Archive pour le Tag 'Mitsubishi'

Ghosn futur patron de Mitsubishi et numéro un mondial ?

Ghosn futur  patron de Mitsubishi et numéro un mondial ?

journal Nikkei affirme que l’actuel PDG de Nissan et Renault allait aussi devenir celui de Mitsubishi Motors. Du coup le groupe pourrait devenir numéro un mondial. Grâce au japonais Mitsubishi, le groupe Renault pourrait dépasser la barre des 10 millions de véhicules écoulés chaque année. Lors d’une interview donnée au journal Les Echos dans le cadre du Mondial de l’Automobile de Paris, Carlos Ghosn a déclaré : « Notre future alliance dépasserait les dix millions de voitures au niveau mondial. L’objectif d’intégrer le Top 3 mondial serait atteint. La place de numéro un mondial n’est pas une priorité. Mais sur le fond, c’est tout à fait atteignable… En 2016 et 2017, cela se jouerait à quelques milliers de voitures« .
(Avec AFP)

Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi : bientôt numéro un mondial ?

Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi : bientôt numéro un mondial ?

Dans un article de challenges on apprend la prise de participation de Nissan chez Mitsubishi. Du coup l’alliance Renault, Nissan Mitsubishi pourrait bien devenir numéro un mondial en tout cas talonner sérieusement Volkswagen et Toyota. Carlos Ghosn a en effet annoncé ce jeudi le renforcement de l’Alliance franco-japonaise en prenant 34% de son concurrent japonais Mitsubishi Motors (MMC) en détresse. Et ce, pour 237 milliards de yens (1,9 milliard d’euros). L’opération prévoit que MMC émettra des actions nouvelles destinées à Nissan, qui contrôlera désormais le constructeur, au vu du droit boursier japonais. L’Alliance Renault-Nissan, qui a vendu 8,53 millions de véhicules l’an dernier (+1%), pèsera avec MMC autour de 9,5 millions, se rapprochant ainsi des ténors Toyota et Volkswagen (autour de 10 millions chacun) qui se disputent la première place mondiale et de l’américain GM. « Nous avons toujours dit que nous avions l’ambition d’être dans le Top 3″, a rappelé Carlos Ghosn ce jeudi dans une conférence de presse à Yokohama. C’est donc une nouvelle opportunité qu’a saisie Carlos Ghosn de renforcer l’Alliance Renault-Nissan, laquelle contrôle également le premier constructeur auto russe Avtovaz (Lada). Renault détient 43,4% de Nissan, qui détient à son tour 15% (sans droits de vote) de son actionnaire tricolore. Depuis 2010, l’Alliance est liée à l’allemand Daimler (Mercedes), qui possède 3,1% de Renault et Nissan. Ces deux derniers possèdent à leur tour 1,55% chacun du consortium de Stuttgart. Les deux partenaires resteront bien « séparés », a insisté Carlos Ghosn. Comme Renault et Nissan depuis leur rapprochement en 1999. Nissan pourra toutefois nommer le tiers des membres du conseil d’administration de Mitsubishi Motors, qui serait également présidé par un responsable du partenaire nippon de Renault.  Mitsubishi Heavy Industries, Mitsubishi Corp et Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, sociétés de la galaxie Mitsubishi qui détenaient 34% du capital de MMC avant la transaction, n’en auront plus que  22%. « Nous envisagions de renforcer notre collaboration depuis un certain temps, et, sur ce, la crise est survenue, accélérant les choses », explique Carlos Ghosn. Les deux firmes japonaises étaient déjà partenaires. MMC fournit ainsi des « midgets » (mini-véhicules fiscalement favorisés dans l’archipel) à Nissan. C’est d’ailleurs ce dernier qui a découvert, sur ces véhicules, le scandale sur la pollution qui a mis le feu aux poudres, plongeant MMC dans une nouvelle crise. Après avoir été au bord du gouffre  au début des années 2000 à cause de rappels non effectués en violation de la législation nippone, MMC s’était allié à Daimler-Chrysler, lequel avait pris une participation de contrôle. Mais, en difficulté lui-même, le consortium germano-américain avait ensuite laissé tomber le japonais, sauvé in extremis par les firmes partenaires de la nébuleuse Mitsubishi. Trop petit, trop spécialisé dans les mini-véhicules et les 4×4, MMC s’était alors associé industriellement à PSA, à qui il a longtemps fourni des modèles électriques (Peugeot Ion, Citroën C-Zéro) et des « SUV » (Peugeot 4007 puis 4008, Citroën C-Crosser puis Aircross). Des négociations s’étaient déroulées au tout début de la décennie pour une alliance capitalistique. Mais, PSA n’avait pas les moyens de prendre une telle participation. Et MMC s’est retrouvé tout seul, parvenant cependant à survivre grâce à des économies sur les investissements. Et puis, le 20 avril dernier, patatras. MMC avouait qu’il avait menti sur les consommations de quatre de ses mini-véhicules vendus au Japon, deux de ces véhicules étant commercialisés sous la marque Nissan.  Cette tricherie a…fait fondre la capitalisation boursière de MMC de 45%! Il est vrai que les analystes estiment le coût d’indemnisation des clients MMC à  800-900 millions d’euros. MMC apportera essentiellement à Nissan son implantation dans le sud-est asiatique (où son compatriote est faible) et son expertise dans les « midgets ». Carlos Ghosn, a précisé que les deux constructeurs partageraient des technologies et pourraient dégager des « milliards » de synergies en coordonnant leurs achats, l’utilisation des sites industriels et en coopérant dans les marchés en croissance. « Tout le monde y gagnera », a assuré le double PDG.

(Challenges)

Une voiture électrique Nissan – Mitsubishi à 11 000 euros

Une voiture électrique Nissan – Mitsubishi à 11 000 euros

 

Les constructeurs automobiles Nissan et Mitsubishi Motors ont finalisé un accord, sous la forme d’une société mixte, pour développer ensemble un mini-véhicule électrique low cost, affirme le quotidien économique japonais Nikkei, ce lundi 4 août. Le prix d’une voiture électrique étant souvent un facteur susceptible de freiner les acheteurs, ce projet, s’il est confirmé, permettrait l’arrivée sur le marché d’un véhicule abordable. Mitsubishi Motors a d’ores et déjà lancé en 2009 la voiture électrique la moins onéreuse du marché japonais : un petit modèle dénommé iMiEV vendu 12.900 euros, si l’on inclut l’aide du gouvernement pour les « véhicules propres ». Selon le journal Nikkei, la mini-voiture en préparation pourrait être vendue encore moins cher, autour de 10.869 euros. Mitsubishi Motors et Nissan travaillent déjà ensemble dans plusieurs domaines, dont celui des mini-véhicules justement, des voitures de moins de 660 cc très appréciées au Japon. Avec Renault, principal actionnaire de Nissan, ils avaient annoncé fin 2013 une extension de leur coopération, en vue d’une fabrication en commun de véhicules et de partages de technologies, en particulier dans l’électrique.

 

Mitsubishi, Siemens : une solution pour dépatouiller un gouvernement paumé

Mitsubishi, Siemens : une solution pour dépatouiller un gouvernement paumé

 

 

Dans le dossier Alstom le gouvernement est perdu, à cela s’ajoute les contradictions entre Hollande et Montebourg (Hollande est pour la vente aux américains de GE). . Du coup l’offre de Mitsubishi  combinée avec celle de siemens pour sortir le gouvernent du pétrin dans lequel il s’embourbe depuis des mois. La composante numéraire de l’offre de reprise d’une partie de la branche énergie d’Alstom envisagée par le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et l’allemand Siemens atteint près de neuf milliards d’euros, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier. Un éventuel apport à Alstom des actifs ferroviaires de Siemens porterait le montant cette offre à quelque 13 milliards, a précisé l’une des sources interrogées par Reuters. Selon une autre source au fait du projet, MHI pourrait en outre prendre « entre 5 et 10% » du capital d’Alstom aux côtés de l’Etat français et le japonais s’appuierait sur le principe d’un partenariat et non d’un rachat de la branche énergie du français.  Vendredi après-midi, un responsable syndical a précisé à l’issue d’une rencontre avec le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg qu’une entrée de MHI et de l’Etat au capital se ferait à parité, via le rachat d’une partie de la participation de Bouygues, qui actuellement contrôle 29% d’Alstom. « Le ministre nous a exposé l’offre de Mitsubishi. (…) C’est très clairement un schéma qui vient en contrepoint de celui de GE et qui est un schéma d’alliance », a déclaré Gabriel Artero, président de la fédération métallurgie de la CFE-CGC. Siemens et MHI ont fait savoir qu’il envisageaient de présenter une offre à Alstom le 16 juin au plus tard.  Ils pourraient ainsi contrer l’offre ferme de 16,9 milliards de dollars (12,49 milliards d’euros au taux de change actuel) du géant américain General Electric, valable jusqu’au 23 juin, négociée avec Alstom mais que le gouvernement français n’a pas acceptée jusqu’à présent. MHI investirait dans la branche énergie d’Alstom à travers une augmentation de capital, a ajouté cette source, précisant que Siemens rachèterait de son côté les turbines à gaz du français et serait prêt à renforcer la branche ferroviaire de celui-ci en lui apportant ses activités dans la signalisation et une partie de son matériel roulant. Le projet MHI-Siemens pourrait aussi se traduire par la création d’une ou plusieurs coentreprises avec Alstom et laisser entre les mains d’Alstom les activités dans les réseaux électriques (Grid) et les renouvelables. « Rien n’est définitivement arrêté même si on s’approche d’une solution. Aujourd’hui, la négociation est entre Mitsubishi et Siemens pour faire une offre que le gouvernement français juge acceptable », a précisé une source proche de MHI. « L’offre aurait un caractère industriel, avec un avenir pour Alstom dans l’énergie, alors que GE a plutôt un projet financier. Mitsubishi et Siemens injecteraient de l’argent et participeraient à la création de valeur avec un projet industriel qui serait une nouvelle aventure. » Alstom, Siemens, MHI et Bouygues n’ont pas souhaité commenter ces informations.  Une source proche du groupe allemand indiquait jeudi que celui-ci prévoyait de réunir son conseil de surveillance dimanche sur le dossier Alstom. Une source proche de ce dernier estimait par ailleurs ces derniers jours qu’une opération avec Siemens et MHI risquait d’entraîner un « dépeçage » du groupe français. Paris a cherché ces dernières semaines à obtenir de GE et de Siemens qu’ils améliorent leurs propositions afin de protéger l’emploi, l’avenir du pôle ferroviaire d’Alstom ou encore des activités clés telles que les turbines pour centrales nucléaires, les éoliennes et l’hydroélectricité. Dans un entretien au quotidien Le Parisien publié vendredi, le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a déclaré que MHI « pourrait proposer une alliance » et constituer « une alternative sérieuse », ajoutant toutefois que le gouvernement attendait l’offre du japonais.  GE s’est de son côté engagé fin mai à créer 1.000 emplois industriels en France en trois ans en cas de rachat de la branche énergie d’Alstom.

 

Démantèlement d’Alstom : Siemens et avec Mitsubishi sur le coup

Démantèlement d’Alstom : Siemens et  avec Mitsubishi sur le coup

Le conglomérat allemand Siemens a annoncé mercredi s’être allié avec le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pour étudier la possibilité d’une offre commune de rachat d’une partie des activités du français Alstom.  Siemens et MHI ont précisé dans un communiqué commun qu’ils décideraient le 16 juin au plus tard de soumettre ou non une offre au conseil d’administration d’Alstom. « Nous sommes persuadés que nous pouvons contribuer à un partenariat avec Alstom qui créera de la valeur pour toutes les parties impliquées, notamment pour la France », dit dans le communiqué le PDG de Mitsubishi Heavy, Shunishi Miyanaga. Des sources avaient déclaré auparavant à Reuters que les deux groupes discutaient d’une offre potentielle sur les activités de production d’énergie d’Alstom, déjà visées par une offre de 12,35 milliards d’euros de l’américain General Electric. Une source proche d’Alstom a estimé mercredi qu’un éventuel rachat d’une partie d’Alstom par Siemens et MHI risquerait d’entraîner un « démantèlement » du groupe français. « Ça aboutirait à un dépeçage, ce n’est pas du tout l’esprit du ‘deal’ et je ne vois pas comment l’Etat pourrait soutenir une offre de ce type », a dit cette source, précisant qu’Alstom « n’a rien reçu » de la part de Siemens et que MHI n’a pas eu accès aux comptes détaillés du groupe français. Alstom n’a pas souhaité commenter les annonces de Siemens et de MHI. Pour sa part, l’Elysée a fait savoir, en fin de journée, que le président François Hollande réunirait jeudi matin le Premier ministre, Manuel Valls, le ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, et le directeur général de l’Agence des participations de l’Etat, David Azéma, pour faire le point sur le dossier. Après avoir fait part, le mois dernier, de son intérêt pour le pôle énergie d’Alstom et évoqué le transfert au français de l’ensemble de ses activités de matériel ferroviaire roulant, Siemens s’était donné jusqu’au 16 juin pour présenter une offre formelle. GE a de son côté accordé fin mai trois semaines supplémentaires – soit jusqu’au 23 juin – à Alstom, qui lui est favorable, pour examiner son offre, accédant ainsi à une demande du gouvernement français. L’exécutif français, qui craignait fin avril d’être mis devant le fait accompli avec une transaction en faveur du groupe américain, a publié mi-mai un décret lui permettant d’opposer un veto à toute vente d’actifs stratégiques français. Paris a cherché ces dernières semaines à obtenir de GE et de Siemens qu’ils améliorent leurs propositions afin de protéger l’emploi, l’avenir du pôle ferroviaire – sur lequel Alstom se recentrerait – ou encore des activités clés telles que les turbines pour centrales nucléaires, les éoliennes et l’hydroélectricité.  L’action Siemens a perdu 0,96% à 98,92 euros mercredi à la Bourse de Francfort, où l’indice Dax a cédé 0,79%. A Paris, Alstom a abandonné 0,46% tandis que le CAC 40 a reculé de 0,87%.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol