Archive pour le Tag 'opportuniste'

Wauquiez l’opportuniste

Wauquiez l’opportuniste

 

C’est pour le moins croquignolet d’entendre Wauquiez condamné les opportunistes qui se rapprochent de Macron. En effet l’intéressé qui n’a pratiquement jamais travaillé comme fonctionnaire a commencé par se faire élire sans grand risque  dans le fauteuil de Barrot (un vrai centriste celui-là). Il passe ensuite de la social-démocratie pro européenne à une posture réactionnaire anti Europe Vauquiez est repéré par Jacques Barrotministre des Affaires sociales de 1995 à 1997, il effectue un stage en juin 1997 durant lequel il se voit confier l’organisation du jeu télévisé Intervilles à Yssingeaux. Jacques Barrot le prend ensuite comme suppléant lors des élections législatives de 20022. Au début des années 2000, il séjourne plusieurs mois en Égypte et travaille à l’ambassade de France au Caire. Il affirme avoir parallèlement donné des cours de français au sein de l’association de sœur Emmanuelle. Le journal Le Monde émet des doutes quant à la véracité de cet épisode, tout comme l’Association Sœur Emmanuelle qui lui reprochera en outre d’exploiter « l’image d’une des personnalités préférées des Français pour donner du crédit à ses propos ».En juillet 2004, après la nomination de Jacques Barrot au poste de commissaire européen et la démission de son mandat, il brigue sa succession à l’élection partielle qui suit. Il est élu, à 29 ans et avec 62,38 % des voix, député UMP dans la 1re circonscription de la Haute-Loire, près de là où sa mère possède une résidence secondaire. Il devient le benjamin de l’Assemblée nationale française. Le ministre de l’Éducation nationale d’alors, François Fillon, lui commande un rapport visant à proposer une réforme du système d’attribution des bourses d’études scolaires « afin de relancer l’ascenseur social ». Il propose la création d’aides et la généralisation des bourses. En 2005, il soutient le traité de Rome soumis au référendum. Dix ans plus tard, il devient anti européen. Et de critiquer ses anciens compagnons républicains être restés partisans de l’Europe et de s’appuyer sur une citation ridicule de Mitterrand (un maître  aussi en matière de navigation politique) “‘Sur le chemin de la trahison, il n‘y a que le fleuve de la honte à traverser’. Eh bien, ils ont fini par traverser ce fleuve.” Heureusement le ridicule ne tue pas et Vauquiez  pourra continuer de vivre politiquement mais sans doute petitement avec des outrances verbales proches de celle de Marine Le Pen. “Ils partent à En Marche parce qu‘ils ont échoué, parce que plus personne ne veut d‘eux et qu‘ils n‘ont pas réussi à torpiller la droite. Moi j‘avance, je laisse les esprits chagrins dans le rétroviseur”, a-t-il lancé. “Soit on va dans le marigot central, le petit marais autour d‘Emmanuel Macron. Soit on construit autre chose (…) avec des gens qui sont unis par des convictions et des valeurs. Qui ne sont pas là parce qu‘on a mis un bol de soupe sur la table”, a poursuivi Laurent Wauquiez. Considéré à juste titre comme le représentant d‘une droite dure, Laurent Wauquiez veut maintenir une “alternative républicaine” en France en dehors des partis “extrêmes” que sont le Front national de Marine Le Pen et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. “Si jamais il n‘y a plus qu‘un marais central et qu‘Emmanuel Macron échoue, les Français n‘auraient plus le choix qu‘entre Marine Le Pen d‘un côté et Jean-Luc Mélenchon de l‘autre ? Moi je ne veux pas de ça. Le problème c’est que Wauquiez n’a guère le profil pour incarner l’alternative républicaine qu’il envisage.

 » Trump : « opportuniste, escroc, bateleur » (Liam Kennedy )

 » Trump : « opportuniste, escroc,  bateleur » (Liam Kennedy )

Une tribune parue dans France info de Liam Kennedy est professeur d’études américaines l’University College Dublin (UCD) et directeur du Clinton Institute, un programme de recherche universitaire. La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

 

« Voilà, c’est plié : Donald Trump sera le 45e président des Etats-Unis. La campagne qui l’a mené à la fonction suprême a été brutale, sale et insolite. Elle a empoisonné la démocratie américaine, et les effets de ce poison ne sont pas près de se disperser. Sans vergogne, le candidat a encouragé l’abandon résolu de la civilité et de la raison, brisé les convenances sociales et les protocoles politiques, et banalisé les préjugés et la malhonnêteté.

A présent, le pays est si divisé que les démocrates et les républicains sont incapables de s’entendre sur les réalités les plus factuelles. Une sombre rhétorique, annonçant à « certains groupes » qu’ils peuvent s’attendre à une vengeance violente, souffle sur le pays. Comment en est-on arrivé là ? Quand les historiens analyseront cette élection, comment verront-ils la campagne et l’héritage de Trump ? S’en souviendra-t-on comme d’une exception dans l’histoire, ou comme l’initiateur d’une révolution au sein du parti républicain, voire même en Amérique ? En réalité, la maladie que cette élection révèle couve depuis longtemps. Trump est un symptôme, pas seulement un agent pathogène. Il a su habilement canaliser les griefs et le sentiment d’insécurité de ceux qui sont mécontents des changements économiques et sociaux aux Etats-Unis – principalement, mais pas uniquement, des Blancs de la classe ouvrière. Il a ainsi axé sa campagne sur une politique d’identité que les républicains utilisent depuis longtemps pour à la fois apaiser et mobiliser leur base. Ce type d’ingénierie politique est apparu au début des années 1990. Jusque-là, c’était un processus insidieux, généralement associé à la tactique du sifflet pour chien. Trump s’en est emparé et l’a transformé en instrument contondant ; il a doublé la mise en mobilisant ouvertement le vote des Blancs et en évitant soigneusement de s’adresser aux minorités. Mais à un niveau structurel, la victoire de Trump est conforme à la façon dont la politique américaine fonctionne. Même si les choix de l’électorat américain sont de plus en plus façonnés par la démographie du pays, les dynamiques culturelles sous-jacentes sont aussi à l’œuvre. Dans un contexte de divisions extrêmes entre les partis, la stratégie de Trump, qui a consisté à faire appel aux votes du noyau dur républicain plutôt que de tenter de convaincre les indécis, s’est révélée très efficace pour gagner les élections. En mettant l’accent sur les divisions entre les groupes politiques, Trump a accentué la polarisation qui sclérose les Etats-Unis – et aussi le mépris de plus en plus manifeste entre démocrates et républicains. Répétons-le, Trump n’a pas créé cette polarisation, mais il l’a exacerbée et s’en est servi à ses propres fins. Rien de tout cela ne signifie qu’il va vraiment servir les intérêts de ceux qui ont voté pour lui. Trump représente le plus américain des archétypes américains : le bateleur ou l’escroc – un personnage fort issu d’une longue tradition dans la culture américaine, depuis le début du XIXe siècle, ce charlatan dont les plans échouent à tous les coups. A la fin de l’histoire, il quitte la ville, laissant ceux qu’il a arnaqués méditer sur leur sort. L’escroc est souvent un personnage comique. Il apparaît entre autres dans les romans d’Herman Melville et de Mark Twain, dans les satires féroces d’une société obsédée par le commerce. Parfois, c’est juste un beau parleur, un comique un peu dérangé – voyez le Sergent Bilko ou le chat chapeauté. Mais l’escroc peut aussi revêtir des visages plus sombres. Il abuse de la confiance des autres afin de les voler ou de les rabaisser. Les filous de la trempe de Trump disent aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre, expriment ce qu’ils n’osent pas exprimer et capitalisent sur leur crédulité. La campagne de Trump a été un vaste tour de passe-passe. Les électeurs américains en colère, les laissés-pour-compte sont une cible de choix pour Trump ; ils sont ses pigeons. Il ne leur a demandé qu’une chose : leur confiance aveugle. Trump prétend dire « les choses comme elles sont » à ses supporters, excédés par l’establishment, persuadés que « Washington » les manipule et leur ment. La plupart d’entre eux ont perdu confiance dans les institutions, et méprisent les élites du pays – et pourtant, dans leur quête d’un champion honnête, ils ont misé sur Trump, sans l’ombre d’une hésitation.  Quels que soient les blocages qui ont secoué le gouvernement Obama, ce qui s’annonce est vraiment hideux. La campagne de Trump a placé la barre très haut en termes de dysfonctionnements. Les républicains, qui tiennent à la fois la Chambre et le Sénat, continueront à alimenter la colère des supporters de Trump. Ils feraient bien de se souvenir de la déclaration de Trump lui-même : « Il faudra des émeutes pour que l’Amérique retrouve sa grandeur. » Trump est un opportuniste, pas un idéologue – et il n’est certainement pas guidé par de profondes convictions politiques. Selon certains observateurs, il n’avait pas vraiment l’intention d’aller jusqu’à la présidence, mais il cherchait à promouvoir sa marque à peu de frais. Surpris par son propre succès, son ego aurait pris le dessus. C’est possible – mais cela revient à négliger le fait qu’il a plusieurs fois envisagé de briguer la présidence du pays, et à surestimer la place de l’improvisation et du hasard dans sa campagne. Alors que beaucoup ont trouvé l’approche de Trump risible même à la fin de la campagne, sa stratégie a été payante – même s’il a trébuché à plusieurs reprises, sa capacité à « s’enfoncer » par des propos douteux a été terriblement efficace. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol