Archive pour le Tag 'mon'

Président de l’Assemblée nationale : « c’est pas grâce à mon talent » (Ferrand )

Président de l’Assemblée nationale : « c’est pas grâce à mon talent » (Ferrand )

 

 

S’il faut reconnaître une qualité à Richard Ferrand,  c’est sa lucidité. Il admet en effet que son élection est davantage liée aux réalités politiques (sous-entendu le soutien de Macon) qu’à son talent. Il est clair que le vieux crocodile de la politique passé du PS chez Macron n’est pas caractérisé par un charisme et une intelligence exceptionnels. À son crédit, il faut mettre la manière dont il a étouffé toute contestation au sein du mouvement en marche. Ce que souhaitait précisément Macon qui ne tolère aucune opposition, au gouvernement, au Parlement ou dans son mouvement en marche. Bref le compagnon idéal pour Macron, un collaborateur pas très brillant et surtout discipliné. Le problème pour Macon c’est qu’il a surtout fait émerger ce type de personnalité pâle et inodore. Du coup il ne dispose d’aucun amortisseur politique même pas d’un premier ministre dont c’est pourtant le rôle. Comme Macron décide seul et de tout comme un monarque républicain, ses erreurs lui reviennent directement à la figure. Ce que sanctionne avec sévérité le très net plongeon en matière de popularité qui le place même derrière Hollande à la même époque. On ne saurait toutefois minimiser complètement les qualités de Richard Ferrand qui grâce à ses fonctions a su enrichir sa compagne pour une somme d’environ un demi million avec un montage particulièrement tordu puisque l’intéressée n’avait pas le premier sou, ni la solvabilité pour emporter le fumeux marché des Mutuelles de Bretagne que dirigeait Richard Ferrand. Peut-être pas brillant en politique mais en tout cas assez malin pour monter un projet aussi tarabiscoté  pour dissimuler le conflit intérêt.

« Mon cher ami Benalla  » (préfet de Paris)

« Mon  cher ami Benalla  » (préfet de Paris)

Michel Delpuech le préfet de police n’a pas fait de cadeau à Benalla lors de son audition devant la commission spéciale de l’Assemblée nationale. Il n’a même pas hésité à dire qu’il ignorait presque tout de l’individu en déclarant. « Ces événements résultent de dérives individuelles inacceptables, condamnables, sur fond de copinages malsains », Michel Delpuech avait même précisé qu’il n’avait pas « son numéro de téléphone dans (son) portable ». Mais l’information du Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi indique que le patron de la police parisienne s’était montré plus chaleureux à son égard par le passé.  En effet, le 21 juillet, lors de la délicate perquisition au domicile d’Alexandre Benalla à Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, les enquêteurs ont découvert une carte de visite de Michel Delpuech. En date du 28 janvier 2018, elle porte outre les noms et qualité du préfet de police, quelques mots de la main du haut fonctionnaire à l’adresse d’Alexandre Benalla. On peut ainsi lire: « Cher ami, merci pour la magnifique photo-souvenir de ‘quelques forces de l’ordre’ réunies autour du couple présidentiel ». La signature est couronnée par l’expression  »amicalement à vous ». Le préfet de police a réagi auprès du Canard enchaîné, évoquant un « pur geste de courtoisie ». Il a aussi fait observer que la photo en question se trouvait dans son appartement de fonction « pour faire plaisir à sa famille ».

 

« Touche pas à mon poste » : la vulgarité dénoncée par le CSA

« Touche pas à mon poste » : la vulgarité dénoncée par le CSA

 

La vulgarité et la nullité des émissions de Cyril Hanouna sur C8 (et maintenant sur Canal plus) plaît sans doute aux téléspectateurs au profil d’ado attardé mais commence à inquiéter sérieusement le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Le CSA qui a donc adressé de sérieuses mises en garde à la direction des chaînes intéressées pour rappeler certaines règles éthiques. Culturellement les émissions de Hanouna sont évidemment complètement indigentes mais même sur le plan humoristique elles sont tout autant affligeantes ;  par exemple,  quand l’animateur met des nouilles dans le slip d’un de ses chroniqueurs ! Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a donc engagé une procédure de sanction contre C8, doublée d’avertissements, à propos de trois séquences polémiques de l’émission animée par Cyril Hanouna. L’organisme avait reçu de nombreuses plaintes de téléspectateurs.  La séquence visée ? Celle où Cyril Hanouna a fait croire à l’un de ses chroniqueurs, Matthieu Delormeau, régulièrement malmené en plateau, qu’il avait tué un producteur et qu’il devait en porter la responsabilité à sa place. La scène, filmée en caméra cachée, avait été diffusée le 3 novembre dans l’émission, et avait poussé Matthieu Delormeau aux larmes. Le chroniqueur avait dit avoir eu très peur. La procédure engagée par le CSA, menée par un rapporteur indépendant, peut déboucher sur des sanctions ., jusqu’à la suspension de la chaîne.

Wauquiez : « J’ai perdu mon âme » à un moment !

Wauquiez : « J’ai perdu mon âme » à un moment !

Confession dans Closer « A un moment, j’ai perdu mon âme. J’étais obsédé par le fait de monter vite, de séduire le cercle médiatique et politique », diagnostique-t-il, ajoutant : « le danger (…) serait de n’être dicté que par l’ambition, et j’ai donné dans le registre ». Sur la fonction ministérielle, le député-maire du Puy-en-Velay n’est pas plus tendre. « Je ne suis pas sure d’avoir toujours été efficace. J’ai été cinq ans ministre, dans quatre domaines différents! A l’arrivée, ce n’est pas vous qui commandez, mais votre administration. », se repent-t-il. Il déplore le « manque de concret » de la politique. « Emmanuel Macron en est l’exemple typique. Il est très sympa et a de bonnes idées, mais parle beaucoup sans embrayer », pointe Wauquiez. Bref une bonne analyse (au sens freudien !) mais des promesses douteuses quand il affirme que tout cela c’est fini ! Malheureusement c’est valable pour lui mais pour la plupart des politiques.

« Touche pas à mon église »

« Touche pas à mon église »
« Touche pas à mon église », est un appel lancé par l’écrivain et journaliste Denis Tillinac, publié dans le numéro de Valeurs Actuelles en kiosques aujourd’hui. Plusieurs personnalités ont déjà signé ce texte dont l’essayiste Eric Zemmour, le philosophe Alain Finkelkraut, l’ancienne secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative Jeannette Bougrab, et Nicolas Sarkozy, ancien chef de l’Etat et président des Républicains. Cette tribune répond directement à la proposition de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris. Il avait évoqué, le 15 juin dernier, la possibilité de transformer en mosquée les églises désaffectées. Avant de préciser, « c’est un problème délicat mais pourquoi pas ». Peut-être une manière de se préserver du type de réponse proposé par l’hebdomadaire. Le texte, qui apparaît sans ambiguïté, rappelle que les clochers sont « la haute mémoire de notre pays ». Selon son auteur, même vide, les églises restent un témoin des racines chrétiennes de la France. Cette tribune provoque de vives réactions sur les réseaux sociaux. Le journaliste du Monde Samuel Laurent tacle cette réaction : « Une parole en l’air aussitôt corrigée de Boubakeur => Une tribune cosignée par Sarkozy, Zemmour etc dans Valeurs ». Mickaël Darmon, chef du service politique d’iTélé assure sur Twitter qu’André Vingt-Trois, archevêque de Paris, refuse de s’associer à cette tribune : « Andre Vingt-Trois a refusé d’être complice et de justifier la « guerre de civilisations ». Il a trouvé cette tribune sectaire et haineuse ».

Sarkozy : « une noire dans mon équipe »

Sarkozy : « une noire dans mon équipe »

 

C’est comme cela qu’on fait un casting au gouvernement, un noir, un arabe, une femme, un jeune.  Le casting, c’est à dire l’apparence d’abord, les compétences éventuellement ! On comprend mieux la composition actuelle du gouvernement de Hollande et bien sûr celle de Sarkozy ( délicat qui avait dit « elles ne sont pas belles mes femmes » en parlant de ses jeunes recrues).  « Un noir dans mon équipe » C’est une petite phrase extraite du livre publié mercredi 29 avril par Roselyne Bachelot. L’ancienne ministre de la Santé écrit ses mémoires (La petite fille de la Ve, ed. Flammarion) dans lesquelles elle revient bien sûr sur les quinquennats de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy. Elle raconte notamment comment l’actuel président de l’UMP a mené campagne pour accéder à l’Elysée en 2007. Un épisode fait beaucoup réagir les internautes. Nous sommes en 2006 et Nicolas Sarkozy revient des Etats-Unis où il a rencontré Barack Obama qui n’est alors que sénateur de l’Illinois.   »Les amis, j’ai rencontré Barack Obama, le maire de Chicago (sic). Ce type est le prochain président des Etats-Unis. Vous n’y connaissez rien, j’ai aussi discuté avec la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, une femme formidable. Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire!« , écrit Roselyne Bachelot. Mais en réalité, Roselyne Bachelot a expliqué sur Europe 1 que la réflexion de son ancien patron (qu’elle ne manque pas d’égratigner par ailleurs) est beaucoup plus large et qu’il cherchait ainsi à prendre en compte toute les aspirations de la société. « Il comprend que son équipe doit apparaître comme diverse, que la société française est une société diverse; Il comprend qu’il ne faut pas une Noire sur la photo mais qu’il faut des gens qui expriment la diversité de la société française. Il va l’exprimer à travers Rachida Dati et Rama Yade. Donc ce n’est pas pour la photo », précise celle qui est désormais chroniqueuse sur D8 et iTélé. Des explications qui n’enlèvent pas le caractère maladroit de la phrase de Nicolas Sarkozy et rendent les explications de Bachelot toutes aussi ambigües.  

Juppé : J’appellerai mon chien « Nico »

Juppé : J’appellerai mon chien « Nico »

 

Juppé se lâche : «Coucou c’est moi.» Vous ne rêvez pas, c’est bien Alain Juppé qui vous parle. Le maire de Bordeaux l’avoue, il prend son «pied» quand il répond aux questions des internautes sur Twitter. Alors ce vendredi, le candidat à la primaire à droite pour la présidentielle de 2017 s’est offert une discussion à bâtons rompus avec ses followers. Entre réflexions sur l’économie et le social et petites blagues, l’ancien Premier ministre s’en est donné à cœur joie. Avec cette petite phrase qui risque de faire du bruit. Quand @bonmartel76180 lui a demandé s’il était prêt à soutenir François Hollande au cas où Nicolas Sarkozy supprimait les primaires, il a assuré, sans aucun doute très sérieusement : «Je serai alors candidat, et donc élu.» La veille, il avait assuré, sur le ton de l’humour, qu’il appellerait son chien «Nico» s’il était élu en 2017. Décidément, Juppé semble également prendre son «pied» quand il taquine son plus dangereux rival à droite…

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol