Archive pour le Tag 'moral des patrons'

Sondage moral des patrons : plus bas que la moyenne mondiale

Moral des patrons : plus bas que la moyenne mondiale

 

Les dirigeants d’entreprises français « affichent un manque de confiance dans l’économie nationale avec un indice à 35,17, un chiffre qui contraste avec la moyenne mondiale qui est de 48,85″, indique le groupe Sage dans un baromètre conduit cet été auprès de 11.000 entreprises dans 17 pays. La confiance affichée la plus élevée est celle de Singapour (61,63). La France présente ainsi le taux de confiance le plus bas avec le Portugal (37,36) et l’Afrique de Sud (39,92). « L’Espagne, pourtant davantage touchée par la crise, se montre plus confiante (43,19) », commente Sage, qui est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de logiciels de gestion pour les entreprises de taille petite et moyenne. De plus, cet indice de confiance dans l’économie française est quasiment identique à celui de l’été 2012 (33,36). « C’est un phénomène assez spécifique à la France, un manque de confiance des Français dans l’économie de leur pays », a commenté Antoine Henry, directeur de Sage France, dans un entretien accordé à l’AFP. « A mon avis, les raisons sont moins réelles et économiques que psychologiques », a-t-il ajouté. « Quand un chef d’entreprise n’a pas confiance dans la santé de son pays pour des raisons plutôt psychologiques, on a un risque qu’il investisse moins », a-t-il ajouté. En revanche, concernant leur propre activité, les chefs d’entreprise de l’Hexagone se montrent bien plus optimistes qu’il y a un an, avec un indice de confiance dans leur activité de 55,16 points, soit une augmentation de 9,61. Ce chiffre reste néanmoins le plus bas de tous les pays étudiés à l’exception du Portugal. 23% des patrons français considèrent que la lourdeur des procédures administratives et des réglementations est le principal obstacle à l’entrepreneuriat en France, indique l’étude tandis que 19% citent le niveau d’imposition comme étant un problème majeur et 15% l’attitude du gouvernement envers l’entreprise, un taux parmi les plus élevés. Au niveau mondial, la bureaucratie est également citée en premier, avec un taux moyen un peu supérieur (25%). A titre de comparaison les Etats-Unis affichent 27% et le record revient à la Pologne avec cet obstacle cité en premier par 36% des chefs d’entreprises. « On voit bien que la bureaucratie est un phénomène mondial et pas uniquement français », souligne M. Henry. Quant au niveau d’imposition, il souligne que ses clients français évoquent surtout le besoin de « stabilité fiscale ». « Ils ont besoin de visibilité pour savoir exactement quelles pressions fiscales ils vont subir et cela me semble particulier à la France », dit-il. L’enquête a été réalisée sur un échantillon de 11.734 entreprises dans 17 pays (États-Unis, Canada, Allemagne, Autriche, France, Royaume-Uni, Espagne, Afrique du Sud, Malaisie, Singapour, Irlande, Pologne, Suisse, Portugal, Brésil, Maroc et Tunisie), par courrier électronique entre le 31 juillet et le 28 août. Le nombre de répondants en France a été de 862.

 

Comme pour une majorité de français, la campagne présidentielle n’affecte pas le moral des patrons d’après OpinionWay

Comme pour une majorité de français, la campagne présidentielle n’affecte pas le moral des patrons d’après OpinionWay

 

La campagne électorale laisse de marbre les dirigeants d’entreprises moyennes ou intermédiaires qui participent chaque mois à l’enquête* de l’Observatoire de la performance des PME-ETI réalisée pour la Banque Palatine, Challenges et iTélé par l’institut OpinionWay. Ils ont plutôt le moral en hausse avec un taux de confiance de 38% – inédit depuis le printemps 2011- et estiment à 67% que cette période un peu particulière n’a pas d’impact sur leur chiffre d’affaires. Dans le catalogue de propositions de François Hollande, ils sont plutôt d’accord (à 57%) avec l’idée de moduler le taux d’impôt sur les sociétés en fonction de l’importance du chiffre d’affaires. Quant à la proposition  - du candidat Nicolas Sarkozy cette fois – de fixer la rémunération des dirigeants d’entreprises en assemblée générale elle divise nos patrons puisqu’ils n’y sont qu’à 46% favorables, la majorité s’accommodant de la situation actuelle, où c’est le conseil d’administration qui est en charge de cette mission. A noter, et c’est une bonne nouvelle pour le futur président de la République, que les intentions d’embauches nettes à six mois du panel sont en hausses, aussi bien pour l’ensemble des effectifs que pour les cadres. Seul petit bémol, la situation de l’économie mondiale, qui préoccupe un peu plus les personnes interrogées qu’au mois dernier.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol