Archive pour le Tag 'mise'

Affaire Takiedine: Carla Bruni Sarkozy mise en examen

Affaire Takiedine: Carla Bruni Sarkozy mise en examen

Carla Bruni-Sarkozy a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire ce mardi 9 juillet dans l’enquête sur les fausses rétractations en 2020 de Ziad Takieddine, qui accusait son mari d’avoir financé sa campagne présidentielle 2007 avec des fonds libyens.

L’épouse de l’ancien chef de l’État est poursuivie pour recel de subornation de témoin (Ziad Takieddine) et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre l’infraction d’escroquerie au jugement en bande organisée, a précisé cette même source.

L’objectif de cette opération était d’obtenir de Ziad Takieddine qu’il revienne sur ses accusations visant Nicolas Sarkozy. Dans les médias d’abord (dans une interview à Paris Match et dans une déclaration vidéo diffusée par BFMTV) puis auprès d’un notaire chargé d’envoyer un document officiel à la justice française. Ziad Takieddine devait être payé en échange de sa rétractation. On parle ici d’une somme d’un peu plus de 600.000 euros.

 

Déficits : mise en garde de la BCE

Déficits : mise en garde de la BCE

Une sorte de cri d’alarme de la banque centrale européenne à propos de la dérive des déficits alimentés à court terme par le tassement de la croissance et menacés à plus long terme par les risques  liés au vieillissement démographique, à l’augmentation des dépenses de défense, au climat et au numérique. Un message qui vaut particulièrement pour la France qui affiche le plus grand déficit . 

 

Alors que Bruxelles a épinglé plusieurs pays – dont la France - pour déficit public excessif, la BCE appelle ce mercredi les gouvernements des pays de la zone euro à améliorer « immédiatement » leurs finances publiques face aux risques sur le long terme liés au vieillissement démographique, à l’augmentation des dépenses de défense, au climat et au numérique.

« Ces évolutions représenteront déjà suffisamment de défis isolément, et les pays seront confrontés à toutes ces évolutions simultanément », martèle l’auteur d’un article publié au bulletin mensuel de l’institut monétaire.

Par conséquent, « des mesures doivent être prises dès aujourd’hui – en particulier dans les pays très endettés, confrontés à des taux d’intérêt élevés et aux risques qui y sont associés », poursuit-il. Les efforts budgétaires nécessaires vont différer entre pays « avec des écarts allant de 0,5% à près de 10% du PIB ».

Pour ramener le ratio de dette sur PIB dans les clous de la règle européenne d’ici 2070, « il faudrait que les gouvernements de la zone euro augmentent immédiatement et de manière permanente leurs soldes primaires (avant paiement des intérêts de la dette) de 2% du PIB en moyenne », selon l’auteur de l’article.

Les déficits les plus élevés de l’UE ont été enregistrés l’an dernier en Italie (7,4% du PIB), en Hongrie (6,7%), en Roumanie (6,6%), en France (5,5%) et en Pologne (5,1%). La dette de la France est supérieure à 110% de son PIB, celle de l’Espagne s’en approche, alors que celle de l’Allemagne n’atteint que 64% du PIB du pays.

 

 

Risque de mise sous tutelle financière de la France ?

Risque de mise sous tutelle financière de la France ?

 

 

,Le ministre de l’économie, Bruno le Maire, n’a pas tort d’indiquer que la France risque la mission tutelle financière à terme avec l’application de certains programmes électoraux. Certes lui-même a contribué à la fuite en avant de l’endettement de la France qui dépasse aujourd’hui 3000 milliards d’euros. Il y a encore quelques jours , il indiquait  qu’il était nécessaire de rechercher encore 10 milliards d’économies alors que dans les différents programmes on annonce surtout des dépenses supplémentaires sans ressources équivalentes.

On objectera cependant que le ministre n(est peut-être pas le mieux placé pour donner des leçons de rigueur ceci étend ses craintes ne sont pas sans pertinence

En cas de victoire du Rassemblement national ou du Nouveau Front populaire aux législatives des 30 juin et 7 juillet, la France risquerait d’être «mise sous tutelle» par la Commission européenne et le FMI, a prévenu ce mardi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Le pays connaîtra «une crise de la dette, si leurs programmes étaient intégralement appliqués», a déclaré Bruno Le Maire dans un entretien au journal Le Monde , fustigeant l’«insoutenable légèreté financière» des propositions du RN et du front rassemblant différentes forces de gauche, dont le PS et LFI.

 

En 2023, le déficit public avait dérapé à 5,5% du PIB, plus que prévu par le gouvernement, qui avait revu à la hausse sa prévision pour 2024, à 5,1% du PIB, espérant toutefois toujours le ramener sous le seuil de 3% en 2027. Sur la dissolution de l’Assemblée nationale décidée par Emmanuel Macron à l’issue des élections européennes le 9 juin, Bruno Le Maire a déclaré ne pas en avoir été informé par le président. «C’est la décision d’un seul homme», a-t-il déclaré. Une manière claire de se positionner contre la décision du président.

FOOT-La Fédération espagnole mise sous tutelle du gouvernement

FOOT- Fédération espagnole mise sous tutelle du gouvernement

Le gouvernement de Pedro Sanchez a annoncé, jeudi 25 avril, la mise sous tutelle de la Fédération espagnole de football, dont l’état-major est visé par une enquête pour corruption, pour « redresser la grave situation dans laquelle se trouve la RFEF », dans « l’intérêt de l’Espagne », organisatrice de la Coupe du monde 2030 conjointement avec le Portugal et le Maroc.

Une décision inédite qui témoigne de la grave crise que traverse le football espagnol

Cette affaire porte sur des irrégularités dans les contrats signés par la fédération espagnole au cours des cinq dernières années, notamment les conditions dans lesquelles la Supercoupe d’Espagne a été délocalisée en Arabie saoudite.

De plus, le Tribunal administratif du sport (TAD) a estimé dans un rapport récent que Pedro Rocha, actuel président de la fédération, et sa direction par intérim avaient commis des fautes « très graves ».

 

Attentat Moscou : sordide mise en scène des auteurs présumés

Attentat Moscou : sordide mise en scène des auteurs présumés

C’est évidemment à des fins essentiellement médiatiques que les médias officiels russes ont filmé les présumés auteurs de l’attentat se rendant au tribunal. Un véritable spectacle de théâtre avec des auteurs présumés affichant leurs blessures et marchant presque à quatre pattes. De quoi satisfaire les voyeurs de toutes sortes et les ignares. Bref de la propagande russe à l’état brut dans tous les sens du terme. De l’information en tout cas qui révèle l’écart considérable concernant la culture d’information très sous-développée des Russes et celle de la plupart des autres pays ( dictatures exceptées)

Les visages tuméfiés, un sac autour du cou, sur un fauteuil roulant… Quatre suspects, présentés en Russie comme les assaillants de la salle de concert près de Moscou, ont été placés ce lundi 25 mars en détention provisoire jusqu’au 22 mai.

Muhammadsobir Fayzov, un homme de 19 ans, est lui entré dans le tribunal dans une chaise roulante, les yeux fermés et accompagné par des docteurs. Dans la journée, des images devenues virales sur les réseaux sociaux le montraient être battu et gravement blessé à un œil.
Le porte-parole du Kremlin a refusé ce lundi de commenter les allégations de torture des suspects. « Je laisserai cette question sans réponse », a déclaré Dmitri Peskov, interrogé par des journalistes.
Mais la théâtralisation des comparutions immédiates de ces suspects ne laisse aucun doute pour bon nombre d’observateurs de la société russe: Vladimir Poutine veut réinstaller la peur, alors que les assaillants ont pu tuer plus de 130 personnes et s’enfuir pendant quatre heures sans être arrêtés.

Une dramatisation théâtrale digne d’un très mauvais film de série B. Ne manquait plus que Poutine entrant dans tribunal avec le scalp d’un responsable présumé !

 

Télévision: L’information de CNews mise en cause par le Conseil d’État

Télévision: L’information de CNews mise en cause par le Conseil d’État

La chaîne contrôlée par Bolloré se comporte le plus souvent comme une chaîne politique d’extrême droite. La plupart des intervenants réguliers sont d’ailleurs très marqués politiquement. On objectera peut-être que France Télévisions au contraire penche à gauche mais plus discrètement. C’est surtout l’excès qui est reproché à la chaîne Cnews mais aussi la médiocrité avec assez souvent des propos proches de télé bistrot après trois ou quatre tournées d’apéritif. Surtout des intervenants qui ne sont pas à la hauteur et qui déraillent par incompétence autant que par conviction partisane. L’exemple de Pascal Praud, étant sans doute le plus caricatural. En permanence il invective, interrompt, prend parti et ridiculise ceux qui le contestent. Il gère l’information politique et sociétale comme on commente un match de football, la mauvaise foi en plus et avec un manque évident de culture générale et de déontologie journalistique.

Un ordre du Conseil d’État. L’Arcom a été sommée, mardi, de renforcer son contrôle de CNews, rapporte franceinfo. Après avoir reçu un recours de l’ONG Reporters sans frontières, qui juge que la chaîne d’information « est devenue un média d’opinion », la plus haute juridiction administrative en France demande au régulateur, dans un communiqué, de s’assurer « dans un délai de six mois », que CNews respecte bien ses obligations « en matière de pluralisme et d’indépendance de l’information ».

Dans sa décision, le Conseil d’État explique que le régulateur ne devra plus seulement décompter le temps de parole des personnalités politiques invitées sur la chaîne. Désormais, l’Arcom devra faire preuve de vigilance et opérer un contrôle « à l’échelle de l’ensemble des conditions de fonctionnement » de CNews, et « des caractéristiques de sa programmation ».

Politique-Rachida Dati : ministre déjà mise en examen

Politique-Rachida Dati : ministre déjà mise en examen


Elle est en effet mise en examen, depuis 2021, pour « corruption » et « trafic d’influence » par un juge d’instruction financier parisien. La maire du 7e arrondissement de Paris est soupçonnée d’avoir touché 900.000 euros sur trois ans (2009, 2010, 2011) de la part de Renault pour exercer une forme de lobbying au Parlement européen.

Si elle reconnaît avoir touché cet argent, Rachida Dati conteste avoir exercé une quelconque mission de lobbying à Bruxelles pour le compte de Renault. Il s’agissait, selon elle, d’honoraires pour une mission de conseil visant à favoriser le développement de Renault à l’international et, en particulier, au Moyen-Orient.

À un tarif de 1.000 euros de l’heure, elle a reconnu avoir touché 300.000 euros par an (pour 300 heures de travail, soit deux mois/an) dans cette affaire. C’est la direction de Renault – celle qui avait succédé à Carlos Ghosn – qui avait signalé l’affaire à la justice. Dans un premier temps, Rachida Dati avait été placée sous le statut de témoin assisté avant d’être mise en examen.

Justice-Rachida Dati : ministre déjà mise en examen

Justice-Rachida Dati : ministre déjà mise en examen


Comme dans l’affaire Fillon, Rachida Dati aura sans doute du mal à fournir des preuves écrites de sa mission de lobbying qui lui ont permis d’empocher de l’ordre d’un million sur trois ans de la part de Renault. Elle est en effet mise en examen, depuis 2021, pour « corruption » et « trafic d’influence » par un juge d’instruction financier parisien. La maire du 7e arrondissement de Paris est soupçonnée d’avoir touché 900.000 euros sur trois ans (2009, 2010, 2011) de la part de Renault pour exercer une forme de lobbying au Parlement européen.

Si elle reconnaît avoir touché cet argent, Rachida Dati conteste avoir exercé une quelconque mission de lobbying à Bruxelles pour le compte de Renault. Il s’agissait, selon elle, d’honoraires pour une mission de conseil visant à favoriser le développement de Renault à l’international et, en particulier, au Moyen-Orient.

À un tarif de 1.000 euros de l’heure, elle a reconnu avoir touché 300.000 euros par an (pour 300 heures de travail, soit deux mois/an) dans cette affaire. C’est la direction de Renault – celle qui avait succédé à Carlos Ghosn – qui avait signalé l’affaire à la justice. Dans un premier temps, Rachida Dati avait été placée sous le statut de témoin assisté avant d’être mise en examen.

Rachida Dati : ministre déjà mise en examen

Rachida Dati : ministre déjà mise en examen


Elle est en effet mise en examen, depuis 2021, pour « corruption » et « trafic d’influence » par un juge d’instruction financier parisien. La maire du 7e arrondissement de Paris est soupçonnée d’avoir touché 900.000 euros sur trois ans (2009, 2010, 2011) de la part de Renault pour exercer une forme de lobbying au Parlement européen.

Si elle reconnaît avoir touché cet argent, Rachida Dati conteste avoir exercé une quelconque mission de lobbying à Bruxelles pour le compte de Renault. Il s’agissait, selon elle, d’honoraires pour une mission de conseil visant à favoriser le développement de Renault à l’international et, en particulier, au Moyen-Orient.

À un tarif de 1.000 euros de l’heure, elle a reconnu avoir touché 300.000 euros par an (pour 300 heures de travail, soit deux mois/an) dans cette affaire. C’est la direction de Renault – celle qui avait succédé à Carlos Ghosn – qui avait signalé l’affaire à la justice. Dans un premier temps, Rachida Dati avait été placée sous le statut de témoin assisté avant d’être mise en examen.

Otages et Hamas: mise en scène cynique

Otages et Hamas: mise en scène cynique


Il faut sans doute que le Hamas ait une idée très approximative du concept d ‘humanité pour se livrer à de telles mise en scène de libération des otages. Ainsi on a vu des otages accompagnés jusqu’au véhicule de la Croix-Rouge par des terroristes très attentifs et remettant même une bouteille d’eau au dernier moment aux prisonniers libérés. Pire, on a vu les mêmes terroristes saluer leur prisonnier une fois dans la voiture de la Croix-Rouge.

Et c’est de la sorte sans doute dans la psychologie du Hamas qu’on passe du rôle de bourreau à celui de héros.

La naïveté autant que le cynisme de cette mise en scène en dit long sur l’hypocrisie des terroristes qui ont par ailleurs contraint des otages à regarder le film des erreurs de leur massacre 7 octobre.

Cette mise en scène, certes pas bien fine, vise à faire du groupe terroriste une organisation comme les autres. Celui-ci était allé plus loin encore le vendredi 24 novembre. Lors de la première vague de libération, après 49 jours de détention, Danielle Aloni et sa fille de 5 ans Emilia, enlevées au kibboutz Nir Oz, ont laissé une longue lettre en hébreu. Traduite et là encore mise en ligne sur le compte Telegram des terroristes.

Otages : mise en scène cynique et ridicule du Hamas

Otages : mise en scène cynique et ridicule du Hamas

Il faut sans doute que le Hamas ait une idée très approximative du concept d ‘humanité pour se livrer à de telles mise en scène de libération des otages. Ainsi on a vu des otages accompagnés jusqu’au véhicule de la Croix-Rouge par des terroristes très attentifs et remettant même une bouteille d’eau au dernier moment aux prisonniers libérés. Pire, on a vu les mêmes terroristes saluer leur prisonnier une fois dans la voiture de la Croix-Rouge.

Et c’est de la sorte sans doute dans la psychologie du Hamas qu’on passe du rôle de bourreau à celui de héros.

La naïveté autant que le cynisme de cette mise en scène en dit long sur l’hypocrisie des terroristes qui ont par ailleurs contraint des otages à regarder le film des erreurs de leur massacre 7 octobre.

Cette mise en scène, certes pas bien fine, vise à faire du groupe terroriste une organisation comme les autres. Celui-ci était allé plus loin encore le vendredi 24 novembre. Lors de la première vague de libération, après 49 jours de détention, Danielle Aloni et sa fille de 5 ans Emilia, enlevées au kibboutz Nir Oz, ont laissé une longue lettre en hébreu. Traduite et là encore mise en ligne sur le compte Telegram des terroristes.

Maths et français au collège: mise en place de groupes de niveaux

Maths et français au collège: mise en place de groupes de niveaux

Il est clair que le collège unique constitue une véritable catastrophe pour les moins doués qui se trouvent complètement largués dès la sixième et pour les plus doués contraints de s’aligner sur une moyenne très médiocre.

Du coup le ministre de l’éducation nationale qui multiplie les orientations nouvelles envisage de créer des groupes de niveaux qui constituent en fait une remise en cause de l’unicité du collège.

« Peut-on continuer à laisser passer en 6ème des élèves qui ne savent pas lire, écrire et compter correctement? Ou devons-nous, au contraire, conditionner ce passage à une participation à des stages de réussite pendant les vacances scolaires ? » se demande Le ministre

« Faut-il réfléchir à un collège plus ‘modulaire’, où le français et les maths seraient plutôt organisés par groupes de compétences? Cela fait partie des questions que la mission doit regarder », avance encore Gabriel Attal.

« Des stages de réussite » avant le passage en 6ème
Cette sortie n’est pas une surprise. Multipliant les déplacements cet été, le ministre avait déjà expliqué vouloir « mettre le paquet sur les savoirs fondamentaux », voyant « une urgence » à élever le niveau, jugée trop faible des élèves en 6ème.

Le ministre envisage « des stages de réussite » pendant l’été pour les élèves de CM2 avant de passer en sixième. Les professeurs seront eux aussi sollicités avec le lancement « dès la semaine prochaine » d’une « consultation » de l’ensemble des professeurs sur « les priorités et les actions » pour « concrétiser le choc de savoirs » promis par le ministre.

Fret ferroviaire français: après l’arlésienne , la mise à mort !

Fret ferroviaire français: après l’arlésienne , la mise à mort !

Il y a plus de 30 ans qu’on parle de doubler la part du ferroviaire et on en trouve la trace dans les discours de pratiquement tous les ministres. Dans la réalité, cette part n’a cessé de régresser au point qu’aujourd’hui on se demande si ce n’est pas la mise à mort. En effet, Bruxelles a demandé le démantèlement de fret SNCF en lui retirant la gestion des trains complets à peu près le seul secteur rentable.

Bref un peu le même sort qui a été réservé d’abord aux transports express par train complètement disparu puis à la messagerie ( via l’éphémère Sernam).

La responsabilité du déclin du fer est largement partagée d’abord par l’entreprise toujours incapable de s’adapter à temps à l’évolution structurelle de la logistique moderne, aux pouvoirs publics qui n’ont jamais été capables de remettre les compteurs à zéro en matière d’endettement ( contrairement à l’Allemagne qui maintenant attaque les subventions en France) enfin à la politique globale des transports qui n’a jamais été capable de favoriser la synergie intermodale des transports ( exemple avec la localisation des lieux de production, de stockage et de commercialisation). Enfin aux lourdeurs corporatistes de la profession.

Est-ce qu’un réseau modernisé et régénéré suffit à assurer la pérennité des activités ferroviaires ? C’est en tout cas la question centrale qui ressort de l’audition d’Elisabeth Borne par la commission d’enquête sur la libéralisation du fret ferroviaire ce mardi. Tout au long de son propos liminaire comme de ses réponses aux députés, la Première ministre a insisté sur les bénéfices qu’apportent les investissements accrus pour la remise en état du réseau. Elle n’a ainsi répondu que partiellement à Jean-Pierre Farandou, PDG du groupe SNCF, qui avait évoqué la veille le besoin d’aides à l’exploitation du fret. Et elle s’est montrée peu loquace sur les avancements du plan de 100 milliards d’euros d’investissements promis, qui tarde à se concrétiser.

A plusieurs reprises, Elisabeth Borne a réaffirmé son objectif de doubler la part modale du fret ferroviaire d’ici à 2030, la faisant passer de 9 à 18 %. Ce qui ne constituerait en soit qu’un retour au niveau du début des années 2000, période à partir duquel le secteur a connu un long déclin de l’aveu même de celle qui fut ministre des Transports de 2017 à 2019.

Or pour sauver le fret ferroviaire la première ministre ( responsable éphémère et très discrète de la stratégie SNCF précédemment) propose surtout la modernisation des infrastructures.

Une modélisation une modernisation indispensable mais surtout pour des questions de transport de personnes. En effet ce n’est pas la vitesse qui compte en matière de transport de fret mais sa régularité.

Pour Première ministre : « La réindustrialisation depuis 2017, la régénération du réseau, la priorisation de sillon de qualité pour le fret et le désendettement de cette activité avec la possibilité d’avoir une trajectoire économique soutenable constituent des leviers importants pour réussir là où cela n’avait pas été le cas lors des plans précédents. »

Durant toute son audition, Elisabeth Borne a particulièrement insisté sur l’importance de centrer les efforts sur l’infrastructure ferroviaire après des décennies de sous-investissement. Cela doit notamment permettre au réseau de gagner en capacité et de réduire les conflits d’usage avec les trains de passagers qui obligent aujourd’hui les convois de fret à se rabattre sur des circulations de nuit « Ce sont 100 milliards d’euros d’investissements supplémentaires pour le ferroviaire d’ici à 2040, avec une importante composante de modernisation, de régénération du réseau et d’investissements. »

Le seul problème c’est que ces 100 milliards ne sont pas destinés uniquement à la SNCF, au fret ferroviaire et surtout qu’il s’ils ne sont absolument pas financés ;
Et elle ajoute que « rien que pour la décennie à venir, ce plan prévoit 4 milliards d’euros pour le fret ferroviaire dont la moitié est portée par l’Etat ».

Pour obéir Bruxelles, , Fret SNCF va devoir laisser la place à une nouvelle entité qui ne pourra reprendre que 90 % des salariés, 80 % des trafics et 70 % du chiffre d’affaires, ainsi que 23 lignes de transport. Et surtout, elle devra abandonner l’activité de trains entiers, la plus rentable du secteur, pour se concentrer sur les wagons isolés Bref, La mise à mort programmée.

Gouvernement et Canicule : mise en place d’ un numéro de téléphone !

Gouvernement et Canicule : mise en place d’ un numéro de téléphone !


Face à la canicule , la Première ministre active le numéro de téléphone du plan anti chaleur. Un plan qui se résume surtout à des mesures d’information concernant la température . Un plan bâti à la hâte par le ministère de l’écologie et qui se résume surtout un constat de la montée des températures, de leurs facteurs structurels et des recommandations pour rester au frais ! Pour l’essentiel, le plan vise à informer et à surveiller les personnes âgées

Les grands axes du plan

La mise en œuvre des mesures de protection des personnes vulnérables hébergées en institutions (établissements accueillant des personnes âgées, établissements pour personnes handicapées) ou hospitalisées en établissements de santé .

Le repérage individuel des personnes vulnérables, grâce au registre des personnes fragiles ou isolées tenu par les communes ;
L’alerte, sur la base de l’évaluation biométéorologique faite par Météo-France et Santé publique France ;
La solidarité vis-à-vis des personnes vulnérables, mise en œuvre grâce au recensement et aux dispositifs de permanence estivale des services de soins et d’aide à domicile et des associations de bénévoles ;
Le dispositif d’information et de communication, à destination du grand public, des professionnels et des établissements de santé.
Le ministère chargé de la santé et Santé publique France diffusent des supports d’information auprès du public local, notamment les personnes vulnérables ainsi qu’aux partenaires et relais (médias, associations, collectivités locales…).

Canicule : mise en place un numéro de téléphone !

Canicule : mise en place un numéro de téléphone !


Face à la canicule , la Première ministre Active le numéro de téléphone du plan anti chaleur. Un plan qui se résume surtout à des mesures d’information concernant la température . Un plan bâti à la hâte par le ministère de l’écologie et qui se résume surtout un constat de la montée des températures, de leurs facteurs structurels et des recommandations pour rester au frais !
Pour l’essentiel, le plan vise à informer et à surveiller les personnes âgées

Les grands axes du plan

La mise en œuvre des mesures de protection des personnes vulnérables hébergées en institutions (établissements accueillant des personnes âgées, établissements pour personnes handicapées) ou hospitalisées en établissements de santé .

Le repérage individuel des personnes vulnérables, grâce au registre des personnes fragiles ou isolées tenu par les communes ;
L’alerte, sur la base de l’évaluation biométéorologique faite par Météo-France et Santé publique France ;
La solidarité vis-à-vis des personnes vulnérables, mise en œuvre grâce au recensement et aux dispositifs de permanence estivale des services de soins et d’aide à domicile et des associations de bénévoles ;
Le dispositif d’information et de communication, à destination du grand public, des professionnels et des établissements de santé.
Le ministère chargé de la santé et Santé publique France diffusent des supports d’information auprès du public local, notamment les personnes vulnérables ainsi qu’aux partenaires et relais (médias, associations, collectivités locales…).

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol