Archive pour le Tag 'oral'

Bac: Le grand oral ne prépare pas au supérieur

Bac: Le grand oral ne prépare pas au supérieur

Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (Snalc), invité d’Europe 1 dimanche estime que le grand oral ne prépare pas au supérieur. INTERVIEW sur Europe 1

 Le contrôle continu représentera au minimum 82% de la note finale de l’examen, l’épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral correspondant aux 18 % restants. Epreuve phare du nouveau bac, cette dernière inquiète beaucoup d’élèves de Terminale et suscite de nombreuses critiques. Après une année scolaire très perturbée par le Covid-19, « on est à la limite de la purge », soupire Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (Snalc), invité d’Europe 1 dimanche.

« Tous mes collègues travaillent dans des conditions très compliquées depuis novembre. La plupart du temps, on ne voyait les élèves qu’un jour sur deux », rappelle-t-il. D’autant que le ministère de l’Education nationale ne prévoit selon lui pas d’heures spécifiques pour la préparation de cette épreuve. « Nous devons préparer les élèves pendant les heures de spécialité, alors que le programme est déjà très chargé. »

Pour cette épreuve, les candidats préparent avec leurs professeurs deux questions liées à leurs enseignements de spécialités. Le jury en sélectionne une. Après un temps de préparation, l’élève présente sa réponse, qui doit être le fruit d’une « réflexion personnelle », selon le ministère. L’exercice doit permettre aux candidats d’apprendre à s’exprimer en public, « de façon claire et convaincante », compétence « fondamentale » pour la vie personnelle et professionnelle, soulignait début mai Jean-Michel Blanquer.

 

Pour Jean-Rémi Girard, le grand oral ne remplit pas ces objectifs, loin de là. « Le grand oral ne change rien au bachotage, les élèves vont préparer deux questions puis réciter leur réponse. Il faut arrêter de dire que ça prépare les élèves au supérieur. »

Un grand oral aussi au bac !

 

Un grand oral aussi au bac !

L’avocat vedette du documentaire « A voix haute » et auteur de « La parole est un sport de combat » explique le virage symbolique introduit par ce nouvel examen, et les difficultés qui attendent les élèves.( Ou l’oralité pour masquer les carences de maîtrise de la langue à l’écrit  NDLR)

En juin, des dizaines de milliers d’élèves de terminale générale et technologique découvriront le grand oral du baccalauréat, du moins si la crise sanitaire ne vient pas une fois de plus chambouler le calendrier et la tenue de l’examen. Au programme des vingt minutes de discussion avec le jury (précédées de vingt minutes de préparation) : l’élève présentera, seul, une question portant sur ses spécialités de terminale. S’ensuivra un échange de dix minutes avec les enseignants sur le sujet. Puis, dans un troisième temps, sera abordé le projet d’orientation du lycéen pendant cinq minutes. Bertrand Périer, avocat vedette du documentaire A voix haute (réalisé par Stéphane de Freitas et Ladj Ly), spécialiste de l’éloquence et auteur de La parole est un sport de combat (JC Lattès, 2017) et de Petit manuel pour grand oral (Magnard, 2019), explique en quoi cette nouvelle épreuve est, selon lui, « une petite révolution ».

L’instauration de cette épreuve orale au bac est-elle, selon vous, la « réforme de société » défendue par certains ?

L’expression est forte, mais cette nouvelle épreuve constitue effectivement une petite révolution en France, tant dans la forme qu’elle prend en fin de terminale, que dans la lente préparation et initiation des élèves qu’elle suppose pendant tout le lycée. Mais elle symbolise et amorce surtout un virage important, celui du recentrage de l’enseignement entre l’écrit et l’oral, trop longtemps resté devant la porte de l’école.

Jusqu’à aujourd’hui, l’oral au bac, de français ou au rattrapage, n’avait d’oral que le nom. C’était la plupart du temps une « oralisation » de l’écrit, une terne relecture de copie. Cette nouvelle épreuve valorise pour la première fois, tant dans son déroulé que dans sa grille d’évaluation, tout ce que l’oral permet de plus que l’écrit : l’improvisation, la défense d’un sujet qu’on a choisi, l’argumentation, l’échange.

Il a été décidé d’appeler cet examen « grand oral », en référence aux concours d’entrée dans les écoles les plus prestigieuses. Que dit ce choix de la philosophie et des objectifs de cette évaluation ?

Le nom de l’épreuve a fait l’objet d’évolutions pendant l’écriture de la réforme, et ce terme a en effet prévalu. C’est un grand oral d’abord par son importance intrinsèque : 10 % de la note finale, ce n’est pas négligeable ! Mais le terme, qui renvoie effectivement à l’enseignement supérieur, marque bien ce passage entre le cycle secondaire et la suite des études, et le caractère un petit peu initiatique de l’épreuve. Celle-ci est le produit d’un compromis entre les tenants d’une épreuve d’éloquence et ceux qui voulaient qu’elle ne valorise pas que la performance orale mais évalue aussi un socle de connaissances.

Coronavirus : ce qu’il faut retenir du grand oral d’Édouard Philippe, rien !

Coronavirus : ce qu’il faut retenir du grand oral d’Édouard Philippe,  rien !

 

À défaut d’occuper le terrain, le gouvernement occupe les médias. Ainsi chaque jour Macron crée un événement pour convoquer les caméras. Un autre jour c’est le Premier ministre qui va parler pour ne pas dire grand-chose sinon rien

Pour résumer,  il a d’abord indiqué que la période sanitaire n’était pas une période de vacances, il a appelé à davantage de respect du confinement mais sans indiquer de mesures supplémentaires par exemple comme celle qui aurait consisté à décréter le couvre-feu tout le pays, une mesure utile quand on sait que des zones entières sensibles ne respectent pas le confinement. Pour égayer sans doute son propos et le Premier ministre a déclaré que le virus n’était pas en vacances !

Concernant le confinement,  Le premier ministre est revenu sur l’intérêt de cette problématique qu’il avait pourtant développée à l’Assemblée nationale. Sans doute des propos un peu inconsidérés alors qu’on ne sait strictement rien sur l’évolution du virus et sur sa durée pas l’avantage sur les traitements et encore moins sur le vaccin. Un propos particulièrement contradictoire y compris ce concept de déconfinement de façon progressive «Ce qui est acquis, c’est que le déconfinement ne pourra intervenir que de façon progressive», a-t-il indiqué, annonçant avoir demandé à Jean Castex, l’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy, de travailler sur les différents scenarii envisagés. «Le déconfinement, ça n’est pas pour demain matin», a toutefois tenu à préciser le premier ministre.

Le premier ministre a également abordé la question du bac déjà traité par le ministre de l’éducation nationale qui avait aussi laissé entendre que le bac traditionnel ne serait pas organisé en 2020 et qu’on se fierait sur  contrôle continu. Sans doute aussi aurait-il pu ajouter la mort définitive du bac traditionnel surtout compte tenu du taux de réussite autour de 90 %.

Le premier Ministre s’est dit aussi Fier de la «prouesse scientifique et technique» qui a permis d’évacuer «ce week-end plus de 550 patients intubés et ventilés», transférés du Grand Est vers des zones moins saturées du pays, . Une solution qui n’est pas forcément la meilleure et certains experts considèrent qu’il aurait été plus pertinent de déplacer le matériel et le personnel vers les zones très infectées  au lieu de transporter les malades, une opération beaucoup plus complexe.

Même flou de la part du Premier ministre quand il a abordé la question du manque de produits produits nécessaires à la réanimation (médicaments ou consommables « qui) explose dans proportions jamais imaginées», soit à hauteur de «près de 2000%», Édouard Philippe a reconnu qu’«il y a des tensions très fortes dans l’approvisionnement d’un certain nombre de molécules». Le chef du gouvernement a indiqué que «huit molécules sont indispensables pour les soins en réanimation». «Un certain nombre est en stock suffisant», mais «pour d’autres, les stocks sont plus limités, donc les tensions et les inquiétudes des soignants sont réelles». «Ma priorité numéro 1 de premier ministre, c’est de sourcer. Un joli mot compliqué pour dire simplement qu’il faut une bonne affectation des ressources qui manquent cruellement.

 Et  de terminer par un petit couplet à connotation scientifique pour que le public – forcément idiot- pour faire la  différence entre test virologique et sérologique. Une distinction que le Premier ministre vient sans doute d’apprendre récemment. Le plus ridicule dans cette intervention, c’est sans doute cette hypothèse de reporter les élections au mois d’octobre pour le second tour. En fait on maintiendrait les résultats du premier tour des maires élus mais on annulerait le premier tour de ceux qui ne l’ont pas été. Une situation invraisemblable et sans doute inconstitutionnelle  car organiser des élections 6 ou  10 mois après change complètement le contexte social, économique et politique. Le Premier ministre a été moins prolixe concernant la situation économique et la crise qui va suivre la pandémie. En fait il n’a pratiquement rien dit.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol