Archive pour le Tag 'Musée'

Macron déjà au musée …….Grévin

Macron déjà  au musée …….Grévin

On pourrait croire que la vague du dégagisme s’accélère avec cette entrée de Macron au musée, mais il s’agit seulement du musée Grévin. Une bonne précaution toutefois car on ne sait pas si Macron va durer et comme Renzi en Italie passer aussi vite de l’ombre à la lumière tellement il semble pressé.  Il est clair que Macron est affecté d’une boulimie réformatrice qui ressemble même à une pathologie chronique. Il réforme tout et en même temps quitte d’ailleurs parfois à ne pas changer grand-chose ou alors à moitie,  voire à contresens. Mais la plupart du temps il chamboule quand même. C’est devenu son credo, il veut incarner le grand réformateur que la France n’a pas connu depuis des dizaines et des dizaines d’années ? Pas de tabou et même s’il le faut la provocation pour bien indiquer que, lui, à la différence des autres fait ce qu’il a dit même s’il ne l’avait pas vraiment annoncé ; mais a force de l’affirmer, on finit par le croire. Macron ne manque pas, de qualité, il est intelligent, malin et même machiavélique, décidé et même têtu, culotté aussi. Bref il bouscule tout, et sa marque de fabrique. Le problème de Macron c’est que pour l’instant on attend les résultats. Des résultats qui ne sont visibles que pour les plus aisés. Du plus 70% de la population le voit davantage comme le président de riches. La grande faiblesse de Macron, c’est l’attente des résultats et il en portera la responsabilité car l’homme est seul. Il décide seul et cadenasse toute la vie politique y compris dans son propre camp pour que personne ne lui fasse de l’ombre. Macron est loué dans les médias français et internationaux mais comme l’était Matteo Renzi, lui aussi, au début, et qui a disparu brusquement du paysage politique. Si par malheur pour le pays, la croissance devait se tasser, si la politique ne devait être rapidement rééquilibrée socialement, si Macron ne redescend pas de son socle jupitérien, il pourrait connaître le même sort que Renzi, le météorite politique tellement adoré de tous et vite oublié.

 

Macron au musée Grévin : déjà !

Macron au musée Grévin : déjà !

 

Pas sur que la prochaine entrée de Macron au musée Grévin serve vraiment sa politique de communication. Cela pourrait donner l’impression que le président de la république est déjà entré dans le passé. Une hypothèse possible car le chef de l’État ne cesse d’user et d’abuser des médias et que les Français pourraient bien être fatigués de cette présence jupitérienne tous les jours et surtout les sujets. Il sera difficile à Emmanuel Macron de tenir un tel rythme quasi quotidien ;  ce n’est sans doute pas le rôle d’un président de la république de s’afficher chaque soir aux 20 heures des journaux télévisés. Il ferait sans doute mieux de prendre un peu de recul et de hauteur car l’activisme n’est pas nécessairement une garantie de pertinence et de cohérence. Pire les responsables du musée Grévin veulent aussi faire entrer Brigitte macro dans le musée des anciennes personnalités. L’entrée du couple présidentiel dans le musée est voulue par l’Académie Grévin, présidée par Stéphane Bern, récemment chargé par Emmanuel Macron d’une mission pour la préservation du patrimoine et ami des locataires de l’Élysée. Pas étonnant Stéphane Bern n’a pas son pareil pour délivrer des louanges calinothérapiques  à ceux qu’il veut flatter. Une sorte de nouveau Jack Lang !

 

Musée Mossoul – Djihadistes : couper des têtes et la mémoire

Musée Mossoul - Djihadistes : couper des têtes et la mémoire

.

 

Les djihadistes ne connaissent que deux méthodes couper des têtes de ceux qui ne sont accord avec eux et couper la mémoire en massacrant les lieux historiques comme au musée de Mossoul. A la barbarie s’ajoute évidemment la stupidité et l’ignorance de cette bande de ratés révolutionnaires. Car le djihadisme permet à tous les ratés, les marginaux, les fous de trouver des excuse à leur ignorance ,  à leur bêtise, à leur folie. Bêtise et violence sont les deux « vertus » communes qui unissent ce combattants de l’absurde meurtrier. Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco dans uen interview au JDD évoque le dernier exploit à Mossoul de ces abrutis.

Vous avez expliqué que ces destructions d’œuvres d’art étaient « plus qu’une tragédie culturelle ». C’est-à-dire?
Nous sommes profondément choqués par ce qui s’est passé jeudi à Mossoul, car ce n’est pas la première fois que l’on assiste à une destruction délibérée du patrimoine dans ce conflit. Cela fait partie des moyens d’actions des extrémistes pour chasser les minorités : la destruction, le pillage, le trafic illicite. Au delà de la tragédie culturelle, je crois que cela porte une atteinte aux identités des peuples et des différentes communautés. Ces gens veulent imposer leurs vues sur une société sans mémoire ni histoire. Ils veulent faire table rase.

A-t-on une idée précise des dégâts causés sur place, à Mossoul?
Nous recevons des informations toutes les heures, mais c’est très difficile de connaître exactement l’étendue des dégâts, car parmi les objets, il existe des répliques et des œuvres authentiques. Nous sommes en train de vérifier cela avec le directorat des antiquités auprès du ministère de la Culture à Bagdad. Leurs experts sont actuellement sur place.

 

Quelle est la stratégie de l’Etat islamique derrière ces actes de vandalisme?
Ils veulent supprimer la mémoire, la diversité culturelle pour imposer une vision totalitaire et unique, qui n’est pas en rapport avec l’histoire de l’humanité et la vision du 21e siècle. Ils veulent aussi empêcher toute réconciliation à l’avenir, en instiguant des fractures au sein de la société irakienne.

Quelle réponse compte apporter l’Unesco à ces agissements?
J’ai envoyé vendredi matin une lettre à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) parce que je considère qu’il s’agit d’un crime contre l’humanité. J’ai aussi appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à se réunir en urgence. Ces actes arrivent quelques jours seulement après l’adoption d’une résolution sur le financement du terrorisme. Celle-ci va aider à protéger le patrimoine. Elle condamne les nettoyages culturels et entend lutter contre le trafic illicite qui finance une partie des activités terroristes.

«La résolution fait le lien entre les considérations sécuritaires, politiques et celles touchant à la protection du patrimoine.»

Concrètement, comment cette résolution se met en place?
Elle fait le lien entre les considérations sécuritaires, politiques et celles touchant à la protection du patrimoine. Cela permet d’intégrer cette notion dans les réponses humanitaires à la crise. Nous sommes mieux organisés désormais pour travailler en collaboration avec Interpol, l’organisation mondiale des douanes, les grandes maisons d’enchères et les musées notamment. J’ai aussi lancé ce vendredi l’idée de créer une coalition internationale pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels.

En attendant une issue au conflit, comment protéger les sites au sol?
Ce n’est pas facile, et il y a des réponses différentes à apporter. En Syrie par exemple, j’ai lancé l’idée – de plus en plus soutenue – d’avoir des zones culturelles protégées, à commencer par Alep. Cela doit permettre de sauvegarder tout ce qui n’est pas encore détruit. Mais en temps de conflit, il faut veiller à la protection du patrimoine.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol