Archive pour le Tag 'Navalny'

Politique–La corruption , principal sujet international (Alexeï Navalny )

Politique–La corruption ,   principal sujet international (Alexeï Navalny   )

 

Victime d’une tentative d’empoisonnement le 20 août 2020, et aujourd’hui emprisonné, l’opposant russe et militant anticorruption propose, dans une tribune au « Monde » également publiée par la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » et « The Guardian » de  lutter contre la cupidité des dirigeants autocrates.(extrait

 

J’ai été empoisonné par une arme chimique il y a exactement un an et je ne suis pas mort. La corruption a, semble-t-il, joué un rôle non négligeable dans cette issue heureuse : elle a sapé de l’intérieur le système étatique, et donc aussi les services secrets. Une équipe du FSB [les services russes de sécurité intérieure] a mis un agent neurotoxique sur mes sous-vêtements de façon peu professionnelle. On m’avait pris en filature depuis trois ans et demi avec la même absence de professionnalisme, en violant toutes les instructions, ce qui a permis à des enquêteurs indépendants de démasquer tout le groupe. Quand les chefs sont occupés à offrir une protection mafieuse au monde des affaires et à extorquer des fonds, la qualité des opérations secrètes en souffre inéluctablement.

Un régime reposant sur la corruption exécute très bien, en revanche, des tâches plus simples. Les autocrates qui souhaitent dépouiller leur peuple prennent le contrôle, en premier lieu, du système judiciaire, et celui-ci travaille parfaitement sur le mode « un prêté pour un rendu ». C’est pourquoi, quand je suis rentré en Russie [en janvier] après avoir été soigné, j’ai été envoyé en prison dès ma sortie de l’avion. Il n’y a là pas grand-chose d’agréable, mais au moins ai-je le temps de lire les mémoires de dirigeants du monde entier.

Ceux-ci racontent comment ils ont entrepris de régler les principaux problèmes de l’humanité : les guerres, la pauvreté, les migrations, le changement climatique, les armes de destruction massive. Ces sujets sont considérés comme de « première importance ». Mais ces dirigeants ne mentionnent pas souvent la lutte contre la corruption. Rien d’étonnant : c’est une question « d’importance secondaire ».

En revanche – et c’est frappant –, ces leaders parlent presque toujours de corruption quand ils évoquent des échecs. Les leurs et (le plus souvent) ceux de leurs prédécesseurs : « Nous avons consacré des années, des centaines de milliards de dollars et des milliers de vies humaines à l’Irak, à l’Afghanistan, au Mali, où vous voulez, mais, à cause de ses pillages, le gouvernement corrompu de Nouri Al-Maliki, Hamid Karzaï, Ibrahim Boubacar Keïta, qui vous voulez, a vu le peuple se détourner de lui et a permis que des radicaux armés de slogans sur un pouvoir juste et honnête l’emportent. »

Et là, une question évidente se pose : puisque la corruption nous empêche de régler les problèmes « de première importance », le moment n’est-il pas venu de la mettre tout en haut de cette liste de problèmes ?

La corruption , principal sujet international (Alexeï Navalny )

 La corruption ,   principal sujet international (Alexeï Navalny   )

 

Victime d’une tentative d’empoisonnement le 20 août 2020, et aujourd’hui emprisonné, l’opposant russe et militant anticorruption propose, dans une tribune au « Monde » également publiée par la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » et « The Guardian » de  lutter contre la cupidité des dirigeants autocrates.(extrait

 

J’ai été empoisonné par une arme chimique il y a exactement un an et je ne suis pas mort. La corruption a, semble-t-il, joué un rôle non négligeable dans cette issue heureuse : elle a sapé de l’intérieur le système étatique, et donc aussi les services secrets. Une équipe du FSB [les services russes de sécurité intérieure] a mis un agent neurotoxique sur mes sous-vêtements de façon peu professionnelle. On m’avait pris en filature depuis trois ans et demi avec la même absence de professionnalisme, en violant toutes les instructions, ce qui a permis à des enquêteurs indépendants de démasquer tout le groupe. Quand les chefs sont occupés à offrir une protection mafieuse au monde des affaires et à extorquer des fonds, la qualité des opérations secrètes en souffre inéluctablement.

Un régime reposant sur la corruption exécute très bien, en revanche, des tâches plus simples. Les autocrates qui souhaitent dépouiller leur peuple prennent le contrôle, en premier lieu, du système judiciaire, et celui-ci travaille parfaitement sur le mode « un prêté pour un rendu ». C’est pourquoi, quand je suis rentré en Russie [en janvier] après avoir été soigné, j’ai été envoyé en prison dès ma sortie de l’avion. Il n’y a là pas grand-chose d’agréable, mais au moins ai-je le temps de lire les mémoires de dirigeants du monde entier.

Ceux-ci racontent comment ils ont entrepris de régler les principaux problèmes de l’humanité : les guerres, la pauvreté, les migrations, le changement climatique, les armes de destruction massive. Ces sujets sont considérés comme de « première importance ». Mais ces dirigeants ne mentionnent pas souvent la lutte contre la corruption. Rien d’étonnant : c’est une question « d’importance secondaire ».

En revanche – et c’est frappant –, ces leaders parlent presque toujours de corruption quand ils évoquent des échecs. Les leurs et (le plus souvent) ceux de leurs prédécesseurs : « Nous avons consacré des années, des centaines de milliards de dollars et des milliers de vies humaines à l’Irak, à l’Afghanistan, au Mali, où vous voulez, mais, à cause de ses pillages, le gouvernement corrompu de Nouri Al-Maliki, Hamid Karzaï, Ibrahim Boubacar Keïta, qui vous voulez, a vu le peuple se détourner de lui et a permis que des radicaux armés de slogans sur un pouvoir juste et honnête l’emportent. »

Et là, une question évidente se pose : puisque la corruption nous empêche de régler les problèmes « de première importance », le moment n’est-il pas venu de la mettre tout en haut de cette liste de problèmes ?

Russie–Navalny transféré à l’hôpital

Russie–Navalny transféré à l’hôpital

Devant la dégradation sanitaire de l’opposant russe,. le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a demandé aux autorités russes et obtenues que Navalny, transféré lundi dans l’hôpital de la prison, ait un «accès immédiat» à des médecins en lesquels «il ait confiance».

 

Joe Biden de son côté a promis des «conséquences» pour la Russie en cas de mort de Navalny.

 

.Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a demandé de manière «urgente» aux autorités russes de fournir un «traitement médical adéquat» à Navalny, qui souffre des séquelles de son empoisonnement, d’une hernie discale et des conséquences de sa grève de la faim. Cependant les sanctions envisageables contre la Russie divisent les Européens notamment celles qui signeraient la mort du gazoduc Nord Stream 2 ou viseraient les avoirs financiers des dirigeants russes à l’étranger.

 

En grève de la faim Navalny en danger

En grève de la faim Navalny en danger

Assuré désormais de pouvoir exercer le pouvoir jusqu’à 85 ans, Poutine– qui en a 68– assume désormais totalement la torture qu’il fait subir au principal opposant Navalny. D’abord empoisonné, ce dernier est maintenant emprisonné dans les pires conditions pour avoir manqué un contrôle judiciaire !

 

Jusqu’à maintenant c’est assez mollement que les occidentaux ont réagi notamment l’Allemagne qui au contraire ne cesse de multiplier les occasions de collaborer davantage avec la Russie. Dernier exemple l’insistance de l’Allemagne à vouloir utiliser le vaccin Spoutnik russe.

Navalny, 44 ans, un opposant de premier plan au président russe Vladimir Poutine, a annoncé une grève de la faim la semaine dernière pour protester contre ce qu’il a dit être le refus des autorités pénitentiaires de le traiter correctement pour des douleurs aiguës au dos et aux jambes. Il se remet de ce que les médecins disent être une intoxication aux agents neurotoxiques qui s’est produite avant d’aller en prison en février pour purger deux ans et demi.

Son avocat, Vadim Kobzev, lui a rendu visite mercredi dans la colonie pénitentiaire qui le détenait dans la région de Vladimir à l’est de Moscou et a déclaré que Navalny avait reçu un diagnostic de hernie discale.

«Alexei se promène. Il ressent de la douleur en marchant. Il est très préoccupant que la maladie progresse clairement en termes de perte de sensation dans ses jambes, ses paumes et ses poignets », a tweeté Kobzev.

Dans une publication sur Instagram, Navalny a déclaré que les autorités pénitentiaires tentaient de saper sa grève de la faim en faisant rôtir du poulet près de lui.

Navalny, qui a été transféré dans un service médical de la prison, s’est plaint d’une température élevée et d’une mauvaise toux.

Kobzev a déclaré que sa température oscillait et avait atteint 39 degrés Celsius (102 degrés Fahrenheit) lundi, bien qu’elle soit tombée à 37 degrés Celsius (98,6 degrés Fahrenheit) mercredi.

Navalny s’est plaint de douleurs aiguës au dos et aux jambes et a accusé les autorités de lui avoir refusé l’accès à son médecin choisi et de refuser de lui fournir le bon médicament pour une condition qu’il a plaisantée sombrement pourrait le priver de l’utilisation des deux jambes.

La Maison Blanche a déclaré mercredi que les informations selon lesquelles la santé de Navalny se détériorait étaient inquiétantes et a exhorté les autorités russes à assurer sa sécurité et sa santé.

Le groupe de défense des droits humains Amnesty International a déclaré mercredi plus tôt que Navalny avait été incarcéré dans des conditions qui s’apparentaient à de la torture et pourrait lentement le tuer.

Moscou a jeté le doute sur son empoisonnement et dépeint Navalny comme un fauteur de troubles soutenu par l’Occident déterminé à déstabiliser la Russie.

La vie de Navalny menacée par Poutine

 La vie de Navalny menacée par Poutine

 

Sans doute conforté par le projet de décret qui permet à Poutine d’exercer son mandat pendant encore 18 ans (il a 68 ans et pourra demeurer le tsar dictateur jusqu’à 85 ans !), Le pouvoir russe renforce encore les mesures répressives à l’égard d’un des rares opposants à savoir Navalny actuellement emprisonné dans les conditions inhumaines. Visiblement,  Poutine ne pardonne pas à Navalny  d’avoir révélé les énormes détournements de fonds publics du dictateur.

Amnesty International a déclaré que Navalny, qui avait été empoisonné l’année dernière avec un agent neurotoxique de qualité militaire, était maintenant victime de privation de sommeil et n’avait pas accès à un médecin en qui il pouvait avoir confiance en prison.

«La Russie, les autorités russes, le placent peut-être dans une situation de mort lente et cherchent à cacher ce qui lui arrive», a déclaré à Reuters Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, avant la publication du rapport annuel du groupe.

«De toute évidence, les autorités russes violent ses droits. Nous devons faire plus », a-t-elle déclaré. «(Ils) ont déjà tenté de le tuer, ils le détiennent maintenant et imposent des conditions de prison, ce qui équivaut à de la torture.»

Navalny a entamé une grève de la faim la semaine dernière pour tenter de forcer la prison qui le détenait à l’extérieur de Moscou à lui fournir des soins médicaux appropriés pour ce qu’il disait être une douleur aiguë dans le dos et les jambes.

Navalny à l’isolement

Navalny à l’isolement

 

 

la répression s’accentue encore vis à vis de l’opposant principal à Poutine; L’opposant russe Alexeï Navalny a annoncé lundi qu’il pourrait être placé à l’isolement à la suite de plusieurs infractions mineures que lui reproche l’administration pénitentiaire.

Le principal opposant à Vladimir Poutine, condamné début février à deux ans et huit mois de prison dans une affaire remontant à 2014, a été envoyé à la fin du mois dernier dans la colonie pénitentiaire IK-2, à une centaine de kilomètres à l’est de Moscou.

Sur son compte Instagram, Alexeï Navalny dit avoir reçu six réprimandes en l’espace de deux semaines, précisant que deux réprimandes suffisent à justifier un séjour à l’isolement. Son cas doit être examiné par un tribunal au sein de la prison, a-t-il ajouté.

Agé de 44 ans, l’opposant à Vladimir Poutine s’est plaint ces derniers jours de torture par privation de sommeil et a demandé à pouvoir recevoir la visite d’un médecin civil en raison d’importantes douleurs au dos et à la jambe, une requête rejetée par l’administration pénitentiaire.

Alexeï Navalny, qui s’est fait connaître en pourfendeur de la corruption dans les hautes sphères de l’Etat, a été soigné pendant cinq mois en Allemagne après avoir été empoisonné à l’aide d’un agent neurotoxique lors d’un voyage en Sibérie l’été dernier.

Il est revenu en Russie en janvier, où il a été immédiatement placé en détention provisoire avant sa condamnation début février pour violation de sa liberté conditionnelle.

Le tribunal l’a condamné à trois ans et demi de prison, une peine ramenée à deux ans et huit mois en raison de la durée d’assignation à résidence qu’il avait effectuée dans la même affaire de détournement de fonds.

La détérioration de la santé de Navalny : Poutine veut tuer l’opposant actuellement en prison

  • La détérioration de la santé de Navalny : Poutine veut tuer l’opposant actuellement en prison
  • Rien évidemment ne justifie que le principal opposant à Poutine à savoir Navalny  ne soit détenu dans l’une des prisons les plus dures de Russie sinon la volonté de le tuer. Ce qui serait une seconde tentative après l’échec de son empoisonnement. Le pire, c’est que Navalny  a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir dérogé à son contrôle judiciaire. Or ce contrôle judiciaire n’a pas pu être respecté puisque l’intéressé était en Allemagne et luttait  contre la mort après la tentative d’empoisonnement par les services secrets de Poutine. 
  • Jusque-là les occidentaux ont protesté mais de façon assez formelle et on sait que Poutine ne connaît que la force et la brutalité!  lui,  le produit du KGB. La mollesse de la protestation occidentale vient largement de la position ambiguë de l’Allemagne vis-à-vis de la Russie. L’Allemagne en effet attend avec impatience le gaz russe dont les infrastructures sont en phase terminale. Poutine ne pardonne pas navalny d’avoir dévoilé qu’il était propriétaire d’un immense palais aux frais d’un peuple qu’il maintient dans un état de pauvreté lamentable.  Olga Mikhaïlova, l’une des avocates du principal détracteur du Kremlin, a indiqué à l’AFP que Alexeï Navalny se plaignait depuis peu de «fortes douleurs au dos», ajoutant qu’il avait commencé à ne plus sentir l’une de ses jambes mardi. L’opposant a pu voir un neurologue mais celui-ci ne lui a pas dit son diagnostic, se contentant de lui donner des cachets d’Ibuprofen, un médicament anti-inflammatoire.
  • Militant anticorruption et principal opposant au président Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, 44 ans, a survécu l’année dernière à un empoisonnement au Novitchok, agent innervant développé à l’époque soviétique à des fins militaires, qui l’avait plongé dans le coma. Revenu en Russie en janvier dernier d’une convalescence en Allemagne, il a été immédiatement arrêté et condamné dans une affaire de fraude datant de 2014, qu’il dénonce comme politiquement motivée. Depuis son arrivée au camp de Pokrov, Alexeï Navalny a pu décrire sur les réseaux sociaux à deux reprises ses conditions de détention, affirmant que sa vie quotidienne de prisonnier est comparable à celle d’un «Stormtrooper» dans le «remake russe de La Guerre des étoiles» à cause de la rigide discipline en place. Il a comparé sa colonie pénitentiaire à un «camp de concentration».

Poutine déstabilisé par Navalny ?

Poutine déstabilisé par Navalny ? 

 

Nicolas Tenzer, Sciences Po (*) évoque l’impact de l’affaire Navalny sur la Russie et les politiques thématiques dans une chronique à la Tribune.

Il est parfois soutenu que l’affaire Navalny – son empoisonnement par le FSB, son arrestation à son retour à Moscou, puis sa condamnation à plus de deux ans et demi en colonie pénitentiaire – aurait été l’occasion d’une prise de conscience, chez certains dirigeants occidentaux, de la réalité du régime de Vladimir Poutine. Nous pouvons en partie en douter.

Cette affaire fut peut-être, plus exactement, la goutte de thé qui a fait monter la sonorité de l’indignation verbale après une multitude d’autres actes, avec le risque paradoxal qu’elle devienne l’arbre portant son ombre sur la forêt – celle de la nature criminelle du régime lui-même.

Tout semble se passer comme s’il n’y avait pas eu la Tchétchénie, vite sortie du terrain de l’indignation. Comme s’il n’y avait pas eu la Géorgie dont 20 % du territoire sont toujours occupés de facto par Moscou, et où, comme l’a encore jugé récemment la Cour européenne des droits de l’homme, la Russie aurait commis des crimes de guerre pendant le conflit de 2008.

Comme si l’Ukraine n’avait pas été envahie et une partie de son territoire, la Crimée, annexée, donnant certes lieu à deux régimes européens de sanctions, mais quand même bien limitées, à l’instar d’ailleurs des sanctions américaines.

Comme si Moscou n’avait pas commis des tentatives d’assassinat, couronnées de succès ou non, sur le sol européen, ce qui avait d’ailleurs suscité des réponses incroyablement mesurées des pays concernés. Comme si, en Russie même, de nombreux adversaires du régime n’avaient pas été expulsés, embastillés, voire éliminés. »

Comme si, surtout et finalement d’abord, il n’y avait pas eu la Syrie, le soutien total à un régime coupable de crimes contre l’humanité et de 700 000 morts, et les crimes de guerre en masse commis par les forces russes contre les civils syriens. Le régime de Poutine, ne l’oublions jamais, en a assassiné plus que Daech. Or, quel dirigeant occidental aurait osé serrer la main d’Abou Bakr al-Baghdadi ?

Comme si, en somme, on faisait semblant d’ignorer le lien direct entre Poutine et ses services et le crime organisé pur et simple, un lien remarquablement mis en lumière par le livre indispensable de Catherine Belton. Comme si l’illibéralisme de Poutine n’était qu’une idéologie verbale et non l’instrument d’une légitimation de ses crimes.

En somme, déclarer comme Josep Borrell, après le fiasco de sa visite à Moscou, que l’Europe et la Russie prennent des chemins divergents et que la dernière ne souhaite pas un dialogue est un constat aussi juste que tardif : cela fait quand même plusieurs années, sinon plus d’une décennie, que telle est la réalité.

Donc, pourquoi Navalny ? Pas à cause des multiples mensonges, à peine dissimulés, du régime russe : on les a déjà vus à l’œuvre après la destruction en vol du MH17, mais aussi à propos de l’usage des gaz chimiques en Syrie, de l’invasion de l’Ukraine ou de la tentative d’assassinat de Sergeï Skripal.

Pas à cause de la tentative d’assassinat en elle-même : BabourovaMarkelovPolitkovskaïaEstemirovaMagnitskyNemtsov n’ont pas eu droit au dixième des réactions suscitées par Navalny. Pas en raison de la parodie de justice, si commune et ancienne pour frapper les dissidents.

Mais parce que Navalny a su rallier des millions de Russes à son combat contre la corruption et que, s’il est incapable de faire tomber Poutine, il fut capable de le faire chanceler et de le ridiculiser en public. Peut-être certains dirigeants occidentaux ont-ils enfin pris conscience du fait que Poutine n’incarnait pas la Russie.

D’abord, ne nous faisons pas d’illusions : l’ampleur du système répressif poutinien et son verrouillage total du processus électoral ne laissent guère entrevoir une chute de Poutine sous la pression de la rue malgré la baisse de son taux de popularité. Les dernières manifestations ont été réprimées avec une intensité sans précédent, à la fois en termes de violence et de condamnations par une justice aux ordres. Poutine dispose des moyens sécuritaires pour continuer sans aucune limite.

Il en va de même pour l’argument de la démographie et de la fuite des cerveaux qui font l’objet de scénarios sombres, de l’économie en difficulté et de la catastrophe sociale qu’illustrent notamment la grande pauvreté croissante en Russie et le délabrement du système de soins. Tout cela n’empêchera pas Poutine de se maintenir au pouvoir, s’il en a les capacités physiques, jusqu’en 2036.

Enfin, il est extrêmement difficile pour un tel régime d’évoluer vers un système démocratique et transparent. Le nombre de personnes, à tous les niveaux et d’abord au sommet, qui ont un intérêt personnel au maintien du système est trop fort. Ces mêmes personnes ont tout à perdre à une justice indépendante qui ferait la lumière sur leurs agissements tant en termes de répression que d’enrichissement illicite.

C’est pourtant là, au-delà d’un soutien opérationnel à l’Ukraine et au peuple du Bélarus, que se trouve le levier possible de l’Occident s’il entend accompagner un changement de régime. D’abord, sanctionner les proches de Poutine de manière beaucoup plus complète qu’aujourd’hui est leur envoyer un signal : ils pourront l’abandonner d’autant plus aisément que son maintien au pouvoir nuit à leurs intérêts.

Ensuite, il nous faudra accompagner une transition de manière pragmatique, y compris sans doute, moyennant une restitution de biens, en garantissant un effacement partiel des délits passés. Enfin, nous devrons accompagner, de manière moins dogmatique que lors des années Eltsine, la transition vers une économie prospère et libre tout en renforçant le filet de protection sociale, plus urgent que jamais pour le peuple russe.

Mais sommes-nous vraiment prêts pour engager cette action pacifique vers l’après ?

Pour autant, devons-nous attendre un changement majeur et décisif de la part des pays occidentaux ? Peut-être faut-il, une seconde, revenir à la Syrie. Que les dirigeants démocratiques n’aient pas saisi, au moins en raison de ses actes en Syrie, la nature du régime de Poutine laisse perplexe. L’invasion d’une partie du Donbass ukrainien et l’annexion de la Crimée étaient certes des événements inquiétants. Mais l’intervention des forces russes en Syrie à compter de l’automne 2015 marquait autre chose : l’affirmation qu’une puissance membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pouvait commettre, de manière massive, des crimes de guerre, susceptibles d’entraîner la poursuite de leurs responsables devant la Cour pénale internationale, sans ni désignation, ni condamnation directe par les démocraties.

De même, par ses 16 vetos, le plus souvent avec le soutien de la Chine, la Russie a à la fois empêché l’acheminement d’une aide humanitaire indépendante aux réfugiés et la condamnation des crimes contre l’humanité du régime Assad. Elle a, par là, érodé la notion même de ces crimes dans l’esprit des dirigeants et des opinions de l’Ouest alors qu’ils sont le fondement de notre conscience historique.

 

Que vaudrait une alarme nouvelle à propos de Navalny qui ne ferait pas un examen sans complaisance de notre faute passée ? Si nous devenons plus fermes désormais sans comprendre en quoi nous avons failli, en particulier sur la Syrie, nous n’aurons accompli qu’un trop court chemin.

Pour l’instant, nous restons au milieu du gué. Il n’est guère de différences entre les condamnations et les sanctions plus anciennes, en particulier sur l’Ukraine ou l’affaire Skripal, et les déclarations actuelles et notamment les sanctions, mesurées, dont le principe a été décidé par le Conseil Affaires étrangères de l’Union européenne le 22 février 2021. Certes, certains remarquent que c’est la première fois que l’Union fait usage de son nouveau régime de sanctions dit « Magnitsky », et c’est un précédent bienvenu.

D’autres considèrent que les propos de Josep Borrell, contrecoup de son humiliation publique lors de son déplacement du 5 février à Moscou, insistant sur la position de confrontation cherchée par le Kremlin, vont plus loin que les précédentes déclarations des responsables européens.

De son côté, Joe Biden a reconnu dans les termes les plus clairs le danger global que représentait le régime du Kremlin, même si les premières sanctions personnelles décidées restent encore assez restreintes. D’autres pourraient toutefois suivre.

Or, les résultats sont comptés en termes d’action : l’Allemagne n’a pas renoncé à Nordstream 2 dont chacun reconnaît à la fois le danger pour l’Union européenne et l’Ukraine et l’avantage stratégique que sa mise en service donnerait à Moscou, lui octroyant aussi des ressources supplémentaires pour financer ses actions d’agression et de propagande extérieures. Avec une majorité écrasante, le Parlement européen a ainsi demandé l’arrêt du projet. Or, le reste de l’UE ne s’est pas uni pour y contraindre l’Allemagne et, à ce jour, certains s’alarment d’une position moins ferme de Washington en termes de sanctions.

L’Union n’a pas mis en place non plus un mécanisme pour geler ou même saisir les biens et avoirs des oligarques russes et autres personnalités du premier cercle de Poutine dont une liste circonstanciée avait été proposée par Vladimir Achourkov, directeur de la Fondation anti-corruption créée par Navalny. On pourrait ajouter une certaine mansuétude dans plusieurs pays européens envers les relais du Kremlin et la quasi-absence d’enquête sur les réseaux de corruption qu’il entretient.

Il est dès lors difficile de ne pas accréditer l’hypothèse d’une conscience imparfaite de la nature de la menace et de la profondeur de sa pénétration au sein d’une partie des élites européennes qui expliquerait la frilosité de l’action.

Trois raisons peuvent expliquer ce caractère timoré de la réaction occidentale.

La première est une forme de corruption de l’esprit de certains milieux proches des cercles du pouvoir dans certains pays européens. Cette corruption n’est pas toujours légalement punissable : travailler pour une société russe, même lorsqu’on est un ancien haut responsable politique comme Gerhard Schröder, n’est pas nécessairement illégal. Recevoir une rémunération pour des actions d’influence de la part de sociétés proches du pouvoir russe ne l’est pas toujours non plus si l’on n’est pas, ou plus, un agent public. Même en droit français, la frontière est parfois malaisée à appréhender entre le lobbying, le conseil et le trafic d’influence.

Dans la plupart des pays européens, les centres de recherche privés ou fondations par exemple peuvent aussi, en toute légalité, recevoir de l’argent d’une puissance étrangère sans être, à ce jour, tenues de la révéler. Si les journalistes européens sont en général soumis à un code de déontologie qui prohibe de recevoir cet argent sans en révéler l’origine, il n’est pas toujours aisé de le faire appliquer. Or, jusqu’à présent, la plupart des pays européens semblent rechigner à durcir leur législation, à exiger une transparence totale, voire à diligenter des enquêtes. Cela rend les milieux politiques potentiellement soumis à ce type d’actions des régimes autoritaires étrangers. Un renforcement d’ampleur de l’arsenal juridique anti-corruption, comme certains le proposent, doit être la priorité absolue.

La deuxième raison tient au manque de connaissance directe de la nature du régime russe de la part des conseillers des dirigeants - l’administration Biden étant une exception notable. Cela conduit à des récits inadaptés, fondés notamment sur une appréhension romantique de la Russie à partir de données historiques, géographiques et culturelles, et non d’une analyse politique. Il n’est pas fortuit que certains propagandistes doux cherchent à vendre ces vieilles lubies géopolitiques pour justifier un nouvel engagement avec le Kremlin. Cette inintelligence du régime a conduit à des tentatives de réengagement aventureuses et vouées à l’échec dont le résultat premier est d’ailleurs d’affaiblir, de diviser et donc de menacer l’Europe. Les mêmes conseillers ne semblent aucunement formés à la manière dont les récits malencontreux peuvent nourrir la propagande.

Une troisième raison illustre ce point : une pratique diplomatique courante conduit certains responsables à séparer les sujets. On en retrouve la trace dans les propos récents de Josep Borrell qui peut dire dans une même phrase qu’on peut être ferme envers la Russie sur ses atteintes aux droits fondamentaux et ses menaces à l’encontre de l’Europe et, en même temps, poursuivre des coopérations sur, par exemple, l’environnement et la santé. Ce discours est aussi fréquent envers la Chine. Or, lorsqu’il concerne un régime dictatorial habitué à la propagande, il lui offre des armes. Il conduit à diminuer dans l’opinion l’intensité et la portée de ses crimes en même temps qu’il nous place dans une situation de dépendance.

Espérons qu’une nouvelle épreuve plus terrible ne nous oblige pas à un apprentissage trop tardif.

_______

(*) Par Nicolas Tenzer, Chargé d’enseignement International Public Affairs, Sciences Po

Navalny encore condamné : quelles sanctions de l’Union européenne ?

Navalny encore condamné : quelles sanctions de l’Union européenne ?

Navalny est encore condamné pour des motifs tout à fait artificiels. Par ses propos, il aurait offusqué un vétéran et sa condamnation à une amende a été transformée en peine de prison. La vérité sans doute c’est que le pouvoir russe saisit toutes les occasions pour ridiculiser les reproches judiciaires en provenance de l’Occident. Poutine refuse la moindre critique de son régime de dictature. Il ne cache d’ailleurs pas le mépris qu’il a pour le fonctionnement démocratique des pays développés.

La question qui s’oppose au pays occidentaux est de savoir quel type de sanction et à quelle hauteur prendre pour punir Poutine qui s’assoit complètement sur les valeurs occidentales. Sur ce point, les occidentaux sont loin d’être d’accord entre eux. Il y a notamment l’Allemagne qui souhaite minimiser l’affaire Navalnyni pour ne pas remettre en cause ses intérêts commerciaux et notamment le projet d’exportation du gaz russe via Gazprom.

Du coup comme d’habitude on devrait se limiter à des sanctions individuelles concernant l’entourage de Poutine. Pas forcément la réponse adaptée après la véritable humiliation reçue par le représentant européen Joseph Borell  à Moscou.

Russie : encore une amende de 10 000 € contre Navalny pour diffamation !

Russie : encore une amende de 10 000 € contre Navalny pour diffamation !

.

Visiblement Poutine n’a guère apprécié qu’on dévoile les secrets de son palais démentiel qui aurait coûté autour de 100 milliards. Du coup Nvany se voit condamné en diffamation avec une amende de 10 000 €.

Pour cet opposant également pourfendeur de la corruption, qui a survécu à un empoisonnement l’été dernier, le Kremlin cherche à le faire taire avec ces poursuites, d’autant que la Russie organise des législatives à l’automne.

« Les poursuites contre Navalny sont fantaisistes et arbitraires », a de son côté plaidé son avocate Olga Mikhaïlova, « il n’y a aucun élément constitutif d’un délit dans cette affaire ».

L’opposant de 44 ans est accusé d’avoir diffusé des informations « mensongères » et « injurieuses » au sujet d’un ancien combattant qui avait défendu dans un clip de campagne, l’été dernier, un référendum ayant renforcé les pouvoirs de Vladimir Poutine.

Il avait qualifié, sur un réseau social, les intervenants dans cette vidéo de « honte de la Nation » et de « traîtres ».

La justice russe a enfin confirmé mardi une condamnation de M. Navalny à 3,3 millions de roubles (37.000 euros au taux actuel) de dommages et intérêts à verser à une entreprise agroalimentaire qu’il a accusée de corruption dans l’une de ses enquêtes.

L’opposant n’a cesse de marteler que les autorités veulent le réduire au silence car il a survécu, l’été dernier, à une tentative d’empoisonnement dont il tient le président Vladimir Poutine pour responsable.

Son interpellation le 17 janvier à son retour de convalescence en Allemagne a suscité des manifestations à travers la Russie qui ont donné lieu à quelque 11.000 arrestations.

L’Union européenne menace quant à elle en retour Moscou de nouvelles sanctions. Cependant l’Allemagne freine des quatre fers pour que les sanctions ne remettent surtout pas en cause le projet Gazprom entre la Russie et l’Europe !

Affaire Navalny : Poutine s’enfonce

  • Affaire Navalny : Poutine s’enfonce
  • Jusqu’à une période très récente Poutine avait complètement ignoré son principal opposant injustement condamné à la prison après qu’il ait été victime d’un empoisonnement des services secrets russes.
  • Cependant devant la médiatisation de cette injustice démocratique flagrante Poutine d’une certaine manière reconnaît désormais le phénomène Navalny et tente de quitter dans les médias russes. Ainsi  si Poutine ne se réclame pas du communisme,  il en retient la dialectique caricaturale des  contrevérités les plus flagrantes :
  • «Nos opposants ou nos adversaires potentiels (…) ont toujours compté sur des personnes ambitieuses, assoiffées de pouvoir, les ont toujours utilisés», a déclaré Vladimir Poutine dans une interview .
  • . Selon lui, «les nombreux succès» de la Russie, parmi lesquels il inclut la conception du vaccin Spoutnik V«commencent à irriter (nos adversaires)». «Plus nous devenons forts, plus cette politique d’endiguement est forte», a-t-il assuré.
  • La vérité est sans doute un peu différente car la Russie connaît une crise économique et sociale sans précédent avec notamment une dérive des prix qui réduit de façon dramatique le pouvoir d’achat. Par contre indiscutablement la Russie, elle, a réussi à mettre au point un vaccin contrairement à d’autres pays développés comme la France.
  • Ce n’est toutefois pas une raison pour considérer la Russie comme le modèle économique, social et scientifique. Sinon on se demande pourquoi Poutine est ainsi contraint de descendre dans l’arène pour répondre à la grogne démocratique mais surtout socio-économique qu’il reconnaît à demi-mot. Poutine est non seulement affronté à une grave crise économique mais voit d’un mauvais œil monter  une certaine contestation de son pouvoir dans l’opinion.

 

Navalny : des sanctions contre la Russie ?

Navalny : des sanctions contre la Russie ?

 

La France et l’Allemagne ont proposé que l’union européenne étudie des sanctions contre la Russie suite à la condamnation de Navalny, opposant à Poutine.

Il se pourrait bien toutefois que cette initiative soit en quelque sorte un moyen de contrôler les mesures trop dures de l’Europe. En effet la France mais surtout l’Allemagne ne souhaitent que soit mis en cause le projet de gazoduc Nord Stream II reliant la Russie à l’Allemagne..

«Nous ne pouvons plus éviter les sanctions», a déclaré un diplomate européen. «Il y a un consensus y compris en Allemagne pour avoir des sanctions. Nous ne pouvons répondre d’aucune autre manière. »

L’Allemagne a exprimé son soutien à Navalny, qui y a été traité pour ce que Berlin dit être un empoisonnement par un agent neurotoxique de l’ère soviétique. Mais il a également des liens énergétiques étroits avec la Russie.

La Russie contrôle un tiers du marché européen du gaz. Le projet de 11 milliards de dollars Nord Stream 2, dirigé par la société énergétique d’État russe Gazprom, doublerait la capacité d’un pipeline sous-marin existant qui contourne l’Ukraine et prive Kiev de frais de transit.

Berlin, avec le soutien de Paris (Engie  à des intérêts financiers dans le projet Gazprom), a déclaré que les sanctions ne devraient pas viser le gazoduc, malgré les mesures punitives américaines contre le projet et une résolution du Parlement européen appelant à son blocage.

L’UE a déjà imposé des sanctions économiques à la Russie pour son annexion de la Crimée à l’Ukraine en 2014. L’année dernière, elle a imposé des interdictions de voyage et des gels d’avoirs à six responsables russes proches de Poutine pour l’empoisonnement de Navalny. Moscou a nié le blâme pour la maladie de Navalny et dit n’avoir vu aucune preuve qu’il a été empoisonné.

L’affaire a évidemment une dimension politique et diplomatique mais tout autant économique. D’une certaine manière l’Allemagne mais aussi la France constituent des remparts pour la Russie afin de ne pas remettre en cause les échanges commerciaux les plus stratégiques.

 

Affaire Navalny: Poutine humilie l’Europe

Affaire Navalny: Poutine humilie l’Europe  

 

C’est au moment où l’Europe envoyait son diplomate, Joseph Borel, à Moscou pour s’expliquer à propos des atteintes aux libertés individuelles et collectives que Poutine a décidé à peu près au même moment d’expulser des diplomates européens de Russie.

 

Une véritable humiliation pour l’union européenne qui d’ailleurs n’a que mollement réagi. En cause évidemment les différences d’appréciation sur les répliques diplomatiques face à cet acte inqualifiable du dictateur qui a mis en prison son principal opposant Navalny  au motif qu’il s’était absenté pendant son contrôle judiciaire. Une absence nécessité par des soins en Allemagne suite à l’empoisonnement par les services secrets russes.

Les différences d’appréciation des membres de l’union économique portent sur l’avenir notamment des exportations de gaz russe. L’Allemagne, Merkel comme son successeur probable,  ont clairement affirmé qu’il n’était pas question de mettre un terme au projet presque achevé d’acheminement du gaz russe vers l’Europe. Pourtant la Russie est dans une crise politique mais aussi et surtout économique et sociale; elle  a un urgent besoin des ressources de ce gaz.

 

Il est cependant probable qu’au-delà des protestations de façade, l’union économique se couchera devant le mercantilisme allemand qui privilégie toujours le business face aux enjeux diplomatiques voir militaires. Une attitude particulièrement ambiguë qui pourrait bien un jour lui valoir un retour de bâton de la part des États-Unis qui comprennent de moins en moins le laxisme coupable de l’Allemagne vis-à-vis des Russes.

 

L’Allemagne prête à lâcher Navalny pour le gaz russe ?

L’Allemagne prête à lâcher Navalny  pour le gaz russe ?

 

Le nouveau leader démocrate-chrétien Armin Laschet, probable successeur de Merkel ,soutient fermement Nord Stream 2 mais son futur partenaire au pouvoir, les écologistes Verts, raidit leur opposition. C’est un peu l’éternel problème posé à l’Allemagne entre les valeurs démocratiques et le business.

Certes formellement l’Allemagne a aussi condamné l’emprisonnement de l’opposant russe à Poutine. Mais de là à menacer la Russie de sanctions économiques il y a un pas que l’Allemagne n’est peut-être pas prête de faire. Le problème c’est que le futur leader allemand doit tenir compte de son allié écologique.

L’affaire Navalny a incité les Verts à intensifier leur demande d’arrêt du pipeline et menace de paralyser le prochain chancelier, qui doit également faire face à l’opposition américaine et même aux doutes de la France, le plus proche allié de l’Allemagne.

Navalny, condamné mardi à 3-1 / 2 ans de prison après qu’un tribunal de Moscou a jugé qu’il avait violé les conditions de sa libération conditionnelle, a été arrêté le 17 janvier après son retour d’Allemagne en Russie où il a été traité pour empoisonnement avec un grade militaire. agent neurotoxique.

Sa condamnation a incité la chef des Verts Annalena Baerbock à faire pression sur le gouvernement de Merkel pour qu’il renonce au projet d’oléoduc politiquement chargé, dont la construction a été largement suspendue depuis décembre 2019 à la suite d’une menace de sanctions des États-Unis et du retrait d’une entreprise de pose de canalisations.

«Nous allons faire pression pour cela maintenant et à l’avenir», a déclaré Baerbock à la chaîne ZDF cette semaine lorsqu’on lui a demandé si le projet ne pouvait pas aller de l’avant avec son parti au sein du gouvernement allemand.

Plus de 90% du projet a été achevé et il devrait officiellement être lancé plus tard cette année.

Mais l’opposition des Verts a le poids de l’opinion des États-Unis et de nombreux autres en Europe. La dépendance du gazoduc à l’égard des services fournis par les pays bordant la mer Baltique surpeuplée signifie qu’il existe de nombreux points de pression: les retraits sous la pression américaine par des sociétés de certification de sécurité au Danemark et en Norvège pourraient encore torpiller le projet, selon une source Verte.

L’Allemagne et la Russie affirment que Nord Stream 2 n’est qu’un projet commercial. Washington a longtemps fait valoir que le gazoduc augmentera dangereusement l’influence de la Russie sur l’Europe. Le nouveau président américain Joe Biden estime qu’il s’agit d’un «mauvais accord pour l’Europe».

Notons aussi que l’union européenne et la France appelle aussi à la suspension de ce projet pour des motifs démocratiques.

Russie : Avec Navalny, la peur a changé de camp

Russie : Avec Navalny,  la peur a changé de camp  

Malgré l’emprisonnement de l’opposant et la répression contre ses partisans, le président russe Vladimir Poutine ne peut plus faire taire une société en éveil mobilisée contre un système de pouvoir discrédité, estime la politiste Marie Mendras dans une tribune au « Monde ».

Tribune.

 

Encore convalescent après l’empoisonnement d’août, condamné à deux ans et huit mois de colonie pénitentiaire, un homme continue de défier le Kremlin. Depuis son arrestation à Moscou le 17 janvier, Alexeï Navalny a appelé à manifester contre le régime et pour la libération des prisonniers politiques. Dans les grandes villes, des dizaines de milliers de citoyens ont répondu présent, et ont subi une brutale répression le 23 et le 31 janvier : près de 5 000 arrestations à chaque fois, des rafles préventives les jours précédents, et des centaines de perquisitions violentes. Le 2 février, face à une juge aux ordres, Navalny conclut : « Poutine restera dans l’histoire comme l’empoisonneur. »

Après la sidération, c’est la panique qui saisit le Kremlin et ses « organes de force » : services de renseignement, police, forces spéciales, armée. Alexeï Navalny met en danger Vladimir Poutine et tout son système. Luttant pour sa survie, le pouvoir poutinien ne se soucie plus des apparences et veut démontrer par sa brutalité qu’il ne reculera devant aucune extrémité. Il est violent, car attaqué et affaibli.

 

Face au Kremlin se dressent une opposition et une société engagée qui ont une stratégie bien définie, à court et à moyen terme. Le but est de reconquérir les droits et libertés civiques, par la mobilisation citoyenne et l’exposition des malversations et violences du pouvoir, puis de mettre en œuvre l’alternance démocratique par des élections libres et honnêtes et des réformes majeures. Cette stratégie est également celle de la société biélorusse, massivement mobilisée pour mettre fin à la dictature Loukachenko et opérer une transition démocratique. Or, la riposte est la même à Minsk et à Moscou : réprimer, emprisonner ou déporter les opposants.

La méthode Navalny est simple : dénoncer l’inefficacité et la corruption des dirigeants par l’efficacité de la démonstration et de la preuve. Ses enquêtes s’appuient sur des faits, des photos, des témoignages, des documents judiciaires et administratifs incontestables. La vidéo de 2017 sur la fortune frauduleusement acquise de Dmitri Medvedev, alors premier ministre, puis les enquêtes sur les principaux oligarques, et enfin la vidéo récente sur le palais caché du président, vue plus de cent millions de fois, ont changé les mentalités. Les chefs s’enrichissent et se désintéressent du bien-être de leurs sujets.

C’est en 2011, avant les législatives, que l’avocat Navalny se distingue avec un slogan ravageur : « A bas le parti des voleurs et des escrocs ! » Tout est dit : le pouvoir vole les ressources, il vole aussi les voix des électeurs. La corruption est économique et politique. A l’été 2013, l’avocat opposant relève un défi sans précédent : se présenter à l’élection du maire de Moscou, alors qu’il se trouve sous contrôle judiciaire, en attente du jugement dans la trouble affaire de la plainte d’Yves Rocher contre Navalny et son frère Oleg. Oleg a été condamné à trois ans et demi fermes. Alexeï a écopé de la même peine, mais avec sursis. Ce sursis vient d’être transformé en peine ferme, piétinant ainsi le jugement de la Cour européenne des droits de l’homme, qui avait dénoncé le caractère politique de la décision judiciaire.

« Navalny et le gaz russe » !

« Navalny et le gaz russe » !

 

La condamnation d’Alexeï Navalny remet sur le tapis l’épineuse question du gazoduc Nord Stream 2. L’étau se resserre ; Angela Merkel risque de se retrouver isolée. Il existe un précédent, que le nouveau chef de la diplomatie américaine connaît très bien, relève Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ».

Publié hier à 09h56, mis à jour hier à 14h08   Temps deLecture 4 min.

  • Partage
  • Partager sur Facebook
  • Envoyer par e-mail
  • Partager sur Messenger
  • Plus d’options

Article réservé aux abonnés

Chronique. En 1987, un jeune et brillant diplômé américain de Harvard et Columbia signait, après avoir vaguement tâté du journalisme, un livre de géopolitique sur un épisode récent de la guerre froide, Ally versus Ally (« allié contre allié », Greenwood Press, non traduit). Le sujet – « l’Amérique, l’Europe et la crise du gazoduc sibérien » – est incontestablement excitant, mais ne justifie peut-être pas à lui seul la soudaine hausse du prix de vente de l’ouvrage, qui monte jusqu’à 447 dollars (environ 370 euros) ces jours-ci sur Internet.

A 25 ans l’auteur, Antony J. Blinken, était alors un parfait inconnu. Il a depuis fait son chemin ; son nouveau statut explique sans doute le subit intérêt pour le livre : secrétaire d’Etat du président Joe Biden, Antony Blinken dirige désormais la diplomatie américaine. Et comme par ironie, l’histoire d’Ally versus Ally semble se répéter, près de quatre décennies plus tard, au moment où il prend ses fonctions. Avec, dans le rôle de l’élément perturbateur, Alexeï Navalny.

En 1982, les Européens tiennent tête

L’affaire du gazoduc germano-russe Nord Stream 2, l’un des premiers dossiers que M. Blinken a trouvés sur son bureau en arrivant au département d’Etat, a en effet un petit air de déjà-vu. Au début des années 1980, la France et la République fédérale d’Allemagne négocient avec Moscou le doublement de la fourniture de gaz soviétique à l’Europe, depuis un gisement en Sibérie. Aux Etats-Unis, Ronald Reagan voit cette manœuvre d’un très mauvais œil ; il redoute la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de « l’empire du mal », il craint les transferts de technologie et veut éviter que ce marché serve à enrichir l’URSS. Un consortium d’entreprises européennes, dont des filiales de sociétés américaines, est néanmoins monté pour construire le gazoduc sibérien. En décembre 1981, prenant prétexte de l’instauration de la loi martiale en Pologne, Washington prend des sanctions extraterritoriales contre l’URSS qui frappent les sociétés européennes impliquées dans le gazoduc.

Mais les Européens tiennent tête. François Mitterrand et Helmut Schmidt maintiennent la signature du contrat soviétique. En juin 1982, Reagan surenchérit par un embargo total sur le pétrole et gaz d’URSS. L’Europe des Dix, à l’époque, refuse d’appliquer les sanctions. Washington révoque les licences d’exploitation de Creusot-Loire et Dresser-France. Jean-Pierre Chevènement, ministre de la recherche et de l’industrie, en appelle à la solidarité européenne et fait serment de réduire la dépendance technologique de la France vis-à-vis des Etats-Unis. L’affaire finit par inquiéter les milieux d’affaires américains, qui interviennent auprès du président Reagan. Celui-ci cède et lève les sanctions en novembre 1982.

Manif pro Navalny en Russie : Poutine fait arrêter près de 5000 participants

Manif pro Navalny en  Russie : Poutine fait arrêter près de 5000 participants

 

Lee dictateur mafieux Poutine n’a pas hésité encore à procéder à des milliers d’arrestations suite à une nouvelle manifestation pro Navalny.  L’opposant empoisonné par les services secrets russes, soigné en Allemagne et aussitôt arrêté -quand il est revenu en Russie-  pour des motifs complètement ridicules.

 

Il est clair que désormais la lutte a pris une autre dimension depuis Navalny a  révélé que Poutine détenait un immense palais d’un cout de l’ordre de 100 milliards et que de fait il était à la tête de la grande corruption généralisée en Russie alors que la crise économique et sociale serrages dans le pays.

 

Des rassemblements ont eu lieu dans des dizaines de villes. Des interpellations massives ont eu lieu (plus de 4.800), notamment à Saint-Pétersbourg et à Moscou, où l’on a dénombré respectivement plus de 1.000 et 1.500 arrestations. Dans la capitale, les forces de l’ordre ont déployé un dispositif impressionnant.

 

Le 23 janvier, quelque 20.000 manifestants, selon l’AFP, s’étaient rassemblés place Pouchkine, à environ deux kilomètres du Kremlin, et la foule avait été ­ensuite repoussée sur les boulevards environnants où des affrontements avaient eu lieu avec la police. «Poutine voleur», «Liberté (pour Navalny)», les mêmes slogans que la semaine dernière ont résonné dimanche et, dans les rangs des manifestants, les mêmes témoignages d’exaspération face à la corruption – le cheval de bataille de Navalny – mais surtout face à la dégradation des conditions de vie en Russie. La violence de la répression témoigne en tout cas de la nervosité d’un pouvoir mais aussi de sa fragilité qu’il repose essentiellement sur la répression de tout mouvement d’opposition politique y compris dans les médias.

Répression Russie: 3.500 arrestations après la manif Navalny

Répression Russie: 3.500 arrestations après la manif Navalny

 

Il y a évidemment plusieurs manières de développer une politique répressive vis-à-vis de l’opposition. La particularité de Poutine , c’est de les employer toutes. D’abord il modifie textes constitutionnels pour s’assurer le pouvoir pendant encore 20 ans, en même temps il passe un coup d’éponge sur les délits et crimes commis par les présidents précédents et lui-même.

L’opposition, elle est complètement muselée comme les grands médias. Quand elle parvient quand même à s’exprimer, Poutine interdit les manifestations. Et si des protestations se déroulent quand même, il met en prison 3500 personnes comme lors de la dernière manif de soutien à Navalny ,  à nouveau incarcéré après avoir été empoisonné. Bref, Poutine se révèle un dictateur de plus en plus fou, de plus en plus autoritaire qui en plus dilapide la richesse du pays avec son palais type Versailles qui montre à quel point ce chef d’État méprise la condition sociale dans un pays en prise aux pires difficultés économiques .

Officiellement les Etats et l’union européenne ont protesté contre cette répression et cette atteinte à la démocratie.  Mais on  va continuer de commercer avec ce dictateur voyou et notamment continuer de lui acheter du gaz qui constitue sa principale recette. Un gaz très convoité par l’Allemagne toujours très affairiste et qui ne s’embarrasse pas trop des problèmes démocratiques en cause dans le monde.

Alexeï Navalny a été arrêté dimanche dernier et emprisonné pour violation présumée de sa liberté conditionnelle, après être rentré en Russie pour la première fois depuis son empoisonnement par un agent neurotoxique. Anticipant une probable arrestation, il avait exhorté, avant son retour, ses partisans à participer à des manifestations répétées.

Les autorités avaient mis en garde les éventuels participants sur le risque d’attraper le COVID-19 et d’être poursuivi en justice et mis en prison, s’ils se rassemblaient.Des manifestations se sont néanmoins tenues dans plus d’une centaine de villes, malgré des températures extrêmes, qui ont avoisiné, en Sibérie, -50 degrés Celsius.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont dénoncé les “tactiques dures” et “l’usage disproportionné à la force” des policiers à l’encontre des manifestants et ont réclamé leur libération.

Manif pour Navalny -Russie : au moins 2000 personnes arrêtées

Manif pour Navalny -Russie : au moins 2000 personnes arrêtées

Comme d’habitude on ne fait pas dans la dentelle en Russie. Et Poutine n’a évidemment guère apprécié la diffusion d’un très long documentaire à l’initiative de Navalny sur le palais qui constitue sa résidence personnelle. Une résidence démentielle évidemment financée avec les deniers publics. Pas étonnant que récemment Poutine ait  décidé de passer l’éponge sur les délits commis par tous ses prédécesseurs et par lui-même en tant que président. Pas étonnant non plus qu’il ait  décidé de bricoler la constitution pour occuper le pouvoir encore pour 20 ans. La condition de tout cela est évidemment d’étouffer et même de tuer toute opposition. Ce qu’il a fait quand les services secrets russes ont empoisonné le dissident Navalny. Ce dernier soigné en Allemagne, revenu en Russie est aussitôt arrêté. Du coup une manif a été organisée en sa faveur

Dans la capitale, quelque 20.000 personnes, selon l’agence Reuters, se sont rassemblées autour de la place Pouchkine, à environ deux kilomètres du Kremlin, où elles sont demeurées plusieurs heures avant d’en être délogées, parfois avec violence, par les forces de l’ordre mobilisées en grand nombre. La plupart des manifestants criait « Poutine voleur, en référence à la révélation du palais que s’est fait construire Poutine.  En guise de réponse le pouvoir russe a arrêté environ 2000 personnes et a inquiété même l’épouse de navale ni. L’épouse d’Alexeï Navalny, Ioulia, a été interpellée alors qu’elle rejoignait à pied la manifestation dans le centre de Moscou. En fin d’après-midi, elle sera libérée. À la veille de cette journée de manifestations, plusieurs collaborateurs d’Alexeï Navalny avaient déjà été arrêtés – notamment sa porte-parole Kyra Iarmych -, et la police s’est rendue au domicile de plusieurs opposants notoires, voire même de journalistes, pour les dissuader de descendre dans la rue.

 

Ceci étend compte-tenu du faite que la démocratie est complètement cadenassée en Russie, l’audience du dissident est encore très relative en Russie.

 

« Le projet de Navalny est très personnalisé, il est complètement construit autour de lui, ce qui peut susciter la méfiance des gens. Populaire parmi les jeunes, il suscite la méfiance des plus âgés », explique au Figaro le politologue Kirill Rogov. « Hormis la lutte anti-corruption, son projet politique est faible », souligne-t-il. Mais selon cet expert, « l’opposant a aussi des points forts et le fait qu’il est maintenant emprisonné devrait estomper ses faiblesses et lui permettre de cristalliser l’anti-poutinisme ».

Russie – Alexeï Navalny : l’ONU demande la libération immédiate

Russie – Alexeï Navalny : l’ONU demande la libération immédiate

 

Le  Haut-Commissariat, dirigé par l’ancienne présidente du Chili Michelle Bachelet, l’ONU demande la libération immédiate de naval ni empoisonné par les services secrets russes, soignés ensuite en Allemagne et arrêter aussitôt son retour en Russie.

 

Ce militant anti-corruption et ennemi juré du Kremlin a été interpellé à son arrivée à Moscou dimanche après quasiment cinq mois de convalescence en Allemagne à la suite de son empoisonnement. Il accuse le président Vladimir Poutine d’avoir ordonné son assassinat au poison Novitchok en août, ce que la Russie dément. Le FSIN, le service pénitentiaire russe, lui reproche d’avoir violé des mesures de contrôle judiciaire en allant se faire soigner à l’étranger.

 

Notons que dans le même temps le président russe a prit quelques libertés avec le droit d’une part en prolongeant son mandat d’une vingtaine d’années, d’autre part en passant un coup d’éponge sur les délits commis par tous les présidents russes y compris lui-même.

Cette fixation de Poutine sur le dissident prouve que l’intéressé n’est pas aussi solide qu’il le dit dans l’opinion russe. En effet Navalny  est certes un opposant certes mais il est loin de disposer d’une force politique susceptible de balayer la dictature de Poutine.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol