Archive pour le Tag 'nucléaire'

Reconsidérer le nucléaire

Reconsidérer le nucléaire

La politique énergétique actuelle de remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables ne conduira qu’à une augmentation de nos émissions de gaz à effet de serre, alertent les scientifiques Sébastien Candel, physicien et Marc Fontecave, chimiste dans une tribune au « Monde ».

Acôté d’une baisse de la consommation d’énergie d’ici à 2050, à un niveau difficile à prévoir, qui résulterait des économies d’énergie, d’une amélioration générale de l’efficacité énergétique et, malheureusement, d’une diminution de l’activité industrielle, une augmentation de l’électrification de notre système énergétique est inéluctable.

Dans la plupart des scénarios énergétiques pour la France à l’horizon 2050, la consommation d’électricité représente au moins 50 % de la consommation totale d’énergie (25 % actuellement). Cela s’explique par la pénétration croissante des énergies renouvelables (ENR) électriques, solaire et éolienne, et par l’électrification de nombreux usages (transport, logement, industrie) pour diminuer la part des énergies fossiles et nos émissions de gaz à effet de serre (GES). La véritable question qui se pose alors est : de quoi sera fait un mix électrique de 400 térawattheures (TWh) à 600 TWh en 2050 ?

La politique énergétique des derniers gouvernements français laisse perplexe. Notre électricité est presque en totalité décarbonée, faisant de la France l’un des pays développés les plus vertueux en matière d’émissions de GES, grâce à une part importante d’énergie nucléaire, énergie bas carbone par excellence, et d’énergie hydraulique. La politique actuelle, d’ailleurs coûteuse, de remplacement du nucléaire par les ENR, ne conduira qu’à une augmentation de nos émissions.

Cette politique se traduit par la décision de fermer quatorze réacteurs nucléaires sur les cinquante-huit actuels (on a en déjà fermé deux à Fessenheim, dans le Haut-Rhin) avant 2035, la non-décision de construction de nouveaux réacteurs, l’arrêt des recherches sur les réacteurs à neutrons rapides de quatrième génération.

Si l’on peut se réjouir de l’autorisation donnée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de prolonger les centrales les plus anciennes de dix ans, au-delà de quarante ans, il faudra en réalité aller plus loin, sans quoi la presque totalité des réacteurs seront arrêtés en 2050, ouvrant la perspective de problèmes majeurs d’approvisionnement électrique.

Dans ce contexte, assez logiquement, on n’échappe pas à la multiplication de scénarios énergétiques impliquant une production électrique renouvelable à 100 %, sans savoir si cela est possible, techniquement, économiquement et socialement, alors que nulle part sur la planète un tel scénario n’est effectif. Le 21 janvier, RTE, le gestionnaire du réseau de transport de l’électricité, et l’AIE, l’Agence internationale de l’énergie, ont remis au gouvernement français un rapport révélateur explicitant les conditions nécessaires pour un tel scénario.

Dissuasion nucléaire: contestation de son manque de crédibilité

Dissuasion nucléaire: contestation de son manque de crédibilité

 

Deux spécialistes de la stratégie et des armes nucléaires, François Géré et Philippe Wodka-Gallien réagissent à leur tour aux propos des deux chercheurs remettant en cause la crédibilité de la force de frappe française à ses débuts ( dans l’Opinion)

Le 13 février 1960, le premier engin nucléaire français « Gerboise bleue » explose avec succès dans le désert saharien du Tanezrouft.

Sous le titre « Pendant longtemps, la dissuasion nucléaire française n’a pas été crédible », l’Opinion a publié le 23 février un entretien avec deux chercheurs. Ce texte provoque de nombreuses et vives réactions dans les milieux spécialisés. Soucieux d’ouvrir le débat, après une première réponse de deux historiens réputés Maurice Vaïsse et Dominique Mongin, nous publions celle, très polémique, de deux spécialistes de la dissuasion française, François Géré et Philippe Wodka-Gallien.

A propos d’un article récent de Pélopidas and C°, remercions les auteurs d’avoir fouillé dans les poubelles de l’histoire pour exhumer les arguments tendancieux et ineptes qui ont marqué les débuts de la construction de la stratégie de dissuasion nucléaire française en les reprenant à leur compte. Saluons une démarche qui démontre une ignorance du principe même de cette stratégie en accumulant les erreurs involontaires ou délibérées et les affirmations infondées. Il y en a tant qu’il serait fastidieux de les reprendre toutes. Par souci de brièveté, nous n’accorderons d’attention qu’aux falsifications les plus grossières.

Il est faux d’affirmer que la doctrine s’est bornée à suivre l’avancée des capacités techniques. Les fondements de la stratégie nucléaire ont été énoncés dès le début des années 1950 par le colonel Ailleret (responsable des essais atomiques du Sahara, devenu ensuite chef d’état-major des Armées). En janvier 1955, il publie dans Défense Nationale — la revue fait référence en matière de travaux académiques — un article intitulé « L’arme atomique : facteur de paix » où il explique : « Si villes, richesses, populations doivent de toute manière être détruites, la guerre n’a plus aucun sens. » Ses articles et conférences ont fait l’objet d’une synthèse, « Essai général de stratégie », rédigée en 1959, avant son entrée en fonction où figurent les principes d’utilisation par la France de l’arme nucléaire.

Le général de Gaulle s’est tenu constamment informé des évolutions de l’arme nucléaire. Fin 1956, après Suez, il avait reçu le colonel Gallois. La synthèse de ses réflexions a été exprimée en décembre 1959, dans le discours dit « de la Rotonde Gabriel », à l’Ecole militaire, qui donne les raisons et présente sans ambiguïté les grandes lignes de la stratégie de dissuasion nucléaire.

 

« Se prétendant novateurs, les auteurs ne font que reprendre l’ouvrage polémique de Raymond Aron “Le grand débat” »

Lavage de cerveau. Se prétendant novateurs, les auteurs ne font que reprendre l’ouvrage polémique de Raymond Aron Le grand débat, 1963, dirigé contre Gallois — qu’il avait pourtant encensé dans la préface de son livre de 1960 Stratégie de l’âge atomique. A la suite d’un séjour aux Etats-Unis où il avait complaisamment subi un lavage de cerveau par les « crânes d’œuf » entourant McNamara, Aron a repris l’argumentaire de ce dernier qualifiant la petite force nucléaire française « d’inefficace, inutile et dangereuse ». L’approche d’Aron était d’autant plus étrange qu’à cette date, il ne pouvait ignorer les objectifs capacitaires fixés par la loi de programmation militaire de 1960.

Sur le plan technique, il est faux de prétendre que les Mirages IV ne pouvaient accomplir leur mission. En dépit d’une défense aérienne, même très performante, l’interception à 100 % n’existe pas. S’agissant de bombes conventionnelles, le phénomène est évidemment gênant mais tolérable ; avec des armes nucléaires, le fait que quelques avions puissent passer relève du risque exorbitant. Quel dirigeant rationnel prendrait le risque de la guerre nucléaire devant la probabilité que quelques appareils puissent passer ? Mach 2 est encore l’atout maître du Mirage IV pour percer. Aucun adversaire ne saurait faire le pari de stopper la totalité d’un raid de saturation, qui bénéfice en outre d’avions d’escorte.

S’attaquer à la crédibilité revient à saper les fondements de la politique française, fondée sur l’autonomie de décision. La crédibilité repose sur une capacité de riposte garantie vers des cibles démographiques de haute valeur, donc un petit nombre. Dès l’entrée en service du Mirage IV en octobre 1964, première composante de la force de frappe, la crédibilité repose sur deux éléments : le vecteur et la charge. La loi de programmation militaire de 1960 prévoit de constituer en dix ans un parc diversifié de vecteurs pour, peu ou prou, traverser les défenses adverses. L’objectif capacitaire prévoit plus de 60 bombardiers Mirage IV (50 au titre d’un premier contrat, puis 16, le tout livré en cinq ans !), les missiles du Plateau d’Albion (ce sera 18, mai 1968 ayant eu raison du budget), et cinq sous-marins lanceurs d’engins dotés chacun de 16 missiles (un à deux sont en mer).

 

Dès 1965, le potentiel balistique est démontré avec la mise en orbite réussie d’Astérix, le premier satellite français. La fusée Diamant sert à la mise au point des missiles de la force de frappe. L’engin est 100 % « made in Normandie ». La démarche est ab initio. La nouvelle Direction de l’armement lance le projet de SNLE sans passer par l’étape intermédiaire du sous-marin d’attaque, à l’inverse des Soviétiques, des Américains et des Britanniques. Un seul M1 ou M2, équivaut à 40 Hiroshima, une mégatonne avec le M20.

« A Washington, McNamara, secrétaire d’Etat, s’oppose à la constitution de forces nucléaires indépendantes au sein de l’Alliance. Pourtant, il doit s’incliner devant John Kennedy qui accepte de nous fournir des avions de ravitaillement »

« Bombinette ». Parlons « charges ». C’est la vocation des essais nucléaires. Le premier, le 13 février 1960, dans le désert algérien, dégage 40 kilotonnes, trois fois l’arme qui a ravagé Hiroshima. En juillet 1966, l’essai Tamouré voit un Mirage IV larguer une bombe opérationnelle, validant ainsi le combiné Mirage IV-bombe AN21, une « bombinette » qui produit 50 kilotonnes. L’opération est renouvelée avec un Mirage III en 1973 puis un Jaguar en 1974. Le premier essai thermonucléaire, en août 1968, donne 2,6 mégatonnes.

La relation avec les alliés a toute sa place dans notre récit nucléaire. Le général de Gaulle s’appuie sur l’atome pour s’affirmer vis-à-vis de Londres et de Washington. Coopérer entre alliés : rien de plus normal. A Washington, McNamara, secrétaire d’Etat, s’oppose à la constitution de forces nucléaires indépendantes au sein de l’Alliance. Pourtant, il doit s’incliner devant John Kennedy qui accepte de nous fournir des avions de ravitaillement d’autant que cette demande reçoit le soutien du général Curtis Le May. La solution alternative aurait fait appel à des Caravelle modifiées en citernes volantes. L’aide des alliés est bienvenue en apportant gain de temps et gain d’argent.

Il est faux et ridicule de reprendre la thèse, sans lendemains, du « détonateur », selon laquelle la force française n’aurait eu pour fin que de pousser les Etats-Unis à une frappe nucléaire contre l’Union soviétique.

Il est faux de mentionner qu’un chiffre a été retenu pour déterminer les pertes de l’URSS. On s’est contenté de mentionner des « dommages intolérables », parfois d’un équivalent à la « valeur France », mais sans jamais fixer de seuil.

« La raison de cette entreprise négationniste se révèle en fin de parcours : remettre en question les programmes de modernisation de l’armement nucléaire français. Nommons cela la stratégie du castor : “Ronger les racines pour faire tomber l’arbre” »

Domaine du virtuel. Mis à part Gallois, les auteurs ignorent (ou veulent ignorer) les théoriciens de la stratégie de dissuasion nucléaire : Ailleret, Beaufre et Poirier. Ceci explique une incompréhension totale des particularités, uniques, de ce mode dissuasif. Beaufre remarquait « la compréhension générale du phénomène est faussée chaque fois que l’on envisage un problème nucléaire sous l’angle de son déclenchement et non sous celui de la dissuasion — ce qui est juste l’inverse. » On ne saurait confondre, ajoute Beaufre, « la menace de déclenchement avec le déclenchement effectif. » (Dissuasion et Stratégie, 1964).

Cette distinction fondamentale se retrouve dans les écrits de Lucien Poirier auteur du « modèle de stratégie nucléaire concevable pour la France » (1966) fondant le concept de « dissuasion du faible au fort », validé par le ministre des Armées, Pierre Messmer et approuvé par de Gaulle. Poirier explique que la dissuasion nucléaire opère dans le domaine du virtuel. L’arme nucléaire constitue une menace pour le candidat agresseur éventuel qui se voit dans l’obligation de l’intégrer en amont dans son calcul du gain escompté au regard des pertes probables. Si la dissuasion venait à échouer, cela n’entraînerait nullement de manière automatique une riposte nucléaire. Les responsables auraient à déterminer le choix d’une nouvelle stratégie soit de manière autonome, soit en concertation avec leurs alliés.

Il est faux d’affirmer que la notion de « tous azimuts » a figuré dans la doctrine française. L’article du général Ailleret dans la « Revue de Défense nationale », en décembre 1967 était conçu par de Gaulle comme un « ballon d’essai » qui fut rapidement abandonné.

La raison de cette entreprise négationniste se révèle en fin de parcours : remettre en question les programmes de modernisation de l’armement nucléaire français. Nommons cela la stratégie du castor : « Ronger les racines pour faire tomber l’arbre. » Mais ce n’est pas par des artifices aussi grossiers que l’on y parviendra.

François Géré est président du Cercle Lucien Poirier et de l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas), auteur du livre «  La pensée stratégique française contemporaine » (Economica).

Philippe Wodka-Gallien est membre de l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas) et auteur du livre «  La dissuasion nucléaire française en action – Dictionnaire d’un récit national  » (Ed. Decoopman).

Le nucléaire meilleur ennemi des écolos (François de Closets )

Le nucléaire meilleur ennemi des écolos (François de Closets )

 

Pour François de Closets : « Dans la mouvance verte, la lutte contre l’atome a pris une place aussi centrale que la lutte des classes dans la gauche radicale »Tribune dans l’Opinion.

Tribune

Dieu qu’il est difficile de renoncer à un ennemi ! La veille on le combat, on prétend l’éliminer et le lendemain, il devient un partenaire avec lequel il faut vivre et se battre. C’est ainsi que la gauche s’est déchirée entre la voie révolutionnaire et la voie réformiste. Le mouvement ouvrier s’est construit au XIXe siècle contre le capitalisme qu’il entendait vaincre et détruire. Au XXe siècle, cette rupture n’est plus d’actualité. Les socialistes allemands se rendent à l’évidence dès 1959 avec le programme de Bad Godesberg ; les socialistes français ne feront leur aggiornamento que dans les années 1980, en cultivant la nostalgie de l’anticapitalisme originel. Sans doute vivons-nous une histoire du même type avec l’écologisme désespérément accroché à son meilleur ennemi : le nucléaire.

A la fin des années 1960, la conscience écologique naissante eut du mal à s’affirmer face à la société industrielle. La nature, rebaptisée environnement, était certes une noble cause mais guère mobilisatrice. Contester le développement, n’était-ce pas contester le progrès ? Attitude éminemment réactionnaire. C’est alors que le nucléaire vint jouer le rôle de l’ennemi idéal, celui qu’on aime détester.

Son acte de naissance est impardonnable : Hiroshima ! Sous sa forme civile, il conserve cet aspect froid, surpuissant, inquiétant et même terrifiant. Pour qui rêve de réconcilier le monde moderne et la nature, il n’est rien de plus rebutant. Ecologisme, pacifisme, antimilitarisme et nucléophobie se marient tout naturellement. En Allemagne d’abord, en France ensuite. L’affirmation antinucléaire est le premier pas de l’engagement écologique.

Prise de conscience. A la fin des années 1970, j’avais envisagé d’opposer dans une même émission les pro et les antinucléaires. A chaque camp, j’avais fourni une équipe avec laquelle il pourrait réaliser un film montrant d’un côté ce que serait une France nucléarisée et, de l’autre, ce que serait une France dénucléarisée. Lors du visionnage, je découvris que les écologistes s’étaient contentés de faire un pamphlet antinucléaire. La haine de l’atome tenait lieu de programme. L’émission n’a évidemment jamais pu avoir lieu, mais cet échec est significatif. Dans la mouvance écologiste, la lutte contre l’atome avait pris une place aussi centrale que la lutte des classes dans la gauche radicale. Il était plus important de dénoncer la malfaisance de l’atome que de préparer le monde durable de demain.

La prise de conscience écologiste s’est construite sur l’abus des pesticides, l’explosion démographique et l’invasion industrielle. L’épuisement de la nature et surtout le dérèglement climatique s’y sont ajoutés dans les années 1980. Puis le réchauffement, suivi année après année par les savants, est devenu le pire danger. L’humanité joue son avenir sur sa capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les défenseurs de l’environnement se sont découvert un nouvel ennemi : le carbone.

Les inconvénients de l’énergie nucléaire sont bien connus : risque d’accident, production de déchets. Le bon fonctionnement du parc français aurait pu réduire les préventions. D’autant que, face au réchauffement, le nucléaire présentait un avantage capital : celui d’offrir une énergie décarbonée. Ce moindre danger et ce nouvel avantage ne changèrent en rien l’idéologie nucléophobe des mouvements écologistes.

C’est alors que survinrent les deux catastrophes de Tchernobyl en 1986, et de Fukushima en 2011. La première pouvait être imputée à l’incurie du système soviétique, il était plus difficile d’évacuer la seconde. Le Japon était le pays le plus conscient du péril nucléaire comme des risques telluriques. En outre, il avait une parfaite maîtrise des technologies de pointe. Il devait donc dominer la sûreté nucléaire, c’est-à-dire rester, en toutes circonstances, maître de la situation.

Or il apparut clairement à Fukushima que les responsables étaient complètement dépassés et n’avaient aucun scénario de secours. Pour les écologistes, c’était la défaillance impardonnable qui confirmait la condamnation. La « sortie du nucléaire » était plus que jamais une évidence. Il ne fallait qu’en fixer la date.

«Des leaders écologistes, toujours plus nombreux, s’interrogent sur le bien-fondé de ce postulat. Ils préparent leur Bad Godesberg – l’heure de vérité où ils reconnaîtront que l’on devra vivre avec le nucléaire tout en développant au maximum des énergies renouvelables»

Mais l’évidence ne peut tenir lieu de raisonnement. Il faut revenir aux deux questions de base. Peut-on accepter le risque nucléaire après Fukushima ? Peut-on se passer tout à la fois de l’énergie nucléaire et des énergies fossiles ? A la première question, Angela Merkel a tout de suite répondu : « non ». La catastrophe japonaise a révélé une telle dangerosité que le nucléaire devait être purement et simplement éliminé. Cette réaction, tout le monde l’a éprouvée, il faut pourtant la dépasser.

Nouvelles exigences. Paradoxalement, l’atome n’est pas plus dangereux mais, au contraire, plus sûr après Fukushima. En effet, pour la sécurité nucléaire comme pour la sécurité aérienne, tout accident apporte des améliorations car il révèle des défaillances qui sont ensuite corrigées. De nouvelles exigences sont apparues. D’où la difficulté de construire l’EPR dont les normes de sécurité dépassent de loin celles des installations actuelles. La nouvelle génération des centrales nucléaires présentera donc un moindre risque que la génération actuelle.

Mais la question reste posée : peut-on s’en passer, alors que nous devons renoncer aux énergies fossiles ? Est-il possible de vivre sur le soleil, les chutes d’eau et le vent, avec un peu de biocarburant en prime ? L’humanité a vécu l’essentiel de son histoire en ne disposant d’énergie que celle du bois, elle peut donc se passer de la fission atomique comme de la combustion des carburants ! A condition de renoncer au monde industriel, de revenir à un mode de vie ancestrale plus ou moins améliorée par le progrès scientifique…

Dans aucun pays moderne, les populations ne veulent envisager un tel changement et les écologistes ne le proposent pas. Il s’agit donc d’assurer un mode de vie « moderne » avec l’électricité du soleil et du vent. En dépit de toutes les économies d’énergie, le pari parait difficile à tenir.

Entre bazar et nécessité. Pour le noyau dur de l’écologisme, la sortie du nucléaire ne se discute pas : c’est une affaire de principe. Les autres, ceux qui gardent le contact avec la réalité, reconnaissent que le double renoncement à l’énergie nucléaire et aux énergies fossiles est tout sauf évident. Comme tout ministre de l’Ecologie, Barbara Pompili est empêtrée entre les mythes écologiques et la réalité économique, entre le bazar et la nécessité. La militante écologique ne peut abandonner le principe antinucléaire, mais la ministre ne peut laisser le pays sans électricité.

Peut-on imaginer que les photopiles qui dorment la nuit et les pales des éoliennes qui ne tournent qu’au gré du vent pourront alimenter un réseau électrique qui, lui, doit en permanence répondre à la demande des usagers ? La question a été posée à l’Agence internationale de l’énergie et au gestionnaire de notre réseau électrique, RTE. Le rapport qu’ils viennent de remettre à la ministre, pour austère qu’il soit, est un modèle de technique diplomatique. Il dit les choses, à vous de conclure.

Très sagement, les techniciens préfèrent énoncer les problèmes qu’apporter les solutions et éludent la question du coût comme de l’acceptation sociale. Moyennant quoi, ils satisfont leur commanditaire en ne disant pas qu’une France décarbonée et dénucléarisée est impensable. Leur copie élimine le nucléaire, comme il se doit, ne fait qu’évoquer les centrales électriques « vertes » à pareille échelle, et les gigantesques aménagements du réseau électrique pour passer de l’intermittence de la production à la permanence de la consommation. La ministre pourra dire que techniquement, ce n’est pas impossible, et sembler en déduire que, politiquement, c’est possible. Et l’on continuera à repousser l’horizon d’une France dénucléarisée et décarbonée. Tout cela parce que nous avons l’obligation idéologique de sortir du nucléaire.

Des leaders écologistes, toujours plus nombreux, s’interrogent sur le bien-fondé de ce postulat. A l’étranger, mais aussi en France. Comme les communistes qui pratiquaient le réformisme en se référant à la révolution, ils préparent le Bad Godesberg des écolos – l’heure de vérité où ils reconnaîtront que l’on devra vivre avec le nucléaire tout en développant au maximum des énergies renouvelables. Cela ne se fera pas sans des protestations et des déchirements, car il est bien souvent plus difficile de rompre avec un ennemi qu’avec un ami.

Nucléaire: Un accord provisoire entre l’Iran et l’agence internationale

Nucléaire: Un accord provisoire entre l’Iran et l’agence internationale

L’Iran s’est félicitée  hier des discussions à Téhéran avec le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, à l’approche de la mise en application d’une loi qui limiterait les inspections des activités nucléaires en cas de maintien des sanctions américaines.

L’AIEA et l’Iran ont publié une déclaration conjointe indiquant que Téhéran continuerait de mettre en œuvre l’Accord de garanties globales, ses obligations fondamentales envers l’agence qui permettent de surveiller ses installations nucléaires déclarées.

L’AIEA poursuivra également «les activités de vérification et de surveillance nécessaires pendant jusqu’à trois mois», indique le communiqué, sans préciser quelles sont ces activités.

Grossi, ched de L’AIEA a déclaré que les mesures que l’Iran prendrait cette semaine seraient «dans une certaine mesure atténuées» par les termes de ce nouvel accord temporaire.

«Ce que nous avons convenu est quelque chose de viable, il est utile de combler ce fossé que nous avons, de sauver la situation maintenant. Mais bien sûr, pour une situation stable et durable, il faudra une négociation politique qui ne dépend pas de moi », a déclaré Grossi, suggérant que cela créait une fenêtre pour des pourparlers sur le sauvetage de l’accord nucléaire.

Dans un geste à l’égard de l’Iran, les États-Unis ont accepté jeudi une invitation des Européens à participer à des pourparlers pour relancer l’accord de 2015. Mais le lendemain, Joe Biden a appelé les puissances européennes à travailler de concert avec les États-Unis pour répondre aux « activités déstabilisatrices » de l’Iran au Moyen-Orient.

La partie est encore loin d’être jouée car à la confrontation des stratégies diplomatiques s’ajoutent aussi des considérations internes surtout en Iran pour ne pas perdre la face.

Nucléaire Iran : les États-Unis pour la reprise des négociations

Nucléaire Iran : les États-Unis pour la reprise des négociations

 

C’est évidemment une bonne nouvelle pour la paix mondiale mais aussi pour l’Iran qui souffre cruellement économique dès sanctions prises à son égard en raison du non-respect de l’accord international sur le nucléaire

.

Le problème est que les États-Unis ont manifesté des gestes de bonne intention à l’égard de l’Iran en levant des sanctions mais que l’Iran continue d’exploiter la filière nucléaire bien au-delà de l’accord qui avait été passé.  Jean-Yves le Drian, ministre des affaires étrangères français avait d’ailleurs averti des risques de voir l’Iran posséder un jour une arme nucléaire.

 

Un  communiqué américano-européen souligne à cet égard une «préoccupation commune» face à la récente décision iranienne de produire de l’uranium enrichi à 20% et de l’uranium métallique, qui constitue une «étape clé dans le développement d’une arme nucléaire»«Nos mesures sont une réponse aux violations américaines et européennes», a réagi jeudi soir le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. «Nous répondrons aux actes par des actes», a-t-il ajouté. Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, est attendu samedi en Iran pour «trouver une solution mutuellement acceptable», selon l’organisation basée à Vienne, qui s’inquiète du «sérieux impact» des limitations futures de ses inspections.

Ce réchauffement des relations entre l’Iran et les grandes puissances occidentales vise évidemment à limiter les  proliférations nucléaires mais obéit aussi à des objectifs diplomatiques. En effet la poursuite d’un conflit ouvert entre l’Iran, les États-Unis et ses alliés seraient sans doute de nature à pousser l’Iran un peu plus dans les bras de la Chine.

Iran : une nouvelle procédure à propos du nucléaire ?

Iran : une nouvelle procédure à propos du nucléaire ?

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, propose une nouvelle procédure pour sortir la négociation de l’accord sur le nucléaire de l’impasse.. Il propose notamment que la discussion soit animée par l’union européenne afin résoudre le conflit entre l’Iran et les États-Unis sur ce sujet. « On peut établir un mécanisme pour synchroniser et coordonner ce qui peut être fait », a déclaré Mohammad Javad Zarif sur la question de savoir ce qui pourrait être fait pour rapprocher Téhéran et Washington lors d’une interview à CNN.

Chacun des gouvernements tient à ce que l’autre soit le premier à se conformer aux règles.

Selon Mohammad Javad Zarif, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, pourrait « orchestrer les décisions à mettre en place par les Etats-Unis, et celles qui doivent être prises par l’Iran ».

La Commission coordonnée par Josep Borrell inclut l’Iran et six autres pays : la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie et les Etats-Unis.

Selon les termes de l’accord, l’Iran accepterait de limiter son programme nucléaire afin de rendre plus difficile le développement d’armes nucléaires en échange d’un assouplissement des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis.

L’ancien président américain, Donald Trump, s’était retiré de l’accord en 2018 et avait imposé à nouveau les sanctions américaines.

Le nouveau président des Etats-Unis, Joe Biden, a déclaré que si l’Iran respectait à nouveau strictement l’accord, Washington le ferait aussi.

Iran : la menace nucléaire

Iran : la menace nucléaire

 

Pour Jean-Yves Le Drian ( entretien accordé au Journal du Dimanche), il  est urgent que Téhéran et Washington reviennent dans l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien , alors que Joe Biden arrive dans le Bureau ovale et dans la perspective d’élection présidentielle en Iran en juin prochain. « L’objectif d’un nucléaire militaire devient de plus en plus précis », a estimé dimanche 17 janvier sur franceinfo Thierry Coville, chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques, spécialiste de l’Iran.

franceinfo : Pourquoi Jean-Yves Le Drian tape-t-il du poing sur la table ?

Thierry Coville : L’Europe est assez mal à l’aise sur ce dossier. Taper du poing sur la table avec l’Iran c’est bien mais il aurait fallu taper encore plus fort chez les Etats-Unis. En mai 2018, Donald Trump sort de l’accord alors que l’Iran le respecte. L’Europe a toujours soutenu cet accord, mais s’est révélée assez faible politiquement parce qu’elle a été incapable de s’opposer aux sanctions américaines. Il faudrait faire autre chose que de soutenir l’accord avec des mots.

Doit-on s’inquiéter de ce qui se passe en Iran ?

Oui parce qu’avec un enrichissement de l’uranium à 20%, l’Iran sort très clairement de l’accord sur le nucléaire de 2015. L’objectif d’un nucléaire militaire devient de plus en plus précis. D’un autre côté, je pense qu’on est plus dans une stratégie de négociations. L’Iran envoie des signaux à la nouvelle administration américaine pour leur dire de revenir le plus rapidement dans l’accord, d’annuler les sanctions imposées par Donald Trump, et qu’eux reviendront dans l’accord sur le nucléaire de 2001.

C’est donc un faux bras de fer. Est-ce une démarche étonnante de la part de l’Iran ?

C’est tout à fait logique. En mai 2018, les États-Unis sortent de l’accord et Donald Trump réimpose toutes les sanctions qui avaient été annulées en 2105. Donc l’Iran se retrouve à respecter un accord avec une économie qui s’effondre du fait des sanctions américaines. Pendant un an, ils ont respecté l’accord en demandant aux Européens de contrer les sanctions américaines.

À partir de juin 2019, ils ont pris un certain nombre de mesures pour sortir petit à petit de l’accord. Un moyen de pression, en envoyant des signaux aux Européens et aux Américains en leur disant de revenir dans l’accord. Avec une nouvelle administration américaine qui a annoncé sa volonté de revenir dans l’accord, l’Iran accentue sa stratégie de négociation avec des moyens de pression et dit aux États-Unis que s’ils ne reviennent pas ils se dirigeront vers du nucléaire militaire.

Quel était l’avenir entre l’Iran et l’Europe avant le départ des Américains ? Est-ce qu’il y avait vraiment une amélioration ?

Cet accord était très important, il garantissait un nucléaire civil en Iran jusqu’en 2025, mais il était important pour une réintégration du pays dans le système international, notamment sur le plan économique. On commençait à avoir en Iran une reprise de la croissance, une hausse des investissements et une percée des entreprises. Il y avait une ouverture économique du pays, un certain nombre de signaux positifs. C’était le premier accord diplomatique, depuis la révolution iranienne, où les États-Unis et l’Iran étaient côte-à-côte.

Quelle est la situation économique iranienne aujourd’hui ?

Depuis 2019-2020, ils ont une récession de 6% à 7%, et une inflation à 40%. En plus, l’Iran a été très touché par la crise du Covid-19. Il y a une pénurie de médicaments, parce que du fait des sanctions américaines, ils ne peuvent pas acheter tous les médicaments qu’ils veulent, et cela les pénalise dans la lutte contre le virus. Donc, la situation économique et sociale est catastrophique en Iran.

Nucléaire États-Unis : le renouveau au nom de la cause écologique

Nucléaire États-Unis : le renouveau au nom de la cause écologique

Biden veut faire de la lutte contre le changement climatique l’un des piliers de son administration et a soutenu la recherche et le développement de technologies nucléaires avancées.

Les réacteurs nucléaires génèrent une électricité pratiquement sans émissions, ce qui signifie qu’ils peuvent contribuer à atteindre des émissions nettes nulles issues de la production d’électricité dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les États-Unis ont environ 94 réacteurs traditionnels, sur les 440 dans le monde, mais la hausse des coûts a contraint de nombreuses usines à fermer et cinq autres devraient fermer cette année dans l’Illinois et à New York. L’énergie nucléaire fait face à la concurrence des centrales électriques qui brûlent du gaz naturel bon marché et abondant et des énergies renouvelables, notamment éolienne et solaire.

Le secteur de l’électricité aux États-Unis se caractérise par une large prédominance des combustibles fossiles : leur part dans la production d’électricité atteint 62,1 % en 2019, dont 23,3 % pour le charbon et 38,4 % pour le gaz ; la part du nucléaire est de 19,5 % et celle des énergies renouvelables de 18,1 % (hydroélectricité : 6,5 %, éolien : 7,2 %, solaire : 2,6 %, etc.).

Par comparaison en France ,à ce jour, il y a 19 centrales nucléaires et 58 réacteurs répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain. Placée au 2e rang mondial en matière de production d’énergie nucléaire, la France est fortement dépendante de ses centrales. En effet, dans le mix énergétique français, le nucléaire est la première ressource servant à produire de l’électricité. Selon RTE, en 2017, 71,6 % de la production totale d’électricité en France provenait des centrales nucléaires. Le point sur les centrales nucléaires en France.

En outre, dans le monde entier, les centrales nucléaires sont confrontées à des coûts de maintenance et de sécurité croissants, notamment la protection contre les attaques de militants ou les réponses réglementaires à la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011.

Cinq nouveaux réacteurs nucléaires ont été mis en service l’année dernière en Chine, en Russie, en Biélorussie et aux Émirats arabes unis, selon Sama Bilbao y Leon, le directeur général du groupe industriel, l’Association nucléaire mondiale.

L’utopie des éoliennes pour remplacer le nucléaire ?

 L’utopie des éoliennes pour remplacer le nucléaire ?

 

Par Samuel Furfari, professeur de géopolitique de l’énergie à l’Université Libre de Bruxelles, président de la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels rappelle dans le journal l’opinion au bon sens économique et énergétique dans le rapport au nucléaire. Il est clair en effet que les des éoliennes dans la puissance théorique dans la plupart du cas est de 2 MW ne peuvent concurrencer le nucléaire , chaque réacteur classique est d’une puissance de 900 MW et 1660MW  pour les EPR. En clair il faudrait des milliers et des milliers d’éoliennes pour remplacer chaque centrale nucléaire.

 

Chronique

.

Abraham Maslow, le fondateur de la psychologie transpersonnelle, nous a laissé cet aphorisme : « Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou ». En matière d’énergie, actuellement l’Union européenne (UE) estime ne posséder que l’outil des énergies renouvelables. Lors de récent Conseil européen, elle a confirmé implicitement prétendre décarboner l’UE en 2050 en misant exclusivement sur ces énergies. Quel changement par rapport à la clairvoyance des Six ministres des affaires étrangères réunis à Messine le 1er juin 1955 ! Ce qui n’était même pas encore la Communauté européenne avait engrangé un succès avec la paix et la réconciliation grâce au charbon. Les Six ayant compris qu’il fallait diversifier l’approvisionnement énergétique ont lancé l’idée de la Communauté européenne de l’énergie atomique qui allait aboutir à la signature du traité Euratom à Rome en 1957. Quel était leur mobile ? On le trouve dans la Résolution de Messine : « Il n’y aura pas d’avenir pour la Communauté européenne sans énergie abondante et bon marché ».

Nous semblons avoir oublié cette leçon de l’histoire puisque l’UE s’enfonce dans la monoculture des énergies renouvelables en rejetant tout le reste au point que pour certains l’énergie hydroélectrique n’est pas compatible avec le développement durable. L’extraordinaire développement économique et sociétal de ces 75 dernières années résulte de la mise à disposition d’énergie abondante et bon marché. Le nucléaire a grandement contribué à ce succès fournissant une électricité sans discontinuité et à un prix bas. C’est grâce à cette continuité de l’approvisionnement que nous avons survécu la crise de la Covid. On n’ose pas imaginer ce qu’auraient été nos hôpitaux s’ils devaient être alimentés par des moulins à vent qui ne fonctionnent qu’en moyenne que 23 % du temps dans l’UE.

Hélas, depuis que l’UE oblige la production d’électricité renouvelable le prix moyen pour les ménages de l’UE a augmenté de 2,3 % par an. Chacun peut le constater sur sa facture. J’ai montré que pour les États membres de l’UE il y une augmentation linéaire du prix de l’électricité en fonction de la part de l’éolien et du solaire et qu’elle diminue tout aussi linéairement avec la part de nucléaire. Les Danois et les Allemands payent en 2019 leur électricité 29,5 et 28,8 c€/kWh tandis que les Français payent 18,5 c€/kWh, bien qu’il faille amèrement constater que dix ans plus tôt ce prix n’était que de 12,1 c€/kWh.

Le succès nucléaire de la France est dû à la volonté politique des présidents Pompidou et Giscard d’Estaing. Il est urgent de revenir au sens commun, en réaffirmant que l’avenir de l’électricité est le nucléaire et non pas la chimère des énergies renouvelables. Malgré 40 années de financements et de soutiens divers, les énergies éolienne et solaire ne peuvent rivaliser avec l’énergie nucléaire. Chères, intermittentes, déclenchant le besoin de subsides pour les centrales au gaz qui doivent venir en support lorsque la nature ne veut pas produire l’électricité, elles ont un impact sur l’environnement dont les citoyens prennent enfin conscience et dont Alain Finkielkraut vient de souligner qu’ « elles transforment tous les paysages en site industriels ». Après avoir dépensé 1.000 milliards d’euros, elles ne représentent respectivement dans l’UE et en France que 2,5 % et 1,4 % de l’énergie primaire. Tout ça pour ça !

On prétend que l’énergie nucléaire est chère ? Nuançons. L’électricité nucléaire est bon marché comme vient de le montrer une étude de l’OCDE sur 243 centrales dans 24 pays. Ce qui est cher est l’investissement qui a besoin de temps longs pour être récupéré. Or que se passe-t-il depuis que l’UE impose à ses États membres la production d’énergies renouvelables ? La rentabilité de toutes les centrales est remise en question, car on est contraint de donner priorité de transmission à l’électricité la plus chère. L’UE a cassé le marché intérieur qu’elle s’est évertuée à créer depuis 30 ans. Si les politiques ne perturbaient pas le fonctionnement du marché, on n’en serait pas là. Le nucléaire serait resté avec l’hydroélectricité une source d’énergie abondante et bon marché.

 

Mais revenons à Maslow. Sa pyramide des besoins nous enseigne qu’il est inutile de parler d’environnement, de planète et de biodiversité aux populations démunies. Cela n’est audible que pour ceux qui ont gravi tous les niveaux de la pyramide des besoins. En dehors de l’OCDE, la préoccupation n’est pas la lutte contre le changement climatique, mais l’énergie  ―  singulièrement l’électricité  ―  abondante et bon marché. Si la Chine a fait d’énormes progrès ces 20 dernières années au point d’électrifier complètement le pays, c’est loin d’être le cas en Asie et en Afrique. 200 millions d’Indiens n’ont pas accès à l’électricité et il en est de même pour la moitié de l’Afrique subsaharienne où l’alimentation électrique y est aléatoire et intermittente . Mais il n’y a pas que le rattrapage économique de vastes zones du monde qui exige le développement de la production d’électricité. La numérisation rapide et inéluctable de notre société, y compris de l’agriculture, l’arrivée de la 5G, l’électrification du parc automobile ou le chauffage des bâtiments (si elle devait se réaliser) fera exploser la demande d’électricité. Ce ne sont pas les éoliennes, et encore moins les panneaux solaires, intermittents, qui satisferont ces énormes besoins. Ce sera le nucléaire. Sans énergie, il ne peut y avoir de progrès, de bien-être et ni même de développement durable.

Russie, Chine et États-Unis l’ont compris et ont entrepris une course géopolitique pour dominer l’électricité de demain. Qui possèdera la technologie nucléaire du futur détiendra une partie du pouvoir géopolitique du monde. Ces pays ne font pas seulement la course à la technologie de demain, mais investissent dans la construction de centrales aujourd’hui, car pour être prêt pour demain il faut déjà l’être aujourd’hui.

Il est urgent avant qu’il ne soit trop tard que la France valorise son savoir-faire nucléaire. Emmanuel Macron veut-il ajouter son nom au binôme Pompidou-Giscard d’Estaing ou bien veut-il être le fossoyeur de ce qui était un fleuron ? Chine, Russie, Corée, États-Unis et Canada vendront des centrales nucléaires et la France ne vendra même pas des éoliennes qui au demeurant n’intéressent pas ceux qui sont en bas de la pyramide de Maslow, car ils ne sont pas assez riches pour dilapider leur argent. Laissons les Allemands s’enfoncer seuls dans leur chimère de l’EnergieWende.

De manière surprenante, on a assisté ces derniers mois à des frémissements dans plusieurs États membres, comme si le sens commun était en train de revenir et que l’on réalise enfin qu’on ne pourra pas décarboner l’UE avec des éoliennes. La Roumanie a même infligé un camouflet à l’UE, car elle a signé un accord avec Washington pour construire à Cernavodă deux réacteurs américains avec des financements américains puisque les institutions européennes ont décidé de ne financer que des éoliennes et des panneaux solaires. Souhaitons que les États membres aient du courage de ne plus se soumettre au dictat de Bruxelles et que 2021 soit l’année du renouveau nucléaire aussi en Europe. Cela dépend de la France.

Nucléaire : un nouvel EPR à Penly

Nucléaire : un nouvel EPR à Penly

La centrale nucléaire de Penly, près de Dieppe (Seine-Maritime), devraient être choisi recevoir le prochain EPR (réacteur pressurisé européen) en France. Cinq autres EPR devraient compléter celui de Penly.

Dans une  étude, « EDF calcule que six réacteurs EPR, financés sur une durée d’environ vingt ans, coûteraient au moins 46 milliards d’euros. Soit entre 7,5 et 7,8 milliards d’euros par réacteur », souligne le quotidien. Des informations sur lesquelles EDF s’est refusé à tout commentaire.

Lancé en 2006, et devant initialement entrer en service en 2012 pour un coût de 3,3 milliards d’euros, le premier réacteur français de troisième génération a subi revers sur revers. Son démarrage est désormais prévu fin 2022 et son coût a été réévalué à 12,4 milliards d’euros.

Dans la foulée, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait dénoncé « un manque de rigueur inacceptable » et sommé EDF, dont l’Etat est actionnaire à 83,7%, de mettre en place un « plan d’action » d’ici un mois pour remettre la filière nucléaire aux « meilleurs niveaux d’exigence ». Le rapport estimait néanmoins que l’EPR avait « démontré la pertinence » de sa conception et préconisait de voir l’Etat lancer « des programmes stables à long terme de construction de nouveaux réacteurs et d’entretien du parc existant ». Le site de Penlya notamment été choisi grâce à ses qualités et ses réserves foncières disponibles.

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Joe Biden a promis de revoir l’accord sur le nucléaire iranien dans les six mois. Un accord non respecté d’une part par l’Iran, d’autre part dans les États-Unis qui se sont retirés depuis 2015. L’Iran semble mieux disposé vis-à-vis de Biden que vis-à-vis de son prédécesseur. Les dirigeants du pays se sont félicités de la défaite de TRUMP , ce qui semble une sorte d’appel du pied à Biden.

 

L’Iran est dans une situation économique et sociale régulièrement dramatique du fait notamment des sanctions américaines. À cela s’ajoute une situation sanitaire particulièrement grave. En attendant,  la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, le groupe E3 qui pendant quatre ans a porté à bout de bras le JCPOA pour le maintenir en vie malgré les coups portés par Washington et Téhéran, ont décidé de se réunir lundi au niveau ministériel. Parfois, les succès diplomatiques sont affaire de résistance.

Nucléaire : Un nouvel accord iranien ?

Nucléaire : Un nouvel accord iranien ?

L’accord de Vienne de 2018 sur le nucléaire iranien d’après Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est caduque. Deux raisons à cela, le fait que les États-Unis se sont retirés de l’accord et le non-respect par l’Iran des clauses de l’accord international.

De ce non-respect, un accord est à rebâtir entièrement en partant des nouvelles réalités du secteur nucléaire iranien.

L’Iran dispose désormais d’un stock d’uranium faiblement enrichi de 2,4 tonnes, soit nettement supérieur aux 202,8 kg prévus par l’accord de 2015. Il n’en a toutefois produit que 337,5 kg au cours du dernier trimestre contre plus de 500 kg au cours des deux trimestres précédents, selon l’AIEA.

“Les violations par l’Iran de ses engagements nucléaires dans le cadre de l’accord de Vienne sont extrêmement préoccupantes”, a commenté le vice-porte parole du Quai d’Orsay François Delmas.

“Leurs conséquences, notamment dans le domaine de l’enrichissement, sont graves. Elles remettent en cause les avantages de cet accord en termes de non-prolifération”, a-t-il poursuivi.

“l’Iran doit donc revenir sans délai au plein respect de l’accord et s’abstenir de toute nouvelle action qui remettrait en cause sa pérennité.”

Il n’est pas certain qu’un accord sera possible cependant la situation assez dramatique de l’Iran tant sur le plan sanitaire que sur le plan économique et social pourrait inciter les dirigeants iraniens à une nouvelle négociation.

Nucléaire : nouvelle aide à Areva

Nucléaire : nouvelle aide à Areva

 

Face aux difficultés chroniques d’Areva SA, l’ancien holding du champion du nucléaire devenu sa structure de défaisance chargée d’achever la construction du réacteur EPR vendu au finlandais TVO, l’Etat t a validé le principe du rachat d’une partie des titres qu’Areva SA détient au capital d’Orano pour lui éviter d’entrer en cessation de paiements dès le printemps prochain. L’État va apporter 600 à 800 millions.

Nucléaire: pilier de la politique énergétique (Macron)

Nucléaire: pilier de la politique énergétique (Macron)

 

Macron ne fait que confirmer les orientations déjà retenues dans les PPE ( programmation énergétique) à savoir la place dominante du nucléaire dans la politique énergétique. Macron confirme encore que la France construira en outre six EPR de nouvelle génération. Notons qu’il vient aussi de décider de prolonger tous les réacteurs au-delà de 40 ans. En clair, concrètement on voit mal comment pourrait aboutir à une réduction du nucléaire à 50 % de la production en 2035 au lieu de 75 % aujourd’hui.

Certes des énergies alternatives vont se développer mais certaines, intermittentes comme les éoliennes ou le solaire,  ne pourront jamais remplacer complètement le nucléaire à l’échéance prévue.  “Si je n’ai jamais été un partisan du tout nucléaire, (…) je crois et j’ai toujours assumé que si nous devons rééquilibrer notre mix énergétique (..), l’atome doit continuer à demeurer un pilier de celui-ci pour les années à venir”, a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion d’un déplacement sur le site de Framatome au Creusot (Saône-et-Loire).

“Renoncer au nucléaire totalement, trop rapidement, ce serait ouvrir, comme d’autres pays l’ont fait, des centrales à charbon et à gaz, importer de l’énergie carbonnée”.

Il a réaffirmé que la France prendrait une décision en 2023 concernant la construction de six EPR de nouvelle génération, une fois celui de Flamanville mis en service, sur la base d’éléments qui devront être apportés par les acteurs de la filière.

Estimé à trois milliards d’euros lors de l’annonce du projet en 2004, l’EPR de Flamanville devait initialement entrer en service en 2012. Selon les dernières estimations en date, le coût de construction de cette “tête de série” dépassera les 12 milliards.

EDF espère pouvoir présenter en milieu d’année prochaine de nouveaux modèles d’EPR présentés comme plus simples et moins chers à construire.

“Ce travail d’études sur la construction de nouveaux réacteurs est indispensable et je souhaite qu’il se poursuive et s’achève dans les prochains mois, afin que tous les éléments nécessaires soient disponibles avant la fin du quinquennat”, a déclaré Emmanuel Macron.

Un rapport doit par ailleurs être rendu en début d’année prochaine par l’Agence internationale de l’énergie sur la faisabilité d’un mix énergétique accordant une part prépondérante aux énergies renouvelables sur lesquelles l’Hexagone a pris du retard.

Le chef de l’Etat a par ailleurs assuré que le nucléaire resterait la pierre angulaire de l’autonomie stratégique française et a annoncé que le porte-avions appelé à remplacer le Charles de Gaulle serait à propulsion nucléaire.

Ce soutien affiché à la filière nucléaire intervient quatre jours avant le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat et alors que l’exécutif est critiqué pour son action en faveur de la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique.

La fusion nucléaire expérimentée en Chine

La fusion nucléaire expérimentée en Chine

 

Alors que la France est dans une phase d’expérimentation pour un réacteur à fusion dans le cadre du projet international ITER, la Chine a déjà mis au point un réacteur à fusion . Les réacteurs en service actuellement sont à fission nucléaire et ont surtout le désavantage de générer des déchets très toxiques. La fusion nucléaire est considérée par ses défenseurs comme l’énergie de demain car elle est infinie, tout comme celle du soleil, et ne produit ni déchets ni gaz à effet de serre.

La Chine dispose à cet effet d’un réacteur Tokamak HL-2M, le plus performant du pays, dans la province du Sichuan (sud-ouest). Il s’agit d’une chambre de confinement magnétique qui génère une chaleur phénoménale dans le but de fondre des noyaux atomiques.

Ce tokamak est surnommé « soleil artificiel » en raison de la température qui peut y dépasser les 150 millions de degrés, selon Chine nouvelle – soit dix fois la chaleur produite au cœur même du soleil.

 

Le réacteur va « apporter un soutien technique essentiel à la Chine » dans le cadre de sa participation au projet international Iter sur des réacteurs à fusion expérimentaux, a indiqué l’ingénieur en chef Yang Qingwei, cité par Chine nouvelle.

La France a lancé en juillet à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) l’assemblage d’un gigantesque réacteur à fusion dans le cadre du projet Iter. Il vise les 150 millions de degrés mais les premiers tests ne sont pas attendus avant 2025.

L’assemblage du réacteur expérimental ITER, dont l’ambition est d’apprendre à maîtriser la fusion nucléaire, a débuté mardi 28 juillet dans le sud de la France. Mais les connaissances scientifiques en la matière progressent trop lentement au vu de l’urgence climatique.

Le projet a débuté en 2006, avec la signature d’un accord international réunissant 35 pays, dont les membres de l’Union Européenne (avec, à l’époque, le Royaume-Uni), la Suisse, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis. Depuis environ 15 ans, le site ITER (réacteur thermonucléaire expérimental international) s’édifie lentement dans le sud de la France, à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône.
Après plusieurs contretemps, sa construction  a franchi ce mardi 28 juillet une étape symbolique : le lancement de l’assemblage du réacteur, qui devrait encore durer près de cinq ans. Un événement salué par Emmanuel Macron, en visioconférence, ainsi que par les dirigeants de sept des États partenaires du projet.
“Avec la fusion, le nucléaire peut être une promesse d’avenir”, en offrant “une énergie non polluante, décarbonée, sûre et pratiquement sans déchets”, a souligné le président français. Le chef d’État sud-coréen Moon Jae-In voit dans ce “plus grand projet scientifique de l’histoire de l’humanité”  la concrétisation d’un “rêve partagé de créer une énergie propre et sûre d’ici à 2050”.
Théoriquement, la fusion nucléaire permet effectivement d’accéder à une source d’énergie décarbonée, aux déchets radioactifs peu nombreux et à courte durée de vie. Une technologie bien plus propre que la fission nucléaire employée dans les centrales actuelles, et quasiment infinie : la fusion ne nécessite en effet pas d’uranium, minerai dont les réserves tendent à s’épuiser. Elle reproduit, à peu de choses près, les réactions observées au cœur des étoiles, d’où l’expression “mettre le soleil en boîte” pour décrire son mode de fonctionnement.

La fusion est largement plus complexe que la fission nucléaire et les expérimentations nécessitent la construction de tokamaks de plus en plus grands et performants. En effet, chaque changement d’échelle provoque l’apparition de nouveaux phénomènes, qu’il faut apprendre à maîtriser. D’où la naissance d’ITER, tokamak encore plus vaste que Jet et qui aura lui même un successeur. Le réacteur de Cadarache n’est en fait qu’une étape dans la maîtrise de la fusion. Une étape symbolique, sans doute, mais encore très éloignée d’une centrale électrique fonctionnelle mais qui vient d’être franchi par la Chine.

Chine : un réacteur à fusion nucléaire

Chine :  un réacteur à fusion nucléaire

Alors que la France est dans une phase d’expérimentation pour un réacteur à fusion dans le cadre du projet international ITER, la Chine a déjà mis au point un réacteur à fusion . Les réacteurs en service actuellement sont à fission nucléaire et ont surtout le désavantage de générer des déchets très toxiques. La fusion nucléaire est considérée par ses défenseurs comme l’énergie de demain car elle est infinie, tout comme celle du soleil, et ne produit ni déchets ni gaz à effet de serre.

La Chine dispose à cet effet d’un réacteur Tokamak HL-2M, le plus performant du pays, dans la province du Sichuan (sud-ouest). Il s’agit d’une chambre de confinement magnétique qui génère une chaleur phénoménale dans le but de fondre des noyaux atomiques.

Ce tokamak est surnommé « soleil artificiel » en raison de la température qui peut y dépasser les 150 millions de degrés, selon Chine nouvelle – soit dix fois la chaleur produite au cœur même du soleil.

 

Le réacteur va « apporter un soutien technique essentiel à la Chine » dans le cadre de sa participation au projet international Iter sur des réacteurs à fusion expérimentaux, a indiqué l’ingénieur en chef Yang Qingwei, cité par Chine nouvelle.

La France a lancé en juillet à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) l’assemblage d’un gigantesque réacteur à fusion dans le cadre du projet Iter. Il vise les 150 millions de degrés mais les premiers tests ne sont pas attendus avant 2025.

 

Avenir nucléaire : le projet Iter

Avenir nucléaire : le projet Iter

Un article très intéressant des les Échos qui fait le point sur le projet nucléaire Iter. Alternative à la fission nucléaire, ce projet expérimental pourrait permettre de produire une énergie décarbonée, abondante, sûre et pratiquement sans déchet. Encore faut-il que l’ambitieux chantier, qui a déjà pris quelques années de retard, arrive à terme et que cette nouvelle technologie démontre sa rentabilité.

1 – Qu’est-ce que la fusion nucléaire ?

La fusion nucléaire est différente de la fission nucléaire, qui est le processus exploité dans les centrales nucléaires d’aujourd’hui. « Le principe de la fission est de casser des noyaux lourds et de récupérer l’énergie générée par cette rupture. Tandis que pour la fusion, on fait chauffer des noyaux légers afin qu’ils aillent suffisamment vite et qu’ils fusionnent, ce qui va aussi libérer de l’énergie », schématise Jérôme Bucalossi, directeur de l’Institut de Recherche sur la Fusion par confinement Magnétique (IRFM) au Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Pour faire simple, une centrale à fusion nucléaire consiste à reproduire sur Terre une réaction à l’oeuvre dans les étoiles. « Dans notre Soleil, les noyaux d’hydrogène fusionnent pour former des atomes d’hélium, explique Jérôme Bucalossi. Ici, on fait fusionner du deutérium et du tritium, car c’est la réaction la plus facile à obtenir en laboratoire ».

Pour arriver à cette réaction, une température très élevée est nécessaire : de l’ordre de 150 millions de degrés Celsius. Lorsqu’un gaz est porté à très haute température, les électrons sont arrachés de leur orbite dans l’atome et le gaz se transforme en plasma. C’est dans ce milieu que les noyaux légers peuvent fusionner.

2 – Comment « mettre en boîte » l’énergie des étoiles  ?

Pour « mettre en boîte » un soleil miniature, cette boîte doit être incroyablement résistante. C’est le rôle du tokamak, la machine au coeur de la centrale qui utilise des champs magnétiques pour confiner et contrôler le plasma chaud.

Inventé dès les années 50 par des physiciens soviétiques – d’où son nom, qui est un acronyme russe -, ce dispositif est une chambre à vide en forme d’anneau entourée d’énormes bobines magnétiques. Le plasma – composé de particules électriquement chargées – est en effet sensible à ce champ magnétique, qui le maintient à l’écart des parois de l’enceinte.

 

Les parois du tokamak vont ensuite absorber sous forme de chaleur l’énergie créée par la réaction de fusion. Cette chaleur est transformée en vapeur, puis, grâce à des turbines et à des alternateurs, on obtient de l’électricité.

3 – En quoi consiste le projet Iter ?

Bien qu’il soit implanté en France, Iter est un projet international dans lequel sont engagés 35 pays, dont l’Union européenne, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud, le Japon et l’Inde. Il s’agit d’un projet strictement scientifique et aucune exploitation commerciale n’est encore prévue. Son tokamak, le plus grand jamais construit, a pour ambitieuse mission de démontrer que la fusion nucléaire peut constituer une source d’énergie à grande échelle.

L’idée est née en novembre 1985, lors du sommet de Genève, quand Mikhaïl Gorbatchev a proposé au président américain Ronald Reagan de travailler ensemble à la conception d’un réacteur de fusion nucléaire à des fins pacifiques « pour le bien de l’humanité ». Plus de trente ans après, leur idée a rallié toutes les grandes puissances et commence à prendre forme non loin de Cadaraches, le lieu d’implantation choisi en 2005.

4 – La fusion nucléaire est-elle la source d’énergie parfaite ?

Sur le papier, la fusion nucléaire semble être une source d’énergie idéale. De très grandes quantités d’énergie sont libérées par ce processus, ce qui permettrait de satisfaire définitivement les besoins énergétiques de l’humanité.

Les centrales n’émettent pas de CO2 et génèrent seulement de l’hélium, un gaz inoffensif. De plus, le dispositif est « intrinsèquement sûr », selon Jérôme Bucalossi. « Toute perturbation va refroidir le plasma, et donc arrêter la réaction de fusion. Il n’y a pas d’emballement possible », explique-t-il.

 

Le tokamak devient à terme un déchet radioactif.CEA

Pour ne rien gâcher, le processus nécessite de manipuler « des quantités de matières très faibles ». « On parle de grammes de deuterium, précise le responsable au CEA, donc une énergie très concentrée qui permet d’alimenter beaucoup d’habitations ». Ce deuterium est « abondant dans l’eau de mer » et « réparti assez uniformément dans la planète ».

Toutefois, le réacteur devient à terme un déchet radioactif, car il produit des neutrons énergétiques qui vont « activer les parois de la machine, c’est-à-dire la rendre radioactive ». Cela dit, la radioactivité de ces éléments « pourrait être désactivée en une dizaine d’années, un siècle maximum ».

5 – Cette technologie est-elle prête ?

Le principal défaut de la fusion nucléaire est qu’elle n’est pas encore bien maîtrisée. On doit chauffer en continu le plasma – et donc lui apporter en continu de l’énergie – pour que les réactions de fusion se maintiennent et produisent à leur tour de l’énergie.

Pour Iter, les concepteurs espèrent que l’énergie produite sera 10 fois supérieure à l’énergie injectée : 50 mégawatts injectés pour 500 produits. Un objectif encore jamais atteint par les précédents réacteurs de recherche construits ces dernières années. Le record est actuellement détenu par JET, qui est parvenu à restituer seulement 70 % de l’énergie injectée : 24 mégawatts injectés pour 16 mégawatts produits.

 

Le volume de plasma d’Iter sera dix fois plus grand que celui de JET, le plus grand des tokamaks aujourd’hui en activité.

« Combien de jours ou années peut-on maintenir le facteur 10 ? Les parois de la machine sont confrontées à des flux de chaleur intense. Le plasma provoque une érosion. S’il faut changer le réacteur tous les ans, économiquement ce sera difficilement viable », pointe Jérôme Bucalossi.

Ce sont ces défauts qui font dire aux associations environnementales, telles que Greenpeace France, que le projet Iter est un mirage scientifique en plus d’être un gouffre financier.

6 – Pourquoi le projet a-t-il pris tant de retard ?

Projet pharaonique impliquant plusieurs pays et nombreux partenaires industriels, Iter a déjà pris cinq ans de retard, avec un triplement du budget initial, à plus de 20 milliards d’euros désormais.

« C’est un projet international, il a fallu du temps pour former les équipes avec les sept partenaires, apprendre à travailler ensemble, finaliser le design du réacteur, créer les chaînes de productions, s’adresser aux partenaires locaux… », énumère Jérôme Bucalossi. Plus d’un million de composants ont été fabriqués dans les usines des membres du projet, dans le monde entier, puis acheminés vers le site. « Il y a des composants de taille immense, qu’il faut ajuster de manière millimétrique ».

 

Lancé il y a quasiment 15 ans, le projet Iter a ainsi pu débuter cet été l’assemblage de son réacteur. « Les premières bobines et premiers éléments du cryostat sont arrivés. L’assemblage va durer jusqu’à fin 2025, indique Jérôme Bucalossi. Ensuite la mise en route va être assez longue. Entre les premiers allumages de plasma dans la chambre à vide jusqu’à ce que l’on obtienne le facteur Q = 10, il faudra environ dix ans d’expérimentation ». Les campagnes expérimentales à pleine puissance sont ainsi prévues à partir de 2035.

En cas de succès d’Iter, un autre projet, encore plus ambitieux, doit voir le jour : DEMO. La fusion nucléaire entamera alors son passage à l’échelle industrielle.

 

Royaume-Uni : le nucléaire chinois bientôt exclu ?

Royaume-Uni : le nucléaire chinois bientôt exclu ?

 

 

Après l’opérateur téléphonique chinois Huwei, c’est le nucléaire chinois qui pourrait bien être exclu du Royaume Uni. Or le nucléaire chinois, à travers la société CGN, est associée au groupe EDF  dans le développement d’Hinkley Point, la seule centrale nucléaire en cours de construction dans le pays, censée être livrée à partir de la fin 2025. Le chinois n’est que partenaire minoritaire aux côtés du français qui fournit les réacteurs de nouvelle génération EPR. Le modèle est le même pour le projet de centrale de Sizewell dans le Suffolk, sur la côte est anglaise, pour lequel EDF et CGN attendent une validation du gouvernement.

Les tensions entre la Chine et le Royaume-Uni prenne notamment leurs sources dans l’annexion de fait de Hong Kong en dépit des accords internationaux. En outre on estime que la Chine instrumentalise le Royaume-Uni pour valider sa technologie nucléaire.. « Tout ce que CGN attendait du Royaume-Uni c’était du prestige et le soutien à leur technologie – ce qu’il jugeait important afin de l’exporter vers d’autres pays », explique à l’AFP Steve Thomas, professeur à l’Université de Greenwich et spécialiste des questions énergétiques. Car la participation du groupe chinois à Hinkley et Sizewell est une contrepartie au développement de sa propre centrale, avec EDF comme partenaire minoritaire, celle de Bradwell dans l’Essex (sud-est).

Le chinois tente de faire valider sa technologie auprès de l’autorité de régulation du nucléaire qui mène la dernière phase d’examen avant une décision attendue fin 2021 ou début 2022.

L’atome compte pour environ 20% de l’électricité dans le pays, une part que les pouvoirs publics entendent donc maintenir.

Nucléaire et transition énergétique

Nucléaire et  transition énergétique

 

Par Maxence Cordiez, ingénieur dans le secteur de l’énergie dans le mode ( le Monde)

 

La transition énergétique occupe aujourd’hui de l’espace dans le débat public, sans pour autant que ses objectifs (lutte contre le changement climatique et anticipation de l’épuisement des combustibles fossiles) soient toujours clairement établis. Ainsi, la réduction de la production nucléaire apparaît souvent comme l’un des « objectifs » affichés de cette transition, alors que la part du nucléaire (comme des énergies renouvelables) dans le bouquet énergétique n’est qu’un moyen et pas une fin en soi. « Moyen » contreproductif, en l’occurrence, puisque la diminution de la part du nucléaire contribuerait à s’éloigner des objectifs de la transition énergétique.

Au début des années 1970, les extractions françaises de charbon déclinent et les constructions de barrages hydrauliques s’achèvent. Le nucléaire est alors la seule énergie non fossile présentant un potentiel significatif de déploiement pour la production électrique, d’autant que la France possède depuis les années 1950 des compétences dans ce domaine.

 

Le premier choc pétrolier va accélérer le mouvement en quadruplant le prix du pétrole entre octobre 1973 et mars 1974, incitant le gouvernement à hâter le déploiement de l’énergie nucléaire en France. Le plan Messmer de 1973 prévoit ainsi d’initier la construction de 13 gigawatts (GW) de nouvelles capacités nucléaires sous deux ans, puis à raison de 6 à 7 réacteurs par an pour atteindre 50 GW en 1980.

Le programme électronucléaire, qui aboutit à la fin du XXe siècle à 58 réacteurs répartis sur 19 sites, totalisant une capacité de 63,2 GW, était lancé. Il répondait en premier lieu à des enjeux de sécurité énergétique, face à l’absence de ressources fossiles significatives en France.

Notons que si l’uranium consommé en France est aujourd’hui également importé, une différence majeure avec les combustibles fossiles réside dans sa densité énergétique particulièrement élevée (une pastille de 7 grammes d’uranium délivre autant d’énergie que 1 tonne de charbon). Celle-ci permet de constituer des stocks stratégiques de plusieurs années (contre une centaine de jours pour le gaz et le pétrole). En outre, du fait de cette haute densité énergétique, le coût de l’uranium compte peu dans celui de production de l’électricité nucléaire - moins de 10 % (1) -, lequel est donc peu sensible aux fluctuations des marchés de l’uranium.

Si le changement climatique était globalement absent du débat public lorsque le parc nucléaire français a été construit, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le déploiement du parc électronucléaire dans les années 1970 répondait à une exigence de sécurité énergétique (enjeu qui reste plus que jamais d’actualité). La transition énergétique actuelle doit répondre à l’urgence climatique.

Point positif pour la France, l’atome est l’une des sources d’énergie les plus faiblement carbonées dont on dispose. Ainsi, même s’il n’a pas été opéré pour cette raison, le choix de l’électronucléaire est en phase avec l’enjeu climatique. C’est d’ailleurs un choix dans lequel s’engagent ou se réengagent plusieurs pays aujourd’hui (Royaume-Uni, Finlande, République tchèque…) pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Malgré l’ampleur de sa production électronucléaire et contrairement à une idée répandue, la France n’est pas un pays particulièrement vertueux sur le plan climatique, loin s’en faut : près de 40 % de l’énergie finale provient de produits pétroliers raffinés et 20 % de gaz fossile… que l’on peut mettre en regard des 18 % d’énergie finale d’origine nucléaire. La France est moins un pays « tout nucléaire » que « principalement fossile, pétrole en tête ». N’oublions pas que si l’énergie nucléaire fournit 75 % de notre électricité, l’électricité ne compte que pour un quart environ de l’énergie finale consommée en France. De fait, en supposant que les puits de carbone restent inchangés, la France devrait diviser ses émissions d’un facteur 15 pour atteindre la neutralité carbone (2) - c’est-à-dire l’égalité entre les gaz à effet de serre émis et absorbés sur le territoire…

Avec plus de 60 % de son énergie finale provenant de combustibles fossiles, la France ne peut pas s’offrir le luxe de réduire la part du nucléaire ou de toute autre énergie bas carbone dans son bouquet, en particulier celles disponibles indépendamment des conditions extérieures (vent et soleil). Cela nécessiterait des efforts encore plus conséquents par ailleurs pour sortir des combustibles fossiles, efforts que nous sommes loin d’entreprendre aujourd’hui. La réduction de la part du nucléaire est donc contre-productive sur le plan climatique.

Cet « objectif » est également néfaste en termes de sécurité énergétique car les raisons qui ont prévalu à la construction du parc nucléaire il y a une quarantaine d’années sont plus que jamais d’actualité. La France n’a toujours pas de pétrole ni de charbon, et l’extraction de gaz de Lacq en Aquitaine a cessé. Parallèlement, les alertes se multiplient quant à un risque de pénurie pétrolière mondiale dans les prochaines années (3).

Pour que la transition énergétique puisse être un succès, il est essentiel de ne pas en confondre les objectifs (décarbonation, sécurité énergétique…) et les moyens de les atteindre (notamment la part de chaque source d’énergie dans le bouquet). Sans cela, la décarbonation restera un vœu pieu, condamné à ne se réaliser que lorsque l’effritement de notre sécurité énergétique nous y contraindra.

 

1. Cour des Comptes, « Le coût de production de l’électricité nucléaire », 2014.

2. Commissariat général au développement durable, « Chiffres clés du climat, France, Europe et Monde », édition 2020.

3. The Shift Project, « L’Union européenne risque de subir des contraintes fortes sur les approvisionnements pétroliers d’ici à 2030 », 2020.

Première centrale nucléaire du monde arabe dans les émirats

Première centrale nucléaire du monde arabe dans les émirats

Cette première centrale nucléaire arabe aura la capacité de produire 5.600 mégawatts d’électricité, soit environ 25% des besoins des Émirats arabes unis, pays riche en pétrole. L’État fédéral composé de sept émirats compte une population de 9,3 millions d’habitants, dont environ 80% d’expatriés.

«Nous annonçons aujourd’hui que les Émirats arabes unis ont procédé, avec succès, à la mise en service du premier réacteur de la centrale de Barakah, la première du monde arabe», a tweeté cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum, Premier ministre des Émirats et souverain de Dubaï. «C’est un moment historique pour les Émirats dans leur objectif de fournir une nouvelle forme d’énergie propre à la nation», a indiqué pour sa part Hamad Alkaabi, le représentant des Émirats auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Les autorités émiraties avaient donné en février leur feu vert à l’exploitation de la centrale nucléaire située dans le nord-ouest du pays, sans pour autant donner de date pour sa mise en service.

Fondée en 2016, Nawah Energy Company doit exploiter et entretenir à terme les quatre réacteurs qui doivent y être installés, selon le site internet de l’entreprise. La construction est effectuée par un consortium mené par Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) et par le sud-coréen Korea Electric Power Corporation (KEPCO), pour un coût estimé à 24,4 milliards de dollars.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol