans certaine parties de pays étrangers encore gouvernés par l’obscurantisme.

D’après le Figaro, les protestataires se sont rassemblés dans la ville de Muzaffarabad, capitale du Cachemire sous contrôle pakistanais. Ils ont hurlé des slogans tels que «Cessez d’aboyer, chiens français», ou encore «Stop Charlie Hebdo». «Le gouvernement pakistanais devrait immédiatement rompre ses relations diplomatiques avec la France», a estimé l’un d’entre eux, Mohammad Zaman, un religieux. La manifestation s’est achevée sans violence, après qu’un drapeau tricolore a été piétiné, puis incendié.

Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, deuxième pays musulman le plus peuplé avec près de 220 millions d’habitants, où même des allégations non prouvées d’offense à l’islam peuvent entraîner assassinats et lynchages. «Les caricatures publiées ont heurté les sentiments de millions de musulmans», a observé le ministère des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, qui espère «la traduction devant un tribunal» des «responsables de cet acte méprisable.»

Play




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol