Archive pour le Tag 'nette'

Mardi 12 avril net hausse avec +190.762 cas en 24h.

 

Mardi 12 avril net hausse avec +190.762 cas en 24h.

On enregistre mardi 12 avril 2022 143.625 morts au total, +159 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.598 (+3) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 115.027 (+156 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,01 le taux d’incidence à 1.407,00 et la tension hospitalière à 32,5 %. Le taux de positivité est à 28,1 %.

La France compte actuellement 24.693 (+488) personnes hospitalisées et 1.644 (+55) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.997 (+130) hospitalisées, 397 (+12) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Grand Est : 2.255 (+33) hospitalisés, 151 (+5) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.330 (+36) hospitalisés, 152 (+11) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.394 (+67) hospitalisés, 141 (+4) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.312 (+9) hospitalisé, 167 (+3) en réanimation et +15 décès en 24h
  • Bretagne: 1.278 (+24) hospitalisés, 56 (-6) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Normandie : 1.712 (+45) hospitalisés, 77 (+5) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.739 (+40) hospitalisés, 124 (+11) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 900 (+12) hospitalisés, 46 (+2) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Occitanie: 2.090 (+40) hospitalisés, , 172 (+4) en réanimation et +16 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 940 (+48) hospitalisés, 58 (-1) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.109 (+8) hospitalisés, 63 (+3) en réanimation et +12 décès en 24h

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

 

La plupart des indicateurs indiquent  une très nette tendance à la baisse. Ainsi par exemple pour les contaminations, le chiffre a diminué de 100 000 en quelques jours (autour de 130 000 vendredis 11 février).

Une  baisse semble aussi  s’amorcer pour les hospitalisations (-15% sur la semaine écoulée), la pression reste encore forte à l’hôpital car le nombre de contaminations est encore important. Les décès, qui ont fortement augmenté depuis novembre, restent pour l’instant à un niveau très élevé, essentiellement chez des non vaccinés et des immunodéprimés. «Sur les sept derniers jours, l’épidémie a tué 2000 personnes», a relevé vendredi le premier ministre Jean Castex.

Apprentissage : Enfin en nette hausse !

Apprentissage : Enfin en nette hausse !

Enfin la France commence à encourager sérieusement la filière apprentissage qui par parenthèse ne devrait pas concerner que des emplois manuels mais toute la filière jusqu’aux emplois par exemple d’ingénieurs comme en Allemagne .

Ce serait également une excellente mesure pour désencombrer une université complètement inadaptée pour nombre de jeunes. Témoin seulement 40 % d’étudiants qui réussissent à l’université en première année. Un véritable massacre. Cela donnerait par ailleurs des marges de manœuvre au supérieur pour former des ingénieurs, des techniciens, des chercheurs au lieu des hordes de sociologues, de psychologues, de diplômés d’instituts politiques voire d’économistes ou d’écologues plus ou moins bidon.

Près de 718 000 contrats d’apprentissage ont été signés. Malgré la crise, les jeunes de 16 à 29 ans – et les entreprises qui les accompagnent – ont choisi cette voie. Un parcours qui repose sur un système d’alternance entre l’école, qui dispense des cours théoriques, et l’entreprise, tournée vers l’acquisition de compétences pratiques.

Le nombre de contrats a augmenté de 37 % en 2020, après un premier bond de 42 % en 2020, première année de la pandémie. Près de 698 000 jeunes embauchés l’ont été dans le privé, et 20 000 dans le public.

Apprentissage : en nette hausse

Apprentissage : en nette hausse

Enfin la France commence à encourager sérieusement la filière apprentissage qui par parenthèse ne devrait pas concerner que des emplois manuels mais toute la filière jusqu’aux emplois par exemple d’ingénieurs comme en Allemagne .

Près de 718 000 contrats d’apprentissage ont été signés. Malgré la crise, les jeunes de 16 à 29 ans – et les entreprises qui les accompagnent – ont choisi cette voie. Un parcours qui repose sur un système d’alternance entre l’école, qui dispense des cours théoriques, et l’entreprise, tournée vers l’acquisition de compétences pratiques.

Le nombre de contrats a augmenté de 37 % en 2020, après un premier bond de 42 % en 2020, première année de la pandémie. Près de 698 000 jeunes embauchés l’ont été dans le privé, et 20 000 dans le public.

Manifs anti passe : nette baisse

Manifs anti passe : nette baisse 

Seulement 54.000 opposants au pass sanitaire, qui va devenir un pass vaccinal, ont manifesté samedi en France, le jour-même où de nombreuses désactivations devaient avoir lieu faute de rappel de vaccin anti-Covid. Un chiffre en forte baisse par rapport à samedi dernier, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, où quelque 105.200 personnes s’étaient réunies. Au total ce samedi, 170 manifestations et rassemblements ont eu lieu dans toute la France,

Situation Emploi : nette hausse des CDI

Situation  Emploi : nette hausse des  CDI

 

Avec la reprise économique, la situation de l’emploi continu de s’améliorer en particulier le nombre de CDI qui progressent de près de 14 % L’emploi se porte de mieux en mieux après un an et demi de crise. Au deuxième trimestre 2021, pas moins de 5 119 800 contrats de travail ont été signés dans le secteur privé (hors agriculture, intérim et particuliers employeurs), soit une hausse de 5,5 % par rapport au premier trimestre qui, déjà, affichait une augmentation de 3,9 %, selon une note du service statistique du ministère du Travail, la Dares.

Cette dynamique est largement portée par la progression des contrats les plus pérennes: les embauches en CDI ont augmenté davantage (+ 13,9 %) que celles en contrat à durée déterminée (+ 3,8 %). Cette hausse générale des recrutements en CDI se fait largement ressentir dans les établissements de moins de 10 salariés, dont les embauches connaissent un bond de 10,3 %. L’augmentation est plus mesurée dans les établissements de 10 à 49 personnes, avec une hausse de 6,3 % tout comme dans les structures de 50 salariés où, avec + 2,5 %, la tendance ralentit nettement.

Emploi: nette hausse des CDI

Emploi : nette hausse des  CDI

 

Avec la reprise économique, la situation de l’emploi continu de s’améliorer en particulier le nombre de CDI qui progressent de près de 14 % L’emploi se porte de mieux en mieux après un an et demi de crise. Au deuxième trimestre 2021, pas moins de 5 119 800 contrats de travail ont été signés dans le secteur privé (hors agriculture, intérim et particuliers employeurs), soit une hausse de 5,5 % par rapport au premier trimestre qui, déjà, affichait une augmentation de 3,9 %, selon une note du service statistique du ministère du Travail, la Dares.

Cette dynamique est largement portée par la progression des contrats les plus pérennes: les embauches en CDI ont augmenté davantage (+ 13,9 %) que celles en contrat à durée déterminée (+ 3,8 %). Cette hausse générale des recrutements en CDI se fait largement ressentir dans les établissements de moins de 10 salariés, dont les embauches connaissent un bond de 10,3 %. L’augmentation est plus mesurée dans les établissements de 10 à 49 personnes, avec une hausse de 6,3 % tout comme dans les structures de 50 salariés où, avec + 2,5 %, la tendance ralentit nettement.

Covid France: nette hausse

Covid France: nette hausse

 

Nette hausse en France, où 39 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, selon le bilan de Santé publique France. 6764 malades sont actuellement hospitalisés, dont 447 depuis la veille. Mardi, 6680 personnes étaient sous traitement. 1096 malades sont soignés dans les services de soins critiques, dont 95 arrivés ces dernières 24 heures. 10.050 nouveaux cas ont été détectés, un nombre qui n’avait pas été observé depuis le 14 septembre dernier. Il est toutefois à prendre avec précaution en raison du lundi 1er novembre, férié, qui a pu provoquer un décalage dans les remontées de résultats.

Économie États-Unis : nette baisse des créations d’emplois

  • Économie États-Unis : nette baisse des créations d’emplois
  • 235.000 emplois en août, alors qu’on  attendait plus du triple (750.000). Le coup de frein est pourtant appuyé, après 1,1 million d’emplois créés en juillet et 962.000 en juin. Il est en grande partie attribuée à la résurgence du variant Delta du coronavirus ainsi qu’aux difficultés de recrutement des employeurs américains.
  • Malgré cette déception, le taux de chômage, lui, a continué à reculer, à 5,2%, comme attendu, contre 5,4% le mois dernier. 
  • Le rapport publié vendredi, très attendu par les marchés financiers, pourrait conduire à une révision à la baisse des prévisions de croissance pour le troisième trimestre, un mouvement déjà bien entamé en raison de l’impact du variant Delta du coronavirus et des pénuries de matières premières ou de semi-conducteurs qui pèsent entre autres sur la production automobile et la reconstitution des stocks des entreprises.
  • Les chiffres d’août vont aussi être étudiés de près par les investisseurs pour tenter d’y trouver des indices sur l’évolution à venir de la politique monétaire de la Réserve fédérale, qui devrait annoncer en septembre ou en novembre son intention de réduire ses achats d’obligations sur les marchés, l’un de ses principaux soutiens à l’économie.
  • La banque centrale doit composer à la fois avec le ralentissement de l’emploi et la multiplication des signaux inflationnistes: le mois dernier, le salaire horaire moyen a augmenté de 0,6%, deux fois plus qu’attendu, et il affiche sur un an une progression de 4,3%.

Croissance États-Unis : nette baisse des créations d’emplois

  • Croissance États-Unis : nette baisse des créations d’emplois
  • 235.000 emplois en août, alors qu’on  attendait plus du triple (750.000). Le coup de frein est pourtant appuyé, après 1,1 million d’emplois créés en juillet et 962.000 en juin. Il est en grande partie attribuée à la résurgence du variant Delta du coronavirus ainsi qu’aux difficultés de recrutement des employeurs américains.
  • Malgré cette déception, le taux de chômage, lui, a continué à reculer, à 5,2%, comme attendu, contre 5,4% le mois dernier. 
  • Le rapport publié vendredi, très attendu par les marchés financiers, pourrait conduire à une révision à la baisse des prévisions de croissance pour le troisième trimestre, un mouvement déjà bien entamé en raison de l’impact du variant Delta du coronavirus et des pénuries de matières premières ou de semi-conducteurs qui pèsent entre autres sur la production automobile et la reconstitution des stocks des entreprises.
  • Les chiffres d’août vont aussi être étudiés de près par les investisseurs pour tenter d’y trouver des indices sur l’évolution à venir de la politique monétaire de la Réserve fédérale, qui devrait annoncer en septembre ou en novembre son intention de réduire ses achats d’obligations sur les marchés, l’un de ses principaux soutiens à l’économie.
  • La banque centrale doit composer à la fois avec le ralentissement de l’emploi et la multiplication des signaux inflationnistes: le mois dernier, le salaire horaire moyen a augmenté de 0,6%, deux fois plus qu’attendu, et il affiche sur un an une progression de 4,3%.

Chômage partiel : très nette baisse

Chômage partiel : très nette baisse

Selon les dernières statistiques du ministère du Travail dévoilées lundi 30 août, 600.000 salariés étaient concernés par l’activité partielle en juillet dernier, soit environ 3% des salariés du secteur privé. Au mois de juin, plus de 1,4 million de personnes étaient encore dans cette situation. Avec une baisse de 56% entre juin et juillet, le chômage partiel atteint ainsi son plus bas niveau depuis le début de la pandémie au printemps 2020.

La réouverture de l’économie , la levée des barrières sanitaires et la moindre indemnisation du chômage partiel depuis le mois de juin ont fait diminuer les statistiques concernées. La progression de la vaccination a aussi facilité le retour au bureau d’un grand nombre de travailleurs.

Taxe foncière : nette tendance à la hausse

Taxe foncière : nette tendance à la hausse

 

Depuis la suppression de la taxe d’habitation nombre de communes en ont profité pour augmenter la taxe foncière. Une taxe foncière en moyenne de 1200 € par an mais qui peut atteindre 1500 euros  et même davantage . D’après une enquête du site Meilleurtaux.com, révélée par Europe 1, la valeur moyenne de la taxe foncière est de 101 euros par mois en France. Pour rappel, cet impôt local est dû tous les ans par le propriétaire ou l’usufruitier d’un bien immobilier.

A Nîmes, Angers, le Havre, Bordeaux, ou Montpellier  moyennes, le niveau de la taxe foncière est le plus élevé, à près de 125 euros par mois. Ce qui est bien plus qu’à Paris (62 euros), ou bien Lille, Strasbourg ou Lyon (75 euros).

La  taxe foncière est, globalement, en augmentation. Emmanuel Macron a décidé de supprimer la taxe d’habitation. Mais les communes ont besoin de moyens, d’autant que les dotations globales de fonctionnement ont baissé pour certaines d’entre-elles.

Les municipalités n’hésitent donc pas à utiliser le levier de la taxe foncière pour financer leurs projets. De fait, la taxe foncière a explosé de plus de 30% en dix ans entre 2009 et 2019, selon l’Observatoire de l’Union nationale des propriétaires immobiliers.

États-Unis : un déficit commercial en nette hausse

 

États-Unis : un déficit commercial en nette hausse

Le déficit commercial avait augmenté de 6,7% pour atteindre 75,7 milliards de dollars en juin, un niveau record. En  cause la très vigoureuse reprise économique qui a poussé les entreprises à reconstituer leurs stocks faisant grimper les importations plus vite que les exportations.

Dans le détail, le déficit des biens et services s’est élevé à 75,7 milliards de dollars, progressant de 6,7%, avec des importations en hausse de 2,1% à 283,4 milliards de dollars et des exportations en hausse de 0,6% à 207,7 milliards. Les analystes attendaient 72,2 milliards de dollars de déficit.

Sur le premier semestre, le déficit des biens et services a augmenté de 135,8 milliards de dollars, ou 46,4%, par rapport à la même période en 2020, précise le département du commerce dans un communiqué.

Pour  les six premiers mois de l’année 2021, les exportations ont augmenté de 150,9 milliards, soit 14,3%, bien moins vite que les importations (+286,7 milliards de dollars ou 21,3%), ce qui a eu pour effet de creuser grandement le déficit.

Par zone géographique et pour le seul mois de juin, le déficit avec la Chine est en légère baisse, et il recule de 6,1% avec le Mexique. Mais il grimpe de 15,2% avec le Canada et de 5,8% avec les pays de l’Union européenne.

 

Croissance Chine : net tassement de la croissance et des exports

Croissance Chine : net tassement de la croissance et des exports

De très mauvais chiffres en Chine en juillet pour une croissance affectée surtout par la baisse des exports. En juillet, l’indice PMI qui mesure l’activité des directeurs d’achats est passé à 50,4, contre 50,9 le mois précédent, soit un niveau qui se rapproche dangereusement du seuil (50) en-dessous duquel, une économie bascule en récession

Les exportations semblent avoir lourdement pesé dans la détérioration de l’indice manufacturier. Zhiwei Zhang, économiste en chef chez Pinpoint Asset Management, observe dans une note relevée par l’AFP que l’indice des commandes à l’exportation est à 47,7% en juillet, soit un niveau plus bas encore qu’il y a un an.

« Les exportations ont été le principal moteur de croissance cette année. Cette publication des données PMI me rend encore plus prudent quant aux perspectives de croissance au second semestre », a-t-il précisé.

Dans une moindre mesure, l’indice PMI non manufacturier suscite l’inquiétude puisqu’il a également ralenti. Il ressort à 53,2 (-0,2) mais reste largement en zone de croissance. Le bureau national des statistiques constate que l’industrie des services reste porté par l’aviation, la restauration et l’hébergement.

En juillet, l’activité manufacturière est tombée à son plus bas niveau depuis début 2020, date à laquelle, le pays a été confronté à la première vague épidémique.

« Dans l’ensemble, l’économie chinoise continue de maintenir sa dynamique d’expansion, mais le rythme a ralenti », a avancé le statisticien principal du Bureau National des statistiques, Zhao Qinghe, cité par l’AFP.

« 

Covid France : nette baisse du taux d’incidence , sous les 200

Covid France : nette baisse du taux d’incidence , sous les 200

 

 

 

Une nette baisse du taux d’incidence qui passe sous les 200 en France. Par ailleurs, 20 745 nouveaux cas de Covid-19 ont été remontés sur les dernières 24 heures, soit 17 943 cas par jour en moyenne sur les sept derniers jours. On compte 844 nouvelles hospitalisations lors des dernières 24 heures. Soit 1 211 nouvelles hospitalisations par jour en moyenne sur les sept derniers jours.

Avec 5 005 patients actuellement en réanimation ou en soins intensifs, la lente décrue se poursuit. On compte aussi 147 nouveaux décès (en milieu hospitalier), ce qui porte le total à 106 277 morts depuis le début de la pandémie.

Coronavirus France : nette hausse avec 31.519 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus France : nette hausse avec 31.519 nouveaux cas en 24 heures

 

 

31.519 nouveaux cas ont été détectés ces dernières 24 heures, selon le dernier bilan épidémique du ministère de la Santé. Au total, 3.661.410 personnes ont été testées positives depuis l’apparition de l’épidémie dans l’Hexagone, en janvier 2020.

278 individus sont décédés de la maladie entre mardi et mercredi, portant le bilan à 85.347 morts. 1636 patients ont été admis à l’hôpital sur les dernières 24 heures contre 1780 la veille, et 25.614 personnes y sont actuellement soignées. Parmi elles, 3436 sont en réanimation, dont 319 arrivées dans ces services ces dernières 24 heures contre 345 mardi. Sur les sept derniers jours, 9450 personnes ont été hospitalisées, dont 1809 admises en service de réanimation.

Le taux de positivité (pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l’ensemble des personnes qui se sont fait tester) était en revanche stable par rapport à la veille, à 6,5%. Une semaine auparavant, le taux était à 5,9%.

Croissance Chine-nette reprise

Croissance Chine- l’industrie manufacturière reprend nettement

l’indice PMI manufacturier montre clairement que l’activité industrielle manufacturière a retrouvé des couleurs. L’activité industrielle retrouve pratiquement ses niveaux d’avant crise. Elle est assez dynamique en novembre, Une seule hypothèque,  celle de l’atonie des pays clients qui risquent de peser sur les demandes à la Chine. L’activité de service, elle connaît une autre embellie.

L’activité du secteur manufacturier en Chine a en effet progressé en novembre à un rythme record en plus de trois ans, montrent des statistiques officielles publiées lundi, laissant suggérer que l’économie chinoise pourrait être la première puissance majeure à se remettre pleinement des dégâts de la crise du coronavirus.

L’indice PMI manufacturier officiel a grimpé à 52,1 contre 51,4 en octobre, selon les données du Bureau national de la statistique.

Il s’agit d’un plus haut depuis septembre 2017, alors que les analystes anticipaient une progression moins marquée avec un indice de 51,5.

Le vaste secteur industriel chinois revient progressivement aux niveaux constatés avant l’arrivée de la pandémie de coronavirus et les strictes mesures de confinement qui ont paralysé des pans entiers de l’activité plus tôt cette année.

Cependant les nouvelles vagues de contaminations et les mesures de confinement imposées en réponse dans plusieurs pays partenaires commerciaux de la Chine pourraient nuire à la demande pour les produits chinois, alors que les exportations sont de manière inattendue restées solides jusqu’à présent.

Selon les données publiées lundi, le sous-indice des nouvelles commandes à l’exportation s’est établi à 51,5 en novembre, contre 51,0 le mois précédent.

Dans le secteur des services, l’activité a continué de croître pour un neuvième mois consécutif, avec un indice de 56,4 contre 56,2 en octobre. C’est un rythme record depuis juin 2012, alors que la confiance des consommateurs s’est améliorée du fait du faible nombre des nouvelles infections au coronavirus.

Coronavirus France : NETTE BAISSE, 4855 PATIENTS EN RÉANIMATION

Coronavirus France : NETTE BAISSE, 4855 PATIENTS EN RÉANIMATION

32.468 personnes sont actuellement hospitalisées en France pour une infection au Covid-19. Au cours des dernières 24 heures, les hôpitaux ont accueilli 2202 patients supplémentaires dont 327 en réanimation.

C’est la première fois depuis le début du mois d’octobre que le nombre de personnes en réanimation est en baisse par rapport au jour précédent. Au total, 4855 sont actuellement dans un service de réanimation à cause du Covid-19, contre 4887, ce qui signifie que près de 500 personnes sont sorties de ces services depuis la veille.

Par ailleurs, 359 décès ont été enregistrés à l’hôpital au cours des dernières 24 heures, selon le décompte de Santé publique France. Le taux de positivité des tests continue à refluer, à 17,3%. Il dépassait 20% début novembre.

Croissance : la commission européenne révise en nette baisse les perspectives

Croissance  : la commission européenne révise  en nette baisse les perspectives

 

 

La commission -comme tous les autres instituts- ne cesse de modifier ses perspectives économiques. Elle diminue un tout petit peu de 1 % la baisse attendue pour 2020. Une prévision qui sans doute sera d’ailleurs remise en cause avec l’accélération de la crise actuelle et le recours au confinement qui se met en place. Les deux derniers mois de l’année risquent d’être très affectés en matière d’activité.

Ce qui est important, c’est la tendance et cette tendance est mauvaise. En effet, après la contraction de l’économie de près de 8 % pour l’union économique en 2020, la commission a seulement prévu une reprise de 4,2 % en 2021 est de 3 % en 2022. Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission avait dit tabler sur une contraction de 8,7% cette année et sur une croissance de 6,1% l’an prochain.

Des prévisions tout à fait aléatoires d’où les précautions oratoires prises par la commission pour ces nouvelles annonces. « La Commission européenne prévient toutefois qu’en raison de la dégradation de la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, qui a obligé plusieurs pays européens à réinstaurer des mesures de confinement, les incertitudes et les risques sur la fiabilité de ses dernières prévisions automnales sont “exceptionnellement importants”.

Pour la France, la Commission table sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 9,4% en 2020 avant un rebond de 5,8% en 2021 puis de 3,1% en 2022.

De son côté, le gouvernement français prévoit une baisse de l’ordre de 11% de l’activité économique du pays cette année.

L’Allemagne devrait connaître une contraction de 5,6% de son PIB cette année, selon les projections de la Commission, puis une croissance de 3,5% en 2021 et de 2,6% en 2022.

L’Espagne devrait être le pays européen le plus fortement impacté par la crise du coronavirus avec une contraction de 12,4% de son PIB cette année.

L’inflation en zone euro – que la Banque centrale européenne souhaite maintenir en deçà, mais proche, de 2% à moyen terme – devrait atteindre 0,3% cette année, puis grimper à 1,1% en 2021 et 1,3% en 2022.

Malgré l’ampleur de la récession, le chômage dans la zone euro n’augmentera qu’à 8,3% cette année contre 7,5% en 2019 grâce aux mesures de chômage partiel mises en oeuvre au début de la crise sanitaire.

Il s’élèvera à 9,3% en 2021, avant de retomber à 8,9% en 2022.

Selon les prévisions de la Commission, la pandémie devrait néanmoins peser lourdement sur les finances publiques. Le déficit budgétaire agrégé de la zone euro atteindra 8,8% du PIB en 2020, après un excédent de 0,6% en 2019, pour se réduire à 6,4% en 2021 et 4,7% en 2022.

La dette de la zone euro devrait être ainsi portée à 101,7% du PIB cette année contre 85,9% l’an dernier. Elle continuera d’augmenter pour atteindre 102,3% en 2021 et 102,6% en 2022.

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

 

 

La commission -comme tous les autres instituts- ne cesse de modifier ses perspectives économiques. Elle diminue un tout petit peu de 1 % la baisse attendue pour 2020. Une prévision qui sans doute sera d’ailleurs remise en cause avec l’accélération de la crise actuelle et le recours au confinement qui se met en place. Les deux derniers mois de l’année risquent d’être très affectés en matière d’activité.

Ce qui est important, c’est la tendance et cette tendance est mauvaise. En effet, après la contraction de l’économie de près de 8 % pour l’union économique en 2020, la commission a seulement prévu une reprise de 4,2 % en 2021 est de 3 % en 2022. Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission avait dit tabler sur une contraction de 8,7% cette année et sur une croissance de 6,1% l’an prochain.

Des prévisions tout à fait aléatoires d’où les précautions oratoires prises par la commission pour ces nouvelles annonces. « La Commission européenne prévient toutefois qu’en raison de la dégradation de la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, qui a obligé plusieurs pays européens à réinstaurer des mesures de confinement, les incertitudes et les risques sur la fiabilité de ses dernières prévisions automnales sont “exceptionnellement importants”.

Pour la France, la Commission table sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 9,4% en 2020 avant un rebond de 5,8% en 2021 puis de 3,1% en 2022.

De son côté, le gouvernement français prévoit une baisse de l’ordre de 11% de l’activité économique du pays cette année.

L’Allemagne devrait connaître une contraction de 5,6% de son PIB cette année, selon les projections de la Commission, puis une croissance de 3,5% en 2021 et de 2,6% en 2022.

L’Espagne devrait être le pays européen le plus fortement impacté par la crise du coronavirus avec une contraction de 12,4% de son PIB cette année.

L’inflation en zone euro – que la Banque centrale européenne souhaite maintenir en deçà, mais proche, de 2% à moyen terme – devrait atteindre 0,3% cette année, puis grimper à 1,1% en 2021 et 1,3% en 2022.

Malgré l’ampleur de la récession, le chômage dans la zone euro n’augmentera qu’à 8,3% cette année contre 7,5% en 2019 grâce aux mesures de chômage partiel mises en oeuvre au début de la crise sanitaire.

Il s’élèvera à 9,3% en 2021, avant de retomber à 8,9% en 2022.

Selon les prévisions de la Commission, la pandémie devrait néanmoins peser lourdement sur les finances publiques. Le déficit budgétaire agrégé de la zone euro atteindra 8,8% du PIB en 2020, après un excédent de 0,6% en 2019, pour se réduire à 6,4% en 2021 et 4,7% en 2022.

La dette de la zone euro devrait être ainsi portée à 101,7% du PIB cette année contre 85,9% l’an dernier. Elle continuera d’augmenter pour atteindre 102,3% en 2021 et 102,6% en 2022.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol