Archive pour le Tag 'morale'

« sociétés islamiques: une désintégration politique et morale qui appelle une révolution culturelle »

 « sociétés islamiques: une désintégration politique et morale qui appelle une révolution culturelle »

 

 

Pour les fondateurs du mouvement politique marocain Maan, Hamza Hraoui, Zakaria Garti, le délitement de la société arabe et de la civilisation musulmane fait émerger un urgent besoin de révolution culturelle

tribune

Et si la menace djihadiste et l’ère post-printemps arabe étaient l’opportunité d’accoucher enfin d’un nouveau modèle de société du monde arabo-musulman ? Un modèle réaliste, fidèle à l’identité de la région ?

Incontestablement oui. Plus qu’une opportunité, c’est même le devoir de notre génération, qui doit d’urgence combler le vide qu’occupent l’extrémisme religieux et le despotisme politique, pour exister avec une vision, des valeurs partagées, un projet commun, dans lesquels chacun et chacune peut se reconnaître, se projeter et s’investir.

Il nous faut repenser notre modèle de société, dont nous sentons qu’il atteint ses limites, et oser nous poser des questions. Quel équilibre trouver pour faire de la religion une base d’élévation de l’esprit critique et de l’émancipation intellectuelle ? Quel modèle d’intégration voulons-nous : régional ou panarabe ? Au Maghreb, que voulons-nous pour nos enfants ? Qu’est-ce qu’être arabe aujourd’hui ? Et qu’est-ce qu’être musulman ? Qu’est-ce qu’une société islamique moderne au XXIsiècle ?

Les questions sont si nombreuses et si complexes, mais nos capacités d’y répondre sont grandes ! Nous avons des talents et des ressources qui ne demandent qu’à être mobilisés pour trouver des réponses. Face à la menace terroriste qui nous guette, l’heure est à la vigilance sécuritaire, mais aussi à la mobilisation intellectuelle et politique de tous.

Un désordre régional inouï

Oui, il faut détruire les groupuscules djihadistes et leurs acolytes, mais il faut aussi analyser ce qui les nourrit, poser à plat les dysfonctionnements et les injustices qui font que des personnes fanatisées bénéficient aujourd’hui du soutien de certaines franges de la population, en Afrique comme en Europe. C’est sur la base de cette analyse profonde et sans fard que nous pourrons collectivement construire un modèle de développement réaliste, fidèle à l’identité islamique et inclusif, au Maroc et dans d’autres pays arabes.

On le sait désormais : l’ingérence incessante des puissances atlantistes et de la Russie, depuis le découpage du Proche-Orient aux accords Sykes-Picot de 1916, mais aussi plus récemment l’ingérence turque en Libye ou iranienne en Syrie, ont créé un désordre régional inouï. Le terrorisme s’est nourri de la frustration et de l’humiliation, que les puissances occidentales, avec la bienveillance de quelques régimes arabes, ont contribué à installer.

Il est cependant trop simple de mettre l’Occident face à ses responsabilités et de ressasser le passé sans nous poser aussi la question du vide identitaire et culturel qu’affronte aujourd’hui le monde arabe. Amine Maalouf résume très bien cette réalité non assumée : « Les actes de terrorisme ont leur origine dans la désintégration politique et morale de plusieurs pays arabes et musulmans… La tragédie est si ample et si profonde qu’il faudra plusieurs décennies pour la surmonter. »

Et de poursuivre : « Je demeure persuadé que le monde arabe aurait pu contribuer à la civilisation contemporaine comme il l’a fait pendant des siècles. En partie par sa faute, en partie par la faute des autres, il n’a pas su emprunter cette voie. Au lieu de devenir un pôle de progrès, il s’est retrouvé en proie à une régression sans précédent. Le printemps arabe a failli être ce sursaut, il ne l’a pas été. »

Notre identité et nos valeurs

Comme le rappelait très justement le penseur sénégalais Bachir Diagne, après la mort d’Averroès, la tradition philosophique islamique a connu une très longue éclipse dans le monde musulman. On assiste à une sorte de pétrification. Il n’est pas sûr que cette éclipse soit finie. D’où le combat en faveur de la philosophie engagé à partir du XIXsiècle et qui se poursuit encore aujourd’hui.

Au début du XXsiècle, le penseur égyptien Mohammed Abdou s’est ainsi battu pour que l’université Al-Azhar du Caire réintroduise l’enseignement de la philosophie. Battons-nous aujourd’hui pour réinventer notre modèle de société en puisant dans ce que notre civilisation a offert au monde.

Nos figures d’autorité se sont fragilisées dans le monde entier en préférant ne pas poser les questions sensibles. Dans une société qui éprouve des difficultés à débattre sereinement et à s’adapter aux évolutions en cours, le peuple a au contraire besoin de référentiels solides, loin des agitations médiatiques et d’une classe politique malmenée.

Ne laissons pas les autres nous dire qui nous sommes : posons sereinement le débat autour de notre identité et de nos valeurs.

Nous proposons pour cela que le Maghreb donne l’exemple et soutienne au plus haut niveau la création d’un conseil, réunissant entrepreneurs, artistes, intellectuels, historiens, étudiants, savants musulmans et oulémas, diaspora… Ces personnalités de la société civile débattront librement, dans une enceinte neutre politiquement, des questions qui traversent la société maghrébine et plus globalement arabe d’aujourd’hui et qui dessinent celle de demain.

Proposer un autre « califat islamique »

Analysons sereinement et sincèrement les causes du délitement de la société arabe et de la civilisation musulmane. Les médias devront jouer pleinement leur rôle d’intermédiaire, pour expliquer et mettre en perspective les enjeux, pour informer et stimuler la pensée libre et les solutions qui sont proposées. Les Etats devront garantir que les analyses que ce conseil aura produites soient prises en considération pour formuler une doctrine émancipatrice et la mettre en œuvre avec tous les moyens utiles.

Le Maghreb, grâce notamment à sa richesse culturelle, a la légitimité et l’influence suffisantes pour porter ce mouvement de réflexion au-delà de ses limites géographiques dans le Golfe et en Europe. La jeunesse à Ryad, à Abou Dhabi ou à Doha mérite mieux qu’un modèle non démocratique où le nombre de fonctionnaires dépasse la charge de travail et où les revenus pétroliers servent souvent à financer les contrats d’armement au lieu de bâtir des universités ou des centres de recherche qui rayonnent sur le monde.

Tendons la main aux populations des monarchies pétrolières, qui font partie de notre identité et de notre histoire, et construisons avec elles le modèle islamique de demain. La jeunesse française d’origine maghrébine, du 93 ou des quartiers de Saint-Etienne ou de Nice, mérite mieux que d’être assimilée à des terroristes. Construisons avec elle ce nouveau modèle qui lui permettra de redéfinir positivement son identité et sa place dans son pays : la France.

Que nous le voulions ou non, les sociétés islamiques et plus spécifiquement arabes, sont face à leurs responsabilités et n’ont plus d’autre choix que de faire leur révolution culturelle et idéologique. N’attendons pas des responsables politiques qu’ils nous apportent les solutions : prenons en main l’avenir du Maghreb, du monde tout court ! Faisons nos révolutions coperniciennes individuelles et collectives, petites et grandes, immédiates et à long terme.

Définissons notre nouveau modèle de société et faisons preuve d’audace et de fermeté pour le rendre viable. Considérons la menace djihadiste comme le tournant de notre civilisation, proposons un autre « califat islamique » reposant sur un bien commun fait d’intelligence, de liberté, de connaissance et de respect mutuel. Et déplaçons pour cela l’influence arabe de Rakka à Alger, de Kaboul à Rabat, du nord-est du Nigeria à Tunis.

Hamza Hraoui est communicant et cofondateur de Maan. Zakaria Garti est banquier d’affaires et cofondateur de Maan.

Incantations morale ne suffisent pas pour faire évoluer les comportements .

Incantation et  morale ne suffisent pas pour faire évoluer les comportements 

 

Anthony Hussenot

 

Le professeur de gestion Anthony Hussenot souligne, dans une tribune au « Monde », que la construction d’un système économique durable ne dépend pas que de la bonne volonté des entreprises, mais de l’interaction entre producteurs et consommateurs

 

Tribune Depuis plusieurs semaines, les débats sur le « monde d’après » mettent en évidence les problèmes liés à nos modes de consommation dans cette crise sanitaire. Paradoxalement, c’est aussi la consommation qui nous aidera en partie à sortir de la crise économique. La question des choix des modes de consommation est donc centrale.

Des évolutions notables ont été observées ces dernières années, mais il semblerait qu’elles soient trop lentes pour avoir un impact significatif sur la société et éviter d’autres crises. Les discours incantatoires et les leçons de morale à ce sujet ne suffisent pas non plus à faire évoluer rapidement les comportements et, pire, ils créent parfois un phénomène de rejet auprès des consommateurs qui n’ont pas envie de se faire dicter leurs choix.

 

En réduisant notre consommation et en mettant à l’arrêt certains secteurs, le modèle économique a laissé entrevoir les interrelations entre les différents acteurs. Il est ainsi facile de comprendre comment la diminution de notre consommation d’essence a non seulement un effet direct sur les prix à la pompe, mais entraîne également des désordres économiques et logistiques divers pour les pays producteurs et importateurs.

Les consommateurs ne sont pas que des spectateurs

Dans une économie réduite à peau de chagrin, jamais la consommation ne nous est-elle apparue pour ce qu’elle est : un acte d’organisation, qui participe à mettre le monde en ordre d’une certaine façon. Les produits et les services consommés ne sont pas seulement des échanges économiques, ou des formes de vote politique comme on l’entend parfois, ce sont des actions concrètes et nécessaires au développement ou au maintien de certains modes de production, de distribution et de création des richesses.

Consommer, c’est donc jouer sa partition aux côtés des producteurs, distributeurs et pouvoirs publics. Par exemple, les modes de production des agriculteurs dépendent en partie de nos modes de consommation. Rares sont les entreprises qui peuvent prendre le risque de s’affranchir de cette relation. En somme, consommer n’est pas seulement une façon d’adouber un système, c’est y participer en s’inscrivant dans des relations d’interdépendance souvent complexes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  A Euralille, les clients retrouvent doucement leurs habitudes

Contrairement à ce que laissent encore penser de nombreux discours, les consommateurs ne sont pas que des spectateurs. Par exemple, le récit du procès Amazon faisait apparaître Jeff Bezos, son PDG, comme le seul et unique responsable, qui mettait en danger ses salariés en livrant des produits non essentiels alors que le pays faisait face à la crise sanitaire. Il ne s’agit pas ici de dédouaner Amazon et son PDG, car certaines pratiques sont inadmissibles.

Morale politique : un concept devenu obsolète

Morale politique : un concept devenu obsolète

 

 

Si l’on en juge par les atermoiements (voire les trahisons) de certains responsables vis-à-vis du vote républicain, on peut légitimement se demander si la morale politique n’est pas en voie d’obsolescence. Certes, on peut être en désaccord avec des orientations de Macron  mais refuser de soutenir sa candidature signifie en fait qu’on place sur le même pied d’égalité le parti d’extrême droite (raciste et fascisant)  et celui d’en marche. De ce point de vue,  la France connaît une double dérive une dérive droitière mais aussi une dérive gauchiste : ce  qui idéologiquement peut parfois se comprendre car sur certains aspects les extrême parviennent parfois à se rejoindre (exemple sur le souverainisme parfois teintée de nationalisme ou sur l’attitude vis-à-vis de Poutine et d’Assad). À droite il y a déjà longtemps que certains sont tentés par le rapprochement avec le Front national. Dupont Aignan  pour sauver son micro parti et surtout sa carrière vient de franchir le pas. C’est le cas aussi de Christine Boutin qui politiquement ne représente strictement rien mais espère en votant pour Marine Le Pen un rôle comme secrétaire d’État aux anciens combattants.  D’autres chez les Républicains refusent aussi de se prononcer clairement pour Macron, certains par conviction, d’autres par calcul politique. Chez les gauchistes aussi la morale politique fout le camp  notamment chez Mélenchon quand  les convictions anticapitalistes, anti impérialistes l’emportent  sur les préoccupations démocratiques. Même chez les intellectuels et les artistes par exemple on n’est pas parvenu à lancer une vraie dynamique pour le vote républicain. Bref la France se résout à la démocratie molle (comme la croissance !).

Accepter des concessions entre morale et politique oui mais pas sur l’honnêteté

Accepter des concessions entre morale  et politique oui mais pas sur l’honnêteté

Dans une interview au monde André Comte-Sponville explique qu’il faut dissocier morale et politique.

De François Fillon, qui abandonne l’idée de renoncer à sa candidature s’il était mis en examen, à Manuel Valls, qui renie son engagement de soutenir le gagnant de la primaire à gauche, n’assiste-t-on pas au règne de la versatilité, de la parole non tenue et du cynisme qui contribuent à discréditer la politique ?

« Valls, il a eu tort de ne pas respecter l’engagement qu’il avait pris en participant à la primaire. Mais j’y vois surtout une erreur politique. » Qu’il vaille mieux tenir sa parole, en politique comme ailleurs, je vous l’accorde ! Mais qu’est-ce que cela nous dit sur la situation politique actuelle ? En l’occurrence, je pense que François Fillon a eu tort de maintenir sa candidature, après sa mise en examen, comme Manuel Valls de ne pas soutenir, fût-ce a minima, celui qui avait gagné la primaire de la gauche. Il n’en reste pas moins que le discrédit qui pèse sur la politique doit moins à ces quelques manquements à la parole donnée qu’à la persistance, depuis trente ans, d’un chômage de masse. L’échec de nos politiques est d’abord économique et social. Or il est plus grave d’échouer, dans ces domaines, que de mentir !

 

Comte-Sponville  n’a sans doute porteur car la morale individuelle à laquelle on se réfère généralement pour évaluer une personnalité politique n’est pas la morale politique qui elle se fonde d’abord sur l’intérêt supérieur de la collectivité. Du coup certains mensonges sont parfois nécessaires quand l’opinion publique n’est pas encore préparée à comprendre ce qu’est cet intérêt supérieur évalué dans le temps. C’est d’ailleurs un peu le drame des référendums qui sont l’expression de l’humeur d’une opinion à un moment donné et qui servent trop à l’expression de tous les mécontentements en négligeant parfois l’objet même de la question et surtout son enjeu à long terme. La morale individuelle n’est pas la morale politique car contrairement à ce que pense les révolutionnaires le peuple  n’a pas toujours raison surtout quand on instrumentalise ses craintes, ses peurs et ses fantasmes. Par contre,  il n’y a pas de concessions à faire sur l’honnêteté. Ainsi ceux qui se servent de leur mandat politique pour s’enrichir personnellement son évidemment indignes de la fonction car ils font passer leur intérêt personnel avant l’intérêt général. Fillon est condamnable pour avoir détourné à son profit des fonds publics et bénéficier illégalement de fonds privés. À l’inverse, Valls  qui n’a pas respecté sa signature des primaires du PS ne peut être condamnée au même titre que Fillon. Au mieux on peut lui reprocher une accumulation d’erreurs politiques et tactiques. D’abord en ayant tenté de marginaliser Macron lorsqu’il était au gouvernement, d’avoir cautionné un exercice de primaire qui n’avait aucun sens, ensuite de s’être  rallié un peu précipitamment à Macron.

Morale politique : « Ils n’ont même pas honte » (Alain Garrigou )

Morale politique : « Ils n’ont même pas honte » (Alain Garrigou )

Le politologue Alain Garrigou , Dans une tribune au « Monde », estime que la volonté  de gagner est telle chez les hommes politiques qu’elle annihile toute considération  morale, autorise tous les mensonges, parjures et reniements, sans remise en cause.  Il fut un temps où l’honneur se lavait à coups de duel. L’ univers professionnel de la politique n’a que faire de l’honneur aristocratique. Sa valeur n’est pas la gloire mais la résilience, avoir le cuir dur, comme s’en vanta François Fillon. Et pas cet honneur des dominés qu’est la honte. Défaut de honte, comment appeler cette immunité psychologique comme on parlerait de désensibilisation en médecine ? Pas de mot, semble-t-il, en français. Pas d’antonyme. Soumission versus insoumission, obéissance versus désobéissance, etc., mais honte ? En cherchant un peu, on s’approcherait avec impudeur, indécence. Mais il y a la décence et la pudeur. Certes, éhonté semble faire l’affaire. On peut alors parler de mensonges éhontés. Mais pas de substantif. L’absence de honte est donc assez mystérieuse pour ne pas être exactement nommée. Ils ne sont pas faits du même bois, entend-on de la part de certains citoyens parlant des politiques. Tout est permis A partir de là, tout est permis, depuis les mensonges répétés mais aussi les reniements les plus visibles. Le parjure en est la figure maîtresse. On promet, on s’engage pour se démentir aussitôt si l’intérêt le commande. François Fillon en aura laissé un bel exemple en maintenant sa candidature après avoir annoncé qu’il se retirerait s’il était mis en examen, après avoir en outre invoqué les mânes du général de Gaulle que nul n’imaginerait avoir été mis en examen. Contre les adversaires de sa propre «  famille  ». Il n’est pas un exemple isolé. Quand un autre ancien premier ministre, Valls, participe à l’élection primaire PS, est battu, soutient son vainqueur comme c’est la règle, avant de raviser et de se rallier à un autre candidat. Un parjure, en somme.

 

L’état de la France : un pays en ruine morale, sociale, économique et démocratique

 L’état de la France : un pays en ruine morale, sociale,  économique et démocratique

 

 

 

 

Si l’on entend par ruine  un processus d’effondrement conduisant à l’appauvrissement général alors le pays est bien en ruine. Tant que les politique n’auront pas accepté de faire ce constat rien ne pourra évoluer et la France  ne pourra que s’enfoncer d’année en année. D’abord une ruine morale car les Français sont les plus pessimistes du monde, il ne croit pas dans le redressement économique encore moins dans la capacité des organisations politiques à opérer les réformes structurelles pour régler la question fondamentale de la croissance et du chômage. En ruine sociale également compte de tenu de l’ampleur réelle du nombre de chômeurs réels, environ 8 millions. De ce fait,  le coût de la protection sociale écrase salaire et compétitivité. Une protection sociale largement hypothéquée aussi par les retraites. Pour faire court la France compte trop d’inactifs,  ce qui plombe les comptes sociaux. En matière d’activité,  la croissance est en moyenne insignifiante depuis 2008. En clair cela signifie que la France crée très peu de richesses nouvelles alors qu’heureusement sa démographie progresse. Enfin sur le plan financier le pays est proche de la faillite. Les déficits s’ajoutent aux déficits et la dette devient insupportable. Une dette de plus de 2000 milliards qui représentent environ 30 000 € par habitant. Une dette supérieure à celle des grecs et qui ne pourra jamais être remboursée (sauf en monnaie de singe).  Il y a enfin l’état de la démocratie : déplorable. Une démocratie formelle. En cause évidemment l’appropriation de la politique par une caste d’apparatchiks de l’extrême gauche à l’extrême droite. Des responsables là depuis 10 ans, 20, 30 ans, plus encore, surtout là pour en vivre et qui ont perdu tout sens de réalités socioéconomiques et de l’intérêt général. De ce point de vue,  la démocratie est réellement mise en danger par les professionnels de la politique. Ce que confirme une  enquête menée par l’Observatoire de la démocratie de la fondation Jean Jaurès.  Certes  les français restent attachés à la démocratie et à ses valeurs – 91 % déclarent que la démocratie est importante pour eux – seuls 36 % estiment qu’elle fonctionne bien. Pire, 72 % des personnes interrogées estiment que la démocratie est en danger, notamment à cause de l’extrémisme politique et du « divorce croissant entre les citoyens et leurs représentants », indique l’Observatoire. Ce n’est dans ce cadre pas surprenant de voir que seuls 52 % des électeurs déclarent voter à toutes les élections. Et malheureusement, ce sont les jeunes  qui votent le moins : 30 % des 18-24 ans  et seuls 27 % des 25-34 ans sont des électeurs assidus ! La démocratie française est à l’âge du néandertalien. On glisse un bout de papier dans l’urne et les élus font ensuite ce qu’ils veulent ou peuvent ; Et ils ne peuvent et ne veulent pas grand chose ; Comme la plupart sont paresseux et incompétents on additionne les projets les plus contradictoires des technocrates. Bilan une dérive des coûts de fonctionnement et d’investissement. Avec en plus une bureaucratie de type soviétique  avec les procédures en plus. Qui aura le courage de dire aussi que la France ne travaille pas assez, qu’il y a trop d’inactifs, trop de faux chômeurs, que les salariés ne travaillent pas assez (on travaille moitie moins de temps qu’il y a 60 ans en prenant en compte  les durées effectives et non théoriques!). Le pire c’est que la culture loisir a pris le pas sur la valeur travail (notamment depuis les 35 heures). Le pays est à la dérive depuis une quarantaine d’années sur tous les plans. La responsabilité en incombe aux responsables économiques (la caste des ingénieurs des mines qui a liquidé l’industrie), politiques (les partis et leurs apparatchiks) et sociaux (les organisations corpos et gauchistes) mais aussi aux français qui choisissent des responsables qui leur ressemblent. La France ou les partis ont toujours écarté les responsables qui conditionnaient le redressement à l’effort des Français : Barre, Rocard,  Delors. Sans parler de De Gaulle viré comme un malpropre.  On a préféré ceux qui racontaient des histoires à dormir debout (Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande). Oui, la France est en ruine économique et sociale et le plus grave c’est leur désespérance totale. Alors qui, pour ce constat  public de l’état du pays ? Celui (celle ou ceux) qui témoignera d’assez de  lucidité et courage auront des aura des chances de retrouver du crédit auprès de l’opinion. Des potentialités énormes existent évidemment   évidemment mais reste à les mettre en mouvement mais pas sur du sable,  mais sur les  bases solide de nos réalités.

 

« La trahison morale de Fillon » (Guaino)

« La trahison morale de Fillon » (Guaino)

Décidément l’UMP n’en finit pas d’étaler ses divisions, cette fois entre Fillon et Guaino qui l’un comme l’autre ne font pas dans la dentelle. Le vrai-faux retour de Nicolas Sarkozy à l’UMP continue de faire des vagues, une semaine après. Dans un entretien à paraître jeudi 18 juillet dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles, Henri Guaino accuse François Fillon d’avoir commis une « trahison morale » en attaquant Nicolas Sarkozy. Sa « politique de la terre brûlée est un très mauvais calcul », juge l’ancien conseiller spécial du prédécesseur de François Hollande. François Fillon, candidat déclaré à la primaire à droite pour l’élection présidentielle de 2017, a vivement critiqué le retour politique de l’ex-président lors d’un meeting, le 11 juillet à La Grande-Motte (Hérault), soulignant que l’UMP ne pouvait vivre « congelée dans l’attente d’un homme providentiel ». Commentaire d’Henri Guaino : « Ce qu’il a fait n’est pas digne de l’homme d’Etat qu’il a la prétention d’être. » « Son discours contre Nicolas Sarkozy, à La Grande-Motte, est une forme de trahison morale des militants et des sympathisants », estime-t-il. Pour le député UMP des Yvelines, ouvertement hostile à la primaire, « l’échéance présidentielle est encore loin. En attendant, nous devons apprendre à vivre avec nos différences et dans le respect des uns et des autres. Apparemment, c’est difficile pour certains ».

 

 

UMP : fracture politique et morale

UMP : fracture politique et morale

Ce sont les mots de Fillon après l’annonce de la victoire de Copé. Une analyse pertinente, la fracture concerne l’UMP mais aussi tout le champ politique et même sociétal. Sous l’effet de la crise, l’opinion se droitise en rendant notamment responsable de cette crise l’immigration. Jusque là seul le FN occupait le terrain du repli nationaliste. Désormais avec Copé, l’UMP s’investit dans le nationalisme populiste. Avec des avantages et des inconvénients. Des avantages car il glisse comme la société française vers les thèses droitières ; des inconvénients cependant  qui pourraient lui faire perdre les soutiens du courant humaniste et libéral. Jean-François Copé a recueilli 87.388 voix contre 87.290 voix à François Fillon (49,97%), soit 98 voix d’avance, a annoncé le président de la Cocoe, Patrice Gélard.   La pilule est dure à avaler pour François Fillon. A l’issue de la proclamation des résultats de la Cocoe, l’ex-Premier ministre a pris acte lundi soir de sa défaite face à Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP, en soulignant la « fracture à la fois politique et morale » au sein du parti, ajoutant qu’il se prononcerait sur son propre avenir « dans les jours qui viennent ». « Je prends acte du résultat, j’aurais préféré m’en satisfaire (…) Au-delà des nombreuses irrégularités de ce scrutin que j’aurais pu contester, ce qui me frappe surtout ce soir est que la fracture qui traverse notre camp politique est désormais manifeste, cette fracture est à la fois politique et morale. La réduire et la dépasser, tel est l’objectif que désormais je m’assigne. Je ferai connaître dans les jours qui viennent les formes que prendront mon avenir et mon engagement politique », a-t-il déclaré depuis son siège de campagne parisien du 7e arrondissement.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol