Archive pour le Tag 'Nupes'

Politique- LFI et Nupes : Un risque d’explosion

Politique- LFI et Nupes : Un risque d’explosion

« Nous, membres de la France insoumise et de la Nupes demandons l’exclusion d’Adrien Quatennens », peut-on lire dans une tribune de militants de LFI mais aussi de la NUPES. Inutile de tourner autour du pot, ce sont certains militants exclus de la direction de LFI et des écologistes radicaux d((écologie les Verts qui sont à la manœuvre.

Pourtant en adhérant à la Nupes, ces militants auraient dû savoir qu’ils adhéraient en même temps au centralisme démocratique habituel des organisations procommunistes. Et Mélenchon n’a jamais caché sa sensibilité de ce point de vue. Témoin la manière dont il a imposé aussi le nouveau patron de LFI et les autres dirigeants non pas élus mais choisis en fonction de leurs « compétences particulières ».

« Nous demandons une démocratie interne plus juste où les représentants seront nommés et légitimés par les militant-e-s et non pas essentiellement par le cercle restreint par le bureau national », écrivent-ils encore.La formulation de démocratie plus juste pose question. Il n’y a pas en effet de démocratie plus ou moins juste mais une démocratie ou une dictature. Quand on est dans un parti pro communiste, il faut en accepter le principe et les modalités.

« Appliquez vos promesses, agissez: oui, le privé est politique, aucun agresseur n’a sa place dans nos partis, nos organisations, nos institutions, dans nos hémicycles », exhortent les signataires.
Suspendu pour quatre mois de son groupe à l’Assemblée nationale dans la foulée de sa condamnation, début décembre, à quatre mois de prison avec sursis pour des « violences » sur son épouse, le député du Nord s’était déclaré victime d’un « lynchage médiatique » et a refusé de démissionner.

Ce qui est en cause dans ces protestations c’est la future existence non seulement de LFI mais aussi de la Nupes dans certains adhérents naïfs et ou hypocrites constatent aujourd’hui le caractère autoritaire forcément antidémocratique.

LFI et Nupes : Un risque d’explosion

LFI et Nupes : Un risque d’explosion

« Nous, membres de la France insoumise et de la Nupes demandons l’exclusion d’Adrien Quatennens », peut-on lire dans une tribune de militants de LFI mais aussi de la NUPES. Inutile de tourner autour du pot, ce sont certains militants exclus de la direction de LFI et des écologistes radicaux d((écologie les Verts qui sont à la manœuvre.

Pourtant en adhérant à la Nupes, ces militants auraient dû savoir qu’ils adhéraient en même temps au centralisme démocratique habituel des organisations procommunistes. Et Mélenchon n’a jamais caché sa sensibilité de ce point de vue. Témoin la manière dont il a imposé aussi le nouveau patron de LFI et les autres dirigeants non pas élus mais choisis en fonction de leurs « compétences particulières ».

« Nous demandons une démocratie interne plus juste où les représentants seront nommés et légitimés par les militant-e-s et non pas essentiellement par le cercle restreint par le bureau national », écrivent-ils encore.La formulation de démocratie plus juste pose question. Il n’y a pas en effet de démocratie plus ou moins juste mais une démocratie ou une dictature. Quand on est dans un parti pro communiste, il faut en accepter le principe et les modalités.

« Appliquez vos promesses, agissez: oui, le privé est politique, aucun agresseur n’a sa place dans nos partis, nos organisations, nos institutions, dans nos hémicycles », exhortent les signataires.
Suspendu pour quatre mois de son groupe à l’Assemblée nationale dans la foulée de sa condamnation, début décembre, à quatre mois de prison avec sursis pour des « violences » sur son épouse, le député du Nord s’était déclaré victime d’un « lynchage médiatique » et a refusé de démissionner.

Ce qui est en cause dans ces protestations c’est la future existence non seulement de LFI mais aussi de la Nupes dans certains adhérents naïfs et ou hypocrites constatent aujourd’hui le caractère autoritaire forcément antidémocratique.

Superprofits: pas de référendum Nupes

Superprofits: pas de référendum Nupes

Il est clair qu’il est dans le rôle de l’assemblée nationale de proposer des dispositions législatives portant sur la fiscalité des entreprises notamment sur les superprofits. Par contre l’idée d’un référendum proposé par la Nupes paraît assez illusoire. Juridiquement la proposition est douteuse et politiquement manipulatoire. En effet le référendum doit être réservé aux grandes questions de société qui engage l’avenir de du pays de manière structurelle et non sur des questions de conjoncture même si le problème des superprofits mérite d’être posé mais autrement que par référendum dont le caractère populiste était évident.

Si l’assemblée y compris et surtout l’opposition voulait être utile elle devrait poser la question des superprofits dans une problématique plus générale de la fiscalité et de la répartition de la valeur entre actionnaires, investissements et salariés.

Le conseil constitutionnel a donc jugé mardi que la proposition de loi de la coalition de gauche visant à organiser un référendum d’initiative partagée (RIP) pour instaurer une « taxe sur les superprofits » ne remplissait pas « les conditions constitutionnelles et organiques » requises. Les Sages ont estimé que le texte soumis se bornait « à augmenter le niveau de l’imposition existante des bénéfices de certaines sociétés », en lieu et place de la « réforme relative à la politique économique de la Nation » qui aurait justifié cette procédure.

La Nupes : Un mouvement coupé du réel (Gaël BRUSTIER)

La Nupes : Un mouvement coupé du réel (Gaël BRUSTIER)

Gaël Brustier , politologue, estime que la NUPES est un mouvement coupé du réel dans une interview du Figaro.

Gaël Brustier, auteur de « Recherche le peuple désespérément », coécrit avec Jean-Philippe Huelin (François Bourin, 2009) et de À demain Gramsci (Le Cerf, 2015). Son dernier ouvrage paru est Le Désordre idéologique (Le Cerf, 2017).
________________________________________

Des manifestants ont battu le pavé parisien le dimanche 16 octobre à l’appel de Jean-Luc Mélenchon et de certaines fédérations syndicales, pour protester contre la vie chère et l’inaction climatique. Cette manifestation répond-elle à une colère populaire? Sont-ce les mêmes profils que les «gilets jaunes» de 2018?

Gaël BRUSTIER. – Ce qui reste de plus organisé et de numériquement important, ce sont les fédérations syndicales. Un temps, les Insoumis ont donné le sentiment qu’ils pouvaient et voulaient se dispenser des syndicats pour créer des «marées» manifestantes, un peu à l’image de l’Espagne. Les «gilets jaunes» : des «gilets jaunes», il y en a partout, c’était la force de ce mouvement mais c’est une société aussi fragmentée que le pays.

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a lancé à cette occasion: «Aujourd’hui est le jour 1, c’est la marche populaire, le jour 2 va être le 49-3 et le jour 3, ce sera la grève générale, le mardi 18 ». «Vous allez vivre une semaine comme on n’en voit pas souvent, c’est la grande conjonction, c’est nous qui la commençons» a-t-il ajouté. La Nupes adopte-t-elle une stratégie du «chaos»? Dans quel but?
Le concept de «grève générale» est au panthéon du mouvement ouvrier depuis longtemps. La difficulté pour la gauche est de mobiliser une société qui, pour subir les mêmes difficultés matérielles actuellement, n’en est pas moins fragmentée. Le sentiment donné par la Nupes ces dernières semaines, c’est un entre-soi asphyxiant et délétère. Le mode d’organisation de LFI, qui fonctionne dans les faits par cercles concentriques, faisant qu’on passe d’un cercle d’influence ou de pouvoir à l’autre par la seule volonté du groupe dirigeant, permet de contrôler le mouvement mais est un handicap pour susciter des dynamiques lui échappant. Progressivement, Ruffin est apparu comme celui qui comprend le mieux ces mobilisations: il faut se remémorer, parmi d’autres choses le concernant, son rôle déterminant dans le mouvement «Nuit Debout», ses déconvenues et, chose surprenante, sa capacité croissante de réflexivité.


Sur le plan politique, le gouvernement ne risque-t-il pas de sortir sérieusement fragilisé de cette période?

La question pour le gouvernement est simple: il sera fragilisé quand une alternative politique apparaîtra vraiment, non pas une opposition – elles existent déjà – mais une force jugée légitime et capable de gouverner. Nous avons un état d’esprit en France qui ressemble à celui dominant en Italie: pessimisme, lassitude, etc. Cela nourrit un glissement constant vers la droite, la droitisation prenant plusieurs formes.

La «grande conjonction» dont parle Jean-Luc Mélenchon peut-elle donner lieu à un mouvement de grande ampleur ?
Attiser la colère ou un ensemble de colères, même légitimes, est une chose. Cependant c’est l’espoir qui soulève les peuples. Notre société se confit dans le pessimisme et la lassitude et s’il y a des mobilisations collectives, il y a aussi une rétraction sur des formes de colère ou de débrouille individuelles. Aucun mouvement politique n’est de surcroît en mesure d’accueillir, encadrer, former les citoyens en colère. La Nupes, ce n’est ni l’Unité populaire d’Allende ni l’Union de la gauche de 1972 post-68. C’est une société militante qui s’entiche de nouveaux combats au rythme de son fil Twitter, discriminant entre ce qu’elle considère être labellisé «mouvement social» et ce qui ne peut pas l’être. On parlait de la réflexivité de Ruffin, le reste de la Nupes est surtout passionné par la réflexion de sa propre image dans Twitter ou les médias en continu.

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires

Selon un sondage Odoxa et Backbone pour Le Figaro, le constat est sans appel. Pour 64% des Français, ces incidents internes ont «décrédibilisé l’ensemble» de cette alliance. Ils sont également une majorité à le penser chez les sympathisants de gauche (52%). Ces derniers sont par ailleurs 51% à se dire «personnellement choqués» par les épisodes de ces dernières semaines.
L
. 63% des Français considèrent que cette alliance ne se préoccupe pas «des grandes questions qui traversent la société» et 59% d’entre eux estiment que cette gauche unie «ne serait pas à la hauteur pour diriger la France». D’ailleurs, 42% des sondés jugent que la Nupes ne défend pas bien «les classes populaires». Une chute vertigineuse de onze points par rapport à juin 2022.

Forcément, les différents protagonistes apparaissent comme les plus abîmés. 47% des Français ont désormais une «mauvaise opinion» d’Adrien Quatennens. En retrait, le député LFI du Nord avait reconnu des actes de violence, dont une gifle, contre son épouse. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lille.

Ils sont également 49% à avoir une mauvaise image de Sandrine Rousseau. Fin septembre, la députée écologiste a accusé Julien Bayou de «violences psychologiques» contre son ex-conjointe en direct à la télévision sans apporter de faits précis. 60% des Français considèrent que l’écologiste «a eu tort d’accuser sans preuve» son collègue. Cette position est partagée chez les sympathisants de gauche (66% pour ceux de LFI, 55% pour ceux d’EELV). Ironie de l’histoire pour celle qui fait de son engagement politique un combat féministe : 56% des femmes interrogées désapprouvent ses propos contre Julien Bayou. L’ex-secrétaire national d’EELV démissionnaire apparaît d’ailleurs comme plus préservé que sa collègue avec seulement 42% de «mauvaise opinion» (contre 49%).

En revanche, les partis politiques membres de la Nupes sont inégalement affectés. Europe Écologie-Les Verts perd dix points d’opinions favorables (40% contre 50% depuis 2019). La France Insoumise en perd seulement deux (26% contre 28 depuis 2020). Le Parti socialiste, jusqu’ici épargné par les affaires, gagne quant à lui huit points (32% contre 24% depuis 2019).
Une autre personnalité de gauche tire les marrons du feu : le communiste Fabien Roussel. L’ancien candidat à la présidentielle se hisse en personnalité de gauche préférée des Français avec 29% de «bonne opinion», au point de devancer Jean-Luc Mélenchon (22%). Chez les sympathisants de gauche, il se place juste après l’Insoumis (41% contre 49%).
Croissance : l’économie

Un avenir pour la NUPES ?

Un avenir pour la NUPES ?

 

C’est dans la construction d’un nouvel imaginaire émancipateur que réside l’avenir de cette « Nouvelle Union », souligne un collectif de responsables associatifs, dont Pierre Khalfa, de la Fondation Copernic, et Susan George, d’Attac, qui appellent, dans une tribune au « Monde », à son ouverture à des forces non partidaires.

 

Un espoir sans doute davantage qu’une perspective crédible tellement les positions sont divergentes au sein même de la NUPES. Le plus gros clivage étant  entre une vision clairement communiste et une vision démocratique NDLR

 

La création de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) constitue un événement politique majeur, et ce, de deux points de vue. D’une part, elle s’est constituée sur la base d’une rupture claire avec le néolibéralisme et le productivisme, écartant ce qui a été une des causes de l’échec de la gauche, en particulier lors du quinquennat de François Hollande, dont la politique a fini par apparaître largement au service du capitalisme financier.

Certes des divergences, certaines sérieuses, existent entre les différentes forces politiques constitutives de la Nupes. Cela est normal, mais un défi à l’avenir sera de savoir comment construire les débats et les décisions sur ces sujets.

D’autre part, élément décisif, ce cadre unitaire qui se veut pérenne a rendu crédible, donc possible, une alternative démocratique, sociale et écologique recréant ainsi un espoir qui avait largement disparu.

Tout est loin d’être cependant réglé. Une partie importante des classes populaires, employés et ouvriers, victimes des politiques néolibérales, continue de s’abstenir ou d’être attirée par le Rassemblement national (RN) dont la progression se confirme. S’il n’y a aucune fatalité à cette situation, encore faut-il en analyser les raisons.

Le vote RN est certes lié aux difficultés sociales et à un sentiment bien réel d’abandon. Cependant, ce qui rend difficile le fait de détacher les électrices et électeurs du RN, c’est le fait que les questions sociales sont vues à travers le prisme du ressentiment envers celles et ceux qui, dans l’échelle sociale, sont vécus comme en dessous d’eux : les bénéficiaires des minima sociaux traités « d’assistés » ou les immigrés, ressentiment qui peut tourner à la xénophobie et au racisme surdéterminant des affects puissants comme la peur, où les passions mises en œuvre renvoient surtout à la haine de l’autre.

Il ne s’agit pas là d’un simple affect superficiel qui pourrait être facilement éradiqué en se contentant d’avancer des exigences sociales plus ambitieuses que celles du RN ou en luttant seulement contre l’abandon dont elles sont victimes, même si évidemment cela est primordial.

Gagner des électrices et des électeurs aujourd’hui acquis à l’extrême droite suppose d’abord de rester ferme dans le combat et l’argumentation contre le racisme et la xénophobie. Toute concession sur ce terrain ne peut que les renforcer dans leurs convictions et crédibiliser encore plus les formations politiques qui en ont fait leur doctrine.

La Nupes: déjà finie !

La Nupes: déjà finie !

Mélenchon a lancé publiquement l’idée d’un groupe parlementaire  unique NUPES en oubliant au préalable d’en parler à ses partenaires. Résultat c’est déjà la fin de la Nupes car Socialistes, EELV et communistes ont dit « non » à la formation d’un seul et même groupe dans l’hémicycle, proposée par Mélenchon.

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), coalition formée par LFI, EELV, le PS et le PCF à l’issue de la présidentielle pour tenter de remporter un maximum de sièges à l’Assemblée, ne devrait pas durer davantage. Et ce, malgré le souhait exprimé ce lundi par son leader, Jean-Luc Mélenchon.

La  cheffe de file des socialistes à l’Assemblée a clairement refusée la proposition de Mélenchon.

« La gauche est plurielle, elle est représentée dans sa diversité à l’Assemblée Nationale. C’est une force au service du peuple français. Vouloir supprimer cette diversité est une erreur, et je m’y oppose », a ainsi tweeté Valérie Rabault.

À la suite des socialistes, écologistes et communistes se sont également désolidarisés:

« Un intergroupe oui, pour porter nos combats communs. Un groupe unique, nous n’y sommes pas favorables car nous avons des différences », confie ainsi à BFMTV la direction communiste avant d’exprimer son étonnement devant l’initiative du leader Insoumis: « Ce n’est pas du tout ce qui a été convenu dans notre accord, il n’a jamais été question qu’on se fonde dans un seul groupe. »

 

Sondage législatives: Nupes et majorité à égalité

Sondage législatives: Nupes et majorité à égalité

Selon un nouveau sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe pour BFMTV, l’Express avec notre partenaire SFR, la formation Ensemble (La République en marche, le MoDem, Horizons et Agir) arrive tout juste devant la Nupes dans les intentions de vote au premier tour des élections législatives de ce dimanche.

Les candidats Ensemble sont ainsi crédités au niveau national de 27% des intentions de vote, quand ceux soutenus par la Nupes (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale qui regroupe la France Insoumise, Europe Écologie Les Verts, le Parti Socialiste et le Parti communiste) sont donnés à 26,5% dans l’enquête d’opinion.

Les deux coalitions bénéficient toutes deux d’un double phénomène: une mobilisation des électeurs d’Emmanuel Macron et des électeurs de Jean-Luc Mélenchon en hausse ces dernières semaines pour se rendre aux urnes, et d’un soutien en augmentation pour chacune de ces alliances politiques.

À ce jour, 74% des électeurs qui ont l’intention d’aller voter se disent certains de leur choix. À l’inverse, 26% d’entre eux pourraient changer d’avis d’ici à l’élection. À trois jours du 1er tour des élections législatives, les électeurs les plus sûrs de leur choix sont ceux du RN, d’Ensemble, de la Nupes, soit les trois principales formations politiques en France.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol