Archive pour le Tag 'out !'

2017 : Sarkozy out !…. Comme Hollande .

2017 : Sarkozy out !…. Comme Hollande

Sondage après sondage Juppé devient le grand favori pour 2017. Nicolas Sarkozy, comme Hollande d’ailleurs, ne parvient pas à décoller des 20 % d’opinions favorables. Pas étonnant si Sarkozy- comme Hollande- hésite encore à déclarer officiellement sa candidature. Tous les sondages démontrent que François Hollande est rejeté dans l’opinion par environ 80 % des personnes. On peut émettre l’hypothèse vraisemblable que sauf événement imprévisible toujours possible (terrorisme, crack financier, crise géopolitique etc.). Sarkozy comme Hollande seront contraints de renoncer à se présenter en 2017. Selon une  étude réalisée pour Orange et iTELE, 48% des sympathisants de droite jugent que le maire de Bordeaux serait le meilleur candidat LR à la présidentielle, contre 20% pour Nicolas Sarkozy et 11% pour François Fillon et Bruno Le Maire. Alain Juppé devance également nettement l’ancien président chez les seuls sympathisants LR (43% contre 30%). Ils estiment majoritairement que, dans la perspective de la présidentielle, Alain Juppé serait davantage capable que Nicolas Sarkozy de rassembler les Français (64% contre 34%), de faire gagner la droite (58% contre 38%) et in fine, d’améliorer la situation de la France (62% contre 36%), souligne BVA. Le capital image de l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac est également nettement plus fort dans l’opinion publique : 63% des Français déclarent avoir une bonne opinion de lui, contre 35% qui en ont une mauvaise, alors que Nicolas Sarkozy ne recueille que 26% de jugements positifs (contre 73% de négatifs). Et 83% des sympathisants LR ont une bonne image d’Alain Juppé contre 72% pour Nicolas Sarkozy, qui est aussi devancé par Bruno Le Maire (79%) et fait jeu égal avec François Fillon (71%).

Sondage popularité : Hollande s’écroule, déjà out pour 2017 ?

Sondage popularité :  Hollande s’écroule, déjà out pour 2017 ?

Pendant  deux mois Hollande a légèrement remonté la pente mais il replonge et cette fois la chute est lourde. En cause évidemment l’absence totale de résultat sur le  chômage contrairement à toutes ses annonces (contrairement aussi aux prévisions de nombre d’instituts qui continuent eux aussi d’utiliser la méthode Coué). On en vient même à gauche à douter de l’efficacité du pacte de responsabilité . Bref l’échec total de la politique économique qui se traduit par un enlisement dans la croissance molle et les déficits qui vont avec. Faute de résultats économique Hollande politise ses interventions et se lance dans une  hasardeuse et prématurée campagne pour 2017. Sa dernière visite chez Fralib ( 27 emplois sauvés sur 182 et pour combien de temps même si on souhaite évidemment que le sauvetage réussisse) ) témoigne de l’impuissance totale des pouvoirs publics et du caractère dérisoire de l’intervention politique même au plus haut niveau. Alors que l’enjeu c’est de trouver un emploi pour des millions de chômeurs. Sur les questions sociétales, ce n’est pas mieux, des gadgets qui s’ajoutent aux autres gadgets comme l’insignifiante réforme des collèges.  Mais les français ne sont pas dupes François Hollande dévisse donc  dans le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique. Le chef de l’Etat rechute de 6 points sur un mois. Moins d’un Français sur quatre (23%) a désormais « confiance » en lui pour « affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays ». C’est la baisse la plus forte enregistrée par le président depuis juin 2002 (il avait perdu 7 points le premier mois du quinquennat). Et la première fois depuis les attentats du mois de janvier qu’il retombe sous la barre des 25%. Le coup est rude. Il l’est aussi – dans une moindre mesure – pour Manuel Valls, dont la cote de confiance recule de 3 points, à 35%. Le couple exécutif pâtit d’abord de l’annonce par le ministère du Travail, lundi, d’un bond spectaculaire du chômage au mois d’avril, en dépit des signes de reprise économique. « Le chiffre ravive le souvenir de la promesse non tenue sur l’inversion de la courbe du chômage et entretient le doute sur l’efficacité et même sur le bien-fondé de la politique économique menée », analyse Yves-Marie Cann, directeur en charge de l’opinion de CSA. Dans ce contexte, le discours de François Hollande au Panthéon, décrit par son entourage comme un moment important, n’a rien changé. Au contraire, le sentiment qu’il a donné, aux Antilles puis de son meeting à Carcassonne , de partir déjà en campagne, semble avoir contribué à dégrader sa cote. S’y ajoute l’impact négatif, pour l’heure, de la réforme du collège . Un réforme qui a fait grincer des dents jusque dans la majorité, a été critiquée par une large proportion de Français mais sur laquelle le président s’est « fortement exposé », rappelle Yves-Marie Cann. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education, voit sa cote de popularité s’affaisser de 6 points en un mois à 34 %. C’est le recul le plus fort des membres du gouvernement testés, tous étant à la baisse ce mois-ci . Elle perd 4 points chez les sympathisants de gauche, 8 chez ceux du PS, 19 points parmi les jeunes et 15 chez les seuls étudiants. De la même manière, François Hollande recule surtout chez les jeunes et dans les classes populaires. Le chef de l’Etat, qui a pourtant multiplié les appels du pied à leur attention ces dernières semaines, perd 9 points en un mois chez les moins de 25 ans, 10 chez les 25-34 ans. Il recule de 7 points chez les ouvriers et 4 chez les employés, alors qu’il reste stable chez les cadres et professions libérales. Plus « inquiétant », selon CSA, il reperd du terrain dans le noyau dur de son électorat. Il régresse de 4 points (à 65 %) chez les sympathisants socialistes. Et, surtout, de 8 points (à 54 %) parmi ses électeurs du premier tour de la présidentielle 2012. Chez ceux du second, la défiance l’emporte à nouveau, à 47 %. Au point que maintenant les électeurs de gauche réclament des primaires pour désigner Valls à la place d’un Hollande qui paraît désormais out pour 2017.

Déficit commercial : nettement dans le rouge en août

Déficit commercial : nettement dans le rouge en août

En dépit de la baisse des importations, la balance commerciale est encore nettement dans le rouge. Les importations baissent sous l’effet d’une consommation des ménages atone mais les exports régressent  du fait de la diminution de la demande externe et du manque de compétitivité de l’économie française.  Le déficit commercial de la France s’est creusé à 5,78 milliards d’euros en août du fait d’un net recul des exportations, tombées à leur plus bas depuis près de trois ans, selon les statistiques CVS/CJO publiées jeudi par les Douanes. Il se compare à un déficit de juillet revu en légère baisse à 5,53 milliards d’euros, alors qu’il avait été annoncé à 5,54 milliards en première estimation. Le déficit cumulé sur les huit premiers mois de l’année s’élève à 40,3 milliards d’euros contre 41,1 milliards un an plus tôt. Pour le mois d’août, les Douanes font état d’un recul de 0,6% des importations, à 41,4 milliards d’euros. Dans le même temps, les exportations ont diminué de 1,3% par rapport à juillet, à 35,6 milliards d’euros, soit leur plus bas niveau depuis septembre 2011. Le déficit des seuls produits manufacturés s’est élevé à 4,2 milliards contre 3,8 milliards en juillet. Les ventes d’Airbus (13 appareils) ont représenté 1,19 milliard d’euros sur le mois contre 1,99 milliard en juillet (25 appareils). « Au nouveau recul des livraisons aéronautiques s’ajoute un retrait des ventes pour la chimie, le pétrole raffiné, le blé et les équipements industriels », soulignent les douanes dans un communiqué. Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe s’est creusé à 4,0 milliards (-3,65 milliards un mois plus tôt). Celui avec les autres pays de l’Union européenne est resté quasi stable à 3,49 milliards contre 3,47 milliards. Avec la seule zone euro, il a diminué à 3,69 milliards contre 3,93 milliards.

 

Sondage : Cameron out ! 9%

Sondage : Cameron out  ! 9%

Le parti britannique anti-européen UKIP atteint un record de 17% d’opinions favorables en Grande-Bretagne alors que le parti conservateur du Premier ministre David Cameron continue de régresser derrière le parti travailliste, selon les résultats d’un sondage publié dimanche par l’Independent on Sunday et le Sunday Mirror. Selon cette enquête réalisée par l’institut ComRes, la cote du parti travailliste s’établit à 37%, loin devant le parti conservateur au pouvoir crédité de 28% et ses alliés libéraux-démocrates au gouvernement qui recueillent seulement 9% d’opinions favorables. David Cameron a affirmé début mars ne pas vouloir prendre de « virage à droite » après le camouflet infligé par la formation anti-européenne et anti-immigration UKIP à son parti, relégué en troisième position lors d’une législative partielle à Eastleigh (sud). Il s’est cependant engagé mi-janvier, sous la pression des eurosceptiques, à organiser d’ici la fin 2017 un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE s’il remportait les prochaines élections législatives.

 

Sondage-Marseille-municipales : Gaudin et Tapie out !

Sondage-Marseille-municipales : Gaudin et Tapie out  !

Selon un sondage Ifop paru dans le Journal du Dimanche, le maire UMP sortant de Marseille, Jean-Claude Gaudin, serait battu par la gauche quel que soit le candidat socialiste (Marie-Arlette Carlotti 27%, Samia Ghali 25%, Eugène Caselli et Patrick Mennucci 24%). Autre information de taille : Bernard Tapie, qu’un autre sondage donnait le vent en poupe, ne recueillerait que 13% des voix, très loin derrière l’UMP, loin derrière le PS et même devancé par le FN.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol