Archive pour le Tag 'Moral'

Page 4 sur 6

Amélioration du moral des investisseurs dans la zone euro : jusqu’a quand ?

Amélioration du moral des investisseurs dans la zone euro : jusqu’a quand ?

 

Une hirondelle ne fait pas le printemps pourtant les bonnes nouvelles du premier trimestre suffisent pour faire remonter le moral des investisseurs. À cela s’ajoute les éléments de langage rassurant de la part  de la banque centrale européenne quant à sa politique accommodante. Une remontée de moral mais jusqu’à quand ? C’est la question car depuis avril en Europe mais aussi ailleurs aux États-Unis en Grande-Bretagne ou encore au Japon on a enregistré un tassement de l’activité qui pourrait affecter les résultats du second trimestre. Du coup lorsque ces chiffres seront connus il se pourrait que le moral des investisseurs se tasse également. Les investisseurs comme nombre d’experts adoptent en effet souvent un comportement moutonnier. Le moral des investisseurs et des analystes dans la zone euro a atteint ce mois-ci son meilleur niveau de 2016.  Son indice de confiance du Sentixa atteint 9,9 contre 6,2 en mai alors que les économistes interrogés par Reuters le prévoyaient en moyenne à 7,0. « La tendance baissière qui avait accéléré en début d’année semble avoir été stoppée », a déclaré le directeur du Sentix, Manfred Hübner, dans un communiqué. Les investisseurs, a-t-il expliqué, ont été rassurés par de récents indicateurs robustes et par la communication de la Banque centrale européenne qui vient de relever ses prévisions de croissance et d’inflation pour cette année, sans exclure pour autant de nouvelles mesures de relance monétaire. L’amélioration des conditions économiques dans les marchés émergents et la stabilisation des cours du pétrole constituent aussi des facteurs positifs, a-t-il ajouté. Le sous-indice mesurant la perception des conditions actuelles par les investisseurs a progressé à 9,8 contre 7,0 en mai, et celui sur leurs anticipations est passé de 5,5 à 10,0.

 (Avec AFP)

Moral des ménages : toujours bas en avril

Moral des ménages : toujours bas en avril

 

En dépit de l’annonce par pôle emploi d’une baisse du nombre de chômeurs inscrits, les Français restent dubitatifs et le moral des ménages demeure à un niveau toujours relativement bas ;  ce sont toujours les préoccupations relatives à l’évolution sur le long terme de l’emploi qui plombe ce moral. En clair les Français ne sont pas encore persuadés que le pays est engagé dans la voie d’une réduction significative et durable du chômage. L’indicateur mesurant le moral des ménages en France est resté stable en avril à 94 points, a annoncé l’Insee mercredi. Calculé sur la base de soldes d’opinion, cet indice reste ainsi à son niveau le plus bas depuis août 2015 et se maintient en-dessous de sa moyenne de long terme, qui est de 100 points.  L’Insee établit cet indicateur à partir de divers soldes d’opinion divisés en deux grandes catégories: l’une portant sur la situation personnelle des ménages, l’autre sur leur perception de l’évolution économique générale. Le moral des ménages est un élément-clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France. En avril, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle est restée stable pour le troisième mois consécutif, la proportion de ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants n’ayant pas bougé depuis février. L’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne actuelle s’est quant à elle redressée « un peu », après avoir atteint en mars son plus bas niveau depuis mars 2012, constate l’Insee. L’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France, traduisant leurs perspectives de pouvoir d’achat, a fléchi pour le quatrième mois consécutif et reste « nettement au-dessous de sa moyenne de long terme », selon l’Insee. En avril, les craintes concernant le chômage se sont « ravivées », augmentant de six points, après une baisse de 3 points en mars. L’Insee publie cet indice au lendemain de l’annonce par le ministère du Travail d’une forte baisse en mars du chômage, qui reste cependant proche de son niveau record.

(Avec AFP)

 

Moral des chefs d’entreprise en hausse

Moral  des chefs d’entreprise en hausse

 

Un moral en légère hausse mais à un niveau encore relativement bas. Le sondage mensuel OpinionWay réalisé auprès de plus de 600 chefs d’entreprise pour la CCI France, La Tribune et Europe 1, le prouve. Ils sont plus nombreux que lors des premiers mois de 2016 à penser « que ce sera mieux demain ou qui ont confiance dans leur entreprise ou qui pensent augmenter le nombre de salariés », indique l’enquête. Plus précisément 37 % des chefs d’entreprise citent l’optimisme comme l’un des qualificatifs de leur état d’esprit actuel (contre 29 % en mars), 25 % la sérénité (15 % en mars), 23 % la confiance (21 % en mars) et même 10 % l’audace (7 % en mars). A l’inverse, les qualificatifs relatifs au pessimisme sont moins présents qu’auparavant dans l’état d’esprit des chefs d’entreprise. 37 % se sont notamment déclarés inquiets (contre 43 % en mars), 25 % méfiants (28 % en mars) et 12 % angoissés (19 % en mars). Cette dynamique d’optimisme reste, comme depuis le début de l’année, plus importante chez les chefs d’entreprise de 0 à 9 salariés que chez ceux qui ont plus de 10 salariés. Et si l’on prend par secteur, ce sont les chefs d’entreprise qui exercent dans les services qui sont les plus optimistes. A l’inverse, les plus inquiets sont, de loin, les chefs d’entreprise du secteur de la construction, malgré des signes de reprise dans leur activité. Sur le terrain de l’emploi, 88 % des chefs d’entreprise interrogés envisagent de maintenir le nombre de leurs salariés, soit deux points de plus qu’en mars. Alors que 4 % d’entre eux disent qu’ils vont réduire leurs effectifs, soit 2 points de moins qu’en mars. Et ils ne sont que 8 % à envisager d’augmenter le nombre de leurs salariés, une part stable par rapport à mars. Étonnement, c’est dans le secteur de la construction que les entreprises pensent qu’elles vont le plus accroître leurs effectifs. Un état d’esprit confirmé par les chiffres récents de l’intérim. Par ailleurs, l’ambition « réformiste » du gouvernement est majoritairement soutenue par les chefs d’entreprise français. Selon le sondage OpinionWay, ils estiment, pour 52 % d’entre eux, qu’il faudrait continuer à réformer le système économique, quitte à provoquer une situation de blocage dans le pays. Et sur le fond, « les chefs d’entreprise restent convaincus que la mesure la plus urgente reste la baisse des charges (74%), quand les conditions de licenciement ne s’imposent que pour 5 % », indique l’étude OpinionWay. Dans ce contexte, la loi Travail n’est pourtant plus soutenue que par 39 % des chefs d’entreprise, contre 47 % en mars. Et ils restent très attachés, pour 89 % d’entre eux, à la possibilité de négocier au sein de chaque entreprise pour organiser production et temps de travail, un point sur lequel le gouvernement n’a pas pleinement cédé aux sirènes des organisations patronales, en continuant d’imposer la pratique du mandatement syndical (un salarié désigné par un syndicat pour négocier) en l’absence d’un délégué syndical. Enfin, les chefs d’entreprises soutiennent toujours le rétablissement de l’apprentissage dès 14 ans (sic) et l’assouplissement des horaires de travail des apprentis (78 %), ou encore l’extension du forfait jours aux petites et moyennes entreprises qui n’ont pas pu signer d’accord sur cette question (72 %).

 

(Les Echos)

Moral des ménages : toujours bas

Moral  des ménages : toujours bas

Le moral est toujours très bas chez les ménages français, c’est pourtant le seul soutien de l’économie française actuellement puisque les exportations sont très faiblardes (comme les investissements de entreprises)  a comparaison avec nos voisins n’est pas plus réjouissante: les Français se révèlent les plus pessimistes, selon un baromètre Odoxa étendu aux grands pays européens. Pas de doute: les mauvais chiffres du chômage, qui a atteint un nouveau record en février en France, avec une hausse spectaculaire de plus de 38.000 demandeurs d’emploi, ont sapé la confiance des ménages. « Le chômage est bâti pour durer », souligne dans une note récente l’OFCE, qui a listé les secteurs les plus affectés par la hausse du chômage: le BTP, qui subit une crise persistante depuis 2008, suivi par les professions qui connaissaient jusqu’alors des pénuries d’emplois (restauration, aide à domicile, action culturelle). Curieux paradoxe: même s’ils ont le moral dans les chaussettes, les Français consomment. En février, après deux mois de hausse sensible, leurs dépenses ont à nouveau augmenté de 0,6%, dépassant le pic de début 2011. La consommation des ménages a ainsi progressé d’1,4%, l’an dernier, malgré le léger recul du dernier trimestre, lié aux attentats. Pour 2016, elle « retrouverait du tonus », selon les experts de l’Insee,  De fait, la consommation est plus que jamais « le » moteur de la croissance française, l’investissement des entreprises restant poussif. Alors, d’où vient cette frénésie d’achats? Des gains spectaculaires de pouvoir d’achat. François Hollande ne manquera pas de l’afficher: en 2015, la hausse du pouvoir d’achat des ménages a été la plus élevée depuis 2007, atteignant 1,7%. Et l’Insee prévoit une nouvelle progression dynamique (+0,8%) sur les six premiers mois de l’année.

 

(Avec BFM)

Moral des ménages : nouveau recul en mars

 

Moral des ménages : nouveau recul en mars

 

L’évolution du moral des ménages vient en contradiction avec les perspectives optimistes décrétées par l’INSEE pour 2016. Des perspectives-par ailleurs reprises très largement sans grande analyse par les grands médias-  qui se fondaient uniquement sur des hypothèses hypothétiques de croissance du PIB. Cependant l’optimisme volontariste de l’INSEE n’est pas partagé par les acteurs économiques et notamment par les ménages La confiance en effet des ménages a de nouveau faibli en France en mars après son repli de février, sous l’effet notamment d’une dégradation de leur opinion sur les perspectives d’évolution de leur situation financière et du niveau de vie, selon des données publiées vendredi par l’Insee. L’indicateur synthétisant cette confiance a reculé d’un point, à 94, son plus bas niveau depuis août 2015, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse d’un point, à 96.Il s’éloigne ainsi davantage de sa moyenne de longue période, qui s’établit à 100. L’enquête de mars fait apparaître une stabilité de l’opinion des ménages sur leur situation financière passée mais une nouvelle dégradation (-4 points) de celle relative à leur situation future, qui tombe à son plus bas niveau depuis février 2015. Après son recul de février, l’opinion des ménages sur l’opportunité d’effectuer des achats importants reste stable, se maintenant ainsi au-dessus de sa moyenne de longue période. Leur opinion sur leur capacité d’épargne actuelle et future s’inscrit en recul (de deux et quatre points, respectivement), tandis que la proportion de ménages estimant qu’il est opportun d’épargner n’a pas varié ce mois-ci par rapport à février. Le pessimisme reste de rigueur sur le niveau de vie futur en France, le solde correspondant cédant quatre points en mars, au plus bas depuis février 2015.

(avecReuters)

Moral dans l’industrie manufacturière : recul

Moral dans  l’industrie manufacturière : recul

 

Un mauvais signe pour la croissance. Française traine toujours les pieds en Europe comme l’indique  les indicateurs de Markit de mars. L’Indice PMI Flash de l’Industrie Manufacturière atteint en effet  un plus bas de sept mois à 49,6 après 50,2 en février. Plus inquiétant encore des perspectives de commandes peu réjouissantes. D’après l’INSEE  En mars 2016, le solde d’opinion des industriels sur leur activité passée, déjà inférieur à sa moyenne de long terme, continue de se dégrader (–16 points depuis novembre 2015). Celui sur les perspectives personnelles de production se replie (–4 points) mais reste à un niveau (14) bien au-dessus de sa moyenne de longue période (5). Toutefois, les industriels sont un peu plus optimistes qu’en février sur les perspectives générales de production du secteur (+3 points). Le solde correspondant est supérieur à sa moyenne de long terme depuis février 2015. En mars, les carnets de commandes restent légèrement supérieurs à leur moyenne de longue période même s’ils se dégarnissent un peu à l’étranger. Enfin, les industriels sont quasiment aussi nombreux qu’en février à juger que leurs stocks de produits finis sont inférieurs à la normale : le solde d’opinion correspondant augmente de 1 point mais reste inférieur à sa moyenne de long terme.

Dans l’industrie agro-alimentaire, le solde sur l’activité passée chute et devient inférieur à sa moyenne de long terme. À l’inverse, celui sur les perspectives de production se redresse et repasse au-dessus de sa moyenne. Les carnets de commandes se regarnissent, les soldes associés sont supérieurs à leur moyenne de longue période. Les stocks de produits finis sont jugés encore plus élevés, le solde correspondant étant déjà supérieur à sa moyenne en février.

BIENS D’ÉQUIPEMENT

Dans l’industrie des biens d’équipement, le solde sur la production passée se redresse légèrement mais reste inférieur à sa moyenne de longue période. Celui sur les perspectives de production se replie et retrouve quasiment son niveau normal. Le solde sur les stocks de produits finis augmente un peu et se rapproche de son niveau moyen. Les carnets de commandes globaux et étrangers se dégarnissent ; le solde associé à ces derniers devient inférieur à la normale.

MATÉRIELS DE TRANSPORT

Automobile

Dans le secteur automobile, le solde sur l’activité passée s’améliore encore fortement et se situe nettement au-dessus de sa moyenne. Celui sur les perspectives de production retombe et retrouve un niveau proche de celui de janvier, bien au-dessus de la normale. Les carnets de commandes globaux et étrangers se dégarnissent fortement tout en restant supérieurs à leur moyenne. Le solde sur les stocks de produits finis est stable au-dessous de sa moyenne de long terme.

Autres matériels de transport

Dans les autres matériels de transport, les soldes sur l’activité passée et sur les perspectives de production augmentent légèrement ; le premier reste inférieur à sa moyenne de longue période alors que le second reste nettement supérieur à la normale. Le niveau des stocks de produits finis est jugé encore au-dessus de sa moyenne de long terme. Les carnets de commandes globaux se dégarnissent encore tout en restant au-dessus de leur moyenne de longue période.

AUTRES INDUSTRIES

Dans l’ensemble des « autres industries », les soldes d’opinion sur l’activité passée et prévue se dégradent en mars. Ils sont inférieurs à leur moyenne de long terme. Par sous-secteur, le solde sur l’activité passée se replie dans la chimie et la plasturgie, augmente légèrement dans la métallurgie et se redresse dans la pharmacie. Celui sur les perspectives de production chute dans la métallurgie alors qu’il progresse dans la pharmacie et la plasturgie. Il est stable nettement au-dessous de la normale dans la chimie. Dans l’ensemble des « autres industries », les carnets de commandes globaux sont quasi stables et se regarnissent un peu à l’étranger. Ils continuent de se garnir dans la plasturgie, les soldes correspondant dépassant légèrement leur moyenne de long terme. Dans la chimie, la pharmacie et la métallurgie, les carnets de commandes sont quasi stables dans leur ensemble mais se remplissent à l’étranger. Enfin, les stocks de produits finis sont jugés globalement plus légers, du fait de la pharmacie, mais plus élevés dans la chimie et la plasturgie.

Plan emploi : aucun impact pour les petits patrons et moral en baisse

Plan emploi : aucun impact pour les petits patrons et moral en baisse

 

Les petits patrons ne croient pas à la réussite du plan emploi, ils sont par ailleurs assez pessimistes  sur les perspectives d’activité. Deux mesures cependant leur paraissent efficaces pour favoriser l’emploi à savoir :  la baisse de la fiscalité et la réforme de l’apprentissage. Seuls 20% des 1.002 dirigeants d’entreprise de moins de 20 salariés interrogés dans le cadre du « baromètre des TPE » Fiducial-IFOP estiment que ce plan permettra une relance de l’emploi avant la prochaine élection présidentielle, alors que le président de la République a conditionné une éventuelle candidature en 2017 à une inflexion du chômage d’ici là. La majorité d’entre eux (60%) estiment que ces mesures n’auront aucun impact. Dans le détail, seuls le développement de l’apprentissage et le remplacement du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) par une baisse de cotisations sont jugés efficaces par une majorité d’entrepreneurs, avec respectivement 62% et 54% d’avis positifs. Ils sont en revanche peu nombreux à s’attendre à ce que les autres mesures annoncées portent leurs fruits en termes de lutte contre le chômage, qu’il s’agisse de la prime à l’embauche de 2.000 euros pour les salaires compris entre un et 1,3 smic (22%), du plan massif de formation de 500.000 chômeurs (37%) ou du plafonnement des indemnités prud’homales (43%). Ce sondage met également en évidence une nouvelle dégradation du moral des petits patrons. Ils ne sont que 20% à se déclarer optimistes pour le climat général des affaires en France (soit un recul de neuf points en six mois) et 44% à éprouver un tel sentiment pour leur propre activité (en baisse de sept points en six mois). Cette inquiétude est confirmée dans une autre enquête réalisée par OpinionWay pour CCI France auprès de 605 dirigeants de TPE et PME, dont seuls 52% se disent confiants sur les perspectives de leur entreprise pour les douze mois à venir. Il s’agit d’un plus bas d’un an, relèvent les auteurs de cette « grande consultation des entrepreneurs » réalisée par téléphone du 8 au 23 février. L’enquête Fiducial-Ifop, également effectuée par téléphone, a porté sur un échantillon de 1.002 dirigeants de TPE de moins de 20 salariés (hors micro-entrepreneurs, ex-auto-entrepreneurs) interrogés du 28 janvier au 15 février.

 

((Avec Reuters)

Moral des ménages : en baisse

Moral des ménages : en baisse

 

L’indicateur mesurant le moral des ménages en France s’est replié en février à 95 points, en raison notamment d’un « regain de craintes » sur le front du chômage et sur le pouvoir d’achat, a indiqué mercredi l’Insee. Le moral des ménages a reculé de deux points par rapport à janvier. Il s’écarte ainsi un peu plus de sa moyenne de long terme, qui est de 100 points, précise l’Institut dans un communiqué. L’Insee établit cet indicateur à partir de divers soldes d’opinion divisés en deux grandes catégories: l’une portant sur la situation personnelle des ménages, l’autre sur leur perception de l’évolution économique générale. Le moral des ménages est un élément clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France. En février, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle s’est légèrement dégradée, le solde concernant l’évolution passée perdant 1 point et celui sur l’évolution reculant de 2 points. « Les ménages sont nettement moins nombreux qu’en janvier à considérer qu’il est opportun de faire des achats importants », souligne l’Institut, qui fait état sur ce point d’un recul de 6 points, après un rebond de 8 points en janvier. Selon l’enquête mensuelle de l’Insee, l’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne est en revanche restée stable, à son niveau moyen de long terme pour l’épargne actuelle, et légèrement au-dessus de sa moyenne pour l’épargne future. « Les ménages sont de nouveau moins nombreux à considérer qu’il est opportun d’épargner », souligne l’Insee qui évoque sur ce point un solde en baisse de 4 points, à son niveau le plus bas depuis août 2015. Selon l’Insee, le moral des ménages est notamment plombé par un « regain de craintes » sur le front du chômage. Le solde d’opinions, sur cette question, a augmenté de 13 points, retrouvant son niveau de décembre. L’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France a quant à lui fortement diminué, perdant 7 points après en avoir gagné 5 en janvier. Le solde sur le niveau de vie passé est quasi stable (-1 point).

Allemagne : recul du moral des consommateurs

Allemagne : recul du moral des consommateurs

La détérioration de la confiance du consommateur depuis plusieurs mois est surtout liée aux inquiétudes concernant le marché du travail au vu de l’afflux de réfugiés arrivant en Allemagne. De fait  l’économie allemande voit sa croissance se tasser sous l’effet en particulier du ralentissement des exportations. Au troisième trimestre le PIB de l’Allemagne n’a affiché qu’une petite hausse de 03 %, comme la France. Le moral du consommateur allemand s’est donc à nouveau détérioré à l’approche de décembre, mais de manière moins marquée que prévu et sa propension à acheter s’est même améliorée, montre une enquête publiée vendredi, suggérant que les Allemands sont prêts à largement ouvrir leur portefeuille à l’approche des fêtes de fin d’année. Selon le spécialiste des études de marché GfK, l’indice mesurant le sentiment du consommateur, calculé à partir d’un échantillon de 2.000 personnes, a reculé à 9,3, un plus bas depuis février, contre 9,4 points en novembre et 9,6 points en octobre.

Allemagne : le moral des entreprises se tasse sérieusement

Allemagne : le moral  des  entreprises se tasse sérieusement

 

Le baromètre Ifo s’est établi à 103,2 points en octobre, son plus bas niveau depuis 2012, après 104,7 points en septembre et 106,3 points en août, a annoncé lundi l’institut du même nom.  Ce sont à la fois les attentes à six mois des entrepreneurs et leur estimation de la situation actuelle qui ont cédé du terrain par rapport à septembre, passant respectivement de 99,3 à 98,3 points et de 110,4 à 108,4 points. Dans l’industrie, pilier de l’économie allemande, « l’estimation de la situation actuelle recule nettement pour se situer tout juste au-dessus de la moyenne de long terme », relève l’institut Ifo dans un communiqué. « Les espoirs d’une stabilisation graduelle de la confiance ont été déçus », constate dans une note Thilo Heidrich, analyste de Postbank. Comme d’autres pays, la Chine ou encore le Japon, l’Allemagne enregistre une baisse de sa production industrielle en octobre. C’est évidemment le signe de l’affaiblissement de la croissance mondiale. Cela n’empêchera pas l’Allemagne de connaître en 2015 un records d’excédent commercial mais du essentiellement à la baisse du prix des matières premières. La production industrielle est donc, contre toute attente, retombée en juin, après une petite hausse le mois précédent, selon des chiffres provisoires corrigés des variations.

 

Moral des ménages : au plus bas depuis le début de l’année

Moral des ménages : au plus bas depuis le début de l’année

Le  moral des Français replonge. Ils ne sont que 22% à déclarer être confiants en l’avenir de la situation économique du pays, selon le baromètre économique d’octobre, réalisé Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva assurance. C’est le plus faible score depuis  le début de l’année! Et si les Français ne croient pas en l’environnement économique, ils sont à peine plus rassurés sur leur sort personnel : seuls 28% déclarent voir leur avenir positivement.    Un pessimisme qui est partagé avec une partie de l’Europe. « Un rideau de fer semble de nouveau partager l’Europe, non plus entre l’est et l’ouest, mais entre les grands pays du sud de l’Europe et ceux du Nord », note Gaël Sliman, président d’Odoxa.  Ainsi, c’est en Italie que la confiance est la plus érodée, avec seulement 21 % des habitants qui croient en leur avenir personnel. Du côté espagnol, ils sont 28%, faisant ainsi jeu égal avec la France. Et c’est en Allemagne que l’on affiche le plus bel optimisme, avec 57% des citoyens qui voient les mois à venir d’un bon œil.  Heureusement, cette morosité ne touche pas toutes les couches de la population française. Le baromètre Odoxa s’est penché ce mois-ci sur les entrepreneurs, et particulièrement ceux exerçant des professions libérales. Les médecins sont ainsi 34% à avoir confiance dans leur situation sur les prochains mois, malgré leur colère contre le projet de loi Santé.  Mais le plus bel optimisme est affiché  par les professions réglementées non médicales, comme les avocats, architectes, notaires… Ces entrepreneurs sont 41% à se déclarer confiants sur l’évolution économique de leur activité, soit 13 points de plus que la moyenne des Français. S’ils sont autant à se montrer positifs, c’est qu’ils misent sur leurs ressorts personnels pour continuer à prospérer. Ils sont 44% à s’appuyer sur une bonne réputation personnelle pour développer leur activité et 14% sur la mise en œuvre de projets de développement. En revanche, seuls 29% misent sur une amélioration de la situation économique générale qui pourrait ainsi relancer la consommation.  Du côté des entrepreneurs inquiets, c’est justement l’environnement économique qui pose problème. 57% jugent que, si la croissance n’est pas de retour, cela aura nécessairement un impact sur leurs résultats. 18% trouvent l’environnement réglementaire inquiétant. A tel point qu’ils sont 14% à avancer que leur préoccupation principale est une évolution négative de la fiscalité et ils sont tout autant à craindre que les lois et règlements de leur profession soient remis en question. « Il semble bien qu’en terme de moral, l’Etat soit clairement le problème, pas la solution » analyse Gaël Sliman.

Moral des entreprises : léger mieux mais pas sur l’emploi

Moral des entreprises : léger mieux mais pas sur l’emploi

Il semblerait que le moral des entreprises s’améliore légèrement pour autant on reste dans l’expectative concernant les perspectives de l’emploi. Ce que confirment les  résultats de la quatrième vague de résultats de la Grande consultation réalisée par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1, le moral des dirigeants s’est nettement amélioré depuis juillet. En effet, l’indicateur mesurant leur optimisme a fait un bond de 22 unités depuis le dernier sondage de pour atteindre 130 points. Depuis février 2015, date de la première « Grande consultation », l’indicateur a gagné 30 points. Il pourrait encore progresser au cours des prochains mois, 45% des dirigeants interrogés considérant que les perspectives de leur entreprise sont favorables.  » Il est trop tôt pour prédire que c’est le début de la fin … de la crise ! Mais c’est le signe que les réformes qui ont été entreprises vont dans le bon sens. La France a besoin de ce vent de réformes et il faut encore aller plus loin, notamment pour simplifier le quotidien des entrepreneurs. Cette progression de la confiance est un bon signe car c’est de confiance dont les PME ont besoin. D’une confiance malmenée par des systèmes qui changent trop souvent. D’une confiance que de nouvelles normes ne viendront pas entraver le développement. D’une confiance en une solidarité et une équité de traitement au niveau européen « , avance André Marcon, le président de CCI France. Malheureusement, ce regain de confiance ne devrait pas se traduire par une reprise des embauches, du moins à court terme. En effet, 84% des chefs d’entreprises comptent maintenir le nombre de leurs salariés. Ils sont 7% à envisager de les réduire et 9% à prévoir de les augmenter. Une information intéressante concernant l’uberisation de l’économie: elle est désormais réelle pour 21% d’entre eux. Tous les secteurs sont concernés : l’industrie, la construction, le commerce et les services.

Moral des ménages : toujours dans les chaussures

Moral des ménages : toujours dans les chaussures

Toujours pas de changement dans le moral des ménages en août,  il est toujours dans les chaussures. Des inquiétudes en particulier concernant la situation financière est toujours un niveau très bas concernant le chômage. La confiance des ménages est restée stable en août en France, se maintenant sensiblement en-dessous de sa moyenne de longue période, selon les données publiées vendredi par l’Insee. L’indicateur qui synthétise cette confiance est inchangé à 93. Il stagne dans une étroite fourchette (93-94) depuis qu’il a interrompu sa forte progression de fin 2014 et de début 2015, qui l’a ramené à des plus haut de près de cinq ans. Il demeure inférieur à sa moyenne de long terme, qui se situe à 100. Les 14 économistes interrogés par Reuters s’attendaient en moyenne à un indice en hausse à 94. En août, l’opinion des ménages sur leur situation financière n’a pas évolué, que ce soit sur leur situation passée ou future, et ils sont un peu plus nombreux à considérer comme opportun de faire des achats importants : le solde correspondant gagne un point et repasse au-dessus de sa moyenne de longue période. Leur opinion sur leur capacité d’épargne future est en net retrait (-3 points) mais, dans le même temps la proportion de ceux qui estiment qu’il est opportun d’épargner chute de dix points. Toujours selon l’Insee, les craintes des ménages concernant le chômage s’apaisent un peu (-3 points) mais leur niveau reste largement au-dessus de la moyenne de long terme.

 

Croissance Allemagne : Le moral des patrons allemands provisoirement en hausse

Croissance Allemagne : Le moral des patrons allemands provisoirement en hausse

 

 

Un climat des affaires légèrement en hausse en Allemagne mais une hausse qui risque d’être provisoire compte tenu du net ralentissement économique en Chine et de la baisse des marchés boursiers. Des événements que les pouvoirs publics tentent de minimiser mais qui auront nécessairement un impact important sur un pays exportateur comme l’Allemagne. L’indice IFO qui mesure ce climat des affaires doit donc être relativisé d’autant que le rythme de croissance n’est déjà pas exceptionnel. Le Produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre, qui confirme une croissance de 0,4% par rapport aux trois premiers mois de l’année et de 1,6% en rythme annuel.  Mais pour Klaus Wohlrabe, économiste de l’IFO, les turbulences actuelles en Chine, conséquence du ralentissement marqué de la croissance, sont peu prises en compte dans l’enquête d’août.   »Le thème de la Chine et des marchés émergents aura une importance accrue à l’avenir », a-t-il dit à Reuters.  Les marchés boursiers chinois ont poursuivi leur chute mardi, sans empêcher un rebond d’autres marchés asiatiques et des places européennes au lendemain d’un « lundi noir ». Ces turbulences font craindre un ralentissement accentué de la croissance de la deuxième économie mondiale, après une série d’indicateurs jugés préoccupants ces dernières semaines. En Allemagne, le ministre de l’Economie, Sigmar Gabriel, a relativisé le risque lié aux répercussions de la situation chinoise sur l’économie allemande.   »Les inquiétudes nées de l’évolution de la situation en Chine sont certainement justifiées. Néanmoins, je pense qu’il faut dire, pour ce que nous pouvons en juger, que cela ne contribuera pas à une dégradation de la situation en Allemagne », a-t-il déclaré, ajoutant que la dynamique actuelle en Europe et la baisse des prix du pétrole constituaient des facteurs de soutien.  Les exportations allemandes, moteur historique de la croissance, ont augmenté de 2,2% au deuxième trimestre, alors que les importations progressaient de 0,8%. Au final, le commerce extérieur a ainsi apporté une contribution positive de 0,7 point de pourcentage au PIB, alors que la contribution de la demande intérieure est négative de 0,3 point.  Mais les investissements ont reculé sur avril-juin, une évolution plus préoccupante pour l’avenir dans un contexte de ralentissement global. « Les entreprises n’investissent pas comme elles devraient le faire », estime Ulrike Kastens, de Sal. Oppenheim. « Ce n’est pas la faiblesse des taux d’intérêt qui constitue le facteur décisif pour elles, c’est plutôt l’évolution de leurs principaux marchés. Et c’est là que se trouvent les principaux points d’interrogation, comme le montre l’évolution en Chine et sur d’autres marchés émergents. » La formation brute de capital fixe (FCBF) a soustrait 0,1 point à la croissance du PIB au deuxième trimestre et les stocks 0,4 point, les entreprises privilégiant le déstockage.   »Les inquiétudes chinoises, et plus généralement la crainte que d’importants marchés émergents ne soient plus vraiment ‘émergents’ suffisent à peser sur les investissements, y compris à l’avenir », estime Holger Sandte, de Nordea.

Croissance Allemagne : moral des investisseurs en baisse, danger pour la zone euro

Croissance Allemagne : moral des investisseurs en baisse, danger pour la zone euro

 

La baisse du moral des investisseurs en Allemagne constitue une très mauvaise nouvelle pour la zone euro qui s’englue chaque jour un peu plus dans la croissance molle. Certes l’excédent commercial de l’Allemagne devrait atteindre des records en 2015 mais ce résultats est essentiellement dû à la baisse des cours des matières premières. En effet la production industrielle a régressé en juin. Par ailleurs les commandes extérieures sont en retrait comme c’est le cas dans d’autres pays exportateurs notamment la Chine et le Japon. En fait l’Allemagne comme la plupart des autres pays est victimes de la tendance baissière de la croissance mondiale. Croissance mondiale dont la baisse est illustrée en particulier par la diminution de l’industrie manufacturière en Chine. Quand l’usine du monde est en panne l’économie mondiale se porte mal. Cela démontre à l’évidence les limites des politiques d’austérité excessive qui vise à restreindre la consommation extérieure au profit des exportations. Or  les commandes extérieures régressent du fait en particulier d’une demande intérieure insuffisant. En quelque sorte c’est un cercle vicieux qui affecte toute l’économie mondiale. La confiance des milieux financiers allemands s’est donc nettement dégradée en août, le baromètre ZEW qui la mesure ayant reculé à 25 points, contrairement aux attentes, selon les chiffres publiés mardi. A 29,7 points en juillet, cet indicateur, calculé par l’institut économique du même nom, affiche ainsi une cinquième baisse mensuelle d’affilée et reste à son plus bas niveau depuis novembre 2014. Cette baisse de confiance pourrait rapidement être  contagieuse pour toute la zone euro.  Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient au contraire sur un rebond à 31,5 points. « Le moteur de la conjoncture allemande continue de tourner. Mais ce qui obscurcit les attentes (des milieux financiers) en matière de conjoncture doit être le fait que, vu les conditions géopolitiques et économiques mondiales, des améliorations majeures de la situation économique en Allemagne sont improbables à moyen terme », a expliqué, dans un communiqué, Clemens Fuest, président de l’institut ZEW. Pour James Howat, économiste chez Capital Economics, ce nouveau recul du baromètre ZEW est le signe que « les investisseurs sont de plus en plus inquiets concernant la reprise en Allemagne » et ce malgré les progrès enregistrés dans les négociations pour aider la Grèce à éviter la faillite. L’économiste souligne tout de même que l’indice reste « largement en territoire positif, ce qui implique quand même que les investisseurs tablent toujours sur une amélioration des conditions économiques ». La composante du baromètre mesurant l’évaluation par les investisseurs de la situation actuelle en Allemagne a d’ailleurs continué de remonter, atteignant 65,7 points en août, contre 63,9 points en juillet. La première estimation de la croissance allemande au deuxième trimestre sera publiée vendredi. Le premier trimestre avait affiché une croissance de 0,3%. Pour les trois mois suivants, les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers FactSet tablent sur une accélération, à 0,5%, même si le repli inattendu de la production industrielle en juin, dévoilé vendredi dernier, a quelque peu tempéré les attentes.

 

Sondage moral des Français : toujours dans les chaussettes

Sondage moral des français : toujours dans les chaussettes

Un recul pas significatif car  situé dans la marge d’erreur statistique mais qui démontre que contrairement à Sapin , les Français ne croient pas vraiment en la reprise. En fait le moral des Français est toujours dans les chaussettes très en deçà de sa moyenne de longue durée. Le moral des ménages français a enregistré un léger recul en mai (-1 point), en lien avec de fortes craintes sur leur capacité d’épargne, a annoncé l’Insee ce mercredi., Il faut noter que les sondages d’opinions suivent un peu les mouvements économiques et comme eux font du yo-yo depuis la fin de l’année dernier. Cela témoigne des incertitudes quant à la reprise significative et durable de l’économie française  mais aussi internationale. Sans doute pour compenser cette baisse de moral Bercy va annoncer aujourd’hui ou demain une  hausse du PIB de 0.4% au lieu de 0.3% pour le second trimestre ; Une sorte de volontarisme de prédiction. Mais les Français sont relativement lucides. Sur le long terme, ils savent que attractivité de la France est largement entamée notamment par la fiscalité. Sur le court terme la conjoncture est relativement figée. Par la  stagnation du pouvoir d’achat, par le chômage toujours persistant, par des investissements qui ne décollent pas et une  industrie toujours dans le rouge. Par ailleurs le temps de la reforme « Hollandaise »  est terminée, place à la période électorale. Le gouvernement vient par exemple de reculer sur deux thèmes , la compte de pénibilité pour faire plaisir aux patrons aussi sur le contrôle des chômeurs cette fois pour faire plaisir à la gauche de la gauche. Le temps n’est plus à la reforme, ni même à la réformette. Rien de significatif ne changera d’ici 2017. En clair, le moral va rester mou comme la croissance pendant encore un moment.  L’indicateur qui synthétise le moral des ménages s’établit donc en mai à 93 points, après 94 en avril. Il demeure en dessous de sa moyenne depuis janvier 1987 (fixée à 100), précise l’Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué. Ce recul fait suite à la publication en avril dernier de données positives par l’Insee. L’Institut plaçait le moral des ménages à son plus haut niveau depuis janvier 2010.

Petites entreprises : moral encore plus bas

Petites entreprises : moral encore plus bas

 

 

Pour la croissance, comme prévu,  le second trimestre sera moins bon que le premier ( la Banque de France prévoit 0.3% pour le second trimestre pour 0.6% de croissance du PIB au premier) . ce que constate aussi les petits patrons qui sosnt au contact  quotidien de la demande. Le moral des patrons de TPE stagne en effet  au 2e trimestre, après un certain regain d’optimisme en début d’année, en raison de leur situation financière et de la poursuite des destructions d’emplois, selon une étude publiée mardi. 29% des patrons de Très petites entreprises se déclarent optimistes sur le climat général des affaires en France, soit seulement 2% de plus qu’au 1er trimestre, selon le baromètre trimestriel IFOP réalisé pour la société Fiducial. Mais en début d’année, la progression était de 15% par rapport au dernier trimestre 2014. Les dirigeants sont 54% à être pessimistes pour leur propre entreprise, contre 71% sur le climat général. La destruction d’emplois se poursuit pour le 7e trimestre consécutif, particulièrement dans le secteur des services aux entreprises, précise l’étude. « Ce n’est pas le niveau d’embauches qui est préoccupant puisque 10 % des entreprises ont recruté 1,5 personne en moyenne, mais le niveau de suppression de postes qui reste élevé », car 7% des TPE ont supprimé au moins un poste au cours du premier trimestre 2015, précise le communiqué. A l’approche de l’été, les patrons « anticipent une faible reprise de l’emploi » au 2e trimestre. La situation financière reste « tendue » pour les TPE, avec un « 11e trimestre consécutif dans le rouge ». Un tiers seulement de ces entreprises « déclarent un trésorerie positive ».

 

Moral des patrons : infime amélioration

Moral des patrons : infime amélioration

 

Très Légère amélioration de  l’indice du climat des affaires au mois de mai publié par l’Insee ce vendredi matin. Pas de quoi nourrir l’euphorie car on part de très loin et de nombreuse incertitudes demeurent sur le plan international ( Chine et Allemagne y compris). ).  L’indice du climat des affaires, réalisé après un questionnaire envoyé à environ 10.000 chefs d’entreprises français, a progressé de 1 point au mois de mai et se retrouve à 97 points. Cela reste en deçà du niveau de long terme de cet indicateur (100 points). Mais la hausse est bien réelle depuis l’été dernier : en septembre, l’indice n’atteignait que 91 points. Bref, avec la baisse du prix du pétrole, la dépréciation de l’euro et les taux d’intérêt très faible, les patrons français semblent renouer avec un optimisme prudent.  Plus en détail, dans l’industrie, l’indice remonte à 103 points. Le secteur, exportateur, est tiré par l’affaiblissement du taux de change et la reprise en marche chez les partenaires commerciaux de l’Hexagone. Dans les services, les chefs d’entreprises restent déprimés, mais un peu moins. Mais c’est surtout dans le commerce que la hausse de la confiance des patrons est palpable. Dans le commerce de détail, l’indice du climat des affaires se situe à 106 points, en hausse de 2 points. Il se retrouve désormais bien au-dessus de sa moyenne de long terme. La baisse du prix du pétrole est la première raison de ce moral retrouvé. Le recul du prix du baril de brut redonne du pouvoir d’achat aux ménages et tire ainsi la consommation des Français. Ces derniers commencent prudemment à délier leur bourse : au premier trimestre, la consommation de produits fabriqués a progressé de 1,4  % au premier trimestre, avait annoncé l’Insee mi-mai. Mieux, globalement, « l’indicateur de retournement pour l’ensemble de l’économie augmente légèrement et repasse dans la zone indiquant une situation conjoncturelle favorable » indique l’Insee. En revanche, le point noir de l’économie française reste indéniablement le secteur du bâtiment qui plombe l’activité. Les chefs d’entreprise sont déprimés, avec un indice du climat des affaires qui, à 89 points en mai, ne s’améliore qu’à la marge.

Confiance des ménages :le moral au plus haut !!

Confiance des ménages :le moral au plus haut !!

 

C’est le titre de grands médias qui participe à la campagne « Tout va bien madame la marquise » ; en fait le moral des ménages a gagné un point en avril  à 94 et se situe toujours  en dessous de sa moyenne le longue durée (100).. Les fortes craintes sur le chômage n’ont pas inversé la courbe, selon une enquête de l’Insee publiée ce mardi 28 avril.  : les craintes des ménages concernant le chômage augmentent de 15 points en avril, par rapport à mars, qui avait connu une baisse équivalente. Le chômage a atteint un nouveau record en mars, avec 3,51 millions de demandeurs d’emploi sans activité en métropole, selon des chiffres publiés lundi. Parmi les points saillants expliquant la hausse générale de la confiance, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée s’améliore (+2 points) et celle sur leur situation financière personnelle future se maintient (+1 point). Les ménages sont plus nombreux en avril à considérer comme opportun de faire des achats importants (+2 points). « Le solde correspondant a gagné 16 points depuis septembre 2014″, a précisé l’Insee, rappelant qu’il se situait en outre au-dessus de sa moyenne depuis 1987, à son plus haut niveau depuis octobre 2007. Autre indicateur en hausse : la capacité d’épargne. En avril, les Français ont de plus en plus confiance dans leur capacité d’épargne future (+3 points), plus haut niveau depuis janvier 2001 pour cet indicateur. La capacité d’épargne actuelle reste stable (+1 point).  L’opinion des ménages sur le niveau de vie passé et futur en France reste stable, avec des soldes restant néanmoins nettement inférieurs à leur moyenne de longue période.

 

Etats-Unis : moral de ménages en hausse

Etats-Unis : moral de ménages  en hausse

 

 

L’économie américaine comme d’autres joue au YO-YO, après uen fin d’années peu dynamique et deux premiers mois 2015 peu enthousiasmants ,il semble que l’économie se redresse ; La confiance du consommateur américain s’est améliorée davantage que prévu en avril, montre l’enquête mensuelle de l’université du Michigan publiée vendredi. L’indice en première estimation de l’université du Michigan s’est élevé à 95,9 ce mois-ci après 93,0 en version définitive en mars. Les économistes s’attendaient à le voir à 94,0. Le sous-indice mesurant le jugement des consommateurs sur la situation actuelle a grimpé à 108,2 contre 105,0 en mars. Celui sur les anticipations a aussi augmenté, à 88,0 après 85,3 le mois dernier. La prévision médiane des économistes interrogés par Reuters s’établissait à 105,2 pour la situation actuelle et à 87,0 pour les anticipations.par ailleurs les ventes au détail ont augmenté en mars aux Etats-Unis, pour la première fois depuis la fin de l’année dernière, à la faveur d’achats de voitures et d’autres biens de consommation, confortant ceux qui pensent que le net ralentissement de la croissance au premier trimestre était temporaire. Le département du Commerce a fait état mardi d’une hausse de 0,9% des ventes en mars, soit le gain le plus important en un an après trois mois consécutifs d’une baisse liée à des conditions météorologiques particulièrement rigoureuses dans une bonne partie du pays. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un rebond des ventes au détail de 1% en mars. Les données de février ont été révisées pour donner une baisse de 0,5% contre un recul de 0,6% annoncé précédemment.  .  Hors automobile, essence, matériaux de construction et services alimentaires, les ventes au détail ont progressé de 0,3% après une baisse révisée à 0,2% en février. Les économistes prévoyaient des ventes au détail « de base » en hausse de 0,5% en mars.  Les ventes de voitures ont augmenté de 2,7% en mars, le niveau le plus élevé sur un an. Les ventes de vêtements ont progressé de 1,2% et celles de matériaux de construction et de matériels de jardinage ont avancé de 2,1%, soit un pic depuis juillet 2013. Les ventes des restaurants et des bars ont augmenté de 0,7%. Les ventes en ligne et dans les magasins d’électronique et d’appareils ménagers ont en revanche reculé.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol