Archive pour le Tag 'monde'

Page 5 sur 14

Covid Monde :3,86 millions de morts

  • Covid Monde :3,86 millions de morts

La pandémie a fait plus de 3.868.393 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles dimanche à 10h00 GMT.

Après les États-Unis (601.825 décès), les pays ayant enregistré le plus grand nombre de morts sont le Brésil (501.825), l’Inde (388.135), le Mexique (231.187) et le Pérou (190.425). Avec plus de 100 000 morts la France figure aussi en tête de ce triste palmarès. Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L’OMS estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Société- La « dérive morale du monde occidental » ?

Société- La « dérive morale du monde occidental » ?

Auteur influent de la droite religieuse américaine, le journaliste pointe dans son ouvrage le recul des libertés imposé, selon lui, par les intellectuels d’une gauche qui prêche une transformation radicale de la société.

 

Livre ( Analyse du Monde). 

 

Journaliste et essayiste, Rod Dreher est l’un des auteurs les plus influents de la droite religieuse aux Etats-Unis. Face à une Amérique qui se sécularise, il défend le « localisme », un repli des chrétiens au sein de communautés où ils peuvent vivre en accord avec leur foi. C’était le thème principal de son Pari bénédictin (Artège, 2017). L’ouvrage qu’il propose aujourd’hui va plus loin, il souhaite, dans un livre proche du manuel, aider ses lecteurs à « résister au mensonge ».

A l’ère de la contre-vérité, de la désinformation, ce que l’on définit comme faux en dit beaucoup sur nos opinions politiques. Pour Rod Dreher, si les démocraties libérales tournent au « soft totalitarisme », diffusant des mensonges auxquels chacun est sommé d’adhérer, c’est qu’elles sont sous l’emprise du « wokisme » de la gauche radicale, férocement engagée contre le racisme. Encore récemment, on disait « politiquement correct ».

Dreher définit le phénomène en « un ensemble de croyances progressistes incompatibles avec la plus élémentaire logique – et certainement avec le christianisme ». Ce système de pensée ne serait cependant pas diffusé principalement par l’Etat, mais davantage par les grandes entreprises des nouvelles technologies, rassemblées sous l’acronyme Gafam, dont les salariés ont généralement étudié à l’université. C’est là que prospère « une mouvance qui cherche à réduire l’histoire de l’Occident à son seul passé colonial et esclavagiste ».

Le recul de la liberté ne peut être mieux compris que par ceux qui ont déjà vécu une telle régression. Rod Dreher se rend pour cette raison dans les anciens pays du bloc communiste. Il y multiplie les rencontres, Kamila Bendova, la veuve de Vaclav Benda (1946-1999), intellectuel et dissident tchèque, signataire de la Charte 77 qui donna naissance au mouvement de dissidence dans la Tchécoslovaquie soviétique ; un historien slovaque ; une famille russe orthodoxe habitant Moscou…

Chaque fois, la mise en garde est la même : lentement, sans que vous vous en aperceviez, ce qui s’est passé dans mon pays est en train de se produire chez vous. Le même zèle révolutionnaire s’est emparé des esprits, les intellectuels prêchent une transformation radicale de la société et imposent leur vision du monde par l’intimidation. Hier, c’était le mariage gay, demain ce sera pire encore, estiment-ils.

La « dérive morale du monde occidental » ?

 La « dérive morale du monde occidental » ?

Auteur influent de la droite religieuse américaine, le journaliste pointe dans son ouvrage le recul des libertés imposé, selon lui, par les intellectuels d’une gauche qui prêche une transformation radicale de la société.

 

Livre ( Analyse du Monde). Journaliste et essayiste, Rod Dreher est l’un des auteurs les plus influents de la droite religieuse aux Etats-Unis. Face à une Amérique qui se sécularise, il défend le « localisme », un repli des chrétiens au sein de communautés où ils peuvent vivre en accord avec leur foi. C’était le thème principal de son Pari bénédictin (Artège, 2017). L’ouvrage qu’il propose aujourd’hui va plus loin, il souhaite, dans un livre proche du manuel, aider ses lecteurs à « résister au mensonge ».

A l’ère de la contre-vérité, de la désinformation, ce que l’on définit comme faux en dit beaucoup sur nos opinions politiques. Pour Rod Dreher, si les démocraties libérales tournent au « soft totalitarisme », diffusant des mensonges auxquels chacun est sommé d’adhérer, c’est qu’elles sont sous l’emprise du « wokisme » de la gauche radicale, férocement engagée contre le racisme. Encore récemment, on disait « politiquement correct ».

Dreher définit le phénomène en « un ensemble de croyances progressistes incompatibles avec la plus élémentaire logique – et certainement avec le christianisme ». Ce système de pensée ne serait cependant pas diffusé principalement par l’Etat, mais davantage par les grandes entreprises des nouvelles technologies, rassemblées sous l’acronyme Gafam, dont les salariés ont généralement étudié à l’université. C’est là que prospère « une mouvance qui cherche à réduire l’histoire de l’Occident à son seul passé colonial et esclavagiste ».

Le recul de la liberté ne peut être mieux compris que par ceux qui ont déjà vécu une telle régression. Rod Dreher se rend pour cette raison dans les anciens pays du bloc communiste. Il y multiplie les rencontres, Kamila Bendova, la veuve de Vaclav Benda (1946-1999), intellectuel et dissident tchèque, signataire de la Charte 77 qui donna naissance au mouvement de dissidence dans la Tchécoslovaquie soviétique ; un historien slovaque ; une famille russe orthodoxe habitant Moscou…

Chaque fois, la mise en garde est la même : lentement, sans que vous vous en aperceviez, ce qui s’est passé dans mon pays est en train de se produire chez vous. Le même zèle révolutionnaire s’est emparé des esprits, les intellectuels prêchent une transformation radicale de la société et imposent leur vision du monde par l’intimidation. Hier, c’était le mariage gay, demain ce sera pire encore, estiment-ils.

Covid monde : 3,8 millions de morts et menace de variants

  • Covid monde : 3,8 millions de morts et menace de variants

Si la situation globalement semble s’améliorer reste aussi la menace de nouveaux variants dans plusieurs pays en Afrique du Sud par exemple avec plus de 9000 nouvelles contaminations en 24 heures ou même plus près au Royaume-Uni où le variant Delta contamine 60 % des malades.

Après le brassage des vacances d’été, le risque est la résurgence d’une nouvelle bague à partir de ces variants.

Euro : l’équipe de France au-dessus de tout le monde (Platini)

Euro : l’équipe de France au-dessus de tout le monde (Platini)

 

Platini a sans doute raison de considérer que la France est largement favorite pour l’euro. En tout cas sur le papier car elle dispose  des meilleurs joueurs européens voir mondiaux. Reste qu’un match est un match et qu’on peut perdre contre n’importe quel adversaire y compris supposé plus faible.

Il faudra en effet se qualifier pour les phases finales et gagner ensuite jusqu’à la fin. En outre ,psychologiquement il n’est pas bon d’être favorites pour les équipes de France. D’abord parce que certains dans l’équipe commencent à avoir le melon, ensuite parce que cette fragilité psychologique est typique de la mentalité française dans tous les sports.

« Je pense que l’équipe de France n’est pas la ‘prétendue’ favorite, elle est favorite. L’équipe de France aujourd’hui est au-dessus de tout le monde, à la fois par ses individualités, et le nombre de joueurs qui peuvent jouer en équipe nationale. »

Covid monde : 3,68 millions de morts

  • Covid  monde :  3,68 millions de morts

La pandémie a fait au moins plus de 3.681.985 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi en milieu de journée. Après les États-Unis (595.213 décès), les pays comptant le plus grand nombre de morts sont le Brésil (465.199), l’Inde (335.102), le Mexique (227.840) et le Pérou (184.507). La France pour sa part qui a dépassé les 100 000 est aussi l’un des pays les plus touchés en rapport à sa population

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. Ils excluent les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques. En prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, l’OMS estime que le bilan réel est «deux à trois fois plus élevé».

L’intox chinoise pour évangéliser le monde !

L’intox  chinoise pour évangéliser le monde !

 

Un peu partout dans le monde, l’intox chinoise ce développe en vue de valoriser les avantages du système communiste. Les pays en voie de développement sont évidemment des cibles sensibles. La Chine promet en effet de réaliser des équipements tandis que les pays développés se gavent de déclarations à bon compte jamais suivi d’effet.

Évidemment le moment venu la facture est lourde pour les pays en voie de développement dont la Chine pille les richesses et plonge ces pays dans l’endettement. Mais cette propagande idéologique vise aussi désormais les pays développés avec un discours surréaliste qui rappelle les années 50 en Europe. Un discours complètement obsolète qui fait abstraction de l’élévation du niveau de formation et de conscience politique dans les pays développés.

Une sorte de discours modèle Georges Marchais qui vante évidemment les mérites de la dictature communiste chinoise et ne se gêne pas pour critiquer de façon caricaturale les faiblesses des pays occidentaux. Une sorte de nouvel évangélisme à côté de la plaque sur le plan culturel et sociétal.

Comment en effet les peuples modernes pourrait-il accepter par exemple que des centaines de milliers d’individus voire des millions soient condamnées dans des camps de travail au motif de différences religieuses. Certes la Chine a réussi à sortir de son sous-développement, bien aidé par les multinationales qui ont délocalisé leur production, mais les populations vivent sous le joug des profiteurs du parti communiste et surtout de leurs dirigeants responsables de la domination politique et culturelle tout autant que de la corruption qui affecte les sphères dirigeantes.

Certes les régimes des pays développés ne manquent pas de faiblesse, mais leurs habitants ne peuvent entendre un discours chinois complètement obsolète, historiquement daté et qui ne tient que grâce à la violence mentale et physique exercée sur les individus et populations « hors normes ». À force de s’enivrer de son propre parfum le président à vie et ses courtisans du parti ne mesurent pas le ridicule de leur offensive idéologique

Le retour du religieux dans le monde

Le retour du religieux dans le monde

 

Auteur du livre « Le XXIème siècle du Christianisme », le politologue Dominique Reynié détaille sur Europe 1 les différents facteurs qui expliquent le retour en force du fait religieux ces dernières années. Il pointe notamment la crise du discours politique.

INTERVIEWChrétiens, musulmans, juifs, hindous…Avec 84% de l’humanité déclarant une affiliation religieuse, « il n’y a jamais eu autant de croyants qu’aujourd’hui » dans le monde. C’est ce qu’écrit Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, dans son dernier livre intitulé Le XXIème siècle du Christianisme. Invité d’Europe 1 mardi, le politologue détaille les principaux facteurs expliquant cette évolution récentes.

Ce retour du religieux au niveau mondial peut être « étonnant » vu de la France, reconnaît le chercheur. Car la France est un pays qui « malgré son lourd et profond passé religieux, était convaincu d’en avoir terminé avec ces grandes questions ».

Une forte fécondité au sein des religions

La première explication identifiée par le politologue est démographique. « Il y a un développement démographique des croyances », constate-t-il. Ainsi, rappelle-t-il, « les femmes chrétiennes ont un taux de fécondité de 2,6 enfants (2,9 chez les musulmans) alors que la moyenne est d’1,6 enfant chez les non-croyantes ». Et d’ajouter : « Les religions sont portées par leur propre procréation. »

Autre facteur : un monde de plus en plus instable, « avec des grands sujets qui nous appellent à penser, à prendre position », et marqué par la peur que peut susciter la mondialisation dans une partie de la population. « On se replie, on cherche des formes de solidarité, des formes d’explications, d’interprétations », explique encore Dominique Reynié.

Cette recherche de réponses dans la religion peut s’expliquer d’autant plus qu’aujourd’hui, « le discours politique est en crise, et pas qu’en France », ajoute l’invité d’Europe 1. « On a du mal à trouver un discours interprétatif qui nous dit où on va, et donc il y a de nouveau une valorisation du religieux. »

Affaissement des institutions

Dans son livre, Dominique Reynié évoque aussi un affaissement progressif des institutions au cours du 20e siècle, qui a permis la hausse de la défiance envers ces dernières, et donc le repli de beaucoup sur le religieux.

Mais ce retour en force du religieux, en France, doit-il inquiéter ? Tout dépend de la forme qu’il prend, répond l’invité d’Europe 1. « Cela peut être une promesse, une chance, une menace ou un danger », estime Dominique Reynié. « Si c’est une manière de se retrouver dans une communauté de réflexion et de socialisation, c’est une bonne chose… Mais si cela prend le pas sur les idées qui fondent la République, ça devient extrêmement périlleux. »

Covid: « La France au-dessus de la mortalité moyenne dans le monde »

Covid: « La France au-dessus de la mortalité moyenne dans le monde

L’épidémiologiste et spécialiste de la prévention des infections, Didier Pittet, dresse dans le JDD un bilan de la gestion de la crise sanitaire en France.

 

Dans leur rapport rendu public mardi, l’équipe de chercheurs chargée par Emmanuel Macron il y a près d’un an d’évaluer la gestion de la pandémie en dresse le bilan le plus complet à ce jour, balayant les champs sanitaire, économique et social. Ce travail, nourri de comparaisons internationales, fourmillant de données inédites, esquisse un tableau au scalpel – mais nuancé – des forces et faiblesses hexagonales, et propose plusieurs pistes de réformes structurelles. Le Président, attendu lundi à l’Assemblée mondiale de la santé, entend faire de la France, selon l’Élysée, « un des pays pilotes d’un exercice de revue par les pairs, justement, de nos systèmes d’alerte et de préparation aux pandémies ». Pour l’épidémiologiste et spécialiste de la prévention des infections Didier Pittet, le médecin suisse qui a piloté les investigations de ces experts indépendants, la mortalité constitue l’indicateur le plus pertinent pour mesurer l’ampleur de la tragédie.

Pourquoi avez-vous privilégié l’étude de la mortalité pour évaluer la gestion de la crise sanitaire?
Le nombre de cas de Covid-19 reflète en partie les capacités des pays à tester ; celui des hospitalisations est lié aux dimensions du système de santé. Nous avons préféré évaluer l’excès de mortalité. En pondérant par la démographie de chaque État – un pays vieillissant est forcément plus touché par une maladie qui frappe les personnes âgées –, on obtient un indice pertinent qui facilite l’exercice de comparaison.

Comment la France se situe-t‑elle en matière de nombre de décès?
Contrairement à l’Allemagne et à l’Europe du Nord, qui s’en sortent assez bien, la France fait partie des pays très affectés par la crise, comme la majorité de ses voisins et les États-Unis. Au 1er mars 2021, avec 1.332 décès par million d’habitants, elle se situe au-dessus de la moyenne européenne [1.092 décès par million], même si la situation du continent s’avère extrêmement variable, de 135 décès par million en Finlande à plus de 1 900 en République tchèque. Comme l’Italie ou l’Espagne, la France a été surprise par la première vague. L’excès de mortalité, qui reste important, a été moindre pendant la deuxième vague.

Nos données le montrent : quand on perd le contrôle du virus, il fauche même de jeunes vies

Que signifie cet excès de mortalité?
La mortalité en excès est supérieure dans les pays qui ont eu la malchance d’être saisis les premiers ou qui ont moins bien géré la crise sanitaire, ainsi que dans les pays pauvres, où le système de santé est défaillant. Le délai de réaction avant de prendre des mesures restrictives, l’intensité du freinage jouent un rôle important. Nos données permettent aussi de mesurer l’ampleur de la tragédie : le monde n’avait jamais connu une telle hécatombe depuis la grippe espagnole de 1918-1919.

La deuxième vague a-t‑elle été mieux gérée chez nous?
La France a progressé entre les deux vagues et corrigé certaines des erreurs initiales. Après le drame dans les Ehpad au printemps dernier, les personnes âgées ont été mieux protégées à l’automne. En revanche, en ­Belgique, l’excès de mortalité, déjà très important au printemps 2020, est resté considérable six mois plus tard. Aux États-Unis, il a été continu depuis le début de la première vague. Dans toutes les classes d’âge : de jeunes diabétiques ou obèses sont morts, ont fait des séjours dans des services de soins intensifs! C’est pourtant le pays au monde qui consacre la part la plus importante de son PIB à la santé. Cela témoigne d’une mauvaise gestion politique de la pandémie. Laisser courir un virus, c’est criminel. Nos données le montrent : quand on en perd le contrôle, il fauche même de jeunes vies.

Vous pointez un manque d’anticipation récurrent en France. À quoi est-il dû?
Lors de la première vague, le ministère de la Santé a compris très tôt que la situation était grave mais l’intendance n’a pas suivi. Le fiasco des masques est connu : la menace pandémique a été négligée à partir des années 2010. Les stocks de masques n’ont pas été reconstitués et les hôpitaux chargés d’une partie de leur gestion n’ont pas compris qu’elle leur incombait. L’agence Santé publique France n’a ni les compétences ni les moyens de faire de la logistique. La solution, ce serait un stock tournant de masques partagé entre les hôpitaux, qui en consomment beaucoup. Et de recentrer cette structure sur une mission de surveillance des risques, de recherche et de santé publique. Ce défaut d’anticipation se retrouve avec les tests. L’Institut Pasteur en a mis un au point très vite, mais son déploiement a tardé. En revanche, à la fin du premier confinement, la France a su anticiper à travers la mission Castex de déconfinement.

L’hypercentralisation française a-t‑elle pesé sur la gestion de crise?
Pour lutter contre une épidémie, la gestion territoriale est la plus pertinente même si ça rend la situation complexe à appréhender pour les citoyens. La France, pays très centralisé, s’y est mise à partir de la fin de l’été 2020, en déclinant localement un plan national. Certes le deuxième confinement est survenu tard, mais il a été précédé par des couvre-feux localisés qui ont eu un effet. Le fédéralisme à l’allemande, lui, a atteint ses limites pendant la deuxième vague.

Quels sont les principaux succès français?
La gratuité des tests, le fait d’avoir laissé les écoles ouvertes le plus longtemps possible pour limiter la fracture sociale, toute la politique économique de soutien aux entreprises et aux ménages, la réactivité exceptionnelle de l’Assurance maladie qui a créé des brigades de recherche des cas contact, etc.

La recherche des cas contact pour casser les chaînes de contamination ne vous semble néanmoins pas optimale. Qu’est-ce qui a péché?
D’abord, le nombre trop important de nouveaux cas quotidien. À plus de 20.000 par jour, la mission est impossible. L’idéal serait d’arriver à 5.000 ou moins. La faiblesse de l’épidémiologie de terrain est aussi en cause. Pour réaliser des investigations autour d’un cluster, il faut de fins limiers habitués à gérer des épidémies. Au plus près des gens, ils remontent les chaînes de contamination, déclenchent des opérations de dépistage ciblées. Les enquêteurs par téléphone de l’Assurance maladie ne sont pas armés pour faire ce travail de détective ; les spécialistes des agences régionales de santé sont trop peu nombreux.

Le ministère de la Santé a-t‑il été à la hauteur de la tâche?
Ce ministère a été privé de nombreuses forces au cours de la dernière décennie au moins. Certains points d’organisation ont été défaillants : inflation des cellules de crise aux missions parfois floues, manque d’intelligence collective, coupure avec les agences sanitaires. L’hyperadministration et la bureaucratisation ont ralenti la gestion de la crise. Tout comme le manque de moyens humains. Le ministère était à l’os ; il a fait face. Les meilleures volontés ont dû gérer la crise le nez dans le guidon. Il faut doter ce ministère des meilleurs experts et leur permettre de penser au long terme.

Les agences régionales de santé ont beaucoup été critiquées ; vous partagez ces doutes?
Comme partout au sein des agences et du ministère de la Santé, l’engagement des équipes a été total, jour et nuit, week-end compris, mais nous estimons qu’il faut augmenter leur capacité de réaction en cas de crise en leur donnant plus de moyens, en les transformant. Les ARS aussi doivent pouvoir recruter les meilleurs et être renforcées à l’échelle des départements pour une gestion main dans la main avec les préfets. C’est une des clés pour doter la France d’une santé publique digne de ce nom.

Covid: « La France au-dessus de la mortalité moyenne dans le monde

Covid: « La France au-dessus de la mortalité moyenne dans le monde

L’épidémiologiste et spécialiste de la prévention des infections, Didier Pittet, dresse dans le JDD un bilan de la gestion de la crise sanitaire en France.

 

Dans leur rapport rendu public mardi, l’équipe de chercheurs chargée par Emmanuel Macron il y a près d’un an d’évaluer la gestion de la pandémie en dresse le bilan le plus complet à ce jour, balayant les champs sanitaire, économique et social. Ce travail, nourri de comparaisons internationales, fourmillant de données inédites, esquisse un tableau au scalpel – mais nuancé – des forces et faiblesses hexagonales, et propose plusieurs pistes de réformes structurelles. Le Président, attendu lundi à l’Assemblée mondiale de la santé, entend faire de la France, selon l’Élysée, « un des pays pilotes d’un exercice de revue par les pairs, justement, de nos systèmes d’alerte et de préparation aux pandémies ». Pour l’épidémiologiste et spécialiste de la prévention des infections Didier Pittet, le médecin suisse qui a piloté les investigations de ces experts indépendants, la mortalité constitue l’indicateur le plus pertinent pour mesurer l’ampleur de la tragédie.

Pourquoi avez-vous privilégié l’étude de la mortalité pour évaluer la gestion de la crise sanitaire?
Le nombre de cas de Covid-19 reflète en partie les capacités des pays à tester ; celui des hospitalisations est lié aux dimensions du système de santé. Nous avons préféré évaluer l’excès de mortalité. En pondérant par la démographie de chaque État – un pays vieillissant est forcément plus touché par une maladie qui frappe les personnes âgées –, on obtient un indice pertinent qui facilite l’exercice de comparaison.

Comment la France se situe-t‑elle en matière de nombre de décès?
Contrairement à l’Allemagne et à l’Europe du Nord, qui s’en sortent assez bien, la France fait partie des pays très affectés par la crise, comme la majorité de ses voisins et les États-Unis. Au 1er mars 2021, avec 1.332 décès par million d’habitants, elle se situe au-dessus de la moyenne européenne [1.092 décès par million], même si la situation du continent s’avère extrêmement variable, de 135 décès par million en Finlande à plus de 1 900 en République tchèque. Comme l’Italie ou l’Espagne, la France a été surprise par la première vague. L’excès de mortalité, qui reste important, a été moindre pendant la deuxième vague.

Nos données le montrent : quand on perd le contrôle du virus, il fauche même de jeunes vies

Que signifie cet excès de mortalité?
La mortalité en excès est supérieure dans les pays qui ont eu la malchance d’être saisis les premiers ou qui ont moins bien géré la crise sanitaire, ainsi que dans les pays pauvres, où le système de santé est défaillant. Le délai de réaction avant de prendre des mesures restrictives, l’intensité du freinage jouent un rôle important. Nos données permettent aussi de mesurer l’ampleur de la tragédie : le monde n’avait jamais connu une telle hécatombe depuis la grippe espagnole de 1918-1919.

La deuxième vague a-t‑elle été mieux gérée chez nous?
La France a progressé entre les deux vagues et corrigé certaines des erreurs initiales. Après le drame dans les Ehpad au printemps dernier, les personnes âgées ont été mieux protégées à l’automne. En revanche, en ­Belgique, l’excès de mortalité, déjà très important au printemps 2020, est resté considérable six mois plus tard. Aux États-Unis, il a été continu depuis le début de la première vague. Dans toutes les classes d’âge : de jeunes diabétiques ou obèses sont morts, ont fait des séjours dans des services de soins intensifs! C’est pourtant le pays au monde qui consacre la part la plus importante de son PIB à la santé. Cela témoigne d’une mauvaise gestion politique de la pandémie. Laisser courir un virus, c’est criminel. Nos données le montrent : quand on en perd le contrôle, il fauche même de jeunes vies.

Vous pointez un manque d’anticipation récurrent en France. À quoi est-il dû?
Lors de la première vague, le ministère de la Santé a compris très tôt que la situation était grave mais l’intendance n’a pas suivi. Le fiasco des masques est connu : la menace pandémique a été négligée à partir des années 2010. Les stocks de masques n’ont pas été reconstitués et les hôpitaux chargés d’une partie de leur gestion n’ont pas compris qu’elle leur incombait. L’agence Santé publique France n’a ni les compétences ni les moyens de faire de la logistique. La solution, ce serait un stock tournant de masques partagé entre les hôpitaux, qui en consomment beaucoup. Et de recentrer cette structure sur une mission de surveillance des risques, de recherche et de santé publique. Ce défaut d’anticipation se retrouve avec les tests. L’Institut Pasteur en a mis un au point très vite, mais son déploiement a tardé. En revanche, à la fin du premier confinement, la France a su anticiper à travers la mission Castex de déconfinement.

L’hypercentralisation française a-t‑elle pesé sur la gestion de crise?
Pour lutter contre une épidémie, la gestion territoriale est la plus pertinente même si ça rend la situation complexe à appréhender pour les citoyens. La France, pays très centralisé, s’y est mise à partir de la fin de l’été 2020, en déclinant localement un plan national. Certes le deuxième confinement est survenu tard, mais il a été précédé par des couvre-feux localisés qui ont eu un effet. Le fédéralisme à l’allemande, lui, a atteint ses limites pendant la deuxième vague.

Quels sont les principaux succès français?
La gratuité des tests, le fait d’avoir laissé les écoles ouvertes le plus longtemps possible pour limiter la fracture sociale, toute la politique économique de soutien aux entreprises et aux ménages, la réactivité exceptionnelle de l’Assurance maladie qui a créé des brigades de recherche des cas contact, etc.

La recherche des cas contact pour casser les chaînes de contamination ne vous semble néanmoins pas optimale. Qu’est-ce qui a péché?
D’abord, le nombre trop important de nouveaux cas quotidien. À plus de 20.000 par jour, la mission est impossible. L’idéal serait d’arriver à 5.000 ou moins. La faiblesse de l’épidémiologie de terrain est aussi en cause. Pour réaliser des investigations autour d’un cluster, il faut de fins limiers habitués à gérer des épidémies. Au plus près des gens, ils remontent les chaînes de contamination, déclenchent des opérations de dépistage ciblées. Les enquêteurs par téléphone de l’Assurance maladie ne sont pas armés pour faire ce travail de détective ; les spécialistes des agences régionales de santé sont trop peu nombreux.

Le ministère de la Santé a-t‑il été à la hauteur de la tâche?
Ce ministère a été privé de nombreuses forces au cours de la dernière décennie au moins. Certains points d’organisation ont été défaillants : inflation des cellules de crise aux missions parfois floues, manque d’intelligence collective, coupure avec les agences sanitaires. L’hyperadministration et la bureaucratisation ont ralenti la gestion de la crise. Tout comme le manque de moyens humains. Le ministère était à l’os ; il a fait face. Les meilleures volontés ont dû gérer la crise le nez dans le guidon. Il faut doter ce ministère des meilleurs experts et leur permettre de penser au long terme.

Les agences régionales de santé ont beaucoup été critiquées ; vous partagez ces doutes?
Comme partout au sein des agences et du ministère de la Santé, l’engagement des équipes a été total, jour et nuit, week-end compris, mais nous estimons qu’il faut augmenter leur capacité de réaction en cas de crise en leur donnant plus de moyens, en les transformant. Les ARS aussi doivent pouvoir recruter les meilleurs et être renforcées à l’échelle des départements pour une gestion main dans la main avec les préfets. C’est une des clés pour doter la France d’une santé publique digne de ce nom.

Covid dans le monde: un record , 893 000 en 24 heures

Covid dans le monde: un record , 893 000 en 24 heures

En 24 heures, 893 000 cas de Covid-19 ont été confirmés sur l’ensemble de la planète, un nombre jamais enregistré depuis l’apparition du virus en Chine en décembre 2019, selon un décompte de l’AFP, relayé par Le Point. Le précédent record de nouveaux cas a été atteint le 8 janvier dernier, avec 819 000 contaminations en 24 heures. Plus d’un tiers des contaminations, ont été diagnostiquées en Inde, où un double variant, plus contagieux, sévit actuellement.

Le pays a ainsi recensé un nombre de 346 786 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24 heures. La veille, 332 730 nouveaux cas avaient été enregistrés dans le pays. L’Inde est frappée par une deuxième vague de l’épidémie particulièrement forte qui fait un mort toutes les quatre minutes à Delhi, l’agglomération qui abrite la capitale où le système hospitalier sous-financé peine à répondre à la demande de soins. Dans les dernières 24 heures, 2 624 personnes sont décédées des suites de la maladie en Inde, portant le bilan à près de 190 000 morts depuis le début de la pandémie.

L’Inde avait dépassé mardi le record mondial d’infections quotidiennes, qui avait été enregistré au Etats-Unis avec 297 430 cas détectés, devenant ainsi le nouvel épicentre de l’épidémie

L’Europe responsable de la déforestation dans le monde

L’Europe responsable de la déforestation dans le monde

 

En dépit des belles déclarations écolos, l’union européenne et la seconde zone mondiale responsable de la déforestation.  en faite la politique européenne consiste surtout à verdir la consommation mais à externaliser notamment dans les pays pauvres les contraintes environnementales. Ce que fait particulièrement la France en apportant encore massivement par exemple de lui de palme et du soja. L’Europe  est la deuxième responsable derrière la Chine, révèle le WWF dans une nouvelle étude publiée ce mercredi. Le pire est évidemment de prétendre fabriquer des carburants bio avec des plantes ou des matières premières importées de pays pauvres.( Notons que c’est également la même chose pour les voitures électriques avec l’importation de métaux rares très polluants).

 

En cause : les matières premières qu’elle importe massivement sur son territoire depuis les pays tropicaux, notamment pour nourrir les animaux d’élevage ou produire des biocarburants. Stimulant une demande forte, qui exerce une « pression croissante » sur les terres, estime l’association.

En remontant les chaînes de responsabilité, l’ONG a ainsi identifié qu’entre 2005 et 2017, l’UE a provoqué 16% de la déforestation liée au commerce mondial, loin devant l’Inde (9%) ou les États-Unis (7%). Au total, c’est l’équivalent de près de 3,5 millions d’hectares d’arbres qu’elle a amenés dans ses étals, alerte l’étude. « Cela représente la taille de la ville de Lyon rasée chaque semaine », souligne à La Tribune Véronique Andrieux, directrice générale du WWF. Ce qui a entraîné l’émission de pas moins de « 1.800 millions de tonnes de CO2, 40% des émissions annuelles globale de l’Union », ajoute-t-elle.

La France fait la part belle dans ce triste record, puisqu’elle arrive sixième du classement. En effet, l’Hexagone importe plus de 3 millions de tonnes par an de soja pour nourrir ses bétails. Avec l’huile de palme et le bœuf, ces matières premières pèsent en tout pour les deux tiers de la « déforestation importée » en Europe, avance l’étude.

En moyenne, c’est le soja qui arrive en première position des produits impliquant la plus grande déforestation tropicale importée par l’UE (31%, contre 24% pour l’huile de palme). Il provient principalement du Brésil, premier producteur mondial de la légumineuse riche en protéine. Victime du succès de celle-ci, le pays d’Amérique du Sud a ainsi étendu sa surface totale de culture de près de 4% en 2021 – soit 68,5 millions d’hectares supplémentaires. Le constat est particulièrement alarmant dans le Cerrado, une grande savane arborée, où les plantations ont accru la déforestation de 13% en 2020, selon une étude publiée le 30 mars par le Chain Reaction Research. Et ce, malgré la pandémie et la diminution des échanges.

En tout, les surfaces dédiées à la culture de cette plante ont plus que quadruplé au cours des 50 dernières années, et représentent aujourd’hui plus d’un million de kilomètres carrés – l’équivalent de la superficie de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas réunis.

Mais il faut se garder de résumer l’étendue des dépendances de l’agriculture française aux seules importations de soja depuis les pays tropicaux, signale Arthur Grimonpont, co-fondateur des Greniers d’Abondance, une association sur la résilience alimentaire. « Le sujet est parfois instrumentalisé sur le plan politique, car il est censé mettre tout le monde d’accord », estime-t-il. « Ainsi, les responsables le présentent dans le mauvais sens : on a l’impression qu’il est souhaitable de maintenir le niveau d’élevage actuel, simplement en relocalisant la production de nourriture animale en France ». Pour l’ingénieur-chercheur, cela revient à contourner le problème. « Se posent aussi les questions de l’épuisement des ressources, du besoin en eau, et plus généralement du changement climatique », alerte-t-il.

A cet égard, « il sera en effet nécessaire de réduire très clairement la consommation de viande », abonde Véronique Andrieux. Pour ce faire, les éleveurs devront bénéficier de soutiens et d’accompagnement, souligne la directrice générale du WWF. « La législation devra fixer une trajectoire claire en la matière, pour que cette transition se fasse ensemble », conclut-t-elle.

« ATD Quart Monde doit rester au Cese » (Aubry, Berger, Faure, Pécresse)

« ATD Quart Monde doit rester au Cese » (Aubry, Berger, Faure, Pécresse)

 41 responsables politiques, associatifs et universitaires appellent le gouvernement « à réintégrer sans attendre ATD Quart Monde au sein du Cese, aux côtés de la Croix-Rouge et du collectif Alerte ». Le nouveau Cese entrera en fonction en mai.

 

Tribune :

 

« Deux. C’est le nombre de sièges dévolus aux représentants de la lutte contre la pauvreté sur les 175 que comptera le nouveau Conseil économique, social et environnemental (Cese). Deux sièges pour les 15% de la population qui vivent sous le seuil de pauvreté. Si la réforme du Cese a fait peu de bruit, la loi organique du 15 janvier 2021 a pourtant changé son rôle et sa composition, passant notamment de 233 membres à 175. Les sièges destinés aux associations luttant contre la pauvreté ont ainsi été réduits de trois à deux – l’un pour la Croix-Rouge, l’autre pour le collectif Alerte, tandis que le siège jusqu’ici tenu par ATD Quart Monde a été supprimé.

ATD Quart Monde y porte la parole des plus exclus depuis 1979 et y apporte une expertise unique et irremplaçable 

Troisième assemblée de la République, le Cese a pourtant vocation à représenter la société dans son ensemble. ATD Quart Monde y porte la parole des plus exclus depuis 1979 et y apporte une expertise unique et irremplaçable, construite à partir de la pensée, du savoir et de l’expérience des personnes les plus pauvres. Les travaux portés par ses représentants successifs ont inspiré et initié d’importantes avancées législatives, parmi lesquelles la création du RMI (ancêtre du RSA), de la Couverture maladie universelle (CMU) ou encore du Droit au logement opposable (DALO). Fidèle à ce qui fonde ATD Quart Monde, ses avis et rapports y ont été réfléchis et construits avec des personnes en situation de pauvreté : plus qu’une représentation, c’est une réelle participation des plus pauvres qu’ATD Quart Monde apporte au sein du Cese.

Aujourd’hui, alors que la pauvreté s’accroît en France, il est plus que jamais nécessaire de continuer à faire entendre cette voix. Les 10 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté – dont plus de 2 millions dans l’extrême pauvreté -, les 4 millions de personnes mal-logées, les 3 millions de chômeurs de longue durée, les 3 millions d’enfants de familles vivant sous le seuil de pauvreté doivent pouvoir porter leur parole jusque dans les plus hautes instances de la République. Cela commence évidemment au Cese, un lieu où se côtoient des mondes différents et qui porte le dialogue dans son ADN. Dialogue indispensable dans une société de plus en plus fracturée et qui ne saurait faire l’impasse sur 15% de la population. Sinon, comment prétendre vouloir faire du Cese ‘un carrefour des consultations citoyennes’, selon les propres mots du président de la République?

Le prochain mandat du Cese commençant début mai, il reste peu de temps au gouvernement pour revenir sur son choix

Oui, le Cese peut devenir l’avant-garde de la démocratie participative. Mais pour cela, il se doit d’être représentatif de l’ensemble de la société, sans oublier celles et ceux qui sont déjà bien trop souvent oubliés. Celles et ceux qui se battent au quotidien pour survivre ont beaucoup à apporter, au Cese comme ailleurs, pour construire les réponses à la pauvreté et contribuer à l’ensemble des politiques publiques.

Le prochain mandat du Cese commençant début mai, il reste peu de temps au gouvernement pour revenir sur son choix. En signant ce texte, nous l’appelons à réintégrer sans attendre ATD Quart Monde au sein du Cese, aux côtés de la Croix-Rouge et du collectif Alerte, pour donner à la troisième chambre de la République les moyens de rester fidèle à sa devise : ‘Considérer les progrès de la société à l’aune de la qualité de vie du plus démuni et du plus exclu est la dignité d’une nation fondée sur les Droits de l’Homme.’ »

 

Les signataires : 

Manon Aubry, députée européenne (LFI)

Martine Aubry, maire de Lille (PS)

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT

Annick Berthier, présidente d’Emmaüs France

Eliane Bourrel, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE

Manuel Bouvier, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE

Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité

Axelle Brodiez-Dolino, historienne spécialiste des questions de pauvreté et chargée de recherche au CNRS-Centre Norbert Elias

Jean-Marie Burguburu, président de la CNCDH

Julien Damon, sociologue, professeur associé à Sciences Po et conseiller scientifique de l’Ecole nationale supérieure de Sécurité sociale

Emmanuel Decaux, professeur émérite en droit public à l’université Paris 2 Panthéon-Assas

Mireille Delmas-Marty, juriste et professeur honoraire au Collège de France

Christophe Devys, président du Collectif ALERTE

Patrick Doutreligne, président de l’Uniopss

Esther Duflo, économiste spécialiste de la pauvreté prix Nobel d’Economie

Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France

Olivier Faure, député (PS) et premier secrétaire du Parti socialiste

Véronique Fayet, présidente du Secours catholique – Caritas France

Annie Genevard, députée (LR) et vice-présidente de l’Assemblée nationale

Laurent Grandguillaume, président de Territoires zéro chômeur de longue durée

Caroline Janvier, députée (LREM)

Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart Monde

Fiona Lazaar, députée (NI) et présidente du Conseil National des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE)

Franck Lenfant, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au CESE

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

Eric Molinié, ancien président du Samu social de Paris et de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE)

Edgar Morin, sociologue et philosophe

Mathilde Panot, députée (LFI)

Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Île-de-France (LR)

Raymonde Poncet, sénatrice (EELV)

Dominique Potier, député (PS)

Florence Provendier, députée (LREM)

Pierre-Alain Raphan, député (LREM)

Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre

Fabien Roussel, député (PCF) et secrétaire national du PCF

Adrien Quatennens, député (LFI) et coordinateur de La France insoumise

Malik Salemkour, président de la Ligue des Droits de l’Homme

Marie Toussaint, députée européenne (EELV)

Boris Vallaud, député (PS)

Dominique Versini, ancienne secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre l’exclusion

Fatiha Ziane, personne en situation de pauvreté ayant participé aux travaux d’ATD Quart Monde au Cese

 

Monde rural : à l’écart de la vaccination ?

Monde rural : à l’écart de la vaccination ?

 

Dans la France profonde, il est clair que l’accès aux grands centres de vaccination est plus compliqué qu’ailleurs. La plus grande proximité est celle des infirmiers et des pharmacies. Mais lesquels jusqu’à maintenant ne disposent pas de doses nécessaires. Notons aussi que nombre de ruraux âgés éprouve de graves problèmes de mobilité. Avec ses collègues de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), le président de l’association donc alerté le gouvernement sur le danger de tout miser sur les vaccinodromes installés dans les métropoles au détriment de solutions de proximité adaptées aux campagnes.

Face à ces 38% de la population vivant dans une commune de moins de 3.500 habitants, le président de l’association des maires ruraux de France suggère de permettre à ces professionnels de santé, présents sur tout le territoire, d’injecter des doses de Pfizer et de Moderna.

À ce jour, ils ne sont habilités qu’à administrer de l’Astra­Zeneca mais pas des vaccins à ARN messager, qui se conservent à très grand froid.

Il y a 5 134 communes disposant d’une seule pharmacie, et bien souvent, pour celui ou celle qui s’y rend régulièrement, elle incarne une figure rassurante face à des mégacentres anonymes et qu’ils trouvent peu sûrs. D’après leur fédération, les pharmaciens pourraient vacciner 1 million de personnes par semaine.

Covid : la pandémie en hausse partout dans le monde

Covid : la pandémie en hausse partout dans le monde

 

Le Brésil reste le pays ayant enregistré le plus grand nombre de nouvelles contaminations cette semaine, avec 74.200 nouveaux cas quotidiens (-4%), devant les États-Unis (66.200, +14%), l’Inde (62.000, +39%), la France (38.700, +12%) et la Turquie (34.000, +40%).

En proportion de la population, hors micro-États, la Hongrie est le pays ayant recensé le plus de cas cette semaine (604 pour 100.000 habitants), devant l’Uruguay (539) et la Pologne (534).

Avec 582.600 contaminations enregistrées quotidiennement cette semaine, l’indicateur mondial a poursuivi sa hausse (+11% par rapport à la semaine précédente), selon un bilan de l’AFP arrêté à jeudi.

L’indicateur croît de nouveau depuis un mois et demi, après une chute inédite d’un mois en début d’année, qui avait vu les contaminations se réduire de moitié. Malgré la hausse des dernières semaines, l’indicateur reste très éloigné de son record (743.600 nouveaux cas quotidiens pendant la semaine du 5 au 11 janvier).

La quasi-totalité des régions du monde ont connu des accélérations cette semaine: +32% en Asie, +15% aux Etats-Unis/Canada, +9% en Europe, +6% en Amérique latine/Caraïbes et en Afrique, +2% au Moyen-Orient.

 

Au niveau mondial, les décès quotidiens ont augmenté sensiblement cette semaine (10.337 par jour, +13%), mais ils restent beaucoup moins nombreux que fin janvier, lorsqu’ils avaient flirté avec les 15.000 par jour.

Covid : Plus de 2,8 millions de morts dans le monde

  • Covid  : Plus de 2,8 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 2.805.004 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan de l’AFP. Les États-Unis sont le pays comptant le plus de décès avec 550.998 morts, devant le Brésil (317.646), le Mexique (202.633), l’Inde (162.468) et le Royaume-Uni (126.670). La France enregistre environ 100 000 décès mais compte tenu de la population est un des pays au monde les plus touchés.

Le Monde veut ranimer le front républicain !

Le Monde veut ranimer le front républicain !

 

De toute évidence le journal LE monde tente de ranimer le concept de front républicain , en pleine obsolescence y compris à gauche . Le seul problème c’est qu’on voit mal ce qu’il peut y avoir aujourd’hui de commun au sein des organisations très Balkanisées de cette gauche.

 

Éditorial du monde

 

 

Quatorze mois avant l’échéance présidentielle de 2022, il peut sembler prématuré de tirer le signal d’alarme autour d’une possible rupture du front républicain. Le présupposé est que la candidate du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, sera forcément au second tour de l’élection et que celui ou celle qui l’affrontera n’est plus assuré(e) de l’emporter, faute de pouvoir rassembler largement derrière sa personne le camp républicain.

Ces spéculations ne tiennent pas compte du fait que le paysage politique est encore loin d’être stabilisé. Si Marine Le Pen et le fondateur de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, se sont déjà déclarés, beaucoup d’autres candidats ne l’ont pas encore fait. L’interminable crise sanitaire contribue, en outre, à boucher l’horizon, alors que chaque campagne présidentielle crée sa propre dynamique. Les sondages publiés aujourd’hui ne sont donc que des indications, qui n’autorisent qu’une chose : s’interroger sur les ressorts de la grave crise démocratique que traverse le pays.

La consolidation de Marine Le Pen dans le paysage politique est un fait : son socle électoral apparaît solide, notamment dans les milieux populaires et chez les jeunes actifs. La politique de dédiabolisation qu’elle mène depuis 2011 pour tenter d’élargir son audience fait qu’elle a, en partie, neutralisé les réactions épidermiques que suscitait son père, Jean-Marie Le Pen. A partir du moment où la présidente du RN s’autoproclame « républicaine » et où une partie de ses adversaires la reconnaît comme telle, l’idée du front républicain se trouve automatiquement fissuré.

Le rassemblement des forces de droite et de gauche contre l’extrême droite a connu son apogée en 2002, lors du duel entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Il s’est, depuis, largement érodé : lors de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2017, Laurent Wauquiez, alors président par intérim du parti Les Républicains, n’a pas plus appelé à voter pour Emmanuel Macron que Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France Insoumise. Cette rupture pratiquée par certains leaders a été aussi le fait de nombreux électeurs, qui, par rage ou lassitude, passèrent outre aux consignes de leurs partis. Non seulement le front républicain a perdu de sa valeur morale, mais il a fini par apparaître à beaucoup comme un piège.

Elu au second tour de la présidentielle de 2002 avec 82,2 % des suffrages exprimés, Jacques Chirac n’a gouverné qu’avec la droite, dont il venait de réunir les composantes dans l’UMP. Elu au second tour de 2017 avec 66,1 % des suffrages, Emmanuel Macron s’est appuyé sur le parti qu’il venait de créer pour tenter de casser ceux du vieux monde, qui avaient, à ses yeux, failli. Une partie des électeurs qui avaient voté pour lui afin de faire barrage à Marine le Pen se sentent aujourd’hui ignorés, voire trahis.

La crise du front républicain recoupe celle de la représentation : des pans de plus en plus importants d’électeurs ne se sentent pas représentés, ce qui crée un fort risque de colère ou de retrait. Le record d’abstention aux élections municipales de 2020 nous l’a largement rappelé. Ces signaux inquiétants plaident pour une profonde remise en question de la pratique institutionnelle. Seule la perspective d’un contrat équitable entre les parties prenantes peut redonner consistance au front républicain. Le moment s’y prête, car, frappé par une longue crise sanitaire, le pays aura besoin, en 2022, de toutes les bonnes volontés pour se reconstruire. Cette vision nécessite cependant une révolution copernicienne tant elle apparaît à rebours de la pratique actuelle du pouvoir, centrée autour d’un seul homme, le président de la République.

Le Monde

Boycotter la coupe du monde au Qatar

Boycotter la coupe du monde au  Qatar

Le député du Nord Vincent Ledoux (Agir) et 75 de ses collègues issus de groupes allant de la gauche radicale à la droite demandent à l’émirat de respecter « les exigences éthiques qui s’imposent »

 

 

 

Le Qatar accueillera la Coupe du monde de football en décembre 2022. Un récent article du quotidien britannique Le Guardian estime à 6 500 le nombre d’ouvriers morts sur les chantiers de cette compétition.

L’Etat du Qatar est chargé de préparer la Coupe du monde de football 2022. Depuis dix ans, des chantiers titanesques ont été mis en œuvre à travers tout le pays pour accueillir cet événement unique et à dimension planétaire : stades, mais aussi hôtels, infrastructures ferrées et routières, systèmes de gestion des eaux, sans compter les gigantesques chantiers liés à la climatisation des espaces, dans cet émirat du Moyen-Orient où les températures peuvent atteindre plus de 50 degrés.

Une enquête publiée dans Le Guardian le 23 février, fondée sur le travail de plusieurs ONG et sur les informations des pays d’origine de la main-d’œuvre, essentiellement étrangère (Inde, Pakistan, Népal, Bangladesh, Sri Lanka), évoque le nombre de 6 500 décès d’ouvriers sur les chantiers de cette Coupe du monde.

Si le sport doit être ce qui nous rassemble, au-delà des langues et des frontières, alors les chantiers de la Coupe du monde de football ne peuvent pas être une « tour de Babel » du sport, ce chantier biblique où un ouvrier mort au travail était aussitôt et continûment remplacé par un autre esclave, sans considération aucune pour la vie humaine.

« Sans en appeler au boycott qui a montré ses limites historiques, nous voulons rappeler que libéralisme et humanisme peuvent et doivent cohabiter dans nos démocraties et que les exigences éthiques qui s’imposent ici doivent s’imposer aussi à ceux qui veulent s’asseoir à notre table »

« Dignité de la vie ». Sans méconnaître les stratégies d’influence des grandes puissances dans cette partie du monde à la longue et complexe histoire, ou encore les enjeux financiers colossaux de la préparation d’un tel événement, nous voulons ici appeler à prendre quelques pas de recul et le temps de la réflexion.

Car ces chiffres, dont la précision est probablement discutable au sens strict du droit du travail, mais certainement pas au sens de la dignité de la vie, posent en réalité une question bien plus large : celle des droits humains, dans un pays du monde qui a fait le choix de se positionner sur la scène internationale à travers le sport, et celle des exigences que nous devons avoir, collectivement, devant la logique d’un marché sans entraves et ne conférant pas plus de valeur à la vie humaine qu’un simple produit !

Le 27 février, le club de Tromsø en Norvège a appelé sa fédération de boycotter le Mondial au Qatar, en ces mots : « Le Tromsø IL pense qu’il est temps que le football s’arrête et recule de quelques pas. Nous devrions réfléchir à l’idée du football et pourquoi tant de gens aiment notre sport. Le fait que la corruption, l’esclavage moderne et un nombre élevé de travailleurs morts soient à la base de la chose la plus importante que nous ayons, la Coupe du monde, n’est pas du tout acceptable. »

Nous partageons cette conviction. Et sans en appeler au boycott qui a montré ses limites historiques, nous voulons rappeler que libéralisme et humanisme peuvent et doivent cohabiter dans nos démocraties et que les exigences éthiques qui s’imposent ici doivent s’imposer aussi à ceux qui veulent s’asseoir à notre table. Cette culture du sacrifice humain étant en opposition et en négation avec nos plus hautes valeurs morales, nous appelons à ce que la dignité des travailleurs soit replacée au centre de ce grand projet international, avec toute l’attention et la bienveillance qu’ils méritent !

Olivier Becht (président du groupe Agir ensemble), Denis Masséglia (LREM), Dimitri Houbron (Agir ensemble), Pierre-Yves Bournazel (Agir ensemble), Sira Sylla (LREM), Olivier Damaisin (LREM), Patricia Lemoine (Agir ensemble), Aina Kuric (Agir ensemble), Jacques Krabal (LREM), Valérie Thomas (LREM), Annie Chapelier (Agir ensemble), Paul Molac (Libertés et territoires), Patrice Perrot (LREM), Pierre Cabaré (LREM), Christophe Euzet (Agir ensemble), Frédérique Dumas (Libertés et territoires), Dominique Potier (PS), Olivier Falorni (Libertés et territoires), Marie Tamarelle-Veraeghe (LREM), Florence Provendier (LREM), Thomas Gassiloud (Agir ensemble), Antoine Herth (Agir ensemble), Charlotte Parmentier-Lecocq (LREM), Philippe Huppé (Agir ensemble), Bruno Fuchs (MoDem), Jacqueline Maquet (LREM), Luc Lamirault (Agir ensemble), Valérie Petit (Agir ensemble), Lise Magnier (Agir ensemble), Anne-France Brunet (LREM), Laurence Vanceunebrock (LREM), Stéphane Viry (Les Républicains), Yves Hemedinger (Les Républicains), Frédéric Reiss (Les Républicains), Jean-Charles Larsonneur (Agir ensemble), Agnès Firmin Le Bodo (Agir ensemble), Françoise Ballet-Blu (LREM), Hervé Berville (LREM), Marine Brenier (LR), Carole Bureau-Bonnard (LREM), Anne-Laure Cattelot (LREM), Paul Christophe (Agir ensemble), Mireille Clapot (LREM), François Cormier-Bouligeon (LREM), Cécile Delpirou (LREM), Nicolas Démoulin (LREM), Jennifer De Temmerman (Libertés et territoires), Marguerite Deprez-Audebert (MoDem), Béatrice Descamps (UDI), Christophe Di Pompeo (LREM), Julien Dive (LR), Yannick Favennec-Bécot (UDI), Guillaume Gouffier-Cha (LREM), Fabien Gouttefarde (LREM), François Jolivet (LREM), Hubert Julien-Laferrière, Grégory Labille (UDI), Jean Lasalle (Libertés et territoires), Fiona Lazaar, Didier Le Gac (LREM), Gérard Leseul (PS), Sandrine Mörch (LREM), Florence Morlinghem (LREM), Cendra Motin (LREM), Xavier Paluszkiewicz (LREM), Michèle Peyron (LREM), Benoit Potterie (Agir ensemble), Nicole Sanquer (UDI), Jean-Bernard Sempastous (LREM), Gabriel Serville (Gauche démocrate et républicain), Huguette Tiegna (LREM), Philippe Vigier (MoDem et apparentés), Cédric Villani, Martine Wonner (Libertés et territoires), Jean-Marc Zulesi (LREM).

Affaire Navalny : des sanctions qui déçoivent tout le monde

Affaire Navalny : des sanctions qui déçoivent tout le monde

 

 

Comme il fallait s’y attendre l’Union économique s’est mise d’accord pour une sanction minimale concernant quatre personnalités russes. Des sanctions évidemment symboliques et qui rendent compte des contradictions au sein même de l’Union européenne et notamment des réticences de l’Allemagne. Outre-Rhin en effet, on ne souhaite surtout pas dégrader le climat diplomatique entre les deux zones notamment par rapport à la perspective du monumental projet Gazprom qui permettra à la Russie d’acheminer son gaz vers l’union européenne.

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi d’ailleurs  mollement à ces sanctions assez  anecdotiques

Les  proches d’Alexei Navalny ont t également fait part de leur déception après l’annonce européenne.  »S’il s’agit de sanctionner dix fonctionnaires du Kremlin qui n’aiment pas voyager à l’étranger et n’ont pas de biens à l’étranger, alors ça ne sera pas douloureux et cela ne transmettra pas le message », a averti Leonid Volkov, venu à Bruxelles plaider pour des sanctions européennes contre les oligarques proches du président Poutine.

 

Le recul de l’épidémie dans le monde ?

Le recul de l’épidémie dans le monde ?

Au plan hexagonal on se félicite d’avoir atteint un plateau contamination légèrement en baisse qu’on impute directement aux mesures de protection sanitaire du gouvernement. Des mesures qui sans doute influencent l’évolution de la pandémie mais le recul de l’épidémie s’observe partout dans le monde avec parfois même des baisses très spectaculaires. De sorte qu’il faut relativiser le succès de la politique sanitaire française.

Les courbes marquent un léger infléchissement en France depuis quelques jours, mais moins que chez nos voisins. La France avait mieux résisté en novembre et en décembre, mais le virus recule moins en janvier et février. Deux pays européens avaient été violemment touchés au moment des fêtes de fin d’année: le Portugal et la Grande-Bretagne. Ces deux pays respirent aujourd’hui beaucoup mieux.

Le Portugal peut être grâce à un confinement très strict. Le nombre de nouveaux cas quotidiens vient d’être divisé par quatre en 15 jours. Et puis surtout soulagement en Grande-Bretagne. Malgré la prévalence du nouveau variant plus contagieux, on est passé en un mois, de 60.000 nouveaux cas par jour en moyenne sur une semaine à 16.000. C’est quatre fois moins. C’est très spectaculaire. Les épidémiologistes anglais n’attribuent pas ce recul du virus à la campagne de vaccination, mais plutôt au confinement général très respecté. En Allemagne, les restaurants, les commerces, les musées et les écoles resteront fermés jusqu’au 7 mars. Alors que les chiffres sont à la baisse. Baisse régulière depuis Noël. Angela Merkel joue la prudence absolue et dit se méfier des nouveaux variants Brésilien et sud-africain.

Depuis début janvier les contaminations ont baissé de presque 50 % au plan mondial.  Une baisse par ailleurs assez inexpliqué même si il y a sans doute des liens évidents avec les mesures de politique sanitaire. Les experts médicaux demeurent prudents vis-à-vis des facteurs explicatifs par ailleurs ils craignent que les variants deviennent majoritaires et est inverse la tendance content tenu de la vitesse de contamination de ces nouveaux virus..Les Etats-Unis où l’on est passé de 250.000 nouveaux cas par jour à 100.000. Et l’Inde et ses 1,4 milliard d’habitants. En Inde, le pic remonte au mois de septembre dernier. Depuis, la baisse est constante et le nombre de nouveaux cas et le nombre de morts par jour ont été divisés par dix. On est passé de 1000 à 100 morts par jour en moyenne.  Baisse encore plus spectaculaire en Afrique du Sud, malgré l’inquiétant nouveau variant. Le nombre de cas divisé par six en un mois.

1...34567...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol