Archive pour le Tag 'neuf'

Page 2 sur 2

Gouvernement : du neuf avec du vieux

Gouvernement : du neuf avec du vieux

On prend les mêmes et on recommence avec la seule surprise Valls. C’est ce que ressent la presse. En fait les mêmes apparatchiks. Une sorte de synthèse molle à la mode Hollande  Les Une des quotidiens nationaux donnent d’emblée le ton: « Ayrault bis », titre Libération, « Hollande… ne change rien », écrit Le Figaro. Pour La Croix c’est « le changement a minima », voire du « recyclage » pour MetroNews.   »La plupart des hommes du gouvernement Ayrault se retrouvent dans le gouvernement Valls. Un gouvernement copie presque conforme du précédent », constate dans Libération Eric Decouty pour qui: « François Hollande n’a donc changé que son Premier ministre. »   »La seule vraie innovation, c’est le Premier ministre lui-même », appuie Dominique Jung, des Dernières Nouvelles d’Alsace.   »Hormis la nomination de Manuel Valls, la nouveauté ne crève pas l’écran », note à son tour Michel Urvoy, pour Ouest-France. « Du Ayrault sur un autre ton », ajoute-t-il.   »Dans le choix des ministres, François Hollande a fait preuve de moins d’audace que dans le choix de son Premier ministre », juge Hervé Favre, dans La Voix du Nord.  Jacques Camus, pour la Montagne Centre France, abonde dans ce sens: « Un vaste remue-ménage(s) qui a finalement débouché sur la banale reconduction d’une majorité de ministres sortants. »   »Comme un air de déjà vu », semblent regretter Yann Marec, dans le Midi Libre, et Patrick Planchenault pour France-Antilles-Guadeloupe.   »Qu’est ce qui a changé? Rien ou si peu », estime lui aussi Jean-Louis Hervois, dans la Charente Libre. « Tout ça… pour ça », s’étonne Alain Dusart, pour l’Est Républicain.  Et oui, relève Raymond Couraud, dans l’Alsace: « ce +nouveau+ gouvernement resserré est composé en grande majorité de survivants de l’équipe Ayrault ». « Il a des allures de synthèse d’un congrès du PS », s’amuse l’éditorialiste. « Un congrès du PS en miniature », renchérit Denis Daumin, de La Nouvelle République du Centre Ouest. « Un gouvernement de congrès PS », titre L’Opinion.  Pour Bruno Dive (Sud Ouest), c’est à « un bureau national du PS que ressemble l’équipe de Manuel Valls. » « Un gouvernement de congrès PS », écrit également Jean-Marcel Bouguereau, de La République des Pyrénées.  Dans Le Figaro, pour Paul-Henri du Limbert, il ne pouvait y en être autrement: « Puisque la +majorité plurielle+ n’existe plus, François Hollande n’avait d’autre choix que de se tourner exclusivement vers le Parti socialiste ». « Tout change mais rien ne change », observe l’éditorialiste de droite.   »Cette grande stabilité ne rassurera pas ceux que les choix idéologiques du précédent gouvernement avaient inquiétés », remarque de son côté François Ernenwein, dans La Croix.  Patrick Apel-Muller, pour L’Humanité, est bien d’accord, dans ce « gouvernement rabougri, il n’y a aucune bonne surprise. »   »Une équipe compacte, faite pour l’action, une sorte de +task force+ », tempère Jean-Claude Souléry, dans la Dépêche du Midi.   »Une équipe plus cohérente que la précédente sans doute, plus professionnelle nous verrons, mais suffisamment armée pour affronter les turbulences qui s’annoncent, on peut hélas en douter », conclut Bruno Dive (Sud-Ouest).

 

Immobilier logement neuf : 2014 une année noire

Immobilier logements neuf : 2014 une année noire

 

Chute des constructions mais surtout chute des permis qui annoncent une année noire en 2014. On est loin des promesses de Hollande de construire 500 000 logements par an, en fait en 2014 on sera nettement en dessous de 300 000 ;  Selon les statistiques du ministère du Logement publiées ce mardi 25 février, les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de 9,2% sur un an, pendant les trois mois allant de novembre à janvier, pour s’établir à 85.062 unités. De novembre à janvier, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 8,5% à 79.763 unités, tandis que le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…) a dégringolé de 19,1% à 5.299 unités. Sur les douze mois écoulés entre février 2013 et janvier 2014, le nombre de logements neufs mis en chantier n’affiche toutefois qu’un léger recul de 2,4% à 331.303 unités.  Du côté des permis de construire accordés pour des logements neufs, qui mesurent les futures mises en chantier, la chute est bien plus brutale, avec un repli de 18% de novembre à janvier, à 93.716 unités. Le décrochage est encore plus fort pour les permis de construire accordés aux logements ordinaires, qui régressent de 19,6% à 86.629 unités, tandis que les logements en résidence ont, eux, progressé de 6,8% à 7.087 unités. Sur douze mois, la tendance est toujours à la baisse, avec un repli cumulé de 15,2% à 420.452 unités entre février 2013 et janvier 2014, comparé à la même période un an plus tôt. En 2013, 331.867 logements neufs avaient été mis en chantier en France, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en deçà de l’objectif gouvernemental — encore jamais atteint dans l’Hexagone — d’un demi-million de logements.  Presque toutes les régions sont touchées par la déprime de la construction de logements. Sur les douze derniers mois, les mises en chantier ont ainsi plongé dans 16 régions métropolitaines sur 22, avec des plongeons de 21,8% en Alsace, 25% en Corse, ou encore 20,5% en Midi-Pyrénées. Parmi les rares zones où la construction reste bien orientée, l’Aquitaine se détache nettement (+39%), tout comme l’Outremer, en hausse de 21,4%. L’Île-de-France, en déficit notoire de logements, parvient quant à elle tout juste à se stabiliser (-0,1%). Ces mauvais chiffres n’ont rien d’une surprise. En effet, le marché de l’immobilier neuf est plombé par une conjonction de facteurs nettement défavorables, à commencer par la montée du chômage et l’atonie de l’économie française, couplées à des prix élevés, et des freins en matière de financement, malgré des taux d’emprunt qui restent à des niveaux très bas. Les professionnels ne se montrent ainsi guère optimistes pour le reste de l’année. Mi-février, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers, François Payelle, avait même dit s’attendre à une « année noire » en 2014, avec un volume de ventes pour ses adhérents « vraisemblablement proche de 65.000 logements neufs », contre 74.690 l’an dernier.  Pour relancer le secteur et rendre l’immobilier neuf plus accessible, le gouvernement a notamment lancé un chantier visant à simplifier les normes encadrant la construction de logement, dont les professionnels dénoncent régulièrement l’accumulation et les coûts croissants.

 

Immobilier neuf : nouveau repli

Immobilier neuf : nouveau repli

 

 

50 000 logements neufs promis par an par Hollande et Duflot mais seulement 338.000 construits sur un an ! En fait un recul de près de 6%  sur l’an passé. Les mises en chantier de logements neufs en France ont diminué de 5,5% sur un an, pour tomber à 85.131 unités, sur les trois mois allant de septembre à novembre, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi.  La tendance se dégrade en cette fin d’année, puisqu’un mois plus tôt, sur la période allant d’août à octobre, le recul était moindre (-2,8%) et limité à 0,6% entre juillet et septembre. Le petit rebond de l’été (+2,1% de juin à août) a donc fait long feu.  De septembre à novembre, les mises en chantier de logements ordinaires sont en baisse de 7,7% sur un an à 78.214 unités, tandis que le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…) a connu un bond de 28,6% à 6.917 unités.  Sur les douze mois écoulés entre décembre 2012 et novembre 2013, le nombre de logements neufs mis en chantier est toujours en net repli de 6,2%, à 337.872 unités.  Du côté des permis de construire accordés aux logements neufs, qui représentent les futures mises en chantier, la situation est encore plus sombre.  En effet, leur nombre a chuté de 18,8% de septembre à novembre, à 105.096 unités, comparé à la même période un an plus tôt. Toutefois, ce recul est moindre que celui constaté un mois plus tôt, sur la période allant d’août à octobre (-23%).  Le décrochage est plus fort pour les permis de construire accordés aux logements en résidence (-31,1% à 6.850 unités) que pour les logements ordinaires (-17,8% à 98.246 unités). Là encore, les chiffres publiés pour la période août/octobre étaient pires (-42,8% et -21,3%).  Sur douze mois, la tendance est toujours à la baisse, avec un repli cumulé de 15,7% à 433.282 unités entre décembre 2012 et novembre 2013, comparé à la même période un an plus tôt.

 

Immobilier : toujours en baisse dans le neuf

Immobilier : toujours en baisse dans le neuf

 

Crise, loi Duflot, instabilité fiscale, coût de construction,  resserrement du crédit des banques autant d’éléments qui font plonger les ventes dans le neuf. Les mises en chantier de logements neufs en France ont diminué de 2,8% sur un an, pendant les trois mois allant d’août à octobre, à 76.624 unités, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi. En succédant à un repli de 0,6% entre juillet et septembre, ce recul plus accentué confirme que la légère embellie constatée entre juin et août (+2,1%) n’était que passagère. D’août à octobre, le segment des logements en résidence (seniors, étudiants…) a toutefois vu ses mises en chantier bondir de 20,2% à 5.026 unités sur un an, alors que celles des logements ordinaires ont baissé de 4,1% à 71.598 unités. Sur les douze mois écoulés entre novembre 2012 et octobre 2013, le nombre de logements neufs mis en chantier est toujours en net repli de 9% à 339.957 unités. « On est toujours sur les niveaux très déprimés qu’on a connus en 2010″, commente Sophie Tahiri, économiste chez Standard and Poor’s. « On a un déficit de logements en France et avec 340.000 mises en chantier, on est très loin des 400 à 500.000 logements que l’on estime nécessaire de construire pour compenser la croissance démographique et l’augmentation du nombre de ménages ».   »La demande des ménages reste faible car il leur est encore difficile d’obtenir un prêt (…), les investisseurs restent frileux en raison de l’instabilité fiscale, et l’impact du dispositif (d’incitation fiscale) Duflot reste incertain, causant une grande prudence de la part des investisseurs », observe-t-elle.  Plus inquiétant pour les mois à venir, le nombre des permis de construire accordés aux logements neufs, qui représentent les futures mises en chantier, a chuté de 23% d’août à octobre, à 101.989 unités, comparé à la même période un an plus tôt.  Et sur douze mois, la tendance est toujours à une nette baisse, avec un repli cumulé de 15,4% à 441.071 unités entre novembre 2012 et octobre 2013, comparé à la même période un an plus tôt.   »Tant du côté des mises en ventes de logements que des mises en chantier, qui allaient un peu mieux depuis quelques mois mais repassent dans le rouge, tous les indicateurs convergent pour indiquer que la machine ralentit de plus en plus », souligne François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).   »Après avoir vendu 75.000 logements neufs l’an dernier, nous pourrions tomber à 70.000 cette année. Nous retournons sur les niveaux des années 1993-1994, qui étaient très mauvaises », dit-il à l’AFP.  Pour les promoteurs, « les perspectives pour le quatrième trimestre et le premier semestre 2014 sont très mauvaises », estime-t-il.  Comme l’ensemble des observateurs, le Crédit Foncier rappelle que la principale explication de ce ralentissement du rythme de construction réside dans la crise économique actuelle, « conjuguée à une incertitude sur l’évolution incertaine des prix à terme », des facteurs qui « n’encouragent pas les Français à se projeter dans l’avenir ».  Or, en parallèle à cette dégradation de la conjoncture économique, les coûts de construction – qui se situaient déjà à des niveaux élevés, en raison de la cherté du foncier – se sont envolés, du fait d’une accumulation des normes de construction (performance énergétique, règlementation thermique, normes handicapés, normes sismiques…), rappelle le Crédit Foncier.  Ainsi les prix de revient (coût du foncier, coût de la construction et coût des honoraires) ont-ils augmenté de « plus de 28% en Ile-de-France entre 2005 et 2011, et de 55% en dehors de cette région », selon la même source.   »De ce fait, les prix de l’immobilier neuf ressortent à de tels niveaux que les promoteurs sont plus prudents à construire des programmes, par crainte de ne pouvoir les commercialiser », conclut le Crédit Foncier.

Immobilier : rebond des prix du neuf dans les grandes villes ? Du pipeau !

Immobilier : rebond des prix du neuf dans les grandes villes ? Du pipeau !

Le Echos reprennent  les arguments du lobby immobilier en annonçant une reprise des prix du neuf dans les grandes villes ; En faat cette information se fonde sur un site internet qui ne peut prendre en compte le prix réel de la transaction ; il y a en effet une grande différence entre les prix affiché et les prix de transaction. Au mieux dans les grandes villes les prix cessent de baisser. En outre ce qui domine c’est la baisse de transactions. Après un premier semestre difficile, les prix de l’immobilier neuf sont repartis à la hausse l’été dernier dans six des principales villes de France. A Paris et Toulouse notamment, l’inversion de tendance, qui reste à confirmer, est spectaculaire. Depuis le début de l’année, les prix de l’immobilier neuf étaient orientés à la baisse, selon les chiffres du baromètre du portail Trouver-un-logement-neuf.com . Mais la tendance semble être en train de s’inverser en cette rentrée 2013, conformément au constat dressé cette semaine par les promoteurs immobiliers . Selon le site internet qui étudie les prix du neuf dans 10 grandes localités, sur un mois, les prix sont repartis à la hausse dans six villes, du moins pour les trois pièces, la surface de référence dans le neuf.

 

Immobilier : chute vertigineuse du logement neuf

Immobilier : chute vertigineuse du logement neuf

 

Selon les statistiques communiquées par le ministère du Logement mardi, les mises en chantier de logements neufs sont en légère hausse entre mai et juillet (+ 5 % par rapport à 2012, soit presque 85.000 logements). Mais les autres indicateurs n’incitent pas à l’optimisme: les permis de construire - dont l’obtention est obligatoire avant de débuter un chantier - continuent à reculer sur la même période (- 21,7 %, soit 103.000). Et les mises en vente de logements neufs ont aussi chuté entre mai et juillet (- 22 %). «Compte tenu de ces éléments, on peut s’attendre à la construction de 325.000 à 330.000 logements neufs cette année», estime Michel Mouillart, un expert du secteur. On est loin des 466.000 unités sorties de terre en 2007 et même des 421.000 bâties il y a deux ans. Une situation préoccupante, car elle participe à la hausse du chômage. «Nous tablons sur 40.000 suppressions d’emplois dans notre secteur cette année», répète-t-on à la Fédération française du bâtiment. Si la construction a piqué du nez, la crise économique et la montée du chômage en sont responsables ; mais les gouvernements successifs (Fillon puis Ayrault) qui ont réduit la portée du PTZ + (prêt à taux zéro) pour faire des économies ont aussi accentué le phénomène. Car cet outil donnait un sacré coup de pouce aux ménages aux revenus limités pour accéder à la propriété. «À peu près 50.000 PTZ + devraient être accordés cette année contre 100.000 en 2010», affirme Michel Mouillart. Ce recul est d’autant plus dommageable que l’action de la ministre du Logement tarde à porter ses fruits. Pour remplacer le dispositif Scellier réservé aux particuliers investisseurs, Cécile Duflot a mis en place en janvier 2013 un autre mécanisme de défiscalisation qui porte son nom. À son lancement, elle espérait qu’il générerait 40.000 logements neufs cette année. «En fait, il n’y aura pas plus de 25.000 logements réservés avec le dispositif Duflot en 2013», estime Guy Nafilyan, président du promoteur immobilier, Kaufman & Broad. Par ailleurs, le gouvernement a lancé une série de réformes pour accélérer la construction de logements. Ainsi, la loi sur la cession du foncier public adoptée fin 2012 incitera les administrations et les entreprises publiques à céder à prix préférentiel des terrains pour y construire des logements. Par ailleurs, les acteurs institutionnels (banques, compagnies d’assurances, mutuelles…) bénéficieront d’une TVA à taux réduit (10 %) s’ils financent la construction de logements intermédiaires.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol