Archive pour le Tag 'nul'

Page 2 sur 2

Foot-PSG : encore un match complètement nul…. comme Blanc

Foot-PSG : encore un match complètement nul…. comme Blanc

 

Comment peut-on produire un match aussi nul avec de tels joueurs ? En conservant Blanc, complètement perdu,  incapable de définir la moindre stratégie, de motiver ses joueurs et de faire des choix tactiques intelligents et productifs. A cet égard les analyse de Blancs d’après -matchs sont à la fois affligeantes et pathétiques. Pas étonnant c’est à peine s’il sait prononcer une phrase à peu près construite sur la forme et pertinente sur le fond  On attend quoi pour le virer ? Que la saison soit complètement gâchée ? Avec ce style de jeu le PSG est certain de perdre toutes les compétitions. Aucun jeu collectif, aucun engagement, maladresse récurrente en attaque (avec un Cavani spécialiste des tirs hors cadre) et maintenant une fébrilité en défense (même du gardien).Un seul joueur s’est mis en évidence à Paris : Lucas.  Bref une honte de produire u, tel jeu avec des individualités  auusi fortes. Au début Paris s’est emparée  de la possession mais de manière stérile ;  les Franciliens font face à Montpelliérains déterminés et qui pressent très haut sur le porteur du ballon. Le PSG se procure tout de même la première occasion de la partie après un une-deux remarquable entre Ibrahimovic et Maxwell (10e). Le centre du Brésilien ne trouve toutefois pas Cavani. Le rythme s’accélère et le MHSC croit ouvrir le score mais le but de Sanson est refusé pour une position de hors-jeu (15e). Ibrahimovic tente sa chance sur coup franc (22e), Lucas fait la différence sur des raids solitaires, Cavani manque presque tout ce qu’il entreprend et le jeu parisien s’embourbe. A la pause, c’est un PSG sans agressivité qui est tenu en échec face à son public. Au retour des vestiaires, les joueurs du PSG reviennent avec de meilleures intentions mais la défense du MHSC, menée par un Hilton intraitable ce soir, veille toujours au grain. David Luiz tente sa chance de très loin (53e) mais Ligali repousse au sol tandis que Cavani ne peut reprendre… Paris pousse avec Lucas, intenable, mais le Brésilien se heurte à son tour sur la défense compacte de l’adversaire. Les minutes s’égrènent et Blanc décide de remplacer  Cavani et Matuidi, qui laissent leur place à Bahebeck et Rabiot. Montpellier reste très discret offensivement et se contente d’attendre les joueurs du PSG. Score final 0-0, le PSG a sans doute laissé passer sa chance de terminer champion d’automne. Le club de la capitale a surtout manqué une opportunité de rassurer ses supporters.  Bref le PSG a une nouvelle fois tout raté.

Télé- Hollande à mi-mandat : bilan nul et présidence décadente

Télé- Hollande à mi-mandat : bilan nul et présidence décadente

Hollande représente sûrement l’archétype du responsable politique  décadent d’un système et d’une  démocratie obsolètes ; Non seulement ses résultats sont nuls et dramatiques mais il se complaît dans cette posture désuète de monarque républicain ; sa prochaine intervention à la télé sera un bide complet d’une part en matière d’audience mais aussi en ce qui concerne le contenu. Hollande n’a strictement plus rien à dire mais la haute idée qu’il se fait de sa fonction (et surtout  de lui-même)  lui impose de le dire quand même. Un président pitoyable produit du système de formation de nos élites, sorte de vieille noblesse décatie qui s’accroche aux branches de la légitimité républicaine pour durer et se reproduire. François Hollande est l’invité ce jeudi soir, pile à mi-mandat, d’une émission spéciale d’une heure trente sur TF1 et RTL, exercice au cours duquel il entend annoncer « de nouveaux chantiers » pour tenter de rebondir. Le point sur ceux déjà entamés. Président le plus impopulaire de la Ve République, François Hollande s’exprime jeudi soir pendant une heure trente, dans un rendez-vous intitulé « En direct avec les Français ». Il doit tenter de lancer de nouveaux projets pour convaincre en espérant rebondir dans les sondages. François Hollande avait bénéficié du soutien de toute la gauche pour son élection en 2012, notamment à cause de la campagne très à droite de Nicolas Sarkozy. Mais une partie de la gauche l’a, depuis, lâché. A mi-mandat, l’entourage du président se réduit à des socialistes divisés.  François Hollande s’était engagé à réduire le déficit de la France, une promesse qu’il peine à tenir. Ramener le déficit à 3% de la richesse nationale, ce devait être fait en 2013, avait promis le candidat Hollande. Une échéance repoussée à  2015, puis à 2017. La priorité de François Hollande, c’est l’emploi. Et pourtant le chômage est à un niveau record, plus de 3 millions 400.000 demandeurs d’emploi sans aucune activité.  L’une de ses priorités, c’est de faire repartir l’activité économique. Mais sa politique de l’offre à l’égard des entreprises suscite d’importantes critiques. Il se traduit par 41 milliards d’euros d’allègements de charges et de fiscalité consentis aux entreprises d’ici 2017. Francois Hollande semble plus à l’aise hors de France. A mi- mandat,  il a déjà trois conflits à gérer : le Mali en janvier 2013, la Centrafrique en décembre et l’Irak. Et à chaque fois le président se rend sur le terrain pour assurer   »le service après vente »  et pour bien marquer l’action militaire et diplomatique de la France.

 

Croissance nulle pour un gouvernement nul

Croissance nulle pour un gouvernement nul

 

L’Europe ne va pas fort mais la France elle est au bord de la récession. Le gouvernement a échoué sur tous les plans : croissance, déficits, chômage, fiscalité. Ce gouvernement est maintenant rejeté par plus us de 80% de l’opinion. Il faut auusi attendre à un nouvel écroulement dans les sondages  de Hollande et de son gouvernement sans compter les conflits corporatistes à prévoir. Bref c’est une fin de règne «  Hollandaise » dramatique pour le pays. Il n’y a plus rien à attendre de Hollande, la défiance est générale tant dans les entreprises que chez les ménages et la question de son maintien jusqu’en 2017 va se poser avant la fin de 2014. Hollande n’a bien sût pas fait bouger le chômage, bien au contraire mais il a tout aggravé. Par inconscience, incompétence et même désinvolture y compris dans sa posture de Président. DSK avait qualifié ce gouvernement d’amateurs, c’est pire c’est un gouvernement d’irresponsables. Les indicateurs économiques sont sans appel. L’Insee l’a annoncé, ce jeudi 14 août 2014: au deuxième trimestre, le PIB français a stagné, avec une croissance de 0%. Dans le reste de l’Europe, les nouvelles ne sont pas meilleures, puisque l’Allemagne perd 0,2% sur la même période et que la croissance de l’UE est elle aussi de 0%. Michel Sapin a déjà réagi, et table désormais sur une hausse du PIB de 0,5% en 2014, contre 1% précédemment. La droite fustige d’ailleurs le gouvernement pour ces résultats. Mais entre la dette publique et l’emploi, la croissance française en berne n’aura pas que des conséquences pour la vie politique française. Ce n’est pas parce que la France évite la croissance négative que l’emploi restera à l’équilibre. Même si les commandes restent au même niveau, dans un pays comme la France, « le même employé devient plus productif chaque année », explique Eric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prédiction de l’OFCE. Si la demande reste stable, les entreprises ont besoin de moins d’employés. « Avec une croissance zéro, les entreprises doivent se séparer de certaines personnes pour économiser, baisser leurs prix et rester compétitives », résume-t-il. En annonçant que la France divisait sa prévision de croissance 2014 par deux, Michel Sapin a également prévenu que la France ne tiendrait pas l’objectif de déficit de 3,8% du PIB cette année. Le gouvernement vise désormais les 4%, et doit convaincre Bruxelles qu’il ne peut pas faire mieux. Le budget de l’Etat 2014 avait été prévu en tablant sur une croissance de 1%. Si le PIB a moins augmenté que prévu, les recettes de l’Etat baisseront également, même si ses dépenses resteront similaires. Reste à savoir si la France arrivera à convaincre Bruxelles: « Le vrai impact de ce taux de croissance sera politique », estime Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank. « La France n’est plus en position de force, et aura du mal à renégocier sa position ». Si le CAC 40 a d’abord enregistré une baisse nette, elle est ensuite repartie à la hausse, visiblement plus influencée par les annonces de Vladimir Poutine que par la croissance française. « La Bourse de Paris n’est pas très sensible à la croissance française, confirme Christopher Dembick.  Paradoxalement, le taux d’emprunt de la France n’a jamais été aussi bas. Selon Christopher Dembick, « Il n’y a aucun lien entre les taux de croissance et cette baisse du taux d’emprunt: l’Allemagne n’emprunte plus sur les marchés, et les investisseurs doivent se rabattre sur le numéro deux de la zone euro. »

 

« Le gouvernement est nul » (Thomas Piketty, économiste)

« Le gouvernement est nul » (Thomas Piketty, économiste)

L’économiste Piketty, très apprécié dans le mode et notamment aux Etats-Unis ne fait pas dans la dentelle énarchique : le PS n’a rien préparé avant les élections, ils n’ont pas réfléchi, ils sont dans l’improvisation permanente, ils sont nuls. Tout est dit. La coqueluche des économistes ne s’embarrasse pas de précautions lorsqu’il évoque la politique économique du gouvernement français, alors que le programme de stabilité doit être soumis au vote de l’Assemblée nationale ce mardi 29 avril.  « Je ne regrette pas le pouvoir précédent, mais le nouveau pouvoir Hollande-Ayrault-Valls est vraiment dans une improvisation qui ne va pas pouvoir durer comme ça pendant trois ans« , estime Thomas Piketty, dont le livre Le capital au XXIe siècle, lui vaut un concert de compliments depuis plusieurs semaines. « Je les trouve vraiment assez nul, ils sont dans une espèce d’improvisation permanente. On a vraiment l’impression qu’ils n’ont pas beaucoup réfléchi, avant les élections, à ce qu’ils allaient faire au pouvoir », continue celui qui a été reçu à la Maison Blanche puis au Fonds monétaire international (FMI). « On ne va pas dans la bonne trajectoire en France et en Europe. Si on s’imagine que l’austérité budgétaire va suffire pour combler un déficit public du niveau qu’on a actuellement, alors on se trompe lourdement et on oublie les leçons de l’histoire », estime Thomas Piketty. « Quand on a 90% du PIB en dette publique, réduire ça avec uniquement l’excédent budgétaire, ça prend des décennies. Je m’inquiète beaucoup des risques que la zone euro soit durablement dans une situation d’inflation et de croissance quasi zéro. On peut se retrouver à traîner une dette comme ça pendant trente ans », insiste l’économiste.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol