Archive pour le Tag 'Notre-Dame-des-Landes'

La vente d’ADP à Vinci contre l’annulation de Notre Dame des Landes ?

La vente d’ADP à Vinci contre l’annulation de Notre Dame des Landes ?

 

On peut légitimement se demander si un deal n’a pas été passé entre l’État et Vinci pour échanger l’annulation de Notre dame des landes contre la session d’une partie de l’actionnariat actuellement détenu par les pouvoirs publics concernant l’aéroport de Paris. l’enjeu financier est autrement important. Côté Bercy ,on veut évidemment vendre des bijoux de famille pour alimenter un fonds de modernisation des entreprises. Côté Vinci, par ailleurs un des leaders mondial en matière de gestion aéroportuaire,  on veut récupérer la très lucrative gestion de l’aéroport de Paris. On peut dificilemenet comprendre le raisonnement de Bercy dont l’objectif à court terme est vendre les actifs les plus rentables. Mais une situation particulièrement contradictoire et perverse. On ferait mieux de se débarrasser des actifs peu rentables qui hypothèquent le déficit budgétaire au lieu de se débarrasser d’activités qui rapportent énormément au budget de l’État. Un exemple significatif de cette contradiction est celui de la vente des autoroutes, là encore notamment à Vinci, dans la rentabilité est exceptionnelle. Côté Vinci il ne manquera pas d’anciens fonctionnaires pour  convaincre ceux  qui sont en activité d’accepter la transaction. Des anciens fonctionnaires notamment ingénieus des ponts ou énarques aujourd’hui plus nombreux chez Vinci que leurs collègues de l’administration.. Le dossier ADP est donc politiquement ultra-sensible, même si l’équation semble plutôt simple. L’État vend un produit de premier choix, ADP, que beaucoup désignent comme « l’actif le plus convoité de la planète ». Il a même un acheteur désigné, Vinci, l’un des groupes les plus agressifs à l’international sur le marché aéroportuaire. Et pourtant, l’opération n’est pas si simple à lancer.

Notre-Dame-des-Landes : évacuation et nettoyage en douceur

Notre-Dame-des-Landes : évacuation et nettoyage en douceur

 

Il se confirme que le gouvernement n’est pas tombé dans le piège de la répression que proposer certains experts et élus qui voulaient se venger  de la décision de ne pas créer un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes. Effectivement, cette décision enlève beaucoup de légitimité à la protestation des zadistes qui ont assuré le nettoyage et la libération du tronçon traverse la zone. Les terrains de la ZAD retourneront à leur vocation première à savoir l’agriculture. Les anciens agriculteurs expulsés devraient avoir un droit de préemption prioritaire ensuite ceux qui exploitent les terres sans autorisation devraient passer une convention pour inscrire leur activité dans l’État de droit. D’ici quelques mois, il ne restera sans doute pas beaucoup de zadistes,  seulement ceux qui ont une vraie vocation agricole. Le problème aura ainsi été réglé en douceur. Ce que ne manque pas de souligner le gouvernement. La semaine dernière, c’était  le Premier ministre Edouard Philippe qui avait annoncé, et assumé, l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Emmanuel Macron, lui, n’avait pas publiquement pris la parole, alors que lui était reproché un changement de pied sur ce dossier. « L’engagement de méthode a été scrupuleusement tenu », affirme aujourd’hui le Président au micro de Quotidien. « Un travail très sérieux a été fait, qui a fait apparaître des solutions autres », ajoute-t-il. Lors d’un déplacement en Auvergne, Macron  a déclaré :  »Notre-Dame-des-Landes a été pensé au moment où il y avait le Concorde, où l’on voulait un supersonique de l’autre côté de l’océan. Ce n’est plus la mobilité que l’on veut pour cette région. » Le chef de l’Etat a par ailleurs réaffirmé que « partout où il y aura une occupation illégale du domaine public, elle sera levée ». Sur place, à Notre-Dame-des-Landes, l’échéance imposée par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb pour libérer la route départementale D281, arrive à son terme. Après déblaiement de cette voie symbolique qui traverse la ZAD du nord au sud en début de semaine par les zadistes, la préfète de Loire-Atlantique est venue, comme promis, sur les lieux vendredi matin pour emprunter la D281 et faire un point sur la situation. La « route des chicanes » est « dégagée », a annoncé Nicole Klein lors d’une conférence de presse. « Ça a demandé beaucoup d’efforts, de beaucoup de monde, mais c’est réalisé. C’est un signe de bonne volonté. On va pouvoir passer au dialogue », a-t-elle ajouté, rappelant les indications données par Edouard Philippe : « Ça reste des terres agricoles mais ne peuvent y vivre que les agriculteurs qui s’inscrivent dans l’État de droit. »

 

Notre-Dame-des-Landes : une erreur pour incorrigible Valls

Notre-Dame-des-Landes : une erreur pour incorrigible Valls

L’incorrigible Manuel Valls ne peut s’empêcher de parler de tout et surtout de rien. Il a forcément un avis tranché sur toutes les questions. Qu’il s’agisse des problèmes de sécurité, de la Catalogne ou de Notre-Dame des Landes, la parole est ferme, tranchée, définitive pour celui qui veut encore croire à son destin national et pourtant qui se retrouve complètement isolé. Il ne doit son élection- de justesse et  par ailleurs très contestée qu’à l’absence de candidat en en marche. Un mouvement qui ne paraît pas pressé  de s’encombrer d’un personnage aussi manichéen et autoritariste.  Le Clemenceau d’opérette a peut-être oublié qu’il avait aussi été premier ministre. Lui non plus n’a pas décidé sur le dossier de report de Notre-Dame des Landes. Comme pour s’excuser il affirme que c’est la faute à Hollande, Ayrault  et à Cazeneuve si la ZAD n’a pas été évacuée. Valls procède à un habile amalgame car la question première était de décider et c’est cette décision qui détermine le bien-fondé le niveau d’urgence d’évacuation de la ZAD. Et d’affirmer comme nombre d’anciens responsables socialistes qui entretiennent des liens assez approximatifs avec les transports comme avec l’économie « ce projet était indispensable pour la métropole de Nantes, pour la région Pays de la Loire et la Bretagne ». Au micro de RTL ce vendredi, Manuel Valls a donc estimé que cette décision « était une erreur ». Pour le député de l’Essonne, qui siège à l’Assemblée nationale dans le groupe des marcheurs, « ce projet était indispensable pour la métropole de Nantes, pour la région Pays de la Loire et la Bretagne. À partir du moment où il est abandonné, il faudra trouver des compensations ». On se demande bien ce qui justifie de telles compensations ! Et de poursuivre : « c’est une décision qui est contraire à un choix qui avait été celui des habitants en juin 2016, il y a eu un choix qu’il aurait fallu respecter ». Interrogé sur l’inaction du précédent quinquennat concernant ce dossier, l’ancien Premier ministre a assuré qu’en septembre 2012 et à l’automne 2016, il avait souhaité évacuer la ZAD mais que François Hollande, Jean-Marc Ayrault ou encore Bernard Cazeneuve l’en avait empêché. « A peine gonflé Valls, qui pourra croire que hollande, Ayrault ou Cazeneuve avait assez de prise dur Valls pour l’empêcher de décider définitivement  du principe de création de l’aéroport de NDDL ?

 

-Notre-Dame-des-Landes: 75% Français approuvent le gouvernement

-Notre-Dame-des-Landes: 75%  Français approuvent le gouvernement

Finalement le gouvernemenet a bien vendu sa marchandise pour Notre Dame des Landes. L’opinion publique approuve à 74% la décision du gouvernement Selon une étude Elabe  En plus, 76% se déclarent par ailleurs favorable à l’évacuation de la ZAD. Pourquoi ? Évidemment on n’en sait rien comme si cette évacuation de la zad était une priorité nationale stratégique pour redresser le pays, assurer sa défense ou moderniser l’économie. Rien de tout cela en effet les Français sont comme la plupart des légitimistes réactionnaires en faveur d’un rétablissement de l’autorité d’un État sur cette minuscule parcelle puisque par ailleurs l’État est interdit dans environ 500 zones de non-droit de banlieue en France. Mieux vaut taper sur ces gauchistes utopistes qui font pousser des carottes en toute illégalité que d’essayer de faire le ménage dans les banlieues.

Pourquoi pas une bombe nucléaire sur Notre-Dame des Landes

Pourquoi pas  une  bombe nucléaire sur Notre-Dame des Landes

 

Il fallait entendre mercredi soir les élus, les lobbys, l’intelligentsia exprimer leur mécontentement voir leur haine de ses dangereux zadistes qui ont eu la peau de l’aéroport de Notre-Dame. Inadmissible, déni de démocratie ou encore remise en cause de l’État de droit. À se demander si la ZAD n’était pas occupée par les terroristes djihadistes et s’il ne fallait pas pour venger l’affront balancer une bombe nucléaire sur la zone. Car d’après les légitimistes, il y aurait urgence comme si la zone présentait un caractère stratégique essentiel pour la défense ou pour l’économie. La vérité c’est que cette zone va forcément retourner à sa vocation première à savoir l’agriculture.  à terme il ne restera pas grand monde des 200 à 300 zadistes qui trouveront d’autres lieux de contestation (à Bure par exmple)  Le temps se chargera de sélectionner paysans et partisans du retour à la terre. Il se chargera de réguler ce qui restera des utopies. Pourquoi dès lors réclamer l’intervention de l’armée ? Taper sur les écolos gauchos afin de  faire semblant de croire à l’autorité d’un État qui a renoncé à faire appliquer la loi dans 500 zones de non-droit de banlieue autrement plus dangereux avec des morts chaque semaine. 

Notre-Dame des Landes : un vrai dossier pourri dès le départ

Notre-Dame des Landes : un vrai dossier pourri dès le départ

Contrairement à ce que disent certains experts,  les lobbys et les élus nantais la perspective d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes ne s’inscrivait pas dans une problématique aéroportuaire. Il est démontré que l’aéroport actuel peut facilement -pour peu qu’il soit un peu modernisé- avaler trois à quatre fois plus de trafic qu’actuellement si l’on se réfère à des aéroports étrangers. L’enjeu était ailleurs il s’agissait de récupérer environ 3 km² occupés par l’aéroport actuel de Nantes Atlantique pour une vaste opération urbanistique afin d’y développer commerce, habitat et services. Bref de faire croître la ville de Nantes qui d’un coup aurait pu voir sa population augmenter de 30 à 50 000 habitants avec les ressources fiscales qui sont attachées. Une vraie aubaine les élus nantais aussi pour les  lobby qui auraient eu l’occasion de faire du béton d’abord sur l’ancienne aéroport de Nantes Atlantique ensuite sur le nouveau projeté à Notre-Dame des Landes. Les élus s’appuient  sur la saturation de Nantes Atlantique, ce qui est totalement faux. Ils avancent aussi le problème des nuisances notamment de bruits. Il est clair que certains habitants subissent les conséquences de ces bruits mais s’il y a de plus en plus d’habitants concernés c’est que la zone a vu ses habitants progresser. Comme souvent au départ il n’y a pas beaucoup d’urbanisation autour de la zone aéroportuaire est progressivement la région se densifie ne serait-ce que pour loger les salariés de  l’aéroport. Ainsi à Bouguenais, la population a doublé depuis 1970. Tous les aéroports mondiaux connaissent le même phénomène. Au départ la zone est presque vide de toute habitation mais progressivement l’urbanisme progresse d’autant que les activités économiques sont favorables.

 

Notre-Dame-des-Landes : enfin !

 Notre-Dame-des-Landes : enfin !

 

 

On serait tenté de dire :  tout ça pour ça ! Pour simplifier,  le gouvernement à décider de ne pas décider la création de l’aéroport de Notre-Dame des langues. Il aura fallu 50 ans pour que l’État  renonce à son propre projet. Une décision globalement approuvée par l’opinion publique, qui par ailleurs ne comprend pas grand chose à la problématique du transport et plus généralement à l’économie mais  sensible aux débatx caricaturaux entre écolos et légitimistes. Pour ces derniers en effet,  l’État s’est renié se montrant même coupable d’un délit de démocratie d’après Jean-Marc Ayrault et tous les archaïques de droite comme de gauche. Et de s’appuyer sur un fameux référendum concernant uniquement la Loire-Atlantique comme si le projet de Notre-Dame des Landes était justifié par les seuls besoins de ce département. Bref ,ce dossier était depuis longtemps un tissu de contradictions dont  le  Premier ministre a tiré les conclusions : la principale étant l’objet même du projet. Notre-Dame des Landes n’a jamais été une affaire de transport aérien mais une vaste opération urbanistique permettant à la ville de Nantes d’augmenter son territoire de 20 % ( avec les ressources des habitants qui vont avec).  “Je constate aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes”, a dit le chef du gouvernement lors d‘une déclaration à la presse à l‘issue du conseil des ministres à l‘Elysée. “Notre-Dame-des-Landes aujourd’hui, je le constate, c’est l’aéroport de la division”. “Le projet de Notre-Dame-des-Landes sera donc abandonné, cette décision est logique au regard de l‘impasse dans laquelle se trouve ce dossier”, a-t-il ajouté, quelques jours après sa visite surprise à Notre-Dame-des-Landes et une série de consultations d’élus. “Cette décision est sans ambiguïté, les terres retrouveront leur vocation agricole, elles ne seront pas conservées pour réaliser ultérieurement le projet”, a-t-il précisé. “Cette décision est une décision d‘apaisement, elle doit être l‘occasion d‘un nouveau départ”. L‘aéroport de Nantes-Atlantique sera quant à lui modernisé dans un premier temps sur l‘emprise actuelle de l‘aéroport dans des “délais rapides”, a indiqué Edouard Philippe. La procédure pour l‘allongement de la piste de l‘aéroport de Nantes-Atlantique sera également lancée et l‘aéroport de Rennes sera parallèlement agrandi. On comprend que les élus de l’Ouest de gauche comme de droite, que les lobbys soient particulièrement mécontents de la décision car ils se frottaien t déjà les mains des profits à attendre. Des profits à attendre du nouvel aéroport de Notre-Dame des Landes mais surtout des profits à attendre de la récupération des 3 km² de l’aéroport de Nantes Atlantique sur laquelle ils envisageaient de développer commerces, services habitat. Une zone potentielle de 30 à 50 000 habitants ! Avec toutes les retombées économiques, fiscales et autres pots-de-vin qui régulent le plus souvent le BTP. Une curieuse conception de l’aménagement du territoire car si Nantes et la Loire-Atlantique sont dynamiques par contre  plus on s’éloigne vers l’est et puis plus les zones de la région des Pays de Loire se désertifient. Pour donner le change on va évidemment maintenant mettre en scène l’évacuation guerrière de la ZAD. Au moins une manière de faire oublier que si l’État ne peut pas pénétrer dans les zones de non-droit des banlieues, il peut au moins taper sur quelques utopistes gauchistes.

La troisième guerre mondiale décrétée aujourd’hui à Notre-Dame-des-Landes ?

La troisième guerre mondiale décrétée aujourd’hui  à Notre-Dame-des-Landes ?

 

 

Il ya vraiment quelque chose d’ubuesque  dans la guerre  picrocholine qu’  envisage de mener l’État contre les zadistes de Notre-Dame des Landes. La vérité c’est qu’il s’agit d’une grosse opération médiatique  avec un déplacement de l’objet politique. En effet l’État se prépare aussi à déclarer l’abandon d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes, une décision très mal acceptée par les élus nantais mais aussi par l’intelligentsia qui estime que l’image de l’État a été bafouée. Du coup, l’État déplace l’éclairage médiatique et l’évacuation de la ZAD devient  le sujet central.  Les préparatifs liés à l’évacuation de la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) semblent en effet  s‘accélérer, avec l‘arrivée mardi de forces de sécurité dans les régions de Nantes et de Rennes, a rapporté Ouest-France. D‘après le quotidien régional, des centaines de CRS ont commencé à arriver, laissant présager l‘imminence d‘une intervention dans la zone occupée par des opposants à la construction d‘un nouvel aéroport dans la banlieue nantaise, objet de controverse depuis les années 1960.“Pour faire face à la décision sur la construction ou non de l‘aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la mobilisation des forces de police a commencé autour de Nantes et Rennes”, écrit le quotidien, selon lequel “des hôtels ont d‘ores et déjà été réservés pour héberger les forces de police, entre la semaine prochaine et le 15 février.” Une opération ridicule même si elle est approuvée par une majorité de Français (mais on ne gouverne pas avec des sondages) qui eux aussi veulent instrumentaliser Notre-Dame des Landes pour se consoler de l’inaction de l’État dans les banlieues. Bref ce qu’on ne peut pas pénétrer dans les banlieues ni même stopper les tueries entre bandes (dernièrement à Paris et à Marseille) les Français comme les pouvoirs publics veulent casser du zadiste. En plus une attitude irresponsable car il est clair que si la perspective d’un nouvel aéroport est abandonnée la plupart des zadistes perdront en même temps la motivation de leur mobilisation. Irresponsable surtout parce que cette opération essentiellement médiatique pourrait provoquer des morts et des blessés complètement inutiles. À entendre l’intelligentsia, l’État de droit doit être respecté et c’est pratiquement la troisième guerre mondiale qui doit être décrétée à Notre-Dame des Landes.

Notre-Dame-des-Landes : une clause léonine au profit de Vinci

 

 

Pour Notre-Dame des Landes, les responsables locaux nantais n’ont pas hésité à utiliser une clause quasi  léonine compte de tenu de la disposition prévoyant un avantage excessif et disproportionné à Vinci en cas de renoncement. Grosse ficelle d’un cout qui pourraiat atteindre 350 milliards millions pour les pouvoirs publics. Pourquoi une somme aussi importante ? D’abord pour forcer le gouvernement à se prononcer en faveur du projet. On peut comprendre éventuellement que dans le cas de l’écotaxe,  l’indemnité promoteur ait été importante,  le promoteur avait déjà réalisé de nombreux investissements très coûteux. Ce n’est pas le cas dans le cadre de Nantes car les investissements pour l’essentiel se limitent à des études notamment techniques. Il se pourrait bien que des accords tacites étaient dépassés entre la société Vinci et les élus socialistes nantais. Comme souvent dans les marchés TP,  tout n’est pas toujours clair il y a parfois des clauses de retour non  écrite. D’une certaine manière les élus notamment socialistes se retrouvent un peu pris au piège en faveur de leur engagement en faveur d’un projet qui était moins aéroportuaire qu’urbanistique.  Du coup,  le gouvernement pourrait demander l’annulation du contrat qui lie l’État au groupe Vinci pour la construction et l’exploitation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), révèle franceinfo, vendredi 12 janvier. Alors que le Premier ministre, Edouard Philippe, doit annoncer d’ici la fin du mois si l’aéroport sera construit ou non, l’exécutif étudie la possibilité de contester le contrat sur le plan juridique, en raison d’une « clause bizarre ». L’accord signé en décembre 2010 prévoit que le groupe Vinci construise et exploite la future plateforme aéroportuaire pour 55 ans. En cas d’abandon du projet, l’État devrait verser jusqu’à 350 millions d’euros d’indemnités. Cette clause est « tellement favorable au concessionnaire » qu’elle en est suspecte, assure un ministre interrogé par franceinfo mais qui souhaite rester anonyme. Il avance deux motifs juridiques d’annulation du contrat : « L’enrichissement sans cause » et « L’aide directe à une entreprise »« Il y aura débat », précise ce membre du gouvernement. « Rien n’est décidé », rappelle l’exécutif ces derniers jours. Edouard Philippe reçoit, vendredi après-midi, les élus locaux membres du Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, notamment la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, et le président PS du département de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet. Ce sera le dernier rendez-vous de discussion avant la décision finale.

Notre-Dame-des-Landes : Ultime consultation…… ou marchandage

Notre-Dame-des-Landes : Ultime consultation…… ou marchandage

 

Officiellement, il s’agit de consultations pour enrichir la réflexion puisqu’officiellement la décision ne serait pas prise. La vérité est un peu différente puisque la décision est prise depuis plusieurs mois : le nouvel aéroport de Notre-Dame des Landes ne sera pas construit mais il s’agit d’amortir le mécontentement en montrant qu’ont été pris en compte tous les arguments. Cette vaste consultation comporte un autre volet, celui des compensations à donner aux nombreux élus qui ont des intérêts à la création d’un nouvel aéroport. On le sait l’enjeu n’est pas aéronautique mais urbanistique. Jean-Marc Ayrault, celle qui lui a succédé à Nantes, les élus de la région se réjouissaient par avance de récupérer des centaines et des centaines d’hectares pour développer les activités de Nantes. Une énorme opération d’urbanisme avec sans doute des promesses officieuses et des retours pour les élus voire pour les partis politiques. Il est vraisemblable que le Premier ministre aura promis aux un et aux autres de quoi apaiser leur mécontentement. En effet Edouard Philippe a achevé vendredi ses consultations sur l‘avenir du projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), dernière étape avant l‘annonce de l‘exécutif qui doit dire d‘ici à la fin du mois si l‘aéroport au cœur de débats enflammés depuis des dizaines d‘années sortira ou non de terre. Le Premier ministre a reçu les élus membres du bureau du syndicat mixte aéroportuaire du Grand-Ouest, pro-Notre-Dame-des-Landes, qui lui ont présenté leurs arguments dans une ultime tentative pour faire pencher la balance en leur faveur. “Discussion riche et apaisée”, a-t-il écrit sur Twitter après cette réunion en compagnie de son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Auparavant, les parlementaires et les élus locaux de la région se sont succédé à Matignon, certains pour s‘opposer au transfert de la plate-forme actuelle, Nantes-Atlantique. Devant ses interlocuteurs successifs, le chef du gouvernement s‘est pour l‘essentiel contenté de dire à quel point il avait “conscience de la complexité du dossier”, sans donner d‘indices sur le sens de la décision finale.

 

Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes : pour préparer la Guerre ?

Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes : pour préparer la Guerre ?

 

Cette affaire de libération de la ZAD de notre Dame des landes prend décidément des tournures politiques très médiatisées puisque Édouard Philippe qui a survolé la ZAD a cru bon de faire savoir qu’il avait rendu une petite visite au futur champ d’affrontement. On se demande bien quel est l’intérêt d’une telle visite à moins de préparer une guerre médiatique pour donner l’impression du rétablissement de l’autorité de l’État qu’on ne peut imposer ailleurs notamment dans les banlieues. Cette visite participe d’un grand cirque médiatique car le plus important c’est évidemment de décider ou non la construction d’un nouvel aéroport.  Il semble donc qu’on ait privilégié la piste d’un aménagement de l’aéroport existant. En conséquence la question de la ZAD  ce régulera tout naturellement. Les terres possédées par l’État seront forcément réattribuées à des agriculteurs par convention et progressivement se videront de manifestants qui n’ont plus d’objet de résister et n’ont pas ailleurs guère de vocation agricole. Mais l’affichage du gouvernement vise autre chose, montrer ses muscles dans la ZAD pour  à compenser l’impuissance totale dans des zones de non-droit. En même temps,  satisfaire l’orgueil bafoué des élites bourgeois de Nantes qui se frottaient déjà les mains dans la perspective de récupérer des centaines et des centaines d’hectares de l’actuel aéroport pour de fructueuses opérations urbanistiques.

Notre-Dame-des-Landes : une clause bizarre ? Non, une combine léonine

Notre-Dame-des-Landes : une clause bizarre ? Non, une combine léonine

Pour le projet de Notre-Dame des Landes, les responsables locaux nantais n’ont pas hésité à utiliser de grosses ficelles pour forcer la main du gouvernement. Une clause quasi  léonine compte de tenu de la disposition prévoyant un avantage excessif et disproportionné à Vinci en cas de renoncement. Grosses ficelles d’un cout de 350 milliards millions pour les pouvoirs publics. Pourquoi une somme aussi importante ? D’abord pour forcer le gouvernement à se prononcer en faveur du projet. On peut comprendre éventuellement que dans le cas de l’écotaxe,  l’indemnité promoteur ait été importante,  le promoteur avait déjà réalisé de nombreux investissements très coûteux. Ce n’est pas le cas dans le cadre de Nantes car les investissements pour l’essentiel se limitent à des études notamment techniques dont le coût ne peut même pas atteindre le 10e de la somme. Il se pourrait bien que des accords tacites étaient dépassés entre la société Vinci et les élus socialistes nantais. Comme souvent dans les marchés TP,  tout n’est pas toujours clair il y a parfois des clauses de retour non  écrite. D’une certaine manière les élus notamment socialistes se retrouvent un peu pris au piège en faveur de leur engagement en faveur d’un projet qui était moins aéroportuaire qu’urbanistique.  du coup,  le gouvernement pourrait demander l’annulation du contrat qui lie l’État au groupe Vinci pour la construction et l’exploitation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), révèle franceinfo, vendredi 12 janvier. Alors que le Premier ministre, Edouard Philippe, doit annoncer d’ici la fin du mois si l’aéroport sera construit ou non, l’exécutif étudie la possibilité de contester le contrat sur le plan juridique, en raison d’une « clause bizarre ». L’accord signé en décembre 2010 prévoit que le groupe Vinci construise et exploite la future plateforme aéroportuaire pour 55 ans. En cas d’abandon du projet, l’État devrait verser jusqu’à 350 millions d’euros d’indemnités. Cette clause est « tellement favorable au concessionnaire » qu’elle en est suspecte, assure un ministre interrogé par franceinfo mais qui souhaite rester anonyme. Il avance deux motifs juridiques d’annulation du contrat : « L’enrichissement sans cause » et « L’aide directe à une entreprise ». « Il y aura débat », précise ce membre du gouvernement. « Rien n’est décidé », rappelle l’exécutif ces derniers jours. Edouard Philippe reçoit, vendredi après-midi, les élus locaux membres du Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, notamment la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, et le président PS du département de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet. Ce sera le dernier rendez-vous de discussion avant la décision finale.

 

Notre-Dame-des-Landes : bal des faux-culs

Notre-Dame-des-Landes : bal des faux-culs

À peine faux-cul le gouvernement, le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot et sa secrétaire à l’écologie qui ne cessent de répéter que la décision n’est pas encore prise concernant N Notre dame des landes. En fait il est vraisemblable qu’on se contentera de moderniser l’aéroport actuel ce qui au regard du trafic sera grandement suffisant puisqu’ qu’on pourrait multiplier par trois ou quatre le nombre de passagers avec quelques extensions. Mais les élus nantais locaux veulent récupérer les terrains de l’actuel aéroport pour une  vaste opération urbanistique. Le véritable enjeu  n’est d’ailleurs pas économique, mais éminemment politique. Macron ne peut se passer de Hulot qui a avalé nombre de couleuvres depuis sa nomination et qu’il faut bien satisfaire une fois. Par contre,  le ministre des affaires étrangères, Yves le Drian, lui est clairement en faveur de Notre-Dame des Landes. Politiquement mieux vaut quand même conserver Hulot comme alibi écolo que le Drian lequel d’ailleurs ne prendra pas le risque de partir au gouvernement. On utilise donc la langue de bois en laissant entendre que le suspens est entier : “Je n‘ai aucune idée de la décision qui va être prise. Ce serait un comble qu‘avant la consultation, une décision soit prise”, a déclaré à la presse à Matignon le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. L‘exécutif “n‘a pas encore pris sa décision”, avait-on également assuré jeudi soir dans l‘entourage du chef de l‘Etat à propos de cet épineux sujet, objet de décennies de controverses entre partisans de l‘ouvrage et opposants, dont plusieurs centaines sont installés sur le site de plus de 3.000 hectares. L‘une des hypothèses désormais envisagées consiste à rénover l‘actuel aéroport de Nantes-Atlantique plutôt que construire un nouvel ouvrage, en plus d’évacuer le site occupé par les opposants, décrite par ses détracteurs comme une “zone de guerre” où l‘Etat de droit n‘est pas respecté. Pour faire passer la pilule aux élus nantais, on va donc nettoyer cette zone de guerre pour faire valoir l’État de droit et octroyer quelques avantages financiers à la ville de Nantes et à la Loire-Atlantique.

 

Notre-Dame-des-Landes: « Une opération urbaine, pas aéroportuaire » (Yves Crozet)

 

Notre-Dame-des-Landes: « Une opération urbaine, pas aéroportuaire » (Yves Crozet)

Pour Yves Crozet, directeur du Laboratoire d’aménagement et économie des transports (un des meilleurs centres de recherche en transport et aménagement) expliquait dans une interview à l’Express  que Notre dames des Landes était essentiellement uen opération d’urbanisme.

Construit-on aujourd’hui beaucoup d’aéroports?

Non, c’est rare. Mais à la différence d’une ligne TGV, par exemple, ce type de projet n’a pas besoin de larges subventions publiques. Les privés savent qu’ils rentreront dans leurs frais.

Un aéroport est-il donc toujours rentable?

Oui. Les taxes aéroportuaires paient la sécurité, les tours de contrôle, le ravitaillement des avions, etc. Et les recettes non aéronautiques, celles des duty free et des parkings, sont  très lucratives.

La collectivité met quand même la main à la poche…

Mais elle récupérera l’emprise de Nantes-Atlantique, en zone urbaine. En termes de plus-value foncière, c’est une très bonne affaire. Cet équipement est essentiellement une opération urbaine, pas une opération aéroportuaire.

Et que faites-vous de la saturation à venir de Nantes-Atlantique, dont parlent les défenseurs de Notre-Dame-des-Landes?

Avec une seule piste, l’aéroport de Manchester accueille plus de 15 millions de voyageurs par an, Genève ou Nice environ 10 millions… Nantes-Atlantique, qui en comptera bientôt 4, pourrait sans doute, au prix de lourds travaux, doubler sa capacité dans les quinze ans. A mon sens, la question essentielle n’est pas celle de la capacité.

Pourquoi les promoteurs du transfert la mettent-ils alors en avant?

Ils n’ont aucune raison d’être de bonne foi. Sur un tel projet, l’argument technique est plus facile à vendre que l’argument politique. Il est difficile d’expliquer qu’on déplace l’aéroport parce qu’il gêne les projets des élus. Cet enjeu n’en est pas moins pour certains de s valable. Nantes va gagner des habitants : repousser son aéroport dans une zone qui freinera moins son développement n’est pas stupide. C’est une bonne raison d’effectuer le transfert…

Existe-t-il une bonne raison de ne pas l’effectuer ?

L’importance du coût des infrastructures qui entourent l’aéroport, éventuellement. Mais encore une fois, l’ancien aéroport est récupéré… Si la priorité est le développement de Nantes, Notre-Dame-des-Landes n’est qu’un sous-produit, qui doit être globalement financé par le projet principal…

Y compris au détriment de 1 600 hectares de terres agricoles?

C’est anecdotique. Ce qu’il faut comparer, c’est la valeur ajoutée des différentes activités. Si je trouve du pétrole dans mon jardin où je produisais cinq kilos de tomates, le choix sera vite fait.

Existe-t-il une mauvaise raison de ne pas construire cet aéroport?

Oui : celle qui stigmatise le transport aérien. L’avion a une zone de pertinence avec laquelle le TGV ne rivalise pas. Le potentiel de développement est très fort. Les écologistes ont raison de vouloir faire payer au transport aérien des taxes sur le carburant. Mais quand bien même le prix du billet augmenterait de 30 % maximum, cela ne dissuaderait pas grand-monde.

Un nouvel aéroport dynamiserait-il l’Ouest en termes d’emplois?

Pas forcément, les infrastructures de transport n’apportent pas, en général, de surcroît de croissance économique… Les élus ont beau le clamer, on assiste plutôt à un déménagement d’emplois et à des transferts d’activité. C’est très largement un jeu à somme nulle.

De bonnes infrastructures de transport ne favorisent-elles pas la croissance?

Non, sauf marginalement. L’Espagne a un réseau TGV plus étendu que le réseau français, mais le trafic représente un quart du seul trafic entre Paris et Lyon. Et elle ne parvient pas à amortir ses investissements…

 

Sondage -Notre-Dame-des-Landes : un Français sur deux contre les écolos gauchistes

Sondage -Notre-Dame-des-Landes : un Français sur deux contre les écolos gauchistes

Il est clair que les Français, en tout cas un français sur deux, ont envie de bouffer de l’écolo gauchiste. Ils sont  favorables à un recours « à la force », évoqué par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, pour déloger les zadistes qui occupent la zone du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).  Selon un sondage* Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publié jeudi 4 janvier. 43% des personnes sondées y sont quand m^me opposées. En fait  la demande sociale ne porte peut-être pas tellement sur l’affaire de l’aéroport de Notre-Dame des Landes puisque vraisemblablement le gouvernement va se résoudre à moderniser les l’aéroport actuel. Il s’agit en réalité d’une demande d’ordre, de rétablissement de l’autorité de l’État qui dépasse et de loin sans doute la question locale de l’infrastructure nantaise. Cette légitimation du recours à la force est soutenue par 56% de la population, quel que soit l’âge, la catégorie socioprofessionnelle ou le lieu de résidence. Seuls les sympathisants de gauche s’y montrent hostiles (59%), voire très hostiles (70%) pour ceux d’extrême gauche, toutes les autres tendances politiques y étant largement favorables. Pourtant on peut légitimement s’interroger sur l’intérêt d’une opération forcément dangereuse pour faire évacuer une zone sur laquelle plus rien ne sera construit. Il suffirait de réaffecter les terrains acquis par l’État aux agriculteurs et progressivement les zadistes  iront s’installer sur d’autres lieux de contestation. Mais comme il faut faire avaler l’abandon du projet à des élus forcément mécontents en compensation on va sans doute développer une opération de police spectaculaire qui n’est pas par ailleurs sans risque. Si par malheur cette opération de police devait prendre une tournure dramatique, il n’est pas leur impossible que l’opinion se retournerait alors. Comme quoi la démocratie ne saurait se  résumer  à une addition de sondages dont les motivations sont parfois multiples (affaire de l’Etat bafoué par l’agression de policiers à Champigny par exemple) voire contradictoires.

 

Notre-Dame-des-Landes : Ferrand (LREM) pour

Notre-Dame-des-Landes : Ferrand (LREM) pour

 

 

Sans doute par solidarité avec les élus bretons, Ferrand se prononce sans doute par solidarité pour NDDL.  Richard Ferrand président  du groupe parlementaire la république en marche soutien le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes. D’une certaine façon, Richard Ferrand ménage aussi ses intérêts électoraux puisqu’ils siègent au conseil régional de Bretagne. Ce n’est pas forcément une indication de la future décision d’Emmanuel Macron. Emmanuel macros qui a retardé cette décision d’environ un mois à fin de tester un peu plus les deux hypothèses : soit la modernisation de l’aéroport actuel, soit la création d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes. Implicitement Richard Ferrand indique aussi que l’orientation finale retenue par le gouvernement tiendra forcément compte du poids politique de Nicolas Hulot : “C‘est un ministre extrêmement précieux pour porter les combats qui sont les siens”, a dit Richard Ferrand. “Ce ne serait pas la première fois que tel ou tel ministre ne se reconnaîtrait pas dans telle ou telle décision. Mais pour autant, compte tenu de son utilité, de sa pertinence, resterait dans son gouvernement”. Reste que Nicolas Hulot ne pourra éternellement avaler toutes les couleuvres du gouvernement et que la création d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes pourrait soit justifiée son départ, soit gravement entaché son image d’écolo. En cas d’annulation du projet de Notre-Dame des Landes on sent que Richard Ferrand serait prêt à se résigner : “Moi, personnellement, je n‘en ferai pas une histoire même si je vous ai indiqué comment j‘analysais avec des collègues de Bretagne, des Pays de la Loire, avec les maires des grandes villes, ce qui me paraîtrait être le bon choix”, a-t-il ajouté.

Notre-Dame-des-Landes: « Une opération urbaine, pas aéroportuaire »(Yves Crozet)

Notre-Dame-des-Landes: « Une opération urbaine, pas aéroportuaire »(Yves Crozet)

Pour Yves Crozet, directeur du Laboratoire d’aménagement et économie des transports (un des meilleurs centres de recherche en transport et aménagement) expliquait dans une interview à l’Express  que Notre dames des Landes était essentiellement uen opération d’urbanisme.

Construit-on aujourd’hui beaucoup d’aéroports?

Non, c’est rare. Mais à la différence d’une ligne TGV, par exemple, ce type de projet n’a pas besoin de larges subventions publiques. Les privés savent qu’ils rentreront dans leurs frais.

Un aéroport est-il donc toujours rentable?

Oui. Les taxes aéroportuaires paient la sécurité, les tours de contrôle, le ravitaillement des avions, etc. Et les recettes non aéronautiques, celles des duty free et des parkings, sont très lucratives.

La collectivité met quand même la main à la poche…

Mais elle récupérera l’emprise de Nantes-Atlantique, en zone urbaine. En termes de plus-value foncière, c’est une très bonne affaire. Cet équipement est essentiellement une opération urbaine, pas une opération aéroportuaire.

Et que faites-vous de la saturation à venir de Nantes-Atlantique, dont parlent les défenseurs de Notre-Dame-des-Landes?

Avec une seule piste, l’aéroport de Manchester accueille plus de 15 millions de voyageurs par an, Genève ou Nice environ 10 millions… Nantes-Atlantique, qui en comptera bientôt 4, pourrait sans doute, au prix de lourds travaux, doubler sa capacité dans les quinze ans. A mon sens, la question essentielle n’est pas celle de la capacité.

Pourquoi les promoteurs du transfert la mettent-ils alors en avant?

Ils n’ont aucune raison d’être de bonne foi. Sur un tel projet, l’argument technique est plus facile à vendre que l’argument politique. Il est difficile d’expliquer qu’on déplace l’aéroport parce qu’il gêne les projets des élus. Cet enjeu n’en est pas moins valable. Nantes va gagner des habitants : repousser son aéroport dans une zone qui freinera moins son développement n’est pas stupide. C’est une bonne raison d’effectuer le transfert…

Existe-t-il une bonne raison de ne pas l’effectuer ?

L’importance du coût des infrastructures qui entourent l’aéroport, éventuellement. Mais encore une fois, l’ancien aéroport est récupéré… Si la priorité est le développement de Nantes, Notre-Dame-des-Landes n’est qu’un sous-produit, qui doit être globalement financé par le projet principal…

Y compris au détriment de 1 600 hectares de terres agricoles?

C’est anecdotique. Ce qu’il faut comparer, c’est la valeur ajoutée des différentes activités. Si je trouve du pétrole dans mon jardin où je produisais cinq kilos de tomates, le choix sera vite fait.

Existe-t-il une mauvaise raison de ne pas construire cet aéroport?

Oui : celle qui stigmatise le transport aérien. L’avion a une zone de pertinence avec laquelle le TGV ne rivalise pas. Le potentiel de développement est très fort. Les écologistes ont raison de vouloir faire payer au transport aérien des taxes sur le carburant. Mais quand bien même le prix du billet augmenterait de 30 % maximum, cela ne dissuaderait pas grand-monde.

Un nouvel aéroport dynamiserait-il l’Ouest en termes d’emplois?

Pas forcément, les infrastructures de transport n’apportent pas, en général, de surcroît de croissance économique… Les élus ont beau le clamer, on assiste plutôt à un déménagement d’emplois et à des transferts d’activité. C’est très largement un jeu à somme nulle.

De bonnes infrastructures de transport ne favorisent-elles pas la croissance?

Non, sauf marginalement. L’Espagne a un réseau TGV plus étendu que le réseau français, mais le trafic représente un quart du seul trafic entre Paris et Lyon. Et elle ne parvient pas à amortir ses investissements…

 

Notre-Dame des Landes : Philippe de Villiers contre

Notre-Dame des Landes : Philippe de Villiers contre

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, Philippe de Villiers l’ex-président du conseil général de Vendée se fait le porte-voix de «beaucoup de décideurs économiques vendéens» qui s’y opposent. «Il est proprement incroyable qu’on ne tienne pas compte de la vie de tous les fleurons de l’économie vendéenne, qui se sentent et se disent gravement menacés par ce projet et qui avancent des arguments solides pour l’optimisation de Nantes Atlantique», écrit-il dans son adresse. Philippe de Villiers demande donc la tenue d’un nouveau référendum, «sur un périmètre complémentaire où la population n’a pas pu se prononcer». Dans une première consultation organisée en Loire-Atlantique à l’initiative de François Hollande, en juin 2016, le «oui» l’avait emporté à 55,17%. Un résultat illégitime, juge Philippe de Villiers: «Le périmètre du référendum qui a été volontairement choisi fut dessiné pour le «oui», en excluant ostensiblement la population vendéenne», écrit-il, ajoutant que la Vendée a pourtant «fait partie du Syndicat mixte de toutes les premières études».  Le directeur et fondateur du Puy-du-Fou s’inquiète également des conséquences du nouvel aéroport pour le développement économique de cette grande réussite vendéenne. «Le projet de Notre-Dame-des-Landes met gravement en péril nos projets de développement international, à l’heure de notre décollage mondial.» Le parc à thème vendéen a reçu pour la seconde année consécutive le prestigieux Thea Award, l’équivalent des Oscars pour les attractions de spectacles vivants. Du fait de son éloignement géographique, le projet d’aéroport exclut la Vendée qui bénéficiait jusqu’ici de l’aéroport actuel situé à Nantes, jugent les opposants vendéens.

 

Le gouvernement prépare l’abandon de Notre-Dame des Landes

Le gouvernement prépare l’abandon de Notre-Dame des Landes

 

En laissant filtrer des informations depuis plus d’une semaine,  le gouvernement teste en fait l’opinion à propos du projet de Notre-Dame des Landes. On semble s’orienter vers un réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes. Cependant pour faire passer la pilule auprès des partisans de Notre-Dame des Landes, on promet en même temps de faire évacuer la ZAD pour Emmanuel macro il s’agit de ne pas se couper des écolos et notamment de Nicolas Hulot dont la présence est si précieuse au gouvernement pour faire avaler le maintien du nucléaire mais il faut montrer en même temps l’autorité de l’État par une grande opération de police. Une opération de police qui n’a plus grand intérêt si le projet de Notre-Dame des Landes est abandonné. En effet avec le temps la ZAD  va se vider progressivement de la plupart de ses occupants dans la mesure où le motif de mobilisation aura disparu. Du coup, le gouvernement accumule truismes et fanfaronnades pour satisfaire les partisans des deux camps. Pour preuve les déclarations du  Premier ministre Edouard Philippe  “Les besoins liés au développement du transport aérien dans le Grand Ouest justifient la réalisation d‘une plate-forme qui sera dimensionnée sur les hypothèses connues, c‘est-à-dire le doublement du trafic aérien d‘ici 2040”, a déclaré le Premier ministre lors d‘une déclaration à la presse. “Il existe deux façons de répondre à ce besoin”, a-t-il poursuivi. “La première serait de réaliser Notre-Dame-des-Landes tel qu‘il a été conçu, la seconde, et c‘est un élément nouveau, serait de procéder a un réaménagement complet de l‘aéroport existant de Nantes Atlantique”. Les deux présentent des avantages et des inconvénients, a déclaré le Premier ministre sur la base du rapport. Réfutant l‘idée de “Notre-Dame-des-Landes ou rien”, Edouard Philippe a ajouté: “Le rapport nous invite à réfléchir sur un choix qui se formaliserait plutôt de la façon suivante: ‘Notre-Dame-des-Landes ou un réaménagement de l‘aéroport de Nantes Atlantique’.” Le président de la République rendra une décision d‘ici fin janvier. “Cette décision sera claire, sera assumée par le gouvernement et elle doit nous permettre de répondre aux besoins identifiés” et de “de garantir un retour à la normale notamment sur les questions d‘ordre public». Bref, c’est parler pour ne rien dire !

Notre-Dame-des-Landes Les Français partagés mais quand même opposés

Notre-Dame-des-Landes  Les Français partagés mais quand même opposés  

 

Un sondage qui montre que le recours au referendum pour des grands projets  n’est pas forcément un facteur de cohérence et de démocratie. D’ailleurs les Français eux-mêmes montrent qu’ils sont assez partagés. Si l’on devait sur chaque projet procéder par référendum ce serait sans doute soit la paralysie, soit la contradiction totale. Cela d’autant plus que la problématique est complexe.  En ce qui concerne Notre-Dame des Landes, il faut intégrer des éléments de politique des transports, de développement local, d’urbanisme et d’environnement notamment. En fait pour  Notre-Dame des Landes la préoccupation première des responsables était surtout de récupérer les terrains libérés  par l’actuel aéroport en vue d’une immense opération d’urbanisme, la problématique transport surtout apprécié du point de vue intermodal vient en second lieu. On ne doit pas oublier non plus les dimensions politiques à fin d’éviter le départ de Nicolas Hulot du gouvernement qui pour Macron constitue sa caution écolo.  D‘après une enquête Elabe, 40% des Français sont opposés à la construction d‘un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes et 27% y sont favorables et on compte 33% d‘indécis. C’est  est le “signe de la complexité et de la méconnaissance d‘un dossier local ayant pris une ampleur nationale ”dit Elabe Cette enquête a été réalisée en ligne les 12 et 13 décembre derniers auprès d‘un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol