Archive pour le Tag 'national'

Le Conseil national de la refondation de Macron déjà enterré

Le Conseil national de la refondation  de Macron déjà enterré

Les Echos observent  que La première réunion du CNR, la nouvelle instance de dialogue des parties prenantes voulue par Emmanuel Macron, qui devait avoir lieu mercredi a été reportée sine die. Le signe d’un avenir compromis ?

Pas encore porté sur les fonts baptismaux, mais déjà un avenir incertain ? Plongé dans une situation inédite après des élections législatives qui le laissent sans majorité absolue à l’Assemblée , l’exécutif s’est résolu à remiser à plus tard ses ambitions de « nouvelle méthode » basée sur le dialogue. La première réunion prévue ce mercredi du futur Conseil national de la refondation (CNR) voulu par Emmanuel Macron a ainsi été reportée, « sans qu’on nous précise une nouvelle date », selon une source patronale.

Ce CNR nouvelle formule – après celui né durant la Seconde Guerre mondiale, dont le programme avait servi de base à la reconstruction après 1945 – avait été annoncé durant la campagne législative par Emmanuel Macron. L’objectif était de réunir « les forces politiques, économiques, sociales associatives, des élus des territoires et des citoyens tirés au sort » pour créer une vaste concertation autour des réformes, selon les mots d’alors du chef de l’Etat. Celui-ci devait présider la première réunion, consacrée au pouvoir d’achat.

Las ! Tout cela devra donc attendre. « Maintenir la réunion, compte tenu de la configuration politique absolument pas stabilisée, ça n’avait pas de sens », relève une source patronale. Une prochaine réunion conduite par la Première ministre Elisabeth Borne était aussi prévue la semaine prochaine, le 29 juin, mais la date paraît, elle aussi, précaire pour beaucoup.

Au-delà, c’est la question de l’avenir de ce CNR qui est déjà posée. L’annonce de sa naissance n’avait suscité qu’un enthousiasme modéré , le leader de la CFDT, Laurent Berger, ayant ainsi accueilli à l’époque le projet « avec prudence ». Le nouveau contexte politique ne devrait pas nécessairement aider à sa popularité, même si au sein de l’exécutif on assure que «l’idée du CNR est confortée par le résultat des élections».

« Conseil national de la Refondation »: Une escroquerie démocratique !

« Conseil national de la  Refondation  »:  Une escroquerie démocratique !

 

Une nouvelle fois dans le cadre d’une conjoncture politique incertaine et une opinion publique désabusée, Macron se lance dans le bricolage idéologique. Ainsi vient-il de décider soudainement de créer un nouveau machin : le conseil national de la Refondation.

L’allusion au conseil national de la résistance de 1944 est évidemment aussi grossière qu’  approximative. En outre son objet en 1944 était contradictoire avec le dessin de Macron de supprimer toute institution collective représentative a commencer  par son propre parti qui va prochainement aux législatives faire encore la preuve de son extrême faiblesse sur le terrain.

La Refondation de Macron constitue une sorte de récupération d’un concept déjà utilisé par de nombreux partis politiques et autres organisations. L’idée consiste à unir pour reconstruire. Ce qui n’est pas exactement l’objet de Macron qui au nom du néo libéralisme économique et politique détruit les fondements politiques mais aussi culturels sur lesquels reposent les bases du pays.

Ce n’est pas la première fois que Macron récupère des concepts qu’il transforme en slogans comme par exemple le grand débat national qui n’a jamais débouché sur rien et qui se résuma en grande opération médiatique avec pour seule star Macron s’enivrant de ses propres mots pendant des heures et des heures devant des élus et des experts qui n’en pouvant plus finissaient par dormir ou partir.

Le bilan de Macron sur le plan politique sera terrible car il a réussi à détruire les organisations républicaines pour laisser uniquement les partis extrêmes sur la scène politique. Le macronisme  ne survivra pas à Macron qui résulte d’un bricolage idéologique hétérogène et contradictoire. Macron,  c’est le fameux en même temps. Il n’est ni de droite ni de gauche théoriquement mais pratiquement à la fois  de droite et de gauche, de nulle part voire « d’ailleurs » comme était Jobert en son temps.

L’idéologie de Marcon et surtout d’inspiration jupitérienne : moi, moi, moi !

Dernière exemple de ce maître de l’Olympe française: la nomination de la transparente première ministre, Élisabeth Borne, sans réelle compétence, sans référence politique et sa connaissance socio-économique. Le type même de personnage qui plaît à Macron qui entend gouverner seul non seulement sans parti, sans recours au Parlement mais aussi son gouvernement.

La plupart des médias reconnaissent  à Macron une grande intelligence, ce qu’on peut lui accorder mais  une sorte d’intelligence de nature machiavélique et égocentrique qui ne repose pas réellement sur une grande culture. Plutôt sur les recettes de boutiquiers    d’instituts politique et de l’ENA. Le fond importe peu, la forme tient lieu de philosophie et d’orientation. Pour résumer : sur tous les sujets, parler, parler, parler jusqu’à l’enivrement.

Macron n’est ni un technicien ni un expert comme ceux qui sortent de polytechnique mais ce n’est pas non plus un intellectuel comme ce que produit l’École normale supérieure où d’ailleurs Macron a été recalé.

Non, c’est l’archétype de l’énarque inspiré par les méthodes commerciales américaines. On gère le pays comme une start-up en slalomant  au gré du marché des idées. Bref le handicap des logique administratives françaises qui s’ajoutent aux idées commerciales et politiques des marchands du temple américain. Un mélange de néo libéralisme économique et de  wokisme . L’illusion du progressisme mais la certitude du déclin au final si l’on en juge par l’état lamentable de la société qui doit maintenant gérer des crises structurelles partout en matière notamment de dette,  de sécurité, de santé, d’école, d’environnement et même de défense ( voir le piteux recul de la force Barkanne par exemple).

Ce conseil national de la Refondation constitue bien un exemple du grand vide idéologique du macronisme plus apte à détruire qu’à construire. Par une œuvre de constructeur mais plutôt de brocanteur opportuniste.

« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un gadget !

« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un gadget  !

Face au  relatif vide politique actuel  qui risque de menacer la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Macron sort soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement.

 

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du faît de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés r transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé dans une interview accordée à la presse régionale, dont Le Parisien-Aujourd’hui en France, vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. Pas étonnant car jusqu’alors  Élisabeth Borne n’arrive pas à mordre sur l’opinion publique. Piree la notoriété de l’intéressée ne cesse de baisser avec seulement 27 % de soutien.

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macro prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigué par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à des cathédrales administratives et politiques.

Politique- Un Conseil national de la refondation pour rien

Politique- Un Conseil national de la refondation pour rien

L’ambition – bienvenue – de soigner une démocratie représentative malade mérite mieux qu’un gadget participatif estime un papier de l’Opinion

 

Qui croira qu’un Conseil national de la refondation réveillera des Français « fatigués des réformes qui viennent d’en haut », selon les mots du Président ? Depuis qu’il a révélé, samedi, ce nouvel artifice pour se prémunir d’un blocage politique général, Emmanuel Macron essuie une pluie de critiques. A raison.

Le calendrier de l’annonce ? Inopportun à une semaine des législatives, sauf à considérer que le crédit des députés ne vaut pas tripette face à des citoyens tirés au sort. La forme ? Paresseuse. Dans les pas de ses prédécesseurs, le chef de l’Etat joue d’une nostalgie gaullienne datée et inadaptée, quand l’audace, la vraie, consisterait à reconstruire de fond en comble le « modèle » issu du Conseil national de la résistance. Le fond ? Dangereux tant il rappelle la Convention citoyenne pour le climat, démonstration en creux qu’un cénacle « d’en bas » peut être noyauté, dévoyé, manipulé et, au final, d’une efficacité quasi-nulle.

Comme la promesse d’une méthode réinventée, l’ambition – bienvenue – de soigner une démocratie représentative malade mérite mieux qu’un gadget participatif. Et s’il fallait renouer avec l’esprit de 1945, la révolution par la loi consisterait aujourd’hui, pour un exécutif autoritaire et centralisé, à redistribuer partout et en tout de la responsabilité, de l’autonomie, bref du pouvoir. Au Parlement, par une dose de proportionnelle. Aux institutions locales, par une pratique renouvelée de la subsidiarité. Aux électeurs, par un référendum rendu moins plébiscitaire. Aux entreprises, par une réhabilitation de l’initiative et du risque. Aux forces vives, par un allégement du joug administratif afin de faire confiance aux acteurs « en leur donnant du “pouvoir d’agir” », suivant la formule fort juste d’une fédération d’associations.

Macron II de se donner les moyens de cette refondation intellectuelle et morale, trop fondamentale pour un CNR mal né.

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un gadget !

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un gadget !

Face au  relatif vide politique actuel  qui risque de menacer la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Macron sort soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement.

 

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du faît de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés r transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé dans une interview accordée à la presse régionale, dont Le Parisien-Aujourd’hui en France, vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. Pas étonnant car jusqu’alors  Élisabeth Borne n’arrive pas à mordre sur l’opinion publique. Piree la notoriété de l’intéressée ne cesse de baisser avec seulement 27 % de soutien.

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macro prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigué par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à des cathédrales administratives et politiques.

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

Face au  relatif vide politique actuel  qui risque de menacer la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Macron sort soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement.

 

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du faît de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés r transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé dans une interview accordée à la presse régionale, dont Le Parisien-Aujourd’hui en France, vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. Pas étonnant car jusqu’alors  Élisabeth Borne n’arrive pas à mordre sur l’opinion publique. Piree la notoriété de l’intéressée ne cesse de baisser avec seulement 27 % de soutien.

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macro prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigué par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à des cathédrales administratives et politiques.

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

Politique-« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

Face au  relatif vide politique actuel  qui risque de menacer la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Macron sort soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement.

 

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du faît de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés r transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé dans une interview accordée à la presse régionale, dont Le Parisien-Aujourd’hui en France, vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. Pas étonnant car jusqu’alors  Élisabeth Borne n’arrive pas à mordre sur l’opinion publique. Piree la notoriété de l’intéressée ne cesse de baisser avec seulement 27 % de soutien.

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macro prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigué par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à des cathédrales administratives et politiques.

« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

« CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Macron invente encore un machin !

Face au  relatif vide politique actuel  qui risque de menacer la majorité absolue à l’Assemblée nationale, Macron sort soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement.

 

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du faît de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés r transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé dans une interview accordée à la presse régionale, dont Le Parisien-Aujourd’hui en France, vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. Pas étonnant car jusqu’alors  Élisabeth Borne n’arrive pas à mordre sur l’opinion publique. Piree la notoriété de l’intéressée ne cesse de baisser avec seulement 27 % de soutien.

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macro prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigué par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à des cathédrales administratives et politiques.

Le scandale l’affaire McKinsey devant le parquet national financier

Le scandale l’affaire McKinsey  devant le parquet national financier

Désormais le scandale de l’affaire McKinsey va aussi être géré par le Parti national financier pour deux motifs essentiels à savoir la pertinence d’un recours excessif à des cabinets conseils puisque 1 milliard a été dépensé en 2021 par exemple mais aussi la fraude fiscale puisque McKinsey n’ aurait payé aucun impôt en France. En outre McKinsey aurait travaillé « gratuitement » pour  les campagnes électorales de Macron. 

 

 

Contacté par nos soins, le PNF confirme que «cette enquête vise bien et uniquement la société McKinsey sur la question de son statut fiscal en France». En outre, précise-t-on, les peines encourues, si les faits sont avérés, sont de dix ans de prison et une amende de 750.000 euros, «qui peut être portée jusqu’à la moitié de la valeur des biens ou des fonds sur lesquels ont porté les opérations de blanchiment».

De son côté, le cabinet indique au Figaro qu’il «se tiendra à la disposition des administrations et autorités compétentes». «Chaque fois que le cabinet a fait l’objet de demandes d’informations de la part des autorités publiques, il a évidemment toujours répondu et pleinement collaboré, y compris sur les questions techniques de fiscalité. Cela a été le cas lors des précédents contrôles fiscaux des différentes entités de McKinsey en France», ajoute-t-on. En outre, McKinsey assure de nouveau respecter «les règles fiscales et sociales françaises qui lui sont applicables», et répète que son approche fiscale française est «similaire dans les pays où il est présent et constante depuis des années». Elle est aussi connue du fisc. Enfin, «McKinsey s’étonne de la focalisation sur le cabinet, qui ne représente que 1% des achats de conseil des administrations publiques, comme l’a mentionné le rapport de la commission sénatoriale».

Dans son rapport, la commission d’enquête du Sénat a accusé les entités françaises du cabinet McKinsey d’optimisation fiscale, de telle sorte qu’elles n’auraient versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. «Le cabinet McKinsey est bien assujetti à l’impôt sur les sociétés (IS) en France mais ses versements s’établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans», concluait le rapport, contredisant des propos «tenus sous serment» devant les sénateurs par un directeur associé du cabinet en France.

Ainsi, selon la commission d’enquête menée par le président Arnaud Bazin (LR) et la rapporteure la sénatrice Éliane Assassi (CRCE), l’entreprise aurait échappé à l’impôt sur les sociétés malgré un chiffre d’affaires «sur le territoire national» qui a atteint «329 millions d’euros en 2020, dont environ 5% dans le secteur public» et le fait qu’«il emploie environ 600 salariés» en France. Les sénateurs avaient alors qualifié cette pratique d’«exemple caricatural d’optimisation fiscale», grâce à des «prix de transfert» facturés par la maison mère, basée au Delaware, aux filiales françaises.

 

L’affaire McKinsey devant le parquet national financier

L’affaire McKinsey  devant le parquet national financier

Désormais le scandale de l’affaire McKinsey va aussi être géré par le Parti national financier pour deux motifs essentiels à savoir la pertinence d’un recours excessif à des cabinets conseils puisque 1 milliard a été dépensé en 2021 par exemple mais aussi la fraude fiscale puisque McKinsey n’ aurait payé aucun impôt en France. En outre McKinsey aurait travaillé « gratuitement » pour  les campagnes électorales de Macron. 

 

 

Contacté par nos soins, le PNF confirme que «cette enquête vise bien et uniquement la société McKinsey sur la question de son statut fiscal en France». En outre, précise-t-on, les peines encourues, si les faits sont avérés, sont de dix ans de prison et une amende de 750.000 euros, «qui peut être portée jusqu’à la moitié de la valeur des biens ou des fonds sur lesquels ont porté les opérations de blanchiment».

De son côté, le cabinet indique au Figaro qu’il «se tiendra à la disposition des administrations et autorités compétentes». «Chaque fois que le cabinet a fait l’objet de demandes d’informations de la part des autorités publiques, il a évidemment toujours répondu et pleinement collaboré, y compris sur les questions techniques de fiscalité. Cela a été le cas lors des précédents contrôles fiscaux des différentes entités de McKinsey en France», ajoute-t-on. En outre, McKinsey assure de nouveau respecter «les règles fiscales et sociales françaises qui lui sont applicables», et répète que son approche fiscale française est «similaire dans les pays où il est présent et constante depuis des années». Elle est aussi connue du fisc. Enfin, «McKinsey s’étonne de la focalisation sur le cabinet, qui ne représente que 1% des achats de conseil des administrations publiques, comme l’a mentionné le rapport de la commission sénatoriale».

Dans son rapport, la commission d’enquête du Sénat a accusé les entités françaises du cabinet McKinsey d’optimisation fiscale, de telle sorte qu’elles n’auraient versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. «Le cabinet McKinsey est bien assujetti à l’impôt sur les sociétés (IS) en France mais ses versements s’établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans», concluait le rapport, contredisant des propos «tenus sous serment» devant les sénateurs par un directeur associé du cabinet en France.

Ainsi, selon la commission d’enquête menée par le président Arnaud Bazin (LR) et la rapporteure la sénatrice Éliane Assassi (CRCE), l’entreprise aurait échappé à l’impôt sur les sociétés malgré un chiffre d’affaires «sur le territoire national» qui a atteint «329 millions d’euros en 2020, dont environ 5% dans le secteur public» et le fait qu’«il emploie environ 600 salariés» en France. Les sénateurs avaient alors qualifié cette pratique d’«exemple caricatural d’optimisation fiscale», grâce à des «prix de transfert» facturés par la maison mère, basée au Delaware, aux filiales françaises.

 

L’alliance entre les républicains et le rassemblements national est contre nature (Philippe Bas )

L’alliance entre les républicains et le rassemblements national est contre nature  (Philippe Bas )

 

Aussi atterré par la politique d’autarcie proposée par Marine Le Pen que par celle, reposant sur la violence d’Etat, d’Eric Zemmour, le sénateur (LR) de la Manche estime, dans une tribune au « Monde », que « toute recherche d’une synthèse avec cette “autre droite” serait contre nature et nécessairement vouée à l’échec ».

 

Tribune.

 

J’ai honte de devoir constater qu’à rebours de toute morale, dans un pays amoureux des libertés, on puisse proposer, sans être immédiatement accusé de fouler aux pieds l’idéal français, une politique reposant sur la violence d’Etat pour renvoyer les étrangers (un million, dit Eric Zemmour). Je suis également atterré qu’on puisse, comme Mme Le Pen, proposer une politique d’autarcie qui aurait tôt fait de nous isoler du reste du monde. Nous offrons face à Emmanuel Macron une tout autre alternative que l’extrême droite.

Il n’y a rien de bien nouveau dans les prétentions idéologiques de M. Zemmour, mais une radicalité que le lepénisme, dans sa variante « marinienne », avait progressivement réussi à rendre bonasse. Le Rassemblement national (RN), premier parti compassionnel de France, est paradoxalement l’héritier du parti communiste d’antan : il parle à tous les malheureux. Tous sont appelés à croire aux turpitudes des puissants et aux solutions-miracles. Les boucs émissaires sont désignés (CAC 40, technocrates, politiciens, Europe, mondialisation, immigration…). L’antisémitisme semble refoulé, mais cela ne suffira jamais à faire du RN un nouveau parti centriste, n’en déplaise à M. Zemmour. C’est avant tout un parti « populiste ».

Notre faiblesse, comme celle de la gauche, a été de lui abandonner le terrain. Mais ce n’est pas en reproduisant son discours qu’on retrouvera l’adhésion des classes moyennes, c’est au contraire en combattant ses chimères, sa brutalité, en lui opposant nos propres solutions …. Car la République n’a pas de meilleur moyen d’assurer durablement sa propre légitimité que de répondre aux attentes du plus grand nombre.

Le RN demeure un grand danger, parce qu’il veut que l’Etat impose une politique intransigeante et sectaire qu’aucun principe fondamental de l’Etat de droit ni aucune réalité internationale, européenne ou économique ne sauraient entraver ou tempérer. Mais nier le droit, n’est-ce pas aussi nier la liberté ? Nier la réalité, n’est-ce pas aussi se condamner à une dictature rampante ? Les riches s’en tireront toujours en plaçant leurs capitaux là où ils prospéreront. Les classes moyennes, elles, n’auront aucun moyen d’échapper aux conséquences dévastatrices de l’isolement de la France, acculée à la récession. La dette publique étranglera notre économie et anéantira l’épargne nationale. Tout est danger, rien n’est crédible dans ce programme, tout autant que dans celui de Jean-Luc Mélenchon, à l’extrême gauche.

« Le Rassemblement National est une secte  » (N.Bay)

« Le Rassemblement National est une secte « 

 

Il aura fallu une trentaine d’années pour que Nicolas des s’aperçoivent des dérives sectaires du Front National. De quoi s’interroger sur la lucidité et la duplicité de certains responsables qui sont nombreux en ce moment à surfer sur la vague des trahisons opportunistes à gauche comme à droiteL’ancien cadre porte-parole de Marine le Pen    dénonce en effet  les « dérives un peu sectaires » du parti de Marine Le Pen et affirme avoir déposé plainte suite aux « mensonges diffamatoires » de la candidate. Elle l’accuse d’avoir transmis des informations stratégiques à son concurrent.

Une petite phrase lourde de sens pour Nicolas Bay qui, après avoir passé 30 ans sur les bancs du RN, vient de rejoindre Éric ZemmourExclu du parti de Marine Le Pen, le député européen s’est défendu ce jeudi matin sur BFMTV-RMC et a dénoncé un fonctionnement « sectaire » du Rassemblement national.

« Il y a évidemment un problème dans la gestion. Ça relève plus du fonctionnement d’une secte que du fonctionnement d’un parti politique mature. Et je le dis avec une certaine gravité. (…) C’est un fonctionnement avec des dérives un peu sectaires. Il faut qu’il y ait des sensibilités, des personnalités, un débat », a estimé l’élu ce jeudi sur BFMTV-RMC.

Société-Pour la généralisation du Service national universel ?

Pour la  généralisation du Service national universel ?

Dans une tribune à l’Opinion, une centaine de maires dont ceux de Nice, Angers, Reims ou Ajaccio militent  pour une généralisation à l’ensemble de la France du Service national universel, dispositif lancé par Emmanuel Macron et porté par la secrétaire d’Etat, Sarah El Haïry

 

Une démarche intéressante mais qui fuit – Essentiellement pour des motivations politiciennes- le rétablissement du service militaire autrement plus adapté à l’enjeu sociétal et à la stratégie de défense ( comment expliquer par exemple qu’on ne peut envoyer que 5000 hommes au Sahel autrement !). Par ailleurs une tribune d’inspiration un peu trop macronienne qui devrait souligner l’échec quantitatif total du service national universel :quelques milliers effectivement concernés 700 à 800 000 candidats potentiels ! NDLR 

Tribune

Nous maires ayant accueilli des centres de Service national universel sur notre commune ou ayant à cœur de porter des politiques fortes d’éducation à la citoyenneté pour notre jeunesse, appelons de nos vœux à la généralisation du SNU sur l’ensemble du territoire.

En janvier 2018, le président de la République confirmait sa volonté de faire du Service national universel le socle d’un creuset républicain renouvelé. Aujourd’hui, malgré le contexte sanitaire, ce dispositif, porté par Sarah El Haïry, secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, est sur les rails dans tous les départements : en 2022, 50 000 jeunes Françaises et Français de 15 à 17 ans prendront part aux séjours de cohésion du SNU et réaliseront une mission d’intérêt général. Loin du fantasme d’un rétablissement illusoire du service militaire, Emmanuel Macron a posé les jalons de ce qui sera demain un véritable rite de passage républicain qui favorise de vrais temps de brassage social et territorial.

Bien sûr, la mise en place du SNU à un coût. Mais ces dépenses (dont bénéficient principalement les associations locales, les foyers de jeunes travailleurs, les cuisines centrales de nos territoires…) sont en réalité un vrai investissement dans notre jeunesse et peuvent évitent les spirales d’échec de certains publics, que la solidarité nationale est alors appelée à assumer et à prendre en charge ensuite longtemps dans leur vie d’adulte. De par son caractère universel, car il devra concerner à terme chaque année les 700 000 jeunes Français qui constituent une classe d’âge, le Service national universel est une politique

Pour la généralisation du Service national universel ?

Pour la  généralisation du Service national universel ?

Dans une tribune à l’Opinion, une centaine de maires dont ceux de Nice, Angers, Reims ou Ajaccio militent  pour une généralisation à l’ensemble de la France du Service national universel, dispositif lancé par Emmanuel Macron et porté par la secrétaire d’Etat, Sarah El Haïry

 

Une démarche intéressante mais qui fuit – Essentiellement pour des motivations politiciennes- le rétablissement du service militaire autrement plus adapté à l’enjeu sociétal et à la stratégie de défense ( comment expliquer par exemple qu’on ne peut envoyer que 5000 hommes au Sahel autrement !). Par ailleurs une tribune d’inspiration un peu trop macronienne qui devrait souligner l’échec quantitatif total du service national universel :quelques milliers effectivement concernés 700 à 800 000 candidats potentiels ! NDLR 

Tribune

Nous maires ayant accueilli des centres de Service national universel sur notre commune ou ayant à cœur de porter des politiques fortes d’éducation à la citoyenneté pour notre jeunesse, appelons de nos vœux à la généralisation du SNU sur l’ensemble du territoire.

En janvier 2018, le président de la République confirmait sa volonté de faire du Service national universel le socle d’un creuset républicain renouvelé. Aujourd’hui, malgré le contexte sanitaire, ce dispositif, porté par Sarah El Haïry, secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, est sur les rails dans tous les départements : en 2022, 50 000 jeunes Françaises et Français de 15 à 17 ans prendront part aux séjours de cohésion du SNU et réaliseront une mission d’intérêt général. Loin du fantasme d’un rétablissement illusoire du service militaire, Emmanuel Macron a posé les jalons de ce qui sera demain un véritable rite de passage républicain qui favorise de vrais temps de brassage social et territorial.

Bien sûr, la mise en place du SNU à un coût. Mais ces dépenses (dont bénéficient principalement les associations locales, les foyers de jeunes travailleurs, les cuisines centrales de nos territoires…) sont en réalité un vrai investissement dans notre jeunesse et peuvent évitent les spirales d’échec de certains publics, que la solidarité nationale est alors appelée à assumer et à prendre en charge ensuite longtemps dans leur vie d’adulte. De par son caractère universel, car il devra concerner à terme chaque année les 700 000 jeunes Français qui constituent une classe d’âge, le Service national universel est une politique

Zemmour : nouvelle prise de guerre au rassemblement national

Zemmour : nouvelle prise de guerre au rassemblement national

 

Le mercato politique continue pour Zemmour qui tente de avec une certaine réussite de débaucher des personnalités importantes du Front National.

Cette fois il s’agit de  l’eurodéputée Rassemblement national qui  officialise a sa rupture avec le parti de Marine Le Pen et son ralliement à Éric Zemmour. «C’est quelqu’un qui n’est pas politicien. Je me retrouve en lui. Il est à l’écoute, il ne prétend pas parler à la place des Ultramarins», confie l’agricultrice guadeloupéenne de 46 ans.

Primauté du droit européen ou du droit national ?

Primauté du droit européen ou du droit national ?

Pour Mateusz Morawiecki, Premier ministre de la Pologne,   « Le respect des droits de la communauté ne signifie pas qu’ils se situent au-dessus des constitutions nationales » ( dans l’Opinion, extrait)

Tribune

 

 

L’Union européenne se trouve aujourd’hui dans une situation difficile. Nous faisons toujours face aux nouvelles vagues de la pandémie. Nous commençons à peine le processus de la reconstruction de nos économies après la crise provoquée par la nécessité de limiter la vie économique. Nous n’avons pas encore bien commencé à mettre en œuvre le fonds de reconstruction, et le risque d’une crise énergétique a apparu à l’horizon. Les prix du gaz plus élevés frappent les poches des citoyens ordinaires. Pour la première fois dans l’histoire de l’après-guerre de l’Europe, les générations successives ne peuvent pas être sûres si nous leur laisserons un meilleur avenir.

La pression sur l’Europe monte de plus en plus. La Russie se sert du gaz pour forcer des Etats individuels à prendre des décisions favorables à la réalisation de ses propres intérêts. A la frontière Est de l’UE, la Pologne, la Lituanie et la Lettonie sont confrontées chaque jour aux provocations de la Biélorussie et à une vague croissante d’une immigration illégale. De plus, nous assistons à des changements sur l’échiquier mondial – les Etats-Unis révisent leur stratégie actuelle et d’autres pays aspirant à devenir des superpuissances voudront prendre leur place.

Un nombre trop grand de crises devrait conduire à la responsabilisation. Et pourtant, l’Union européenne prête désormais plus d’attention à des problèmes imaginaires qu’à des problèmes réels. A des problèmes créés plutôt par elle-même qu’à des défis externes. Face aux défis nous devons être unis. Pourtant, nous sombrons dans de conflits internes. Or, les bases de ce différend reposent davantage sur des stéréotypes et des préjugés que sur des faits.

 

Il est difficile de trouver une nation qui serait plus attachée à l’idée de la liberté, de la démocratie et à l’idée européenne que les Polonais. Les forces proeuropéennes dominent le parlement polonais et la vie publique. Cependant, les médias et les hommes politiques tentent de lancer un slogan de propagande sur le « Polexit ».

La vérité est évidente. La Pologne ne va nulle part en dehors de l’Europe. La Pologne est et sera membre de l’Union européenne. Nous faisons partie intégrante de l’Union européenne. De l’Union qui devrait rejeter le langage du chantage, de faire pression et de punir ceux qui ont leur propre avis. Nous devons discuter sur les arguments, même s’il s’agit d’un différend difficile et long. Toutefois, nous devons toujours le faire dans l’esprit du respect et de la recherche d’unité. Ce n’est que de cette manière-là que nous pourrons sortir ensemble de nos problèmes.

 La Pologne est un membre fidèle de l’UE. Nous respectons le droit européen comme tout autre Etat membre. Mais le respect des droits de la communauté ne signifie pas qu’ils se situent au-dessus des constitutions nationales. La Pologne n’y fait pas exception. C’est pourquoi, le pluralisme constitutionnel doit rester la règle qui permet de maintenir un équilibre entre de différents systèmes de droit national et européen. Grâce à lui, on peut parler de la complémentarité mutuelle et non du caractère contraire de ces systèmes. Les traités communautaires indiquent précisément quelles compétences les Etats membres ont conférées à la communauté et lesquelles ils ont conservé à l’exclusivité. Le principe de la primauté du droit communautaire signifie qu’ils ont la priorité sur les lois dans les domaines relevant des compétences de l’Union. Nous le reconnaissons également pleinement en Pologne.

Il est difficile de trouver une nation qui serait plus attachée à l’idée de la liberté, de la démocratie et à l’idée européenne que les Polonais.

Mais ce sont les Etats qui sont les « maîtres des traités », et ce sont les tribunaux constitutionnels nationaux qui tranchent en dernier ressort en cas de conflit entre les normes des traités et les normes constitutionnelles. Par conséquent, l’arrêt récent du Tribunal constitutionnel polonais, qui a examiné les relations entre le droit de l’UE et la constitution, ne devrait pas surprendre. Les cours et tribunaux d’Allemagne, du Danemark, de France, d’Italie, d’Espagne, de Lituanie, de République tchèque et d’autres pays de l’UE se sont déjà prononcés de la même manière.

« Le principe de la primauté du droit communautaire (…) ne peut pas, dans l’ordre juridique national, porter atteinte au pouvoir suprême de la Constitution » est un arrêt du Conseil constitutionnel français. « Le Tribunal constitutionnel peut examiner la condition ultra vires [au-delà des pouvoirs - N.D.L.R.] c’est-à-dire déterminer si les actes des institutions de l’Union européenne violent le principe d’octroi, lorsque les institutions, autorités, organes et organismes de l’Union ont dépassé l’étendue de leurs compétences d’une manière qui viole ce principe » – c’est par exemple le jugement de la Cour constitutionnelle allemande. Son homologue danois a constaté, quant à lui, que « la constitution interdit l’attribution des compétences d’une telle mesure qui signifierait qu’[un Etat membre] ne peut pas être considéré comme un pays souverain et démocratique ».

Le principe de la primauté des constitutions nationales est le principe de la primauté de la démocratie des Etats sur les institutions de l’UE

Thèse. Je veux avancer une thèse plus forte ici. Le principe de la primauté des constitutions nationales est le principe, en fait, de la primauté de la démocratie des Etats sur les institutions de l’UE. Aujourd’hui, nous répondons à la question si les nations et les citoyens doivent rester les souverains européens, ou bien si les institutions doivent-elles devenir les souverains. Des institutions de Bruxelles et de Luxembourg caractérisées par un déficit démocratique. Notre avenir commun dépend de cette réponse.

En 1795, la Pologne a disparu de la carte du monde pour 123 ans. Oui, nous étions à l’époque dans une situation difficile. Mais la Pologne a disparu parce qu’une partie des élites, au lieu de lutter contre de vrais défis, s’est battu, les unes contre les autres, pour l’influence et les intérêts. C’est notre péché. Un péché dont nos voisins impitoyables et forts ont immédiatement profité. Ne répétons pas ces erreurs en Europe. Nous avons également des voisins globaux – impitoyables et de plus en plus forts. Que cet avertissement historique soit une leçon pour nous tous.

Concept de la croissance : Le Bonheur National Brut à la place du PIB ?

Concept de la croissanceLe Bonheur National Brut à la place du PIB ?

 

Le professeur en sciences de gestion, Lars Meyer-Waarden, constate, dans une tribune au « Monde », que, au-delà de la satisfaction immédiate du consommateur, les entreprises cherchent désormais à mesurer son niveau de bien-être pour mieux le fidéliser.(extrait)

Tribune. 

Au lieu de s’en tenir à l’évaluation du produit national brut, agrégat de l’ensemble des productions annuelles d’un pays, de plus en plus d’économistes cherchent désormais à mesurer le « bonheur national brut ». Le Bhoutan a fait figure de pionnier, inscrivant dans sa Constitution la centralité de cette quête. L’ONU a établi un indice mondial du bonheur.

Des pays comme la Nouvelle-Zélande sont allés loin sur le plan pratique, arrimant leurs politiques économiques à des indicateurs concrets de bien-être. En France, le président Sarkozy avait lancé une commission d’étude sur ce thème en 2009 sous la houlette du Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz.

Mettre au point de nouveaux outils de mesure est un élément fondamental pour faire évoluer les situations. Le raisonnement vaut à l’échelle macroscopique, pour les gouvernants des pays ou des villes, mais également à une échelle beaucoup plus fine, lorsqu’il s’agit de sonder les cœurs et les reins des consommateurs pour concevoir et vendre de nouveaux produits et services.

Traditionnellement, c’est la satisfaction de court terme de ces consommateurs qu’étudient les experts en marketing. Mais, depuis sept ou huit ans, une communauté grandissante de spécialistes se regroupe à l’échelle internationale et commence à construire de nouveaux instruments de mesure permettant d’étudier, au-delà de cette satisfaction, l’impact en matière de bien-être des produits et services proposés.

La notion est complexe. On sort d’un univers cognitif, d’une satisfaction liée par exemple à un bon rapport qualité-prix, une livraison rapide et fluide, une qualité correspondant aux attentes, pour entrer dans un monde plus affectif.

Il s’agit d’évaluer le sentiment de sécurité, de confiance, provoqué par les produits et services proposés, ainsi que leurs conséquences en matière de santé mentale et physique. Les questions posées aux consommateurs portent sur leurs émotions, sur des aspects éthiques, voire spirituels.

D’un point de vue pratique, on passe de mesures immédiates à des enquêtes menées plus tardivement, mesurant les perceptions de moyen terme.

Moins de 10 % des clients satisfaits fidèles

Ces études marketing revisitées sont d’abord nées d’une demande des entreprises elles-mêmes, déçues de l’incapacité des méthodes de mesure traditionnelles à prévoir des comportements très importants pour elles, comme la fidélité ou l’infidélité des consommateurs aux marques.

Les consommateurs sont toujours nombreux à vouloir affirmer leur statut par des achats qui les positionnent socialement, mais, de plus en plus, ils réclament aussi de la transparence pour pouvoir faire confiance

Le Bonheur National Brut à la place du PIB ?

Le Bonheur National Brut à la place du PIB ?

 

Le professeur en sciences de gestion, Lars Meyer-Waarden, constate, dans une tribune au « Monde », que, au-delà de la satisfaction immédiate du consommateur, les entreprises cherchent désormais à mesurer son niveau de bien-être pour mieux le fidéliser.(extrait)

Tribune. 

Au lieu de s’en tenir à l’évaluation du produit national brut, agrégat de l’ensemble des productions annuelles d’un pays, de plus en plus d’économistes cherchent désormais à mesurer le « bonheur national brut ». Le Bhoutan a fait figure de pionnier, inscrivant dans sa Constitution la centralité de cette quête. L’ONU a établi un indice mondial du bonheur.

Des pays comme la Nouvelle-Zélande sont allés loin sur le plan pratique, arrimant leurs politiques économiques à des indicateurs concrets de bien-être. En France, le président Sarkozy avait lancé une commission d’étude sur ce thème en 2009 sous la houlette du Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz.

Mettre au point de nouveaux outils de mesure est un élément fondamental pour faire évoluer les situations. Le raisonnement vaut à l’échelle macroscopique, pour les gouvernants des pays ou des villes, mais également à une échelle beaucoup plus fine, lorsqu’il s’agit de sonder les cœurs et les reins des consommateurs pour concevoir et vendre de nouveaux produits et services.

Traditionnellement, c’est la satisfaction de court terme de ces consommateurs qu’étudient les experts en marketing. Mais, depuis sept ou huit ans, une communauté grandissante de spécialistes se regroupe à l’échelle internationale et commence à construire de nouveaux instruments de mesure permettant d’étudier, au-delà de cette satisfaction, l’impact en matière de bien-être des produits et services proposés.

La notion est complexe. On sort d’un univers cognitif, d’une satisfaction liée par exemple à un bon rapport qualité-prix, une livraison rapide et fluide, une qualité correspondant aux attentes, pour entrer dans un monde plus affectif.

Il s’agit d’évaluer le sentiment de sécurité, de confiance, provoqué par les produits et services proposés, ainsi que leurs conséquences en matière de santé mentale et physique. Les questions posées aux consommateurs portent sur leurs émotions, sur des aspects éthiques, voire spirituels.

D’un point de vue pratique, on passe de mesures immédiates à des enquêtes menées plus tardivement, mesurant les perceptions de moyen terme.

Moins de 10 % des clients satisfaits fidèles

Ces études marketing revisitées sont d’abord nées d’une demande des entreprises elles-mêmes, déçues de l’incapacité des méthodes de mesure traditionnelles à prévoir des comportements très importants pour elles, comme la fidélité ou l’infidélité des consommateurs aux marques.

Les consommateurs sont toujours nombreux à vouloir affirmer leur statut par des achats qui les positionnent socialement, mais, de plus en plus, ils réclament aussi de la transparence pour pouvoir faire confiance

Société–Service national universel: l’échec monumental

Société–Service national universel: l’échec monumental

L’échec du service national universel est à la fois qualitatif et quantitatif.

Les effectifs devaient  être portés à 30.000 à 40.000 « appelés » en 2020 puis à environ 150.000 en 2021 en fait il y aura 18 000 recrutés pour 2021.

En outre un dispositif qui devait devenir obligatoire. Sur le plan qualitatif, c’est aussi un échec total car il n’y a évidemment rien de militaires, rien de pédagogique et même rien d’intérêt national dans ce service.

Pour atteindre les 400.000 jeunes en 2022 et généraliser le dispositif en 2023 ou 2024 (soit 800.000 jeunes), il lui faudra faire autrement. « A un moment, il faudra le rendre obligatoire pour une partie des jeunes, et pas pour les autres », avait confié Gabriel Attal aux « Echos », en juin.

 

Certains chercheurs affirment dans le JDD que : « Toute l’histoire du service militaire puis du service national le montre : une obligation n’est acceptée que lorsque sa finalité fait l’objet d’un consensus social suffisamment fort pour que ses contraintes soient admises. Si le service militaire a fonctionné à partir de 1905, c’est parce que ce consensus, peu ou prou, existait : une menace toute proche pesait sur les Français. Et c’est parce que ce consensus a commencé à se diluer que, déjà, dans les années 1960, le service militaire a connu ses premiers signes de faiblesse. ».

Une appréciation qui témoigne de l’écroulement même des valeurs qui fondent une nation. Avec le même raisonnement on pourrait aussi supprimer toute régulation judiciaire des délits ou même toute fiscalité. Pour peu qu’on fasse aussi un sondage chez les très jeunes. Il sera aussi possible d’envisager la suppression de l’école. Ou quand la recherche tombe dans le niveau d’une discussion de bistrot

Service national universel: l’échec monumental

Service national universel: l’échec monumental

L’échec du service national universel est à la fois qualitatif et quantitatif.

Les effectifs devaient  être portés à 30.000 à 40.000 « appelés » en 2020 puis à environ 150.000 en 2021 en fait il y aura 18 000 recrutés pour 2021.

En outre un dispositif qui devait devenir obligatoire. Sur le plan qualitatif, c’est aussi un échec total car il n’y a évidemment rien de militaires, rien de pédagogique et même rien d’intérêt national dans ce service.

Pour atteindre les 400.000 jeunes en 2022 et généraliser le dispositif en 2023 ou 2024 (soit 800.000 jeunes), il lui faudra faire autrement. « A un moment, il faudra le rendre obligatoire pour une partie des jeunes, et pas pour les autres », avait confié Gabriel Attal aux « Echos », en juin.

 

Certains chercheurs affirment dans le JDD que : « Toute l’histoire du service militaire puis du service national le montre : une obligation n’est acceptée que lorsque sa finalité fait l’objet d’un consensus social suffisamment fort pour que ses contraintes soient admises. Si le service militaire a fonctionné à partir de 1905, c’est parce que ce consensus, peu ou prou, existait : une menace toute proche pesait sur les Français. Et c’est parce que ce consensus a commencé à se diluer que, déjà, dans les années 1960, le service militaire a connu ses premiers signes de faiblesse. ».

Une appréciation qui témoigne de l’écroulement même des valeurs qui fondent une nation. Avec le même raisonnement on pourrait aussi supprimer toute régulation judiciaire des délits ou même toute fiscalité. Pour peu qu’on fasse aussi un sondage chez les très jeunes. Il sera aussi possible d’envisager la suppression de l’école. Ou quand la recherche tombe dans le niveau d’une discussion de bistrot

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol