Archive pour le Tag 'morts'

Coronavirus Brésil :déjà plus de 70.000 morts

Coronavirus Brésil :déjà plus de  70.000 morts

70.000 morts du coronavirus après avoir enregistré vendredi 1.214 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, a annoncé le ministère de la Santé du Brésil. Le plus grand pays d’Amérique latine déplore au total 70.398 morts du Covid-19 et plus d’1,8 million de cas confirmés de contamination avec 45.048 nouveaux cas en une journée, selon ces données qui sont considérées largement sous-estimées par la communauté scientifique.

Ces chiffres n’augurent pas d’une inflexion rapide de la courbe de la pandémie dans le pays de 212 millions d’habitants, qui enregistre le plus de cas de contaminations et de décès au monde derrière les États-Unis. L’État de Sao Paulo (sud-est) est de loin le plus touché avec 17.442 décès (pour près de 360.000 cas confirmés), devant celui de Rio de Janeiro (sud-est également), qui déplore 11.280 décès pour près de 130.000 contaminations. Ceci n’a pas empêché ces deux États de mettre en œuvre récemment un retour progressif à la normale, avec la réouverture des cafés, bars, restaurants et magasins.

Le président Jair Bolsonaro, 65 ans, a lui-même a été rattrapé par le coronavirus qu’il a souvent qualifié de «petite grippe».. Le président brésilien a depuis le début minimisé la crise qui ébranle son pays et s’est montré farouchement hostile au confinement, au nom de la sauvegarde de la première économie d’Amérique latine. La population de son côté est lasse d’un confinement qui, sans avoir été assorti de mesures coercitives, a duré plus de trois mois, et la distanciation physique s’est nettement relâchée. Aucune politique nationale n’a été mise en œuvre au Brésil contre la pandémie. Les gouverneurs des différents États ont agi en ordre dispersé, tout en étant la cible de la vindicte de Jair Bolsonaro.

Coronavirus France : 30.000 morts , tendance en baisse mais laxisme inquiétant et risque de reprise

 

 

25 nouveaux décès liés au coronavirus, ce qui porte le bilan à 30.004 morts depuis le 1er mars, a indiqué la Direction générale de la santé (DGS) dans son point quotidien. Globalement des tendances en baisse avec toutefois l’apparition de clusters et surtout un laxisme généralisé à l’égard des gestes barrières qui inquiètent le comité scientifique qui craint même un retour de la pandémie peut-être même avant septembre.

Le nombre de patients hospitalisés pour une infection au Covid-19 poursuit sa baisse, à 7.062 contre 7.177 jeudi, soit 115 de moins. Le nombre de cas graves en réanimation continue également de refluer, à 496 contre 512 jeudi (-16).

Le nombre total de cas est quant à lui passé de 170.094 jeudi à 170.752 vendredi (+658), selon l’agence Santé publique France.

L’organisme indique que 77 “clusters” sont en cours d’investigation, soit 11 de plus en 24 heures.

“Avant le début du week-end prolongé de fête nationale et avec les départs en vacances de nombreux Français, il convient de rappeler que les gestes barrières restent plus que jamais de mise: protection des personnes âgées et des plus fragiles, hygiène des mains, distanciation physique et port du masque grand public dès lors que les distances ne sont pas respectées, en particulier en espaces clos”, indique la DGS.

La France devient, après les Etats-Unis, le Brésil, le Royaume-Uni, l’Italie et le Mexique, le sixième pays où la mortalité liée au coronavirus franchit la barre des 30.000 morts.

Coronavirus États-Unis : 1.100 morts de plus en 24 heures

Coronavirus  États-Unis : 1.100 morts de plus en 24 heures

Plus de 1.100 personnes sont décédées du Covid-19 sur le sol américain lors dès dernières 24 heures, 131.362 depuis le début de la crise sanitaire mondiale.

La première puissance économique mondiale est de loin la plus touchée par le Covid-19, autant en nombre de cas que de morts. Après une stabilisation de l’épidémie sur la côte Est des Etats-Unis, notamment à New York un temps durement touchée, le pays connaît depuis quelques semaines une flambée des infections dans le Sud et l’Ouest.

Donald Trump minimise ces records quotidiens qui ne cessent d’être battus en les attribuant à un excès de tests, mais de multiples responsables de santé, aux niveaux fédéral et surtout local, jugent la situation grave. Accusant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) d’avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus, le président républicain a officiellement lancé mardi la procédure de retrait des Etats-Unis de l’agence onusienne dont ils sont le principal contributeur.

 

Coronavirus Etats-Unis : 130.000 morts

Coronavirus Etats-Unis : 130.000 morts

Les Etats-Unis ont dépassé la barre des 130.000 morts du nouveau coronavirus et ont encore enregistré lundi un bilan journalier des nouvelles infections inquiétant, à près de 55.000 cas supplémentaires, selon les données de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. En une journée, le pays a enregistré 54.999 nouveaux cas, selon le comptage de cette université à 20 heures 30 locales.

En tout, 2,93 millions de cas de Covid-19 ont été comptabilisés depuis le début de la pandémie aux Etats-Unis. Par ailleurs, avec 357 morts supplémentaires en 24 heures, les Etats-Unis déplorent au total 130.248 décès du Covid-19. Le nombre quotidien de contaminations enregistrées avait atteint un record de 57.683 cas vendredi.

Coronavirus États-Unis : 1.200 morts en 24 heures, hausse généralisée

Coronavirus États-Unis : 1.200 morts en 24 heures, hausse généralisée

le  bilan journalier aux États-Unis est reparti à la hausse mardi. Certains s’attendent même à une montée du nombre des personnes affectées qui pourraient atteindre 100 000 par jour (source américaine) !. Le nombre de décès quotidiens n’avait pas dépassé la barre des 1.000 depuis le 10 juin dernier. Cela porte le bilan américain de la pandémie à 127.322 morts, faisant des États-Unis le pays le plus endeuillé au monde en valeur absolue. Le pays compte aussi 42.528 nouvelles infections quotidiennes du Covid-19.

En raison de la remontée des contaminations et des décès, en particulier dans le Sud et l’Ouest du pays, certains États américains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement. Mardi, le Texas a ainsi battu son record quotidien et rapporté 6.975 nouveaux cas de Covid-19. Au total depuis le début de la pandémie, les autorités texanes ont rapporté 159.986 cas et 2.424 décès. Mardi, plus de 6.500 patients testés positifs au Covid-19 étaient hospitalisés au Texas.

En Californie, plus d’un millier de détenus ont été testés positifs au coronavirus dans la plus vieille prison de l’État, San Quentin, selon les autorités locales.

«Il est évident que nous n’avons pas le contrôle total actuellement», a expliqué le docteur Anthony Fauci, membre de la cellule de crise présidentielle sur le coronavirus. «Je ne serais pas surpris si nous atteignions 100.000 par jour si on ne renverse pas la tendance», a-t-il ajouté lors de son audition devant des sénateurs. Comme d’autres hauts responsables sanitaires américains, le Dr Fauci a appelé les Américains, notamment les jeunes, à se couvrir le visage et à éviter les foules afin d’endiguer la pandémie.

Coronavirus Mexique : plus de 25 000 morts

Coronavirus Mexique : plus de 25 000 morts

25.000 personnes sont mortes au Mexique du Covid-19 et quelques 200.000 autres ont été contaminées depuis le début de l’épidémie dans ce pays de 127 millions d’habitants, selon les autorités. En près de trois mois, le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus atteint «202.951 au jour d’aujourd’hui», tandis que «nous déplorons la mort de 25.060 personnes des suites de l’épidémie», a déclaré jeudi José Luis Alomía, directeur général du département d’épidémiologie du ministère de la Santé mexicain, lors d’une conférence de presse.

Mercredi, 24.324 morts et 196.847 personnes contaminées avaient été enregistrées.

Les trois premiers cas de contamination au Mexique ont été constatés le 28 février. La dernière semaine de mars, le gouvernement a suspendu ses activités non essentielles. Le 1er juin, la réouverture de ces activités a commencé progressivement. La ville de Mexico demeure dans un état d’urgence maximale. Le Mexique a une proportion de contaminations de 159 pour 100.000 habitants, selon les chiffres présentés ce jeudi lors de la conférence de presse.

Le pays, qui compte 127 millions d’habitants, est en septième position pour le nombre de morts liés à l’épidémie. Les chiffres des décès et des contaminations liées au virus dépassent largement les 8.000 décès maximum que prévoyait le ministère de la Santé, qui a entretemps revu ses estimations à la hausse avec un bilan annoncé de 35.000 morts. Cela placerait le pays devant la France, l’Espagne et l’Italie.

Parmi les 36 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Mexique est celui qui effectue le moins de tests de dépistage, avec 3,15 pour 1.000 habitants.

Coronavirus France : 11 morts en 24 heures, moins de contaminations

Coronavirus France : 11 morts en 24 heures, moins de contaminations

 

11 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un total de 29.731 décès depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la Santé (DGS).

Ce nouveau bilan ne prend en compte que les données en milieu hospitalier. Les données en Ehpad ne seront pas actualisées avant mardi prochain, a précisé la DGS.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 9.299, soit 192 de moins que mardi. Les services de réanimation traitaient mercredi 658 patients atteints du COVID-19, soit 24 de moins que la veille.

Selon l’agence Santé publique France, 81 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures pour un total de 161.348 diagnostics positifs. Cette hausse est considérablement moindre que celle de 517 annoncée la veille.

« Si on m’avait écouté, il y aurait eu deux fois moins de morts” du coronavirus (Didier Raoult:)

 

 

 

« Si on m’avait écouté, il y aurait eu deux fois moins de morts” du coronavirus (Didier Raoult:)Le controversé professeur marseillais revient dans une interview dans La Provence sur la gestion de la crise épidémique en France. Didier Raoult estime qu’on n’ »a pas soigné les gens » provoquant « une surmortalité ».

« Depuis le début, je le dis, j’ai peur de la peur ». Didier Raoult revient dans une interview accordée au journal quotidien La Provence sur la gestion de la crise du coronavirus en France. Pour le professeur marseillais, l’épidémie a été gérée par la « peur » plus que par une « mauvaise gestion médicale ».

« Parmi ces morts, plus de la moitié l’ont été, non pas en raison de la mauvaise gestion médicale, ni du Covid, mais du bordel qu’on a foutu dans la santé, car en pratique on n’a pas soigné les gens », tranche Didier Raoult.

« Deux fois moins de morts »

Le professeur marseillais poursuit en expliquant que les autorités sanitaires n’étaient pas prêtes à l’arrivée d’une telle vague et ont été « terrifiées parce que la moyenne d’âge est importante ». « À force d’avoir peur des risques, on n’arrive plus à les gérer », estime-t-il, engendrant alors « une surmortalité ».

« Si on n’avait pas eu peur, on aurait eu deux fois moins de morts, si on m’avait écouté, on aurait eu deux fois moins de morts » pour Didier Raoult qui pense que son discours a été “inaudible”, et rappelant que la surmortalité a été “quatre fois plus à Paris que dans les Bouches-du-Rhône”.

Cette mauvaise préparation est liée également, selon Didier Raoult, à l’absence d’un « véritable programme réfléchi sur le devenir de la recherche hospitalière et médicale ».

 

“Alors que les maladies infectieuses, cela devrait être un domaine régalien, martèle encore Didier Raoult. C’est de la défense nationale. » Il appelle à la création de « sept infectiopoles en France ».

Didier Raoult s’en prend également au conseil scientifique qui selon lui n’a pas fait les bons choix dans la gestion de cette crise. « Si cela avait été un vrai conseil scientifique, on aurait fait des sondages dans quatre ou cinq endroits pour mesurer la cinétique de l’épidémie. On aurait eu des chiffres plutôt que des fantasmes », lance-t-il expliquant avoir été l’un des premiers à définir, grâce à des dépistages, que l’épidémie serait en forme « de cloche ».

La gestion de la crise a été selon lui parasitée par « les pieds nickelés » qui ont travaillé sur le Remdesivir, un antiviral envisagé comme traitement du Covid-19. “Il n’y en avait que pour le Remdesivir, s’insurge-t-il. Je n’ai jamais vu ça. La puissance de Gilead!” Didier Raoult réagit également à la polémique autour de l’étude controversée sur l’hydroxychloroquine publiée dans The Lancet. Cette publication avait entraîné l’interdiction de l’utilisation de la molécule contre le covid-19.

 

“La plus grande faute gouvernementale ne concerne pas les décisions sur la chloroquine. Ils ont été embarqués dans une histoire dont ils n’arrivaient plus à se sortir, dans l’émotion, ils étaient dans la surréaction. En revanche, on a fait tout l’inverse de ce que l’on doit faire dans le traitement des maladies infectieuses”, conclut Didier Raoult.

Coronavirus États-Unis : 425 décès en 24 heures plus de 120.000 morts au total

Coronavirus États-Unis : 425 décès en 24 heures plus de 120.000 morts au total

Les deux pires bilans mondiaux.

La veille, le bilan journalier était de 305 décès en 24 heures, soit un plus bas depuis des mois, mais les chiffres ont tendance à mécaniquement baisser pendant le week-end et juste après, en fonction des remontées des autorités sanitaires locales.

Les différents Etats américains ont pour beaucoup levé les mesures de confinement, et New York – de loin la ville la plus touchée – a fait un nouveau pas dans cette direction lundi avec la réouverture au public des commerces non essentiels. Mais plusieurs Etats du Sud et de l’Ouest du pays enregistrent désormais une flambée du nombre de cas positifs. Parmi eux, la Floride a dépassé la barre des 100.000 cas diagnostiqués, dont près de 3.000 en une seule journée lundi, ont annoncé les autorités sanitaires locales. La courbe du nombre de décès liés au virus reste pour le moment stable dans l’Etat, avec quelque 3.170 morts, dont 12 lundi.

Le bilan de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis pourrait dépasser le seuil des 150.000 morts, a estimé lundi le président américain Donald Trump, tout en déclarant que «2 à 4 millions de vies» auraient été perdues si le pays n’avait pas pris de mesures pour ralentir la propagation du virus.

Coronavirus France 23 morts en 24 heures, inquiétude en Guyane

Coronavirus France 23 morts en 24 heures, inquiétude en Guyane

 

23 morts de plus au cours des dernières 24 heures en France, ce qui porte le bilan depuis le 1er mars à 29.663 décès à l’échelle nationale, annonce lundi la Direction générale de la santé (DGS).

Le bilan quotidien, tombé à sept décès dimanche, était inférieur à 20 morts depuis vendredi.

Le nombre de patients actuellement hospitalisés s’élève à 9.693, soit 130 de moins que dimanche. En ce qui concerne les patients en réanimation, ils sont 701 lundi alors qu’il y en avait 715 la veille.

En ce qui concerne le nombre total de cas, il est passé de 160.377 dimanche à 160.750 lundi, selon Santé publique France.

La DGS parle par ailleurs d’une situation “très préoccupante” en Guyane. “Le virus y circule activement, en particulier le long du littoral et dans l’ensemble des villes du territoire”, souligne-t-elle.

“Le facteur de reproduction (ou R0) y est supérieur à 2, le taux d’incidence est également très largement supérieur au seuil d’alerte, fixé à 50 tests positifs pour 100.000 habitants”, poursuit la DGS, ajoutant qu’une mission de trois professionnels de santé a été envoyée sur place afin de coordonner la gestion de crise avec l’Agence Régionale de Santé.

Le coronavirus France 28 morts en 24 heures en France

Le coronavirus France 28 morts en 24 heures en France

 

28 morts supplémentaires liés au coronavirus ces dernières 24 heures en milieu hospitalier, a annoncé jeudi la direction générale de la santé, qui ajoute que la baisse continue du nombre de personnes hospitalisées observée depuis plus de deux mois se poursuit.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 10.125, soit 142 de moins que mercredi et au plus bas depuis le 23 mars.

Les services de réanimation traitaient jeudi 752 patients atteints du COVID-19, soit 20 de moins que la veille. Le recul est continu depuis le pic atteint le 8 avril dernier, quand 7.148 malades étaient en réanimation. Il faut remonter au 17 mars pour retrouver un nombre inférieur de patients en réanimation (699).

L’agence Santé publique France fait pour sa part état d’une progression de 467 cas confirmés de contamination, portant le total à 158.174 depuis le début de l’épidémie.

Attention aux clusters y compris en métropole

La DGS souligne que la Guyane et Mayotte, où le virus circule “très activement”, font toujours l’objet d’une surveillance renforcée de la part des autorités sanitaires.

En Guyane, la situation épidémique nécessite des transferts de patients et la mobilisation de renforts en cours de programmation pour anticiper toute surcharge des capacités médicales et soulager les équipes sanitaires.

A Mayotte, le nombre de cas est élevé, mais la tendance est à la baisse. Les renforts et les évacuations vers l’île de la Réunion ont permis d’éviter des tensions majeures, indique la DGS.

La direction générale de la santé relève par ailleurs que le taux de reproduction du virus a augmenté en Normandie, franchissant le seuil de vigilance.

Ce taux de reproduction, ou R0, correspond au nombre moyen de personnes infectées par un seul cas. S’il est inférieur à 1, l’épidémie recule. En Normandie, il est remonté à 1,14, précise la DGS jeudi soir.

“Cette augmentation s’explique par la détection de cas groupés, ou clusters, au sud de l’agglomération rouennaise, en cours de gestion. Cette situation reflète donc une circulation virale réelle, mais contrôlée, qui implique une vigilance accrue de la part de l’ensemble de la population”, souligne la direction générale de la santé.

Coronavirus Suède : 5000 morts, en 24 heures et remise en cause de la politique sanitaire

Coronavirus  Suède :  5000 morts, en 24 heures et remise en cause de la politique sanitaire

Avec 499,1 morts par million d’habitants, ce pays scandinave, habitué à être cité en exemple dans de nombreux domaines, pointe à une peu enviable cinquième place mondiale concernant ce taux de mortalité. Derrière quatre autres Etats européens (Belgique, Royaume-Uni, Espagne et Italie) et devant la France, selon les données officielles compilées par l’AFP.

«Je pense que nous aurions dû commencer les tests de masse beaucoup plus tôt, nous aurions dû tester plus de gens», estime Lars Falk, médecin et chef de service au prestigieux hôpital Karolinska de Stockholm. «Dès que quelqu’un est testé positif, il ne sort plus autant et ne rencontre pas autant de gens que s’il n’est pas au courant», dit-il à l’AFP.

Le nombre des patients en soins intensifs est en nette baisse dans son unité comme ailleurs, la Suède a passé le pic, les statistiques s’améliorant progressivement. Mais la pression augmente sur le gouvernement, accusé en particulier de s’être trop réfugié derrière son administration, en l’occurrence l’autorité sanitaire dirigée par son épidémiologiste en chef, Anders Tegnell.

Le premier ministre social-démocrate Stefan Löfven a réaffirmé au cours du week-end que la politique de son pays «n’était pas un échec». Le même, au fatalisme prémonitoire, avait pourtant averti début avril : «Nous allons devoir compter les morts par milliers, autant nous y préparer».

Si la Suède n’a pas de plus mauvais bilan que les autres pays européens les plus touchés, il est très mauvais comparé à celui de ses voisins immédiats et alliés nordiques, où l’épidémie est arrivée à peu près à la même date. Relativement à la population, cinq fois moins de morts au Danemark et – à densité comparable – huit fois moins en Finlande et onze fois moins en Norvège.

Le nombre très important des gens ayant péri dans les maisons de retraite «n’a rien à voir avec la stratégie. Il est lié aux failles dans la société que nous corrigeons», a toutefois plaidé Stefan Löfven, citant l’hygiène déficiente dans les résidences pour seniors.

«Un pas en arrière»

Les responsables des partis politiques, qui comme une grande partie de la population ont largement soutenu la décision de ne pas confiner les 10,3 millions de Suédois, commencent aussi à émettre des critiques. Ils déplorent notamment le retard dans la mise en place d’une campagne de tests massifs, qui n’a réellement commencé que cette semaine et révèle souvent plus de 1000 cas supplémentaires quotidiens ces derniers jours.

«Un leader doit faire un pas en avant, mais Löfven a fait un pas en arrière», a dénoncé Ebba Thor, la dirigeante des chrétiens-démocrates, dans l’opposition de droite. Pour le chef des libéraux au Parlement, Johan Pehrson, l’approche moins stricte de la Suède «pourrait avoir contribué au bilan très élevé». Le patron des conservateurs a quant à lui réclamé la constitution immédiate d’une commission d’enquête sur la gestion gouvernementale de la crise.

Les Suédois, interdits de passer leurs vacances dans plusieurs Etats de l’Union européenne y compris chez leurs voisins nordiques, auront finalement le droit de passer leurs congés dans dix pays, a annoncé mercredi la ministre des Affaires étrangères Ann Linde. Et la Suède peut espérer entrer dans la phase finale de l’épidémie, selon les médecins.

En soins intensifs, «les chiffres ont vraiment baissé. Il y a une vraie différence par rapport à il y a deux mois», explique Karin Hildebrand, médecin à l’hôpital Södersjukhuset de Stockholm, qui s’attend à une poursuite de la décrue. Quant à Anders Tegnell, avocat d’une «stratégie marathon», il a répété que les confinements ne marchaient pas et qu’une fois les restrictions levées, le virus recommencerait tôt ou tard à circuler.

Sans vaccin, «on ne peut pas entièrement éliminer le virus», a-t-il dit mardi. Une étude – dont la fiabilité est controversée – montre que 14% des quelque 50.000 habitants de Stockholm qui ont fait le test de dépistage ont des anticorps agissant face au Covid-19. La capitale est de loin la région la plus touchée du pays.

Pause

Coronavirus Brésil : 1282 morts en 24 heures, en hausse

Coronavirus Brésil : 1282 morts en 24 heures, en hausse

1.282 décès pour la même journée, a rapporté le ministère de la Santé. Le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis en termes d’infections et de décès, compte désormais 923.000 cas de nouveau coronavirus pour 45.241 morts. Des épidémiologistes estiment que les chiffres pourraient être bien plus élevés en réalité, la population ayant encore peu de tests à sa disposition.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le bureau de l’Organisation mondiale de la santé pour les Amériques, a de nouveau exprimé sa préoccupation au sujet de la situation dans ce pays de 212 millions d’habitants. «Le Brésil compte 23% de tous les cas et 21% de tous les décès dans notre région (des Amériques). Et nous ne voyons pas de ralentissement de la contamination. Il en va de même dans presque tous les pays d’Amérique latine et certains dans les Caraïbes sont en augmentation», a déclaré Carissa Etienne, directrice de l’OPS, lors d’une conférence de presse à Washington.

Le Brésil a eu du mal à établir une stratégie pour lutter contre le virus. Le président Jair Bolsonaro, qui a comparé le virus à une «petite grippe», a rejeté les mesures de confinement mises en oeuvre par les autorités étatiques et locales. Le leader d’extrême droite soutient que l’incidence économique de telles mesures peut être pire que le virus et a vanté des médicaments comme la chloroquine et l’hydroxychloroquine, malgré le manque de soutien scientifique pour leur efficacité contre Covid-19.

Coronavirus Brésil : plus de 40 000 morts et 800 000 contaminés

Coronavirus Brésil : plus de 40 000 morts et 800 000 contaminés

Plus de 40 000 morts liées au nouveau coronavirus, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du pays. Ce pays de 212 millions d’habitants a enregistré 40 919 décès, dont 1 239 lors des dernières 24 heures. Sao Paulo a dépassé pour la première fois la barre des 10 000 décès (10 115), contre 7 363 pour Rio de Janeiro. Seuls les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont rapporté davantage de décès dus au Covid-19.

Le Brésil a également dépassé les 800 000 cas confirmés de contamination au coronavirus, dont 30 412 au cours des vingt-quatre dernières heures, a rapporté le ministère de la Santé. Il s’agit du plus grand nombre de cas d’infections au monde, encore une fois après les Etats-Unis. Néanmoins, la plupart des spécialistes estiment que les chiffres officiels sont largement sous-estimés faute de tests suffisants.

Coronavirus France : 23 nouveaux morts, nouveau tassement

Coronavirus France : 23 nouveaux morts, nouveau tassement 

23 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 29.319 morts depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la santé (DGS), qui ajoute qu’aucun indicateur ne témoigne d’une “reprise épidémique”.

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au COVID-19 continue de diminuer, à 11.678 patients, contre 11.961 mardi, soit 283 de moins en 24 heures et au plus bas depuis le 25 mars.

Le nombre de cas graves en réanimation, en recul constant depuis le pic atteint le 8 avril, poursuit également sa baisse à 933 cas contre 955 mardi (-22) et retombe au niveau observé le 18 mars.

Pour ce qui est des contaminations, l’agence Santé publique France fait état mercredi soir de 545 cas confirmés supplémentaires pour un total de 155.136 depuis le début de l’épidémie. La prudence reste cependant de mise dans la mesure globalement au plan mondial la pandémie a plutôt tendance à augmenter même si elle se déplace géographiquement. Le risque étend évidemment d’une reprise de vigueur du virus dès l’automne

Un mois après le début du déconfinement progressif, la direction générale de la santé note que “l’ensemble des indicateurs épidémiologiques de suivi au niveau national (…) sont à des niveaux satisfaisants sur l’ensemble du territoire métropolitain et ne témoignent pas d’une reprise épidémique”.

Pour autant, la DGS réitère ses appels à la vigilance et à la prudence “à travers l’application individuelle et collective des mesures barrières, la protection solidaire des personnes les plus vulnérables, pour nous et pour nos proches” afin, ajoute-t-elle, de “maîtriser durablement le risque de rebond épidémique”.

Les chiffres communiqués mercredi soir ne prennent pas en compte les données des établissements médico-sociaux, dont les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, qui seront actualisées mardi prochain.

La France Coronavirus :54 décès en 24 heures, 29.209 morts mais tassement

La France Coronavirus :54 décès en 24 heures, 29.209 morts mais tassement

 

54 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 29.209 morts depuis le 1er mars, selon des nouveaux chiffres diffusés lundi par la direction générale de la santé, qui ne prennent pas en compte les Ehpad.

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au COVID-19 continue de reculer, à 12.315 patients, contre 12.461 dimanche, soit 146 de moins en 24 heures.

Le nombre de cas graves en réanimation, en recul constant depuis deux mois, est également en baisse, à 1.024 contre 1.053 dimanche (-29). Il faut remonter au 18 mars pour retrouver un bilan quotidien faisant état de patients moins nombreux en réanimation (931).

Pour ce qui est des contaminations, l’agence Santé publique France fait état lundi soir de 211 cas confirmés supplémentaires pour un total de 154.188 depuis le début de l’épidémie.

Dans le détail, la France a enregistré 18.859 décès en milieu hospitalier et 10.350 dans les établissements médico-sociaux. Pour ces derniers, dont les établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes, ces données remontent au 2 juin et seront actualisées mardi par l’agence Santé publique France, précise la DGS.

Coronavirus : l’épidémie s’étend 400 000 morts (OMS)

Coronavirus : l’épidémie s’étend 400 000 morts (OMS)

Si l’Europe  semble bien avoir dépassé son seuil de gravité, reste encore des foyers de communication qui exigent encore des mesures de pruudence . Par ailleurs, au plan mondial, il  semble bien que la crise soit maintenant déplacée vers les États-Unis, l’Amérique du Sud et certains pays d’Asie. «Bien que la situation en Europe s’améliore, dans le monde elle s’aggrave», a déclaré le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’une conférence de presse virtuelle à Genève.

«Plus de 100.000 nouveaux cas ont été recensés sur 9 des 10 derniers jours. Hier, le bilan s’est élevé à plus de 136.000 nouveau cas», le chiffre le plus élevé sur une journée, a-t-il ajouté. Il a précisé que près de 75% des nouveaux cas enregistrés dimanche l’ont été dans 10 pays, principalement sur le continent américain et en Asie du sud.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a estimé que dans les pays où la situation s’améliorait, «la plus grande menace est désormais le laisser-aller», ajoutant que «la plupart des gens dans le monde sont encore susceptibles d’être infectés». «Nous en sommes à six mois depuis le début de la pandémie, ce n’est pas encore le moment de lever le pied», a-t-il insisté.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 404.245 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles ce lundi soir.

Plus de 7 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Les Etats-Unis ont recensé 110.771 décès. Viennent ensuite le Royaume-Uni avec 40.597 morts, le Brésil avec 36.455 morts, l’Italie avec 33.964 morts, et la France avec 29.209 morts.

Le bilan des dernières 24 heures aux États-Unis est de 691 morts, selon l’université Johns Hopkins, contre 3000 morts par jour au plus fort de la crise. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 110.482 décès pour 1.938.842 cas officiels. Viennent ensuite le Royaume-Uni (40.542 morts), le Brésil (35.930 morts), l’Italie (33.899 morts) et la France (29.155 morts).

Coronavirus: seulement 31 morts en 24 heures, mais 29.142 morts

Coronavirus: seulement 31 morts en 24 heures, mais  29.142 morts

 

 

31 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 29.142 décès depuis le 1er mars, selon les chiffres diffusés samedi par le gouvernement.

Ce bilan inclut seulement les nouveaux décès en milieu hospitalier, et non en Ehpad ou établissements médico-sociaux pour lesquels les données sur les décès sont arrêtées de manière hebdomadaire.

Selon les dernières données disponibles, datant du 2 juin, les décès dans les Ehpad ou établissements médico-sociaux atteignaient 10.350.

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 en France atteint samedi 153.634, soit 579 de plus que la veille.

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au COVID-19 continue de reculer, à 12.479 patients, contre 12.696 vendredi, soit 217 de moins en 24 heures.

Le nombre de cas graves en réanimation est également en baisse, à 1.059 contre 1.094 vendredi (-35).

Ces chiffres quotidiens sont habituellement transmis par la Direction générale de la Santé, qui avait toutefois prévenu qu’elle ne publierait pas ce week-end de bilan quotidien, signe de l’amélioration de la situation sanitaire dans le pays.

Vendredi, le président du conseil scientifique COVID-19, le professeur Jean-François Delfraissy, a estimé que l’épidémie liée au nouveau coronavirus était désormais sous contrôle en France.

Autre signe d’amélioration de la situation sanitaire, la préfecture de Police de Paris a annoncé samedi la fermeture du centre d’accueil des cercueils à Rungis qui était ouvert depuis le 3 avril dernier.

Coronavirus France : 35 morts tendance à la baisse

Coronavirus France : 35 morts tendance à la baisse

35 morts ces dernières 24 heures dans les hôpitaux français. Le bilan total s’élève ce samedi à 29.142 morts dans le pays depuis le début de l’épidémie, dont 18.792 à l’hôpital, selon les chiffres communiqués ce samedi par Santé Publique France.

Ce bilan quotidien ne comprend pas les décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux, qui seront actualisés le mardi 9 juin.

En France, 12.479 personnes sont actuellement hospitalisées en raison d’une infection à Covid-19, dont 1059 sont traitées en service de réanimation pour une forme sévère du virus. 35 lits ont été libérés en soins intensifs et 15 nouveaux patients y ont été admis ces dernières 24 heures.

Santé Publique France précise que 70.806 personnes sont sorties guéries de l’hôpital depuis le début de l’épidémie.

397.179 morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a par ailleurs fait au moins 397.179 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles ce samedi à 19 heures GMT.

Plus de 6.827.260 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 2.963.800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Coronavirus: France 44 morts en 24 heures, contamination en hausse

Coronavirus: France 44 morts en 24 heures, contamination en hausse

44 morts supplémentaires au cours des dernières 24 heures en France, pour un bilan total de 29.065 décès, a annoncé jeudi la direction générale de la santé, qui fait cependant état d’une poursuite de la décrue du nombre de personnes gravement malades.

Le bilan total se répartit en 18.715 morts dans les hôpitaux et 10.350 dans les établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement les Ehpad.

Sur les 13.101 personnes actuellement hospitalisées en raison du COVID-19, la maladie provoquée par le coronavirus, 1.163 sont traitées dans les services de réanimation, soit 47 de moins que la veille.

Au total, la France a recensé 152.444 cas de contamination, soit 767 de plus que jeudi, indique Santé publique France sur son site internet.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol