Archive pour le Tag 'nettement'

Page 2 sur 2

Sondage 2017 : Hollande battu nettement au premier tour

Sondage 2017 : Hollande battu nettement au premier tour

 

 

Les sondages se suivent et ce ressemblent : Hollande sera éliminée en 2017 des le premier tour. Pour résumer il y a toujours environ 80 % des électeurs qui ne souhaitent pas que Hollande se présente à l’élection présidentielle est mécaniquement il ne recueille que de l’ordre de 20 % dans les sondages.  Selon une récente enquête IFOP pour Le Figaro et RTL, Hollande voit son score plafonner à 19 % d’inventions de vote, en restant irrémédiablement vissé à la troisième place du premier tour, quel que soit son adversaire à droite. La première place est encore occupée par Marine Le Pen. Elle devance aussi bien Nicolas Sarkozy avec 27 % qu’Alain Juppé avec 29 %. Les deux leaders de droite enregistrent le même score de 25 %, soit 6 points d’avance sur le président. l’avance des candidats de la droite ne cesse de s’accentuer. Il y a encore quelques mois, Hollande n’était qu’à 2 ou 4 points de Sarkozy ou Juppé. Cet écart grandissant rend encore plus incertaine la possible qualification du chef de l’État pour un second tour. «Il est clair qu’il ne s’est pas produit de dynamique en faveur de François Hollande. Au contraire ; il perd du terrain par rapport à ses concurrents pour l’accession au second tour», analyse Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion de l’IFOP. Marine Le Pen, qui devance Nicolas Sarkozy de 2 points à 27 % et Alain Juppé de 4 points avec 29 % d’intentions de vote, ne semble pas pâtir de son conflit politico-familial avec son père. «Sur un an, la présidente du FN est au même niveau. La crise interne au FN ne lui a pas porté ombrage. Et par rapport au premier tour de 2012, elle gagne 9 points, ce qui est considérable», explique Jérôme Fourquet. Par ailleurs, les Français souhaitent, encore très majoritairement (78 %), que François Hollande ne soit pas candidat en 2017. Plus dangereux encore pour le chef de l’État, 53 % des électeurs de Hollande au premier tour 2012 ne veulent pas de lui comme candidat en 2017.

 

Sondage 2017: Juppé nettement en tête

Sondage 2017: Juppé nettement en tête

Selon un sondage Viavoice à paraître ce mardi 3 mars dans Libération,  près de la moitié des Français (48%) estiment qu’Alain Juppé serait « un bon président de la République », devant Manuel Valls (40%) et Nicolas Sarkozy (37%). Le maire de Bordeaux gagne un point par rapport au précédent baromètre, réalisé en décembre, le Premier ministre 8 points et le président de l’UMP 6 points. François Fillon serait un bon président pour 33% des personnes interrogées (+7 points), François Bayrou pour 30% d’entre elles (+6 points) et Marine Le Pen pour 29% (+2 points). Martine Aubry et Laurent Fabius obtiennent tous deux 24% d’avis positifs, devançant Emmanuel Macron (23%), Ségolène Royal et Bruno Le Maire (22% pour chacun). François Hollande arrive en 12e position avec 20% de réponses positives, en progression de 9 points. Xavier Bertrand obtient 17%, devant Laurent Wauquiez (15%), Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Hulot (14% tous les trois), suivis d’Arnaud Montebourg et Najat Vallaud-Belkacem (13%).

Sondage : Juppé nettement devant Sarkozy

Sondage : Juppé nettement devant Sarkozy

 

 

Dans un sondage BVA Orange-il se confirme que le retour de Sarkozy est vraiment raté puisque désormais Juppé le devance nettement, pire même Marine Lepen est devant Sarkozy. ; En fait c’est la conséquence de plusieurs phénomènes, en dépit de meetings quasi quotidiens et du  battage médiatique, la crédibilité de Sarkozy est entamée. D’abord par son bilan négatif lorsqu’il était président de la république, ensuite par des orientations programmatiques relativement floues ( 35 heurs, mariage pour tous, chômage, Europe), enfin par accumulation d’affaires financières qui renforcent son coté bling-bling. . Les  personnes sondées ont placé Alain Juppé largement devant Nicolas Sarkozy, 55% (+2) d’entre eux souhaitant que le maire de Bordeaux « ait davantage d’influence dans la vie politique française », contre 26% (-7) pour l’ancien président. Autre phénomène inquiétant pour Sarkozy, le faiat qu’elle apparaisse come le principal opposant dans in autre sondage. Un élément qui pourrait confirmer que Marine Lepen peut arriver en tête en 2017 même si ses chances au second tour sont assez inexistantes. En effet Pour la première fois, la présidente du FN Marine Le Pen devance Sarkozy dans la liste des personnalités proposées (29%, +1). Le baromètre montre aussi un saut de popularité pour le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron (36%, +13), qui se place au quatrième rang derrière Alain Juppé, François Bayrou et Bruno Le Maire.

 

Privatisations : Jospin nettement en tête devant Chirac et Balladur

Privatisations : Jospin nettement en tête devant Chirac et Balladur

 

 

Pour boucher les trous du budget la France a pris l’habitude de vendre ses bijoux de famille, la gauche avec Jospin a été la plus active dans ce domaine.  La plus grande erreur a sans dote été la braderie des autoroutes aux profits indécents qui seraient bien utiles pour abonder les recettes budgétaires. Evidemment compte tenu de la situation catastrophique actuellement on va continuer les privatisations.   « Au moins quatre milliards d’euros de cessions d’actifs seront mis au service du désendettement de la France l’année prochaine », a annoncé le ministre des Finances Michel Sapin, dimanche 5 octobre, sur Europe 1. Le gouvernement prévoit donc une nette accélération des privatisations partielles, après des années de calme sur les marchés. Voilà bientôt trente ans que les gouvernements successifs vendent les bijoux de famille de l’Etat, dans des conditions parfois critiquées. Mais quel a été le Premier ministre le plus prolixe en la matière ? Nettement en tête Lionel Jospin (1997-2002). Sous son mandat, aérospatiale-Matra et Usinor-Sacilor sont intégralement privatisés. L’Etat ouvre le capital de France Telecom (6,5 milliards) et de la CNP, et cède de nombreux titres : EADS (pour plus d’un milliard d’euros), AXA-UAP, Total, Pechiney… En 1999, Les Echos qualifient Dominique Strauss-Kahn – alors ministre de l’Economie – de « plus grand des privatiseurs ». Un an plus tôt, Le Monde s’était déjà étonné que « Lionel Jospin privatise plus qu’Alain Juppé ». Mais si Lionel Jospin est le Premier ministre qui a le plus privatisé, ce sont Jacques Chirac (1986-1988) et Edouard Balladur (1993-1995) qui ont lancé le mouvement. Le premier s’appuie sur la loi de 1986, qui prévoit la privatisation de 65 entreprises d’ici à 1991, nationalisées pour la plupart en 1945 et en 1982. C’est l’époque où TF1 passe dans les mains de Bouygues et où sont vendues Saint-Gobain ou la Société générale. Le second s’appuie sur un texte de 1993, qui cible 21 entreprises, dont 12 non-vendues sous Chirac. Cette fois, c’est le tour de la BNP, Rhône-Poulenc, Elf Aquitaine, Renault ou la Seita. Jean-Pierre Raffarin (2002-2005) cède de larges parts de Thomson, France Telecom et Air France-KLM.et  le gouvernement de Dominique de Villepin (2005-2007) va continuer.

 

Primaire UMP 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

Primaire UMP 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

En recul de trois points par rapport à une précédente enquête de juillet, l’ancien Président est désormais devancé par Alain Juppé dans les intentions de vote (35% contre 47%). Le maire de Bordeaux, pour sa part, est en progression de 15 points. Suivent Bruno Le Maire – qui pour l’heure pas candidat à cette élection – avec 10% (+2 points), François Fillon avec 5% (-2 points) et Xavier Bertrand avec 2% (-1 point). Les marges d’erreurs sont néanmoins importantes, de l’ordre de six points, le sondage ayant été réalisé auprès d’un échantillon de 1.224 personnes, dont 336 comptent participer à la primaire. En effet, ce sont 28% des sondés qui manifestent leur intention de participer à la primaire à droite. Un chiffre en hausse de quatre points en trois mois et qui va au-delà des seuls sympathisants de l’UMP Les sympathisants UMP, d’ailleurs, restent de leur côté favorables à l’ex-président. Nicolas Sarkozy recueille 51% des intentions de vote des adhérents au parti (-3 points) devant Alain Juppé 37% (+8 points). François Fillon est troisième, avec 7%, devant Bruno Le Maire et Xavier Bertrand, crédités chacun de 2% des intentions de vote.

 

Déficit commercial : nettement dans le rouge en août

Déficit commercial : nettement dans le rouge en août

En dépit de la baisse des importations, la balance commerciale est encore nettement dans le rouge. Les importations baissent sous l’effet d’une consommation des ménages atone mais les exports régressent  du fait de la diminution de la demande externe et du manque de compétitivité de l’économie française.  Le déficit commercial de la France s’est creusé à 5,78 milliards d’euros en août du fait d’un net recul des exportations, tombées à leur plus bas depuis près de trois ans, selon les statistiques CVS/CJO publiées jeudi par les Douanes. Il se compare à un déficit de juillet revu en légère baisse à 5,53 milliards d’euros, alors qu’il avait été annoncé à 5,54 milliards en première estimation. Le déficit cumulé sur les huit premiers mois de l’année s’élève à 40,3 milliards d’euros contre 41,1 milliards un an plus tôt. Pour le mois d’août, les Douanes font état d’un recul de 0,6% des importations, à 41,4 milliards d’euros. Dans le même temps, les exportations ont diminué de 1,3% par rapport à juillet, à 35,6 milliards d’euros, soit leur plus bas niveau depuis septembre 2011. Le déficit des seuls produits manufacturés s’est élevé à 4,2 milliards contre 3,8 milliards en juillet. Les ventes d’Airbus (13 appareils) ont représenté 1,19 milliard d’euros sur le mois contre 1,99 milliard en juillet (25 appareils). « Au nouveau recul des livraisons aéronautiques s’ajoute un retrait des ventes pour la chimie, le pétrole raffiné, le blé et les équipements industriels », soulignent les douanes dans un communiqué. Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe s’est creusé à 4,0 milliards (-3,65 milliards un mois plus tôt). Celui avec les autres pays de l’Union européenne est resté quasi stable à 3,49 milliards contre 3,47 milliards. Avec la seule zone euro, il a diminué à 3,69 milliards contre 3,93 milliards.

 

Sondage 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

Sondage 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

 

Suite notamment à sa prestation télévisée très réussie Juppé a marqué des points et fait nettement la course en tête devant Sarkozy. En effet Quarante trois pour cent des Français préfèreraient qu’Alain Juppé représente l’UMP à l’élection présidentielle de 2017 contre 23% qui sont en faveur de Nicolas Sarkozy, 29% ne se prononçant pas, selon un sondage Odoxa publié samedi par Le Parisien/Aujourd’hui en France/i>télé. Le Parisien précise que François Fillon « est désormais relégué au cinquième rang avec un petit 4%, derrière Xavier Bertrand (5%) et Bruno Lemaire (9%). » Pour les deux premiers, la tendance s’inverse très fortement chez les sympathisants de L’UMP (62% en faveur de Sarkozy, contre 26% pour Juppé), moins fortement mais majoritairement chez les sympathisants de droite (51% pour Sarkozy, 30% pour Juppé). Quant à la personnalité des deux hommes, les sondés sont 55% à penser que Sarkozy a plus d’autorité et de charisme qu’Alain Juppé (41%). En revanche, la tendance est favorable à Alain Juppé pour son côté rassembleur (50% pour le maire de Bordeaux contre 46% pour l’ancien président), pour sa compétence (61% à Alain Juppé, 35% à Nicolas Sarkozy) et surtout pour sa sincérité (73% pour Alain Juppé et 21% pour Nicolas Sarkozy). Sondage réalisé par Odoxa les 2 et 3 octobre 20914 auprès d’un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

France 2 : Juppé bat nettement Sarkozy

France 2 : Juppé bat nettement Sarkozy

 

Pas de doute possible Juppé a remporté son match télévisé sur France 2. Il y a d’abord les sondages pour en témoigner. Sur 800 téléspectateurs interrogés, 79% ont jugé l’ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy compétent et 72% sympathique ; 61% ont dit qu’il ferait « un bon président ». Selon un sondage du même institut réalisé après l’interview de Nicolas Sarkozy sur France 2, le 21 septembre, seulement 34% des téléspectateurs ont trouvé l’ex-chef de l’Etat convaincant. Au delà de ces éléments quantitatifs, il y a surtout le contenu qualitatif de la prestation de Juppé. Un Juppé qui s‘est nettement montré au dessus de nombre de politiques ayant pratiqué cet exercice télévisuel. Sur le fond,  Juppé s’est montré particulièrement compétent et sur la forme son intervention a été d’une grande tenue. D’une certaine manière, il a même rompu avec les discours démago des « grandes gueules de la politique ». Pondéré, sérieux, respectueux de ses interlocuteurs,  Juppé a montré un visage qu’on ne lui connaissait pas, souriant, décontracté, plein d’humour aussi. Faiat rare chez un politique il a fait son mea culpa affirmant qu’i n’était pas exemplaire (en rappelant ses condamnations où par parenthèse il a payé pour Chirac) mais honnête. Juppé est apparu très serein donnât vraiment l’impression qu’il a la stature d’un homme d’Etat. « Je suis quelqu’un qui fait appel à la réflexion plutôt qu’à la fébrilité », a fait valoir Alain Juppé jeudi soir.  Le 21 septembre, Nicolas Sarkozy avait adopté un ton condescendant à l’égard de son ancien ministre: « Alain Juppé, je l’ai connu quand j’avais 20 ans (…). C’est quelqu’un pour qui j’ai même de l’admiration et j’aurai besoin de lui. » Réplique du maire de Bordeaux jeudi: « Moi j’ai connu Nicolas Sarkozy quand j’avais 30 ans et j’aurai besoin de lui. Donc on est en phase. » ; Surtout une réponse de Jupé marqué l’émission à savoir sur ce qui concerne son rapport à l’argent. Quand on l’a interrogé s’il  se faisait rémunérer  pour ses conférences, il a déclaré qu’il n’avait jamais rien reçu, ni demandé (sauf une fois 1000 euros). Une différence essentielle avec Sarkozy qui se fait payer 100 000 euros chaque prestation et qui s’en vante presque. C’est une question d’étique personnelle a estimé Juppé. Certes Juppé a auusi un passif politique, comme Sarkozy, Fillon et d’autres, il lui faudra notamment expliquer pourquoi il ‘a pas été aussi efficace dans le passé. Mais dans la batille de la médiocrité et de la démagogie, Juppé apparait aujourd’hui (pas forcément demain) nettement au dessus de la mêlée.

Sondage 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

Sondage 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

Sur 1.050 personnes interrogées mardi et mercredi, 35% préfèrent Alain Juppé pour porter les couleurs de l’UMP à l’élection présidentielle de 2017, contre 20% en faveur de l’ex-chef de l’Etat (-3 points depuis avril, -7 depuis mars). L’ancien président de la République, mis en examen mercredi pour trafic d’influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel, reste en tête dans le cœur des sympathisants de droite (38% contre 32%) mais perd du terrain (-2 points depuis avril, -14 depuis mars). Nicolas Sarkozy a dénoncé mercredi soir sur TF1 et Europe 1 une « instrumentalisation d’une partie de la justice française » à son encontre et une volonté de « l’humilier » et il a assuré n’avoir rien à se reprocher. « Est-il normal, alors qu’il n’y a aucun indice grave et concordant contre moi (…), qu’on poursuive les écoutes sur l’ancien chef de l’Etat qui pourrait avoir demain des responsabilités d’opposition ? » a-t-il dit, avant de préciser qu’il ne renonçait pas à revenir sur la scène politique. Selon la même enquête, 63% des sondés considèrent que l’ex-chef de l’Etat est traité « comme n’importe quel justiciable », contrairement à ses dires, alors qu’ils n’étaient que 48% à le penser il y a trois mois. Seulement 23% des personnes interrogées disent le juger honnête (-5 points depuis mars) et 59% estiment qu’il a fait son temps (+11 points).

Présidentielle 2017 : Juppé nettement favori face à Marine Le Pen

Présidentielle 2017 : Juppé nettement  favori face à  Marine Le Pen

Juppé, cest pas vraimenet nouveau , ni vraimenet très sexy mais les français semblent fatigués des calemots qui font le contraire de ce qu’ils disesnt. En cas d’un face-à-face entre Alain Juppé et Marine Le Pen, 49% des sondés choisiraient donc  le maire UMP de Bordeaux, 21% la présidente du Front national et 30% ne se prononceraient pour « aucune de ces deux personnalités », selon un sondage Ifop  publié ce dimanche 15 juin par Atlantico. Nicolas Sarkozy ferait moins bien. L’ancien président recueille les faveurs de 41% des sondés, contre 19% pour Marine Le Pen. La part des sondés ne se prononçant pour aucun des deux augmente alors de 10 points, à 40%. François Fillon recueille quant à lui 44%, contre 22% pour Mme Le Pen (34% pour aucun des deux). Autre fait notable à droite, Nicolas Sarkozy est celui qui recueille le plus de soutien parmi les sondés se disant proches du FN (17%, contre 80% pour Marine Le Pen), nettement plus que Alain Juppé (5%-93%) et François Fillon (7%-91%). Manuel Valls devance Nicolas Sarkozy et François Fillon avec 45%, mais face au Premier ministre, les soutiens de Marine Le Pen s’élèvent à 24% (31% pour aucun des deux). Enfin, François Hollande ne recueille que 33%, contre 29% pour la présidente du FN (38% pour aucun des deux).

 

Européennes : le FN nettement en tête

Européennes : le FN nettement en tête

 

Encore un sondage qui place le Fn en tête, cette fois nettement et le PS tout aussi nettement à la traîne ; Le Front national prend un net avantage dans les intentions de vote aux européennes avec 25%, contre 21% à l’UMP et 18% au Parti socialiste, selon un sondage CSA pour BFM-TV et Nice Matin diffusé jeudi. Le parti de Marine Le Pen devançait régulièrement l’UMP ces derniers jours dans les sondages, mais d’une courte tête (23% contre 21% pour TNS Sofres-Sopra, 24% contre 23% pour Ipsos-Steria). Dans le sondage CSA, l’Alternative (alliance de l’UDI et du MoDem) arrive en troisième position avec 9% des intentions de vote, devant Europe Ecologie-Les Verts (8%) et le Front de gauche (6,5%). Selon cette enquête, seulement 36% des Français déclarent être tout à fait certains de voter. C’est surtout chez les jeunes que l’on constate un décrochage: 24% des 18-24 ans prévoient d’aller voter, contre 58% des personnes âgées entre 65 ans et plus. Malgré des doutes et des critiques vis-à-vis des institutions européennes, 66% des Français continuent de souhaiter que la France reste dans l’Union européenne, 34% préférant en sortir.

« Pas encore nettement d’inversion du chômage » (Cambadélis, PS)

« Pas encore nettement d’inversion du chômage » (Cambadélis, PS)

 

 Formidable batille dialectique et sémantique pour le chômage. Pour certains, la reprise est là (Hollande, Ayrault), l’inversion a déjà eu lieu, pour d’autres elle se profile à un horizon à déterminer, Pour Jean-Christophe Cambadélis ce n’est pas nettement une inversion. On ne sait plus si on parle du chiffre  chômage ou  de la tendance de la baisse, ou encore de la création d’emplois. En fait une dialectique de statisticien politicien «  il y a une baisse tendancielle de la hausse de la courbe du chômage ». En clair, le chômage continue d’augmenter. Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du Parti socialiste, par exemple affirme en effet dans une interview à paraître dimanche dans «Le Parisien – Aujourd’hui-en-France» qu’«il n’y a pas encore nettement d’inversion de la courbe, mais c’est à portée de main». «Les chiffres ne sont pas décevants. Ils sont encourageants pour les jeunes et ils marquent une tendance à la décélération du chômage», ajoute le député de Paris. «J’ai toujours pensé que 2013 et 2014 seraient des années de transition dans le redressement productif, économique et moral. Ce sont les années les plus difficiles du quinquennat», affirme-t-il. Conclusion, rien à attendre de 2013 et de 2014 (comme le prévoit l’INSEE) pour l’emploi, pas de véritable amélioration en 2015. En fait un léger décalage temporel au sein même du PS entre ceux qui pensent  que déjà en 2013 le gouvernement a réussi son pari idiot et ceux qui estiment qu’il faudra attendre 2015. Au-delà de l’enjeu central, à savoir l’emploi, se pose visiblement au sein du PS une approche de la communication ; il serait la aussi souhaitable d’inverser la courbe du nombre de  contradictions.

Banques en ligne : nettement moins cher

Banques en ligne : nettement moins cher

La conclusion d’une étude Panorabanques montre qu’il existe d’énormes disparités de prix d’une banque à l’autre. Les banques 100 % en ligne coûtent entre 2 et quasiment 4,5 fois moins cher que celles dites traditionnelles. C’est le cas, par exemple, de Boursorama Banque, ING Direct, Fortuneo ou encore Monabanq. Pour Guillaume Clavel, le président de Panorabanques, l’explication est simple. « Les banques en ligne, elles, n’ont pas les 40.000 agences à faire vivre et les 200.000 personnes dans les agences à faire vivre. Elles ont donc des coûts de structure beaucoup plus légers », explique-t-il au micro de RTL.Aujourd’hui, un million et demi à deux millions de comptes seraient gérés par des banques en ligne. Mais attention, les conditions à remplir pour devenir client sont souvent bien plus drastiques, et demandent un salaire ou une épargne minimale.  En outre, les banques en ligne n’offrent pas exactement les mêmes services que les banques classiques. Comme l’explique Charles Constantin Vallet, avocat spécialiste du droit bancaire. « Attention, [avec les banques en ligne], vous n’aurez pas de conseiller client en face de vous, et pour tous les clients qui ont des besoins plus spécifiques, la banque en ligne est limitée », prévient-il.

Sondage Hollande :nettement sous la moyenne, les Français notent 7/20

Sondage Hollande :nettement sous  la moyenne,  les Français notent 7/20

Les Français attribuent une note moyenne de 7 sur 20 à l’action de François Hollande depuis son élection à l’Elysée en mai 2012, 64% lui attribuant moins de la moyenne, selon un sondage BVA pour Le Parisien Magazine/Aujourd’hui Magazine publié jeudi. 31% des personnes interrogées donnent entre 1/20 et 5/20 au président de la République et 18% lui donnent 0/20, tandis que 15% lui accordent entre 6 et 9/20, soit 64% qui lui donnent moins de la moyenne (10/20). 27% des sondés notent François Hollande entre 10 et 14/20 et 8% entre 15 et 20/20 soit un total de 35% qui le placent au-dessus de la moyenne. 1% ne s’est pas prononcé. Les sympathisants de gauche décernent une moyenne de 11 sur 20 à l’action de François Hollande depuis onze mois (12/20 pour les sympathisants PS), mais les sympathisants de droite le cotent à seulement 3/20.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol