Archive pour le Tag 'ministre'

Page 6 sur 6

Michèle Delaunay : une ministre modante

Michèle Delaunay : une ministre modante

Le chien de Michèle Delaunay pose quelques . , Dixie, le berger allemand de la ministre en charge des Personnes âgées, aurait mordu un enfant de 9 ans, ce dimanche.  Alors que la ministre se promenait sur la plage de la Gravière, à Hossegor, dans les Landes, la laisse de l’animal aurait rompu, et le chien se serait précipité sur un jeune enfant en vacances sur place, le mordant légèrement à la lèvre.La famille de l’enfant n’aurait pas souhaité déposer plainte, précise Le Parisien, qui indique également que les CRS chargés de surveiller la plage sont intervenus mais qu’aucun procès-verbal n’a été dressé.Et l’entourage de Michèle Delaunay, qui a confirmé l’incident, a tenu à le minimiser, évoquant une « griffure et non une morsure ». L’enfant et sa mère doivent revoir la ministre et son chien dans les prochains jours, afin d’éviter tout traumatisme.Problème: il s’agit d’une récidive pour Dixie. Le berger allemand avait en effet déjà fait parler de lui en février dernier, lorsqu’il avait été accusé d’avoir mordu un policier municipal, à Bordeaux. Le journal Sud-Ouest avait, à l’époque, rapporté un compte-rendu de police daté du 23 février, selon lequel « l’agent 378 (avait) salué verbalement une personne [la ministre, ndlr] et dans le même temps l’animal -un berger allemand- (sautait) sur l’agent en le mordant au bras à deux reprises », sans le blesser. La ministre s’était alors empressée de démentir les faits, assurant que, lorsque l’agent municipal s’était approché d’elle, alors qu’elle se tenait sur le perron de sa porte, le chien avait « défendu sa maîtresse », « comme tout bon chien » et avait alors « effleuré » le bras du policier.  Michèle Delaunay, assurant que son animal « n’est pas du tout agressif », avait dénoncé un coup monté par la majorité municipale UMP et regretté un « non-événement » sur fond de campagne pour les municipales à Bordeaux. « L’intention de cet évènement provoqué est révélée par le fait que c’est un conseiller municipal de la majorité qui a averti le journal », avait-elle ainsi déclaré à Sud-Ouest.

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll marche sur des œufs

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll marche sur des œufs

 

Le ministre assistera à la réunion entre les producteurs d’œufs et le préfet de Bretagne qui aura lieu mardi, une  réunion entre producteurs d’œufs était bien programmée mais pas aussi tôt et sans ministre. Elle aura lieu mardi avec la présence du ministre de l’agriculture mais sous la présidence du préfet. Histoire de ne pas mettre le gouvernement trop en avant, un gouvernement qui ne sait pas trop quoi faire et de ne veut pas trop se mouiller.  L’annonce de cette réunion avait incité les producteurs à suspendre temporairement les opérations de destruction d’oeufs en Bretagne, alors qu’ils protestaient contre la faiblesse des cours.  Le ministère a déclaré dimanche soir que cette rencontre, annoncée dans un premier temps pour « la semaine prochaine » et sous l’égide du seul préfet, aurait bien lieu mardi en préfecture de région et en présence de Stéphane Le Foll.  Samedi, les producteurs avaient assuré à l’AFP sous couvert d’anonymat qu’il « n’y aura(it) pas d’action samedi soir ni dimanche soir ».   »Il y a une réunion en préfecture la semaine prochaine. Donc on laisse ce répit, en attendant les résultats de cette réunion », a indiqué l’un d’eux. « Mais s’il n’y a pas de résultats, ça va faire mal la semaine prochaine », a prévenu un autre.  Réunis au sein d’un collectif informel, les producteurs bretons d’oeufs, qui ne se revendiquent d’aucune organisation syndicale, ont cassé des centaines de milliers d’oeufs la semaine dernière, pendant quatre jours de suite.  Ils dénoncent notamment la situation de surproduction d’oeufs en France et réclament des mesures d’urgence pour faire remonter les cours, promettant de radicaliser leurs actions si rien n’est fait.

 

Fraude fiscale ; le ministre du budget veut contrôler la justice

Fraude fiscale ; le ministre du budget veut contrôler la justice

 

 

 

Le ministre du budget ne veut pas que la justice agisse de sa propre initiative en matière de fraude fiscale. En se demande bien pourquoi il y a une exception sur la fiscalité quand il ‘en en a pas sur les autres objets de délits. A moins de favoriser les petits arrangements entre l’administration et les fraudeurs comme cela a lieu pour la plupart des grandes sociétés ? Dans une interview au quotidien Libération de mercredi, le ministre explique qu’il veut « renforcer la coopération entre le fisc et la justice » pour lutter contre la fraude fiscale. Mais il veut maintenir le monopole de l’administration fiscale, seule habilitée via la commission des infractions fiscales (CIF) à saisir la justice.  Un tel assouplissement, indique Libération, est l’objet d’un des amendements adopté en Commission au Sénat au projet de loi de la lutte contre la fraude fiscale, examiné au Sénat à partir de mercredi.  Dans une tribune publiée mardi déjà dans Libération, plusieurs personnalités dont des magistrats et des avocats appelaient à « faire sauter le +verrou de Bercy+ ». Ils dénonçaient ce monopole, y voyant une possibilité de « filtrage » de la part de l’administration, qui dispose ainsi « d’un dangereux pouvoir d’opportunité qui peut malheureusement se transformer en opportunisme ».  Le ministre assure qu’ »il ne sert à rien d’opposer l’administration fiscale à la justice, cela profiterait aux fraudeurs ».  Au contraire, son projet de loi, rappelle-t-il, vise à « favoriser l’articulation entre l’administration de Bercy et celle de la Place Vendôme en renforçant leurs moyens ». Il cite ainsi la création du délit de « fraude fiscale en bande organisée » qui va permettre aux enquêteurs de bénéficier de moyens renforcés comme « les infiltrations, les écoutes ou les gardes à vue prolongées » ou encore « la création d’un procureur financier à compétence nationale ».   »Cette idée que l’administration fiscale serait molle et la justice dure est une idée fausse. Les deux sont rigoureuses. C’est en faisant travailler ensemble le fisc et la justice que l’on rattrapera les fraudeurs », assure-t-il encore.

 

La ministre de l’exclusion ne veut pas payer son repas au restaurant ; une bonne manière de lutter contre l’exclusion

La ministre de l’exclusion ne veut pas payer son repas au restaurant ; une bonne manière de lutter contre l’exclusion

35 euros dans un restaurant chic de Marseille ! Trop cher pour la ministre l’exclusion qui veut payer seulement 15 euros. La ministre a raison d’autant que la plupart du temps comme ses collègues ministres ou parlementaires, elle a l’habitude de ne rien payer (petits avantages en plus des 10 000 euros mensuels). Les repas devraient être  gratuits, pour tous même dans les restos chics ! Un restaurateur marseillais a donc porté plainte contre la ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, l’accusant d’avoir organisé un dîner dans son établissement sans régler l’addition. Selon Le Point.fr, mardi 11 juin, celle qui est aussi candidate à la mairie de Marseille a en effet organisé un dîner-débat le 4 mai au Don Corleone, « un restaurant chic de la cité phocéenne ». Un dîner qui a tourné au vinaigre, puisque deux participants en sont venus aux mains avant le dessert, provoquant une bousculade et, accessoirement, l’exfiltration de la ministre par les policiers du service de protection des hautes personnalités (SPHP). « Le restaurateur s’est alors retrouvé avec sa note non payée », raconte le site internet de l’hebdomadaire. « La collaboratrice de Marie-Arlette Carlotti m’a rapidement rassuré et a laissé un message vocal pour dire que, malgré les incidents, la ministre réglerait la note », témoigne le patron du restaurant. Mais un mois plus tard, l’addition, qui s’élève à 1 120 euros, reste impayée. Toujours selon le restaurateur, les collaborateurs de la ministre auraient fait savoir que, faute de dessert, ils ne régleraient pas la totalité de la note. « Selon une source judiciaire marseillaise, la ministre discuterait du prix, ne souhaitant régler que 15 euros le repas au lieu des 35 réclamés par le restaurateur », précise Le Point.fr.  Evoquant « une escroquerie », Marie-Arlette Carlotti a fait savoir qu’elle portait plainte pour dénonciation calomnieuse. Sur son blog, la ministre affirme qu’elle n’était pas « la force invitante » du dîner, et qu’il est donc « normal que les personnes présentes règlent leur part ».

 

Spanghero : tué par un ministre sauvé par un autre !

Spanghero : tué par un ministre sauvé par un autre !

Benoit Hamon a tué Spanghero mais le  ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot veut sauver l’entreprise !, il a promis lundi à Montpellier que le gouvernement allait « au combat » aux côtés des 240 salariés de Spanghero pour sauver cette entreprise de Castelnaudary (Aude), au coeur du scandale de la viande de cheval et qui a été placée vendredi en liquidation judiciaire.   »Nous sommes au combat et nous allons conduire ce combat ensemble » avec les employés et les élus, a dit le ministre, à l’issue d’une rencontre d’urgence avec des représentants du personnel et des responsables politiques locaux.  Cette réunion a servi à définir « une méthode de travail, mais surtout une méthode de combat pour l’emploi », selon le ministre.  Cependant, a-t-il admis, « je ne dis pas que le combat sera gagné, je dis simplement aujourd’hui que nous allons livrer ce combat avec toute l’énergie qu’il faut », soulignant l’importance du savoir-faire du personnel de Spanghero.  Spanghero, prise dans la tourmente depuis février, a été mise en liquidation judiciaire vendredi, avec la possibilité de poursuivre ses activités pendant trois mois, peut-être six. Durant cette période, le propriétaire actuel, la coopérative basque Lur Berri, va chercher à vendre l’entreprise, qui perdrait 200.000 euros par semaine. Les salariés s’attendent à l’annonce d’un plan social dès cette semaine.

La Suisse bloque les 10 millions d’un ministre socialiste grec

La Suisse bloque les 10 millions d’un ministre socialiste grec

  •  

Les procureurs suisses ont gelé 10 millions de francs suisses d’avoirs (8 millions d’euros) liés à l’ancien ministre grec de la Défense Akis Tsohatzopoulos, condamné pour corruption, et enquêtent pour déterminer si des intermédiaires établis en Suisse l’ont aidé à blanchir de l’argent. Dans son rapport annuel, publié vendredi, le ministère public de la Confédération note que « l’arrestation en Grèce d’un ancien ministre de la Défense, membre dirigeant d’un parti politique, et de son cousin a incité plusieurs banques à réexaminer certaines relations d’affaires ». Une enquête est en cours afin « d’établir si la participation au blanchiment d’argent de personnes agissant en Suisse peut être prouvée, et si, en ce qui concerne les banques, la responsabilité de l’entreprise est engagée ». « Cette situation présente un risque considérable pour la réputation non seulement des banques impliquées, mais de la Suisse elle-même », poursuit le MPC. Akis Tsohatzopoulos est devenu en Grèce l’incarnation de la corruption et des dérives de la classe politique. Il a été condamné début mars par la justice grecque à huit ans de prison pour corruption et fraude fiscale. Les juges ont sanctionné son incapacité à expliquer son train de vie fastueux. Naguère cadre influent du Parti socialiste (Pasok), Akis Tsohatzopoulos, qui a mis fin à sa carrière politique en 2009, nie toute malversation et envisage de faire appel. Une autre procédure en cours porte sur son acquisition d’une villa luxueuse d’Athènes, qui aurait été financée par le blanchiment d’argent via des centres financiers offshore.

Chypre: démission du ministre des Finances et enquête pour fraude

Chypre: démission du ministre des Finances et enquête pour fraude

Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d’enquêter sur la façon dont l’île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage européen assorti de mesures draconiennes.  M. Sarris a indiqué à des journalistes avoir décidé de quitter son poste car l’enquête doit se pencher sur la période pendant laquelle il dirigeait en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage.  Haris Georgiades, actuellement ministre du Travail, doit être investi en tant que nouveau ministre des Finances mercredi.  Le président Nicos Anastasiades a remercié M. Sarris pour sa participation au gouvernement, mis en place il y a à peine plus d’un mois, soulignant que « la décision de M. Sarris de donner sa démission (…) pour faciliter le travail de la commission d’enquête, constitue un phénomène culturel nouveau dans la vie politique chypriote ».  M. Sarris avait été nommé à la tête de la Laïki début 2012, avant de démissionner en août 2012, sur demande du gouverneur de la Banque centrale.  Le président Anastasiades a appelé les trois juges formant la commission d’enquête, qui ont trois mois pour rendre leurs conclusions, à se pencher « en priorité » sur sa propre personne et sur sa famille.  Les médias chypriotes bruissent ces derniers jours de rumeurs sur des transferts financiers effectués par des proches de M. Anastasiades, de son prédécesseur communiste, Demetris Christofias, ou d’autres personnalités politiques. Outre des accusations de transferts douteux, la commission doit aussi enquêter sur une liste de personnalités politiques et leurs proches qui auraient bénéficé d’effacements de dettes ces cinq dernières années auprès de banques chypriotes.  Le gouvernement chypriote et ses créanciers internationaux sont parvenus mardi à un protocole d’entente qui donne à Chypre jusqu’à 2018, soit deux années de plus qu’initialement prévu, pour atteindre les objectifs exigés en contrepartie du prêt de 10 milliards d’euros.  Le plan de sauvetage européen a été assoupli, en donnant notamment un peu plus de temps à l’île pour réduire son déficit, afin de « réduire la pression sur l’économie » chypriote, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides.  Chypre a désormais cinq ans pour atteindre un excédent primaire (hors service de le dette) de 4% du PIB.  Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d’euros, au prix d’une restructuration drastique de son système bancaire qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux plus grandes banques de l’île.  Les comptes dépassant 100.000 euros sont gelés à la Laïki et la Bank of Cyprus. La première doit être liquidée, et les gros comptes de la seconde doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu’à 60%.  Les petits comptes de la Laïki ainsi que tous les prêts vont être transférés à la Bank of Cyprus où ils fonctionneront normalement.  Un cadre de la banque centrale chypriote, Yiangos Demetriou, a indiqué à la radio nationale que les clients de la Bank of Cyprus pourraient avoir accès à 10% de leurs dépôts au-delà de 100.000 euros, le reste restant immobilisé le temps que soit déterminée l’ampleur de la ponction nécessaire pour remplir les conditions du plan de sauvetage. Il est déjà acquis qu’au moins 37,5% de leurs fonds seront transformés en actions.  Parallèlement, la banque centrale continue d’assouplir peu à peu les restrictions sur les mouvements de fonds. Pour les entreprises, les transferts sont libres jusqu’à 25.000 euros, au lieu de 5.000 jusque là, et il est désormais possible d’émettre des chèques allant jusqu’à 9.000 euros. Pour les particuliers, les retraits sont limités à 300 euros par jour et par personne. Les virements bancaires restent impossibles vers l’étranger et limités vers Chypre même.  En attendant, la solidarité s’organise avec les victimes de la crise économique. Lundi soir une foule immense a assisté à Nicosie à un concert d’artistes grecs et chypriotes à l’initiative d’associations caritatives afin de collecter des denrées alimentaires.

 

Lamy futur ministre ?

Lamy futur ministre ?

 

 

Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, dont le mandat se termine semble se positionner comme futur ministre. Malheureusement, il commence par déclarer maladroitement que l’heure n’est à pas à la relance de la croissance or c’est le problème essentiel à résoudre ! ; Lamy  a présenté sur Europe 1 les évolutions nécessaires selon lui pour relancer la machine économique française. « Nous avons besoin de dirigeants politiques, économiques et syndicaux qui aient la bonne vision de ce monde. Pour les années à venir, il faut aller chercher la croissance là où elle se trouve, c’est-à-dire hors de France », estime-t-il. Pour Pascal Lamy, « la France est un pays dont beaucoup d’énergies sont encore bridées, contraintes. Il y a un vrai potentiel, mais à un certain nombre de conditions qui ne sont pas réunies ». Le directeur général de l’OMC liste un certain nombre de mesures qui favoriseraient la relance de la croissance : « Il faut réformer l’appareil d’Etat, trop lourd dans un pays moderne comme la France. Il faut laisser davantage de place aux initiatives, accepter que l’égalité de tout le monde partout n’est pas la bonne norme, et laisser les partenaires sociaux négocier sans que l’Etat n’intervienne, comme chez Renault par exemple. Ce genre de ‘deal’, qui prend en compte les besoins de sécurité des salariés et de compétitivité des employeurs, est plutôt prometteur ».

Royal : « pas désignée par le gouvernement » ? Si, pour éviter qu’elle ne redevienne ministre

Royal : « pas désignée par le gouvernement » ? Si, pour éviter qu’elle ne redevienne ministre

Ségolène s’est crue obligée de faire une mise au point sur sa nomination comme vice présidente de la nouvelle BPI. Personne n’y croit en réalité ; En effet après avoir exprimé assez fort (trop fort sans doute) son désir de revenir aux affaires nationales Hollande était particulièrement embarrassé compte tenu de relations déplorables entre Ségolène et Trierweiler. Hollande contourne ainsi l’obstacle en la nommant à la BPI. Ceci étant, Ségolène Royal (PS) a souligné qu’elle avait été « désignée par l’Association des régions de France » pour siéger au conseil d’administration de la BPI et « pas par le gouvernement », réfutant des déclarations de l’opposition dénonçant une « république des copains ». « Je siège à ce Conseil d’administration en tant que présidente de région, désignée par l’Association des régions de France et pas par le gouvernement », a déclaré la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Le Foll, ministre de l’agriculture « découvre » les circuits de distribution

Le Foll, ministre de l’agriculture « découvre » les circuits de distribution

Le ministre « découvre » la complexité des circuits de distribution et le système de trading sur les denrées alimentaires. ; Il y a du progrès pour le ministre de l’agriculture ; bien entendu nous avons le meilleur système de contrôle au monde et il n’y a aucune faillite des contrôles de l’Etat. Il a encore beaucoup à découvrir notre ministre !La multiplication des intermédiaires mise en évidence par l’affaire des plats surgelés à la viande de cheval en lieu et place de bœuf engendre une confusion telle qu’elle risque de provoquer de gros problèmes, a déclaré lundi le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.   »Il faut sortir de ce brouillard, parce qu’on pourra toujours revendiquer une traçabilité, fixer des règles où chacun est responsable de l’application de la règle, mais si le système est à ce point brouillé, si le brouillard est tellement épais que plus personne ne s’y retrouve, on finira par avoir de gros problèmes », a déclaré le ministre sur la radio RTL. « Je découvre la complexité des circuits et de ce système de jeux de +trading+ entre grossistes à l’échelle européenne », a ajouté le ministre.  Les premiers éléments de l’enquête menée par les autorités françaises sur l’affaire des plats surgelés à la viande de cheval mettent en lumière un circuit commercial international.  La viande en cause, d’origine roumaine, aurait transitée par un trader néerlandais, puis chypriote, avant d’arriver chez un fournisseur français, Spanghero, et d’être redirigée vers le préparateur, Comigel.  Le nombre d’intermédiaires est tellement important qu’il y a une perte de capacité à maîtriser la traçabilité », a ajouté le ministre, pour qui cette affaire relève d’une fraude. « Il y a des gens qui fraudent, qui cherchent à tricher », selon lui.  Il a en revanche réfuter toute faillite des systèmes de contrôle mis en place par l’Etat.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Le ministre russe Depardieu, devant la justice

Le ministre russe Depardieu, devant  la justice

Le comédien franco-belgo-russe de 64 ans est visé par une « comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité » (CRPC), formule simplifiée et alternative au procès souvent réservé aux auteurs d’infraction routière: le 29 novembre à Paris, victime d’un accident de scooter sans gravité, il avait été contrôlé avec un fort taux d’alcool dans le sang, 1,8 g par litre de sang alors que le taux autorisé en France est limité à 0,5 g.  Me Eric de Caumont, avocat spécialisé dans la défense des automobilistes, a indiqué à l’AFP que lui-même se rendrait au tribunal à 9h30 pour rencontrer, comme prévu, le représentant du parquet et lui réitérer sa demande de renvoi de la CRPC.  Mais la règle de cette procédure, également appelée « plaider coupable », est sans ambiguïté: « Soit Gérard Depardieu se présente demain et la CRPC a lieu, soit il ne se présente pas et il y aura un renvoi devant le tribunal correctionnel », rappelle-t-on au parquet.  Contrairement à un procès en correctionnel, la présence du prévenu est obligatoire aux deux moments qui composent la CRPC: tout d’abord un face à face dans le bureau d’un représentant du parquet qui propose une peine sanctionnant l’infraction, puis, si la peine est acceptée, une brève audience publique devant un juge chargé d’homologuer cette proposition de peine.  La conduite en état d’ivresse est passible de 4.500 euros d’amende et d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison, en plus du retrait de 6 points sur le permis de conduire.

 

Depardieu, ministre de la Culture viticole en Russie ?

Depardieu, ministre de la Culture viticole en Russie ?

Sur le tarmac de l’aéroport de Saransk, capitale de la région où vivent 300.000 personnes, des femmes en costumes traditionnels russes ont chanté pour célébrer son arrivée. Le gouverneur, Vladimir Volkov, était aussi présent et a offert à la star venue fêter le Noël orthodoxe, fêté le 7 janvier, un appartement ou une maison. Vladimir Volkov a proposé à Gérard Depardieu de choisir un appartement ou un endroit pour se construire une maison. Les autorités locales ont promis à l’acteur de lui « construire une maison au cœur des magnifiques forêts de Mordovie et au bord de l’Insar », une rivière locale. « Au bord des forêts de bouleaux, je m’y sens bien », écrivait le comédien dans sa lettre d’amour à la Russie, après avoir obtenu la citoyenneté. En Mordavie, « Gégé » sera servi. Mais la région est moins connue pour ses attraits touristiques que pour la vingtaine de camps de prisonniers qu’elle abrite et dont la création remonte à l’époque stalinienne. C’est d’ailleurs dans un camp de Mordovie que l’une des deux jeunes femmes du groupe Pussy Riot, condamnées à deux ans de camp pour une prière anti-Poutine, purge sa peine.  Avant de se voir offrir un logement, Gérard Depardieu a reçu samedi soir un passeport russe, sur décision du président Vladimir Poutine. Les chaînes russes ont diffusé des images montrant une accolade entre les deux hommes. « Est-ce que tu as vu mon film ? », entend-on l’acteur demander au président russe, qui le questionne à son tour : « Gérard, es-tu satisfait de ton travail ? ». Ce à quoi « Gégé » répond : « je suis vraiment très satisfait de tout ». D’après l’agence russe Ria Novosti, qui cite une source locale, Gérard Depardieu s’est même vu proposer le poste de ministre de la Culture de la république de Mordovie. « Si M. Depardieu le souhaite, nous pouvons lui proposer ce poste », a déclaré le gouverneur selon l’agence qui précise que l’acteur s’est dit flatté, mais a indiqué qu’il ne pourrait prendre une telle décision qu’après avoir découvert plus en détail la culture de la république de Mordovie. La visite de Gérard Depardieu en Russie ne devrait pas se prolonger trop longtemps : l’acteur est en effet convoqué mardi au palais de justice de Paris. Il a beau détenir un passeport russe, il n’en est en effet pas moins attendu par les juges français pour s’expliquer sur des faits de conduite en état d’ivresse. Gérard Depardieu a été contrôlé le 29 novembre dernier à Paris avec un fort taux d’alcool dans le sang, 1,8 g par litre de sang, bien au-dessus de la limite autorisée de 0,5 g. Sa présence est obligatoire au tribunal, où il fait l’objet d’une procédure de « plaider coupable ». Un représentant du parquet devrait lui proposer une peine sanctionnant son infraction, puis, si la peine est acceptée, Gérard Depardieu devrait participer à une brève audience publique.

 

Déserts médicaux : La ministre de la Santé propose 2300 euros mensuels pour 35 heures !

Déserts médicaux : La ministre de la Santé propose  2300 euros mensuels pour 35 heures !

 

La ministre Marisol Touraine qui est à la santé ce que Montebourg est à l’industrie propose un salaire minimum de 4600 euros garantis pendant deux ans aux jeunes médecins. Cela pour lutter contre les déserts médicaux ; elle oublie quelques détails, en rase campagne, ces médecins font environ 70 heurs par semaine en moyenne, soit le double d’un salarié classique. En réalité un médecin gagne alors 2300 euros pour 35 heures après de l’ordre de 12 ans d’études spécialisées. Autre détail, les horaires, début de journée vers 8 heures et fin de journée vers 21 heures. En plus des permanences contraignantes y compris la nuit. Or les jeunes médecins ne veulent de ces conditions sociales surtout dans des zones rurales inadaptées  pour leurs épouses, leurs enfants et eux mêmes (environnement, loisirs, équipements, scolarité). Cette incitation financière ne changera rien. Ministre de la Santé annonce une garantie minimum de revenus annuels pour les jeunes médecins qui s’installent dans les déserts médicaux : 55.000 euros par an. Dans un entretien à la chaîne M6, Marisol Touraine précise que si l’activité des praticiens ne permet de parvenir à ce montant, l’Etat paiera la différence.

Duflot dans un ministère de l’environnement toujours aussi bidon ?

Duflot dans un ministère de l’environnement toujours aussi bidon ?

 

 

Duflot quitte ses fonctions chez les verts et se prépare à entrer au gouvernement. « Le gouvernement qui vient, la majorité qui vient, doit être celle de l’audace, du changement, nous devons faire ce pari » et « passer clairement à une écologie de l’action et de la responsabilité », « sans chercher le pouvoir pour le pouvoir » mais avec l’idée de « transformer le pouvoir », leur a dit Cécile Duflot.  La secrétaire nationale d’EELV, qui pourrait devenir ministre, a souligné la « fierté des écologistes à avoir apporté leur pierre » à la victoire car « 51,6% (total de François Hollande, ndlr) moins 2,3% (score d’Eva Joly), ça ne fait pas 50%! »  Alors, on a « l’obligation au moins d’essayer », a estimé la candidate aux législatives à Paris, car « jouer la défaite dans cinq ans en espérant ramasser la mise », comme le fait le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, ce n’est pas une bonne tactique: « la droite et l’extrême droite peut-être rassemblées » l’emporteront.  Sans ministres EELV, « les écologistes aboieront et la caravane du productivisme continuera son chemin comme si de rien n’était », a également jugé l’ex-candidate Eva Joly, dont certains responsables disent qu’elle veut aussi sa place au gouvernement malgré son désastreux score de 2,3% du premier tour. Alors y aura-t-il un ministère de l’Environnement pour un « écolo », peut-être Cécile Duflot? Si c’est le cas, à EELV, on souhaite que son périmètre soit au moins égal à celui qu’avait Nathalie Kosciusko-Morizet (écologie, développement durable, transports et logement). La preuve que les verts politisés n’ont rien compris car ce ministère n’a jamais existé même sous Borloo ; En réalité ce ministère regroupe essentiellement l’ancien ministère des transports et de l’équipement dont on a repeint en vert les administrations. Ainsi le conseil général des ponts, les plus ardents défenseurs des infrastructures routières à n’importe quelles conditions est devenu le conseil général de l’environnement, avec les mêmes ou presque ; En outre et surtout le nucléaire, l’énergie en général, l’industrie, l’agriculture ou la chimie ou la pharmacie ont échappé à la responsabilité de ce ministère bidon.  Dans ces conditions, il n’est guère dangereux d’y mettre Duflot. L’environnement mérité mieux, d’abord un positionnement auprès du Premier ministre ensuite une personnalité d’une autre épaisseur.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol