Archive pour le Tag 'Navalny'

Navalny: empoisonnement confirmé par la France

Navalny: empoisonnement confirmé par la France

La  France « sur la base de ses propres analyses » confirme la « tentative d’assassinat » d’Alexeï Navalny,.

 

Emmanuel Macron a adopté, ce lundi, une position publique très ferme, comparable à celle de la chancelière Merkel. Selon un communiqué de l’Elysée, le président Macron s’est entretenu avec Vladimir Poutine. Il a « marqué sa profonde préoccupation sur l’acte criminel perpétré à l’encontre de M. Alexeï Navalny », insistant sur « l’impératif que toute la lumière soit faite, sans délai, sur les circonstances et les responsabilités de cette tentative d’assassinat. (…) Une clarification est nécessaire de la part de la Russie dans le cadre d’une enquête crédible et transparente ».

L’Allemagne reconnaît que Navalny a été empoisonné au Novitchok

L’Allemagne reconnaît que Navalny a été empoisonné au Novitchok

 

Il est évident que Navalny  n’a pas été empoisonné à l’eau claire mais par une substance bien connue type Novitchok utilisé régulièrement par le KGB. Le principal opposant à Poutine arrêté à de nombreuses reprises et qui a été interdit de se présenter contre Poutine a subi le traitement réservé en général à ceux qui manifestent leur désaccord trop publiquement vis-à-vis de la dictature russe. Le gouvernement de l’Allemagne vient de déclarer très clairement que le contestataire russe a bien été empoisonné d’après une information du Figaro.  Un empoisonnement est prouvé par la présence dans les analyses sanguines de l’opposant numéro un au Kremlin, d’un puissant agent neurotoxique, de type Novitchok. La même substance avait servi à empoisonner il y a deux ans, en Angleterre, l’ex-agent secret russe Sergueï Skripal. Les examens médicaux pratiqués sur l’avocat, hospitalisé à l’hôpital berlinois de la Charité, en apportent «la preuve sans équivoque», a annoncé le porte-parole de la chancellerie, Steffen Seibert.

«Alexeï Navalny est la victime d’un meurtre. Il devait être réduit au silence», a déclaré Angela Merkel lors d’une courte allocution extraordinaire.

En 2005, un banquier de l’ère eltsinienne, Ivan Kivelidi, avait été empoisonné par une substance appartenant aussi à la classe du Novitchok. Son défenseur de l’époque, aujourd’hui réfugié en Occident, accuse le FSB d’avoir voulu éliminer cette ex-figure libérale. Le poison aurait été déposé sur le combiné du téléphone du bureau de Kivelidi qui, deux jours plus tard, tombait dans le coma. Les documents policiers de l’époque avaient évoqué une substance à finalité «militaire».

Russie : Navalny, l’opposant, a été empoisonné (Allemagne)

Russie : Navalny, l’opposant, a été empoisonné (Allemagne)

 

Alors que les médecins russes avaient affirmé que l’opposant ne présentait aucun signe d’empoisonnement, les médecins en Allemagne où se trouve désormais Alexeï Navalny   ont affirmé le contraire. Pas vraiment une surprise car on sait que le poison est une arme privilégiée par le KGB en Russie pour réguler la démocratie. une manière de faire comprendre que sur le sol russe il n’y a pas de place pour la contestation. Nombre d’opposants sont d’ailleurs morts empoisonnés ou ont été contraints de partir à l’étranger pour éviter une mort certaine.

 

Cette pratique d’empoisonnement a pu même être utilisée à l’étranger contre des opposant qui continuent  de dénoncer la dictature de Poutine. Un dictateur, comme les autres ,de plus en plus fou, qui après 20 ans de pouvoir s’apprête à modifier la constitution pour conserver la direction politique du pays pendant encore une vingtaine d’années et qui comme ses nombreux oligarques à accumulé aussi une immense fortune pendant que le peuple russe souffre dans la misère sociale. Mais comme toute opposition est interdite et que la presse est complètement muselée le russe moyen a du mal à faire des comparaisons avec les sociétés développées des autres pays. Poutine s’est par ailleurs utilisé le nationalisme chaque fois que nécessaire pour étouffer toute contestation.

Les résultats des analyses d’un collège de médecins de la Charité ont donc « décelé des indices de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny ». Le communiqué de l’hôpital berlinois, tombé en milieu d’après-midi lundi, estime que le patient russe de 44 ans aurait été « intoxiqué par une substance appartenant au groupe des inhibiteurs de la cholinestérase ». Le nom précis du produit toxique employé n’est pas précisé : il fait l’objet de recherches approfondies. « Traité à l’atropine, (…) il reste plongé dans un coma artificiel (…) il n’est pas en ce moment en danger de mort », spécifie le texte de 14 lignes sur le site internet de l’hôpital.

Le chef de file de l’opposition libérale à Vladimir Poutine avait subi, depuis son atterrissage à Berlin samedi, une batterie d’examens approfondis. Selon une porte-parole de la Charité, « l’action du poison a été établie par les analyses concordantes de plusieurs laboratoires indépendants ».

Prenant le contrepied des dénégations des autorités russes, la chancelière Angela Merkel a repris à son compte les résultats des expertises annoncés dans la journée par les médecins allemands. «Les autorités» en Russie «sont appelées de manière urgente à résoudre cette affaire jusque dans les moindres détails et en pleine transparence», a-t-elle exhorté dans un communiqué commun avec son chef de la diplomatie Heiko Maas. Cette déclaration d’une rare fermeté pour une chancelière aux prises de position d’ordinaire mesurées, a été appuyée par le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell qui a appelé Moscou à une «enquête indépendante et transparente sur l’empoisonnement».

L’opposant Navalny autorisé à partir en Allemagne

L’opposant Navalny autorisé à partir en Allemagne

 

Pour l’opposition en Russie, il n’y a que deux solutions accepter de mourir sur place ou partir à l’étranger. Poutine ne tolère en effet aucune opposition. Pour supprimer toute velléité de contestation, le pouvoir met les opposants en prison, l’étape suivante consiste à leur interdire de se présenter aux élections. Si les intéressés persistent , ils peuvent alors être victimes d’assassinats de la part du KGB. Ne reste alors que l’hypothèse du départ à l’étranger. C’est de cette manière que Poutine, ancien responsable du KGB, dirige le pays depuis 2000 et qu’il s’apprête après un bricolage institutionnel à le diriger encore pendant 20 ou 25 ans.

Alexeï Navalny est un avocat de 44 ans. Principal opposant du Kremlin, il est considéré comme un excellent orateur et est très populaire sur les réseaux sociaux. Depuis 2007, il dénonce la corruption des élites russes et a créé en 2011 le Fonds de lutte anticorruption (FBK). Il émerge alors comme un leader de l’opposition à partir de 2012, et termine deuxième à l’élection municipale de Moscou en 2013. Arrêté sept fois entre 2012 et 2014 et placé en détention provisoire à deux reprises, il obtient le soutien de la Cour européenne des droits de l’homme, qui juge ces interpellations « dépourvues de buts légitimes » et condamne la Russie à verser plus de 60.000 euros à l’opposant politique en 2018.

 

Alexeï Navalny, l’un des rares opposants connus, a été pris de vives douleurs jeudi matin alors qu’il se trouvait dans un avion entre la Sibérie et Moscou, après avoir bu du thé que ses proches soupçonnent d’avoir été empoisonné. L’appareil a dû se dérouter pour atterrir en urgence à Omsk.

A la demande des proches d’Alexeï Navalny et de son épouse Ioulia, une équipe allemande spécialisée dans la prise en charge des patients dans le coma a atterri en début de matinée vendredi sur l’aéroport de la ville afin de l’évacuer.

L’entourage de l’opposant estime que le manque d’équipement de l’hôpital local le met en danger de mort et craint que le Kremlin ne tente de dissimuler des indices sur les causes de la dégradation brutale de son état de santé.

Les médecins de l’hôpital sibérien avaient annoncé en début de journée que, malgré une légère amélioration de son état, celui-ci était trop instable pour permettre une évacuation par avion vers l’étranger.

Ils sont revenus sur leur décision dans la soirée et ont déclaré qu’ils ne s’opposeraient pas à son transfert, après que les médecins allemands ont été autorisés à l’examiner et l’ont jugé transportable.

Anatoli Kalinitchenko, médecin-chef adjoint, a annoncé que l’hôpital avait proposé de participer à son transport à l’aéroport, qui devait avoir lieu quelques heures plus tard.

L’épouse d’Alexeï Navalny a adressé vendredi une lettre au président Vladimir Poutine pour le prier d’autoriser le transfert de son mari en Allemagne.

Alexandre Mourakhovski, le médecin qui dirige l’équipe médicale soignant Alexeï Navalny, a déclaré pour sa part plus tôt dans la journée que le diagnostic concluait à un trouble du métabolisme qui pourrait résulter d’une chute de la glycémie.

Il a précisé que des traces de produits chimiques industriels avaient été décelées sur les vêtements et les doigts de l’avocat de 44 ans mais que les médecins écartaient la thèse de l’empoisonnement.

Fervent adversaire de Vladimir Poutine, l’avocat et militant anti-corruption a purgé de nombreuses peines de prison ces dernières années pour avoir organisé des manifestations sans autorisation. Il s’est vu interdire de se présenter à l’élection présidentielle de 2018.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol