Archive pour le Tag 'observatoire !'

Un observatoire européen sur le blockchain

Un observatoire européen sur le  blockchain 

 

A question de l’intérêt du blockchain est complexe du fait de son principe de fonctionnement technique mais aussi du conflit qu’il génère chez certains acteurs notamment les banques commerciales mais aussi les banques centrales voire les Etats. Les avis des un et des autres sont parfois teintés d’un fort corporatisme. Par ailleurs certains condamnent sans réserve les cryptomonnaies comme le bitcoin au motif notamment qu’il favorise une super spéculation dangereuse. Ceci étant,  cet amalgame blockchain- crypto monnaie est peut-être excessif car la technologie blockchain peut servir à d’autres applications pour la gestion de flux d’informations. La blockchain est une technologie de stockage et de transmission de données, transparente et sécurisée. Elle fonctionne sans contrôle central et permet, en fonction de ses applications, de se passer des intermédiaires, par exemple les banques. Ses applications sont multiples, mais la plus connue est celle permettant la création de cryptomonnaies, tel le bitcoin, cette monnaie électronique immatérielle, réputée invulnérable aux attaques informatiques, qui n’appartient à aucun État. « Je considère la technologie du blockchain comme un changement fondamental et je veux que l’Europe soit à la pointe de son développement », a affirmé la commissaire chargée du dossier. « L’Europe ne peut pas se permettre de rater cette occasion« , a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse où elle a lancé un Observatoire-forum que l’UE veut consacrer au sujet. L’idée de cet observatoire, qui associera « les autorités publiques, les régulateurs, l’industrie » est « de suivre le potentiel de ces technologies et de voir quelles seront les répercussions, les risques et les opportunités pour l’UE« , a-t-elle expliqué. « Pour l’instant, nous n’allons pas réguler ce secteur, nous allons observer et voir comment nous pouvons apporter une certitude juridique« , a-t-elle poursuivi. L’UE dit s’attendre à ce que la technologie « transforme les modèles économiques dans divers secteurs comme les soins de santé, l’assurance, la finance, l’énergie, la logistique, la gestion des droits de propriété intellectuelle ou les services publics« . De nombreux banquiers, y compris centraux, ont exprimé leurs réserves sur la sulfureuse cryptomonnaie.

De plus en plus de pauvres (Observatoire des inégalités)

De plus en plus de pauvres (Observatoire des inégalités)

D’après l’Observatoire des inégalités, un organisme totalement privé ne bénéficiant d’aucune subvention publique les écarts se creusent même si la en France permet de limiter les effets négatif. Quelques chiffres: les 10% les plus fortunés détiennent 47% du patrimoine; un actif sur quatre est en situation de mal-emploi; 60% des élèves enfants d’ouvriers non-qualifiés sortent du système scolaire sans diplôme, contre 9% des enfants d’enseignants. Le rapport relativise toutefois ces inégalités : « Notre pays demeure l’un des pays où il fait le meilleur vivre sur la planète. Les autres pays sont loin de faire mieux que la France, y compris dans le domaine de l’emploi. Le chômage mine notre société mais les meilleurs « performances » de nos voisins ont le plus souvent été obtenues au prix d’une montée de la pauvreté laborieuse ou en sortant une partie des actifs du marché du travail. » En revanche, fait majeur, les auteurs soulignent une sorte de retournement historique qui s’est amorcé avec la crise de 2008: l’appauvrissement des plus pauvres: « La lente diminution du niveau de vie des 10% les moins favorisés constitue un retournement historique, un marqueur de notre histoire sociale. Que les riches s’enrichissent, c’est monnaie courante; que les pauvres s’appauvrissent, cela change la donne. Ce choc nourrit une haine envers ceux qui continuent à profiter. » Depuis 2003, le niveau de vie moyen des 10% les plus pauvres diminue, alors que, jusque dans les 2000, la tendance était plutôt à l’augmentation. Au total, le niveau de vie moyen mensuel a diminué d’une trentaine d’euros entre 2003 et 2014, compte tenu de la hausse des prix. A l’inverse, sur la même période, l’évolution du niveau de vie moyen mensuel des 10% les plus aisés a atteint 272 euros. Résultat, l’écart entre le niveau de vie mensuel moyen (après impôts et éventuelles prestations sociales) entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres s’est fortement accru, passant de 3.700 euros par mois en 2003 à 4.400 euros en 2011, pour redescendre à 4.000 euros en 2013. Une baisse due pour partie aux hausses d’impôts qui ont touché les plus aisés. Avec « l’appauvrissement des pauvres », le taux de pauvreté augmente. Ainsi, la France compte maintenant cinq millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50% du niveau de vie médian et 8,8 millions si l’on utilise le seuil à 60%. Dans le premier cas, le taux de pauvreté atteint 8,1% et dans le second 14,1%. En dix ans, le nombre de pauvres a augmenté de 950.000 pour le seuil à 50% et de 1,2 million pour le seuil à 60%. Quel que soit le seuil retenu, le taux de pauvreté s’est élevé de 1,2 point. Encore une fois, l’Observatoire des inégalités insiste sur « ce tournant de notre histoire sociale ». La pauvreté avait de fait fortement régressé des années 1970 au milieu des années 1990. Depuis, c’est l’inverse. On n’assiste pas, certes, à une explosion de la pauvreté mais c’est l’inversion de tendance qui est préoccupante.

*Le rapport a été soutenu par la Macif, le magazine Alternatives Economiques, le cabinet d’études Compas, la Fondation Un monde par tous et la Fondation Abbé Pierre.

 

Contre les lunettes trop chères en France : un observatoire !

Contre les lunettes trop chères en France : un observatoire !

 

Pour lutter contre le prix excessif des lunettes en France la ministre de la Santé, Marisol Touraine, propose la création d’un observatoire des prix. Une manière de repousser la question de prix excessif. En effet en moyenne en France le prix des lunettes tourne autour de 300 à 400 €, soit quatre à  cinq le prix qui serait nécessaire. (En moyenne le prix de vente multiplie par trois le prix initial d’achat). En cause,  le mode de commercialisation, aussi le goût immodéré des Français pour les montures sophistiquées ou à la dernière mode enfin le taux de remboursement par les mutuelles. Première étape pour y parvenir : créer un observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale, dont le ministère de la Santé vient de fixer la composition et les règles de fonctionnement, dans un arrêté publié ce samedi au Journal Officiel (JO). L’association UFC-Que Choisir critique  publiquement les prix pratiqués dans le secteur, et surtout sur les marges dégagées par les opticiens. r. De fait, sans même avoir à comparer avec les voisins européens, l’examen de la formation du prix des lunettes donne des résultats pour le moins surprenants. Ainsi, une paire coûtant 393 euros en moyenne hors taxe coûterait… 3,3 fois moins cher à l’opticien, c’est-à-dire 118 euros pour une monture et des verres. Cela représente un taux de marge brute moyenne de… 233%. Elle atteint 342% pour les verres unifocaux et 304% pour les verres progressifs. D’après cette étude reposant sur une enquête réalisée auprès des opticiens, les marges servent essentiellement à financer les frais de fonctionnement, la prestation (deux heures par monture en moyenne) et de marketing. Ce qui réduit la marge nette à 28 euros par paire. A l’égard des frais de marketing, l’UFC pointe les 580 millions d’euros dépensé chaque année (sur un chiffre d’affaires total de 4,7 milliards d’euros pour le marché de des lunettes de vue). Il vise également la pratique devenue courante de vendre une deuxième, voire une troisième, paire à un prix symbolique. Pour Mathieu Escot, chargé de la santé à l’UFC, c’est là le « signe d’un marché défaillant.  »  En moyenne le prix d’une paire de lunettes correctrices atteindrait 470 euros TTC en France selon l’Union française des consommateurs. Un coût supporté très largement par les consommateurs. L’UFC calcule ainsi que les complémentaires santés en remboursent 50,2% du prix et les ménages paient directement 43,7%. Le reste (moins de 6%) est financé par la Sécurité sociale. Au total, la dépense pour les ménages représente 10% de leur budget santé. Comme les Français équipés changent de lunettes tous les trois ans en moyenne, le budget moyen par personne et par an avoisinerait les 75 euros, soit bien plus que la moyenne européenne. Il s’agirait même des prix les plus élevés d’Europe.  Celui-ci sera chargé « d’analyser les prix de vente, les caractéristiques et la qualité des équipements d’optique et leur niveau de couverture par les contrats complémentaires en santé », et de surveiller les évolutions de ce secteur.  Un surcoût de l’optique hexagonal qui s’explique notamment par le fait que les Français se font majoritairement rembourser tout ou partie de leurs lunettes par leur mutuelle, contrairement à d’autres pays européens où les complémentaires santé ne prennent pas en charge ces dépenses, comme c’est le cas en Allemagne par exemple. « Or, 94 % des Français sont couverts par une mutuelle et 40 % d’entre eux ont souscrit une formule avec des garanties élevées qui remboursent très bien les frais d’optique. Du coup, ils regardent peu les prix des lunettes et ne font pas jouer la concurrence », observe Mathieu Escot.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol