Archive pour le Tag 'opérations'

 » Des opérations » de reconquête républicaine » (Marlène Schiappa)

 » Des opérations » de reconquête républicaine » (Marlène Schiappa)

 

 

Une timidité très surprenante de la part de Marlène Schiappa d’habitude très prolixe dans les médias pour parler de tout et de rien. Pourtant deux événements dramatiques qui bafouent les principes républicains viennent de se produire avec d’une part cette policière écrasée par un délinquant et ce chauffeur de bus à Bayonne assassiné pour avoir voulu notamment faire respecter la loi. On ce demande à quoi correspond ce titre un peu flambant de déléguée chargée de la citoyenneté. En effet, les deux événements déjà cités révèlent le piétinement des valeurs qui font la citoyenneté. La ministre aurait pu s’appuyer sur ces deux drames prendre des initiatives qui sont dans le champ d’action de son ministère. Au lieu de cela, elle se livre à du bavardage dans le JDD et qui en matière d’action se réduisent comme à des « opérations de reconquête des territoires ». En fait quelques opérations de communication quand il faudrait une politique courageuse de reconquête globale de tous les territoires perdus. Elle indique d’ailleurs, qu’elle se contentera de mettre en application les décisions gouvernementales, sans porter de nouvelles loi ou mesure. À commencer par le plan de lutte contre le communautarisme et les séparatismes annoncé en février par Emmanuel Macron entre parenthèses et pour l’instant complètement enterré ). Une interview d’une platitude confondante surtout au regard des enjeux.

En quoi consiste votre poste? 
Je pilote tout ce qui touche à la citoyenneté au sens des politiques d’intégration, de cohésion ; je défends les valeurs de la République, notamment la laïcité, sous l’autorité du ministre de l’Intérieur. Celui-ci m’a demandé de prendre en charge l’engagement des forces de l’ordre dans la protection des femmes face aux violences. Et en tant que ministre déléguée, je le seconde Place Beauvau.

Quelle est votre vision de la laïcité? 
J’ai publié en 2017 Laïcité, point ! Trop souvent, on accole un adjectif : il y aurait une laïcité ouverte, une autre stricte… Retrouvons l’esprit de la loi de 1905. Liberté de conscience fondamentale, de croire ou ne pas croire, et les lois de la République au-dessus de toute autre. Il faut le marteler sans quoi le communautarisme et le séparatisme prospèrent.

C’est le premier des ministères sociaux! 

Un rapport sénatorial a alerté cette semaine sur l’urgence à agir contre l’islam radical. Partagez-vous ce constat?
Nous sommes dans une situation d’urgence face à ce que [le politologue] Jérôme Fourquet appelle « le puzzle français ». La République fait face à des attaques contre son unité. Je ne veux pas d’un pays composé de simili-communautés ne se parlant plus : il n’existe que la communauté nationale, indivisible. Au ministère de l’Intérieur, 290.000 femmes et hommes défendent tous les jours ces valeurs et protègent les plus faibles. Comme le dit [le ministre de l'Intérieur] Gérald Darmanin, c’est le premier des ministères sociaux!

Le calendrier du plan de lutte contre le communautarisme présenté mercredi

Emmanuel Macron a annoncé en février un plan contre le communautarisme et les séparatismes. Où en est-on?
Le calendrier sera précisé par le Premier ministre lors de son discours de politique générale [mercredi].

Que proposez-vous pour lutter contre ces phénomènes?
D’abord, l’affirmation du principe de laïcité lors des parcours de naturalisation – je souhaite mettre en lumière ces cérémonies, moments solennels, émouvants pour ceux qui deviennent citoyens français! Ensuite, des opérations de reconquête républicaine de terrain comme lorsque Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout.

Si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez!

Faut-il prendre de nouvelles mesures?
Nous sommes dans la deuxième partie du quinquennat, je vais m’attacher à mettre les lois et décisions du Gouvernement en application, par exemple en matière d’asile et d’immigration.

La politique migratoire macroniste, c’est aussi revendiquer la fermeté dans les expulsions. Etes-vous à l’aise avec cette idée? 
C’est deux piliers : humanité et fermeté. L’an dernier, j’ai obtenu que soit actée l’expulsion des étrangers coupables de violences sexuelles et sexistes. C’est du bon sens : si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez!

 

Vous êtes une fidèle de Macron. Etes-vous là pour surveiller Gérald Darmanin, venu de la droite ?
Pas du tout. Bon courage à celui qui voudrait surveiller ce ministre en perpétuelle action! Le Président a choisi un ministre de l’Intérieur en qui il a confiance, point. Ceux qui relaient d’autres rumeurs se trompent.

Faut-il des secrétaires d’Etat à l’Intérieur?
Cette décision appartient au Président, au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur. Grand professionnel unanimement reconnu, il est légitime et efficace que Laurent Nuñez soit reconduit.

 

 

Trump et Kim Jong-un : des opérations de communication (Marie-Cécile Naves)

Trump et Kim Jong-un :   des opérations de communication (Marie-Cécile Naves)

Pour Marie-Cécile Naves, spécialiste des États-Unis, l’annulation du sommet constitue  une « opération de communication de part et d’autre »,  Interview France info

 

Franceinfo : Doit-on parler de coup de théâtre ou d’un scénario prévisible ?

Marie-Cécile Naves : On commençait à s’en douter ces derniers jours, ça sentait le roussi, en particulier parce que le ton était monté entre certains responsables nord-coréens et la Maison Blanche, notamment après que le vice-président américain Mike Pence avait prédit un destin « à la Kadhafi» pour le dirigeant nord-coréen. En retour, Mike Pence a été qualifié d’« ignorant » et de « stupide » par la diplomatie nord-coréenne.

 

Comment est-on passé, en quelques semaines, d’une quasi-réconciliation, de la promesse d’une rencontre, à cette rhétorique beaucoup plus belliqueuse ?

 

C’est une opération de communication de part et d’autre. Du côté nord-coréen, il y a le désir d’être enfin reconnu sur la scène internationale. Et du côté de Donald Trump, on est beaucoup dans une communication incantatoire, vouloir montrer que l’on peut dominer les dictateurs, imposer sa vision unilatérale au monde. Peut-être que Donald Trump a fait une erreur au départ en acceptant ce sommet sans négocier un minimum au début. Il pensait qu’il pouvait appliquer sa stratégie de l’art du « deal » à la diplomatie. Ça a marché pour l’Iran, il est un peu galvanisé par la situation au Moyen-Orient, il s’est aussi un peu laissé emporter par le président sud-coréen Moon qui lui avait parlé de prix Nobel. C’est aussi l’échec du président Moon ce soir.

 

Donald Trump manie quand même encore l’incertitude… Dans son courrier au leader nord-coréen, il laisse une porte ouverte à une éventuelle rencontre plus tard tout en disant : « Attention, notre puissance nucléaire est plus forte ». C’est à la fois l’invitation et la menace ?

 

Oui, il souffle le chaud et le froid. Il parle de l’hostilité, de la confiance rompue, on revient à des termes que l’on avait connus avant la décision de tenir ce sommet. Ce qu’il se passe aussi dans l’entourage de Trump, c’est la nomination d’un nouveau secrétaire d’État, Mike Pompeo, qui est beaucoup plus dur que le précédent. Rex Tillerson [l'ex secrétaire d'État américain] avait beaucoup œuvré au rapprochement avec la Corée du Nord. Et puis surtout, il y a le conseiller à la sécurité intérieure, John Bolton, qui est un idéologue jusqu’au-boutiste sur la question des relations internationales. On a l’impression d’avoir vraiment perdu plusieurs mois.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol