Archive pour le Tag 'neuves'

Voitures neuves: en progression apparente

Voitures neuves: en progression apparente

Le marché français des voitures neuves a effectivement progressé en octobre pour le dixième mois consécutif. Au total, 152.383 immatriculations de véhicules particuliers neufs ont été enregistrées en octobre, soit 21,92 % de plus qu’en octobre 2022, selon les statistiques d’AAA Data. En apparence les ventes augmentent mais le niveau des ventes reste encore inférieur de près de 20 % par rapport à celui de 2019, avant la crise sanitaire.

En effet en 2019, 2,2 millions de voitures particulières neuves avaient été mises en circulation. Sur l’ensemble des dix premiers mois de l’année 2023 , le marché a enregistré une hausse de 16,49% sur un an, avec 1.441.007 immatriculations. Conclusion il manquera au moins 300 000 véhicule en 2023 par rapport à 2019.

Plusieurs facteurs l’expliquent: la hausse des taux d’intérêt a renchéri le prix déjà élevé des véhicules neufs. Par ailleurs, beaucoup s’interrogent sur le type de motorisation à privilégier. En attendant, les je te mobilise ont tendance à garder davantage des véhicules par ailleurs plus fiables que les plus récents surtout ceux bourrés d’électronique et de numérique inutiles mais qui justifient la hausse des prix

Conséquence, les Français conservent leur voiture plus longtemps, soit sept mois de plus en 2022 par rapport à 2018, observe AAA Data. Le marché de l’occasion, qui souffrait ces derniers mois, progresse à nouveau. En octobre, les véhicules de plus de dix ans ont concentré le plus de transactions (223 788 unités).

Dans ce contexte, Renault (Renault, Dacia, Alpine) gagne du terrain avec un quart (24,57 %) des ventes de voitures neuves, derrière Stellantis (Peugeot, Citroën, Fiat, Opel…) qui se maintient en tête (28,39 %). De son côté, Tesla a représenté un peu plus de 2 % des ventes en octobre avec deux fois plus d’immatriculations qu’un an auparavant. Les marques chinoises, encore confidentielles en France, commencent à percer : MG est déjà dans le top 20 avec une croissance de 93 %, à 2589 unités. BYD a écoulé 72 unités en octobre et Leapmotor, nouvel allié de Stellantis, en a vendu trente-trois.

Immatriculations de voitures neuves: en hausse de 21,92%

Immatriculations de voitures neuves: en hausse de 21,92%

Il s’est immatriculé 152.383 véhicules particuliers dans l’Hexagone le mois dernier, a rapporté la PFA. Progressivement, la vente des voitures neuves retrouve son niveau de 2021.

En 2022, 1,577 millions de voitures neuves ont été immatriculées contre 1,709 un an plus tôt, soit une baisse de 7,7 % sur un an. Hormis entre les mois d’août et novembre 2022, les ventes de voitures neuves ont reculé chaque mois par rapport à l’année précédente.

Sur l’ensemble des dix premiers mois de l’année, le marché a enregistré une hausse de 16,49% sur un an, avec 1.441.007 immatriculations.

Les immatriculations de voitures neuves du groupe Stellantis, qui regroupe notamment les marques Peugeot, Citroën, DS et Opel, ont progressé le mois dernier de 10,90% par rapport à un an plus tôt.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine) a vu quant à lui ses immatriculations en France bondir de 30,60% en rythme annuel en octobre.

(Rédigé par Camille Raynaud)

Secteur- Immobilier : le marché de maisons neuves s’écroule

Secteur- Immobilier : le marché de maisons neuves s’écroule


Le marché des maisons neuves subit aussi comme le reste du secteur la crise des crédits et de la solvabilité des acquéreurs. Le marché s’écroule littéralement.

Les ventes ont chuté de plus de 38%, entre juillet 2022 et juillet 2023 (, selon la Fédération française du bâtiment (FFB). Sur les sept premiers mois de l’année, 303.000 mises en chantier (logements réellement commencés, NDRL) ont été enregistrées. Comme en 1991, année qui a précédé les points bas historiques de 1992 et de 1993.

En cause comme pour l’ensemble de l’immobilier des taux de crédit qui s’envole après les relèvements successifs de la banque centrale européenne. Des taux démentiels qui vont se situer entre 4 et 5 %. Mécaniquement un candidat à l’accession à la propriété qui disposait d’une capacité d’emprunt de 200 000 € ne peut plus prétendre qu’à 160 000 €.
«Si rien n’est fait dans le projet de loi de finances 2024 pour enrayer la chute, nous allons droit à la catastrophe en 2024 et 2025», alerte Olivier Salleron, président de la FFB qui table sur 150.000 suppressions d’emplois dans le bâtiment d’ici 2025.

Entre le 1er semestre 2022 et le 1er semestre 2023 les ventes s’effondrent de 35% dans l’individuel diffus comme dans la promotion immobilière ;

En rythme annuel sur les 7 premiers mois de 2023, nous enregistrons 303 000 mises en chantier de #logements, comme en 1991, avant les points bas historiques de 1992 et 1993 (≈ 275 000 unités).

Paradoxalement Macro va encore réduire les aides au logement. Le président de la République a souvent pointé du doigt le coût trop élevé à son goût des aides au logement – qui s’élèvent à 38 milliards d’euros par an, selon le dernier rapport sur les Comptes du logement -. En oubliant que le secteur rapporte aussi plus de 90 milliards d’euros.

Le problème n’est pas seulement financier il est aussi culturel. L’intelligentia au nom de prétexte environnementaux veut concentrer de plus en plus les populations dans les zones urbaines et les empiler dans des immeubles de plus en plus hauts.

Automobiles thermiques neuves en 2035 : l’Italie veut un report

Automobiles thermiques neuves en 2035 : l’Italie veut un report

Hier, le Parlement européen a approuvé le projet de réglementation mettant fin à la vente de véhicules neufs à moteur thermique en 2035 – par 340 voix pour, 279 voix contre et 21 abstentions.
Après le vote des eurodéputés ce mardi, il faut encore que le Conseil européen donne formellement son feu vert pour que le texte entre en vigueur.

Il s’agit en tout cas du premier accord sur un texte du paquet climat européen (« Fit for 55 ») destiné à réduire d’au moins 55% d’ici 2030 par rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Il entérine l’objectif de réduction des émissions de CO2 pour 2030 de -55% pour les nouvelles voitures et -50% pour les nouvelles camionnettes, par rapport à 2021.

Notre industrie est prête à relever le défi de fournir des véhicules zéro émission », a déclaré dans un communiqué Sigrid de Vries, directrice générale de l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA). « Tous les efforts et investissements de l’industrie automobile sont orientés vers une mobilité zéro émission. Il est essentiel que toutes les politiques et réglementations de l’UE s’alignent sur cet objectif et le soutiennent », a-t-elle ajouté.

Un avis que ne partage pas le gouvernement italien (ni les constructeurs notamment allemands), qui continue d’afficher son opposition à la mesure ce mercredi 15 février. « Les délais qui nous sont imposés par l’Europe ne coïncident pas avec la réalité européenne et surtout italienne » et « représentent un risque pour l’emploi » dans la filière automobile, a protesté le ministre des Entreprises Adolfo Urso sur Rai Radio 1. «

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

Vente automobiles neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

Vente voitures neuves: la catastrophe continue

 

Visiblement les experts et les industriels n’ont pas encore compris que le secteur automobile était  victime d’un véritable massacre. En effet contrairement aux prévisions les immatriculations de voitures neuves ne cessent de s’écrouler . En cause notamment les interrogations des automobilistes concernant l’avenir de l’automobile.

 

On affirme que le moteur thermique sera interdit pour les voitures neuves en 2030 2040. La question est cependant de savoir si les automobiles d’occasion seront encore utilisées pendant 5,10 ou 20 ans. L’investissement d’une voiture représente une somme non négligeable pour les ménages. En moyenne la durée de vie moyenne d’une voiture était de 11 ans mais cette durée est à entrain de s’allonger de manière considérable. .

 

L’année 2021 devait être celle du retour à la normale. Elle s’achèvera finalement à un niveau plus bas encore, à 72 millions de voitures. Soit 20 millions de moins qu’en 2019 !

 

En moyenne l’investissement d’une automobile représente avec un moteur thermique autour de 20 000 € mais plus du double avec une voiture à moteur électrique. Du coup,  les consommateurs hésitent à mettre une telle somme d’autant que l’autonomie des voitures électriques n’est pas assurée et que d’autres technologies pourraient bien voir le jour notamment la voiture à hydrogène d’ici 2000 32 040.

 

Dernier élément, l’erreur stratégique considérable des industriels qui pour maintenir à un très haut niveau le prix des automobiles les bourrent les voitures d’accessoires électroniques. Ainsi les équipements de composants électroniques pourraient représenter 50 % de la voiture électrique.

Automobile : pourquoi les Français n’achètent plus de voitures neuves

Automobile : pourquoi les Français n’achètent plus de voitures neuves

 

Sur BFM Business, François Roudier, président de la PFA donne plusieurs autres pistes: « le covid et ses effets, une épargne de précaution des Français plutôt destinée à l’immobilier, et le troisième facteur qui est terrible: le manque de composants qui fait qu’on a un manque de livraisons des véhicules ».

Cependant un autre facteur explicatif n’est pas abordé par le représentant de la profession à savoir les interrogations des consommateurs sur l’avenir de la motorisation: thermique, hybride, électrique voire à hydrogène.Sans parler du prix inabordable pour certains de la voiture électrique, deux à trois fois plus chère qu’une automobile  thermique. Il faut prendre en compte aussi le fait que l’âge moyen actuel d’une voiture est de 11 ans. Or certaines municipalités par exemple commencent à parler de l’interdiction des véhicules thermiques à partir de 2030 voir avant. Autant d’incertitudes qui font hésiter d’investir 40 à 50 000 € pour les moins chères. La conséquence immédiate c’est le boom sur les voitures d’occasion dont on va s’apercevoir qu’entretenues, elles peuvent facilement en moyenne durée jusqu’à 15 ans. Dernière interrogation, le faite que les voitures tout électrique pourraient devenir rapidement obsolètes avec l’hydrogène ! NDLR

Tribune

« Il y a une politique de chaque constructeur au niveau mondial qui garde ses composants pour les voitures qui font le plus de marges or ce ne sont pas les voitures qui font le plus de volume, donc il y a une diminution de volumes en cohérence avec cette politique », explique-t-il.

Autre facteur, l’appétence pour l’occasion. « On voit qu’il y a eu beaucoup de ventes de voiture d’occasion par des ménages qui sont multi-motorisés: 2,3 voire 4 voitures tout simplement parce que ces ménages se sont expatriés un petit plus loin que les centres villes on a donc eu besoin de voitures mais on a préféré prendre de l’occasion ».

Et de poursuivre: « L’investissement en voiture neuve est plus compliqué et répond aussi à la confiance des ménages or les ménages gardent un moral très bas« .

Pour Eric Champarnaud, président d’Autoways, « le marché n’était pas bon du tout au mois de juillet, le marché a perdu ses repères: la crise sanitaire, les effets de la crise économique, la transition vers l’électrique qui suscite de l’attentisme », analyse-t-il sur BFM Business.

Pour quelles raisons? « Le prix du véhicule, les coûts d’usage qui sont encore élevés, les autonomies, mais en augmentant elles font augmenter le prix des voitures, et elles restent encore dans les esprits insuffisantes et enfin l’accès et la vitesse de la recharge qui sont jugés sont trop lentes et insuffisants. L’écosystème n’est pas prêt, le décollage a eu lieu il y a un an, deux ans, l’écosystème se met en place, ça prendra du temps, est-ce que ce sera prêt encore d’ici 10 ans, rien n’est moins sûr », juge l’expert.

Vente voitures neuves en baisse de 50,34%: baisse de 50 % en mai-

Vente voitures neuves en baisse de 50,34%: baisse de 50 % en mai-

En gros, on a  immatriculé de l’ordre  de 100 000 véhicules le mois dernier c’est-à-dire la moitié du chiffre attendu. En cause évidemment la paralysie de la production des aussi la fermetures des concessionnaires Les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA , qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont chuté de 56,07% par rapport au même mois de 2019.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), déjà ébranlé l’an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France décliner de 50,39% le mois dernier. Au total sur l’année en une diminution de leur au moins 10 %;

Ventes de voitures neuves: en baisse

Ventes  de voitures neuves: en baisse

 

Deuxième mois de baisse en France et ce n’est sans doute pas fini. Les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 2,70% en février, selon les données brutes du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) publiées dimanche.

Il s’est immatriculé dans l’Hexagone 167.785 véhicules particuliers le mois dernier, a annoncé le CCFA. Février a compté cette année 20 jours ouvrables, comme l’an dernier à la même époque.

En janvier, le marché avait commencé sur une note fortement baissière (-13,4%). Sur deux mois, il ressort maintenant en baisse de 7,79%.

L’année 2020 s’annonce difficile pour les immatriculations françaises, comme à l’échelle mondiale, en raison d’un ralentissement cyclique global de la demande, de l’épidémie de coronavirus et des choix commerciaux délicats sur les moteurs thermiques et électrifiés dictés par les nouveaux objectifs européens de CO2.

Sauf rebond imprévu en cours d’année lié aux nouveautés qui vont aussi animer 2020, les immatriculations en France devraient accuser leur première baisse après cinq ans de hausses consécutives. En 2019, elles ont encore progressé de 1,9%.

En 2020, Renault et Nissan prévoient tous deux un léger recul du marché automobile français, tout comme le CCFA, tandis que l’observatoire Cetelem de l’automobile chiffre cette baisse à -3,2%.

En février, les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA, qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, et bientôt celles de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) si la fusion entre les deux groupes est finalisée, ont augmenté de 0,49% par rapport au même mois de 2019.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine), ébranlé l’an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France reculer de 9,78% le mois dernier.

Automobiles neuves : la Corse en tête du palmarès !

Automobiles neuves : la Corse en tête du palmarès !

 

 

 

Vraiment curieux mais c’est la Corse qui est en tête du palmarès pour la vente de voitures neuves d’après Auto-plus (idem pour la réussite au contrôle technique, ce qui là est cohérent avec le renouvellement rapide du parc). En général les achats d’équipements d’une certaine valeur sont en effet assez bien corrélés avec le niveau de revenus des ménages. Ce qui n’est pas le cas en Corse où huit habitants sur 10 ont acheté une voiture neuve l’an passé. Dans le classement concernant la richesse des départements la Corse-du-Sud vient en 50e position et la Haute-Corse en 89e. On pourrait objecter que la Corse n’est pas forcément très bien desservie par les transports collectifs intérieurs pour autant il y a la une situation qui mérite pour le moins interrogation.

Les départements les plus riches de France en 2012

Montant moyen (en euros) des revenus déclarés par foyer à l’administration fiscale en 2012.

Rang

Département

Montant moyen (en euros)

1 Paris (75) 40 752 €
2 Hauts-de-Seine (92) 39 448 €
3 Yvelines (78) 37 427 €
4 Haute-Savoie (74) 32 107 €
5 Essonne (91) 29 765 €
6 Val-de-Marne (94) 28 654 €
7 Ain (01) 28 090 €
8 Rhône (69) 27 763 €
9 Seine-et-Marne (77) 27 723 €
10 Haut-Rhin (68) 27 397 €
11 Val-d’Oise (95) 26 874 €
12 Haute-Garonne (31) 26 417 €
13 Alpes-Maritimes (06) 26 236 €
14 Bas-Rhin (67) 26 205 €
15 Isère (38) 25 882 €
16 Loire-Atlantique (44) 25 699 €
17 Savoie (73) 25 641 €
18 Marne (51) 25 588 €
19 Côte-d’Or (21) 25 201 €
20 Loiret (45) 25 169 €
21 Oise (60) 25 146 €
22 Doubs (25) 25 112 €
23 Ille-et-Vilaine (35) 25 082 €
24 Eure-et-Loir (28) 25 021 €
25 Gironde (33) 24 934 €
26 Var (83) 24 558 €
27 Territoire de Belfort (90) 24 491 €
28 Indre-et-Loire (37) 24 480 €
29 Bouches-du-Rhône (13) 24 399 €
30 Pyrénées-Atlantiques (64) 24 355 €
31 Eure (27) 24 127 €
32 Calvados (14) 23 793 €
33 Meurthe-et-Moselle (54) 23 784 €
34 Moselle (57) 23 784 €
35 Loir-et-Cher (41) 23 705 €
36 Puy-de-Dôme (63) 23 515 €
37 Finistère (29) 23 472 €
38 Morbihan (56) 23 427 €
39 Seine-Maritime (76) 23 405 €
40 Vendée (85) 23 314 €
41 Jura (39) 23 258 €
42 Maine-et-Loire (49) 23 253 €
43 Aube (10) 23 057 €
44 Drôme 22 946 €
45 Landes (40) 22 854 €
46 Côtes-d’Armor (22) 22 833 €
47 Charente-Maritime (17) 22 805 €
48 Sarthe (72) 22 803 €
49 Vienne (86) 22 753 €
50 Corse-du-Sud (2A) 22 711 €

Et la Haute Corse en  89 ème position.

La Corse se distingue donc  pour le contrôle technique. C’est dans l’Île de Beauté que cela se passe le mieux. Pas moins de 88% des autos sont reçues au premier coup et n’ont pas besoin de contre-visite. Ce qui est loin d’être le cas dans le Doubs, lanterne rouge, où seulement 76% des véhicules ne sont pas recalés. Enfin, on apprend que c’est le paradis des concessionnaires. En effet, huit habitants sur dix ont acquis une voiture neuve l’an dernier. Autrement dit, si tous les Français achetaient autant d’autos neuves que les Corses, le marché global serait d’environ 5 millions, contre environ 2 actuellement.

Hausse de 8% des ventes de voitures neuves dans l’UE mais pas en France

Hausse de 8% des ventes  de voitures neuves dans l’UE mais pas en France

 

 

Pour le sixième mois consécutif, les immatriculations de voitures neuves dans l’Union européenne sont en hausse, progressant de 8% sur un an, mais elles sont restées à un niveau historiquement bas, a annoncé mardi l’ACEA.  861.058 véhicules ont été vendus le mois dernier dans les 27 pays de l’UE (hors Malte), selon les données de l’Association des constructeurs automobiles européens. Ceci correspond « au deuxième niveau le plus bas jamais enregistré pour un mois de février depuis 2003″ et le début de la collecte des données dans l’Union élargie.  Parmi les principaux marchés, seule la France s’est inscrite en recul, à -1,4%. A l’inverse, les immatriculations en Grande-Bretagne ont progressé de 3%, de 4,3% en Allemagne, de 8,6% en Italie et de 17,8% en Espagne.  Les groupes automobiles ont aussi connu des sorts différents. Le numéro un européen, Volkswagen, a progressé de 8%. Les américains General Motors et Ford ont aussi connu un bon mois, avec des augmentations de 12,6% et 12,2%. Renault a enregistré un bond de ses immatriculations de 11,7% grâce à sa marque à bas coûts Dacia, tandis que PSA Peugeot Citroën a souffert de la mauvaise tenue de la marque aux chevrons. Ses immatriculations n’ont gagné que 3,6%. Les immatriculations du japonais Toyota ont pris 16,2% sur un an.  Sur les deux premiers mois de l’année, les immatriculations de voitures neuves dans l’UE se sont accrues de 6,6% à 1,8 million. Parmi les principales marques, Renault, Ford et Toyota ont connu des croissances de leurs ventes de plus de 10%.

 

Ventes voitures neuves en recul de 5,2% en avril

Ventes  voitures neuves en recul de 5,2% en avril

Les immatriculations de voitures neuves ont reculé de 5,2% en données brutes en France en avril sur un an pour s’établir à 157.859, selon des chiffres publiés jeudi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  A nombre de jours ouvrables comparable par rapport à avril 2012, le recul atteint 9,7%, selon un communiqué.  Chez les constructeurs français, les immatriculations de PSA Peugeot Citroën ont chuté de 12,1% à 47.708, celles de Renault ont diminué de 2,8% à 36.213 en avril 2013 par rapport à avril 2012.  Le nombre d’immatriculations des constructeurs étrangers dans leur ensemble a légèrement diminué (-1,1%) à 73.870.

Ventes voitures neuves février : -15% pour PSA

Ventes  voitures neuves février : -15% pour PSA

Nouveau plongeon pour les voitures surtout pour PSA. Les immatriculations de voitures neuves ont continué à plonger en février, de 12,1% en données brutes pour atteindre 143.366 unités, selon des chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Elles avaient déjà reculé de près de 14% l’an dernier et de 15% en janvier.  A nombre de jours ouvrables comparable, la baisse est limitée à 7,7%.  Les constructeurs français sont particulièrement à la peine, avec un recul des ventes de 15,5% de PSA Peugeot Citroën, plombé par sa marque Citroën et de 10,8% du groupe Renault malgré la forte progression enregistrée par sa marque à bas coûts Dacia.  Les groupes étrangers s’en sortent un peu mieux. Leurs immatriculations ont glissé dans l’ensemble de 10,2%. L’américain Ford souffre particulièrement (-33,4%) et le numéro un européen Volkswagen, qui avait limité la casse en 2012, lâche 7,5%. A l’inverse, le japonais Toyota Hyundai a connu une hausse de ses immatriculations de 12,3% et le coréen Hyundai-Kia de 5%.  Les ventes de véhicules utilitaires légers, un indicateur de l’activité des entreprises, ont baissé de 11,8% sur le mois de février.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol