Archive pour le Tag 'musulmans'

« Les musulmans doivent respecter les lois » (secrétaire général de la Ligue islamique mondiale)

  »Les musulmans doivent respecter les lois » (secrétaire général de la Ligue islamique mondiale)

Mohammad Abdelkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, déclare que les musulmans doivent respecter les lois y comprises en France.

Interview du JDD

 

Il y a un peu plus d’un mois, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty était assassiné pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet parues dans le magazine satirique Charlie Hebdo. Quelle est votre position à ce sujet?  
L’assassinat du professeur d’histoire et de géographie Samuel Paty est un horrible crime terroriste, et en aucun cas un musulman digne de ce nom ne pourrait commettre un tel acte. Cet extrémiste qui a commis ce meurtre ne représente en rien l’Islam, il est plutôt le porteur d’une idéologie terroriste qui l’a incité à commettre ce crime. En plus d’avoir commis l’irréparable en ôtant la vie à ce pauvre professeur, ce terroriste a porté préjudice à l’image de l’Islam. Nous avons l’ultime conviction que la valeur des prophètes est beaucoup trop importante pour pouvoir être atteinte par de simples dessins aussi irrespectueux soient-ils.

Les séparatistes se sont en premier isolés des sociétés musulmanes avant de s’isoler dans les autres types de sociétés comme en France ou ailleurs

Les musulmans vivant en France doivent-ils reconnaitre que la caricature du prophète fait partie d’un droit au blasphème? 
Il faut bien comprendre que lorsque vous offensez le prophète Mohamed (paix sur lui), c’est la susceptibilité de près d’un milliard huit cents millions de musulmans que vous heurtez, et lorsque vous offensez Jésus, (paix sur lui), vous offensez ce même nombre de musulmans ainsi que les chrétiens. Les libertés ont un sens profond qui ne doit pas être source de division. L’ensemble des savants et des penseurs avec qui nous avons échangé à la Ligue Islamique mondiale ont unanimement reconnu le droit aux libertés, sans aucune équivoque, à ceci près que le principe essentiel est qu’elles ne doivent pas servir de prétextes pour attiser la haine des uns envers les autres, auquel cas ces libertés seraient dénudées de leurs sens profond. Nombreux ont été les dessins et les écrits allant parfois de la simple critique jusqu’à la moquerie, et pourtant les musulmans ne leur ont pas donné plus d’importance que cela. En revanche, bien que nous ne soutenions nullement les caricatures offensantes, nous sommes tout autant opposés à toute forme de violence, comme au fait de leur répondre par la haine. Si finalement ce journal a le droit d’exprimer son point de vue, il est plus que certain que nous avons tout autant le droit d’exprimer notre point de vue sur ces caricatures. Nous ne sommes pas contre les libertés, c’est une évidence, seulement nous appelons à leur bonne utilisation, c’est notre point de vue.

 

Comment comprenez-vous la politique annoncée par le président Macron pour lutter contre ce qu’il appelle le « séparatisme », qui est une forme de combat contre le « communautarisme »?  
Nous avons toujours appelé les Français musulmans ainsi que les résidents musulmans en France à respecter la Constitution, les lois et les valeurs de la République française au même titre que nous, dans le monde musulman, nous attendons des autres qu’ils respectent nos constitutions et nos valeurs. Nous continuons d’en appeler au « dialogue civilisationnel et culturel » entre les nations et les peuples et nous mettons en garde contre les concepts du choc des civilisations. Les séparatistes se sont en premier isolés des sociétés musulmanes avant de s’isoler dans les autres types de sociétés comme en France ou ailleurs. Vous avez fort heureusement dans votre pays une grande majorité des musulmans qui aiment la France, cette France pour laquelle beaucoup se sont sacrifiés, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale et dont les noms sont écrits sur les murs de la Grande Mosquée de Paris. Les musulmans de France qui expriment le désir d’être enterrés en France disent ainsi clairement leur fidélité à la France. On trouve également des milliers de français musulmans dans l’armée, dans la police et la gendarmerie. En opposition à ces honnêtes patriotes, vous avez ceux qui veulent vivre séparés de leur société française alors qu’ils doivent respecter la cohésion française. Personne n’est obligé de rester dans un endroit où il ne veut pas vivre.

Est-ce à dire que vous respectez cette notion presque unique au monde de « laïcité » en France?  
La France a le droit de choisir les idées, les philosophies constitutionnelles et juridiques voulues par son peuple. Pour ce qui est des pays à forte diversité comme c’est le cas pour la France, seul le concept de laïcité peut les régir. Il n’y a pas véritablement d’autre choix, car elle est le garant de la neutralité des institutions de la République tout comme elle garantit la liberté de culte pour toutes les religions.

Que dites-vous aux musulmans vivant en France sur l’interdiction du port du voile ou de la burqa, de la polygamie ou des mesures visant à ce que les filles musulmanes aillent aux cours de natation mixtes ou visitent des musées où sont exposés des nus? 
Celui qui vit dans un pays quel qui soit, en France ou ailleurs, doit obligatoirement en respecter les lois ou quitter ce pays. Et si dans les lois concernant ce pays il y a dans le cadre de la loi des possibilités juridiques de pouvoir bénéficier de spécificités religieuses ou autres, au niveau individuel ou collectif, c’est par la voie législative qu’il faut en demander les droits.

L’Islam est par essence la religion de la tolérance

Des philosophes, comme Bernard-Henri Levy ou des écrivains comme Kamel Daoud espèrent la renaissance d’un « Islam des Lumières et de la tolérance ». Pourquoi est-ce si difficile à organiser? 
L’Islam est par essence la religion de la tolérance. J’en veux pour preuve le rassemblement en décembre 2018 à la Mecque de près de 1.200 muftis et 4.500 intellectuels lors d’un congrès international organisé par la Ligue islamique mondiale sur le thème du « Danger de la classification et l’exclusion ». Ou encore lors du congrès qui a permis d’établir « La Charte de La Mecque » qui stipule l’obligation de respecter les particularités des pays, les lois ainsi que les cultures, en soulignant l’importance du dialogue positif et constructif avec toutes les composantes de la société afin de créer une vraie cohésion sociale plutôt que de partir dans une logique de conflits et de choc de civilisation.

Souhaitez-vous que les musulmans vivant en France puissent être représentés par une institution, comme le souhaite le gouvernement français, qui fasse fonctionner un « Islam de France », respectueux de la laïcité et de la République? 
Le terme « Islam de France » vise à prendre en compte le contexte local dans les décisions de la jurisprudence islamique. C’est un fondement essentiel. Car l’un des principes de loi islamique c’est la tolérance prônée par l’Islam. La fondation « Islam de France » est dirigée par mon ami Ghaleb Bencheikh. C’est pour moi une personnalité française très inspirante. Il a d’ailleurs participé à la conférence de la Mecque que je viens d’évoquer. Il fait partie selon moi des personnalités françaises musulmanes qui peuvent faire bloc contre les musulmans voulant s’isoler dans la société française. Il a permis de diffuser une bonne compréhension de l’Islam et présenter la modération de l’Islam tout en défendant les valeurs françaises.

 

Pendant des décennies, votre pays, ainsi que d’autres, ont financé le culte musulman en France à travers des envois ou des formations d’imams ou des constructions de mosquées. Est-ce normal? 
D’abord, je rappelle que je représente la Ligue islamique mondiale. Mes propos sur ce sujet ne représentent pas la position du gouvernement du Royaume saoudien. Mais le Royaume a récemment décidé que ces centres et lieux de culte devraient être gérés par les musulmans de chaque pays sans aucune intervention extérieure, et le Royaume a officiellement remis la gestion des centres et des mosquées aux responsables locaux sans envoyer d’imams ou de prédicateurs et sans former d’imams en France. Selon un rapport publié par le Sénat français en 2016, le nombre d’imams en France venus de l’étranger était de 301, et aucun d’entre eux n’est saoudien ou soutenu par le Royaume. J’ai été ravi d’apprendre la décision du président français de créer un comité national pour les imams de France, tout comme ce serait une chose très constructive s’il pouvait y avoir un fonds global pour financer les mosquées et les centres religieux. Nous sommes convaincus que tout financement partiel vers telle ou telle communauté ne servira pas l’intégration nationale. Au contraire, il pourrait être une cause de séparatisme au détriment de l’unité de la société française.

En quoi le wahhabisme est-il une réponse à l’islam politique des Frères musulmans, ou au djihadisme d’Al-Qaïda ou Daech?   
Premièrement, il n’existe pas de doctrine wahhabite. Deuxièmement, à la Ligue islamique mondiale, ainsi qu’en Arabie saoudite, nous sommes contre les idées des « Frères musulmans ». Ils ont été officiellement classés dans le Royaume comme un groupe terroriste, car l’islam politique réduit l’Islam à des objectifs politiques extrémistes. D’ailleurs, nous espérions que la France franchirait un pas significatif pour criminaliser l’islam politique par la loi, seul représentant porteur de cette idéologie terroriste et des partis qui en dérivent, à savoir la confrérie des « Frères musulmans ». Le retard de la France pour empêcher les financements étrangers destinés à la formation d’imams étrangers a été source de problèmes et pourrait avoir de lourdes conséquences.

 

N’est-ce pas pourtant en vertu de la Charia et au nom de la religion que la peine de mort existe dans votre pays, ainsi que l’amputation pour les voleurs ou le fouet pour l’adultère ? En quoi cet islam-là est-il si différent de celui de Daech?  
La peine de mort n’a pas fait de consensus international, car il y a de grands pays qui la pratiquent en dehors des pays musulmans comme les États-Unis, la Chine ou l’Inde. La France, avant 1981, pratiquait encore la peine de mort. Il y a malgré tout aujourd’hui un grand nombre de français qui sont pour la peine de mort. Au XVIIIe siècle, le grand philosophe et écrivain Voltaire s’opposa à la peine de mort alors qu’au cours du même siècle, Montesquieu soutenait ce châtiment. Les textes religieux qui sont venus fixer ces peines spécifiques représentent la croyance de plus d’un milliard huit cents millions de musulmans, et quand vous exigez leur abolition, c’est comme si vous demandez indirectement d’abolir le Saint Coran. Nos sanctions pénales sont proportionnelles à la gravité du crime commis et l’Islam ne fait pas preuve d’indulgence vis-à-vis des criminels. Cependant, l’Islam, même dans les peines sévères, cherche une justification pour les réduire et la loi islamique accorde une grande place à la contrition pour atténuer leur application.

Le sort qui a été réservé au journaliste Jamal Khashoggi au sein du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul ne mérite-t-il pas un acte de contrition de la part des autorités saoudiennes dont vous avez été l’un des ministres? 
Le Royaume d’Arabie saoudite a officiellement déclaré que le meurtre de M. Jamal Khashoggi était un crime odieux. Des décisions de justice sévères ont été rendues contre les criminels impliqués dans ce meurtre.

Ouïgours :  » les colères sélectives de certains pays musulmans « 

Ouïgours : «  les colères sélectives de certains pays musulmans « 

La sociologue Dilnur Reyhan dénonce, dans une tribune au « Monde », la colère sélective de certains pays musulmans qui appellent à boycotter les produits français après l’affaire des caricatures, mais restent silencieux quant au sort réservé aux

Tribune.

Ces dernières semaines, dans certains pays musulmans, on a pu voir des mouvements de boycott des produits français. La raison de cette grande mobilisation est liée à l’affaire des caricatures du Prophète qui ont été republiées en France après la mort de Samuel Paty, décapité par un terroriste au nom de l’islam, mais aussi aux propos d’Emmanuel Macron promettant de pas « renoncer » aux caricatures. En tant que musulmane, je trouve que la réaction de la grande majorité des musulmans français est digne, car ces derniers condamnent sévèrement cette barbarie et demandent de ne pas lier ce terroriste à l’islam. Etant moi-même musulmane et humaniste de gauche, je vis très mal l’ambiance de haine et les déclarations à tout-va dans les médias incriminant l’ensemble des musulmans juste parce que le terroriste se réclame de notre religion.

Mais les réactions en dehors de France, dans les pays musulmans, sont surprenantes d’hypocrisie. En tant qu’Ouïgoure, membre d’un peuple majoritairement musulman victime d’un génocide mené par la Chine depuis quatre ans dans l’indifférence totale du monde, et notamment des pays musulmans, je n’ai pu m’empêcher de m’étonner de cette « colère » sélective.

Si la Chine continue de construire et d’agrandir impunément ses camps de concentration pour musulmans malgré toutes les pressions internationales, c’est surtout grâce au soutien sans faille de ses amis musulmans : n’oublions pas la liste de la honte de 50 pays, dont la moitié sont musulmans, qui ont soutenu la politique génocidaire de la Chine tandis que 23 autres, majoritairement occidentaux, la condamnaient et demandaient la fermeture des camps de concentration destinés aux millions de musulmans turciques.

En Turquie, par exemple, qui compte la plus grande diaspora ouïgoure hors d’Asie centrale, la société civile a toujours soutenu la cause de mon peuple. Malgré ce soutien fort et la pression populaire, le pays a signé, en 2017, un accord avec la Chine qui autorise l’extradition des Ouïgours de nationalité chinoise. Ainsi, en août 2019, une jeune mère a-t-elle été déportée avec ses deux enfants via le Tadjikistan.

En 2020, des étudiants ouïgours ont essayé de manifester silencieusement à Istanbul en portant des tee-shirts sur lesquels étaient imprimées des photos de leurs parents enfermés dans les camps chinois. La police turque les a obligés à les retourner et fait effacer les captations photos et vidéos prises lors de l’événement. Quelque temps plus tard, lorsque des Ouïgours ont organisé une conférence de presse à Ankara, les témoins venus d’Istanbul se sont vus contraints par la police à faire demi-tour.

MÉLENCHON instrumentalise l’islamhomophobie et déclare qu’il IL Y A EN FRANCE « UNE HAINE DES MUSULMANS DÉGUISÉE EN LAÏCITÉ »

MÉLENCHON instrumentalise l’islamhomophobie et déclare qu’il IL Y A EN FRANCE « UNE HAINE DES MUSULMANS DÉGUISÉE EN LAÏCITÉ »

 

Il est évident que la dernière déclaration de Mélenchon considérant que la laïcité cache en faite une haine des musulmans n’est pas de nature à renforcer la crédibilité de l’intéressé auprès de l’opinion publique. Disons le clairement Mélenchon est toujours animé de cet islamo- gauchiste qui justifiet tout même l’impensable au nom de l’égalité des droits.

 

D’une certaine manière, Mélenchon remet même en cause le concept de laïcité française en tout cas la manière dont il est mis en œuvre. De quoi évidemment déstabiliser une population déjà sous pression de l’islamisme. De quoi justifier les actes délictuels de toutes natures voire même criminels de certains candidats djihadistes .

 

Il faut noter que sur ce terrain Jean-Luc Mélenchon n’a cessé d’alterner les positions contradictoires. Souvenons-nous que récemment il avait déclaré que la population tchétchéne était un problème.

 

Cette dernière déclaration de Mélenchon est particulièrement irresponsable dans un climat aussi tendu qui incite les plus endoctrinés et les plus abrutis à commettre l’irréparable: « Je parle de haine des musulmans, parce que c’est bien de cela dont il est question. Il y a dans ce pays, fabriquée, alimentée par tout un courant d’idées, une haine des musulmans déguisée en laïcité. La laïcité, ce n’est pas la haine d’une religion. L’État laïc, ce n’est pas un athéisme d’État », a développé le député des Bouches-du-Rhône.

 

Rappelant que la France avait derrière elle « une longue histoire des guerres de religions », Jean-Luc Mélenchon dit vouloir conjurer cet avenir que préparent, selon lui, ceux qui stigmatiseraient les Français de confession musulmane. « Il faut faire France de tout bois

 

L’appel d’intellectuels musulmans

L’appel d’intellectuels musulmans

Défendre l’universalité des valeurs sans opposer les communautés, affirme, dans une tribune au « Monde », un collectif d’intellectuels musulmans.

Tribune.

Le récent appel d’entités de certains pays à boycotter les produits français est incompréhensible, choquant et injuste. Il représente un processus d’exclusion réalisant précisément le travers qu’il est supposé combattre. Qui pourrait raisonnablement dire que la France maltraite ses citoyens de confession musulmane ? Personne, hormis peut-être ceux qui voudraient instiller des germes de discorde au sein de la communauté nationale française.

Plus que jamais la concorde et l’union doivent prévaloir au sein de la communauté nationale française victime actuellement d’une série d’attentats innommables qui nous endeuillent tous. Nous, musulmans de France et d’autres pays méditerranéens, appelons au calme et à la raison.

Il y a deux sujets. D’une part, l’émotion suscitée par les caricatures du Prophète et les déclarations des autorités françaises sur ce sujet. D’autre part, les commentaires du président Emmanuel Macron dans un discours récent sur le séparatisme. Prenons-les un par un.

Les caricatures du Prophète. Les auteurs des appels au boycottage critiquent les caricatures du Prophète, les trouvant blasphématoires et dégradantes. Nous-mêmes, qui écrivons et signons ce texte, les trouvons vulgaires et choquantes. Mais, en France, le blasphème n’est pas un délit. Il peut donc être critiqué, mais pas interdit.

Depuis la Révolution de 1789, la liberté d’expression est protégée, comme le rappelle l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme. Des limites sont clairement énoncées par la loi, ne permettant ni d’injurier ni d’inciter à la haine comme le racisme. De fait, tout citoyen est libre de faire appel à la justice s’il estime que ces limites sont franchies, non pas au nom du droit au blasphème, mais au nom du respect de la dignité humaine, et ce quelle que soit la religion concernée, catholique, protestante, juive ou musulmane. Mais rien, en tout état de cause, ne permet d’utiliser la violence, ni dans la loi française ni dans l’islam.

A l’encontre du message coranique

Que certains musulmans se sentent offusqués et choqués par ces caricatures, nous l’entendons, mais nous rappelons que l’islam rejette aussi toute idolâtrie ou sacralisation d’une personne humaine. De fait, le Prophète Mahomet lui-même rappelait qu’il n’était qu’un messager. Il est à plusieurs reprises moqué, traité de fou, d’usurpateur ou insulté par ses opposants.

A aucun moment Dieu n’a appelé à tuer les auteurs de ces provocations, mais Il a incité à adopter un comportement sage et patient face à l’adversité : « Et Nous savons certes que ta poitrine se serre à cause de ce qu’ils disent. Glorifie donc Ton Seigneur par Sa louange et sois de ceux qui se prosternent, et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude. » (Coran XV, 97-99). Dieu encourage les premiers musulmans à ignorer ces attaques et à faire preuve d’intelligence : « Lorsque vous entendez que l’on renie les versets de Dieu et que l’on s’en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. » (Coran IV, 140).

 

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″> 

42 % des élèves musulmans « pas concernés »

42 % des élèves musulmans « pas concernés »

 

 

Dans l’Opinion, Jean-François Mignot (CNRS) rend compte d’une vaste étude sur le rapport qu’entretiennent les élèves à l’égard des attentats

 

 » L’assassinat d’un enseignant d’histoire-géographie le 16 octobre pour avoir présenté à ses élèves des dessins de Mahomet survient dans un contexte où des proportions non négligeables de musulmans — et singulièrement les plus jeunes générations — tendent à exprimer des valeurs qui sont en contradiction frontale avec les valeurs libérales de la plupart des autres Français. C’est ce qu’un groupe de chercheurs a pu observer en étudiant, en 2016, les attitudes et valeurs politiques et religieuses de près de 7 000 élèves de seconde, dans 23 lycées publics de 4 académies de métropole.

L’ouvrage issu de cette recherche, La Tentation radicale. Enquête auprès des lycéens, étudie notamment les réactions des lycéens à l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo. Nous avons d’abord interrogé ces lycéens sur leur opinion à propos des auteurs de l’attentat de janvier 2015 : « Quand tu penses aux auteurs de ces attentats, quelle est ta réaction ? » Dans leurs réponses, il apparaissait que 17 % des élèves chrétiens et 14 % des élèves sans religion ne condamnaient pas totalement les auteurs de cet attentat, contre 45 % des élèves musulmans. Nous avons ensuite posé une seconde question, sur le degré d’implication émotionnelle dans la minute de silence organisée en hommage aux victimes : « A la suite de ces événements, une minute de silence a été organisée dans les écoles. T’es-tu senti(e) concerné(e) ? » Alors que 17 % des élèves chrétiens ou sans religion déclaraient ne pas s’être sentis concernés par la minute de silence, c’était le cas de 42 % des élèves musulmans.

« La tâche à accomplir pour préserver en France la liberté d’expression, et notamment la liberté de blasphème, est immense. Et seule l’école peut remplir cette mission »

« Abusé ». Au cours de la cinquantaine d’entretiens (sans que soit alors demandée l’éventuelle appartenance religieuse) que nous avons menés, l’expression des élèves la plus récurrente à propos des dessinateurs de Charlie Hebdo était qu’ils « l’ont cherché », « l’ont un peu cherché », « l’ont bien cherché », « ont provoqué » ou « ont abusé ». De fait, ces élèves condamnent moralement la publication des dessins de Mahomet comme une forme d’irrespect, un « manque de respect » envers la religion musulmane, mais aussi envers les croyants, leur identité et leur sensibilité. Dans cette optique, critiquer la religion ou se montrer irrévérencieux à son égard « c’est comme si on s’attaquait à nous. A notre personnalité ». « Juger une religion », nous disait un élève, « c’est comme se moquer du physique de quelqu’un en fait ». Un autre élève déclarait ainsi : « J’aime pas les gens qui se moquent de la religion. Les humoristes. C’est même pas des hommes. C’est rien. »

La tâche à accomplir pour préserver en France la liberté d’expression, et notamment la liberté de blasphème, est immense. Et seule l’école peut remplir cette mission. Il faut donc que les professeurs soient ardemment soutenus, par l’institution scolaire mais aussi par le corps social tout entier. Dans un pays libre, les dogmes religieux n’engagent que ceux qui y croient.

 

Jean-François Mignot est démographe, chercheur au CNRS.

« Musulmans, réveillez-vous! »( L’imam Hassen Chalghoumi )

« Musulmans, réveillez-vous! »( L’imam Hassen Chalghoumi )

“Ils ont décapité la tête d’un homme en pleine rue à Paris, pas à Bagdad! Réveillez-vous, c’est votre avenir qui est en jeu!”, s’est emporté L’imam Hassen Chalghoumi de Drancy.  en interpellant l’ensemble des musulmans, notamment “les recteurs de mosquées, les imams, les parents, les responsables associatifs”. L’imam Hassen Chalghoumi

“Décapiter un homme pour une caricature, c’est pas l’islam, c’est pas la religion, c’est l’islamisme, c’est le poison de l’islam”, a poursuivi celui qui préside la Conférence des imams de France, qu’il a fondée en 2009 pour tenter – sans succès – de créer une instance théologique représentative.

Personnalité controversée dans la communauté musulmane, Hassen Chalghoumi a notamment ferraillé par le passé avec le militant islamiste franco-marocain Abdelhakim Sefrioui, auteur d’une des vidéos virales dans laquelle le père d’une élève de Samuel Paty l’accusait d’avoir “insulté” l’islam, ce qui vaut aux deux hommes d’avoir été placés en garde à vue.

En 2010, en pleine polémique sur l’adoption de la loi interdisant le port du voile intégral dans l’espace public, Abdelhakim Sefrioui avait tenté d’obtenir le renvoi d’Hassen Chalghoumi de la mosquée de Drancy. Ce dernier avait par la suite affirmé avoir été placé sous protection policière.

“La manipulation islamiste est forte”, a souligné l’imam lundi à Conflans-Sainte-Honorine, en félicitant le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de vouloir dissoudre le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), vers lequel renvoyait les vidéos incriminant Samuel Paty.

“On n’en peut plus de ce discours victimaire. On veut un discours responsable, citoyen. On (les musulmans) a les mêmes droits que tout le monde en France”, a clamé Hassen Chalghoumi.

Interrogé par un journaliste sur l’opportunité de continuer à montrer des caricatures de Mahomet, il a répondu “oui”, au nom de la liberté. Samuel Paty, a-t-il dit, était “un homme sage” qui enseignait “la tolérance, la civilisation et le respect de l’autre. C’est un martyr de la liberté.”

Pékin : après les chrétiens, répression sur les musulmans

Pékin : après les chrétiens, répression sur les musulmans

Le travail de sinisation se poursuit en Chine surtout depuis que le président Xi a réussi à faire sauter le verrou de la durée de son mandat. Désormais comme Mao,  il est président à vie. Et comme Mao, il a engagé une sorte de nouvelle guerre culturelle y compris vis-à-vis des religions À Pékin, les autorités chinoises ont exigé auprès d’employés de onze restaurants de retirer de leurs échoppes toutes écritures et symboles qui s’apparentent à l’islam, rapporte Reuters ce 1er août. Ce regain du nationalisme coïncide avec la crise économique chinoise caractérisée notamment par une industrie manufacturière en panne. Rien ne va plus en effet au plan économique. La Chine est la première victime du tassement des échanges internationaux et le relais n’est pas pris par la consommation intérieure plombée par un endettement général. Le mécontentement des couches moyennes commence à monter. La guerre commerciale Pékin-Washington, qui leste depuis l’an passé l’économie chinoise, avait  connu une pause fin juin, le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ayant convenu d’une trêve lors du sommet du G20 à Osaka (Japon). Mais le président américain a décidé début août d’imposer une taxe supplémentaire de 10 % sur 300 milliards d’importations en provenance de Chine. La Chine subit donc une nouvelle tension des relations commerciales internationales mais aussi de façon plus discrète certaines tensions internes. D’où cette tentation du régime dictatorial de reprendre en main toute forme de dissidence. Par exemple dissidence démocratique à Hong Kong ou les dissidences religieuses chrétiennes ou musulmanes. Les pays développés après avoir introduit même de façon un peu théorique la problématique environnementale dans les échanges internationaux ferait bien d’intégrer désormais la problématique démocratique sauf à se montrer complice des pires exactions et autres infractions aux droits de l’homme.

Enquête sur les Musulmans de France

Enquête sur les Musulmans de France

Pendant neuf mois, l’Institut Montaigne (qui milite depuis longtemps en faveur des statistiques ethniques et du CV anonyme) a fait interroger la population musulmane sur des dizaines de points, sous le contrôle scientifique d’Antoine Jardin, docteur en science politique et ingénieur de recherche au CNRS. C’est ainsi un autoportrait rigoureux et original des musulmans qui se dégage, avec ses surprises, ses confirmations et ses contradictions.

Voici quelques données de cette grande enquête, inédite, à découvrir dans le JDD : Ils seraient entre 3 et 4 millions. L’Institut Montaigne ose un chiffre sur la présence – souvent fantasmée – de musulmans dans notre pays. On est loin des 8% à 10% de la population brandis par les théoriciens catastrophistes du « grand remplacement ». Selon l’IFOP, ils représenteraient 5,6% des plus de 15 ans vivant en France, et 10% des moins de 25 ans. Il s’agit donc d’un groupe social particulièrement jeune : 84% ont moins de 50 ans. L’âge moyen s’établit à 35,8 ans (il est de 53 ans chez ceux qui se déclarent chrétiens et de 43 ans pour les « sans religion »). La consommation de viande halal apparaît centrale dans la vie des musulmans de France : 80 % des pratiquants et 67 % des non-religieux considèrent que les enfants devraient pouvoir halal dans les cantines scolaires – avis partagé quels que soient le niveau d’études, la situation professionnelle et l’âge. Les musulmans sont plus divisés sur la question du voile, qui reste cependant un point de convergence identitaire : 60% des sondés estiment que les jeunes filles devraient pouvoir porter le voile à l’école et au collège contre 37% des non-musulmans…Un tiers des musulmans ne se rendent jamais à la mosquée, un tiers pour les fêtes religieuses, 29% s’y rendent chaque semaine dont le vendredi et 5 % quotidiennement. Ces chiffres méritent d’être médités, au moment où le gouvernement tente une nouvelle fois d’organiser l’islam de France autour des lieux de culte. La plupart des musulmans (68%) ne connaissent pas le Conseil français du culte musulman (CFCM).

 

(JDD)

Béziers : Ménard fiche les musulmans de sa ville

Béziers : Ménard fiche les musulmans de sa ville

 

Ménard qui ne sait plus quoi faire pour occuper la une et se montrer plus à droite que l’extrême droite innove en fichant les musulmans à Béziers. Histoire de faire le buzz et de bien affirmer son positionnement politique. «Robert Ménard dit qu’il y a 64,6% d’enfants de confession musulmane à Béziers. Mais il les tient d’où, ces statistiques ?» «Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait.» Selon Robert Ménard, «les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence.» Sur le plateau, la conseillère d’Île-de-France Rama Yade et la conseillère de Paris Clémentine Autain semblent s’en offusquer mais l’émission se termine dans le brouhaha. Le débat a toutefois continué tard dans la nuit sur Twitter. Ce mardi matin, invité de BFM TV, l’ancien journaliste persiste et signe. Robert Ménard regrette «qu’on parle du thermomètre» et «pas de ce qu’il en est» mais il assume : «Je fais le tour des écoles et je constate ce qu’il en est. Pour les aider. (…) On n’établit aucune liste mais on essaie de savoir ce qu’il en est pour peser les conséquences.» A Béziers, ces constats sont sans appel : «Dans certaines écoles, il y a plus de 80% d’enfants immigrés, presque 100%, là vous n’intégrez plus personne! (…) Les 2/3 des élèves en maternelle et collège, dans le public, sont des enfants issus de l’immigration : c’est trop!» Et d’expliquer : «Quand vous avez une majorité de mamans qui ne parlent pas français, quand vous n’avez pas les codes de l’école, vous êtes pénalisé. La seule chose qui m’intéresse, c’est le quotidien des Biterrois. (…) Il faut donner des moyens. Quand le soir des cours de Turcs sont donnés… Je préfèrerais donner des cours à des mamans qui ne parlent pas français pour qu’elles comprennent le cahier de classe», poursuit-il. Bien au delà du cas de Béziers, «oui, il y a trop d’immigration en France. Il faut qu’on arrête d’ouvrir nos frontières» Et d’évoquer les milliers de «malheureux recueillis ce week-end en Méditerranée» à qui on ne doit «pas faire autant de cadeau». «La solution, c’est de voir comment on fait pour qu’ils restent chez eux.»
 

Terrorisme : « Que les musulmans se rebellent un peu plus férocement » (Pelloux)

terrorisme : « Que les musulmans se rebellent un peu plus férocement » (Pelloux)

 

 

Il a raison de pousser un cri d’alarme Patrick Pelloux qu’ on ne peut soupçonner d’être facho ; Les musulmans modérés roupillent, certes ils protestent mais tellement mollement ! Or si le terrorisme se développe comme c’est probable compte tenu de l’apathie général, ce sont eux qui seront les premières victimes des réacs. Ils doivent donc se réveiller comme pourraient se réveiller les cathos si certaines sectes devaient verser dans les  assassinats et la barbarie. La complaisance tacite n’est pas tolérable. Nulle part non seulement dans la sphère publique mais aussi dans la sphère privée. Les valeurs de la république ne sont pas à dimension variable, ce n’est pas l’auberge espagnole où on repart avec ce qu’on apporte. C’est un  tout, un socle et c’ est d’adhésion active à ces valeurs qui autorisent à se prétendre français ‘ (cela vaut pour les musulmans comme pour les autres). On ne peut  se limiter à un comportement de consommateurs des valeurs qui nous intéressent, il faut être aussi acteur, « On a l’impression que l’on vit dans une époque de terreur ». C’est par ces mots que Patrick Pelloux a caractérisé la situation mondiale actuelle. Cinq semaines après les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo, le chroniqueur a réagi aux attaques ayant frappé Copenhague. « C’est le même mode d’action. Il ne faut pas avoir fait de grandes études dans le terrorisme, si étude il y a », a-t-il commenté.  « Il faut rester debout, ne pas avoir peur », a martelé Patrick Pelloux qui définit cela com me « la terreur fasciste ». « Il faut que l’ensemble des croyants de cette religion se rebelle un peu plus férocement. On a besoin de sentir des gens qui se mobilisent. Cela prend des proportions… On ne sait pas où ça va aller mais vraisemblablement, cela va refrapper. Tout le monde doit se mobiliser ».  Je me sens Danois, mais tout le monde se sentait Charlie. Car pour lui, ce sont les droits de l’Homme qui sont visés actuellement. « Je me sens Danois, mais tout le monde se sentait Charlie. Cela veut dire que l’on est humaniste et que l’on porte quelque chose », a réagi le médecin urgentiste. « Il ne faut absolument pas s’autocensurer, il faut continuer ».

Charlie hebdo : des dessins condamnables ! (union des oulémas musulmans)

Charlie hebdo : des dessins condamnables ! (union des oulémas musulmans)

La nouvelle critique des dessins de Charlie Hebdo par  la très officielle ‘Union mondiale des oulémas musulmans en dit long le fossé qui sépare les civilisations démocratiques et les civilisations conservatives. En fait une condamnation politique quand on sait qu’elle émane de l’Union mondiale des oulémas musulmans, basé au Qatar et présidé par le prédicateur qatari d’origine égyptienne, Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l’éminence grise des Frères musulmans. Or ce sont les frères musulmans qui sont à origine du concept même d’islamisme radical qui est en fait un détournement des fondements de l’Islam à des fin politique afin d’imposer la charia. Même si cette condamnation est en termes mesurés, elle constitue un marqueur de séparation entre deux civilisations. Certes les dessins de Charlie hebdo ne sont pas toujours la référence du meilleur goût voire de l’humour. Pour autant on se saurait interdire ce type d’expression de la liberté. Une liberté contestée par les fondamentalistes.   »Il n’est ni raisonnable ni logique, ni sage de publier les dessins et les films offensant le prophète ou attaquant l’islam », écrit dans un long communiqué l’Union mondiale des oulémas musulmans, basé au Qatar et présidé par le prédicateur qatari d’origine égyptienne, Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l’éminence grise des Frères musulmans.    »Si on est d’accord que (les auteurs d’attentats) sont une minorité qui ne représente ni l’islam ni les musulmans, alors comment peut-on y répondre par des actes qui ne sont pas dirigés contre eux, mais contre le prophète vénéré par un milliard et demi de musulmans? », s’interroge l’organisme dans son texte publié tard mardi. Selon l’Union mondiale des oulémas, publier de tels dessins ne fera que « donner de la crédibilité à la thèse (des auteurs des attentats) selon laquelle l’Occident est contre l’islam ». Ces publications ne feront qu’ »attiser les haines, l’extrémisme et les tensions », poursuit l’organisme. On se demande ce que devraient dire les autres religions, notamment les catholiques beaucoup plus régulièrement brocardées par Charlie Hebdo et autres journaux satiriques ! En quoi des dessins satiriques pourraient-ils justifier l’extrémisme ?

Barbarie Etat Islamique : appel des musulmans de France

Barbarie Etat Islamique : appel des musulmans de France  

Un appel des musulmans de France pour protester contre les tueries de l’Etat islamique, appel très judicieux car inévitablement, les musulmans risquent d’être   victime de l’amalgame entre Islam et barbarie.  Les musulmans de France sont donc  invités à un rassemblement vendredi devant la Mosquée de Paris, par le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur.  En hommage à l’otage assassiné Hervé Gourdel, assassiné en Algérie mercredi, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a invité ce jeudi « tous les musulmans et leurs amis » à se rassembler vendredi à 14h45, devant la Mosquée de Paris. Dalil Boubakeur, président du CFCM souhaite un rassemblement digne et silencieux. « Nous voulons un recueillement, digne, toutes convictions réunies, pour exprimer d’une même force, la fraternité, l’unité et en même temps la détermination à refuser l’horreur indicible et la barbarie. »   Pour sa part, en Seine-Saint-Denis, l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, a approuvé le rassemblement et lancé un même appel, pour dimanche à 15h, place de la République, à Paris. Cet appel suit la manifestation de solidarité qui s’est manifestée mercredi, aussitôt confirmé l’assassinat de l’otage français. Les mots « horreur« , « lâcheté » ont appuyé la condamnation d’ « un crime barbare ». Dans un communiqué signé de son président, Dalil Boubakeur, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est dit « horrifié »  et demande « un châtiment exemplaire« . « Le CFCM appelle de tous ses vœux pour que soit mis fin à ces actes barbares par une solidarité entre toutes les nations. » Abdallah Zekri, membre exécutif du Conseil français du culte musulman, a dénoncé jeudi l’assassinat par « des terroristes qu’il faut éradiquer« .  »C’est une révolte que j’ai en moi, une colère, un dégoût« . « C’est une révolte que j’ai en moi, une colère, un dégoût » (Abdallah Zekri)  De son côté, l’Union des mosquées de France (UMF) a dénoncé « la lâcheté du groupe terroriste« . 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol