Archive pour le Tag 'Municipales'

Page 8 sur 8

Sondages Municipales: 60 à 120 villes en moins pour la gauche

Sondages Municipales: 60 à 120 villes en moins pour la gauche

La gauche dirige 70% des villes de plus de 100.000 habitants, et devrait en conserver la majorité, les principaux espoirs de la droite reposant sur Caen, Metz ou Reims. En revanche, la situation est plus mouvante dans les villes plus petites, notamment celles qui sont éloignées des grandes agglomérations. Si l’on projette sur 2014 les mouvements de 2001 et 2008, la gauche au pouvoir pourrait perdre entre 60 et 120 villes de plus de 10.000 habitants, selon des experts électoraux.

Les villes moyennes sont davantage habitées que les grandes villes par des catégories « qui se sentent géographiquement et socialement déclassées: les familles ne peuvent plus se loger dans les grandes villes, devenues trop chères, craignent de perdre leur statut social et ressentent une dégradation de leur niveau de vie ». Ces villes intermédiaires, renchérit Jérôme Fourquet (Ifop) sont « souvent situées dans des territoires qui se sentent abandonnés, avec un tissu industriel fragile ».

Des facteurs locaux – usure du pouvoir, absence de successeur désigné par le maire sortant qui ne se représente pas, multiplicité des candidatures au sein d’un même camp – peuvent aussi jouer en faveur de l’opposition.

Voici quelques exemples de ces villes où la majorité peut changer:

RHONE-ALPES

- A Chambéry, la maire sortante Bernadette Laclais (PS), 47 ans, en lice pour un deuxième mandat et par ailleurs députée depuis 2012, avait emporté la mairie dès le premier tour en 2008, avec 1.980 voix d’avance (50,14%) sur le candidat UMP. Cette année, elle devra affronter le député européen UMP Michel Dantin, conseiller municipal de Chambéry depuis 1983.

- A Valence, le jeune loup de l?UMP Nicolas Daragon, 41 ans, compte bien reprendre au maire Alain Maurice la ville que la droite avait gérée de 1995 à 2008. La position du sortant socialiste, 52 ans, est d?autant moins confortable qu?il a été battu aux dernières législatives par l?ancien maire UMP Patrick Labaune, et que les Ecologistes ont leur propre liste emmenée par l?eurodéputée Michèle Rivasi, très influente localement.

- A Auxerre, le sortant PS Guy Férez, qui brigue un troisième mandat, aura fort à faire face à un espoir de l?UMP, Guillaume Larrivé, 37 ans. Auxerre a longtemps été tenue par Jean-Pierre Soisson, marqué à droite.

NORD-PAS-DE-CALAIS

Outre Hénin-Beaumont (27.000 habitants), que le FN emmené par Steeve Briois veut ravir au PS, très menacé, Calais pourrait changer de camp: la sénatrice-maire sortante, l?UMP Natacha Bouchart, est menacée par le député PS de 39 ans Yann Capet.

CENTRE

- Bourges: le maire sortant Serge Lepeltier (UDI), qui avait arraché la ville à la gauche en 1995, ne se représente pas. La gauche (56% au 2e tour de la présidentielle 2012) pense pouvoir récupérer la mairie, d’autant que la droite part en ordre dispersé, avec trois listes.

- Chateauroux. Là aussi, le sortant Jean-François Mayet (UMP), ne se représente pas et la droite se présentera en ordre dispersé.

PACA

- A Digne-les-Bains, où le maire PS sortant ne se représente pas, la gauche part divisée, avec deux listes. Elles auront face à elle une liste UMP, mais aussi une liste FN élargie, avec à sa tête une « prise » frontiste, Marie-Anne Baudoui-Maurel, ex-présidente de l?Association départementale des amis de Nicolas Sarkozy.

- A Brignoles (Var), la gauche part unie derrière un élu sortant DVG mais aura face à elle, outre une liste UMP-UDI, une liste FN emmenée par Laurent Lopez, ex-cadre commercial qui a remporté en octobre 2013 l’élection cantonale (53,9%) face à la candidate de l’UMP.

MIDI-PYRENEES

Montauban: l’ancien maire PS Roland Garrigues espère regagner cette ville de 54.000 habitants dirigée depuis 2001 par l’UMP Brigitte Barèges, à la faveur d’une triangulaire avec le FN qui avait recueilli 18% des voix à la présidentielle. Mme Barèges avait été réélue en 2008 avec moins de 200 voix d’avance et a été battue aux législatives de 2012.

 

Sondage municipales : droite 46% , gauche 43%

Sondage municipales : droite 46% , gauche 43%

 

L’opposition de droite reste en tête des intentions de vote à un mois des élections municipales de mars avec 46% mais la gauche remonte de deux points depuis janvier avec 43%, selon un sondage CSA Pour BFM-TV/Orange/Le Figaro.Il y a six ans, les listes de gauche avaient obtenu au total 47,6% des suffrages exprimés au premier tour. « Incontestablement, le contexte national et plus particulièrement le mécontentement dont pâtit aujourd’hui l’exécutif influent sur le rapport de forces politiques », analyse Yves-Marie Cann, de CSA. De son côté, le Front national, qui n’est pas présent dans toutes les communes, perd un point avec 8% des intentions de vote, alors qu’il n’avait obtenu que 1,1% en 2008. Selon CSA, cette moyenne nationale de 8% des intentions de vote signifie que le FN sera susceptible de se maintenir et donc d’empêcher une victoire de la droite dans un nombre non négligeable de cas. Selon une enquête de L’Opinion publiée le 5 janvier, le parti de Marine Le Pen pourrait être en position d’arbitre dans plus de 90 des 240 villes de plus de 30.000 habitants. Ce sondage a été réalisé du 14 au 18 février.

 

Sondage Municipales : amateurisme des hommes pour 51% des français

Sondage Municipales : amateurisme des hommes pour 51% des français

Aujourd’hui, seuls 13,8% des postes de maire sont occupés par des femmes, et les Français voudraient que cela change. Selon un sondage IFOP pour Femmes Actuelles et RTL, 70% des Français souhaitent qu’il y ait plus de femmes maires, surtout les électeurs de gauche et les jeunes (72% des 18-24 ans).   Mais en ce qui concerne leur propre commune, les Français semblent étrangement moins enclins au changement : 54% des Français veulent qu’une femme soit à la tête de leur ville. Dans le détail, ce sont surtout les femmes qui y sont favorables, à 59%, pour 48% chez hommes. Une grande majorité de Français, 62%, font autant confiance aux hommes qu’aux femmes pour gérer une commune. En revanche, 55% d’entre eux estiment qu’hommes et femmes font de la politique de manière différente. C’est ce que pensent 61% des femmes et 48% des hommes. Côté différence entre les hommes et femmes politiques, 72% des Français jugent les femmes plus au contact des réalités que les hommes, et 82% les considèrent plus à l’écoute des citoyens.  Les hommes seraient par ailleurs plus lâches, selon 92% des sondés, tandis que les femmes seraient plus honnêtes, selon 89% d’entre eux. 51% des Français accusent les hommes d’amateurisme, un défaut qui était attribué aux femmes par 58% des sondés en 2001. Les clichés ont toutefois la vie dure, puisque 60% des hommes critiquent le manque de professionnalisme des femmes.  Concernant les préoccupations, 82% des femmes attendent de leur maire qu’il agisse en priorité sur l’emploi.

Sondage municipales : gauche 40%, droite 46%

Sondage municipales : gauche 40%, droite 46%

Un sondage qui montre pour la première fois depuis 7 ans que la droite est en tête ;  environ la moitié des sympathisants de gauche de 2012 sont prêts à voter socialistes. En fait un vote sanction qui se prépare et qui explique aussi la remontée de la participation. Et si les municipales intéressaient les Français? Une participation en hausse (67%), c’est le premier enseignement du  sondage IFOP/JDD. Avec un gros bémol puisque c’est à droite que les électeurs sont davantage mobilisés qu’à gauche. Un différentiel qui risque d’inquiéter un peu plus les maires socialistes sortants candidats à leur réélection.   Ce clivage entre la gauche et la droite se retrouve dans les souhaits de victoire. Les listes de gauche recueillent 40% des souhaits de victoire contre 46% pour les listes de droite UMP/UDI/FN.   »C’est la première fois depuis 2007 que le souhait de victoire est favorable à la droite », analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. « La gauche n’est pas en effondrement, dit-il. Elle est fragmentée avec une déception chez les électeurs de François Hollande. » Dans le détail, le bloc de gauche est fragile car le PS ne recueille que 21% et ses relations avec le Front de gauche (11%) et EELV (8%). Plus préoccupant encore, seulement 52% des électeurs sont déterminés à revoter pour les listes socialistes.

 

Sondage- Municipales : la fiscalité, premier enjeu pour 48%

Sondage- Municipales : la fiscalité, premier enjeu pour 48%

 

La fiscalité premier enjeu pour les municipales loin devant le cadre de vie et la sécurité, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France. La question de la fiscalité et des impôts locaux est de celles qui vont « le plus compter » au moment du vote pour 48% des sondés, contre 32% en septembre dernier, selon cette étude. La fiscalité est jugée prioritaire par tous les bords politiques, à l’exception des sympathisants EELV (31%). « Cette préoccupation particulière pour la fiscalité s’exprime aussi bien en zone rurale qu’en province et en région parisienne (de 48 à 53% de citations) », relève l’Ifop. La sécurité et l’emploi, qui talonnaient la fiscalité dans les préoccupations des sondés à l’automne, ne sont plus jugées prioritaires que par respectivement 28% et 24% des personnes interrogées, contre 30% en septembre. La problématique du cadre de vie et de l’environnement se hisse en revanche au deuxième rang des priorités des sondés (+ 13 points), avec là aussi une certaine homogénéité selon que la commune est plus ou moins urbaine. La question de l’éducation et des écoles n’est en revanche jugée essentielle que par 12% des personnes interrogées (-14 points), alors même que les communes sont chargées des bâtiments scolaires et de la mise en oeuvre de la semaine de quatre jours et demi. L’action sociale, le logement et la propreté, autres compétences municipales, ne sont jugés prioritaires que par 6% des sondés.

Sondage- Municipales : 35% d’abstention et un vote sanction

Sondage- Municipales : 35% d’abstention et un vote sanction

Deux éléments majeurs pour les municipales d’abord l’abstention, très forte dans l’électorat de gauche et aussi le vote sanction à l’égard du gouvernement.   Un Français sur quatre veut sanctionner François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Selon un sondage Ifop/JDD, 35% des Français seraient tentés par l’abstention. Dans le détail, le résultat est encore plus inquiétant. Ce sont les jeunes et les classes populaires – plutôt acquises à la gauche – qui sont les moins mobilisés. 41% des sympathisants de gauche penchent aussi pour l’abstention, contre seulement 29% à droite et même 22% pour le Front national.Autre enseignement de ce sondage : le spectre d’un vote sanction. Un Français sur quatre déclare vouloir aller voter pour sanctionner la politique du gouvernement. Certes, 64% d’entre eux disent se déterminer principalement en fonction de considérations locales. Mais globalement, le contexte national devrait peser sur ce premier rendez-vous électoral de cette année. Il y a six ans, presqu’à la même époque, seuls 16% des Français déclaraient vouloir sanctionner la politique de Nicolas Sarkozy. Deux mois et demi plus tard, la droite perdait 29 villes de plus de 30.000 habitants.

 

SNCM: dépôt de bilan reporté après les municipales ?

SNCM ; dépôt de bilan reporté après les municipales ?

 

Pour les actionnaires principaux (Véolia et caisse de dépots), le dépôt de bilan ne fait pas de doute. Il est impossible de sortir la SNCF du bourbier financier. Surtout depuis que Bruxelles exige que la compagnie rembourse 440 millions d’euros. 220 millions d’euros au titre d’une recapitalisation contestée et 220 autres millions pour non-conformité de la délégation de service public. Et comme par ailleurs la SNCM perd 15 à20 millions pan, on voit mal comment éviter ce dépôt de bilan qui permettrait de faire repartir une compagnie en s’affranchissant de ces remboursements ; Enfin la SNCM  doit investir pour mieux rentabiliser son activité : environ 600 millions mais à ce jour on ne sait pas comment les financer. L’Etat (25%) et les actionnaires principaux   (66%) semblent d’accord sur ce dépôt de bilan mais reste la question politique et notamment la proximité des municipales. une telle opération avant les municipales pourrait avoir des impacts tant à Marseille qu’en Corse. Dès lors il est vraisemblable qu’on va attendre d’avoir passé cette échéance électorale pour donner une suite à l’actuelle SNCM qui, par ailleurs, ne détient plus que de l’ordre de 30% de parts de marché. . L’occasion aussi de revoir les conditions de sa gouvernance.

Municipales Paris : rififi à l’UMP avec Beigbeder

Municipales Paris : rififi à l’UMP avec Beigbeder

L’homme d’affaires Charles Beigbeder l’a annoncé samedi sur BFM-TV.  »Puisqu’on a une liste de Nathalie (Kosciusko-Morizet, ndlr) qui se déporte un peu vers le centre avec son alliance avec le Modem, on va occuper l’espace entre le FN qui en effet grignote des parts de marché – c’est très dangereux – et Nathalie Kosciusko-Morizet, et ceci nous permettra au second tour de faire un rassemblement plus large pour battre (Anne) Hidalgo », maire-adjointe de Paris et candidate socialiste, a-t-il expliqué. Avec la liste menée par Nathalie Kosciusko-Morizet « évidemment il y a beaucoup de mécontents, mais il y a aussi une ligne politique qui ne représente pas toutes les sensibilités de la droite et du centre à Paris », a-t-il estimé. A la question « vous allez présenter une liste dissidente? », Charles Beigbeder a répondu : « dissidente si vous voulez, mais libre et indépendante ».  »On est en train de s’organiser avec un certain nombre de Parisiens qui veulent s’engager, des membres de la société civile qui ne sont pas forcément des professionnels de la politique et puis aussi des politiques (…), on annoncera tout ça le 7 janvier », a-t-il ajouté. Charles Beigbeder avait déclaré mardi au JDD.fr, après son éviction, que NKM avait « perdu », victime du « retour de la vieille garde de la droite parisienne ». « Elle est méprisante, elle n’écoute personne », avait-il également ajouté. « Pas mal de personnes m’ont félicité d’avoir dit tout haut ce qui se disait tout bas depuis des mois », s’est félicité deux jours plus tard l’homme d’affaires, interrogé par l’Opinion. « C’est clair que j’étais un peu furieux mardi, peut-être que certains de mes mots ont dépassé ma pensée », s’est-il repris samedi. « Ce que je veux c’est battre la gauche », a-t-il répété. Samedi, Charles Beigbeder a annoncé sur Twitter qu’il se mettait « en retrait de l’UMP », après une discussion avec Jean-François Copé qui lui a indiqué « qu’il désapprouvait (s)a démarche » de dissidence.

 

Municipales : « vote sanction contre le PS » (Désir)

Municipales : «  vote sanction contre le PS » (Désir)

 

 

Désir, le transparent premier secrétaire du PS, champion de la langue de bois, fait cette fois preuve de lucidité en craignant un vote sanction contre le PS. « La droite veut détourner cette élection municipale de son véritable enjeu (…). M. (Jean-François) Copé dit +on va en faire un vote sanction », en mettant l’accent sur la fiscalité et la sécurité. « Les Français, eux ne s’y tromperont pas. Il s’agit bien de choisir leur maire pour six ans », a déclaré à la presse le Premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, à son arrivée à la convention.  Se défendant de vouloir seulement « limiter les dégâts », il a affirmé aborder la campagne « avec la volonté de conquérir de nouvelles villes », citant « Marseille, Avignon, Calais, Chateauroux ».   »Il y a un modèle municipal de gauche », a-t-il assuré, soulignant: « nous avons un point d’appui: le bilan de nos maires » dans les communes dirigées par le PS.  Dans un discours à la tribune, Christophe Borgel, secrétaire national chargé des élections a aussi averti que la droite s’apprêtait à « entonner le couplet fiscalité-insécurité ».   »L’élection qui est devant nous va d’abord être une élection locale et les électeurs répondront à la question +quelle femme, quel homme pour diriger notre commune, pour porter les projets de développement de notre commune?+ », a-t-il estimé.  Mais, a-t-il mis en garde, « le coeur de l’électorat UMP est totalement déterminé à se déplacer pour voter contre le pouvoir en place » tandis que « notre électorat votera fortement pour des raisons locales ».  Lors de cette convention, les délégués des fédérations du PS ont voté à une large majorité pour la ratification des listes municipales et européennes, pour lesquelles avaient eu lieu des votes des militants en octobre et novembre.

Sondage-municipales : 18 à 42% pour le FN !

Sondage-municipales : 18 à 42% pour le FN !

 

Les municipales pourraient faire émerger une véritable vote de protestation en effet 42% des Français pourraient voter pour une liste Front national aux élections municipales si l’occasion se présentait dans leur ville. Selon ce sondage publié ce lundi 25 novembre par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et réalisé par l’institut Polling Vox, 18% des Français répondent qu’ils pourraient voter « certainement » pour une liste soutenue par le Front national dans leur ville, 24% « peut-être ». 58% d’entre eux à l’inverse répondent « non, en aucun cas ». Parmi les sympathisants UMP, le cumul de ceux pouvant « certainement » ou « peut-être » voter pour une liste du Front national atteint 59% contre 9% pour les sympathisants de gauche. Dans le même sondage, la grande majorité des Français (88%) répond penser que « parmi les candidats présentés par le Front national il y a des personnes tenant des propos racistes ou antisémites« . Mais selon 40% d’entre eux, il n’y en a pas davantage que dans les autres partis. 69% disent qu’ils modifieraient leur vote si un candidat pour qui ils avaient l’intention de voter tenait des propos racistes ou antisémites, mais 30% ne le feraient pas. 71% trouvent justifié de poursuivre en justice un homme politique tenant de tels propos. Pour l’UEJF, qui veut réunir des partenaires partout en France « pour lancer un observatoire du racisme dans les discours de campagne », « il n’est pas surprenant que les sympathisants FN soient les plus complaisants à l’égard des propos racistes ». « Ce parti continue de se structurer autour d’un discours qui distille la haine, attise les peurs et agite les préjugés », juge le président de l’UEJF Jonathan Hayoun.

 

Réforme pénale Taubira : après les municipales !

Réforme pénale Taubira : après  les municipales !

 

 

La réforme pénale de Taubira semble créer des interrogations puisqu’il n’est plus envisagé de la voter avant les municipales. Il est vrai que le thème de l’insécurité (avec l’emploi) sera central et qu’il faut mieux enterrer pour l’instant cette réforme considérée pourtant comme phare. En effet les mauvais résultats prévisibles au municipales pourrait bien altérer certaines dispositions critiquées notamment par Valls. Le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a écarté hier la possibilité d’un examen au Parlement de la réforme pénale avant les municipales de mars, arguant de raisons de calendrier. Il a expliqué que, comme il n’y aurait « pas de procédure accélérée », « il serait difficile de l’examiner avant l’interruption des travaux du Parlement, fin février, pour cause de campagne électorale ». Manuel Valls avait assuré que le texte serait examiné après le scrutin, tandis que Christiane Taubira avait souhaité que le passage au Parlement s’effectue « dès que possible ».

 

Municipales et européennes : le vote sanction inévitable

Municipales et européennes : le vote sanction inévitable

 

Fiscalité, emploi, sécurité les trois principales priorités du moment ; or sur ces sujets c’est un échec total en raison de la crise bien sûr mais aussi d’une gouvernance flottante qui navigue entre des objectifs contradictoires ; et souvent publiquement en plus. Exemple : Florange avec Montebourg, Les prison avec Taubira et Valls, la sécurité avec Valls. . Pour les municipales, il y aura sanction mais un simple avertissement car pour les européennes dont l’enjeu est davantage politique, la défaite risque de paralyser complètement le gouvernement jusqu’à la fin du mandat de Hollande (s’il va à son terme !). Pour les Municipales 2014 : les Français voteront d’abord pour des enjeux locaux Les enjeux nationaux sont loin d’être les motivations principales du vote aux prochaines municipales, plus de six électeurs sur dix votant d’abord pour des considérations locales, si l’on en croit un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Mais les 26% de vote sanction risquent de faire basculer nombre de majorités municipales actuelles .  Selon une  enquête d’opinion parue dimanche, 61% des personnes interrogées voteront « principalement en fonction de considérations locales. La volonté de « sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement » est exprimée par 26% des sondés, seulement 10% comptant au contraire la soutenir et 3% ne se prononçant pas.  Lors du précédent scrutin municipal, une enquête de l’Ifop de mars 2008 montrait là encore la priorité donnée aux enjeux locaux (66%), devant la volonté de sanctionner (21%) ou soutenir (10%) le pouvoir en place.  Quatre enjeux se détachent parmi ceux qui vont compter le plus dans l’isoloir : la fiscalité (32%), la sécurité et l’emploi (30% tous les deux) et enfin l’éducation (26%). Viennent ensuite le cadre de vie et l’environnement (19%), l’action sociale (17%), le logement (15%), l’animation et la propreté (9% chacun) et enfin les conditions de circulation (8%).

 

Taxe diesel ? : Pas tranché…avant les municipales ?

Taxe diesel ? : Pas tranché…avant les municipales ?

Visiblement rien n’est décidé pour taxer davantage le gasoil ; pourtant Cazeneuve avait affirmé que le concours Lépine fiscal était terminé ! En fait on le fera, sans doute, après les municipales. Enjeu cornélien, il faut quand même donner un peu satisfaction aux écolos mais ne pas mécontenter davantage les électeurs.   »Le diesel tue des gens », a déclaré sur RTL Barbara Pompili, la coprésidente du groupe Europe Ecologie – Les Verts à l’Assemblée nationale qui estime que la question d’une taxe diesel « n’est pas encore tranchée ». Sur i-Télé, le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve a confirmé que la question restait ouverte au débat : « Tout cela doit être expertisé, discuté, évalué et il y aura une décision de prise au terme des consultations que nous conduisons. Barbara Pompili a raison, « diesel tue », (l’essence aussi) comme la fiscalité tue la croissance. De toute manière cela ne changera pas d’un pouce malheureusement la répartition modale. Une confusion entre écologie et fiscalité !

Municipales: le PCF en désaccord avec Mélenchon veut sauver les meubles

Municipales: le PCF en désaccord avec Mélenchon veut sauver les meubles

Le PC pour les municipales veut surtout sauver ce qui reste  qui reste des meubles, donc s’allier là où c’est possible avec le PS ; Du coup désaccord avec Mélenchon qui ne veut d’une alliance avec le PS qu’au deuxième tour. « Nous n’avons pas tout à fait la même appréciation des choses sur la conduite de listes au premier tour mais sur le rassemblement de la gauche au deuxième, je pense que nous pouvons tomber d’accord », a-t-il dit, interrogé par i>TELE.  Assurant que le PCF était « en position dans beaucoup d’endroits de conduire des listes », le numéro un communiste a expliqué que ce serait fait en priorité « là où nous avons des maires ».  Il a ajouté que son parti entendait également « participer à la constitution de rassemblements de gauche », vraisemblablement avec le PS, le but étant de ne « pas laisser la gestion des communes, surtout dans cette période, à la droite et à l’extrême droite ».  A Paris, le PCF présentera ses chefs de file aux municipales le 9 septembre et les militants voteront en octobre sur la stratégie. Ils auront à choisir entre une alliance avec le PS dès le premier tour, comme en 2001 ou en 2008, ou des listes communes avec le PG, son allié au sein du Front de gauche.  Le PG a d’ores et déjà annoncé qu’il ne se rangerait pas derrière le PS au premier tour des municipales parisiennes, et présenté son chef de file dans la capitale, la conseillère de Paris Danielle Simonnet.

PS- municipales : pour l’union à gauche pour éviter la fessée

PS- municipales : pour l’union à gauche pour éviter la fessée

 

Le PS sent venir la fessée aux municipales – sans doute cependant  beaucoup moins cinglantes que celle qui interviendra lors  des européennes. « La gauche part dans tous les sens. Les écologistes ne veulent rien entendre à L’union aux élections municipales. C’est donc la division, mais ils restent dans le gouvernement », écrit le député Cambadélis et secrétaire national du PS chargé des questions internationales, dans ce billet titré « La Gauche façon puzzle ».  Il critique aussi le Front de gauche « uni aux socialistes dans les municipalités », mais qui les « bombarde » au niveau national, ainsi que les Radicaux de gauche qui selon lui « traînent des pieds sur tous les sujets à l’Assemblée nationale et au Sénat ».  Et n’épargne pas son propre parti, dont il voulait prendre la direction en 2012 face à Harlem Désir. « Quant au PS, il joue le temps des groupuscules multipliant clubs et mises en demeure de son propre gouvernement ». Pour M. Cambadélis, « la gauche est cotonneuse et le PS unijambiste » en ce sens qu’il défend le gouvernement -qui « le mérite »- sans « donner du sens et mettre en scène nos marqueurs ».   »La lutte contre les déficits ne fait pas une politique », fait valoir le député de Paris, mais « personne n’avance une alternative politique cohérente ou n’ouvre une perspective ».  Enfin à propos des élections municipales de mars 2014, Jean-Christophe Cambadélis pointe le risque de succès engrangés par le FN pour appeler à l’union à gauche.   »Mobiliser l’opinion pour imposer l’union aux élections municipales est une urgence. S’unir c’est arriver en tête au premier tour, juguler le risque de l’UMP et faire reculer celui du Front National », conclut-il.  La direction de PS se réunira mercredi prochain en séminaire sur ce sujet, pour plancher sur sa stratégie de campagne aux municipales et tirer les enseignements de la récente série d’échecs dans des élections législatives partielles.

 

Sondage -Municipales Paris : NKM menace Hidalgo, en cause le mécontentement général

Sondage -Municipales Paris : NKM menace Hidalgo, en cause le mécontentement général

 

 

Une surprise la remontée de NKM liée sans doute au contexte local mais aussi au mécontentement des couches moyennes en général vis-à-vis da la politique économique du gouvernement. Anne Hidalgo (PS) arriverait en tête au premier tour des municipales à Paris si l’élection avait lieu dimanche avec 37% des voix, devant Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP, 35%), qui progresse de 7 points depuis janvier, selon un sondage Ifop-Fiducial pour le JDD à paraître dimanche.  A la question « pour laquelle des listes suivantes y aurait-il le plus de chances que vous votiez? », une liste conduite par la première adjointe au maire sortant Bertrand Delanoë est première avec 37% des suffrages, un point de moins par rapport à un sondage identique effectué en janvier.  Une liste conduite par Nathalie Kosciusko-Morizet obtiendrait 35% des voix, contre 28% en janvier. Tous les autres concurrents sont loin derrière.  Au deuxième tour, la candidate socialiste l’emporterait haut la main, par 54% des voix contre 46% à sa rivale (56% contre 44% en janvier).  A la question de savoir si Nathalie Kosciusko-Morizet sort « renforcée, affaiblie ou ni renforcée, ni affaiblie de cette primaire », 28% jugent « renforcée », 18% « affaiblie », et 54% ni l’un ni l’autre.  Sondage réalisé du 5 au 7 juin auprès d’un échantillon de 855 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1.006 personnes, représentatif de la population de la ville de Paris âgée de 18 ans et plus.   »La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé(e)) après stratification par arrondissement » souligne l’étude.

 

Frigide Farjot ( anti mariage homo.) : aura des candidats aux municipales

Frigide Farjot ( anti mariage homo.) : aura des candidats aux municipales

 

La chef de file des anti-mariage homo Frigide Barjot affirme dimanche, dans un entretien au quotidien régional Corse-Matin, que son mouvement présentera des candidats aux élections municipales de 2014. Selon la militante, à la tête d’une nouvelle manifestation dimanche après-midi à Paris, le collectif La Manif pour tous, qui mène la fronde contre le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux homosexuels depuis six mois, va « investir le terrain électoral dès les prochaines élections municipales de 2014″. « Sous une forme et une appellation qui restent à définir, nous allons présenter des candidats dans les villes dont les élus n’ont pas joué le jeu », affirme-t-elle dans les colonnes du quotidien corse. Tout en précisant: « Et ne comptez pas sur moi pour vous en dévoiler la liste, ce sera une surprise… »

 

 

Municipales: en attendant de trouver un père pour son enfant, Dati veut être Maire à paris

Municipales: en attendant de trouver un père pour son enfant, Dati veut être Maire à paris

Rachida Dati ne doute de rien, surtout pas d’elle même ; après avoir sollicité la justice (qui n’a pas autre chose à faire) pour trouver un père à son enfant  Rachida Dati veut être maire de Paris.  Le tribunal civil de Versailles avait  estimé que la demande de Mme Dati était « recevable » et a « ordonné une expertise génétique » sur le PDG du groupe Lucien Barrière et la petite Zohra, âgée de 3 ans. Un problème toutefois, l’un des pères présumés refuse. . « Notre client, Monsieur Dominique Desseigne, persiste à contester la véracité des attestations produites par Madame Rachida Dati », ont écrit les avocates du PDG du groupe Lucien Barrière, Me Michèle Cahen et Me Florence Rault. Le richissime patron du groupe barrière n’est pas obligé de se soumettre à ce test ; La justice, dont Dati a été la ministre devra donc décider à partir de son intime conviction ; un mode de reproduction encore inédit. Une loi sur cette question serait bien utile. En cause, évidemment la succession du groupe Lucien Barrière. On voit bien quel rapport Dati entretient avec le concept d’intérêt public, un rapport assez douteux. Si toutes les mères en recherche d’un père (richissime c’est mieux) devaient solliciter la justice, il conviendrait sans doute de créer un ministère spécifique.

1...45678



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol