Archive pour le Tag 'Moral'

Page 6 sur 6

Sondage moral des français : 71% pessimistes

Sondage moral des français : 71% pessimistes

Doutes  sur l’inversion du  chômage, doute sur la réforme fiscale, doute sur  la promesse de Hollande de ne pas augmenter les impôts, voilà de quoi nourrir le pessimisme. Le dernier baromètre BVA-BFM-Challenges-Axys, publié ce jeudi 5 décembre, montre que, malgré une timide remontée de 2 points, le moral économique des Français reste extrêmement bas.  « 71% des Français se déclarent plutôt plus défiants en l’avenir alors que 26% se montrent plutôt plus confiants », explique Gaël Sliman, le directeur général de BVA.  Les raisons de cette défiance sont nombreuses. A commencer par le chômage. « Alors même que les chiffres affichent pour la première fois une baisse depuis des années, les Français, interrogés au moment de cette annonce, affirmaient ne pas croire (53% contre 46%) que François Hollande parviendrait à inverser la courbe du chômage ni en 2013 (6% seulement), ni même d’ici la fin de son quinquennat (40%) », explique BVA. Ensuite, les Français ne croient aux promesses concernant les impôts. Ils sont 65% à douter que le président parviendra à tenir son engagement de ne pas augmenter les impôts des catégories moyennes et populaires (contre 34%), que ce soit dès cette année (6%) ou même d’ici la fin du quinquennat (28%). Plus généralement, ils se méfient de la réforme fiscale. Si les Français sont toujours favorables (51% contre 43%) à une telle réforme, ils le sont nettement moins qu’ils ne l’étaient en avril 2011. Concernant l’une des grandes pistes de cette réforme, la fusion CGS-impôt sur le revenu, 51% des sondés (mais 66% de ceux proches de la gauche) se déclarent favorables à cette mesure contr e 43% qui y sont hostiles.

Moral ménages : encore en baisse

Moral ménages : encore en baisse

 

Selon l’indicateur de l’Insee publié ce mercredi 27 novembre, leur confiance se dégrade ainsi légèrement au mois de novembre. Ainsi l’indicateur global passe de 85 points en octobre à 84 points, restant sous sa moyenne de long terme, qui s’élève à 100 points. Dans le détail, les ménages interrogés par l’Insee sont plus inquiets concernant l’évolution future du chômage, à la veille de la publication du nombre de demandeurs d’emploi pour le mois d’octobre. Le solde entre les réponses négatives et positives passe ainsi de 42 points au mois d’octobre à 58 points en novembre.  L’opinion des ménages sur leur niveau de vie passé et futur se détériore également. Par ailleurs, la proportion de ménages considérant qu’il est opportun d’épargner baisse fortement en novembre (-17 points). La confiance des ménages est indicateur important dans la mesure où il peut donner le pouls de la consommation, le plus important poste de contribution à la croissance

 

Moral des industriels : toujours bas

Moral des industriels : toujours bas

 

L’industrie manufacturière française ne va pas mieux, mais pas moins bien non plus en novembre par rapport au mois précédent, selon les derniers chiffres de l’INSEE parus ce lundi 25 novembre. Le moral des chefs d’entreprise interrogés en novembre 2013 se maintient au niveau atteint en août 2013, de 98, soit proche de sa moyenne à long terme. Ils ont globalement une meilleure perception de leur activité passée, mais sont légèrement plus pessimistes concernant leurs perspectives personnelles.  Dans le détail, l’industrie agroalimentaire tire son épingle du jeu. La perception des industriels du secteur de leur activité passée « progresse nettement » pour atteindre un niveau « supérieur à sa moyenne longue période », indique l’Insee. Les carnets de commandes s’améliorent. Enthousiasme relatif du côté des industriels des équipements électriques, électroniques et informatiques. Ils évoquent une amélioration très tangible de leur activité passée, mais se plaignent d’un niveau de commande « toujours très bas ». Notez aussi une amélioration des perspectives dans l’automobile, où les dirigeants considèrent le niveau de leurs carnets de commandes comme « supérieurs à la normale » tandis que le niveau des stocks et perçu comme « inférieur à la normale ».

Allemagne : moral en hausse des entrepreneurs

Allemagne : moral en hausse des entrepreneurs

 

 L’indice du climat des affaires publié par l’institut Ifo, basé sur une enquête mensuelle auprès de 7.000 entreprises, a progressé à 109,3 contre 107,4 en octobre, alors que les économistes avaient anticipé une hausse plus modérée, à 107,7. L’envolée de l’indice Ifo, qui avait reculé en octobre, a accentué les gains de l’euro face au yen et au dollar et fait refluer les Bunds allemands. « Les entreprises ont surmonté les légers revers du mois dernier de manière spectaculaire et anticipent une reprise », a déclaré Jörg Zeuner, économiste chez la banque publique KfW. D’autres indicateurs macro-économiques allemands récemment publiés sont également allés dans le sens d’une embellie: l’indice ZEW du sentiment des investisseurs a atteint ce mois-ci son plus haut niveau en quatre ans, soutenu par une légère amélioration des perspectives économiques de la zone euro. Et les premières estimations des enquêtes PMI menées par Markit auprès des directeurs d’achat ont montré que la croissance de l’activité du secteur privé s’était accélérée en Allemagne, au contraire de la France. Ces indices PMI, généralement considérés comme des indicateurs avancés du produit intérieur brut (PIB), laissent entrevoir un PIB en hausse de 0,5% au quatrième trimestre, après une croissance confirmée à 0,3% au troisième et à 0,7% au deuxième.

Moral des ménages : hausse en juillet avant de reculer en sept-octobre ?

Moral des ménages : hausse en juillet avant de reculer en sept-octobre ?  

Le moral des français légèrement en hausse en juillet, sans doute l’effet des vacances et enfin du beau temps ; Aucun indicateur économique ne peut autrement justifier cette évolution, la moyenne demeurant toutefois très basse. Dès septembre octobre avec les dépenses contraintes notamment les impôts, il faudra s’attendre à une rechute. ! Le moral des Français a connu une embellie en juillet après un mois de juin au plus bas historique, a indiqué vendredi 26 juillet l’INSEE. La raison : une perception plus optimiste de leur niveau de vie et de celui de leurs concitoyens.  L’indicateur qui synthétise la confiance des ménages gagne trois points et s’établit à 82 points en juillet. Il reste néanmoins inférieur à la moyenne sur une longue période : 100 points, calculée entre janvier 1987 et décembre 2012.

 

 

Sondage moral chefs d’entreprises : toujours le pessimisme

Sondage moral chefs d’entreprises : toujours le pessimisme

 

 

Au mois de juin, la déprime est toujours de mise pour les chefs d’entreprises, selon l’Insee. En effet, même si le climat des affaires est stable dans l’industrie manufacturière et stagne dans les services , dans les deux cas il reste à des niveaux particulièrement bas.  Qui plus est, le détail des chiffres publiés par l’Insee montre que dans le meilleur des cas le statu quo devrait rester d’actualité et qu’il n’y a guère de réelle perspective d’amélioration alors que l’Hexagone va entrer en période estivale.  Dans l’industrie, si les carnets de commandes « restent quasiment à leur niveau de mai », dans le même temps ils « sont toujours jugés nettement moins garnis que la normale. » Tandis que les chefs d’entreprises interrogés estiment que l’activité dans l’industrie demeure « à un niveau très bas » et que leurs stocks sont « légèrement au-dessous de la normale. » Quant à l’avenir, hormis dans l’automobile où les industriels sont un peu plus optimistes, l’avenir s’annonce toujours morose. Le secteur des services n’est mieux loti. Si les « entrepreneurs estiment que l’activité est moins dégradée sur la période récente. Leurs anticipations d’activité pour les mois à venir restent toutefois pessimistes. »  Et de fait aucun secteur ne prévoit d’amélioration ce qui aura pour conséquence directe de pénaliser à nouveau l’emploi. « Dans les services hors intérim, les chefs d’entreprise estiment que l’emploi est toujours mal orienté », résument les experts de l’Insee.

Moral des français : « ça va péter en France »

Moral des français : « ça va péter en France » 

 

 

« Ça va péter » c’est l’enseignement que tire le député Lasalle qui faiat un tour de France à pied afin de prendre la température des français. Une démarche sympathique mais qu’on aurait pu lui éviter si les politiques étaient plus proches du peuple. Si le gouvernement ne confondait pas visite sur le terrain avec cocktail dans une préfecture. Après deux mois de marche sur les routes de France à la rencontre des habitants, le député MoDem Jean Lassalle lance un cri d’alarme sur la rupture de la confiance entre les Français et les hommes politiques. »Neuf personnes sur dix me disent: ça va péter. Et encore, j’ai du mal à trouver la dixième. On nous déteste, nous les politiques, on n’a plus confiance en nous. Alors, tout y passe: les affaires, le mariage gay… l’actualité. Mais l’on sent que le rejet est plus profond, c’est un rejet total », assure à l’AFP l’élu béarnais.   »Je ne suis pas un oiseau tombé du nid. Depuis 1977 j’ai occupé tous les mandats locaux que l’on peut avoir, dit-il, et pourtant, je me rends compte que la réalité de notre pays est pire que ce que j’avais imaginé ».  Depuis deux mois, le député arpente à pied les routes à l’écoute des Français. Venu de la région de Verdun, après 1.300 kilomètres de marche, il est revenu vendredi à Paris pour quatre jours afin de rendre compte des paroles des Français qu’il a croisés. « Plus d’une centaine chaque jour ».  Après les législatives et l’élimination de son ami François Bayrou, Jean Lassalle, l’un des deux derniers députés MoDem, a senti « s’accroître le décalage entre le peuple et ses représentants ». « La réalité est difficile à percevoir depuis les bancs de l’Assemblée et même dans ma circonscription où dans les discussions avec les proches », constate-t-il.  Alors, en costume cravate, béret sur la tête et sac à dos, il est parti à la rencontre de cette France qui lui échappait et lui donner la parole.   »Les gens que je rencontre, c’est Monsieur tout le monde. Et, à ma grande surprise, ils ne sont pas étonnés par ma démarche, assure-t-il, c’est comme si, ils me disaient: on pensait bien qu’il y en aurait un, un jour, qui viendrait nous voir en dehors des campagnes électorales ».   »Une phrase revient tous les jours. Ne déformez pas ce que nous vous avons dit, dites-leur qu’on n’en peut plus, que la cocotte minute va exploser, qu’on n’a plus aucune confiance en vous, les politiques », résume l’élu de sa voix rocailleuse. « Seuls les maires sont épargnés parce qu’on les connaît et qu’on peut les engueuler tous les jours », ajoute-t-il.   »Autre rejet que je n’avais pas identifié à ce point: l’Europe », souligne l’élu. « On n’a pas cru le peuple assez compétent pour construire ce grand projet qui n’était pas de leur niveau. Le non au référendum sur la constitution que Sarkozy a fait ensuite adopté par le parlement a été vécu comme une trahison », poursuit-il. »Et puis, ces questions récurrentes, comment a-t-on pu laisser tomber notre agriculture, notre industrie sans que personne ne s’y oppose? », ajoute Jean Lassalle en évoquant « un sentiment d’abandon et de colère ».   »Dans le monde rural, habitué aux grandes manifestations, au dialogue fort, on sent aujourd’hui de la résignation (…) Même chose dans l’industrie où le seul objectif, c’est d’essayer de négocier au mieux la prime la plus élevée du plan social ».   »Par dessus tout cela, il y a la question de l’identité. On ne sait plus si on est Lorrain, Français, Européen, Mondiaux. On n’a plus idée de qui on est et de qui nous dirige. Vous parlez du peuple M. le Député, mais de quel peuple? On n’est qu’un troupeau de gens éparpillés aux quatre vents », rapporte l’élu.   »Je crois qu’on n’a pas tout examiné pour s’en sortir. Exprimez-vous! », encourage-t-il en donnant l’adresse de son site (www.ledeputequimarche.fr) où il a initié des « Cahiers de l’espoir » pour collecter les attentes et revendications, sur le modèle des cahiers de doléances de l’ancien régime.

 

Industrie : moral en baisse en avril

Industrie : moral en baisse en avril

 

L’indicateur synthétique du climat des affaires recule de 91 en mars à 88 en avril, se situant à un niveau nettement en-deçà de sa moyenne de longue période (calculée depuis 1976), a précisé l’Insee. En février, l’indicateur était remonté à 92. « Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, se détériorent par rapport au mois précédent, le solde correspondant atteint un niveau très bas », a ajouté l’Institut. Il s’établit en effet à -49 en avril, en baisse de 4 points par rapport au mois précédent et alors qu’il était de -33 en janvier. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière jugent que leur activité passée s’est fortement dégradée, le solde correspondant recule nettement et se situe à un niveau très bas (-19 contre -12 en mars). Leurs perspectives personnelles sont également moroses, le solde correspondant est de -3 alors qu’il était nul en mars et positif en février (+5). Les carnets de commandes se dégarnissent et sont jugés très peu étoffés, tant les globaux (-40, -34 en mars) que les carnets de commande étrangers (-28, -25 en mars). Seul progrès, les stocks de produits finis passent de 6 en mars à 10 en avril « mais leur niveau est jugé encore inférieur à la normale », assure l’Insee.

 

Sondage moral des français : encore en baisse 77% non confiants

Sondage moral des français : encore en baisse 77% non confiants

 

 Le niveau de 77% de Français (+2 points) défiants en l’avenir constitue « un nouveau record de pessimisme depuis l’élection de Français Hollande », relève le sondage. A l’inverse 21% des disent « plutôt plus confiants » dans l’avenir de la situation économique française. L’indice de confiance s’établit ainsi à -56 (contre -52 en mars). « Le Président n’a pas réussi à inverser cette tendance à la morosité », observe Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA, cité dans un communiqué.   »Il ne parvient pas non plus à convaincre les Français qu’il tiendra d’ici la fin de l’année 2013 ses engagements réitérés d’inverser la courbe du chômage (seulement 7% le croient) et de ne plus augmenter les impôts pour les classes moyennes et populaires (18%) », poursuit M. Sliman

Sondage- moral français : encore en baisse

Sondage- moral  français : encore en baisse

 

Les Français sont davantage pessimistes en mars qu’en février sur l’avenir de la société française (68%, +8 points), une baisse du moral qui s’explique par les difficultés économiques et sociales, selon un sondage mensuel de l’institut CSA pour BFMTV, publié samedi. Cette forte baisse du niveau d’optimisme des Français sur l’avenir de la société s’observe dans toutes les catégories de population hormis auprès des sympathisants Europe Ecologie-Les verts (46%, +3), précise le sondage. Ce mois-ci, la part des Français se déclarant optimistes pour leur avenir personnel recule par ailleurs de 3 points : 57% des personnes interrogées se disent optimistes pour leur avenir, contre 39% qui se déclarent pessimistes (+2 pts). Pour expliquer ce regain de pessimisme, les personnes interrogées invoquent principalement, dans le cadre d’une question ouverte, les enjeux sociaux et économiques du pays, faisant référence au chômage élevé et à la baisse de leur pouvoir d’achat, précise l’étude. Des critiques sur la forme émergent également de manière spontanée à l’encontre du gouvernement, dont l’action semble parfois renforcer l’anxiété des Français pour l’avenir.

Le moral des Français s’écroule ( 75% pessimistes) depuis l’élection de Hollande

Le moral des Français s’écroule ( 75% pessimistes)  depuis l’élection de Hollande

Quelque 75% des Français se disent « moins confiants » concernant l’avenir de la situation économique en France, reflétant un moral au plus bas depuis l’élection de François Hollande, indique jeudi le Baromètre de l’économie BVA pour Axys Consultants relayé par Challenges et BFM.  Avec 75% de Français moins confiants en l’avenir, soit une progression de six points en un mois, « le moral économique de nos concitoyens poursuit sa chute depuis janvier, notre indice atteignant ce mois-ci son plus bas niveau depuis l’élection de François Hollande », indique le sondage.   »Avec 75% de Français +défiants+ en l’avenir contre 23% de +confiants+, l’indice (ou solde) s’établit à -52. Cela consacre une baisse de 12 points en un mois et de 16 points depuis janvier ».   »L’indice bat ainsi le précédent record négatif observé depuis l’élection de François Hollande qui datait de septembre dernier (-48 à l’époque contre -52 en ce mois de mars). La séquence de remontée continue observée de septembre à décembre (indice passé de -48 à -36) est bien derrière nous », résume le sondage.  Cette tendance « pourrait même, si elle ne s’interrompt pas bientôt, nous conduire à retrouver les plus mauvais niveaux de moral enregistrés sur cet indicateur après la faillite de Lehman Brothers (-72 en octobre 2008) ou lors des ultimes soubresauts sur la dette grecque après la menace de référendum envisagé par Papandréou à l’automne 2011 (indice de moral de -67) », préviennent les sondeurs.  37% des sondés en activité estiment également que des emplois pourraient être supprimés dans leur entreprise, contre 60% qui estiment le contraire.  Pour diminuer la dette et les déficits publics, 54% des Français estiment qu’il faudrait « diminuer les dépenses de l’Etat en limitant le nombre de fonctionnaires », contre 8% qui pensent qu’il faut « augmenter les impôts et les prélèvements ».

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Moral des ménages : stable à un bas niveau

Moral des ménages : stable à un bas niveau

La confiance des ménages en France s’est stabilisée en janvier à son niveau de décembre, a annoncé mardi l’Insee. L’indicateur synthétique ressort à 86 points, tout comme le mois précédent, et reste nettement inférieur à sa moyenne de longue période calée à 100.  Quinze économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indice à 86, leurs estimations allant de 84 à 87.  L’opinion des ménages sur leur situation financière est restée stable pour ce qui est de son évolution passée et quasi stable sur ses perspectives d’évolution (-1 point).  Les ménages sont moins nombreux à estimer opportun d’épargner, le solde perdant deux points, à +36, après avoir progressé de 14 points entre juillet et décembre pour se situer largement au-dessus de sa moyenne de longue période. Mais l’opinion des ménages sur l’opportunité de faire des achats importants cède également deux points.  Leur opinion sur le niveau de vie passé évolue peu (+1 point) mais recule légèrement pour ce qui est de l’avenir (-2 points). Ces deux soldes restent nettement inférieurs à leur moyenne de longue période.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Moral des industriels toujours au plus bas, selon l’Insee

Moral des industriels toujours au plus bas, selon l’Insee

L’indicateur du climat des affaires a gagné un point par rapport à novembre, à 89 points, mais demeure « très inférieur à sa moyenne de longue période », qui se situe à 100 points, selon un communiqué. Au plus fort de la crise financière mondiale, le moral des industriels s’était effondré, pour tomber à 69 points en mars 2009, avant de remonter progressivement jusqu’à 111 points à la mi-2011. Mais, depuis, il rechute.  En prenant en compte les secteurs d’activité autres que l’industrie, le climat des affaires en France a progressé en décembre d’un point, à 87 points, mais reste lui aussi « nettement en dessous de sa moyenne de longue période », de 100 points. Le moral est inchangé dans les services, le bâtiment et le commerce de détail.  Dans l’industrie, presque toutes les composantes de l’indicateur sont en recul.  En particulier, « les carnets de commandes globaux, qui se sont légèrement dégarnis, et les carnets étrangers, jugés quasi stables, restent considérés comme étant très peu fournis », a relevé l’Insee.  De même, les industriels jugent « mal orientées » leurs perspectives personnelles de production dans les trois prochains mois.  Rare signe positif, « les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, s’améliorent légèrement par rapport au mois précédent, mais demeurent à un niveau très bas », poursuit l’institut statistique.  Dans le détail, malgré des carnets de commandes « assez étoffés », les industriels de l’agro-alimentaire sont pessimistes sur leur activité à venir, à l’inverse des industries d’équipement électrique, électronique, informatique et des machines, qui entrevoient une amélioration dans les prochaines mois malgré des commandes faibles.  Le pessimisme est également de mise dans d’autres secteurs, la chimie, la pharmacie, et le caoutchouc, seule la métallurgie enregistrant une légère amélioration des perspectives.  Jeudi, l’Insee avait publié un dossier spécifique sur l’industrie, dans lequel elle craignait la mise en place d’un cercle vicieux pour la compétitivité de ce secteur en France. En cause, « l’incapacité de fixer des prix de vente suffisamment élevés (qui) affecte les marges et donc les profits ». A son tour, cela « réduit l’incitation et la capacité à investir et à augmenter les parts de marché », avait-il expliqué.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol