Archive pour le Tag 'Numericable'

Numericable : un nouveau Vivendi ?

Numericable : un nouveau Vivendi ?

 

Les marchés s’inquiètent sérieusement de l’ampleur de la dette d’Altice qui atteint désormais 45 milliards désormais 45 milliards d’euros de dettes, n’a plus autant la cote auprès des investisseurs. Du coup l’action a perdu plus de 40 % en trois mois. Le dernier achat d’Altis concernant les droits de transmission du foot anglais pose notamment question à tel point que certains se demandent si ne va pas suivre le chemin de l’ancienne société Vivendi.  En France, après avoir consolidé un secteur du câble moribond dans les années 2000, il s’est offert coup sur coup de très gros opérateurs télécoms. Il y a SFR bien sûr, mais aussi Portugal Telecom ou encore le cablô-opérateur américain Suddenlink. Seul bémol dans la stratégie d’acquisitions du groupe : son échec à mettre la main sur Bouygues Telecom en juin dernier. En parallèle, Patrick Drahi se construit un empire dans les médias. Il avale Libération, les titres français du groupe belge Roularta (L’Express, L’Expansion…), avant de mettre la main sur NextRadioTV (BFMTV, RMC…), en juillet dernier. Et ce jeudi, les droits de la Premier League, le très coté championnat de football anglais, pour 300 millions d’euros. A la rentrée, Patrick Drahi marche l’eau. Si beaucoup s’inquiètent déjà de la dette colossale d’Altice, qui s’élève alors à 33 milliards d’euros, ce nouveau « capitaine d’industrie » argue qu’il est tout à fait capable de la rembourser – notamment en taillant dans les coûts de ses acquisitions, un exercice où il est passé maître. Surtout, il assure que ses emplettes relèvent bien d’une « logique industrielle », plaidant notamment en faveur d’une convergence entre les médias et les télécoms.  A ce moment-là, tout va pour le mieux chez Altice. Les résultats du second trimestre de Numericable-SFR, publiés le 29 juillet, l’illustrent. Malgré une véritable hémorragie de clients (plus de 700.000 dans l’Internet mobile et fixe), la Bourse ne moufte pas. Mieux, le titre progresse de plus de 3%, et celui d’Altice, de 4,1%, les investisseurs saluant les performances financières de l’opérateur, tirées par une forte cure d’austérité.

Télécoms : Numéricable-SFR perd 700 000 abonnés

Télécoms : Numéricable-SFR  perd 700  000 abonnés

 

La guerre commerciale fait toujours rage dans les télécoms et les promotions succèdent aux promotions. Du coup le groupe Numéricable SFR perd de nombreux les abonnés. Pour autant grâce à des méthodes de gestion musclée Numericable SFR poursuit son désendettement. Dans son communiqué, Numericable-SFR se montre pourtant optimiste : « La relance commerciale sur le mobile annoncée au mois de mai commence à porter ses fruits avec des ventes brutes record au mois de juin. » Toutefois, le groupe affirme totaliser 21,9 millions de clients mobiles et 6,4 millions de foyers abonnés au haut débit. Or, en comparant ces chiffres avec ceux publiés au premiers trimestre, on constate que le groupe a vu s’évaporer pas moins de 600.000 clients dans le mobile, et 118.000 dans le fixe. Ce qui signifie que le groupe a perdu davantage de clients que sur les trois premiers mois de l’année. Pour Vincent Maulay, analyste chez Oddo Securities, « cette pauvre conquête de clients explique notamment le récent ajustement de prix dans le fixe ». Comme il le rappelle : « Numericable-SFR s’est mis en ligne avec les prix agressifs de Bouygues Telecom, soit 19,99 euros par mois pour la box d’entrée de gamme (chez Red, contre 29,99 euros par mois hors promotion), et 25,99 euros par mois pour la box haut de gamme (contre 39,99 par mois hors promotion) ». En outre, l’analyste relève que cet ajustement de prix, est intervenu peu après le refus du Conseil d’administration de Bouygues de l’offre d’Altice sur Bouygues Telecom. Sur le plan financier, le redressement se poursuit, puisque le groupe de Patrick Drahi affiche un bénéfice net de 79 millions d’euros au deuxième trimestre, contre une perte de 116 millions un an plus tôt. Entre avril et juin, l’opérateur a réalisé un chiffre d’affaires de 2,78 milliards d’euros, en baisse de 2,4%. Toutefois, son excédent brut d’exploitation (Ebitda) ajusté progresse de 19% à 1,06 milliard d’euros. Sachant que le groupe prévoit toujours une croissance de son Ebitda ajusté de 20% en 2015. Le nouvel ensemble Numericable-SFR continue donc de tirer profit des synergies mis en œuvre au début de l’année. Sur le front du désendettement, dont le groupe a fait sa priorité, la méthode Drahi fonctionne toujours à plein régime. Au terme du second trimestre, la dette nette atteint 3 fois son Ebitda. Et ce, « en dépit du rachat et de l’annulation de 10% des actions détenues par Vivendi en mai », précise le groupe dans son communiqué. De quoi renforcer le crédit de Patrick Drahi auprès des banquiers et des investisseurs. En milieu de matinée, le titre Numericable-SFR progressait d’ailleurs de 5,72%, à 52,13 euros.

 

Télécoms : rachat de Bouygues par Numericable SFR ?

Télécoms : rachat de Bouygues par Numericable SFR ?

 

Nouvelles manouvres dans les télécoms mais qui se heurtent à des problèmes de concurrence et de régulation. Même si Martin Bouygues est  à nouveau vendeur, reste un autre obstacle de taille: le gendarme de la concurrence. Ce dernier n’était prêt à envisager une fusion entre SFR et Bouygues que si un des deux réseaux était vendu à Free.  « La consolidation ne peut pas se faire sans nous pour des raisons de concurrence. Le paysage à quatre opérateurs est donc là pour durer », résumait le fondateur de Free Xavier Niel le 4 novembre sur BFM Business.   Autrement dit, un rachat de Bouygues Telecom par Numericable SFR n’est possible que si Patrick Drahi trouve un accord avec Free. Or ce n’est pas gagné du tout. D’abord, les relations entre Patrick Drahi et Xavier Niel sont plus qu’exécrables: ils ne se parlent plus depuis plusieurs années. Surtout, chaque jour qui passe, Free continue de déployer son propre réseau, et a de moins en moins besoin de racheter un réseau clé en main.  Mais Patrick Drahi a quand même tenté sa chance, et envoyé ces derniers mois plusieurs émissaires auprès de Xavier Niel, qui les as tous éconduits Jeudi, Dexter Goei, le bras droit de Patrick Drahi, a assuré lors d’une conférence organisée par Morgan Stanley: « nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies ». Le directeur général d’Altice a ajouté: « Si nous recevons un coup de téléphone de Bouygues, alors pourquoi pas ? Nous aurons cette discussion. Je serais surpris s’il n’y avait pas d’effort en 2015 pour que la consolidation en France se fasse ». Il a précisé qu’il n’aurait pas besoin de procéder à une augmentation de capital pour un rachat de Bouygues Telecom.    Interrogé, Free s’est refusé à tout commentaire. De son côté, Bouygues a renvoyé sur sa position du printemps: « Bouygues réaffirme que sa filiale Bouygues Telecom est en mesure de poursuivre sa stratégie stand alone« .

 

SFR: Vivendi pour Numericable au détriment de Bouygues…et de Montebourg !

SFR: Vivendi pour  Numericable au détriment de Bouygues…et de Montebourg !

Vivendi a finalement tranché « à l’unanimité » en faveur d’Altice/Numericable qui propose 13,5 milliards d’euros à la réalisation de l’opération ainsi qu’un complément éventuel de prix de 750 millions d’euros, et une participation de 20% pour Vivendi dans le nouvel ensemble, qu’il pourra céder ultérieurement.   »L’ensemble devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d’euros », indique Vivendi.  Cette offre « correspond au projet industriel le plus porteur de croissance, le plus créateur de valeur pour les clients, les salariés et les actionnaires », et répond ainsi « le mieux à (ses) objectifs », a fait valoir le groupe pour justifier son choix. Dans la soirée, le groupe Bouygues a réagi en prenant simplement « acte » de cette décision et soulignant que son offre présentait « les garanties les plus sérieuses tant du point de vue industriel que de l’emploi ».  Cette décision va à contre-courant de ce qu’attendait le gouvernement qui s’est ému ces dernières semaines de voir passer le deuxième opérateur français aux mains d’Altice, un groupe luxembourgeois coté à Amsterdam et dont le patron, Patrick Drahi, est un milliardaire franco-israélien qui vit à Genève depuis 15 ans.   »Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions et biens à Paris, en France, et donc nous avons des questions fiscales à lui poser », avait déclaré Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, devenu depuis ministre de l’Economie.  Ce à quoi Altice a toujours répondu que le nouvel ensemble SFR/Numericable serait une entreprise de droit français cotée à Paris.  Arnaud Montebourg qui n’a jamais caché son soutien à Bouygues, a demandé samedi aux vainqueurs de « faire preuve de patriotisme économique pour le choix de ses fournisseurs ».  Il a également assuré qu’il entendait « redoubler de vigilance » sur les engagements pris le groupe de « ne supprimer aucun emploi postérieurement à la fusion, sous quelque forme que ce soit ». Car, l’emploi est un des défis majeurs pour le nouveau groupe.   »Le projet industriel d’Altice/Numericable est celui qui garantit pleinement le développement de l’emploi dans la durée, notamment par les investissements qu’il implique », assure pour sa part Vivendi.  

 

Le gouvernement traque le patron de Numericable candidat pour SFR

Le gouvernement traque le patron de Numericable candidat pour SFR

le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg (opposé à la reprise de SFR par Numericable) puis sa ministre déléguée Fleur Pellerin, qui ont pour habitude de se féliciter des investissements étrangers en France, se sont mis à critiquer la résidence fiscale de Patrick Drahi, et lui ont même demandé de redevenir résident fiscal français.  Patrick Drahi avait acheté Mirs pour 650 millions de shekels (135 millions d’euros), puis l’a revendu à Hot, dont il détenait à l’époque 51,7%. Le prix de revente comprenait un chèque de 486 millions de shekels, plus des compléments de prix allant jusqu’à 450 millions de shekels en fonction des performances futures de Mirs, indiquent les comptes de Hot. Précisément, un complément de 225 millions de shekels devait être versé lorsque Mirs atteindrait 7% de parts de marché. Cet objectif ayant été atteint, cette somme a donc été versée, indiquent les comptes d’Altice. Le reste du complément de prix (56,25 millions de shekels par an) dépend de l’excédent brut d’exploitation de Mirs jusqu’en 2016.  Mais le gouvernement n’entend pas en rester là. Selon une source gouvernementale, Bercy a lancé une enquête sur sa situation fiscale, et notamment sa résidence fiscale exacte, étant donné l’importance que prend Patrick Drahi dans l’économie hexagonale (interrogés sur ce point, les porte-paroles de Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve se sont refusés à tout commentaire, arguant du secret fiscal).  Pour l’instant, Patrick Drahi a opposé une fin de non recevoir aux demandes de rapatriement fiscal des ministres. « Le gouvernement peut bien le demander, mais il n’existe aucune base légale pour forcer Patrick Drahi à revenir », souligne Hervé Israël, avocat associé chez Holman Fenwick Willan. « J’ai ma famille en Suisse. Je n’ai pas prévu de faire rentrer ma famille en France », a déclaré l’intéressé lundi 17 mars. « Sa famille habite Genève depuis 15 ans, ses enfants y sont scolarisés, il ne va pas les déraciner comme ça », ajoute un de ses proches dans le Monde.  Dans les Echos, le roi du câble explique s’être installé en Suisse pour des raisons professionnelles et non fiscales: « j’habite en Suisse depuis 1999, soit un tiers de ma vie. J’ai travaillé pour un câblo-opérateur américain, UPC. Mon patron m’a proposé d’ouvrir le siège européen à Genève. J’y suis resté, avec ma femme et mes quatre enfants ». Dans le Monde, un proche ajoute: « en 1999, il n’avait pas encore fait fortune, donc c’est absurde de dire qu’il souhaitait s’exiler fiscalement ».

 

SFR : négociations exclusives avec Numericable

SFR : négociations exclusives avec Numericable

Le Conseil de surveillance « de Vivendi a décidé d’entrer en négociations exclusives avec Altice pour une période de trois semaines », sur la base d’une offre qui prévoit un paiement de 11,75 milliards d’euros pour Vivendi ainsi que l’attribution de 32% du capital de la nouvelle entité. Après avoir étudié les deux offres émanant d’Altice et de Bouygues, Vivendi a choisi celle du mariage avec Numericable qui « est la plus pertinente pour les actionnaires et les salariés du groupe et (qui) offre la meilleure sécurité d’exécution ». Pour Vivendi, la proposition d’Altice « répond le mieux à l’objectif (du groupe) de devenir rapidement un acteur européen majeur des médias et des contenus et de renforcer SFR comme un acteur dynamique du très haut débit fixe et mobile ». Toutefois, à l’issue de ces trois semaines de réflexion, « le conseil de surveillance se réunira à nouveau pour examiner les suites à donner et s’il doit en conséquence mettre un terme aux autres options envisagées », souligne Vivendi. Le groupe avait en premier lieu envisagé d’introduire SFR en Bourse avant qu’Altice et Bouygues ne viennent proposer des offres de rachat. Altice et Bouygues, propriétaire de Bouygues Telecom, numéro trois du marché français des télécoms, se livrent depuis le 5 mars à une bataille sans merci pour convaincre Vivendi. Bouygues avait ainsi relevé jeudi son offre de débourser 11,3 milliards d’euros en numéraire, en proposant d’octroyer à Vivendi 43% du capital de ce que serait le nouvel ensemble. Son projet valorise SFR à 15,5 milliards d’euros. De son côté, Altice a également relevé son offre in extremis puisque, dans sa proposition initiale, avaient été mis sur la table 10,9 milliards d’euros en numéraire avec 32% du capital de la société fusionnée pour Vivendi.

 

Rachat de SFR : Montebourg attaque Numericable

Rachat de SFR : Montebourg attaque  Numericable

Montebourg qui s’est planté sur le rachat de SFR par Bouygues a visiblement du ml à avaler sa nouvelle boulette. Du coup il attaque le patron de Numericable. « Le débat continue », a affirmé e ministre du Redressement productif à propos du rachat de SFR alors que Vivendi a annoncé poursuivre des négociations exclusives avec Altice, maison mère du cablo-opérateur, pour la cession de sa filiale télécoms SFR. « Je ne suis pas certain, il y a trois semaines de discussion, que les banques aient envie de s’exposer (…) outre mesure », a-t-il ajouté sur France 2. « D’abord, parce qu’il y a un certain nombre de recours qui vont s’exercer de la part du concurrent de SFR, certainement. Il y a des questions qui vont être posées aux autorités de la concurrence européennes et françaises. Donc je crois que le débat continue », a-t-il poursuivi. Vivendi a indiqué ce vendredi 14 mars  qu’il avait choisi d’entrer en « négociations exclusives » avec Altice pour une période de trois semaines en vue de la cession de sa filiale télécoms SFR, écartant l’offre concurrente de Bouygues. Le ministre, qui avait fait part de sa préférence pour un rapprochement entre SFR et Bouygues, a affirmé que la préoccupation du gouvernement dans cette affaire était l’emploi et l’investissement. « Nous défendons l’emploi, l’emploi, l’emploi », a-t-il martelé. « Nous souhaitons qu’il n’y ait pas de casse sociale, nous souhaitons qu’il y ait des investissements ». Selon lui, le gouvernement a signifié ses exigences: « Il y en a trois, a dit le ministre: pas d’emplois perdus, pas de plan de licenciements, pas de plan de départs volontaires, pas de plan social. Deuxièmement : la reprise des investissements de la fibre sur tout le territoire, par Numericable », a-t-il ajouté. Il a également estimé que le patron d’Altice, Patrick Drahi, devrait faire preuve de « patriotisme fiscal ». Il va falloir qu’il fasse preuve de patriotisme fiscal Arnaud Montebourg sur le patron d’Altice « Et troisièmement, nous avons affaire à un dirigeant qui est un milliardaire, tant mieux pour lui, il a réussi, il est propriétaire du câble dans de nombreux pays européens, mais qui a une holding au Luxembourg, il est propriétaire de ses actions à Guernesey, la société est cotée à Amsterdam et il est résident suisse. Donc, il va falloir qu’il fasse preuve de patriotisme fiscal et qu’il rapatrie un peu tout ça en France« , a assuré Arnaud Montebourg.

 

SFR vendu à Numericable », selon Montebourg

SFR vendu  à Numericable », selon Montebourg

 

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a affirmé vendredi sur Europe 1 que le groupe Vivendi avait « décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable », critiquant un choix « qui pose un certain nombre de problèmes et de questions ». « Ce que nous avons compris, (…) c’est qu’ils préfèrent le choix de Numericable », a ajouté M. Montebourg. Il a évoqué un risque de surendettement pour Numericable, filiale de la holding Altice, et des problèmes d’ordre « fiscal » et de « concurrence ».

 

SFR: Numericable ou Bouygues ; le consommateur ou l’emploi ?

SFR: Numericable ou  Bouygues ; le consommateur ou l’emploi ?

Chois cornélien, favoriser la concurrence donc le consommateur, don Numericable ou choisir la concentration et l’investissement (4G, 5G etc.) au détriment de l’emploi, donc Bouygues. L’offre dévoilée jeudi matin par le groupe de Martin Bouygues avait les faveurs de la Bourse de Paris et a mis en ébullition le marché des télécoms: à 14H35, Bouygues gagnait 4,85%, Iliad (Free) 4,55%, Orange 8,69% et Vivendi 0,73%, tandis que Numericable était en repli de 6,37%, dans un marché en légère hausse.  Mercredi soir, Vivendi, maison mère de SFR qui veut s’en séparer pour se recentrer sur les médias, avait fait état de deux offres engageantes « de prise de contrôle majoritaire » du deuxième opérateur télécoms français.  Dans les détails, le groupe de BTP propose à Vivendi 10,5 milliards d’euros en numéraire (garantis par la banque HSBC) et de conserver 46% du capital du nouvel ensemble. Son projet de fusion valorise SFR à 14,5 milliards d’euros avant la mise en place des synergies.  De son côté, Numericable (Altice) n’a pas rendu public son projet. Selon des informations concordantes, il offre 11 milliards d’euros en numéraire, pour une valorisation de SFR à 15 milliards d’euros (pré-synergies). Il a sécurisé son financement auprès de 9 banques et laisserait 32% du capital de la nouvelle entité à Vivendi.  Au-delà de ces données financières assez proches, « ce sont deux offres assez peu comparables car elles auraient un impact totalement différent sur le paysage des télécoms », résume à l’AFP Sylvain Chevallier, spécialiste des télécoms et associé chez BearingPoint.   »Le projet de Bouygues a une logique plus industrielle et ferait repasser le marché à trois acteurs, qui seraient du coup peut-être plus enclins à investir, même s’il y aurait probablement une remontée des prix et un risque sur l’emploi. Le projet de Numericable ne va quant à lui pas changer la pression concurrentielle sur le mobile, et va permettre au câblo-opérateur de devenir réellement convergent », selon lui.  Commentant ces deux « logiques différentes » dont celle plus « disruptive » de Bouygues, le patron d’Orange Stéphane Richard a souligné que l’opérateur historique serait « très attentif aux conditions de cette éventuelle opération, et au traitement qui sera fait pour que l’équité concurrentielle soit préservée » dans l’hypothèse d’un marché passant à trois acteurs.  Pour un autre analyste qui souhaite rester anonyme, « Bouygues se comporte comme si c’était fait, alors qu’il y a d’énormes doutes sur la faisabilité de son projet en termes de concurrence, du point de vue du régulateur ».  Depuis l’arrivée de Free sur le marché du mobile début 2012, les opérateurs se sont livrés à une sanglante guerre des prix qui a sapé leurs marges mais a fait baisser la facture des consommateurs.  Le président de l’Autorité de la concurrence Bruno Lasserre avait jugé en juillet que Free Mobile avait « dynamisé le secteur », et estimé que « plaider pour une consolidation en revenant à deux ou trois opérateurs par pays n’est pas une bonne solution. Je doute que plus de consolidation veuille dire plus d’investissement. On ne peut pas non plus prétendre que la consolidation soit favorable à l’emploi », avait-il souligné.  Car la bataille entre Numericable et Bouygues se joue aussi sur le social, la préservation de l’emploi devant être la priorité des prétendants à SFR, a prévenu mercredi le gouvernement en s’immisçant dans les grandes manoeuvres autour de l’opérateur à marier.   »A ce stade, notre projet ne prévoit aucun plan de départ contraint. Et l’histoire démontre que quand Bouygues prend un engagement, il le tient », a affirmé à l’AFP Philippe Marien, directeur financier de Bouygues Telecom.  Alors qu’une alliance Numericable/SFR verrait se rapprocher des activités plutôt complémentaires, une fusion entre Bouygues et SFR créerait beaucoup plus de synergies et donc plus de doublons en termes d’emplois.  Patrick Drahi, le patron d’Altice, s’est engagé dans Le Figaro mardi « à ne pas licencier, à conserver 8.500 emplois chez SFR et 2.400 chez Numericable, et même à recruter des commerciaux pour le marché des entreprises ».

 

SFR-Numericable : négociations en cours

SFR-Numericable : négociations en cours

 

Après avoir démenti le rapprochement, Vivendi a cependant confirmé lundi avoir été approché par Altice, maison-mère de Numericable, en vue d’un rapprochement entre l’opérateur télécoms SFR et le spécialiste français du câble, tout en précisant ne pas avoir reçu d’offre formelle à ce stade. Après la clôture de la Bourse, Altice a à son tour confirmé avoir « approché Vivendi en vue d’un rapprochement entre Numericable et SFR », ajoutant qu’aucune offre formelle n’avait été « effectuée à ce jour ». Les discussions ont repris entre les deux parties à la suite d’une nouvelle proposition d’Altice, jugée cette fois plus crédible par les dirigeants du conglomérat après une première tentative infructueuse l’an dernier, avaient déclaré précédemment à Reuters des sources proches des discussions. Si elles aboutissent, les négociations se traduiraient par le rachat de l’ »ogre » SFR, dont la valeur d’entreprise est estimée entre 15 et 16 milliards d’euros par les analystes, par le « petit poucet » Numericable (six milliards). L’opération, qui annulerait de facto l’introduction en Bourse de SFR programmée début juillet, chamboulerait un marché français des télécoms éprouvé par deux années de guerre des prix en obligeant les opérateurs concurrents de SFR à envisager des alliances en guise de riposte.Selon trois sources au fait des discussions, la nouvelle proposition avancée par le dirigeant d’Altice Patrick Drahi valorise SFR à plus de 15 milliards d’euros et prévoit que Vivendi conserverait une part minoritaire de 32% dans la nouvelle entité. Le quotidien Les Echos avait fait état dimanche soir d’un accord de principe entre les deux parties mais un porte-parole de Vivendi a démenti qu’un protocole d’accord ait été signé.

SFR : racheté par Numericable

SFR : racheté par Numericable

Selon les Echos de ce lundi 24 février, Altice, la maison-mère de Numericable, dirigée par Patrick Drahi, aurait conclu ce week-end un accord de principe avec Vivendi qui détient SFR. Le quotidien explique que les deux parties auraient passé l’intégralité du week-end à négocier les conditions de cet accord, qui valoriserait SFR à plus de 15 milliards d’euros. En l’état, le texte prévoirait de créer une société commune qui réunirait en son sein SFR et Numericable. Elle serait contrôlée à 50% par Altice et à 32% par Vivendi. Les deux parties espéreraient arriver à un accord ferme « dans quelques semaines ». Les détails financiers de l’opération confirment là encore les informations de BFMbusiness.com: les Echos expliquent qu’Altice lèverait 8 milliards d’euros de dette pour financer l’achat, soit peu ou prou la même somme évoquée fin janvier.  Pour compléter l’offre, Altice devrait également puiser dans ses fonds propres et pourrait notamment utiliser dans ce but l’argent récemment récolté en Bourse. Les synergies attendues par l’opération se chiffreraient à 6 milliards d’euros. Les deux sociétés pourraient notamment mutualiser leurs investissements dans la fibre optique. Cette opération changerait les plans de Vivendi qui projetait, il y a encore quelques mois, d’introduire en Bourse sa filiale télécom, et avait en ce sens opéré une profonde réorganisation scindant en deux ses activités. Mais, au regard des faibles perspectives de croissance du secteur liée notamment au flop de la 4G , l’introduction de SFR risquerait de rencontrer un succès des plus modestes. Davantage d’informations pourraient être connues mardi 25 février, Vivendi devant publier ses résultats annuels avant l’ouverture de la Bourse de Paris.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol