Archive pour le Tag 'nécessaire'

Une inflation nécessaire à l’économie ?

Une inflation nécessaire à l’économie ?

 

« Une inflation plus élevée peut faciliter l’ajustement de salaires », selon les quatre chercheurs appartenant à de prestigieuses universités américaines. (Article des Échos, extrait))

 

Un peu d’inflation, c’est mieux. Surtout à la sortie d’une crise comme celle du Covid et à l’orée d’une transformation gigantesque de l’économie comme celle qui nous attend avec la lutte contre le réchauffement climatique . C’est la conclusion d’une étude de quatre chercheurs qui appartiennent aux universités américaines les plus prestigieuses : Chicago Booth, Northwestern, Harvard et le MIT. Veronica Guerrieri, Guido Lorenzoni, Ludwig Straub et Iván Werning montrent qu’une politique monétaire expansionniste, et donc une hausse temporaire de l’inflation, facilite les transformations structurelles de l’économie.

Démonstration. La pandémie a touché différemment les entreprises en fonction de leur secteur d’activité. Et cela va continuer. La structure de la demande va changer dans le monde d’après-Covid et avec les politiques de développement durable. Les voyages d’affaires seront durablement affectés, ce qui posera problème à des compagnies aériennes et des hôteliers. Les relations auront lieu par écrans interposés, ce qui aura des conséquences positives pour les fabricants de PC et tous ceux qui conçoivent les outils numériques. De la même façon, les fabricants de moteurs thermiques vont souffrir alors que les constructeurs de batteries verront leur activité exploser.

Conséquence : des emplois vont être détruits dans les secteurs en déclin qui souffrent d’une demande insuffisante et d’autres seront créés dans les secteurs en croissance où la demande est en expansion. En clair, les travailleurs vont passer d’un secteur à un autre et les capitaux aussi puisque, pour reprendre l’exemple initial, les compagnies aériennes et les hôteliers investiront moins tandis que les entreprises de high-tech seront poussées à augmenter leurs investissements.

Ce qui compte dans cet ajustement, c’est le différentiel d’évolution des salaires. Pour que les gens aient envie de travailler dans les secteurs d’avenir, il faut que les salaires proposés augmentent, et qu’ils baissent dans ceux qui souffrent. Or, il est concrètement quasi-impossible de baisser les salaires.

« Une inflation plus élevée peut faciliter l’ajustement de salaires », selon les quatre auteurs. Si les prix et les salaires augmentent globalement dans l’économie, certains secteurs peuvent modérer les salaires sans les baisser. Les autres augmenteront les rémunérations pour attirer les travailleurs. « Un surcroît temporaire d’inflation permet d’aider à gérer la transition sur le plan social », résume Philippe Waechter, chef économiste d’Ostrum Asset Management.

Dans un point de vue publié sur le site Project syndicate, l’économiste Dani Rodrik , professeur à Harvard, met toutefois en garde. « L’inflation temporaire n’est une solution acceptable que dans des conditions particulières : l’ajustement sectoriel est entraîné par des changements dans la demande des consommateurs, les salaires ne peuvent pas baisser et la relance monétaire ne doit pas empêcher le changement structurel en augmentant trop la rentabilité dans les secteurs qui doivent se contracter ». Les banques centrales sont prévenues.

2022: Un sursaut de la France est nécessaire ( maire de Cannes)

2022: Un sursaut de la France est nécessaire ( maire de Cannes)

Dans une interview à l’Opinion (extrait), le maire de Cannes déclare qu’il pourrait être candidat à la primaire envisagée cet automne. Avec son mouvement Nouvelle énergie, il travaille à un projet de gouvernement

 

Sur quoi se jouera la présidentielle de 2022 ?

Sur la présence ou non sur la ligne de départ d’une personnalité qui sera en mesure d’avoir une vision claire, un caractère fort et une détermination totale à mener une action résolue. La période actuelle présente un avantage. Comme il n’y a pas encore de cristallisation personnelle, cela permet de mettre dans le débat public les thèmes qui doivent mobiliser les Français pour les dix années à venir. Aujourd’hui il y a, selon moi, deux impératifs. Le premier est de faire émerger un diagnostic partagé. Oui, il y a un déclassement français. Notre déficit public est un très grave problème et on ne pourra pas continuer longtemps à dépenser deux fois plus que ce que l’on gagne comme actuellement. Notre déficit commercial et notre déclin industriel (la part de l’industrie manufacturière est passée de 18% du PIB à 10%, derrière l’Espagne), les ratés de notre modèle culturel et éducatif, les réalités de l’insécurité… sont des handicaps majeurs. Le second impératif est de sortir du fatalisme. « Cela a toujours été comme cela », » on n’y changera rien »… : c’est un discours qui existe à droite. Face à lui, nous devons montrer qu’une nouvelle espérance est possible. On peut être l’eldorado de l’Europe. La seule chose qui doit nous préoccuper est l’héritage que nous laisserons aux générations futures.

Quels sont les thèmes que vous voulez mettre au cœur du débat ?

La lutte contre la bureaucratie, d’abord. La réforme de l’Etat doit être la priorité des réformes. L’Etat est devenu inefficace et inorganisé. Il dilue les responsabilités et détruit de la richesse. Les tâches administratives représentent 7,7% du temps de travail. Revenir au niveau de notre allemand (3,7%) permettrait un gain de productivité de 22 milliards d’euros par an. Il faut remettre de l’efficacité dans le système et un principe de responsabilité à tous les échelons, tout comme il faut soulager le contribuable. Pour cela, il faudra partir du dynamisme entrepreneurial et local et mettre la subsidiarité au cœur de l’action publique.

Quels sont les autres sujets que vous voulez porter ?

Le déclassement éducatif m’inquiète beaucoup. Il faut faire en sorte que la France soit une grande puissance de l’instruction. Pour répondre au dérèglement climatique, il faut élaborer une stratégie scientifique, économique et politique, le contraire de la décroissance. La sécurité et la cohérence civilisationnelle doivent également être une priorité, donc la politique pénale et l’immigration. Enfin il faut réfléchir au fonctionnement de nos institutions. Quel que soit le Président, l’exécutif se retrouve très rapidement après son accession au pouvoir dans une spirale de l’échec. Emmanuel Macron en a été une nouvelle illustration. Il a même accéléré le phénomène avec sa gestion chaotique de la Covid. Un candidat à l’Elysée se présente toujours comme un super-héros qui va résoudre tous les problèmes des Français. Or, cela n’existe pas. Il faut sortir de cette infantilisation et remettre du bon sens…. Avec Nouvelle énergie, nous allons publier très bientôt les premières contributions des groupes de travail sur les institutions, la réforme de l’Etat, l’école. Sur tous les sujets, nous menons un travail de fond et élaborons des propositions destinées à constituer un projet de gouvernement.

Comment vous situez-vous par rapport à la primaire de la droite qui pourrait avoir lieu cet automne ?

Tout le monde est aujourd’hui conscient que l’on ne peut pas se permettre que la primaire ait lieu lors du premier tour de la présidentielle. A partir du moment où il n’y a pas de leadership évident, il faut bien qu’existe un processus de sélection afin de déterminer le mieux placé pour mener le travail qui n’a pas été fait depuis quarante ans.

Vous-même, pourriez-vous être candidat ?

Oui, comme d’autres. Mais ma préoccupation est ailleurs. Ce que je veux, c’est mettre dans le débat des thèmes et des propositions et que quelqu’un s’en empare. A ce stade, la priorité doit être le contenu plutôt qu’une démarche personnelle.

«Je veux sortir du débat sur les moyens de la fonction publique. Nous travaillons beaucoup sur la question de la motivation des fonctionnaires»

Et quelqu’un s’est-il d’ores et déjà emparé de ce que vous avez mis sur la table?

C’est encore trop tôt mais on peut noter des offres de qualité. Je trouve ce que produit Bruno Retailleau très cohérent et pertinent. La démarche de Michel Barnier est intéressante. Il est bien entouré ; son moratoire sur l’immigration, dont j’avais déjà parlé, est crédible. Valérie Pécresse a fait dès son entrée en campagne de la lutte contre la bureaucratie une priorité et j’en suis très heureux. La ligne de Laurent Wauquiez correspond le mieux à la sensibilité d’une grande partie de la droite. Xavier Bertrand est déterminé et professionnel…

Vous situez-vous dans la lignée de François Fillon en 2017 ?

Il y a beaucoup d’éléments communs ; c’est assez logique, j’étais dans ses équipes. Ce que je propose a été actualisé au regard de la situation actuelle et de mon vécu. Je mets aussi peut-être plus en avant la nécessité d’un redressement éducatif et scientifique. Nous devons libérer l’enseignement et mettre en place un modèle qui permette d’apporter de la raison critique à nos enfants et de leur apprendre à décoder le monde et pas simplement à coder l’informatique. Je veux également sortir du débat sur les moyens de la fonction publique. Nous travaillons beaucoup sur la question de la motivation des fonctionnaires. La France en compte plus de 5 millions, 33% des effectifs de la fonction publique se consacrent à des tâches administratives plutôt qu’à du service public en tant que tel. Si on passait à 25% comme en Allemagne, cela représenterait 450 000 agents libérés, donc permettrait à la fois de les valoriser, de renforcer le service aux usagers et d’alléger la charge sur les contribuables.

Emmanuel Macron est-il le favori de la prochaine présidentielle ?

Je ne suis pas un pronostiqueur mais un acteur engagé. En période de crise, un Président sortant a toujours potentiellement des atouts. On voit bien qu’Emmanuel Macron va jusqu’au bout surfer sur la crise de la Covid afin de tenter de maîtriser l’agenda politique. Il voudrait imposer son schéma : soit on serait avec lui, soit on serait un Gilet jaune extrémiste. Mais la vérité est plus subtile et le jeu plus ouvert. Nous sommes, comme en 1958, à un vrai virage. Les Français ont de plus en plus le sentiment qu’un sursaut est nécessaire. Soulever un espoir et les réconcilier avec la politique est possible à condition de ne pas faire du marketing et de la segmentation électorale. A nous de proposer une voie différente et forte.

Un rappel de vaccin nécessaire mais quand

Un rappel de vaccin nécessaire mais quand

Emer Cooke, la directrice exécutive de l’EMA exprime à son tour ses réticences sur la levée des brevets sur les vaccins. Elle se montre très prudente sur ce que sera la « nouvelle vie normale » après la vaccination. Mais estime que jusque-là, l’Europe s’est « en fait très, très bien débrouillée ». Elle indique qu’un rappel de vaccin sera vraisemblablement nécessaire mais se déclare incapable de dire quand. En fait des incertitudes scientifiques planent encore sur le temps de couverture voire même sur le champ de protection des vaccins actuels cela d’autant plus qu’on ne connaît pas les éventuels nouveaux variants qui pourraient surgir. Certains laboratoires affirment que le rappel devrait être annuel mais les études scientifiques n’ont pas encore démontré cette nécessité et ses modalités.

La réforme de l’assurance-chômage nécessaire

 La réforme de l’assurance-chômage nécessaire

 

Tribune

 

Les trois économistes Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo et François Fontaine défendent, dans une tribune au « Monde », la réforme de l’indemnisation des chômeurs qui entrera en vigueur le 1er juillet et soulève de vives protestations

. La couverture exceptionnelle de ce régime en France ne doit cependant pas faire oublier ses dérives. A la faveur de réformes successives voulues par les partenaires sociaux, le régime est aussi devenu une machine à fabriquer de la précarité, source de chômage et de déficits quasi permanents.

L’introduction du système d’activité réduite permet de travailler tout en étant indemnisé. Associé à l’ouverture de droits dès quatre mois de travail, à la règle de « 1 jour travaillé 1 jour indemnisé », à l’instauration du rechargement des droits dès qu’on reprend un emploi, ainsi qu’à un mode de calcul de l’allocation très favorable aux contrats courts, ce système a favorisé l’explosion des emplois précaires.

 

Il est désormais possible de gagner presque autant en travaillant la moitié des jours dans le mois qu’en travaillant à temps plein, et cela sans limitation de durée. Les employeurs le savent et n’ont plus aucun frein à offrir ce type de contrat. Depuis dix ans, le nombre de CDD de moins d’un mois a augmenté de 150 % ! On y recourt désormais dix fois plus qu’en Allemagne et cinq fois plus qu’au Danemark.

Une indemnisation qui reflète mieux la quotité de travail

La réforme du gouvernement, âprement contestée, vise à freiner cet emballement aussi coûteux qu’inéquitable. Le système actuel contrevient à une règle fondamentale qui veut qu’on ne gagne pas plus au chômage qu’en travaillant. L’allocation versée un mois donné est calculée actuellement sur la base des seuls jours travaillés, si bien qu’il est possible de percevoir à la fin du mois une allocation deux à trois fois plus élevée que son ancien salaire, à condition de n’accepter que des contrats courts !

Prenons une personne travaillant à mi-temps en CDI pendant un an, et une autre travaillant 15 jours par mois en CDD courts pendant un an. Dans ces deux configurations, la quotité de travail est la même. Une fois au chômage, l’allocation mensuelle est de 64 % du salaire mensuel antérieur pour la personne à temps partiel mais passe à 128 % – le double – dans le cas du CDD par intermittence. Et l’augmentation de revenu en entrant au chômage peut être encore plus élevée pour des durées de contrat plus courtes.

Covid-19 : une troisième dose nécessaire ?

Covid-19 : une troisième dose nécessaire ?

 

Une déclaration très importante du patron de Pfizer qui pourrait bouleverser tous les plans de vaccination mondiaux. En effet Albert Bourla, PDG de Pfizer, a déclaré qu’une troisième dose de son vaccin serait sans doute nécessaire et qu’ensuite la vaccination devrait devenir annuelle.

 

Une déclaration qui sans doute va concerner les autres vaccins. On risque de connaître un vaste embouteillage de vaccination vers la fin de l’année. Une situation qui pourrait se traduire par une très grande insuffisance de doses produites. En effet, vers la fin de l’année il conviendra de procéder à une deuxième vaccination pour un nombre important de personnes tout en continuant les premières vaccinations qui seront loin d’être terminées notamment dans les pays pauvres. Parallèlement il faudrait entamer les vaccinations assurant l’immunité pour l’année suivante.

 

En plus si les variants continuent d’évoluer à cette vitesse, il n’est pas impossible qu’à un moment donné les vaccins actuels se montrent incapables d’être opérationnels vis-à-vis du virus. Des vaccinations avec un nouveau vaccin pourraient alors être nécessaire.

 

Autant d’éléments qui mériteraient d’être pris en compte par les autorités médicales nationales et internationales.

 

Se pose en particulier la question de la durée de protection des vaccins actuels. «Nous ne savons pas tout à ce stade», a reconnu le Dr David Kessler, lors d’une audition devant les parlementaires américains. «Nous étudions la durée de la réponse des anticorps», a-t-il précisé. «Elle semble forte mais elle connaît une certaine baisse et les variants sont un défi».

Hirak algérien : Une médiatisation toujours nécessaire

Hirak algérien : Une médiatisation toujours nécessaire

 

Face à la répression des médias traditionnels menée par le pouvoir depuis le début du Hirak, escompter trouver au sein des médias Web de nouvelles armes libératrices serait hasardeux, estime le journaliste Belkacem Mostefaoui dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.
 Le formidable dispositif de répression sécuritaire déployé pour le contrôle de l’espace public des grandes agglomérations du pays, et Alger en leur épicentre, est réactivé ces dernières semaines, alors que la population renoue avec les marches pacifiques. Ce dispositif tente de camoufler deux batailles en cours menées par le pouvoir. 

La première est celle de faire « passer » les élections législatives du 12 juin, rejetées par l’opposition et largement ouvertes à une pléthore de partis sans ancrage réel dans la population.

La seconde relève de nouvelles recettes tendant à réduire toute voix dissonante dans les médias face à ce que de nombreux signes indiquent comme une restauration du régime autoritaire ébranlé par une large contestation nationale.

Domiciliés à l’étranger

L’adoption, en avril 2020, de la loi portant la révision du code pénal criminalise la diffusion de fausses nouvelles, et rogne sur les principes du droit. Des juristes [du Syndicat national des magistrats] observent notamment que cette loi constitue « une violation du principe de la légalité criminelle, qui stipule que les comportements punissables doivent être clairement et préalablement définis par la loi pour préserver les libertés et les droits fondamentaux ».

A sa suite, le décret du 25 novembre 2020 « fixant les modalités d’exercice de l’information en ligne » a pour objectif principal de faire asseoir la mainmise des pouvoirs publics sur ce nouveau secteur des médias déjà investi de dizaines d’initiatives de création de sites Internet, certains tolérés, d’autres méthodiquement brouillés d’accès dans le pays.

 

Souvent artisanaux en matière de ressources humaines et financières, ces sites sont en majeure partie domiciliés à l’étranger. Ils constituent de nouveaux vecteurs à des dissonances d’opinions et de nouvelles sources d’information sur le pays. D’où les fortes velléités des pouvoirs publics de les contrôler.

L’article 6 du décret dispose : « L’activité d’information en ligne est soumise [sic] à la publication à travers un site électronique dont l’hébergement est exclusivement domicilié physiquement en Algérie, avec extension de domaine dz ». Or, cette domiciliation dans le pays pose au moins trois lourds problèmes à gérer pour les entrepreneurs du secteur.

Monopole et coût

– Le premier est le contrôle souverain, et non identifié, régentant l’ensemble des médias nationaux. Le texte fait référence à une instance de régulation ad hoc à créer : on sait ce que peuvent réellement représenter ces instances préfabriquées en façade du pouvoir réel militaire, et d’abord en l’exemple de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), coquille vide depuis 2016.

Islamo-gauchisme: le débat est nécessaire

Islamo-gauchisme: le débat est nécessaire

Dans le champ des sciences sociales comme dans celui de la philosophie, les querelles universitaires sont constitutives des processus d’élaboration de nouveaux concepts, rappelle l’historien Vincent Troger dans une tribune au « Monde », et mériteraient un débat plus approfondi qu’indigné.

Tribune.

 

Au mois d’octobre 2020, Jean-Michel Blanquer a dénoncé l’influence d’un courant « islamo-gauchiste » qui se serait développé au sein de certains départements universitaires de sciences humaines et sociales. En janvier, la ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a renchéri dans le même sens. Ces déclarations ont provoqué une cascade de polémiques.

Pour qui veut tenter une analyse raisonnée de cette agitation, il faut d’abord rappeler que dans le champ des sciences sociales, et, avant leur naissance, dans celui de la philosophie ou même de la théologie, les querelles universitaires et les postures provocatrices qui les accompagnent ont toujours existé. Elles sont en fait constitutives des processus d’élaboration des nouveaux savoirs et des nouveaux concepts. Dans les universités médiévales, le mot latin « disputatio » (« dispute ») désignait d’ailleurs les épreuves au cours desquelles les universitaires de l’époque devaient convaincre public et jury de la légitimité de leurs thèses.

Sans remonter aussi loin, on peut rappeler les débats virulents qui ont agité les sciences humaines dans les années 1960-1980 : antagonismes entre historiens marxistes et non marxistes sur l’analyse de la Révolution française, conflits entre économistes libéraux, keynésiens ou marxistes à propos des évolutions du capitalisme, mouvement radical de déconstruction des savoirs établis en philosophie, littérature, sociologie ou linguistique derrière des auteurs comme Michel Foucault (1926-1984), Jacques Derrida (1930-2004) ou Pierre Bourdieu (1930-2002).

Intersectionnalité

Si on veut bien prendre le recul de l’histoire, on comprend assez vite que les affrontements contemporains autour de l’islamo-gauchisme s’inscrivent d’abord dans cette logique séculaire des antagonismes intellectuels qui accompagnent régulièrement l’émergence de nouvelles idées portées par de nouvelles générations d’universitaires.

Les accusations d’islamo-gauchisme visent en effet une nouvelle école de sociologie dite de « l’intersectionnalité ». Les chercheurs de ce courant se focalisent sur les discriminations ethniques ou de genre qu’ils analysent comme des mécanismes de domination à la fois masculine et raciale dans les démocraties libérales.

La dimension radicale de cette critique attire évidemment l’hostilité des défenseurs du système politique républicain, mais pas seulement. Car ces travaux remettent aussi en cause les thèses marxistes classiques, qui posent qu’en dernière analyse ce sont les questions de classes sociales qui sont déterminantes et qu’il n’y a pas de distinction à faire entre les travailleurs puisque toutes et tous, qu’ils soient hommes ou femmes, blancs, maghrébins ou noirs, hétérosexuels ou homosexuels, subissent la même injustice sociale.

Si on veut bien prendre le recul de l’histoire, on comprend assez vite que les affrontements contemporains autour de l’islamo-gauchisme s’inscrivent d’abord dans cette logique séculaire des antagonismes intellectuels qui accompagnent régulièrement l’émergence de nouvelles idées portées par de nouvelles générations d’universitaires.

Les accusations d’islamo-gauchisme visent en effet une nouvelle école de sociologie dite de « l’intersectionnalité ». Les chercheurs de ce courant se focalisent sur les discriminations ethniques ou de genre qu’ils analysent comme des mécanismes de domination à la fois masculine et raciale dans les démocraties libérales.

La dimension radicale de cette critique attire évidemment l’hostilité des défenseurs du système politique républicain, mais pas seulement. Car ces travaux remettent aussi en cause les thèses marxistes classiques, qui posent qu’en dernière analyse ce sont les questions de classes sociales qui sont déterminantes et qu’il n’y a pas de distinction à faire entre les travailleurs puisque toutes et tous, qu’ils soient hommes ou femmes, blancs, maghrébins ou noirs, hétérosexuels ou homosexuels, subissent la même injustice sociale.

Variants: une re-vaccination nécessaire ? (Union européenne)

Variants: une re-vaccination nécessaire ? (Union européenne)

 

 

 

L’ Union européenne qui a raté la première phase de vaccination avec des commandes complètement insuffisantes de vaccins tente de se racheter en essayant de prévoir l’évolution de la crise sanitaire du  fait de la progression des variants. Ainsi un dispositif de synergie de tous les acteurs médicaux et pharmaceutiques va être mis en place avec financements européens avec l’objectif de développer des capacités de production de ces vaccins de deuxième génération.

 

Il se pourrait bien en effet que la nature des nouveaux variants qui ne cesse d’évoluer nécessite une seconde vaccination.

L’optique est donc d’être prêts en cas de nouvelle vague liée aux variants. Malgré une campagne de vaccination implacable, le dérapage de la situation sanitaire au Royaume-Uni a inquiété en haut lieu. Et si la sortie de crise tant espérée en 2021 n’arrivait pas ? « Nous pourrions nous retrouver avec la nécessité de régulièrement revacciner les populations à risque. C’est un processus que nous maîtrisons avec la grippe. Il faut se préparer à le reproduire, si nécessaire, à plus grande échelle avec la Covid-19 », précise Ursula von der Leyen la présidente de la commission européenne.

Défaillance vaccin français : une remise en cause nécessaire

Défaillance vaccin français : une remise en cause nécessaire

 

A juste titre le président du Medef s’inquiète de l’incapacité de la France à produire un vaccin. La critique est justifiée mais on aimerait évidemment que le président du Medef soit aussi sévère vis-à-vis de la politique de Sanofi qui privilégie les profits à court terme et la distribution de dividendes au détriment de la recherche.

 

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé jeudi que c’était « le moment de se remettre en cause » pour le « pays de Pasteur », face à l’absence d’un vaccin français contre le Covid-19.

Dans le cadre d’un colloque dédié au progrès, l’organisation patronale a publié un sondage réalisé avec Odoxa mettant en avant les doutes -voire la défiance- des Français concernant les nouvelles technologies, l’innovation ou encore la science, un sentiment plus élevé que dans d’autres pays européens.

« Je n’irais pas jusqu’à dire que les difficultés de Sanofi, l’échec du vaccin Pasteur sont le syndrome de ce doute, car il y a une part de malchance dans la recherche médicale. Mais quand même, le pays de Pasteur qui n’arrive pas à être dans la course aux vaccins, est-ce qu’il y a un lien avec ce qui a distillé le principe de précaution dans la société? On peut se poser la question », s’est interrogé M. de Bézieux en introduction aux débats.

Citant « deux citoyens français, l’un Stéphane Bancel qui a créé Moderna, l’autre qui est le patron d’AstraZeneca » Pascal Soriot, il a estimé que « le génie français n’a pas disparu, simplement il est allé s’exprimer dans un autre contexte. Ca peut être une bonne nouvelle, ce qui est un peu inquiétant c’est qu’il n’y ait pas les mêmes à la maison, c’est qu’on n’ait pas aussi des Français qui soient restés en France dans des grandes entreprises pharmaceutiques ou des biotechs ».

« C’est quand même le moment de se remettre en cause là-dessus », a poursuivi Geoffroy Roux de Bézieux.

Trois vaccins – BioNTech/Pfizer, Moderna et AstraZeneca – ont à ce jour reçu un agrément des autorités européennes.

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

Coronavirus: une enquête nécessaire sur la confidentialité des vaccins

 

Ce n’est sans doute pas par hasard si nombre de responsables demandent que soit révélées les conditions confidentielles des contrats des vaccins passés par l’union européenne avec les laboratoires. La question des prix et des conditions de livraison est en cause mais pas seulement.

Comme certains pays en développement, il se pourrait aussi que les laboratoires aient  exigé d’être exonérés de toute responsabilité en cas de conséquences graves résultant directement ou indirectement de la vaccination.  Une manière pour les laboratoires d’éviter des poursuites judiciaires qui se traduisent parfois en cas de condamnation par des les amendes de plusieurs milliards.

“Nous venons d’ouvrir une enquête sur le refus de la Commission de donner accès au public aux documents concernant l’achat de vaccins contre le COVID-19”, a déclaré une porte-parole de la médiatrice européenne.

La commission, qui codirige avec les représentants des États membres les discussions avec les fabricants de vaccins, a déclaré que la confidentialité était importante pour permettre à l’UE de conclure de meilleurs accords avec les entreprises. La commission n’a pas été immédiatement disponible pour commenter l’enquête.

L’Observatoire de l’Europe industrielle (CEO) avait demandé l’accès au contrat signé avec AstraZeneca, le premier scellé par l’UE, et aux documents liés aux négociations sur les vaccins. La Commission a refusé la première demande et n’a pas statué sur la seconde, a déclaré la médiatrice.

“Compte tenu de l’intérêt public important que suscite cette affaire, je demande à la commission d’émettre une décision confirmative sur les deux demandes d’accès dès que possible et au plus tard le 11 février 2021”, a écrit la médiatrice dans une lettre adressée à l’exécutif européen vendredi.

Tout citoyen de l’UE peut faire appel au bureau de la Médiatrice pour enquêter sur une institution de l’UE pour cause de mauvaise administration.Les demandes de divulgation de documents peuvent être rejetées par les institutions de l’UE si la publication de certaines informations est considérée comme contraire à l’intérêt public.

Début janvier, la Commission a divulgué une version expurgée de son contrat relatif au vaccin anti-COVID-19 avec la société allemande CureVac, suite aux pressions exercées par les eurodéputés.

Une régulation nécessaire du «spéculatif» bitcoin pour Christine Lagarde

Une régulation nécessaire du «spéculatif» bitcoin pour Christine Lagarde

 

Petit à petit les Banques centrales se réveillent pour constater la spéculation relative des cryptomonnaies  comme le bitcoin. Il serait temps car cette spéculation est très malsaine et pourrait un jour en s’écroulant contaminer l’ensemble du système financier. Par ailleurs ,il y a l’enjeu stratégique de la souveraineté monétaire.

 

En effet les protagonistes des monnaies virtuelles entendent remettre en cause la souveraineté monétaire des pays. On n’y substituerait des cryptomonnaies  qui ne serait plus contrôlées par les Etats et donc aux mains des financiers et des spéculateurs.

 

Comme d’autres banquiers centraux ces derniers temps, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, appelle à un encadrement du bitcoin. La cryptomonnaie est un «actif spéculatif, qui a servi à des affaires bizarres et certaines activités de blanchiment d’argent totalement répréhensibles», a-t-elle déclaré, mercredi, lors d’une conférence organisée par l’agence Reuters. «Il doit y avoir une réglementation. Il faut l’appliquer et s’accorder sur ce point au niveau mondial car, s’il y a une échappatoire, celle-ci sera utilisée», a poursuivi la gardienne de l’euro.

 

Les évolutions du bitcoin ont reflété ces derniers jours ce caractère très spéculatif. Enfonçant les records les uns après les autres, il a dépassé successivement les 20.000, les 30.000 puis les 40.000 dollars, avant de plonger de quelque 20% dans la journée de lundi. Sur l’ensemble de l’année 2020, le cours du bitcoin a quadruplé.

Vaccin Coronavirus: une deuxième dose nécessaire par les 3 à 4 semaines

Vaccin Coronavirus: une deuxième dose nécessaire par les 3 à 4 semaines

Plusieurs pays ont décidé de n’appliquer pour l’instant qu’une seule dose pour couvrir un spectre plus large de la population. Normalement deux doses sont nécessaires. L’organisation mondiale de la santé recommande de ne pas trop éloigner les deux vaccinations du vaccin Pfizer “Nous avons délibéré et arrêté la recommandation suivante : deux doses de ce vaccin (Pfizer) dans les 21-28 jours”, a déclaré Alejandro Vravioto, président du Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination, lors d’une conférence de presse en ligne.

Pour les pays soumis à des contraintes exceptionnelles sur l’offre de vaccin, ce délai peut être prolongé de plusieurs semaines afin de “maximiser le nombre d’individus bénéficiant d’une première dose”, a-t-il ajouté.

Depuis son apparition à la fin 2019, le virus du Covid-19 a fait 1,85 million de morts dans le monde, pour un total supérieur à 85 millions de contaminations, selon les calculs de Reuters établis sur la base de données officielles.

Social– La réforme des retraites : «nécessaire» mais plus tard (Élisabeth Borne)

Social– La réforme des retraites : «nécessaire» mais plus tard (Élisabeth Borne)

 

 

Élisabeth borne, c’est un peu la voix de son maître, elle répète fidèlement la pensée de Macron sans y apporter la moindre touche personnelle. Ainsi a-t-elle déclaré que la réforme des retraites était nécessaire mais que ce n’était pas la priorité.  » peut-être en 2021 si l’environnement s’y prête »: Autant dire comme l’a déjà indiqué Macron et d’autres après 2022.

 

Dans ce contexte, la réforme est donc mise de côté, sans être abandonnée. Tout dépendra de «quoi 2021 sera faite» : «c’est une réforme importante, il faut que le contexte se prête à un dialogue social avec les organisations syndicales», a plaidé la ministre, avant d’ajouter que «notre pays a besoin de sérénité, d’apaisement». «je ne connais pas le climat économique et social du printemps prochain», a avancé la ministre.

La réforme des retraites : «nécessaire» mais plus tard (Élisabeth Borne)

La réforme des retraites : «nécessaire» mais plus tard (Élisabeth Borne)

 

 

Élisabeth borne, c’est un peu la voix de son maître, elle répète fidèlement la pensée de Macron sans y apporter la moindre touche personnelle. Ainsi a-t-elle déclaré que la réforme des retraites était nécessaire mais que ce n’était pas la priorité.  » peut-être en 2021 si l’environnement s’y prête »: Autant dire comme l’a déjà indiqué Macron et d’autres après 2022.

 

Dans ce contexte, la réforme est donc mise de côté, sans être abandonnée. Tout dépendra de «quoi 2021 sera faite» : «c’est une réforme importante, il faut que le contexte se prête à un dialogue social avec les organisations syndicales», a plaidé la ministre, avant d’ajouter que «notre pays a besoin de sérénité, d’apaisement». «je ne connais pas le climat économique et social du printemps prochain», a avancé la ministre.

 » RSA dès 18 ans : nécessaire ? « 

«   RSA dès 18 ans : nécessaire ? « 

 

Les jeunes, durement touchés par les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, ne peuvent bénéficier de la solidarité nationale avant 25 ans. Dans une tribune au « Monde », seize représentants d’organisations de jeunesse dénoncent une exception injustifiable.

 

Tribune. 

 

Depuis la première vague de la pandémie de Covid-19, la France est plongée dans une crise économique sans précédent. Les jeunes comptent au nombre des premières victimes. Si la fragilité de cette population n’est pas un fait nouveau, les crises sanitaires et économiques ont amplifié ce phénomène de paupérisation. Plus souvent en contrats précaires, plus souvent en période d’essai et durement exposés au travail ubérisé, les jeunes sont les premières et premiers à subir les effets de la crise économique sur l’emploi. Au dernier trimestre 2020, près d’un jeune sur quatre est au chômage. A celles et ceux qui ont perdu leur emploi s’ajoutent les centaines de milliers d’autres arrivés en septembre au terme de leur formation sur un marché de l’emploi saturé et dégradé. Ne disposant d’aucune épargne et étant exclus des mécanismes de solidarité nationale, ces jeunes sont plus vulnérables à la perte de revenu et ils sont de plus en plus nombreuses et nombreux à tomber dans la grande précarité.

Face à ce contexte inédit, le gouvernement a lancé le 23 juillet le Plan 1 jeune, 1 solution. Manifestement, celui-ci n’est pas à la hauteur. Faute de solutions, de nombreux jeunes se retrouvent sans emploi ni formation et surtout sans aucun revenu. Et pour cause, ce plan ne propose pas suffisamment de solutions, et les mesures ne prévoient que des contrats précaires sans aucun mécanisme d’accompagnement. Après plusieurs mois, force est de constater que le plan d’urgence du gouvernement ne fonctionne pas. La situation est pire que celle de l’été dernier. Le nombre de jeunes en recherche d’emploi augmente drastiquement et le nombre des moins de 25 ans vivant sous le seuil de pauvreté ne cesse de croître alors même que des impacts de la crise économique actuelle sur l’emploi sont encore à venir.

La majorité est fixée à 18 ans depuis plusieurs décennies. Les jeunes de 18 à 25 ans peuvent voter, se salarier, payer des cotisations, être prélevés de l’impôt sur le revenu, mais se voient pourtant refuser l’accès au RSA. Cette exception est injustifiable et doit cesser.

Bien que n’étant pas l’alpha et l’oméga d’une politique jeunesse, l’ouverture du RSA pour les moins de 25 ans représente un filet de sécurité nécessaire au vu du contexte. Non seulement cette mesure permettrait d’éviter qu’un trop grand nombre de jeunes ne tombent dans l’extrême précarité, mais elle doit également permettre d’accompagner l’ensemble de ces jeunes vers des mécanismes d’insertion professionnelle ou de formation. Les mécanismes d’accompagnement du RSA doivent ainsi être renforcés et permettre de sécuriser davantage les parcours de vie. En plus d’apporter une sécurité financière, il doit permettre d’amener les jeunes vers une sécurité d’emploi ou de formation.

Achats de dettes par la BCE: « hypocrisie nécessaire ? »

Achats de dettes par la BCE:  « hypocrisie nécessaire ? »

 

La Banque centrale européenne a acheté près des trois-quarts des dettes émises par les gouvernements pendant la pandémie, observe Eric Albert, correspondant au « Monde » à Londres. Mais officiellement, il ne s’agit pas de financement monétaire.

 

L’auteur convient quand même que l’hypothèse d’une crise financière n’est pas à exclure avec la remontée de l’inflation qui se produira un jour ou l’autre. Un sujet qu’on pousse actuellement sous le tapis avec la poussière ! (NDLR)

 

Chronique.

 

La Banque centrale européenne (BCE) a été, une fois de plus, la clé de voûte de l’économie depuis le début de la pandémie. En annonçant un programme d’achat de dettes à hauteur de presque 1 500 milliards d’euros, l’institution de Francfort a agi de façon déterminée et nécessaire. A sa prochaine réunion le 10 décembre, elle devrait encore élargir cette enveloppe, sans doute de 500 milliards d’euros supplémentaires.

Cette intervention a calmé la tempête sur les marchés financiers au printemps, puis a permis aux Etats de s’endetter à bas coût. Aujourd’hui, et c’est sidérant quand on pense aux sommes gigantesques émises par les gouvernements, la France se finance à un taux d’intérêt à dix ans de − 0,3 %, l’Allemagne à − 0,6 %, l’Espagne et le Portugal sont juste au-dessus de 0 %, et l’Italie à 0,6 %.

Soyons clair, c’est une excellente chose. Sinon, jamais il n’aurait été possible de financer le chômage partiel et les nombreuses mesures d’urgence. Un chiffre résume le rôle essentiel de la BCE : elle a acheté près des trois quarts des dettes émises par les Etats de la zone euro depuis le début de la crise. C’est la définition même de l’expression « faire tourner la planche à billets ». Les pays européens – c’est vrai aussi au Japon, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis – sont financés par leur banque centrale. Les économistes appellent ça du « financement monétaire ».

Mais, attention, jamais la BCE ne reconnaîtra s’adonner à un tel exercice, car le financement monétaire est interdit par les traités européens. L’article 123 du traité de Lisbonne est explicite : « L’acquisition directe (…) par la Banque centrale européenne (…) des instruments de [la] dette [des Etats] est également interdite. »

Pour faire semblant de suivre les règles, la BCE utilise deux stratagèmes. D’abord, elle n’achète pas les obligations directement auprès des Etats, mais uniquement sur le marché secondaire, auprès des investisseurs privés. Dans un jugement très important, la Cour de justice de l’Union européenne avait estimé en 2018 que cette action était légale.

Par ailleurs, pour expliquer son intervention, la BCE se retranche derrière son mandat officiel, qui est de conserver l’inflation juste en dessous de 2 %. Celle-ci est aujourd’hui négative. Christine Lagarde explique donc que les achats de dette sont destinés à faire remonter l’inflation.

Tout cela relève d’une jolie hypocrisie, nécessaire pour pouvoir agir. Celle-ci peut, dans les conditions actuelles, continuer longtemps. Mais si l’inflation revenait ? « On serait mal », résume Eric Dor, directeur des études économiques à l’école de commerce Ieseg. Il serait difficile pour la BCE de continuer à acheter des dettes par milliards.

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Concernant le prolongement éventuel du chômage partiel «pour l’instant ce n’est pas prévu», a affirmé ce jeudi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. La preuve sans doute que le ministre sous-estime complètement l’importance de la chute économique. Il est évident que cette prolongation est nécessaire,  elle est incontournable. On sait que l’année 2020 va se terminer avec 1 million de chômeurs supplémentaires alors que le Premier ministre n’a annoncé pour 2021 que la création de 160 000 emplois. Un chiffre par ailleurs complètement fantaisiste comme tous les chiffres de création d’emplois. Le dispositif de chômage partiel aura coûté 30 à 40 milliards. Il a permis d’éviter une hécatombe en matière de chômage. Il convient évidemment de le prolonger en 2021. Ils devraient constituer le cœur du dispositif d’urgence pour sauver entreprises et emplois. L’expression « si nécessaire » pour la prolongation du chômage partiel témoigne bien de la sous-estimation de la gravité de l’environnement économique français

 «Pour les secteurs les plus exposés -l’hôtellerie, les cafés, les restaurants, l’événementiel- jusqu’à la fin de l’année il y a aura du chômage partiel. Si après il faut le maintenir nous le maintiendrons», a lancé le ministre sur France 2, quelques heures après la présentation du plan de relance de l’économie de 100 milliards d’euros. «Pour l’instant ce n’est pas prévu mais nous avons toujours répondu présent», a-t-il ajouté, en évoquant «cette angoisse de millions de Français pour leur emploi». Mis en place dès le début du confinement mi-mars, le système de chômage partiel, limité à six mois, prévoit l’indemnisation de 84% du salaire net pour le salarié (72% à partir d’octobre).

Mutation écologique : nécessaire et avec raison

Mutation écologique : nécessaire et avec raison

 

 

Jérôme Batout, Philosophe et économiste, Michel Guilbaud, ancien directeur général du Medef estiment, dans une tribune au « Monde », que la nécessaire mutation écologique doit être menée avec prudence.(Extrait)

 

 

« La question environnementale, pour franchir le seuil critique qui la fait basculer dans l’histoire, avait besoin d’un événement. La crise du Covid-19 est cet événement : soudain, global, dangereux.

Jusque-là, nous avions le sentiment d’avoir atteint un niveau de contrôle presque total sur la nature. Or, celle-ci nous a dominés à nouveau. Sur le plan symbolique, elle a repris la main sur les hommes, leur envoyant un ultime avertissement. Beaucoup plus efficace que des catastrophes localisées, comme les incendies ou les inondations, et même que le changement climatique, dont les effets sont lents et moins tangibles pour beaucoup. Le principe d’un événement est qu’il sépare irrémédiablement un avant d’un après. Quel est le potentiel politique de ce changement ?

Pour la première fois dans son histoire, l’humanité s’est trouvée au même moment tout entière face au même problème biologique : cette crise sanitaire, qui met tous les hommes face à un seul virus, est un événement qui s’inscrit non pas dans l’histoire des hommes entre eux, mais dans l’histoire des hommes avec la nature. Si bien que la seule conséquence de long terme de la crise liée au Covid-19 dont nous soyons déjà sûrs est le tournant écologique.

Le sommet européen de juillet a montré que l’Europe était enfin capable de faire preuve d’audace. Pour permettre un plan de relance d’une ampleur inédite, elle va plus loin dans son intégration en mutualisant une dette au niveau continental. En parallèle, s’affirme aussi l’audace d’un continent qui s’apprête à précéder tous les autres dans la transformation écologique de son économie.

Des trois principales zones mondiales – Amériques, Asie, Europe –, une seule semble pour le moment avoir pris une option écologique très forte : l’Europe. Et précisons, à l’intérieur de l’Europe, la France. Il faut reconnaître à notre nation un goût pour l’histoire, et donc une certaine aptitude à ressentir le changement d’atmosphère. Il est donc finalement revenu à Emmanuel Macron d’affirmer et d’expliciter le 14 juillet – et c’est l’élément le plus novateur de son interview – ce à quoi songe une partie de l’Europe : « On peut, en France, redevenir une grande nation industrielle grâce et par l’écologie. »

Cette option est un pari historique. Et il ne s’agit pas d’un pari pascalien au sens où ce pari, lui, ne sera pas gagnant à tous les coups. Dans une économie mondialisée, où les Etats-Unis et la Chine veulent repartir immédiatement – et c’est déjà le cas pour la Chine –, l’Europe prend le temps de la méditation historique. C’est séduisant. Elle est dans son rôle.

Renault : nationalisation pas nécessaire ? (Sénart)

Renault : nationalisation pas nécessaire ? (Sénart)

 

Comme pour d’autres très grandes sociétés notamment Air France, le patron de Renault affirme que la nationalisation n’est pas nécessaire . (Notons que les très  libéraux britanniques envisagent de nationaliser British Airways et d’autres compagnies aériennes).  Cette hypothèse n’a pourtant pas été exclue par le ministre de l’économie. On peut comprendre la contradiction entre ces deux prises de position. D’un côté,  il y a l’intérêt général porté par le ministre de l’économie et des finances qui constate que l’écroulement de la valeur des capitalisations d’entreprises stratégiques les fragilise. Ces entreprises  risquent  tout simplement compte tenu de leur sous cotation actuelle d’être rachetées par des fonds étrangers qui  pourraient alors s’approprier des technologies, un portefeuille commercial voir le moment venu délocaliser les sites de France.

Du point de vue du patron de Renault, il s’agit d’empêcher la panique chez les actionnaires qui dans l-hypothèse  de la nationalisation pourraient être encouragés à se débarrasser rapidement de leurs action. Mécaniquement, cela ferait s’écrouler encore un peu plus la valeur de ces titres.

 

Pour certaines grandes entreprises comme Renault et d’autres, la valeur de la capitalisation s’est écroulée de 50 à 70 %. Bref des entreprises qui compte  tenu de cette valeur pourraient être rachetées pour une bouchée de pain aujourd’hui. C’est le cas de Renault actuellement qui subit une double crise celle du Corona virus et la crise structurelle de tout le secteur économique mondial. Renault pourrait solliciter des garanties auprès de l’Etat pour faire face à l’impact de l’épidémie de coronavirus, déclare dans un entretien au Parisien son président Jean-Dominique Senard qui écarte en revanche le scénario d’une renationalisation.

Comme le reste du secteur, le constructeur français fait face au double défi du plongeon de ses commandes et de l’arrêt de ses usines en Europe face à la propagation de l’épidémie dans la région.“Nous vivons une des épreuves les plus difficiles de notre histoire”, déclare le président du conseil de Renault dans l’entretien publié dimanche.

Vingt-et-un sites industriels du groupe sont désormais fermés dont 12 en France et quatre en Espagne notamment, ce qui représente 60.000 salariés à l’arrêt, précise-t-il, ajoutant que le constructeur doit faire face à un plongeon “spectaculaire” de ses commandes, “parfois jusqu’à 90%”.

“Comme pour toutes les entreprises françaises, la question de la trésorerie se pose donc”, explique-t-il, ajoutant que le constructeur travaille sur différent scenarii pour les prochaines semaines. Prié de dire si Renault pourrait solliciter un prêt de l’Etat, Jean-Dominique Senard répond : “Nous pourrions solliciter des garanties auprès de l’Etat, comme d’autres entreprises”.

Il ajoute en revanche qu’une renationalisation temporaire “n’est pas à l’ordre du jour”.

LBD : dangereux pour De Rugy quand il est dans l’opposition, nécessaire quand il est au pouvoir

LBD : dangereux pour De Rugy quand il est dans l’opposition, nécessaire quand il est au pouvoir

On sait que de Rugy, actuel ministre de l’environnement, ancien président de l’Assemblée nationale est l’archétype du politique  prêt à changer de position selon le pouvoir en place et la position qu’il occupe. C’est aussi l’un des champions de la langue de bois, sorte de perroquet qui ne s’écarte pas d’un iota de la ligne gouvernementale. Pour résume : le charisme d’une planche à repasser, un champion de la brosse à reluire et l’intelligence d’un bardot. Bref, ce que produit de pire la politique : des professionnels qui ont transformé la fonction élective en métier quitte à se renier. Ainsi par exemple François de Rugy qui défend l’utilisation des lanceurs de balles de défense entre (LBD) arme de quatrième catégorie en demandait l’interdiction quand il était dans l’opposition il y a une dizaine d’années.

. Le 22 juillet 2009, le député De Rugy d’EELV avait même déposé, avec Noël Mamère et Yves Cochet, loi pour «interdire l’utilisation d’armes de 4ème catégorie par la police ou la gendarmerie contre des attroupements ou manifestations». Ce qui équivaut au «LBD». À l’époque, l’élaboration du texte – qui ne sera finalement jamais examiné par les députés dans l’hémicycle – survenait après la blessure à l’œil d’un homme au Flash-ball, à Montreuil (93). . «Ces armes qui équipent l’armée, la police nationale et la gendarmerie françaises depuis plusieurs années, tels le lanceur de balles de défense, dit Flash-ball, ou les pistolets à impulsion électronique (…) sont devenus une source permanente de bavures, de dérives et de troubles à l’ordre public», peut-on lire. Une interdiction aurait permis, selon les trois signataires, de «protéger le droit imprescriptible de manifester et le droit d’expression des mouvements sociaux qui ne peuvent être soumis à une pression policière tendant à les marginaliser». Le texte n’a pas pris une ride et pourrait, sans aucun doute, être aujourd’hui porté par un groupe de l’opposition.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol