Archive pour le Tag 'minimale »'

Pesticides: une distance minimale ridicule vis-à-vis des habitations

Pesticides: une distance minimale ridicule vis-à-vis des  habitations

 Le gouvernement n’a sans doute pas peur du ridicule en prenant un arrêté qui impose une distance de 5 à 10 m entre les champs traités et les habitations. On sait que certains maires réclamaient une distance de 100 à 150 m. On peut voir dans cette de décision toute la contradiction qu’il y a entre les discours grandiloquents du gouvernement sur l’environnement et les mesures concrètes prises. La puissance d’émission des pour les pesticides et autres produits chimiques contamine forcément les espaces voisins jusqu’à des dizaines de mètres. Il suffit pour s’en rendre compte de résider par exemple à proximité de vignes ou de pommiers, les cultures qui subissent le plus de traitements,  pour savoir que cette distance de 5  à 10 m est inefficace. 

Dans un décret  en vigueur au 1er janvier 2020, l’exécutif a donc décidé de fixer une distance minimale nationale entre les champs sous pesticides et les habitations ou les écoles. Elle sera de 5 mètres pour ceux de culture basse (légumes) et de 10 mètres pour ceux de culture haute (céréales, arbres fruitiers…). Le gouvernement dit s’appuyer sur les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).Le militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, fondateur et président de la fondation « GoodPlanet », a violemment réagi sur  BFM à l’annonce de la publication de ce décret: 

« J’ai l’impression que c’est un poisson d’avril. Je ne peux pas croire qu’aujourd’hui les lobbies soient plus forts que la santé de la population et que la santé publique. C’est même insultant pour les gens qui se battent depuis si longtemps contre les pesticides. Je n’en reviens pas. Je suis atterré par ce que j’entends. Après avoir entendu ce qu’a dit le président Macron sur les conséquences sur la santé de l’épandage des pesticides et voir qu’il prend ces arrêtés, je n’y crois pas ». 

Le photographe de 73 ans a également souligné que « la France est l’un des plus gros consommateurs de pesticides en Europe ».

« Emmanuel Macron est en train de passer à côté de quelque chose de très important pour devenir un grand président. C’est ridicule! », a-t-il ajouté.

Merkel et l’Europe : une solution commune mais minimale avec Macron

Merkel et l’Europe :  une solution commune mais minimale avec Macron

Une nouvelle fois Merkel a affirmé sa volonté de renforcer l’Europe. La même promesse qu’elle a déjà faite à Sarkozy, puis Hollande. Le problème c’est que l’Allemagne et la France ne sont pas d’accord sur grand-chose. Pour résumer la France veut un budget commun, un ministre de l’économie et des emprunts européens. Merkel ne veut surtout pas de mutualisation des emprunts qui serait une manière de mutualiser aussi les dettes et l’irresponsabilité en matière de gestion budgétaire. Merkel veut bien d’un ministre de l’économie mais aux pouvoirs très limités. Merkel accepterait un budget  mais dans une enveloppe très réduite. Par contre la chancelière allemande accepterait le concept de fonds monétaire européen mais avec des critères d’indépendance tels que ceux qui sont exercés par la banque centrale européenne. La déclaration de Merkel n’est pas neutre elle vise aussi à séduire les sociaux-démocrates allemands très européens à fin de faciliter une nouvelle coalition entre socialistes et conservateurs. Mais une fois constituée cette coalition il ne faut guère espérer que l’Allemagne acceptera d’être solidaire des dérives financières de la France et d’autres pays. De ce point de vue Macron, comme Sarkozy, comme Hollande, rêve un peu. «Nous allons trouver une solution commune, car c’est nécessaire pour l’Europe». La déclaration d’Angela Merkel, vendredi à Bruxelles, aux côtés d’Emmanuel Macron est forte. «Nous voulons arriver d’ici à mars à rapprocher nos positions», a ajouté la chancelière, lors de cette conférence de presse, au Conseil européen. «Quand on veut, on peut», a-t-elle insisté. La volonté de Berlin de travailler main dans la main avec Paris pour renforcer la zone euro était affichée avec une clarté sans doute inédite depuis l’élection du 24 septembre en Allemagne qui a privé Angela Merkel de majorité. Reste à savoir quelle pourrait être cette «solution commune»? Avant de trouver un compromis avec les propositions de Paris, notamment formulées par le président français lors de son discours de la Sorbonne, Angela Merkel devra en élaborer un avec les sociaux-démocrates (le SPD) prêts à entamer des discussions en janvier pour reconduire une grande coalition au Bundestag. Difficulté pour la chancelière sortante: le leader du SPD Martin Schulz est dans la surenchère pro-européenne. N’a-t-il pas appelé de ses vœux, le 7 décembre dernier, la création des «États-Unis d’Europe». «C’est de la folie!», commente un Allemand qui connaît la chancelière de longue date et a aussi l’oreille du président français.

Réforme APL « minimale »

Réforme  APL « minimale »

Le gouvernement voulait réformer ces dispositifs très couteux, en réservant ces aides au logement aux étudiants « qui en ont le plus besoin ». Finalement, après plusieurs rapports, les aides au logement seront réformées à minima : le gouvernement veut s’éviter une nouvelle polémique sur le pouvoir d’achat.   La réforme est explosive, les parlementaires inquiets à l’approche de la présidentielle, mais Bercy s’autorise malgré tout à grappiller 225 millions d’euros sur les APL l’an prochain.  Première mesure, l’aide au logement sera modulée en tenant compte non seulement des revenus des bénéficiaires, mais aussi, c’est nouveau, de leur patrimoine. Autrement dit s’ils ont une résidence secondaire de bon standing par exemple, ou un Livret A bien rempli.  Ensuite, le gouvernement veut instaurer des loyers plafond pour lutter contre les effets inflationnistes des APL. Dans l’entourage de la ministre du logement, Sylvia Pinel, on évoque deux fois le loyer maximum actuel, c’est à dire environ 580 euros pour un adulte en Ile de France. Un demi-million de personnes seraient concernées. Un décret fixera le montant de ces plafonds, en tenant compte du marché de l’immobilier.  Enfin, les salariés de moins de 25 ans devront désormais déclarer leurs salaires pour toucher les APL. Dans l’entourage de Sylvia Pinel, on marche sur des œufs, en prenant soin de répéter qu’on ne touchera pas aux aides pour les étudiants. Pas question de risquer un faux pas au moment où le gouvernement affirme que la cure d’austérité est terminée.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol