Archive pour le Tag 'offres'

Intelligence artificielle : grosses offres d’emplois

Intelligence artificielle : grosses offres d’emplois

La demande a plus que doublé en 2017 par rapport à l’année précédente, a annoncé l’APEC jeudi.

Au total, l’APEC a diffusé 2.398 offres de postes de cadres en intelligence artificielle l’an dernier, contre 1.127 offres en 2016, précises l’association dans une étude sur la « tendance des métiers dans l’industrie ».

« Les opportunités d’emploi sont réelles auprès des entreprises de services du numérique (ESN), des cabinets de conseil et gestion des entreprises ou d’ingénierie-recherche et développement », selon les résultats de cette étude. Au cours des années 2016 et 2017, quatre offres d’emploi de cadres en intelligence artificielle sur dix (42%) provenaient de « sociétés d’activités informatiques (ESN notamment) », principale source de ces offres, « loin devant les activités de conseil et gestion des entreprises (19%) et les sociétés d’ingénierie-recherche et développement (11%) », souligne l’APEC. Au cours des années 2016 et 2017, « près des deux tiers » (63%) des offres ont été émises par des entreprises installées en Île-de-France, loin devant les autres régions, selon l’étude. Viennent ensuite Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie, qui rassemblent à elles deux « 16% des offres ».

SNCM : offres insuffisantes

SNCM : offres insuffisantes

 

 

 

Impossible de trouver un repreneur satisfaisant. En cause d’abord l’hypothèque constitué pat le remboursement de 400 millions d’aides publiques ( toujours  exigé par Bruxelles), ensuite le nombre de salariés repris entre 500 et 1000 sur 2000 actuellement. En question aussi la délégation de service public.  Le tribunal de commerce de Marseille a donc estimé mercredi que les offres de reprise de la SNCM étaient « insatisfaisantes » et mis en délibéré « à quinzaine » sa décision sur l’avenir de la compagnie maritime, en redressement judiciaire depuis novembre. « Le président du tribunal a indiqué aux repreneurs que les offres des trois repreneurs potentiels n’étaient pas recevables et, qu’en conséquence, il les rejetait », a dit à Reuters le délégué CFE-CGC de l’entreprise, Maurice Perrin. Lors de l’audience qui s’est tenue à huis clos, le procureur de la République a suggéré de pérenniser les activités de la SNCM jusqu’à la fin de l’été, le temps d’obtenir des candidats à la reprise d’améliorer leurs dossiers ou de lancer un nouvel appel d’offres. Le juge consulaire peut suivre les recommandations du procureur en prolongeant la période d’observation, mais aussi statuer sur une reprise des activités par l’un des repreneurs encore en lice ou prononcer la liquidation de l’entreprise. Selon Maurice Perrin, le financement de la compagnie, qui assure notamment des liaisons avec la Corse, est assuré jusqu’à fin septembre si la collectivité de Corse continue d’assurer le paiement de la délégation de service public (DSP). « Je suis légaliste, j’attendrai donc la décision du tribunal en espérant qu’il ne suivra pas les suggestions du procureur », a réagi l’un des repreneurs potentiels, Christian Garin. L’offre de la société d’investissement Med Partners portée par cet ancien président du port de Marseille apparaissait comme la « mieux disante » en terme d’emplois pour la SNCM, qui compte 2.000 salariés, dont 1.500 en CDI. Elle prévoyait d’en sauvegarder 902 en CDI, contre 708 pour la compagnie Baja Ferries et environ 500 pour le transporteur corse Patrick Rocca.  Les trois offres posaient cependant comme « condition suspensive » un accord avec la Commission européenne, qui réclame le remboursement de 440 millions d’euros d’aides publiques qu’elle juge illégales.  Bruxelles exige que les plans de reprise répondent au principe de discontinuité et n’a pas encore communiqué sa position sur les offres formulées pour la SNCM, filiale de Transdev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts. « On attend d’avoir des nouvelles de l’Europe. C’est un préalable minimum car personne ne peut se passer de cette réponse », a résumé Patrick Rocca. Sans un feu vert qui permettrait au repreneur de s’exonérer du passif européen, la compagnie aurait du mal à échapper à la liquidation. D’autant que le tribunal administratif de Bastia a annulé, le 7 avril, la DSP signée par l’Office des transports de la Corse (OTC) avec le groupement SNCM-Méridionale pour assurer le service public entre le continent et la Corse. Cette DSP, qui représente 96 millions d’euros par an et doit prendre fin au 1er octobre 2016, avait été attribuée pour la période 2014-2023 dans le cadre d’une procédure qui a fait l’objet d’un recours en annulation de la compagnie concurrente, Corsica Ferries

 

Offres d’emploi: des candidatures sans réponse

Offres d’emploi: des candidatures sans réponse

Signe sans doute de la crise, les candidatures à une offre d’emploi sont tellement nombreuses que beaucoup d’entreprises ne répondent pas aux demandeurs de cet emploi. On peut admettre que les entreprises soient débordées (des dizaines de réponses voire des centaines dans certains cas pour un seul emploi) mais Pôle emploi pourrait au moins suppléer les sociétés et se charger d’aviser les intéressés. Ce qui par parenthèse permettrait aussi à Pôle emploi de suivre un peu mieux les chômeurs. L’enquête, réalisée pour le site JOBaProximite, montre que 46% des sondés, qu’ils soient salariés, indépendants, étudiants ou demandeurs d’emploi, disent avoir régulièrement des réponses (4% de manière systématique et 42% souvent mais pas toujours) lorsqu’ils postulent, et ce qu’elles soient positives ou négatives.  Mais ils sont 47% à dire qu’ils en ont rarement et 6% jamais (1% étant sans opinion).  Chez les chômeurs, la proportion de candidats n’ayant pas de réponse grimpe à 72%, tandis qu’elle est de 51% pour les salariés ou de 50% pour les étudiants.  Par tranches d’âge, elle est de 57% chez les 50 ans et plus et de 43% pour les 25-34 ans.  Pour 78% des personnes interrogées à la recherche d’un poste, les entreprises ne répondent pas parce que « seuls les candidats retenus les intéressent », 39% estimant qu’elles n’ont pas le temps.  Lorsqu’une entreprise refuse leur candidature, 89% jugent pourtant important de connaître les raisons de cette décision. D’abord pour mieux comprendre ce qui leur fait encore défaut et s’améliorer (cité par 79% des sondés) et pour améliorer leur recherche d’emploi (62%).  Ils sont aussi 41% à y voir une question de respect et 17% une façon de garder le moral.

 

FagorBrandt : offres de reprises mais 600 à 1000 licenciements

FagorBrandt : offres de reprises mais 600 à 1000 licenciements  

Deux offres de reprise mais 600 à 1000 suppresion de postes. Socialement cela limite un peu la casse sociale, reste à savoir si les repreneurs ne se contenteront pas à plus long terme de récupérer seulement la marque en externalisant tout ou partie de la production restante. Quatre offres ont été déposées pour la reprise du fabricant d’électroménager FagorBrandt en redressement judiciaire, a annoncé Philippe Breger, secrétaire national CGT du comité central d’entreprise, ce samedi 18 janvier. L’offre la plus large permettrait, à ce stade, de conserver 1.200 salariés sur les 1.800 que compte actuellement le groupe en France. Une deuxième offre concernerait « entre 700 et 1.000 personnes ». Enfin, deux dossiers, dont un financier, porteraient « sur des sites isolés » et concerneraient chacun « 200 personnes », a ajouté Philippe Breger.  Le responsable syndical, qui s’exprimait devant près de 300 salariés de FagorBrandt venus s’informer devant les grilles de l’usine de la Roche-sur-Yon, s’est dit « déçu » car l’administrateur judiciaire s’est selon lui refusé à communiquer aux syndicats les noms des repreneurs avant le CCE prévu mercredi. « Mercredi matin, on aura la totalité des dossiers », a ajouté Philippe Breger, indiquant en outre qu’une réunion des élus locaux et régionaux concernés par le dossier était prévue au cabinet du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg jeudi matin.  Au total, 28 groupes se seraient manifestés au début du processus de recherche de repreneurs, « entre dix et douze ont eu accès aux informations » et l’administrateur a retenu les quatre dossiers dont elle a communiqué les éléments aux syndicats vendredi soir, a précisé le syndicaliste. Les postulants avaient jusqu’à vendredi 17H00 pour déposer une offre formelle auprès de l’administrateur judiciaire.   »Elle (l’administratrice judiciaire) a voulu être rassurante en disant, ‘c’est les premières offres’, elle a dit ‘surtout les 1.200, celui qui est le plus avancé peut aller dans le bon sens, peut aller sur plus de reprises’ », a-t-il ajouté. « On a vraiment senti hier soir que l’attention était surtout d’éviter la casse sociale, d’avoir des dossiers pérennes mais on sent bien que ça prend une dimension politique ».   FagorBrandt, placé en redressement judiciaire en novembre, emploie 1.800 personnes en France, dont 1.200 sur ses quatre sites industriels (Aizenay, La Roche-sur-Yon, Orléans et Vendôme). La coopérative basque Mondragon, actionnaire de l’Espagnol Fagor, lui aussi en dépôt de bilan, avait renoncé début novembre à sauver le groupe, qui emploie 5.700 personnes en Espagne, France, Pologne, Maroc et Chine.   Le conglomérat algérien Cevital, dont le nom était le plus souvent cité dans la presse vendredi parmi les dossiers déposés, est présent dans plusieurs secteurs (industrie, menuiserie, agro-alimentaire, électroménager) et compte près de 13.000 personnes. Il a repris en juin l’entreprise de menuiseries en PVC Oxxo, basée à Cluny (Saône-et-Loire) en s’engageant à conserver 288 des 406 emplois. La reprise de FagorBrandt est compliquée par le fait que les marques (Vedette, Brandt, Sauter, De Dietrich, etc.) ne lui appartiennent pas. Elles sont détenues par une autre filiale du groupe espagnol.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol