Archive pour le Tag 'mondiaux'

Crise sanitaire Chine : une catastrophe avec des risques mondiaux

Crise sanitaire Chine : une catastrophe avec des risques mondiaux

Le président chinois a été contraint en quelque sorte de s’exprimer sur la crise covid sans pour autant d’ailleurs apporter de solutions à la hauteur de l’enjeu. Pour preuve son énigmatique déclaration :«Nous devons mener une campagne de santé patriotique plus ciblée [...] et bâtir un rempart solide contre l’épidémie» . La vérité c’est que la Chine est perdue car la stratégie du zéro Covid décidée par le parti communiste constitue une erreur fondamentale ; désormais les Chinois libérés des contraintes de mobilité constituent une cible de choix pour le développement exponentiel du virus avec des risques d’expansion de nouveaux variants dans le monde entier.

On sait que toutes les statistiques ont un contenu très politique en Chine qu’il s’agisse de problèmes économiques, sociaux ou sanitaires; Mais il y aurait aujourd’hui des millions deux Chinois contaminés par jour.

Récemment devant la protestation des Chinois, le parti communiste a dû reculer élever la plupart des restrictions à la mobilité. Le problème c’est que la politique zéro Covid a fortement dégradé les résistances potentielles au virus. Du coup ,nombre de chimois préfèrent volontairement rester chez eux . Ce qui constitue un coup dur pour l’économie.L »autre problème c’est que la gravité de la crise sanitaire chinoise facilitant la multiplication des variants qui pourraient alors contaminer d’autres pays.

Officiellement depuis ce changement de stratégie alors que l’épidémie explose, les chiffres officiels font apparaître un nombre de 7 morts est de 5000 contaminations par jour. La vérité c’est qu’il y a plusieurs millions de cas par jour. Notons par Comparaison qu’il y a actuellement autour de 50 000 à 60 000 contaminations par jour en France. La vérité donc c’est que les contaminations se comptent par millions en Chine. La catastrophe n’est pas impossible faute de capacité de résistance des Chinois auxquels on a refusé pendant longtemps toute vaccination.

Le géant asiatique avait brusquement fait volte-face début décembre à cause d’une vague de contestation sans précédent dans le pays, contre la politique «zéro covid» menée par l’État depuis presque trois ans. Depuis la levée des restrictions, l’épidémie de Covid-19 a explosé en Chine. Son ampleur est «impossible» à déterminer, de l’aveu même des autorités, les tests de dépistage n’étant désormais plus obligatoires. Les autorités tentent de rassurer sur le caractère bénin du virus malgré sa contagiosité – à rebours du discours officiel depuis le début de la pandémie. Dans plusieurs provinces du pays, les Chinois sont même autorisés à retourner au travail, même avec des symptômes.

L’OMS s’est dite «très préoccupée» par l’explosion du nombre des cas de Covid-19 en Chine le mercredi 21 décembre. Elle a donc appelé le géant chinois à accélérer la vaccination des populations les plus vulnérables et lui a demandé des informations plus détaillées sur la gravité de l’épidémie.Une épidémie qui pourrait multiplier l’émergence de nouveaux variants venant alors aussi contaminer les autres pays.

Covid Chine : une catastrophe sanitaire avec des risques mondiaux

Covid Chine : une catastrophe sanitaire avec des risques mondiaux

On sait que toutes les statistiques ont un contenu très politique en Chine qu’il s’agisse de problèmes économiques, sociaux ou sanitaires.

Récemment devant la protestation des Chinois, le parti communiste a dû reculer élever la plupart des restrictions à la mobilité. Le problème c’est que la politique zéro Covid a fortement dégradé les résistances potentielles au virus. Du coup ,nombre de chimois préfèrent volontairement rester chez eux . Ce qui constitue un coup dur pour l’économie.L »autre problème c’est que la gravité de la crise sanitaire chinoise facilitant la multiplication des variants qui pourraient alors contaminer d’autres pays.

Officiellement depuis ce changement de stratégie alors que l’épidémie explose, les chiffres officiels font apparaître un nombre de 7 morts est de 5000 contaminations par jour. La vérité c’est qu’il y a plusieurs millions de cas par jour. Notons par Comparaison qu’il y a actuellement autour de 50 000 à 60 000 contaminations par jour en France. La vérité donc c’est que les contaminations se comptent par millions en Chine. La catastrophe n’est pas impossible faute de capacité de résistance des Chinois auxquels on a refusé pendant longtemps toute vaccination.

Le géant asiatique avait brusquement fait volte-face début décembre à cause d’une vague de contestation sans précédent dans le pays, contre la politique «zéro covid» menée par l’État depuis presque trois ans. Depuis la levée des restrictions, l’épidémie de Covid-19 a explosé en Chine. Son ampleur est «impossible» à déterminer, de l’aveu même des autorités, les tests de dépistage n’étant désormais plus obligatoires. Les autorités tentent de rassurer sur le caractère bénin du virus malgré sa contagiosité – à rebours du discours officiel depuis le début de la pandémie. Dans plusieurs provinces du pays, les Chinois sont même autorisés à retourner au travail, même avec des symptômes.

L’OMS s’est dite «très préoccupée» par l’explosion du nombre des cas de Covid-19 en Chine le mercredi 21 décembre. Elle a donc appelé le géant chinois à accélérer la vaccination des populations les plus vulnérables et lui a demandé des informations plus détaillées sur la gravité de l’épidémie.Une épidémie qui pourrait multiplier l’émergence de nouveaux variants venant alors aussi contaminer les autres pays.

Santé-Crise Covid: une catastrophe sanitaire possible en Chine avec des risques mondiaux

Santé-Crise Covid: une catastrophe sanitaire possible en Chine avec des risques mondiaux

On sait que toutes les statistiques ont un contenu très politique en Chine qu’il s’agisse de problèmes économiques, sociaux ou sanitaires.

Récemment devant la protestation des Chinois, le parti communiste a dû reculer élever la plupart des restrictions à la mobilité. Le problème c’est que la politique zéro Covid a fortement dégradé les résistances potentielles au virus. Du coup ,nombre de chimois préfèrent volontairement rester chez eux . Ce qui constitue un coup dur pour l’économie.L »autre problème c’est que la gravité de la crise sanitaire chinoise facilitant la multiplication des variants qui pourraient alors contaminer d’autres pays.

Officiellement depuis ce changement de stratégie alors que l’épidémie explose, les chiffres officiels font apparaître un nombre de 7 morts est de 5000 contaminations par jour. Notons par exemple qu’il y a actuellement autour de 50 000 à 60 000 contaminations par jour en France. La vérité sans doute c’est que les contaminations se comptent par millions en Chine. La catastrophe n’est pas impossible faute de capacité de résistance des Chinois auxquels on a refusé pendant longtemps toute vaccination.

Le géant asiatique avait brusquement fait volte-face début décembre à cause d’une vague de contestation sans précédent dans le pays, contre la politique «zéro covid» menée par l’État depuis presque trois ans. Depuis la levée des restrictions, l’épidémie de Covid-19 a explosé en Chine. Son ampleur est «impossible» à déterminer, de l’aveu même des autorités, les tests de dépistage n’étant désormais plus obligatoires. Les autorités tentent de rassurer sur le caractère bénin du virus malgré sa contagiosité – à rebours du discours officiel depuis le début de la pandémie. Dans plusieurs provinces du pays, les Chinois sont même autorisés à retourner au travail, même avec des symptômes.

L’OMS s’est dite «très préoccupée» par l’explosion du nombre des cas de Covid-19 en Chine le mercredi 21 décembre. Elle a donc appelé le géant chinois à accélérer la vaccination des populations les plus vulnérables et lui a demandé des informations plus détaillées sur la gravité de l’épidémie.Une épidémie qui pourrait multiplier l’émergence de nouveaux variants venant alors aussi contaminer les autres pays.

«L’OMS est très préoccupée par l’évolution de la situation en Chine (…). Afin de procéder à une évaluation complète des risques», l’OMS juge nécessaire d’obtenir des «informations plus détaillées sur la gravité de la maladie, les admissions hospitalières et les besoins en matière d’unités de soins intensifs», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours de sa conférence de presse hebdomadaire.

Washington appelle la Chine à partager les informations sur sa nouvelle épidémie de Covid. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a appelé jeudi la Chine à partager ses informations sur la nouvelle vague de Covid-19 que connait le pays, et a proposé à nouveau une aide sous la forme de vaccins.
«Il est très important que tous les pays, y compris la Chine, s’attachent à ce que les gens soient vaccinés, que les tests et les traitements soient disponibles, et plus encore, à ce que l’information sur ce qu’ils vivent soit partagée avec le monde – parce que cela a des implications non seulement pour la Chine mais pour le monde entier», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

En effet, malgré la vague épidémique, la Chine ne communique que très peu sur la situation des hôpitaux. Elle n’a, par exemple, rapporté aucun nouveau décès lié au Covid-19 le mercredi 21 décembre.
Les autorités ont précisé mardi 20 décembre que seules les personnes décédées directement d’une insuffisance respiratoire liée au Covid-19 étaient comptabilisées dans les statistiques. Cette méthodologie «scientifique», selon les autorités, dresse cependant un tableau plus réduit de la situation. «Après une infection par le variant Omicron, la principale cause de décès (des patients) sont des maladies sous-jacentes», s’est défendu mardi Wang Guiqiang, un responsable de la Santé de la ville de Pékin. «Seul un petit nombre meurt directement d’une insuffisance respiratoire causée par le Covid», a-t-il insisté.

Finances- Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales !

Finances- Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales !

La crise est un concept sans doute relatif, dramatique pour certains mais très rentable pour d’autres. Pour preuve, la pandémie n’a pas du tout affecté le retour financier de ceux qui ont investi dans la bourse. Ainsi par exemple on connaîtra un records de dividendes  en 2022 : plus de 2.000 milliards de dollars au niveau mondial, à en croire l’étude du cabinet de recherche IHS Markit.

La crise est de toute évidence déjà loin. Alimentés par les profits records des grandes entreprises l’année dernière, les dividendes versés en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise à 2.094 milliards de dollars, après avoir déjà fortement rebondi en 2021 . Bref pour certains la crise n’a pas existé bien au contraire. Un résultat qui n’est pas sans rapport heureusement avec la performance des entreprises mais qui découle surtout des énormes liquidités déversées gratuitement par la banque centrale dans une très grande partie n’a pas été orientée vers l’économie réelle mais dans la spéculation. Pour preuve en dépit de la pandémie la très bonne santé des trésoreries. Beaucoup d’entreprises n’ont même pas utilisé à des fins d’investissement ou même de soutien à l’exploitation les prêts obtenus auprès des banques et des gouvernements.

Évidemment cette politique accommodante des banques centrales  a eu  des effets positifs en évitant que la fragilité de certains ne se traduise en dépôt de bilan. On a soutenu les entreprises en même temps que les emplois. Reste qu’une très grande partie des liquidités s’est trouvée orientée vers des placements financiers spéculatifs. À titre d’exemple il suffit de voir ce nombre de grandes entreprises en très bonne santé financière grâce à la crise et qui ont racheté inutilement leurs propres actions pour faire monter les cours. Or spéculation, la rentabilité des entreprises n’aurait jamais atteint une progression de 18 % en deux ans.

Le problème de cette politique accommodante dont certains aspects étaient nécessaires, c’est qui va falloir maintenant payer la facture. Et comme d’habitude cette facture sera sans doute payée par une inflation qui va à bas bruit (peut-être) amputer les revenus du travail et de l’épargne.

Les bénéfiicaires  peuvent dire merci aux banques centrales et aux futures victimes de l’inflation.

Finances- Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales

Finances-Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales

la crise est un concept sans doute relatif, dramatique pour certains mais très rentable pour d’autres. Pour preuve, la pandémie n’a pas du tout affecté le retour financier de ceux qui ont investi dans la bourse. Ainsi par exemple on connaîtra un records de dividendesr en 2022 : plus de 2.000 milliards de dollars au niveau mondial, à en croire l’étude du cabinet de recherche IHS Markit.

La crise est de toute évidence déjà loin. Alimentés par les profits records des grandes entreprises l’année dernière, les dividendes versés en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise à 2.094 milliards de dollars, après avoir déjà fortement rebondi en 2021 . Bref pour certains la crise n’a pas existé bien au contraire. Un résultat qui n’est pas sans rapport heureusement avec la performance des entreprises mais qui découle surtout des énormes liquidités déversées gratuitement par la banque centrale dans une très grande partie n’a pas été orientée vers l’économie réelle mais dans la spéculation. Pour preuve en dépit de la pandémie la très bonne santé des trésoreries. Beaucoup d’entreprises n’ont même pas utilisé à des fins d’investissement ou même de soutien à l’exploitation les prêts obtenus auprès des banques et des gouvernements.

Évidemment cette politique accommodante des banques centrales  a eu  des effets positifs en évitant que la fragilité de certains ne se traduise en dépôt de bilan. On a soutenu les entreprises en même temps que les emplois. Reste qu’une très grande partie des liquidités s’est trouvée orientée vers des placements financiers spéculatifs. À titre d’exemple il suffit de voir ce nombre de grandes entreprises en très bonne santé financière grâce à la crise et qui ont racheté inutilement leurs propres actions pour faire monter les cours. Or spéculation, la rentabilité des entreprises n’aurait jamais atteint une progression de 18 % en deux ans.

Le problème de cette politique accommodante dont certains aspects étaient nécessaires, c’est qui va falloir maintenant payer la facture. Et comme d’habitude cette facture sera sans doute payée par une inflation qui va à bas bruit (peut-être) amputer les revenus du travail et de l’épargne.

Les épargnants peuvent dire merci aux banques centrales et aux futures victimes de l’inflation.

Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales

Dividendes mondiaux record à 2.000 milliards, merci les banques centrales

la crise est un concept sans doute relatif, dramatique pour certains mais très rentable pour d’autres. Pour preuve, la pandémie n’a pas du tout affecté le retour financier de ceux qui ont investi dans la bourse. Ainsi par exemple on connaîtra un records de dividendesr en 2022 : plus de 2.000 milliards de dollars au niveau mondial, à en croire l’étude du cabinet de recherche IHS Markit.

La crise est de toute évidence déjà loin. Alimentés par les profits records des grandes entreprises l’année dernière, les dividendes versés en 2022 devraient dépasser de 18 % leur niveau d’avant-crise à 2.094 milliards de dollars, après avoir déjà fortement rebondi en 2021 . Bref pour certains la crise n’a pas existé bien au contraire. Un résultat qui n’est pas sans rapport heureusement avec la performance des entreprises mais qui découle surtout des énormes liquidités déversées gratuitement par la banque centrale dans une très grande partie n’a pas été orientée vers l’économie réelle mais dans la spéculation. Pour preuve en dépit de la pandémie la très bonne santé des trésoreries. Beaucoup d’entreprises n’ont même pas utilisé à des fins d’investissement ou même de soutien à l’exploitation les prêts obtenus auprès des banques et des gouvernements.

Évidemment cette politique accommodante des banques centrales  a eu  des effets positifs en évitant que la fragilité de certains ne se traduise en dépôt de bilan. On a soutenu les entreprises en même temps que les emplois. Reste qu’une très grande partie des liquidités s’est trouvée orientée vers des placements financiers spéculatifs. À titre d’exemple il suffit de voir ce nombre de grandes entreprises en très bonne santé financière grâce à la crise et qui ont racheté inutilement leurs propres actions pour faire monter les cours. Or spéculation, la rentabilité des entreprises n’aurait jamais atteint une progression de 18 % en deux ans.

Le problème de cette politique accommodante dont certains aspects étaient nécessaires, c’est qui va falloir maintenant payer la facture. Et comme d’habitude cette facture sera sans doute payée par une inflation qui va à bas bruit (peut-être) amputer les revenus du travail et de l’épargne.

Les épargnants peuvent dire merci aux banques centrales et aux futures victimes de l’inflation.

Risques incendies estivaux : nouveaux dangers mondiaux

Risques incendies estivaux :  nouveaux dangers mondiaux

Comme l’a constaté le GIEC, les températures vont continuer de progresser de manière irréversible au-delà des es objectifs fixés. Le réchauffement va malheureusement dépasser les 1,5° centigrades ou même 2°. Une tendance structurelle qui va se traduire par de plus grandes sécheresses et mécaniquement par la montée du risque incendie. L’année 2021 l’illustre déjà. Le mois de juillet a en effet été le plus chaud jamais enregistré dans le monde d’après l’agence nationale océanique et atmosphérique de l’ONU. D’immenses incendies ont affecté le Canada, les États-Unis mais aussi l’Europe y compris la France

Comme pour les autres risques environnementaux, les politiques de prévention sont à la traîne. -La visite du président de la république dans le Var qui pour toute politique relativise en considérant que la France était moins affectée que d’autres ! La question des incendies devient un enjeu majeur non seulement pour ses conséquences environnementales mais aussi pour la sécurité. On peut s’étonner qu’aucun débat n’ait été encore programmé au Parlement pour examiner ce nouveau risque et  envisager  la politique de prévention correspondante. Par parenthèse, il conviendrait sans doute de revoir le rôle et la présence des sapeurs-pompiers volontaires locaux. La concentration de ce moyen dans le seul chef-lieu de département ou presque constituant une hérésie. Mais le problème des moyens de prévention et de traitement est évidemment plus large.

 

Incendies estivaux : nouveaux dangers mondiaux

Incendies estivaux :  nouveaux dangers mondiaux

Comme l’a constaté le GIEC, les températures vont continuer de progresser de manière irréversible au-delà des es objectifs fixés. Le réchauffement va malheureusement dépasser les 1,5° centigrades ou même 2°. Une tendance structurelle qui va se traduire par de plus grandes sécheresses et mécaniquement par la montée du risque incendie. L’année 2021 l’illustre déjà. Le mois de juillet a en effet été le plus chaud jamais enregistré dans le monde d’après l’agence nationale océanique et atmosphérique de l’ONU. D’immenses incendies ont affecté le Canada, les États-Unis mais aussi l’Europe y compris la France

Comme pour les autres risques environnementaux, les politiques de prévention sont à la traîne. -La visite du président de la république dans le Var qui pour toute politique relativise en considérant que la France était moins affectée que d’autres ! La question des incendies devient un enjeu majeur non seulement pour ses conséquences environnementales mais aussi pour la sécurité. On peut s’étonner qu’aucun débat n’ait été encore programmé au Parlement pour examiner ce nouveau risque et  envisager  la politique de prévention correspondante. Par parenthèse, il conviendrait sans doute de revoir le rôle et la présence des sapeurs-pompiers volontaires locaux. La concentration de ce moyen dans le seul chef-lieu de département ou presque constituant une hérésie. Mais le problème des moyens de prévention et de traitement est évidemment plus large.

 

La responsabilité des immenses feux de forêt mondiaux

La responsabilité des immenses feux de forêt mondiaux

 

Selon la philosophe Joëlle Zask, dans une tribune au « Monde », une des raisons fondamentales de l’extension des feux de forêt qui ravagent la planète est liée à la mise à l’écart des populations, souvent autochtones, qui la connaissent intimement.(Extrait)

 

 

Les mégafeux de forêt, ces signes les plus violents de la crise écologique, font rage : en Sibérie, un million et demi d’hectares, dont on parle trop peu, sont récemment partis en fumée. L’ouest des Etats-Unis et du Canada est en flamme. Tout le sud de l’Europe est menacé.

Les causes environnementales des mégafeux sont identifiées. Il en va de même de leur impact écologique : nous savons que ces feux sont dus au dérèglement climatique dont les activités humaines sont responsables, qu’ils émettent autant de gaz à effet de serre que la circulation automobile, que les forêts qui en sont victimes sont durablement détruites, que des espèces qui y vivent disparaissentLa forêt amazonienne produit désormais plus de gaz carbonique qu’elle n’en capture. Récemment, les fumées dégagées par les feux qui sévissent dans l’Oregon et en Californie ont atteint New York, dont les habitants ont été asphyxiés. Le 30 juillet, Joe Biden a déclaré qu’il fallait voir dans les mégafeux la preuve de l’urgence à agir énergiquement pour le climat.

 

Ce qui est moins connu est la corrélation entre le développement de ces feux extrêmes et la dégradation, voire la disparition des activités humaines compétentes dans les forêts, dont les feux dirigés ou écobuage, qui sont destinés, entre autres, à éviter les mégafeux. Les touristes et les « rurbains » qui se multiplient à la campagne en quête d’un lieu de séjour plus humain que la grande ville sont ignorants en la matière. Ils sont aussi négligents : 80 % des feux de forêt sont dus à des actes humains accidentels et, pour une proportion non négligeable, criminels.

Peuples délogés et déculturés

En revanche, les peuples et les individus qui connaissent la forêt, l’entretiennent et en prennent soin depuis des millénaires ont été massivement délogés et déculturés. Ainsi en va-t-il des peuples autochtones de l’Amérique du Nord, des Amérindiens du Brésil, des peuples aborigènes d’Australie ou des peuples nomades de Sibérie, mais aussi de nos paysans et forestiers européens qui savaient cultiver les forêts et les protéger des flammes.

 

Le processus est simple : les forêts qui, au cours des millénaires, se sont adaptées aux activités humaines – dont le pastoralisme, l’agriculture paysanne, le traçage de voies de passage, les feux d’entretien – se referment et s’uniformisent. Elles s’encombrent de matière sèche et de strates intermédiaires de végétation qui sont pour les flammes autant de tremplins vers le houppier des grands arbres. Dans les circonstances actuelles de températures extrêmes, de longues sécheresses, de vents intenses et d’invasions de nuisibles, les priver de ces soins, souvent au nom d’une nature vierge qui n’existe quasiment pas, c’est les livrer aux flammes.

Climat : un nouvel appel dans le désert des dirigeants mondiaux

Climat : un nouvel appel dans le désert des dirigeants mondiaux 

Un nouvel appel en faveur du climat de la part des dirigeants mondiaux lancés en Corée. Un appel qui ne mange pas de pain mais qui sans doute ne changera pas grand-chose tellement les déclarations sont éloignées des politiques réelles.. De quoi sourire un peu face aux déclarations du fantasque Boris Johnson qui a rarement tenu ses promesses dans ce domaine comme ailleurs :

«C’est un bon début, mais ne nous tapons pas dans le dos pour l’instant parce que notre planète et notre peuple ont besoin de plus», a-t-il déclaré. «Nous avons besoin de gouvernements qui ne feront pas seulement des promesses sur le climat et la nature, mais joignent le geste à la parole».

 

Reste que beaucoup de pays en développement préfèrent privilégier la croissance pour lutter contre la misère ce que constate le secrétaire général de l’ONU. «Ce n’est pas un partenariat mondial si certains luttent pour survivre», a ajouté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. «Lutter de front contre le changement climatique aidera à protéger les personnes les plus vulnérables de la prochaine crise tout en soutenant une reprise riche en emplois après la pandémie», a-t-il déclaré.

 

Bref encore de belles déclarations, de belles intentions mais qui laisse à chaque pays le soin de faire ce qu’il veut. La régulation mondiale de la lutte contre le climat reste encore à inventer.

 

Dividendes mondiaux: un recul d’environ 20 %

Dividendes mondiaux: un recul d’environ 20 %

 

 

Sur l’ensemble de l’année les dividendes mondiaux pourraient subir une baisse de 20 %. Déjà les dividendes versés à leurs actionnaires par les entreprises dans le monde ont baissé de plus de 20% au deuxième trimestre avec un repli particulièrement marqué en Europe, montre une enquête publiée lundi par Janus Henderson Investors. Une exception toutefois celle de l’Amérique du Nord et notamment des États-Unis où les dividendes sont restés au même niveau. En cause notamment les grands du numérique qui font maintenant la cote et qui n’ont pas été atteint par des conséquences néfastes du Coronavirus bien au contraire, ils ont même tiré parti de la situation.

Les dividendes au niveau mondial ont diminué de 108,1 milliards de dollars à 382,2 milliards de dollars sur la période avril-juin, un recul de 22% qui est le plus prononcé depuis le lancement par la société de gestion de cet indice en 2009.

Cette baisse, qui s’explique principalement par l’impact de la crise du coronavirus, affecte toutes les régions à l’exception de l’Amérique du Nord, où les paiements n’ont quasiment pas changé par rapport au deuxième trimestre 2019, lit-on dans un communiqué de Janus Henderson Investors.

Les dividendes versés aux Etats-Unis ont baissé de 0,1% pour atteindre 123 milliards de dollars, seulement un dixième des sociétés ayant réduit ou annulé leurs dividendes.

Au Canada, où la pandémie a été moins intense, les dividendes ont augmenté de 4,1%, toujours selon le communiqué.

En Europe, les dividendes totaux ont chuté de 45%, diminuant de 66,9 milliards de dollars avec des baisses particulièrement marquées en France, en Espagne, en Italie et en Suède.

Les banques, auxquelles la Banque centrale européenne a recommandé de suspendre le versement d’un dividende, représentent plus de la moitié de la baisse mais les secteurs de la consommation discrétionnaire et l’industrie ont également été fortement touchés, selon les résultats de l’enquête.

Au niveau mondial, les dividendes ont fortement diminué dans les secteurs de la finance et de la consommation cyclique mais ont fait preuve de résistance dans les compartiments de la santé et des communications.

Pour l’ensemble de l’année, Janus Henderson prévoit désormais une baisse totale des dividendes de 17% à 1.180 milliards de dollars dans son scénario le plus optimiste.

Moins de déséquilibres des comptes courants mondiaux en 2020 !

Moins de  déséquilibres des comptes courants mondiaux en 2020 !

 

Certains médias reprennent de brut de brut une information sur la réduction des déséquilibres des comptes courants mondiaux. Et la crise sanitaire pourrait encore améliorer la situation. Rien de vraiment surprenant dans tout cela car il est évident que moins il y a de business et moins ces déficits sont importants. Si par hypothèse, on supprimait  le  business international, les comptes courants seraient complètement équilibrés ! En effet la balance courante d’un pays résulte de la somme des flux monétaires provoqués par les échanges de biens et de services, de la balance des revenus et de la balance des transferts courants. (Certains objecteront qu’il il y a aussi dans ces transferts des flux qui n’ont pas grand-chose à voir avec le business mais avec utilisation fiscale voir la faute fiscale).

Pour preuve du lien entre le business et la balance des comptes courants, les déséquilibres s’étaient déjà réduits en 2019 précisément en raison du tassement de la croissance. la crise du coronavirus pourrait les réduire davantage cette année même si certaines économies émergentes vulnérables sont confrontées à d’importantes sorties de capitaux, a déclaré mardi le Fonds monétaire international (FMI).

Le rapport annuel sur les monnaies du FMI montre que la faiblesse persistante du commerce, associée à une expansion budgétaire massive, devrait réduire les déficits et les excédents des comptes courants dans de nombreux pays.

Le FMI a déclaré que les soldes nets des comptes courants avaient baissé l’an dernier de 0,2 point de pourcentage à 2,9% du produit intérieur brut (PIB) mondial et pourraient diminuer de 0,3 point en 2020.

Baisse des dividendes mondiaux

Baisse des dividendes mondiaux

 

Nombre d’entreprises ne verseront pas de dividendes cette année, d’autres vont en diminuer le montant de manière notoire. En moyenne, Les dividendes versés par les entreprises mondiales devraient reculer d’au moins 15% cette année en raison de la pandémie de coronavirus qui affecte fortement l’activité économique, prévient lundi la société de gestion Janus Henderson.

“Pour évaluer l’impact de la pandémie sur les dividendes de l’année 2020, Janus Henderson a passé au crible des entreprises représentant plus des trois quarts des paiements mondiaux en termes de valeur. L’équipe a identifié celles qui ont déjà annulé ou suspendu leurs paiements, celles dont elle juge les paiements soumis à caution et celles qui sont le moins susceptibles d’être touchées”, explique-t-elle.

Dans le cas “optimiste”, seules les réductions de dividendes déjà annoncées ou qui le seront très probablement sont prises en compte. Cela suggère que les paiements mondiaux vont diminuer de 15% cette année pour atteindre 1.210 milliards de dollars (1.120 milliards d’euros), soit une baisse de 213 milliards de dollars, indique Janus Henderson.

Dans le cas “pessimiste”, qui inclut également tous ceux qui sont tangents, les paiements mondiaux pourraient chuter de 35% cette année, à 933 milliards de dollars, précise la société de gestion.

“L’ampleur de la fourchette reflète l’évolution rapide de la crise et la probabilité que de nombreuses entreprises se contenteront de réduire leurs paiements plutôt que de les annuler complètement”, explique Janus Henderson.

L’Europe et le Royaume-Uni devraient être particulièrement concernés par le repli des dividendes, les régulateurs ayant demandé aux banques de suspendre la rémunération des actionnaires et plusieurs grandes compagnies pétrolières ayant déjà réduit leur coupon.

Les Etats-Unis devraient être moins affectés car les entreprises américaines devraient privilégier la réduction des rachats d’actions sur celle des dividendes, estime Janus Henderson.

“En Chine et dans le reste de l’Asie, les entreprises ont déjà ajusté leurs paiements de 2020 sur les bénéfices de 2019, l’impact devrait donc être plus important en 2021”, ajoute le gestionnaire d’actifs.

Au premier trimestre, les dividendes n’ont presque pas été affectés par la pandémie et ont atteint des niveaux record. Les paiements mondiaux de dividende ont augmenté de 3,6% en base globale pour atteindre un record de 275,4 milliards de dollars (250,9 milliards d’euros).

Plongeon des marchés mondiaux : pourquoi ?

Plongeon  des  marchés mondiaux : pourquoi ?

 

Il y a plusieurs facteurs qui ont favorisé le plongeon des marchés financiers  mondiaux. D’abord évidemment, l’épidémie du virus chinois qui ne cesse de prendre de l’ampleur et qui menace donc la santé. La propagation de la maladie risque de rendre les consommateurs plus prudents et plus attentifs en matière d’achat. La première conséquence serait donc une baisse de la consommation des ménages.

La seconde raison tient à la désorganisation des chaînes d’approvisionnement et de distribution. C’est maintenant qu’on va prendre la mesure de l’importance de la Chine dans les processus de production et de distribution. Nombre de productions de produits manufacturés sont en effet élaborées en totalité en partie en Chine et dans les pays asiatiques. Pour l’instant,  les stocks ont partiellement comblé les ruptures d’approvisionnement mais on est proche du  point  critique.

Encore plus fondamental est l’interrogation des décideurs sur la pertinence géographique de l’organisation d’une production de plus en plus internationale. Certes, toutes les productions des pays développés ne seront sans doute pas rapatriées dans leur pays d’origine. Une partie cependant pourrait l’être mais surtout, on pourrait assister à une restructuration profonde de l’aire des délocalisations

Le dernier facteur défavorable aux bourses découle du fait que les cotations sont montées au zénith et que de toute manière un fait ou un autre peut mettre à tout moment le niveau des actions en péril. Ces actions ont en effet atteint des niveaux complètement incohérents et irresponsables. Beaucoup seront donc incités à prendre maintenant leur bénéfice aggravant encore la baisse.Les Bourses européennes ont donc chuté lundi, l’aggravation soudaine de l’épidémie de coronavirus en dehors de la Chine alimentant les craintes d’un impact plus important que prévu sur l’économie mondiale.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 3,95% à 5.791,87 points, un plus bas en clôture depuis le 10 décembre. Le Footsie britannique a perdu 3,34% et le Dax allemand a cédé 4,01%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 4,01%, le FTSEurofirst 300 de 3,77% et le Stoxx 600 de 3,79%.

La Bourse de Milan a dévissé de 5,43%, sa plus forte baisse en une séance depuis fin mai 2018, après l’annonce par les médias d’un septième décès attribué au nouveau coronavirus dans la péninsule.

Alors que les nouveaux cas ont baissé en Chine, la multiplication du nombre de personnes contaminées hors de Chine, notamment en Europe, au Moyen-Orient et en Corée du Sud amène les investisseurs à se replier vers les actifs moins risqués.

“L’énorme bond du nombre de cas au cours du week-end dans d’autres pays amène à réévaluer les objectifs de croissance de 2020. Si le virus continue de se propager, nous pourrions avoir rapidement une baisse des bénéfices et des perspectives de croissance pour 2020”, a écrit Ryan Detrick, chargé de stratégie chez LPL Financial.

Tous les indices sectoriels ont terminé nettement dans le rouge, perdant entre 1,84% pour l’indice Stoxx de l’immobilier et 5,98% pour les transports et les loisirs.

Easyjet (-16,67%) et Ryanair (-13,79%) ont accusé les plus lourdes pertes du Stoxx 600.

Les compartiments très exposés à la Chine comme l’automobile (-5,52%) sont également sanctionnés.

PSA (-6,97%) a enregistré la deuxième plus forte baisse du CAC 40, derrière STMicroelectronics (-7,03%).

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones perdait 3,56%,

Marchés mondiaux et Etats-nations : rôles respectifs

Marchés mondiaux et  Etats-nations : rôles respectifs

 

L’économiste Dani Rodrik décrit, dans une tribune au « Monde », ce que devrait être la politique d’un Etat dans le contexte d’une économie globalisée.

Tribune. 

 

Nous sortons d’une période marquée par l’idée fausse selon laquelle la mondialisation conduirait à l’érosion de l’Etat-nation. Il se trouve en effet que l’Etat-nation s’est plutôt défendu, et que c’est aujourd’hui la mondialisation qui est en recul. Ne nous laissons pas tromper par le fait que cette réaction contre la mondialisation soit souvent menée par des mouvements politiques nationalistes et autoritaires. L’enjeu est plus large. L’Etat-nation demeure en effet le seul dépositaire des institutions qui, en les réglementant et en les légitimant, permettent aux marchés de prospérer. Il reste le principal lieu d’expression et de représentation politiques. C’est sans conteste le cas pour le monde dans son ensemble. Et, à moins qu’elle ne franchisse un pas décisif vers l’union budgétaire et politique, cela reste aussi le cas de l’Union européenne.

Une mondialisation correctement instituée – c’est-à-dire éloignée du mirage de l’hypermondialisation caressé par l’économie mondiale post-1990 – prendrait en compte cette réalité. Elle ne considérerait pas l’Etat-Nation et la mondialisation comme s’excluant l’un l’autre, mais comme se renforçant mutuellement. Tout comme les marchés ont besoin des Etats, de même, les marchés mondiaux ont besoin des Etats-nations.

Pour que la mondialisation fonctionne, il importe de définir une stratégie économique nationale proactive qui aille au-delà de la seule mise en place des « fondamentaux du marché » comme l’éducation et la bonne gouvernance. La première composante de cette stratégie doit être un ensemble de politiques macroéconomiques qui, outre la stabilité des prix, mettent l’accent sur le plein-emploi et l’investissement public. L’austérité budgétaire a été coûteuse ; elle doit être inversée, notamment en Europe. Deuxième composante : les institutions du marché du travail et les politiques de concurrence doivent s’attaquer aux inégalités de pouvoir de négociation entre employés et employeurs. Ce point est particulièrement important aux Etats-Unis, où ces inégalités sont les plus marquées en raison de la faiblesse de la réglementation et des syndicats.

Troisième composante : l’instauration d’un système d’imposition plus équitable garantissant que les grandes entreprises et les individus les plus aisés paient leur juste part. Dans ce domaine, les pays disposent d’une large marge de manœuvre. Ils pourraient par exemple exiger des grands groupes qu’ils versent des impôts proportionnels aux ventes qu’ils réalisent dans tel pays donné. Quatrième composante : agir contre le réchauffement climatique. Le Green Deal européen est un excellent premier pas. Mais c’est au niveau national que la plus grande partie du travail devra être accomplie. »

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol