Archive pour le Tag 'Nissan'

Renault : une société holding commune avec Nissan ?

Renault : une société holding commune avec Nissan ?

 

  •  

La proposition de Renault de créer un holding commun entre Renault et Nissan constitue une avancée significative pour régler les problèmes capitalistiques qui se posent entre les deux sociétés. D’une certaine manière, Renault se sacrifie en acceptant de ne détenir que la moitié du capital du nouveau holding, l’autre moitié étend détenu par Nissan. Un projet qui modifie sérieusement les rapports de force puisque précédemment Renault détenait 43,4 % du capital de Nissan et qu’à l’inverse Nissan ne pesait pas lourd dans la gestion de Renault (Nissan détient 15 % de Renault mais sans droit de vote). Par ailleurs cela provoquerait la dilution de la participation de l’État français qui diminuerait ainsi de moitié. Un projet qui faciliterait encore davantage l’intégration mais qui n’est pas sans danger car Renault accepte de partager le pouvoir chez Nissan mais aussi chez Renault. Curieusement l’accueil n’a pas été très enthousiaste au sein même de Nissan. Il semblerait que de nombreuses réticences émanent de l’appareil dirigeant de Nissan alors que vraisemblablement ce projet a été évoqué lors de la récente rencontre du Premier ministre japonais et du président français. Notons que ce projet est encore loin d’aboutir car subsiste de sérieuses oppositions côté nippon. Le Financial Times a écrit vendredi que Nissan et le gouvernement japonais ont refusé d’engager des discussions en vue d’une fusion avec le constructeur français et que Hiroto Saikawa a refusé de recevoir des banquiers de SMBC Nikko mandatés par Renault pour parvenir à un accord. Il se pourrait que l’objectif final de Nissan soit de rejet japonais visé totalement l’entreprise, c’est-à-dire de se débarrasser totalement de Renault. Ce qui pose évidemment un redoutable problème juridique et capitalistique. De ce point de vue, l’affaire  Carlo Ghosn ne n’aurait sans doute jamais éclaté sans cet enjeu majeur

Nissan dit non à une nouvelle étape d’intégration de Renault

Nissan dit non à une nouvelle étape d’intégration de Renault

 

 

 

Dans l’affaire Nissan, Carlos Ghosn qui n’est sans doute pas complètement blanc, constitue cependant un bouc émissaire dans l’opposition entre le Japon et la France. Le vrai problème est celui de la volonté du Japon de remettre la main sur Nissan. Cela en affaiblissant la part de 43,4 % du capital détenu par Renault. Du coup le projet d’intégration plus poussée en matière de management et de logistique de Nissan dans Renault a été repoussée sans ménagement par le Japon et le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa . Il est clair que cette situation ne pourra pas durer car elle pose de redoutables questions de gestion et de responsabilité capitalistique. Elle porte atteinte à Nissan déjà en difficulté financière mais aussi à l’ensemble du premier constructeur mondial que constitue l’alliance Renault. Nissan va en effet rejeter une proposition de Renault d’une intégration plus poussée au niveau du management et demander une relation capitalistique équilibrée, rapporte lundi le journal Nikkei. La direction de Nissan estime que le constructeur japonais n’a pas bénéficié d’un traitement équitable jusqu’ici et qu’avec une fusion cette inégalité de traitement deviendrait permanente, explique le journal en citant des sources.

Nissan : de très mauvais résultats cause aussi de l’affaire Ghosn

Nissan : de très mauvais résultats cause aussi de l’affaire Ghosn

L’affaire de l’arrestation de Carlos Ghosn se déroule sur fond de réactivation du nationalisme économique du Japon. Un Japon qui se replie sur les vieilles valeurs droitières du pays. Un pays pourtant content que Renault ait sauvé Nissan mais qui veut maintenant rejaponiser l’entreprise nipponne. Seconde raison de l’arrestation scandaleuse de Carlos Ghosn,  les très mauvais résultats de Nissan que l’affaire Ghosn a permis de masquer. De mauvais résultats en termes de chiffre d’affaires et de bénéfices. Le manipulateur directeur général , Hiroto Saikawa,  a le culot d’ en imputer la responsabilité à Carlos Ghosn. Une diminution des bénéfices qui a affecté l’ensemble de l’alliance Renault. Faut-il rappeler que précisément Carlos Ghosn avait quasiment réservé les activités du marché américain à Nissan au détriment de Renault et des autres marques. Du fait de ses erreurs de gestion, Nissan va réduire sa production mondiale d’environ 15% sur l’exercice en cours, « rompant ainsi avec la stratégie d’expansion agressive de son ancien président Carlos Ghosn, rapporte vendredi le journal Nikkei ». Le constructeur japonais compte produire 4,6 millions de véhicules sur l’exercice clos en mars 2020 – le chiffre le plus faible depuis neuf ans – d’après les plans qu’il a communiqués à ses fournisseurs. «Cette décision devrait affecter les résultats, et pourrait assombrir l’alliance avec le constructeur français Renault», ajoute le quotidien dans un article qui confirme bien le nationalisme japonais. Pourtant le Japon devrait savoir que

Renault détient 43% du capital de Nissan qui lui-même a une participation de 15% dans le constructeur français, sans droit de vote, Nissan avait réduit en février ses prévisions de résultats, tablant sur un bénéfice d’exploitation de 450 milliards de yens (3,6 milliards d’euros) pour l’exercice en cours, en baisse de 22%.

 

 

Nissan : Carlos Ghosn révoqué par le conseil d’administration

Nissan : Carlos Ghosn révoqué par le conseil d’administration

 

 

Juridiquement les actionnaires de Nissan ont soldé l’affaire Carlos Ghosn en mettant fin à  son mandat. Fort logiquement le patron de Renault Jean Dominique Senna a intégré le conseil d’administration. Reste que les problèmes de Nissan sont loin d’être réglés. D’abord ce conseil d’administration a été très houleux quant à la manière dont la direction de Nissan avait géré la communication sur ce point. En clair la gestion de l’affaire Carlos Ghosn est apparue comme une sorte de règlement de comptes entre le directeur général de Nissan est le président. Reste aussi maintenant à désigner un président. Or Renault est toujours l’actionnaire de référence et voudra sans doute nommé un président proche des intérêts du groupe et non un président susceptible de rejoindre les thèses visant à rejaponiser Nissan comme le souhaite le gouvernement japonais et certains haut cadres de Nissan dont le directeur général : par ailleurs : sera sans doute intégré dans ce processus de désignation des futurs responsables de Nissan le fait que l’entreprise a affiché de très piètres résultats. En attendant, Les actionnaires de Nissan, réunis lundi à Tokyo, ont voté la révocation du mandat d’administrateur de Carlos Ghosn, déjà limogé de la présidence après son arrestation initiale en novembre. L’assemblée générale a par ailleurs entériné l’élection comme membre du conseil d’administration du président de Renault, Jean-Dominique Senard, qui s’est dit « très honoré ».

L’affaire Carlos Ghosn : une manipulation du patron de Nissan

L’affaire Carlos Ghosn : une manipulation du patron de Nissan

 

La presse révèle aujourd’hui ce dont on pouvait se douter à savoir que l’arrestation de Carlos Ghosn visait surtout à empêcher l’intégration totale de Nissan dans le groupe Renault. Certes comme on l’a souvent répété ici le patron de Renault n’est pas sans reproche. Comme beaucoup de patrons, il a un peu confondu son portefeuille avec la caisse de son groupe. Il a sollicité tous les moyens pour augmenter ses revenus et ses rémunérations accessoires. Une attitude qui a d’ailleurs créé un conflit entre le pouvoir politique et l’intéressé. Observons toutefois que Carlos Ghosn a aussi été sollicité par Ford qui lui proposait le double de la rémunération de Renault. Sans doute peut-on considérer à juste titre ces revenus comme tout à fait excessifs et insupportables mais c’est le lot dans la plupart des pays. Carlos Ghosn est loin d’être le seul responsable de cette situation qui est surtout liée au fait  que les patrons d’entreprises souvent plus proches des intérêts des actionnaires de leurs salariés voir de leur entreprise. Lors d’une rencontre avec  un patron de Renault,  le directeur général de Nissan a avoué qu’il avait bien mis en place une machination en transmettant des preuves contre son propre patron au gouvernement japonais afin  d’empêcher l’absorption de Nissan (actuellement Renault est seulement majoritaire dans le capital de Nissan) dans le groupe Renault. Dommage que l’État français ait  lâché lamentablement Carlos Ghosn en raison des différents déjà évoqués. Carlos Ghosn et Renault ne méritaient pas une telle humiliation. Faut-il rappeler que Carlos Ghosn a d’abord redressé Renault puis Nissan enfin constitué le premier groupe constructeur d’automobiles. Pour le moins dans cette affaire le gouvernement français a fait preuve d’une grande

Affaire Ghosn, Renault dénonce les méthodes de voyou de Nissan

Affaire Ghosn, Renault dénonce les méthodes de voyou de Nissan

Les avocats de Renault ont adressé une lettre à Nissan pour dénoncer les méthodes de voyou utilisé contre Carlos Ghosn et contre Renault. Selon eux, l’entreprise japonaise et son conseil Latham ont cherché en France des éléments confortant l’accusation contre Carlos Ghosn après l’arrestation de ce dernier et sans en référer à son allié. De même, ils ont également essayé de fouiller les appartements de l’ex-patron de l’Alliance au Brésil, au Liban et aux Pays-Bas sans informer Renault, « alors même que des documents de l’entreprise française pouvaient s’y trouver potentiellement ». D’où cette affirmation qui sonne comme un réquisitoire : « Renault a accumulé suffisamment de preuves pour comprendre et regretter quelles étaient les méthodes utilisées par Nissan et ses avocats pour chercher à faire interroger des salariés de Renault par le bureau du procureur public japonais », assènent les auteurs de la lettre.

 

Renault : baisse de capital chez Nissan ?

Renault : baisse de capital chez Nissan ?

 

La réduction de la participation de Renault chez Nissan constitue le véritable enjeu de l’affaire Carlos Ghosn. Officiellement,  le gouvernement français affirme que la question n’est pas en débat. Pourtant, l’objectif du Japon est clair : il s’agit de reprendre la maîtrise de Renault. En fait d’éjecter Renault de la direction de Nissan. En même Nissan veut modifier le rapport de force à l’intérieur de l’alliance Renault, Nissan et Mitsubishi. Des discussions qui risquent d’être assez conflictuelles et qui pourraient déstabiliser l’alliance et les marques qui en font partie. Selon Nikkei, qui cite des sources gouvernementales japonaises, le gouvernement français se serait dit prêt à envisager de réduire la participation de 43,4% du groupe au losange dans son partenaire nippon. Nikkei ajoute que le gouvernement a également évoqué auprès de son homologue japonais une baisse de la participation de 15% de l’Etat français dans Renault comme “une option pour l’avenir”. Bercy a également démenti cette information.

Alliance Renault-Nissan : le financement de consultants ou de copains ?

Alliance Renault-Nissan : le financement de consultants ou de copains ?

 

Dans le cadre des interrogations qui concernent les rémunérations des dirigeants de l’Alliance Renault Nissan, des investigations sont  en cours- en interne pour l’instant -sur le bien-fondé de facturation de prestations de consultants. S’il s’agit de véritables prestations ou de conventions pour rémunérer des amis ou des proches du pouvoir ? Un peu les mêmes interrogations que celle qui ont concerné Fillon et son épouse. Par exemple, l’alliance Renault a eu recours aux services de  l’actuelle députée européenne et ancienne ministre Rachida Dati. On se demande bien pour utiliser quelles compétences. Nissan, qui cofinance l’alliance, n’était pas informé de cette relation entre RNBV et Rachida Dati, a dit Travis Parman, porte-parole du constructeur japonais, sollicité sur le sujet. “Nissan n’avait pas connaissance du moindre paiement de ce type. Dans cette affaire il y a évidemment des règlements de comptes entre Nissan et Renault, entre la France et le Japon. Cependant cette affaire soulève la question des petites piges qui sont faites en particulier par des politiques dans des grandes entreprises uniquement pour leur carnet d’adresses et pour faciliter les relations de l’entreprise avec les responsables au pouvoir. Pour l’Alliance, les dépenses liées à ces missions extérieures apparaissaient dans les comptes de l’alliance sur une seule ligne d’honoraires à des consultants, non détaillés, pour un montant qui dépassait 20 millions d’euros en 2015, ont dit les sources.

Carlos Ghosn dénonce le complot de certains dirigeants de Nissan

Carlos Ghosn dénonce le complot de certains dirigeants de Nissan

 

 

 

 

 

Finalement Carlos confirme ce que nombreux experts pensent, à savoir : qu’il est tombé dans un piège tendu par certains dirigeants de Nissan soutenu par le gouvernement japonais. L’objectif de ces dirigeants était à travers la mise en cause du président Carlos Ghosn (qui n’est pas un saint pour autant)  de déstabiliser l’alliance en vue de rejaponiser Nissan. Accessoirement les dirigeants de Nissan en profitaient pour dissimuler une gestion assez chaotique ces derniers temps. Pour parler clair, le Japon s’oppose au projet d’intégration de Renault, Nissan et Mitsubishi qui avait été envisagé. De fait,  Nissan qui a été sauvée par Renault et Carlos Ghosn est aujourd’hui plus puissant que Renault. Nissan produit davantage de véhicules que Renault et affiche une capitalisation boursière qui représente deux fois celle de Renault. Nissan et le gouvernement japonais s’opposait donc à une plus forte intégration dans l’alliance.  «J’avais dit à Hiroto Saikawa [le directeur général de Nissan] que si je décidais de faire un autre mandat à la tête de l’Alliance, nous allions devoir travailler beaucoup plus sur l’intégration. (…) L’objectif était clair, mais il y avait des résistances dès le départ», explique-t-il.

Concrètement, le projet de Carlos Ghosn visait à «garantir la stabilité de l’Alliance» en créant «un holding qui aurait contrôlé les trois entités et possédé la totalité des actions des groupes», détaille le dirigeant. «Mais ce système devait être basé sur les performances solides de chaque entreprise». Or Nissan n’était pas au mieux de sa forme. «La performance de Nissan a baissé durant les deux dernières années. Si vous regardez les résultats et les forces de Nissan, Mitsubishi et Renault, vous voyez bien qu’il y a un problème», ajoute-t-il. De là à inciter Hiroto Saikawa à le faire chuter? «Il n’y a aucun doute là-dessus. C’est une affaire de trahison», affirme Carlos Ghosn, comme il l’avait déjà fait dans un entretien au journal japonais Nikkei , la veille.

Revenant sur les accusations dont il fait l’objet, l’ex-dirigeant nie toujours en bloc. «On m’accuse de ne pas avoir déclaré des revenus que je n’ai jamais reçus», ironise-t-il.

Carlos Ghosn déplore le fait d’être puni avant d’être déclaré coupable. Il estime ne pas pouvoir mener sa défense dans de bonnes conditions. «Chez Nissan, il y a plusieurs centaines de personnes dédiées à l’affaire. Au bureau du procureur, ils sont 70 à travailler sur le cas. Moi, je suis en prison depuis 70 jours sans avoir accès à un téléphone ou à un ordinateur», critique-t-il, écorchant au passage le système judiciaire japonais.

 

 

Préserver les équilibres Nissan Renault

Préserver  les équilibres Nissan Renault

 

Il est clair qu’après le coup de force du Japon pour neutraliser l’ancien président Carlos Ghosn, le gouvernement français va rester très attentif aux nouvelles tentatives de déstabilisation de l’alliance Renault. Il est même fort probable que compte tenu de la répartition capitalistique Renault souhaitera nommer un nouveau président chez Nissan. Or c’est l’un des points de clivage entre la France et le Japon. Le coup de force du Japon visait en effet à rejaponiser Nissan c’est-à-dire à réduire l’influence de Renault aujourd’hui actionnaire de référence. Il se pourrait même que le Japon revendique un rééquilibrage au sein de l’alliance qui regroupe Renault, Nissan, Mitsubishi mais aussi bien d’autres marques.  pour preuve des manœuvres du Japon, Nissan s’est longtemps refusé à réunir l’assemblée générale et en a même repoussé l’échéance jusqu’en avril. Alors qu’on sait que seule l’assemblée générale a le pouvoir de désigner ou de démettre les administrateurs y compris le président. Les autorités françaises sont « vigilantes » sur le maintien des « équilibres » entre Renault et Nissan, deux mois après l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon, a déclaré dimanche au Caire Emmanuel Macron, qui s’est aussi inquiété du sort de l’ancien magnat de l’automobile. « Nous sommes vigilants à ce que les équilibres de l’alliance soient préservés », a déclaré le chef de l’Etat au cours d’une rencontre avec la presse au premier jour de sa visite en Egypte. « Je ne crois pas du tout que ce qui se passe, qui est un cas individuel, soit de nature à renverser les équilibres de l’alliance » franco-japonaise, qui a « montré sa stabilité », a-t-il ajouté.

 

Nissan : le ridicule du nationalisme japonais

Nissan : le ridicule du nationalisme japonais

La politique de gribouille du Japon aboutit certes à la mise à l’écart de Carlos gone n’est ne change rien au rapport capitalistique sauf à enfreindre toutes les règles internationales. Par parenthèse une perspective qu’on ne peut totalement exclure compte tenu du soir retour du nationalisme économique mais aussi culturel du Japon. Exemple le retour de la chasse aux baleines. Jusque-là la direction générale de Nissan s’était refusé à convoquer sur demande de l’actionnaire principal qui est Renault une assemblée générale pour envisager l’éventuel remplacement de Carlos gone. Or Nissan ne cesse de reculer la réunion de cette assemblée générale où Renault avec ses alliés sera majoritaire. En faite la tentative de déstabilisation de l’alliance Renault et des entreprises qui la composent n’aura pas servi à grand-chose sinon à flatter l’orgueil des Japonais. C’est finalement un peu sous la contrainte que Nissan décide enfin d’organiser une assemblée générale pas immédiatement mais en avril ! Une manière de reculer encore l’échéance Le constructeur d’automobiles japonais Nissan a en effet annoncé jeudi dans un communiqué avoir entamé le processus d’organisation d’une assemblée générale extraordinaire mi-avril, afin d’entériner la révocation de Carlos Ghosn et de nommer un nouveau membre choisi par Renault.

Le dirigeant de 64 ans, détenu depuis plus de deux mois au Japon pour des malversations financières présumées, a été révoqué fin novembre de la présidence du conseil d’administration, mais seule une AG peut le démettre de son poste d’administrateur.

Le directeur de Nissan se prend pour l’actionnaire de référence

Le directeur de Nissan se prend pour l’actionnaire de référence

 

 

 

De plus en plus gonflé Hiroto Saikawa, le directeur de Nissan auteur du complot contre son président qui a déclaré que ce n’était pas le moment de discuter des liens capitalistiques entre les deux constructeurs. Il faut rappeler que, Hiroto Saikawa, n’est que le directeur général, pas le président et encore moins l’actionnaire de référence. Pourtant il se comporte comme tel en refusant par exemple de réunir une assemblée générale qui permettrait de pouvoir au remplacement de Carlos Ghosn  aussi de désigner les administrateurs de Nissan. Pourtant Renault est l’actionnaire de référence. Le directeur général de Nissan craint évidemment une intégration plus poussée de Nissan au sein du groupe Renault alors que précisément appuyé par son gouvernement il milite pour une autonomie voire une indépendance de Nissan. Alors encore président de Nissan et PDG de Renault, Carlos Ghosn, incarcéré pour des accusations de malversations financières depuis le 19 novembre au Japon, avait préconisé un rapprochement plus étroit des deux constructeurs automobiles, y compris une fusion totale, malgré les fortes réserves exprimées par Nissan. Renault, dont l’Etat est le principal actionnaire, détient 43,4% du capital de Nissan, qui de son côté a 15% du constructeur français avec aucun droit de vote. Nissan contrôle à son tour Mitsubishi Motors, le troisième partenaire de l’alliance, via une part de 34%.

Le «putsch» japonais sur Nissan

Le  «putsch» japonais sur Nissan

 

Une analyse intéressante sur les dessous de l’affaire Carlos Ghosn  dans les Echos.

 

 

« C’est une affaire bien préparée et rondement menée avec tout le support médiatique nécessaire par les pouvoirs publics japonais pour reprendre le contrôle de Nissan, la filiale japonaise du Groupe Renault. Et pour qu’aucun doute ne subsiste sur leurs intentions, Carlos Ghosn, président de son conseil d’administration, a été arrêté et mis en détention provisoire le 19 novembre dernier, inculpé seulement 20 jours plus tard et maintenu depuis en détention provisoire. C’est une procédure anormale, d’une longueur exceptionnelle dans l’histoire judiciaire japonaise.

 

Le ministère de l’économie japonais met fin à l’humiliation japonaise que fut la prise de contrôle de Nissan en 1999 et son sauvetage par Renault. Le pouvoir japonais l’inflige en retour à Carlos Ghosn qui, à la tête du commando d’une trentaine de cadres volontaires, a été le principal artisan de son succès. Il a fait ce que les dirigeants de Nissan savaient, mais ne pouvaient faire : redresser Nissan. Et injure suprême, il ose, 20 ans après, «insulter» la nation japonaise en refusant d’avouer et en persistant à dénoncer son inculpation, malgré la prolongation de sa détention.

Cette crise met le Japon au ban des sociétés démocratiques libérales. Des leçons doivent en être tirées en France. Toutes les dérives autoritaires semblent désormais permises depuis le sécessionnisme américain du président Trump. La France, ne disposant pas d’une Septième Flotte en mer et d’un dollar souverain sur terre, devrait revoir en conséquence ses pratiques.

1. Ne pas sous-estimer les rancœurs nationales

La première leçon concerne d’abord Carlos Ghosn. La réussite de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a procédé de sa maîtrise exceptionnelle de la stratégie et de la qualité de son exécution. Elle a demandé un pouvoir quasi absolu qui ne se délègue pas. C’est à la génération dirigeante suivante, à la fin de son règne, d’organiser le nouveau pouvoir selon les circonstances.

Carlos Ghosn doit se reprocher durement d’avoir voulu le déléguer sur le plan opérationnel au Japon et surtout sous-estimer la rage rentrée de la direction japonaise de Nissan. Ils ont mis à profit la baisse de sa garde.

2. Conserver les talents

La seconde leçon concerne les justes retours financiers des dirigeants qui, comme Carlos Ghosn, réussissent de tels exploits tout en résidant fiscalement en France. Ce sont des inventeurs d’entreprises industrielles qui transforment des sociétés non performantes, fragiles, cotées ou non, grandes, en succès mondiaux par leur maîtrise de leur stratégie et la qualité exceptionnelle de son exécution. Ils sont rares. On les compte sur les doigts.

Ils connaissent leur valeur marchande, car ils sont sollicités à prix d’or par les grands groupes américains. Leur rémunération totale nette leur est très inférieure en France, et plus encore au Japon. Pour la réaliser, ils doivent opter pour le mercenariat, se vendre au plus offrant et changer de résidence fiscale. Comme Carlos Ghosn aurait pu le faire en acceptant la proposition du président Obama de prendre la présidence de General Motors ou Chrysler en déconfiture en 2008.

Mais pour ceux qui veulent continuer à servir les intérêts français tout en résidant en France, il n’est pas de bonnes solutions. Ils n’ont pas repris d’entreprises en dépôt de bilan, avec l’aide de l’État pour sauver l’emploi, ni repris leur entreprise, lorsque mise en vente, avec un financement assis sur les actifs rachetés, ni organisé le contrôle patrimonial des entreprises nouvelles créées pour héberger leurs produits, procédés ou services.

Entre le statut de dirigeant salarié sans contrôle du capital de son employeur, statut dont il a tiré le meilleur parti possible, et celui d’entrepreneur qui réalise ce miracle du capitalisme : la double valorisation de son savoir-faire par ses revenus salariaux et patrimoniaux, il est un moyen terme technique : les plans d’investissement minoritaire à effet de levier dans le capital des entités cotées de leur groupe avec ce dernier comme contrepartie, en toute transparence et dans le respect des conventions réglementées lors de leur approbation par le conseil d’administration.

Avec des dirigeants comme Carlos Ghosn, nommés à la tête de leurs entreprises alors qu’elles sont encore faiblement valorisées, ces plans sont financièrement viables et ont toutes les chances de dégager à terme des plus-values nettes importantes et des patrimoines additionnels substantiels. Encore faut-il qu’ils ne se heurtent aux réticences du conseil d’administration, lorsqu’il est constitué par des institutions financières nationales (représentées par d’anciens hauts fonctionnaires du Trésor et des Impôts), si ce n’est à l’opposition directe des administrateurs de l’État.

La main invisible du Trésor et des Impôts refuse ce mélange des genres. Les dirigeants, salariés, doivent rester exclusivement dans le cadre du contrat d’emploi dans tout rapport financier avec leur employeur. Elle conduit alors nombre de ces chefs hors normes à recourir à des montages financiers personnels tout à fait licites, mais exotiques, souvent politiquement problématiques.

Preuve qu’il ne suffit pas d’exonérer d’ISF les patrimoines mobiliers pour que l’économie performe à nouveau. L’exil fiscal de grandes fortunes, dont l’origine est très souvent entrepreneuriale, est certes regrettable. Son impact fiscal est certain, son impact économique très discutable. Par contre l’impact économique de l’exil de ces salariés inventeurs d’entreprises industrielles est considérable.

3. Respecter l’Etat de droit

La troisième et dernière leçon concerne le respect indispensable de l’Etat de droit. Renault a malheureusement ignoré cette règle en signant, lors de son accord avec Nissan de 1999, une convention de vote confidentielle par laquelle tous les administrateurs de Nissan s’engageaient au vote à l’unanimité en Conseil d’Administration. Or, ces conventions de vote sont nulles lorsque les intérêts sociaux des parties prenantes sont en cause.

La Cour de cassation l’a rappelé. Cette convention a fatalement piégé les administrateurs de Renault chez Nissan. Son président exécutif japonais a d’abord destitué Carlos Ghosn de la présidence de son conseil d’administration dès son interpellation illégalement, car c’est une prérogative du conseil de nommer et de révoquer son président. Et a demandé ensuite au conseil sa révocation à l’unanimité alors queRenault le maintenait en place à la tête du groupe !

Enfin, le président exécutif japonais a refusé de convoquer l’assemblée générale extraordinaire demandée par Renault, qui détient 43 % de son capital. Dans un discours public provocateur, il a déclaré que cette convocation n’avait aucune urgence et qu’il allait nommer une commission d’experts qui recommanderait la route à suivre.

La survie industrielle de l’alliance repose désormais sur la convocation de l’assemblée générale extraordinaire, anticipée par voie judiciaire ou statutaire. Renault et ses partenaires disposant du contrôle du capital de Nissan et de son assemblée, la révocation de son conseil et de ses dirigeants est devenue un point de passage obligé pour sauver le contrôle stratégique par Renault de cette alliance, dont le centre de gravité industriel est bien en Asie.

Sa tenue permettra de vérifier si le Japon reste un Etat de droit au sens des démocraties libérales, ce qu’il n’a probablement jamais été. Goliath a-t-il terrassé David ? La France étatique, dont le silence actuel est abyssal, devrait en tirer toutes les conséquences. »

Alliance Renault-Nissan : le capitalisme à la mode japonaise

Alliance Renault-Nissan : le capitalisme à la mode japonaise

Le Japon est un pays champion du capitalisme mais un capitalisme à caractère très nationaliste pour ne pas dire davantage. On se souvient en effet que pendant longtemps le Japon a occupé le hit Paris parade des pays exportateurs. Il a surtout fondé son développement sur les échanges extérieurs. Aussi sur sa capacité à copier les technologies étrangères américaines européennes (le relais étant pris désormais par la Chine !) Mais le Japon milite pour un libéralisme très ouvert quand cela sert ses intérêts mais très fermé quand il s’agit de capitaux extérieurs. L’exemple plus significatif étend celui du conflit actuel entre Renault et Nissan. Nissan sauvé par Renault mais qui veut aujourd’hui reprendre son indépendance contre toutes les règles capitalistes en vigueur voir même prendre le contrôle de Renault. L’affaire Carlos Ghosn n’est qu’un prétexte pour remettre en cause le poids de Renault chez Nissan et dans l’alliance entre parenthèses mêmes si évidemment Carlos gone est loin d’être dans). Ces deux dossiers ne sont pas évidemment de même nature et de même ampleur. On fait semblant de croire qu’il s’agit d’une affaire personnelle entre les autorités fiscales et Carlos Ghosn alors qu’il s’agit d’une bataille de pouvoir pour savoir qui de la France ou du Japon va maîtriser l’alliance et les entreprises qui la composent. Ce qui est engagé c’est la déstabilisation de cette alliance est même de Renault par le gouvernement japonais qui a montré une grand rigueur judiciaire à l’égard d’un patron français mais qui a épargné tous les responsables japonais de la catastrophe de Fukushima.  Les pouvoirs publics français seraient bien naïfs de croire que l’affaire Carlos Ghosn se limite à une fausse déclaration de revenus voir à quelques détournements de fonds. En effet il est vraisemblable qu’en prison depuis le 19 novembre, il  va rester pour de nombreuses semaines voir de nombreux mois en tout cas jusqu’à ce qu’il n’ait plus aucune responsabilité dans l’Alliance et les entreprises qui en font partie.  et surtout  tant qu’un accord n’aura pas été trouvé concernant le pilotage de l’alliance Renault Nissan. Pour résumer Nissan a été sauvé par Renault ne supporte plus d’être sous la coupe du constructeur français et réclame la direction de l’alliance ou bien son indépendance. Sans parler de la possibilité pour Nissan de racheter aussi Renault. Certes Carlos Ghosn n’est pas complètement blanc et  comme de nombreux patrons de multinationales il a eu une certaine tendance à confondre la caisse de l’entreprise avec son portefeuille (de manière officielle  ou officieuse)  Lundi, il sera soumis à une nouvelle épreuve : le bureau des procureurs doit choisir de l’inculper ou non, mais selon le quotidien économique Nikkei et d’autres grands médias japonais, la décision ne fait guère de doute. Carlos Ghosn, affirment-ils, va être poursuivi pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d’euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015. Son bras droit Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, devrait aussi être inculpé. Nissan ne sera pas épargné, le parquet jugeant que la responsabilité de l’entreprise est également engagée, car elle est l’entité ayant remis les rapports incriminés aux autorités boursières. Dans cette affaire, les rumeurs, spéculations, scénarios sont nombreux, et la parole officielle rare si ce n’est, au tout début, celle du patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, qui a d’emblée lâché son ancien mentor. Les procureurs ont pour l’instant communiqué à minima et la défense de Carlos Ghosn, menée par Motonari Ohtsuru, un ex-procureur spécialiste des grandes affaires financières, ne s’est pas publiquement exprimé. Tout juste sait-on que « le suspect Ghosn », comme l’a rebaptisé la presse nippone, nie toute malversation. « Il est dans un état d’esprit vaillant et combatif », souffle-t-on au siège de Renault, à Boulogne-Billancourt près de Paris, malgré les conditions spartiates de l’établissement où le Franco-libano-brésilien est détenu. Il s’occupe à lire livres et magazines quand il n’est pas interrogé par les enquêteurs. Chez Nissan, la mise à l’écart de Ghosn a comme libéré la parole et les frustrations ont éclaté au grand jour, transpirant dans les médias japonais où « M. Ghosn et l’Etat français (actionnaire de Renault) sont le diable », résume un analyste du secteur, Takaki Nakanishi. On voit là, dit-il, l’opportunité de « re-japoniser » le groupe et de revoir les termes du partenariat. Le dossier juridique est accessoire, ce n’est qu’un prétexte. En effet on ne peut justifier  le maintien prolongé de Carlos Ghosn en prison par la sévérité de la justice japonaise. Rappelons par exemple que dans l’affaire du scandale de Fukushima, aucun responsable japonais climat aucun n’a été inquiété ! en un mois, Renault et l’État français n’ont fait que constater les velléités d’émancipation de Nissan. Le groupe automobile japonais n’a cessé de multiplier les déclarations et les allusions promettant un rééquilibrage de l’Alliance Renault-Nissan. Ce lundi 17 décembre toutefois, Renault a décidé de ne pas rester les bras ballants en faisant capoter la tentative de nomination d’un successeur à Carlos Ghosn à la tête du conseil d’administration de Nissan. Alors que Nissan a constitué une commission de trois personnes pour trouver un successeur, celle-ci a échoué, sous la pression de Renault. Le groupe automobile français exige désormais une assemblée générale des actionnaires (AG). Selon Thierry Bolloré, auteur d’une lettre adressée à Hiroto Saikawa et divulguée par le Wall Street Journal, cette AG permettrait de remettre sur la table des sujets comme celui de la gouvernance et les nominations au conseil d’administration. De son côté, Hiroto Saikawa, la gouvernance doit être prioritaire, tandis que l’AG peut attendre. En réalité, Renault est coincé puisqu’en l’absence de Carlos Ghosn, il perd une voix au conseil d’administration. D’où la nécessité d’une AG afin de récupérer cette troisième voix qui compte tant, sur un conseil composé de 8 personnes seulement.

Carlos Ghosn : en prison jusqu’à un accord sur l’Alliance Renault-Nissan

Carlos Ghosn : en prison jusqu’à un accord sur l’Alliance Renault-Nissan

Les pouvoirs publics français seraient bien naïfs de croire que l’affaire Carlos Ghosn se limite à une fausse déclaration de revenus voir à quelques détournements de fonds. En effet il est vraisemblable qu’en prison depuis le 19 novembre, il  va rester pour de nombreuses semaines voir de nombreux mois et cela tant qu’un accord n’aura pas été trouvé concernant le pilotage de l’alliance Renault Nissan. Pour résumer Nissan a été sauvé par Renault ne supporte plus d’être sous la coupe du constructeur français et réclame la direction de l’alliance ou bien son indépendance. Sans parler de la possibilité pour Nissan de racheter aussi Renault. Certes Carlos Ghosn n’est pas complètement blanc et  comme de nombreux patrons de multinationales il a eu une certaine tendance à confondre la caisse de l’entreprise avec son portefeuille (de manière officielle  ou officieuse)  Lundi, il sera soumis à une nouvelle épreuve : le bureau des procureurs doit choisir de l’inculper ou non, mais selon le quotidien économique Nikkei et d’autres grands médias japonais, la décision ne fait guère de doute. Carlos Ghosn, affirment-ils, va être poursuivi pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d’euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015. Son bras droit Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, devrait aussi être inculpé. Nissan ne sera pas épargné, le parquet jugeant que la responsabilité de l’entreprise est également engagée, car elle est l’entité ayant remis les rapports incriminés aux autorités boursières. Dans cette affaire, les rumeurs, spéculations, scénarios sont nombreux, et la parole officielle rare si ce n’est, au tout début, celle du patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, qui a d’emblée lâché son ancien mentor.

Les procureurs ont pour l’instant communiqué à minima et la défense de Carlos Ghosn, menée par Motonari Ohtsuru, un ex-procureur spécialiste des grandes affaires financières, ne s’est pas publiquement exprimé. Tout juste sait-on que « le suspect Ghosn », comme l’a rebaptisé la presse nippone, nie toute malversation. « Il est dans un état d’esprit vaillant et combatif », souffle-t-on au siège de Renault, à Boulogne-Billancourt près de Paris, malgré les conditions spartiates de l’établissement où le Franco-libano-brésilien est détenu. Il s’occupe à lire livres et magazines quand il n’est pas interrogé par les enquêteurs.

Chez Nissan, la mise à l’écart de Ghosn a comme libéré la parole et les frustrations ont éclaté au grand jour, transpirant dans les médias japonais où « M. Ghosn et l’Etat français (actionnaire de Renault) sont le diable », résume un analyste du secteur, Takaki Nakanishi. On voit là, dit-il, l’opportunité de « re-japoniser » le groupe et de revoir les termes du partenariat. Le dossier juridique est accessoire, ce n’est qu’un prétexte. En effet on ne peut justifier  le maintien prolongé de Carlos Ghosn en prison par la sévérité de la justice japonaise. Rappelons par exemple que dans l’affaire du scandale de Fukushima, aucun responsable japonais climat aucun n’a été inquiété !

Macron a pourri le dossier Renault Nissan

Macron a pourri le dossier Renault Nissan

 

De toute évidence Macron à une lourde responsabilité dans l’évolution désastreuse du dossier Renault Nissan. Macron n’a pas apprécié que Carlos Ghosn l’envoie balader lorsque l’actuel président de la république était avec Hollande. Le super égo des intéressés ne permettait pas de faciliter le dialogue. Carlos Ghosn proposé à l’époque la réforme de l’alliance que précisément réclame Nissan aujourd’hui. Une réforme qui nécessairement se fera ou alors soit Nissan partira, soit Nissan rachètera Renault. Pour bloquer Carlos Ghosn, Macron à doublé le droit de vote de l’État ce qui juridiquement était possible mais psychologiquement a été pris pour une insulte par Nissan. Certes Nissan a été sauvé par Renault mais aujourd’hui Nissan représente deux à trois fois Renault en termes de production et de capitalisation boursière. “Le président Macron lui-même a une certaine responsabilité dans la partie qui se joue actuellement”, a déclaré cette semaine Max Warburton, analyste chez le gérant de fonds new-yorkais Alliance Bernstein. “Il doit reconnaître que sa décision d’augmenter la participation de l’Etat dans Renault en 2015 (…) a probablement impacté la perception japonaise de l’alliance et renforcé les craintes selon lesquelles c’est l’Etat français qui a le contrôle ultime de Nissan.”“Macron a toujours une approche tout feu, tout flamme”, commente un ancien ministre d’Emmanuel Macron. “Et puis ensuite vient le moment où il y a la réalité des rapports de force et la réalité des dossiers.”Résultat le gouvernement sera bien contraint d’accepter une réforme de l’alliance plus favorable aux japonais à moins de tirer uen balle dans le pied de Renault. En attendant Renault a été viré des conseils d’administration de Nissan et de Mitsubishi alors que c’est l’actionnaire de référence ! Bref une bataille d’ego qui va couter cher à la France. Carlos Ghosn porte lui aussi une part de responsabilité dans l’escalade de 2015. “Il avait une manière absolument insupportable de considérer qu’il n’avait pas à discuter avec un ministre, qu’il était au-dessus de ça. Donc, il ne parlait éventuellement qu’à un Premier ministre”, raconte un ancien ministre.  “Comme Macron a un certain sens aussi de sa personne, je pense que ça n’a pas dû lui plaire du tout.”

Ghosn : incroyable, le gouvernement n’a toujours reçu aucune information de Nissan et du Japon

Ghosn : incroyable, le gouvernement n’a toujours reçu aucune information de Nissan et du Japon

Le ministre français de l’Economie et des Finances a avoué dimanche ignorer totalement les charges qui pèsent sur le PDG de l’alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn, arrêté lundi au Japon. Ces éléments n’ont pas été transmis par Nissan à Renault pas plus qu’au gouvernement français. La justice japonaise elle-même s’est refusée jusqu’à la à donner la moindre information sur les motifs d’inculpation et d’emprisonnement du patron de Renault. “Nous n’avons pas d’informations sur les reproches qui sont faits à Carlos Ghosn, par Nissan, sur les charges qui ont été transmises par Nissan à la justice japonaise”, a dit Bruno Le maire sur BFMTV. “Je souhaite que nous disposions rapidement de ces charges qui pèsent sur Carlos Ghosn (…) Aujourd’hui, je ne dispose d’aucun élément de preuve”, a-t-il ajouté en précisant que Renault, dont l’Etat français possède 15% du capital, était dans la même situation. On ne peut que souligner la grande naïveté du gouvernement français dans cette affaire. Il est clair que l’objectif de Nissan du Japon et soit de prendre la tête de l’alliance, soit de prendre son indépendance vis-à-vis de Renault soi-même le cas échéant de racheter Renault. Sans doute Carlos Ghosn n’est-il pas une oie blanche mais finalement il n’est pas plus coupable que d’autres grands patrons qui ont tendance à confondre la caisse de leur entreprise avec leur propre porte-monnaie. Pour autant l’intéressé est indéniablement un très grand patron qui a d’abord sauvé Renault et a fait de l’Alliance le plus grand constructeur mondial. Ce n’est pas simplement car Ghosn que le Japon veut faire plier et humilier mais aussi Renault et la France avec pour objectif de récupérer l’alliance ou d’en  partir voire de racheter Renault.

Affaire Renault- Nissan pour un boycott des produits japonais

Affaire Renault- Nissan pour un boycott des produits japonais

Il est clair que Nissan avec le soutien des autorités japonaises a engagé un bras de fer avec Renault et la France. Il ne s’agit pas ici de dédouaner Carlos Ghosn qui sans doute a un peu trop confondu le tiroir-caisse de la société avec son propre porte-monnaie, d’abord avec un salaire exorbitant ensuite avec sans doute des rémunérations accessoires contestables. Ceci étant,  la plupart des grands patrons se comporte de la même manière en pratiquant d’une part l’évasion fiscale massive et en s’accordant des davantage excessifs. Mais les reproches qui peuvent être adressés à Carlos Ghosn n’enlève rien au fait que l’intéressé est un des plus grands patrons du monde. Il a réussi à sauver d’abord Renault puis a constitué le premier groupe automobile mondial. Le traitement que lui inflige le Japon avec une garde à vue dans des conditions insupportables constitue évidemment un élément rapport de force engagée par Nissan qui veut se  libérer  de Renault voire racheter l’entreprise française. Certains objectent que le type de garde à vue très prolongée est conforme au droit japonais ; curieux quand même quand on constate que pas un seul grand patron japonais n’a été impliqué après la terrible catastrophe de Fukushima. Il est tout aussi inadmissible que Carlos Ghosn ait  été démis de ses fonctions alors que la procédure commence à peine. Le nationalisme économique japonais est bien connu, ce qui ne l’empêche pas de faire des exportations le moteur de sa croissance. L’attitude du Japon- et de Nissan en particulier- est inadmissible et la réponse du gouvernement français n’est pas à la hauteur de l’attaque. La seule réponse qui s’impose serait un boycott des produits du Japon en attendant que ce pays veuille bien transmettre à la France le dossier d’accusation de Carlos Ghosn. Pour l’instant le ministre de l’économie français se borne à dire qu’il n’a aucune information ! L’Etat français, avec 15% du capital, est le principal actionnaire de Renault, qui est lui-même le principal actionnaire de Nissan avec 43,4% des parts. Nissan détient quant à lui 15% de Renault. Un dirigeant de longue date de Nissan, sous le sceau de l’anonymat, a bien évoqué ce qui se autour de Carlos Ghosn , il a déclaré mercredi dans la presse japonaise qu’il fallait réfléchir à une réduction de la participation de Renault dans Nissan. “Nous devenons revenir à l’idée originelle d’une relation gagnant-gagnant (…) une relation plus équitable qu’auparavant”, a-t-il dit.

Nissan- Carlos Ghosn : « un coup d’État des dirigeants japonais ! »,

Nissan- Carlos Ghosn : « un coup d’État des dirigeants  japonais ! »,

Il semble se confirmer que Carlos Ghosn ait été victime d’un coup d’Etat de la part de la direction japonaise de Nissan avec le concours bienveillant des autorités locales.  Carlos Ghosn n’est evidemmenet pas une oie blanche (comme beaucoup de grands patrons, c’est un champion de optimisation fiscale qui au surplus ne se prive pas de confondre ses propres deniers avec ceux de l’entreprise) mais c’est un exceptionnel chef d’entreprise qui après avoir sauvé Renault, a sauvé Nissan et créé le premier groupe mondial de l’automobile. Europe 1 apporte la conviction sur ces faits de Philippe Riès qui a dirigé le bureau de l’AFP au Japon, où il a vécu pendant dix ans  »Nous sommes en face d’un coup d’État ! »,  »Le voile commence à se déchirer et les masques vont tomber. » Riès se réfère notamment aux dernières révélations du Financial Times, selon lesquelles le patron de Renault et président du conseil d’administration de Nissan préparait une fusion entre Renault et Nissan, contre la volonté du conseil d’administration de Nissan. Ces éléments confirment sa première « impression » en voyant la « très étrange conférence de presse convoquée par Nissan pour charger Carlos Ghosn dans des conditions inouïes », très peu de temps après son arrestation. L’enjeu de ce que Philippe Riès qualifie de « coup d’État organisé par les managers japonais » est, d’après lui, « l’équilibre des pouvoirs au sein de l’Alliance Renault-Nissan ». « La responsabilité de l’État français est très lourdement engagée ». Philippe Riès tient par ailleurs à souligner « la responsabilité de l’État français, très mauvais actionnaire de Renault (à hauteur de 15% du capital de l’entreprise, ndlr) », qu’il analyse comme étant « très lourdement engagée » : « Ils ont bloqué les différentes propositions de réorganisation de l’Alliance qui auraient dû être faites il y a quatre ou cinq ans. ». Le problème c’est que Macron entretenait des liens conflictuels  avec Ghosn !

Rachat de Renault par Nissan ?

 Rachat de Renault par Nissan ?

 

 

Non seulement dans cette affaire d’arrestation du patron de Renault Nissan pourrait avoir pour objectif de se libérer de la tutelle de Renault qui possède 44 % de l’entreprise japonaise mais pourrait même avoir objectif de racheter Renault. En effet l’entreprise nipponne sauvée de la faillite par Renault aujourd’hui pèse de à trois fois plus que sa maison-mère en termes de production et de capitalisation boursière. Le groupe japonais n’a d’ailleurs jamais digéré l’humiliation de l’entrée du Français dans son capital. Selon Alphavalue, le rachat de Renault coûterait à Nissan environ 5 milliards d’euros après la déduction de sa participation de 44% chez le japonais. Elle pourrait même représenter 2,5 milliards après prise en compte de sa participation de 15% chez Renault. Il n’y aura plus guère que le gouvernement français pour faire barrage à Nissan. Reste à voir à savoir si ce gouvernement qui ne comprend pas grand-chose à la politique industrielle laissera filer à l’étranger une entreprise dont le groupe est aujourd’hui le premier constructeur mondial !

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol