Archive pour le Tag 'morose'

France climat des affaires : morose

France climat des affaires : morose

 

 

Le climat des affaires en France fait du yo-yo mais la tendance sur plusieurs mois demeure morose. En cause, la prudence des ménages sur la consommation, des investissements toujours atones et un environnement international qui ne favorise pas les exportations. Du coup après la croissance zéro enregistrée au deuxième trimestre la progression au troisième trimestre sera très modeste. Le climat des affaires est en effet resté quasiment stable ce mois-ci en France, retrouvant son niveau d’avril après des évolutions contrastées au cours des trois derniers mois. Selon les données publiées jeudi par l’Insee, l’indicateur global du climat des affaires, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise interrogés dans le cadre de cette enquête mensuelle, s’inscrit en baisse d’un point, à 101, à peine au-dessus de sa moyenne de long terme, qui s’établit à 100. Cet indicateur était remonté en mai à des plus hauts depuis l’été 2011, avant de rechuter en juin dans un contexte social tendu, sur fond de contestation de la loi Travail, puis de se redresser en juillet.  « L’économie française ne semble pas capable d’accélérer au-delà des rythmes actuels constatés sur le PIB », ce qui « n’est pas suffisant pour créer une dynamique auto-entretenue », estime Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management, dans une note publiée sur son blog. Par secteurs, l’indicateur de l’industrie manufacturière s’est inscrit à 101, perdant deux points par rapport à son niveau de juillet, alors que les économistes interrogés par Reuters l’attendaient stable. Celui des services a stagné à 101 mais au sein de cette catégorie, l’hébergement-restauration a chuté de huit points pour retomber à son niveau de juin, à 92, bien en-dessous de sa moyenne de long terme, qui s’élève à 100. Les conséquences de l’attaque du 14 juillet à Nice pèsent sur cette branche, déjà affaiblie par les répercussions des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. L’opinion des chefs d’entreprises interrogés par l’Insee sur leurs perspectives d’activité et de demande se dégrade nettement en août. L’indicateur du bâtiment, dont la marque de juillet a été revue en baisse d’un point par rapport à sa première estimation, à 95, est également resté stable en août. Il se maintient à ce niveau depuis le mois d’avril, en-deçà de sa moyenne de long terme de 100. Celui du commerce de détail s’inscrit en recul d’un point, à 103. « Il n’y a pas de secteur leader capable de pousser l’ensemble de l’activité à la hausse », observe Philippe Waechter. L’indicateur de retournement pour l’ensemble de l’économie reste dans la zone indiquant une conjoncture incertaine, souligne l’Insee. Dans les services, le solde d’opinions relatif aux perspectives générales, qui reflète le point de vue des chefs d’entreprise sur l’ensemble de leur secteur, recule de deux points et retrouve son niveau moyen de long terme après son léger rebond de juillet. La lecture de l’activité passée se redresse légèrement et revient à son niveau de juin et les soldes concernant les perspectives d’activité et de demande pour les prochains mois se maintiennent près de leur niveau moyen, souligne l’Insee. Dans l’industrie manufacturière, l’opinion des chefs d’entreprise sur leur activité passée se dégrade (-6 points) et leurs perspectives personnelles de production enregistrent un nouveau recul sensible (-3 points, après -7 points en juillet) pour s’inscrire à un plus bas depuis l’été 2014, sous la moyenne de long terme. Les carnets de commandes se dégarnissent au niveau global malgré une stabilité pour les commandes étrangères et l’opinion des industriels sur le sujet, bien qu’en recul, reste supérieure à sa moyenne de longue période. Le solde concernant les perspectives générales de production de l’industrie régresse de deux points par rapport à juillet, même s’il se maintient depuis février 2015 au-dessus de sa moyenne de long terme. Dans le bâtiment, les chefs d’entreprise sont nettement plus nombreux à anticiper une baisse de leur activité à venir, tandis que le solde sur l’activité passée est quasi stable. Mais malgré une amélioration depuis mai dernier, ils jugent toujours leurs carnets de commandes très peu garnis.

(Avec Reuters)

Croissance- climat des affaires : toujours morose

Croissance- climat des affaires : toujours morose

 

Paradoxe, pour l’INSEE la situation va s’ améliorer en 2015 mais le climat des affaires demeure particulièrement morose en décembre. En fait aucun signe d’amélioration tangible n’apparait. Une sorte de stabilité dans la médiocrité. Rien ne repart réellement. Les réformes du quinquennat de Hollande sont terminées, elles vont se clore avec l’épiphénomène de la loi fourre-tout de Macron et surtout le débat surréaliste pour savoir sil faut autoriser le travail 7 ou 12 dimanches. Hollande a d’ailleurs déserté le terrain économique pour se recentrer sur celui des valeurs.  A cet égard c’est plus confortable. D’autant que le chômage ne baissera pas en 2015, bien au contraire surtout avec une petite croissance de 1% prévue. Pour la croissance,  Hollande s’en remet désormais à hypothétique plan Junker sur les investissements. En fait 20 milliards d’argent public  ( sur 3 ans et pas avant fin 2015)  mais au moins 300 milliards du privé qui restent à trouver. C’est le énième micro plan de relance de l’Europe. Quelques centaine de millions en plus par an en France  ne changeront pas grand-chose aux investissements dans le pays. Le gouvernement englué dans une fiscalité record compte sur la baisse du prix du pétrole et sur celle de l’euro ; des éléments certes favorables mais pour vendre à qui puisque les pays acteurs potentiels (Etats Unis exceptés) sont menacés de déflation.  Le climat des affaires est en effet resté stable en France au mois de décembre, et ce dans la quasi totalité des secteurs de l’économie, selon les données publiées vendredi par l’Insee. L’indicateur global, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprises des principaux secteurs d’activité, est ressorti à 94 comme le mois précédent. Il se maintient à son plus haut niveau depuis le mois de juin mais reste nettement en deçà de sa moyenne de long terme, qui se situe à 100. Par secteurs, celui de l’industrie est resté stable, à 99, un niveau conforme à la prévision moyenne des 20 économistes interrogés par Reuters. Celui des services est lui aussi resté stable à 93, le chiffre de novembre ayant été abaissé d’un point par rapport à l’estimation publiée le mois dernier. L’indicateur du bâtiment est lui aussi resté stable à 89, le chiffre de novembre ayant été là encore abaissé d’un point. Dans les autres secteurs, l’indicateur du commerce de détail a reculé d’un point à 95, seul secteur en repli. Dans l’industrie manufacturière, les industriels interrogés font état d’une stabilité de leurs carnets de commandes globales et d’une amélioration de leurs carnets de commandes étrangers, les deux étant toujours considérés comme inférieurs à la normale.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol