Archive pour le Tag 'négative'

Chine et endettement: Perspective négative pour l’agence de notation

Chine et endettement: Perspective négative pour l’agence de notation


Une crise financière en Chine qui hypothèque l’activité du fait de l’endettement généralisé. Une situation rarement évoquée par les médias mais qui pourrait peut-être un jour contaminer les Etats notamment occidentaux également très endettés. Par ailleurs la Chine connaît une surcapacité de production qui l’amènera à accentuer encore son dumping sur les exportations notamment vers les pays occidentaux.

Enffet, Moody’s a revu en baisse la perspective de la note de crédit, la portant de stable à négative. L’agence de notation financière s’inquiète des risques grandissants d’une croissance économique plutôt faible. Elle dénonce la hausse de la dette des collectivités locales, qui « va contraindre les autorités à soutenir financièrement les gouvernements locaux et les entreprises d’État endettées »et l’aggravation de la crise du secteur immobilier.

En réaction à la décision de Moody’s, le ministre des Finances assure que l’économie va progresser et que les risques liés à l’immobilier et à la dette locale sont contrôlables. Mais, après la récession de l’ensemble du secteur en 2022, les grands groupes immobiliers tels qu’Evergrandeou Country Garden continuent d’aller mal. Leurs ventes ont reculé de moitié par rapport à l’an dernier sur les trois premiers trimestres 2023. Et cinq des plus grands groupes ont fait défaut sur leur dette ou n’ont pu honorer certaines échéances.

Les « quelques signes de stabilisation du marché » enregistrés sur les prix immobiliers et sur le niveau des nouvelles constructions profiteront surtout aux grandes métropoles côtières, estiment les analystes du cabinet Global Sovereign Advisory, qui conseille les États sur la gestion de leurs dettes.

Quant aux collectivités locales endettées, elles représentent toujours un risque majeur pour l’économie. Après avoir surinvesti pendant des années, elles ont subi l’envolée des coûts due à la pandémie. Elles doivent désormais faire face à la chute de leurs principales recettes, les revenus tirés de la vente de terrains. Leur dette globale atteint 92 000 milliards de yuans (11 900 milliards d’euros). Ce qui a incité les autorités à dévoiler en octobre un plan d’émissions de 1 000 milliards de yuans d’obligations souveraines d’ici à la fin de l’année pour aider à relancer l’activité. Pékin a par ailleurs augmenté son objectif de déficit budgétaire pour 2023, le portant à 3,8 % du PIB, contre 3 % à l’origine.

Le gouvernement devrait annoncer lors de la réunion économique prévue mi-décembre ses prévisions de croissance pour l’an prochain. Moody’s a indiqué mardi qu’il la voyait ralentir à 4 % en 2024 et 2025 et reculer un peu plus à 3,8 % les années suivantes.

L’économie chinoise a eu du mal à amorcer une reprise vigoureuse après la pandémie de Covid-19. Au-delà des problèmes du secteur immobilier et des collectivités locales, le ralentissement de la croissance mondiale et les tensions géopolitiques ont freiné son élan. En novembre, l’activité manufacturière s’est contractée pour le deuxième mois consécutif, ce qui remet en question la dynamique économique, en dépit de la série de mesures prises par Pékin depuis mi-2023 pour stimuler la confiance et la croissance.

« Il y a une surcapacité évidente en Chine, et cette surcapacité sera exportée, en particulier si elle est alimentée par des subventions directes et indirectes », a ainsi déploré le mois dernier la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Les dirigeants européens ne toléreront pas dans la durée un déséquilibre dans les échanges commerciaux », a-t-elle déclaré mardi, à l’avant-veille d’un sommet entre la Chine et l’UE à Pékin. En soulignant que le déficit commercial de l’Union européenne avec la Chine avait doublé en deux ans pour atteindre le chiffre record de 390 milliards d’euros en 2022. Et que les exportations chinoises vers l’UE étaient trois fois plus importantes que celles de l’UE vers la Chine.

Livret A: Un taux à 3% pour une inflation de 6%

Livret A: une rémunération négative 

 

Les médias avec le gouvernement se félicitent  de la hausse de 1% du taux du livret A. Ce qui porte la rémunération à 3% alors que l’inflation atteint le double. Ce qu’on pourrait s’appeler une rémunération négative.

 

Cette annonce fait suite aux calculs de taux de la Banque de France, qui prend en compte l’inflation et les taux interbancaires, auxquels les banques s’échangent de l’argent à court terme. Il s’agit de la troisième hausse du taux du placement préféré des Français en l’espace d’un an. À son niveau plancher de 0,5% début 2022, il avait doublé une première fois au 1er février 2022 puis une nouvelle fois au 1er août, pour atteindre 2%.

La hausse annoncée ce vendredi est légèrement plus faible qu’attendu. L’inflation et le relèvement des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) laissaient en effet penser que le taux

serait relevé à 3,2% ou 3,3%, selon Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, interrogé par l’AFP. La Banque de France confirme d’ailleurs que son taux aurait pu être plus élevé : «L’application de la formule aboutirait à un taux de 3,3 % pour le livret A», indique-t-elle dans un communiqué.

 

Le taux du Livret de développement durable et solidaire  peu utilisés faute de meoyens des personnes éligibles  être rehaussé à 2%, ce placement étant aligné sur le taux du livret A. Le livret d’épargne populaire (LEP), réservé aux ménages les plus modestes, va lui aussi bénéficier d’une revalorisation très importante au 1er février. Il va passer de 4,6% à 6,1%.

 

Notation France : S&P abaisse à «négative» la perspective du pays

Notation France : S&P abaisse à «négative» la perspective du pays

Une information qui est passée assez inaperçue à savoir la baisse des perspectives financières de la France par l’agence de notation.

Il y a des raisons objectives à l’appréciation de l’agence de notation du fait des graves dérives budgétaires de la France dont le déficit a tout simplement doublé par rapport au produit intérieur brut. En 2021, le déficit public s’établit à 163,3 milliards d’euros, soit 6,5 % du produit intérieur brut (PIB), après 9,0 % en 2020 et 3,1 % en 2019. Les administrations publiques centrales portent l’essentiel du déficit public.Il y a aussi l’évolution de la dette.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a, quant à lui, une vision plus pessimiste que le gouvernement de l’évolution des finances publiques françaises. Dans son dernier Moniteur des finances publiques paru en octobre, l’institution internationale anticipe une augmentation de la dette publique en France au cours des prochaines années. Elle atteindrait ainsi 118,5 % du PIB en 2027. Cette hausse de l’endettement public serait, selon le FMI, le résultat du maintien du déficit public à un niveau proche de 5 % du PIB (contrairement aux prévisions du gouvernement).

Le Haut Conseil des finances publiques a également critiqué les projections du gouvernement dans son avis rendu fin septembre : les prévisions de croissance y sont jugées « optimistes » et fondées « sur des hypothèses très avantageuses ». Le Haut Conseil des finances publiques considère également que « la trajectoire de finances publiques présentée par le gouvernement est peu ambitieuse ».

Vendredi 2 décembre, l’agence de notation SP Global a abaissé la perspective de la France à « négative » contre « stable » précédemment en raison de risques croissants pour les finances publiques et les conséquences budgétaires pouvant en résulter. L’agence de notation a confirmé dans le même temps la note de dette souveraine du pays à « AA/A-1+ ». L’agence de notation Moody’s a de son côté confirmé la note « AA2 » de la France, assortie d’une perspective « stable ».

Pour S&P, la dégradation de la perspective intervient dans un contexte de dette publique déjà importante, d’un risque quant à la mise en œuvre du programme de réformes structurelles, d’un ralentissement économique global et du resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Mais les temps sont durs pour Paris, alors que la crise énergétique coûte cher.
Réformes structurelles. L’avis de S&P n’est pas isolé. « Le désendettement n’est pas une exigence néolibérale ou austéritaire, c’est une protection des Français, donc une nécessité », abondait Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, évoquant un « impératif catégorique ». Plusieurs mesures pourraient être mises en œuvre ce faisant, outre la réforme des retraites, dont certaines pistes ont été avancées par Elisabeth Borne.

« [Il faut] simplifier les régimes de minima sociaux [...], réduire les nombreux doublons avec l’Etat dans les administrations locales et régionales, diminuer ou éliminer les niches fiscales pour les producteurs ou les vendeurs de combustibles fossiles », estimait Jeffrey Franks, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) pour la France et directeur adjoint du département Europe de l’institution.

Notation de la France : maintien pour Fitch avec perspective négative

Notation de la France : maintien pour Fitch

L’agence de notation Fitch Ratings a maintenu vendredi à «AA» la note de la dette à long terme de la France, assortie encore d’une perspective «négative», faisant état de l’incertitude entourant la trajectoire économique du pays après l’élection présidentielle d’avril 2022.

La note attribuée à la France est la troisième meilleure sur l’échelle de notation de Fitch, qui compte 22 échelons. Elle correspond à un émetteur de haute qualité.

La perspective, elle, reste négative. Cela signale que la notation pourrait être abaissée. «La perspective négative reflète l’incertitude qui entoure la trajectoire de l’endettement public et l’orientation de la politique économique au-delà du cycle des élections présidentielle et législatives au printemps 2022», indique Fitch. L’agence de notation s’attend pourtant à ce qu’il n’y ait «pas de bouleversement significatif dans le cadre de la politique économique de la France». Fitch table, pour la France, sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 6,1% en 2021, avant un ralentissement à 3,8% en 2022, et à 2,2% en 2023.

En mai 2020, Fitch avait abaissé de «stable» à «négative» la perspective de la note de la dette à long terme de la France, craignant une détérioration des finances publiques et de l’économie face à la crise sanitaire.

La note de la France influence les conditions auxquelles le pays peut emprunter de l’argent sur les marchés financiers. En avril, une autre agence de notation, Standard and Poor’s, avait maintenu sa note de la dette à long terme de la France à «AA», ainsi que la perspective «stable» qui y est attachée, confiante dans sa capacité à renouer avec la croissance et rétablir l’équilibre de ses finances publiques.

Inflation Allemagne : négative

Inflation Allemagne : négative

 

Il y a deux manières de procéder pour faire évoluer positivement le pouvoir d’achat des ménages soit en consentant des augmentations mais qui peuvent alimenter l’inflation soit au contraire comme en Allemagne récemment favoriser une faible inflation voir une inflation négative. Les prix à la consommation en Allemagne ont ainsi baissé en août pour la première fois depuis plus de quatre ans en raison d’une baisse de la TVA dans le cadre du plan de relance lancé par le gouvernement d’Angela Merkel, montre lundi la première estimation officielle calculée aux normes européennes.

L’indice IPCH allemand a reculé de 0,2% par rapport à juillet et de 0,1% sur un an alors que les économistes interrogés par Reuters l’attendaient stable sur un mois comme en rythme annuel.

Il s’agit des premiers chiffres négatifs enregistrés depuis mai 2016.

“Le taux d’inflation est influencé, entre autres choses, par la baisse de TVA entrée en vigueur le 1er juillet 2020”, précise dans un communiqué Destatis, l’institut allemand de la statistique.

Le taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) allemande a été ramené de 19% à 16% le 1er juillet, une mesure de relance dont le coût en terme de baisse des recettes fiscales est estimé à 20 milliards d’euros.

L’inflation allemande, comme celle de la zone euro dans son ensemble, reste très inférieure à l’objectif d’une hausse des prix légèrement inférieure à 2% par an que s’est fixé la Banque centrale européenne (BCE), ce qui était déjà le cas avant la récession provoquée par la pandémie de coronavirus.

Secteur automobile: surveillance négative collective (Moody’s)

Secteur automobile: surveillance négative collective (Moody’s)

L’agence de notation financière vient de publier une note où il place quasiment tous les constructeurs européens sous surveillance négative. Pas moins de sept groupes dont Renault, PSA, Daimler, Jaguar-Land Rover, Volkswagen, Volvo et McLaren ont ainsi été mis sous surveillance négative, ce qui signifie que leur note peut potentiellement être dégradée à court terme. Celle de BMW a été, elle, abaissée assortie d’une perspective négative, et passe à A2.

Moody’s constate une dégradation sans précédent de la conjoncture économique consécutive à la crise du coronavirus et son impact sur les ventes. Il n’est pas fait grief aux constructeurs d’avoir pu ou su anticiper une situation inédite par son ampleur et sa soudaineté. En revanche, l’agence de notation observe que cette crise met en exergue les faiblesses structurelles des constructeurs. Selon elle, « la faiblesse de leur profil crédit » ajoutée à « leur exposition à la demande de voitures particuliers » les ont rendus vulnérables » aux aléas du marché, dans un contexte de crise sanitaire où l’épidémie de coronavirus ne cesse de s’étendre. Autrement dit, la suite de la notation pourrait en grande partie dépendre de la poursuite de la pandémie ou pas.

A noter également Fiat Chrysler Automobiles (FCA) est simplement placé sous surveillance mais sans direction (positive ou négative par l’agence de notaion américaine !

 

 

Notation Finances Renault: note de crédit négative

Notation Finances Renault: note de crédit négative

 

Une très mauvaise nouvelle cette décision de l’’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) qui a placé mercredi la note de crédit ‘BBB-‘ de Renault sous surveillance avec implications négatives. Une décision qui aura forcément d’abord des conséquences sur le coût des emprunts de Renault justement en difficulté financière. Ensuite et peut-être surtout parce que cette mauvaise évaluation participe de la dégradation de l’image d’un groupe sérieusement secoué aujourd’hui et dont l’avenir pourrait même être mis en question si perdurent  encore pendant longtemps les incertitudes quant aux relations entre Renault, Nissan et Mitsubishi. “Si Renault garde une flexibilité financière grâce à ses réserves confortables de trésorerie, plusieurs difficultés opérationnelles pourraient dégrader davantage sa génération de flux de trésorerie dans les prochains 18 à 24 mois”, indique l’agence dans un communiqué.

L’agence cite notamment la concurrence accrue en Europe, les potentielles difficultés liées à la réglementation sur les émissions de CO2 et l’arrêt possiblement prolongé du versement des dividendes de Nissan.

S&P estime que les mesures annoncées par Renault, notamment un plan d’économies d’au moins 2 milliards d’euros d’ici 2022, pourraient ne pas suffire à redresser la situation.

L’agence donnera sa décision sur sa surveillance négative d’ici la fin du mois de mai, après avoir évalué les détails du plan de restructuration de Renault et la politique de Nissan en matière de dividende.

“A ce stade, nous attendons à ce que la dégradation éventuelle soit limitée à un cran”, indique S&P.

Mardi, l’agence Moody’s a pour sa part abaissé sa note de crédit sur Renault à ‘Ba1’, soit en catégorie spéculative, avec une perspective stable.

Finances Renault: note de crédit négative

Finances Renault: note de crédit négative

 

Une très mauvaise nouvelle cette décision de l’’agence de notation Standard and Poor’s (S&P) qui a placé mercredi la note de crédit ‘BBB-‘ de Renault sous surveillance avec implications négatives. Une décision qui aura forcément d’abord des conséquences sur le coût des emprunts de Renault justement en difficulté financière. Ensuite et peut-être surtout parce que cette mauvaise évaluation participe de la dégradation de l’image d’un groupe sérieusement secoué aujourd’hui et dont l’avenir pourrait même être mis en question si perdurent  encore pendant longtemps les incertitudes quant aux relations entre Renault, Nissan et Mitsubishi. “Si Renault garde une flexibilité financière grâce à ses réserves confortables de trésorerie, plusieurs difficultés opérationnelles pourraient dégrader davantage sa génération de flux de trésorerie dans les prochains 18 à 24 mois”, indique l’agence dans un communiqué.

L’agence cite notamment la concurrence accrue en Europe, les potentielles difficultés liées à la réglementation sur les émissions de CO2 et l’arrêt possiblement prolongé du versement des dividendes de Nissan.

S&P estime que les mesures annoncées par Renault, notamment un plan d’économies d’au moins 2 milliards d’euros d’ici 2022, pourraient ne pas suffire à redresser la situation.

L’agence donnera sa décision sur sa surveillance négative d’ici la fin du mois de mai, après avoir évalué les détails du plan de restructuration de Renault et la politique de Nissan en matière de dividende.

“A ce stade, nous attendons à ce que la dégradation éventuelle soit limitée à un cran”, indique S&P.

Mardi, l’agence Moody’s a pour sa part abaissé sa note de crédit sur Renault à ‘Ba1’, soit en catégorie spéculative, avec une perspective stable.

Perspective négative des 62 000 milliards de dettes souveraines ( Moody’s)

Perspective négative des 62 000 milliards de dettes souveraines ( Moody’s)

 

À juste titre, l’institut de notation Moody’s s’inquiète de l’évolution de la dette publique. Une dette qui représente environ 62 000 milliards de  142 pays qui passent ainsi de l’évaluation stable à négative. L’inquiétude est surtout nourrie par la faiblesse de la croissance et ses perspectives pourraient ne pas fournir les moyens de remboursement de l’endettement. Il ne s’agit toutefois que d’une partie de la dette mondiale qui, elle, atteint désormais environ 300 000 milliards de dollars (près de 300 % du PIB mondial) . Une dette globale qui s’est  envolée depuis les années 50 et surtout les années 80. Les agences de notation auraient sans doute lieu d’être encore plus inquiet la dette du privé qui gonfle avec l’extrême faiblesse des taux qui maintient à flot nombre d’entreprises qui sinon feraient t faillite. D’une certaine manière, nombre d’entreprises ( et de pays) sont sous perfusion financière et les banques centrales n’ont d’autre solution que de pratiquer la fuite en avant en fournissant toujours davantage de liquidités monétaires. Pour parler clair, on fait tourner de plus en plus vite la machine à billets. Le problème c’est qu’un jour ou l’autre il faudra bien un vaste réajustement entre la richesse réelle et leur représentation monétaire. Un réajustement qui peut produire de manière brutale lors de l’éclatement d’une bulle qui contaminerait alors l’ensemble du système financier. Par exemple la bulle obligataire, la bulle immobilière ou encore la bulle du marché des actions. Pour l’instant des inquiétudes de l’agence Moody’s se focalise sur l’endettement public sans doute pour épargner des inquiétudes supplémentaires concernant l’économie.

 

Argentine : sous surveillance négative (S&P)

Argentine : sous surveillance négative (S&P)

L’agence S&P a annoncé vendredi qu’elle plaçait « sous surveillance négative » la note de la dette de l’Argentine, confrontée à une dégringolade de sa devise la faisant replonger dans la crise économique.

« Les pressions récentes sur la devise argentine pourraient mettre en péril la mise en œuvre des mesures économiques », commente l’agence de notation dans un communiqué. L’Argentine a obtenu une ligne de crédit de 50 milliards de dollars de la part du FMI.

 

Trump : opinions négative pour 86% des européens

Trump : opinions négative pour 86% des européens

 

 

86 % des Européens ont une opinion négative de Trump. Les Français sont encore plus sévères avec 90 %. De quoi sans doute faire réfléchir Marine Le Pen  qui a largement soutenu la posture de Trump au point de s’en imprégner. Les Européens étaient les trois quarts à avoir une mauvaise image du président américain nouvellement élu. Aujourd’hui, leur jugement s’est encore détérioré, 86% des Européens partagent une opinion négative concernant l’occupant de la Maison-Blanche – une dégradation de dix points en un an -, selon un sondage Odoxa/Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info. Une enquête réalisée en France du 31 octobre au 2 novembre et auprès d’un échantillon d’Européens, en septembre dernier. Les Français font toujours partie de ceux qui rejettent le plus Donald Trump qui recueille auprès d’eux 90 % d’opinions défavorables, en progression de neuf points par rapport au début de l’année. Un score comparable à celui des Allemands (à 90% défavorables, + sept points). Les Espagnols sont les plus «hostiles» à Trump dans la classe européenne (92%, + 12 points). Même les Italiens, pourtant relativement moins défavorables au président américain (avec 69% de mauvaises opinions au début de l’année), rejoignent le peloton européen: 76% expriment un avis défavorable à son encontre, une progression de 17 points! Au hit-parade de l’impopularité, Donald Trump arrive en tête, surclassant Vladimir Poutine de 11 points (75% d’avis défavorables), sauf en Grande-Bretagne où le chef du Kremlin recueille 82% d’opinions négatives (contre 80% à Trump). L’écart est massif avec Emmanuel Macron et Angela Merkel qui enregistrent respectivement 55 et 57% de bonnes opinions en Europe. Même les sympathisants du Front national, qui ont sérieusement penché  pour ce président «anti-establishment», se montrent désormais très «durs», le jugeant «dangereux» (pour 61% d’entre-deux), «agressif» (79%) et «incompétent» (73%). Le FN reste relativement le parti le moins défavorable à Donald Trump mais il se rapproche des autres formations. Parce qu’elle est la plus «clivante», Marine Le Pen est pour les Français la personnalité politique qui leur fait le plus penser à Donald Trump. La comparaison avec la présidente du Front national ne s’arrête pas là. «Comme pour le président américain, il était mis au crédit de Marine Le Pen de parler librement. On en a vu ses limites lors du débat de l’entre-deux tours. La parole tranchée n’est pas tout, il faut aussi de la compétence», observe Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa.

 

Livret A : collecte négative en septembre

Livret A : collecte négative en septembre

.

 

 

Il est clair que le mois de septembre n’est pas un mois propice à l’épargne puisqu’il faut faire face à différentes charges de rentrée notamment fiscales. Du coup,  on a sollicité le bas de laine que constitue le livret à dont la collecte s’est révélée déficitaire au mois de septembre. Autre raison sans doute le peu d’attractivité du taux de rendement de ce livret, un taux historiquement bas de 0,75 % alors que l’inflation réelle est notoirement plus importante. Certes en moyenne elle paraît relativement contenue (autour de  1% mais tout dépend de la structure et du niveau de la  consommation des ménages. De ce point de vue, les dépenses contraintes ne cessent de progresser au détriment des dépenses ajustables C’est un coup d’arrêt pour le produit d’épargne préféré des Français, après un été au beau fixe (1,15 milliard d’euros de collecte en juillet et 1,59 milliard d’euros en août). La collecte du Livret A cumulée sur les neuf premiers mois de l’année n’en reste pas moins largement positive et atteint 12,05 milliards d’euros. Le Livret A, produit d’épargne le plus répandu en France qui sert notamment à financer le logement social, continue de bénéficier d’un contexte de baisse généralisée des taux et d’un effritement du rendement d’autres placements, comme l’assurance-vie. Mi-septembre, le gouvernement a annoncé vouloir « stabiliser » le taux du Livret A pendant un voire deux ans à son niveau actuel.

Amazon : sous surveillance négative

Amazon : sous surveillance négative

 

L’agence de notation Standard and Poor’s n’est pas enchantée par le rachat de la chaîne d’alimentation bio Whole Foods par le géant de la distribution en ligne Amazon, dont elle a placé la note sous surveillance avec implications négatives. Cette mise sous surveillance négative implique qu’il y a des risques que la note d’Amazon, actuellement de « AA- », soit abaissée dans les trois prochains mois. Le fait qu’Amazon finance cette acquisition majeure, de près de 14 milliards de dollars, essentiellement par endettement a conduit S&P à réexaminer la note du mastodonte du commerce en ligne. « Ce placement sous surveillance reflète le fait que nous prévoyons que le ratio d’endettement d’Amazon va s’accroître avec son projet de rachat de Whole Foods pour près de 14 milliards de dollars », a indiqué Robert Schulz, économiste pour S&P Global Ratings. L’agence ajoute que l’opération comporte aussi « des risques au niveau de son exécution » mais qu’elle a également « des implications potentiellement majeures pour la stratégie » du groupe « comme pour le marché de l’alimentation américain dans son ensemble ».

 

Inflation négative sur un an

Les prix à la consommation ont progressé de 0,2% en février en France sous l’effet notamment d’un rebond des produits manufacturés après la fin des soldes, selon une première estimation publiée vendredi par l’Insee. Mais sur un an, leur évolution redevient négative, à hauteur de 0,2%, pour la première fois depuis le mois de mars 2015. L’indice des prix harmonisé IPCH, qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro, a progressé pour sa part de 0,3% sur le mois de février mais enregistre une baisse de 0,1% sur un an, alors que les analystes interrogés par Reuters l’attendaient en hausse de 0,1% après une autre hausse de 0,3% sur les douze mois à fin janvier. L’Insee note que cette baisse est avant tout due à la chute des prix de l’énergie et que le décalage du calendrier des vacances scolaires de la zone C, qui inclut la région parisienne, « pèserait sur les prix des services touristiques cette année » en février. L’Insee publie depuis cette année dès la fin du mois une estimation de l’inflation sur les trente derniers jours. L’indice définitif pour février, le seul valable pour les indexations de contrats privés, rentes viagères, pensions alimentaires ou l’évolution du Smic, sera diffusé le 15 mars.

Inflation bientôt négative en zone euro (Jens Weidmann)

 

Inflation bientôt négative en zone euro (Jens Weidmann)

Le débat sur l’inflation du risque de renaître en Europe d’autant que cette question est au cœur de la politique monétaire notamment de la BCE. Une inflation actuellement voisine de zéro et qui pourrait même devenir négative. Cela découlant directement du décalage de l’offre par rapport à la demande. Le caractère négatif de l’inflation n’inquiète toutefois pas le gouverneur de la banque centrale allemande qui la prévoit pour les mois à venir. En fait l’Allemagne a toujours été hantée par une inflation excessive et ne peut donc adhérer à des moyens de soutien qui pourrait la faire repartir à la hausse de manière trop significative. L’inflation en zone euro va donc vraisemblablement repasser bientôt en territoire négatif, a prévenu jeudi le président de la Bundesbank allemande, qui ne voit pas pour autant de menace de déflation et reste critique de l’action de la BCE. « La prévision d’inflation (pour la zone euro) va devoir être revue en sensible baisse », a déclaré Jens Weidmann, gouverneur de la banque centrale allemande, dans un discours à Bonn (ouest), publié sur le site de l’institution. L’indice des prix à la consommation « pourrait au printemps s’établir provisoirement en territoire négatif. Nous ne devons pas nous laisser hypnotiser par le taux d’inflation, comme le lapin par le serpent », a-t-il plaidé, et « la politique monétaire devrait passer outre ces fluctuations de court terme, dictées par les prix du pétrole ». Si effectivement on ne peut constater le tassement de la hausse des prix lié en particulier à la baisse de ceux des matières premières, il convient cependant de relativiser l’ampleur de la baisse des prix. En effet les prix retenus concernent essentiellement la consommation des ménages. Or du fait de la crise ces ménages ont tendance à modifier la structure de leur consommation ; en clair, ils compensent  l’augmentation des dépenses contraintes par une réduction des dépenses ajustables. Dans la réalité, les prix retenus ne baissent pas autant qu’on le dit. Du coup la mesure de la croissance elle-même se trouve un peu faussé par ce déflateur sous-évalué. En clair la croissance est encore moins importante qu’elle ne paraît dans les chiffres officiels.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol