Archive pour le Tag 'nouvel'

Un nouvel élan pour l’Europe

Un nouvel élan  pour l’Europe

 

Par le député européen  Dacian Ciolos   (dans l’Opinion)

Cette semaine, notre groupe politique Renew Europe effectue sa rentrée parlementaire à Paris à l’invitation de la délégation des eurodéputés Renaissance, à quelques mois du lancement de la présidence française de l’Union européenne. Ce sera l’occasion d’échanger avec le Président de la République Emmanuel Macron et les membres de son gouvernement à propos des priorités de cette présidence très attendue.

Cette rentrée parlementaire est particulièrement importante, elle intervient alors que nous approchons de la mi-mandat de l’actuelle législature du Parlement européen. Il est déjà temps d’établir un premier bilan de notre activité parlementaire.

Notre groupe, qui rassemble la famille libérale, centriste, démocrate et progressiste s’est fixé des objectifs ambitieux lors de sa création en juin 2019. Beaucoup de choses ont déjà été accomplies avec l’adoption par exemple du Pacte vert mais aussi du plan de relance européen devenu nécessaire avec la crise sanitaire. Je dois mentionner également le mécanisme de conditionnalité sur l’état de droit dont nous avons été les initiateurs. La défense de l’état de droit et des valeurs fondamentales est au cœur de nos priorités.

Ce premier bilan doit nous permettre de fixer nos priorités pour la seconde partie du mandat, dans la perspective des élections européennes de 2024. Notre famille politique est incontournable dans la vie parlementaire européenne. Nous sommes à l’œuvre quotidiennement pour construire des majorités avec nos partenaires proeuropéens. Nous souhaitons poursuivre dans cette direction et renforcer notre action. Notre détermination est plus forte que jamais pour faire progresser la construction européenne.

Les populistes, les illibéraux, les mouvements extrémistes ont beau jeu de vouloir exploiter les crises et les faiblesses de l’Union européenne. Cela ne nous déstabilise en rien, bien au contraire. Les crises que traverse et subit l’Europe nous imposent un devoir de réflexion afin d’être en mesure d’adapter les politiques européennes aux nouvelles réalités du monde.

La pandémie de la Covid 19 a bousculé l’Europe, ses premières réponses ont été hésitantes mais aujourd’hui nous devons constater que l’UE a su apporter les réponses adéquates. Et notre groupe a présenté des propositions très précises pour donner corps à l’Europe de la santé. Sur le front de la politique étrangère, de sécurité et de défense, qu’il soit dit clairement que la procrastination ne peut pas tenir lieu de politique.

La crise afghane, la débâcle devrais-je dire, doit nous conduire à prendre enfin la mesure de la dépendance de l’Union européenne à l’égard de ses partenaires. Il nous faut agir et doter l’Europe des outils qui lui permettront d’être un acteur géopolitique autonome et respecté. Ces débats se dérouleront aussi dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, qui rendra ses premières conclusions sous présidence française. Nous aurons l’occasion d’en débattre cette semaine à Paris avec nos amis français. La Déclaration de Paris qui sera publiée à l’issue de nos travaux sera notre boussole pour les mois à venir.

Relier les interdépendances en vue d’un nouvel horizon politique

Relier les interdépendances en vue d’un nouvel horizon politique Dans un ouvrage collectif, plus de 50 personnalités de la recherche, de la pensée et de l’art, parmi lesquelles Alain Damasio, Delphine Horvilleur ou Baptiste Morizot, appellent à penser le monde autrement, à l’aune des interdépendances (La future constitution des liens)

 

Il aura donc fallu un virus insoucieux des frontières pour que les mots du généticien Albert Jacquard (1925-2013) résonnent enfin comme une évidence : « La solidarité dans le monde n’est pas d’abord une valeur, mais un fait. Nous sommes solidaires, reliés inextricablement les uns aux autres comme à l’univers dans lequel nous vivons. » Encore faut-il accepter de le reconnaître. A l’initiative des éditions Les liens qui libèrent, plus de 50 personnalités de la recherche, de l’art et de la littérature unissent leurs voix dans un livre, Relions-nous ! La constitution des liens, l’an 1 (collectif, 218 pages, 10 euros)pour montrer comment les savoirs sont aujourd’hui traversés par cette notion d’interdépendances. L’ouvrage repose sur un postulat : les crises climatique, sanitaire, sociale, économique et psychique signent la fin d’une époque mais aussi d’une pensée héritée de plus de deux siècles de modernité. Les concepts avec lesquels nous continuons à appréhender le monde – la séparation de l’humain et de la nature, le temps linéaire, le progrès infini, l’idée cartésienne de se considérer « comme maître et possesseur de la nature »… – sont à repenser. Chacun des auteurs, dont Alain Damasio, s’y attelle et présente dans son domaine un bref état des lieux de la mutation qui s’opère, et une série de propositions comme autant d’articles de lois pour une nouvelle « constitution des liens ». Ainsi les juristes Marine Calmet et Sarah Vanuxem invitent à réécrire le droit pour « réanimer » les entités naturelles, fleuves ou montagnes, et les « considérer comme des personnes (…) capables juridiquement ». Les économistes Eloi Laurent et Katherine Trebeck proposent de substituer au produit intérieur brut de nouveaux indicateurs, fondés sur le bien-être humain, la résilience face aux chocs écologiques et la soutenabilité à long terme des systèmes économiques. Les philosophes Corine Pelluchon et Virginie Maris et l’agronome Pablo Servigne appellent à « la souveraineté des animaux sauvages ». Le philosophe Abdennour Bidar et la rabbin Delphine Horvilleur définissent une laïcité qui « ouvre à la dimension spirituelle de la démocratie » pour « faire vivre ensemble toutes les différences de convictions existentielles ». De ces voix singulières monte une polyphonie puissante qui bouscule les fondements de nos sociétés et esquisse un nouvel horizon politique. Les auteurs doivent se réunir au Centre Pompidou du 4 au 6 juin, pour en discuter dans le cadre du « Parlement des liens ». Le dialogue devrait aussi se poursuivre jusqu’au printemps 2022 avec des mouvements de jeunesse.

Climat : un nouvel appel dans le désert des dirigeants mondiaux

Climat : un nouvel appel dans le désert des dirigeants mondiaux 

Un nouvel appel en faveur du climat de la part des dirigeants mondiaux lancés en Corée. Un appel qui ne mange pas de pain mais qui sans doute ne changera pas grand-chose tellement les déclarations sont éloignées des politiques réelles.. De quoi sourire un peu face aux déclarations du fantasque Boris Johnson qui a rarement tenu ses promesses dans ce domaine comme ailleurs :

«C’est un bon début, mais ne nous tapons pas dans le dos pour l’instant parce que notre planète et notre peuple ont besoin de plus», a-t-il déclaré. «Nous avons besoin de gouvernements qui ne feront pas seulement des promesses sur le climat et la nature, mais joignent le geste à la parole».

 

Reste que beaucoup de pays en développement préfèrent privilégier la croissance pour lutter contre la misère ce que constate le secrétaire général de l’ONU. «Ce n’est pas un partenariat mondial si certains luttent pour survivre», a ajouté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. «Lutter de front contre le changement climatique aidera à protéger les personnes les plus vulnérables de la prochaine crise tout en soutenant une reprise riche en emplois après la pandémie», a-t-il déclaré.

 

Bref encore de belles déclarations, de belles intentions mais qui laisse à chaque pays le soin de faire ce qu’il veut. La régulation mondiale de la lutte contre le climat reste encore à inventer.

 

Toxi-score: nouvel indicateur des produits toxiques

Toxi-score: nouvel indicateur des produits toxiques

Le nouveau label qui signalera les produits ménagers les plus toxiques

Un nouvel indicateur appelé toxi -score pour signaler la dangerosité des produits.. «Aujourd’hui, les étiquettes des produits ménagers sont très complexes. On ne sait pas très bien comment s’en servir. Cela concerne tous les produits ménagers. Il faut qu’on sache au premier coup d’œil s’il faut prendre des précautions d’utilisation, par exemple mettre des gants ou bien aérer la pièce», justifié la ministre Barbara Pompili.

Le détail des données prises en compte pour l’élaboration du toxi-score n’est pas encore connu. Le nouvel indicateur sera élaboré au sein du Conseil National de la Consommation, un organisme dépendant du ministère de l’Économie. Les discussions associeront des représentants des professionnels des produits ménagers et des consommateurs. L’objectif est d’intégrer des informations aussi bien sur les risques sanitaires pour l’utilisateur que les risques pour l’environnement liés à l’utilisation de ces produits.

Suez : nouveau départ et nouvel actionnariat ?

Suez : nouveau départ et nouvel actionnariat ?

 

C’est évidemment un Suez plus réduit après l’absorption d’une partie par Veolia qui réfléchit à son développement ainsi que son actionnariat..

 

L’accord entre Veolia et Suez prévoit le maintien d’un Suez indépendant représentant près de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit moins de la moitié du groupe actuel, avec des activités surtout concentrées sur la France.

La solution GIP-Meridiam-CDC reste « la base de travail » pour constituer l’actionnariat du futur Suez, alors que l’allemand Remondis s’est dit également intéressé, a indiqué jeudi le directeur général de Suez Bertrand Camus.

«  »Cela confirme qu’il n’y avait aucun souci pour trouver des investisseurs pour accompagner Suez, au niveau global ou sur les différents actifs de Suez », a relevé le dirigeant. Précédemment « beaucoup d’investisseurs se sont retirés de par le côté inamical (de l’OPA lancée par Veolia, ndlr). A partir du moment où il y a accord entre les parties, à conclure, et que cet accord prévoit l’émergence d’une nouvelle entité, sur la base du périmètre négocié le week-end du 11 avril, énormément d’investisseurs remanifestent leur intérêt, et Remondis en fait partie », a-t-il observé,

Confinement : le pari de Macron, encore un nouvel échec

Confinement : le pari de Macron, encore un nouvel échec

 

 

Ces dernières semaines et même ces derniers mois, macron  avait tout misé sur un refus d’un confinement politiquement trop dangereux pour sa réélection en 2022. Il pensait que sa politique du en même temps notamment avec le seul couvre-feu permettrait d’inverser la courbe de la contamination. Macron avait d’ailleurs fixé le cap,  à savoir la limite maximale de 5000 contaminés pour commencer à desserrer l’étau.

 

Or ces derniers jours on a atteint 30 000 contaminations et la courbe évolue à la hausse de manière exponentielle à tel point d’ailleurs que vendredi les pouvoirs publics n’ont pas voulu publier de chiffres. Explication officielle , pour des questions techniques ! Quand il s’agit de faire une simple addition ! La vérité est sans doute que tout autre on va agglomérer les très mauvais chiffres sans doute de vendredi avec ceux de samedi et de dimanche traditionnellement beaucoup plus bas du fait  de la fermeture d’un grand nombre de laboratoires.

 

Macron s’est longtemps  opposé aux scientifiques tout autant qu’aux politiques qui souhaitaient le recours au confinement. Macron conteste même ce mot de confinement. Une contestation sémantique qui ne change pourtant rien car Macron a dû céder. En tout cas faire semblant avec un nouveau plan qui comporte d’énormes trous dans la raquette et qui est typique du en même temps du président de la république. Résultat, il a mécontenté tout le monde. Ceux qui auraient souhaité un recours confinement strict y compris pour l’ensemble du pays tout autant que ceux, majoritaires, qui ne supportent plus les atteintes à la liberté. Les prochains sondages risquent d’être catastrophiques pour Macron qui va payer ses hésitation, son manque de courage et surtout son manque de clarté.

 

 

Nouvel état d’urgence jusqu’au 1er juin

Nouvel état d’urgence jusqu’au 1er juin

 

Avec l’état d’urgence prolongée jusqu’au 1er juin, l’Assemblée nationale peut être mise entre parenthèses. Et d’une façon générale tout les partis politiques aussi. Tout se décide en effet de manière très secrète dans le comité de défense interdit de médias. En fait par le président de la république qui s’appuie sur tel ou tel expert selon sa convenance du moment. Il s’agit évidemment d’une position qu’on peut comprendre par rapport à l’enjeu de la crise sanitaire mais qui interroge sur le caractère démocratique de la gestion du pays par les pouvoirs publics. Il est un effet vraisemblable que la crise sanitaire va se prolonger encore longtemps du fait en particulier de l’impact de plus en plus mortel des variants du virus. On ne verra certainement pas le bout du tunnel au 1er juin. Rien n’empêchera alors le gouvernement de solliciter à nouveau un prolongement de l’état d’urgence et un pilotage de la politique par le seul président de la république.

737 MAX: un nouvel incident au Canada

737 MAX: un nouvel incident au Canada

Un nouvel incident pour le 737 MAX:  observé au Canada.. Un avion 737 MAX d’Air Canada, qui faisait route vers Montréal en provenance de l’Etat américain de l’Arizona, avec trois membres d’équipage à son bord, a été contraint de se dérouter vers Tucson, après un problème de réacteur, a déclaré la compagnie aérienne vendredi 25 décembre.

Dans un communiqué, Air Canada a indiqué que les pilotes ont reçu une « indication moteur » peu après le décollage et ont « décidé d’éteindre l’un des réacteurs ». L’incident s’est produit le 22 décembre. « Les appareils modernes sont conçus pour pouvoir fonctionner avec un seul réacteur et nos équipages sont formés pour de telles procédures », a précisé l’entreprise. Boeing n’a pas souhaité faire de commentaire.

Un rapport du Congrès américain, publié le 18 décembre, accable l’entreprise sur la préparation inappropriée de ses pilotes.

Des lacunes concernant la formation des navigateurs de Boeing aux tests pour obtenir une nouvelle certification de vol sur son modèle phare ont été soulignées. Le document questionne également les contrôles effectués cette année sur le système de sécurité MCAS.

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Iran : un nouvel accord sur le nucléaire dans six mois ?

Joe Biden a promis de revoir l’accord sur le nucléaire iranien dans les six mois. Un accord non respecté d’une part par l’Iran, d’autre part dans les États-Unis qui se sont retirés depuis 2015. L’Iran semble mieux disposé vis-à-vis de Biden que vis-à-vis de son prédécesseur. Les dirigeants du pays se sont félicités de la défaite de TRUMP , ce qui semble une sorte d’appel du pied à Biden.

 

L’Iran est dans une situation économique et sociale régulièrement dramatique du fait notamment des sanctions américaines. À cela s’ajoute une situation sanitaire particulièrement grave. En attendant,  la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, le groupe E3 qui pendant quatre ans a porté à bout de bras le JCPOA pour le maintenir en vie malgré les coups portés par Washington et Téhéran, ont décidé de se réunir lundi au niveau ministériel. Parfois, les succès diplomatiques sont affaire de résistance.

Nouvel échec de Vivendi face à Lagardère

Nouvel échec de Vivendi face à Lagardère

une nouvelle fois Vivendi perd devant la cour d’appel de Paris pour sa demande de convocation d’une assemblée générale extraordinaire dont le but est d’éliminer le patron de Lagardère et sa direction.

La stratégie de bulldozer de Vivendi ne semble pas payer en ce moment. En effet,  Bolloré a aussi subi deux échecs en Italie vis-à-vis de Mediaset et de Telefonica Italia.

.Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré, et le fonds Amber, les deux principaux actionnaires de Lagardère, avaient saisi la justice pour réclamer une assemblée générale extraordinaire dans l’espoir d’obtenir rapidement des sièges au conseil de surveillance du groupe.

“Ceci est anecdotique pour Vivendi”, a déclaré un porte-parole du groupe de médias et de divertissement à Reuters. “Pour nous, que l’assemblée générale de Lagardère soit en février ou en mai ne change rien à la situation actuelle”. Il pourrait cependant changer si Lagardère parvient à renforcer son capital via l’arrivée de nouveaux actionnaires.

Nucléaire : Un nouvel accord iranien ?

Nucléaire : Un nouvel accord iranien ?

L’accord de Vienne de 2018 sur le nucléaire iranien d’après Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est caduque. Deux raisons à cela, le fait que les États-Unis se sont retirés de l’accord et le non-respect par l’Iran des clauses de l’accord international.

De ce non-respect, un accord est à rebâtir entièrement en partant des nouvelles réalités du secteur nucléaire iranien.

L’Iran dispose désormais d’un stock d’uranium faiblement enrichi de 2,4 tonnes, soit nettement supérieur aux 202,8 kg prévus par l’accord de 2015. Il n’en a toutefois produit que 337,5 kg au cours du dernier trimestre contre plus de 500 kg au cours des deux trimestres précédents, selon l’AIEA.

“Les violations par l’Iran de ses engagements nucléaires dans le cadre de l’accord de Vienne sont extrêmement préoccupantes”, a commenté le vice-porte parole du Quai d’Orsay François Delmas.

“Leurs conséquences, notamment dans le domaine de l’enrichissement, sont graves. Elles remettent en cause les avantages de cet accord en termes de non-prolifération”, a-t-il poursuivi.

“l’Iran doit donc revenir sans délai au plein respect de l’accord et s’abstenir de toute nouvelle action qui remettrait en cause sa pérennité.”

Il n’est pas certain qu’un accord sera possible cependant la situation assez dramatique de l’Iran tant sur le plan sanitaire que sur le plan économique et social pourrait inciter les dirigeants iraniens à une nouvelle négociation.

Une commission pour rédiger un nouvel Article 24

Une commission pour rédiger un nouvel Article 24 

Il est clair que certains incidents récents avec des débordements policiers discutables et même condamnables ne favorisent pas l’adoption de l’article 24 qui fixe les conditions des relations de la presse dans le cadre de la loi sécurité. Cet article était donc déjà remis en cause, il est encore davantage après les dérapages policiers. Du coup Darmanin  annonce la mise en place d’une commission pour revoir le texte. «J’ai entendu les questions, elles sont toutes légitimes.

 

J’ai donc proposé la création d’une commission pour réfléchir à atteindre ce but» de protection de la presse et de protection des policiers, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Invité du 20 heures de France 2, le patron de Beauvau a fermé la porte à une «suppression» de l’article, mais s’est dit ouvert à une réécriture, «si besoin». Selon une information de TF1, confirmée au Figaro, Gérald Darmanin avait été reçu jeudi par Emmanuel Macron à l’Élysée. «Le ministre a proposé au président de la République la création d’une commission ad hoc», indique Beauvau.

 

L’ancienne figure des Républicains sera par ailleurs auditionné lundi par les députés de la Commission des Lois de l’Assemblée nationale, à propos de diverses interventions au cours desquelles les forces de l’ordre ont eu recours à la force.

BCE : l’Allemagne ne veut pas d’un nouvel assouplissement

BCE : l’Allemagne ne veut pas d’un nouvel assouplissement

 

Se fondant sans doute sur la dynamique de sa croissance notamment dans le secteur manufacturier, l’Allemagne par la voix du gouverneur de la Bundesbank, la banque centrale nationale allemande,  conteste par avance toute initiative de la BCE visant à assouplir encore la politique monétaire. Il faut noter que l’Allemagne qui a bien maîtrisé sa situation militaire enregistrera une baisse de sa croissance de 4 à 5 % quand la France verra le PIB diminuer de 9 à 10 % en 2020.

D’après l’Allemagne, les prévisions mêmes de la banque centrale européenne pourraient être améliorées ; des prévisions qui espèrent une croissance de 3,2% et une inflation de 1,3% en 2022, en soulignant que celles-ci n’intégraient pas l’impact du plan de 750 milliards d’euros de l’Union européenne ou le plan de relance de 100 milliards présenté le mois dernier par la France.

En fait,  le gouverneur de la Bundesbank s’oppose un nouveau plan de rachat d’actifs qui découlerait de l’incitation à un endettement supplémentaire pour les pays les plus endettés. De la même manière,  l’Allemagne refuse que la banque centrale fixe des objectifs de rendement obligataire.

On pourrait faire observer à l’Allemagne que le fameux plan de 750 milliards comme d’ailleurs les plans nationaux sont encore loin d’être opérationnels. En outre, ils ont surtout des objectifs à moyen et long terme et ne sont pas forcément adaptés à la situation immédiate qui va se traduire par une vague de faillites et de suppressions de postes fins 2020 début 2021.

Comme d’habitude les Allemands craignent par-dessus tout une envolée d’inflation et sont donc opposés à un laxisme dans ce domaine.

Lagardère secoué par son nouvel actionnaire Bolloré !

Lagardère secoué par son nouvel actionnaire Bolloré !

Lagardère vient à peine d’être sauvé par l’arrivée de Bolloré dans son capital qu’ il est déjà bousculé par l’intéressé qui en l’occurrence s’est  allié au fond spéculatif Ambert. Bref comme d’habitude Bolloré ne fait pas dans la dentelle en matière de gestion capitalistique . Une méthode qui lui a réussi en Afrique. Lagardère, lui, est victime en quelque sorte de son implication un peu excessive en politique. Grâce à la politique et à ses liens avec Sarkozy, Lagardère a pu sauver son trône lors de la dernière assemblée générale. Mais il en est aujourd’hui victime puisque le nouvel arrivant, Bolloré, se retourne contre lui. Il est vrai que la gestion de Lagardère est un peu douteuse et qu’il aurait doute mieux fait de mettre son énergie dans la gestion plutôt que dans ses relations politiques. Faut-il rappeler que Lagardère est aussi largement impliqué dans la victoire de Macron dont il est l’un des principaux supporters. La gestion de Lagardère est maintenant très par critiquée l’homme d’affaires Vincent Bolloré et Amber qui  détiennent respectivement 23,5% et 20% du capital de Lagardère, dont la gestion est contestée par plusieurs investisseurs.

“Malgré leurs divergences, et à la suite des très mauvais résultats annoncés par Lagardère il y a quelques jours, Amber Capital et Vivendi ont décidé de signer un pacte”, a annoncé mardi matin Vivendi dans un communiqué.

Vivendi et Amber Capital “vont dans ce cadre entamer auprès de Lagardère des démarches afin d’avoir, chacun, au conseil de surveillance une représentation minoritaire, de trois membres pour Amber Capital et un membre pour Vivendi”, a-t-il dit.

Les deux groupes vont demander qu’une nouvelle assemblée générale des actionnaires de Lagardère soit organisée “le plus tôt possible”, a par la suite précisé à Reuters un porte-parole du fonds activiste britannique. Selon une source proche du dossier, cette assemblée pourrait se tenir dès le mois de septembre.

Le pacte conclu pour cinq ans entre les deux groupes prévoit aussi des droits réciproques de “première offre” et de préemption.

Il consomme ainsi la rupture entre Vincent Bolloré et Arnaud Lagardère alors que le premier affichait jusqu’à présent son soutien au second. Amber Capital, au contraire, est depuis plusieurs années le principal critique de la stratégie et des performances financières du gérant de Lagardère.

Les deux actionnaires ont l’un et l’autre régulièrement renforcé leur présence au capital de Lagardère ces derniers mois, avec de nouvelles prises de participation mi-juillet.

Fin juillet, Lagardère a annoncé avoir subi une perte opérationnelle de 218 millions d’euros au premier semestre, plombé par la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus.

L’un des principaux enjeux du dossier porte sur la structure de gestion en commandite qui permet à Arnaud Lagardère, fils du fondateur Jean-Luc Lagardère, de contrôler l’ensemble du groupe alors qu’il ne possède que 7% du capital.

Une tentative d’Amber pour mettre fin à cette situation avait été repoussée en mai grâce à un front commun auquel s’était associé Vincent Bolloré.

Mais peu après, un autre poids lourd du monde des affaires, le PDG du géant du luxe LVMH, Bernard Arnault, a pris une participation d’environ 25% dans Lagardère Capital & Management (LCM), la société holding d’Arnaud Lagardère.

Ce soutien surprise a permis à ce dernier de réduire la pression liée à son endettement personnel tout en renforçant le statu quo sur la commandite.

Amber et Vincent Bolloré entendent néanmoins toujours en finir avec ce statut, a déclaré une source proche du dossier.

“La commandite, c’est un système de gestion aberrant, qui est tolérable quand tout va bien mais qui est beaucoup plus difficile à supporter quand tout va mal”, explique cette source.

Vivendi, de son côté, justifie le choix de l’alliance avec Amber par les “mauvais résultats” publiés par Lagardère. “Nous, ce qu’on sait, c’est que les résultats sont très, très mauvais et on a besoin d’un changement”, a dit un porte-parole.

A la Bourse de Paris, l’action Lagardère gagnait près de 1% à 14,74 euros en début d’après-midi alors que l’indice CAC 40 progressait de plus de 2,7%. Le titre accuse une baisse de 24% depuis le début de l’année et de près de 50% depuis le printemps 2017.

Les confidences de Nicolas Sarkozy , le nouvel Alfred de Musset

Les confidences de Nicolas Sarkozy , le nouvel Alfred de Musset

 

 

Curieux cette manie des anciens responsables en particulier ex présidents  de la république de se livrer de plus en plus à l’exercice intimiste pour faire le bilan de leur action et étaler leurs états d’âmes. C’est le cas avec le nouveau bouquin de Sarkozy qui- comme -Hollande se reconvertit dans le roman politique de gare. Un style littéraire plus  proche de la collection Arlequin que des confidences d’un enfant du siècle d’Alfred de Musset. Pourtant Sarkozy étale largement ses sentiments d’amoureux déçus de la république et même d’amoureux tout court. On sait que la plupart de ces bouquins  ne sont pas écrits par les intéressés qui se contentent de livrer quelques notes et quelques réflexions aux auteurs réels. Ces derniers se chargent d’embellir la forme mais aussi le fond.

L’objectif bien entendu n’est pas de viser un lectorat très large mais surtout de justifier un tour de France des grandes librairies sous l’œil des caméras et des médias. Une sorte de exercice à vocation surtout politique sans objectif très précis mais pour signifier qu’on est toujours là pour le cas où la conjoncture rendrait possible un retour.  Nombre  de présidents de la république tentent  la reconversion dans le littéraire. Le plus prolixe est sans doute Giscard d’Estaing qui va jusqu’à écrire des romans, les siens évidemment, d’autres à vocation historique ou des amourettes tout simplement. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’entrer à l’académie française. L’intéressé le mérite autant que d’autres car il n’est pas sans culture. Pour Sarkozy, l’éventualité sera plus difficile car son bagage littéraire n’est pas très encombrant. Ceci dit, le livre sera quand même certainement lu par des partisans encore nombreux de ce Rastignac qui n’a pas hésité à dire à un citoyen mécontent : casse-toi pauvre con!

POMPIER BLESSÉ À ÉTAMPES: un nouvel acte de barbarie

POMPIER BLESSÉ  À ÉTAMPES: un nouvel acte de barbarie

 

Encore des paroles de réconfort, de la compassion sans doute des cérémonies souvenirs après cette agression inqualifiable sur un pompier. Un pompier appelé pour qu’on lui tire dessus. « La République est partout chez elle, les pompiers sont partout chez eux, et ceux qui agressent les pompiers (…) se mettent en dehors de la République », a réagi encore bien mollement le ministre de l’Intérieur, qui a rendu visite au soldat du feu.

« Ce n’est pas une petite agression, c’est un drame », a-t-il poursuivi, martelant: « les pompiers sont partout chez eux, on les protégera et on attaquera quiconque les attaque ».

Gérald Darmanin a par ailleurs réaffirmé qu’une plainte serait désormais déposée systématiquement  »à chaque fois que les forces de l’ordre seront attaquées, des gendarmes, des policiers, chaque fois qu’un pompier sera agressé ».

On se demande quelle est la valeur ajoutée de cette plainte qui forcément aurait été déposée par la victime, sa famille ou ses employeurs. On attend évidemment avec impatience cette promesse de loi contre la violence dans les quartiers sensibles inspirés ou non par l’islamisme radical et où le trafic de drogue. On attend évidemment On attend évidemment avec impatience

Coronavirus : « Pour un nouvel impôt exceptionnel de solidarité » ?

Coronavirus : « Pour un nouvel impôt exceptionnel de solidarité » ?

Une idée généreuse celle de la création d’un impôt exceptionnel et provisoire de solidarité. Une idée qui mérite attention par son caractère humaniste mais qui peut susciter l’interrogation car les impôts exceptionnels finissent en général dans le trou du budget général et les impôts provisoires deviennent souvent définitifs sans parler du fait que la France détient déjà le record de prélèvements obligatoires.

L’économiste Bernard Billaudot propose, dans une tribune au « Monde », d’instaurer un impôt exceptionnel sur les revenus perçus pendant les trois mois de confinement, incluant une redistribution, afin de partager entre tous les contribuables la perte occasionnée pour certains d’entre eux.

«  La crise sanitaire n’est pas terminée, mais sa moindre virulence incite à essayer de sortir du « trou économique » qu’elle a provoqué. De mars à mai inclus, l’activité économique des entreprises (toutes branches confondues) a diminué d’environ 40 % (46 % au 7 mai, selon l’Insee) par rapport aux mêmes mois de l’année précédente.

Ce sont autant de revenus d’activité en moins, qui ont été compensés à hauteur d’une centaine de milliards par l’Etat, par la prise en charge du chômage (partiel ou total), la mobilisation du fond de solidarité et des mesures diverses (aides aux familles défavorisées, exemption d’impôts, etc.).

Même si cela a été financé à crédit, et même si la Banque centrale européenne (BCE) rachète actuellement aux banques une partie des titres d’emprunt du Trésor public qu’elles ont souscrit, et finira sans doute par ne pas en exiger la totalité du remboursement à l’échéance, il restera une partie à la charge de l’Etat, donc de l’ensemble des contribuables.

Ce problème d’endettement public s’alourdira dans les mois à venir, tant que l’activité n’aura pas trouvé son niveau « normal » (quand on aura un vaccin ou un médicament efficace).

Ce n’est pas le seul problème. S’y ajoute le fait que, pour la majorité de la population (à l’exception des retraités et de ceux qui ont des revenus de la propriété), les revenus qu’ils perçoivent après la fin du confinement sont inférieurs à ceux qu’ils auraient normalement perçus. La reprise de la consommation, indépendamment du fait que certaines dépenses sont encore bloquées (cafés et restaurants, voyages à l’étranger), s’en trouve affectée.

Nous proposons une solution qui permettrait d’atténuer ce double problème. Il s’agit d’un « impôt de redistribution exceptionnel de solidarité républicaine ». Le terme « impôt » fera sans doute se lever une masse de récriminations et d’oppositions. Un de plus, dans un pays qui détient déjà la palme d’or des prélèvements obligatoires ?

Non, car cet impôt serait d’abord exceptionnel (donc non reconductible, sauf si le « trou » recommençait à se creuser).

Ensuite et surtout, il inclut une redistribution de revenus – un tel impôt a été qualifié d’« impôt négatif » par l’économiste américain Milton Friedman (1912-2006). En effet, il présente deux visages, selon le niveau de revenu : au-dessus d’un certain seuil, l’Etat prélève, mais en dessous, il verse. Cet impôt exceptionnel porterait sur les trois mois de strict confinement (mars, avril et mai).

Tapie : nouvelle liquidation judiciaire et … nouvel appel

Tapie : nouvelle  liquidation judiciaire et … nouvel appel

 

Une nouvelle décision de liquidation judiciaire concernant Tapie…..  et un nouvel appel une affaire qui rappelons-le a maintenant plus de 25 ans.  Le Tribunal de commerce de Bobigny a rejeté ce jeudi 30 avril le troisième plan de redressement judiciaire sur six ans proposé par Bernard Tapie concernant ses deux sociétés GBT et FIBT et prononcé leur liquidation. Ces dernières qui abritent les actifs personnels de l’homme d’affaires – à savoir l’hôtel particulier Cavoye de la rue des Saints-Pères à Paris, sa participation de 88% dans le journal régional La Provence ainsi que des liquidités qui se montent à 65 millions d’euros sur lesquelles pèsent toujours des saisies pénales – doivent permettre de rembourser les créances du consortium de réalisation du Crédit Lyonnais (CDR) auquel s’oppose l’homme d’affaires depuis 27 ans.

 

Coronavirus Etats-Unis: nouvel épicentre , plus de 100.000 cas

Coronavirus Etats-Unis: nouvel épicentre ,  plus de   100.000 cas

 

Les Etats-Unis sont devenus le pays au monde le plus touché par l’épidémie, devant la Chine continentale où le coronavirus est apparu en décembre dernier.

Environ 18.000 cas de contamination supplémentaires ont été recensés vendredi à travers les Etats-Unis, soit le total quotidien le plus élevé depuis que l’épidémie s’est déclarée dans le pays, portant le nombre de cas à plus de 103.000.

Au moins 1.632 décès liés au Covid-19 ont été signalés sur le territoire américain, dont 370 nouveaux décès rapportés vendredi, selon un calcul de Reuters basé sur des données officielles, ce qui marque là aussi un record quotidien pour le pays.

Les Etats-Unis sont devenus le pays au monde le plus touché par l’épidémie, devant la Chine continentale où le coronavirus est apparu en décembre dernier.

Donald Trump a indiqué vendredi qu’il s’entretiendrait en début de semaine prochaine avec des conseillers pour évoquer les prochaines mesures à adopter contre la propagation du virus, alors que les restrictions imposées pour les interactions sociales et professionnelles vont prendre fin.

Après s’être montré ces derniers jours favorable à un allégement des restrictions dans certaines régions du pays afin de permettre une reprise de l’activité d’ici le 12 avril, pour Pâques, le président américain a semblé marquer vendredi un virage dans son discours, déclarant que les priorités étaient les vies, la sécurité, et ensuite l’économie.

Il n’a pas donné de calendrier de reprise de l’activité.

Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis allaient produire 100.000 respirateurs en 100 jours. “Nous allons produire un grand nombre de respirateurs”, a-t-il dit lors d’un point de presse, ajoutant qu’il était possible que les Etats-Unis n’aient pas besoin d’autant d’appareils et puissent donc par la suite aider d’autres pays.

Le chef de la Maison blanche a recouru vendredi au “Defense Production Act”, une disposition qui permet à son administration de faire accélérer la production des équipements nécessaires à la lutte contre la pandémie, reprochant à General Motors d’avoir “perdu du temps” lors de négociations sur la production de respirateurs.

Il a justifié sa décision en déclarant que “les négociations avec GM concernant sa capacité à fournir des respirateurs ont été productives, mais notre combat contre le virus est trop urgent” pour permettre au processus d’attribution de contrat de suivre son cours normal.

Dans un communiqué publié en réponse aux propos de Donald Trump, le principal constructeur automobile américain a indiqué avoir commencé à travailler avec la firme spécialisée Ventec Life Systems et des fournisseurs de GM depuis plus d’une semaine, 24 heures sur 24, pour “répondre à ce besoin urgent”.

Le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, et d’autres représentants de l’opposition démocrate avaient appelé Donald Trump à recourir au “DPA”, mais le président républicain des Etats-Unis avait jusque-là fait part de sa réticence.

Washington a annoncé le 16 mars l’interdiction pour quinze jours dans tout le pays des rassemblements de 10 personnes et plus, avec la fermeture des écoles et de certains commerces.

Un sondage réalisé par Reuters/Ipsos publié vendredi montre que 81% des Américains interrogés sont favorables au maintien des initiatives favorisant la distanciation sociale, notamment les mesures de confinement.

Donald Trump a signé vendredi le plan de soutien de 2.000 milliards de dollars visant à soutenir l’économie américaine face à l’épidémie de coronavirus.

Coronavirus : les Etats-Unis nouvel épicentre de la crise mondiale

Coronavirus : les Etats-Unis nouvel épicentre de la crise mondiale 

Avec au moins 82 404 cas, les Etats-Unis ont dépassé jeudi 26 mars l’Italie et la Chine et sont devenus le pays du monde à compter le plus de cas recensés d’infection au nouveau coronavirus, selon les données de l’université Johns Hopkins et du New York Times. L’Italie dénombrait jeudi 80 539 cas et la Chine 81 285, selon un comptage de l’AFP.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol