Archive pour le Tag 'mineurs'

Couvre-feu à Joué les tours (37) pour les mineurs jusqu’au 24 janvier

Couvre-feu à Joué les tours (37) pour les mineurs jusqu’au 24 janvier

En raison de violences récurrentes, Un couvre feu a été décrété Joué les Tours.  Dans la banlieue chaude  de Tours. Une Problématique qui ne concerne pas seulement les grandes villes comme Paris, Lyon, Marseille par exemple mais à peu près toutes les métropoles, aussi les villes moyennes et même les petites villes autour de 10 000 habitants. Officiellement on compte près de 800 zones urbaines sensibles en France mais le chiffre est beaucoup plus important (ZUS). Cela concernerait 10 % de la population. En réalité il y a au moins cinq ou six fois plus de zones sensibles qu’officiellement. Ainsi par exemple à Tours on compte seulement quatre zones sensibles quand il y en a au moins 25 si on intègre les banlieues comme Joué-lès-Tours par exemple. Chaque jour, chaque nuit des violences sont commises et l’ordre voyou ce substitut à l’ordre républicain sur fond  le plus souvent de trafic de drogue. Une violence d’ailleurs souvent masquée par les responsables politiques mais aussi par les médias qui ne souhaitent pas évoquer par exemple le nombre de voitures brûlées presque chaque jour où le nombre d’agressions. Un voile pudique et posé sur ce phénomène sociétal. Pas étonnant Macron lui-même a enterré le rapport Borloo qui proposait un véritable plan de transformation des banlieues. Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a aussi démissionné en raison de l’ignorance de ces problèmes par le pouvoir.  A partir de lundi 24 décembre au soir et pour une durée d’un mois, la mairie de Joué-Lès-Tours instaure donc un couvre-feu pour les mineurs de moins de 17 ans, rapporte France Bleu Touraine. Les jeunes qui seraient surpris non accompagnés la nuit dans la rue seront ramenés à leur domicile par les forces de l’ordre. Aucun mineur de moins de 17 ans ne pourra sortir dans la rue la nuit sans être accompagné d’un adulte. Un couvre-feu qui s’applique entre 22 heures et 6 heures dans les quartiers de la Rabière, du Morier, de la Vallée Violette et du centre-ville, alors que la ville a été ces derniers mois le théâtre d’agressions et de violences. Fin novembre, une vingtaine de voitures avaient été brûlées. « À travers ces actes, c’est l’ensemble des habitants de la ville qui souffre d’un sentiment croissant d’insécurité et d’une image de leur ville qui se dégrade dangereusement », explique la mairie. C’est le maire Frédéric Augis qui a signé l’arrêté municipal instaurant ce couvre-feu pour mineurs.

 

Population des ZUS des principales Unités urbaines

 

Unité urbaine (agglomération) Population ZUS (1999) Rang population ZUS (1999) Population unité urbaine(1999) Rang unité urbaine(1999) Pourcentage ZUS Nombre de ZUS Population moyenne ZUS (1999)
Paris (agglomération parisienne)

1 262 037

1

9 644 507

1

13,1 %

148

8 527

Marseille- Aix-en-Provence

247 022

2

1 349 772

2

18,3 %

18

13 723

Lyon

201 765

3

1 348 832

3

14,2 %

28

6 862

Lille

193 727

4

1 000 900

4

19,4 %

16

12 108

Bordeaux

99 166

5

705 564

7

14,1 %

13

7 628

Creil et son Bassin

83 255

6

86 765

10

19,5 %

10

8 326

Douai-Lens

75 386

7

518 739

9

14,5 %

20

3 769

Nice

53 525

8

888 784

5

6,0 %

5

10 705

Valenciennes

52 620

9

357 395

13

14,7 %

16

3 289

Toulouse

46 657

10

761 090

6

6,1 %

5

9 331

Toulon

46 566

11

298 004

16

15,6 %

9

5 174

Nantes

46 330

12

544 932

8

8,5 %

6

7 722

Rennes

46 227

13

272 263

20

17,0 %

5

9 245

Rouen

45 835

14

389 862

12

11,8 %

10

4 584

Grenoble

41 026

15

419 334

11

9,8 %

7

5 861

Nancy

39 603

16

331 363

14

12,0 %

6

6 601

Montpellier

33 443

17

287 981

19

11,6 %

5

6 689

Metz

30 992

18

322 526

15

9,6 %

6

5 165

Tours

21 235

19

297 631

17

7,1 %

4

5 309

Saint-Étienne

19 951

20

291 960

18

6,8 %

5

3 990

Orléans

N/C

N/C

275 928

23

N/C

6

N/C

Ensemble principales unités urbaines

2 676 739

N/C

20 734 612

N/C

13,1 %

349

7 827

 

Mineurs de Calais : que la France se débrouille (ministère britannique)

Mineurs de Calais : que la France se débrouille (ministère britannique)

 

C’est en substance ce qu’a déclaré le ministère britannique de l’intérieur qui a en quelque sorte intimé l’ordre à la France de se débrouiller avec les mineurs de Calais et en plus d’en prendre bien soin. Pour le ministère britannique, le problème est à régler en France. On sait que la plupart de ces mineurs ont de la famille en Grande-Bretagne qui n’en a accueilli que 300. Or il reste de l’ordre de 1500 « mises à l’abri » par la France. Un porte-parole du ministère britannique de l’Intérieur a déclaré que sa ministre, Amber Rudd, avait insisté jeudi auprès de son homologue français sur la nécessaire protection des enfants qui ne pourront être accueillis au Royaume-Uni. « Tout enfant non éligible ou ne se trouvant pas dans la partie sécurisée du camp doit être pris en charge et protégé par les autorités françaises », a-t-il ajouté. Les ministres de l’Intérieur et du Logement, Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse, ont déclaré jeudi soir avoir pris connaissance « avec surprise » de ces déclarations britanniques. Ils ont estimé dans un communiqué que la France avait assumé ses responsabilités « sans jamais se dérober » et rappelé que 10.886 migrants désireux de passer au Royaume-Uni avaient été « mis à l’abri » depuis un an par la France à partir de Calais et que 1.451 mineurs l’avaient été depuis le 17 octobre. « Dans le même temps et à ce jour, le Royaume-Uni a accepté le transfert sur son sol de 274 mineurs isolés depuis Calais », ajoutent Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse. Ils souhaitent « que le Royaume-Uni prenne rapidement ses responsabilités » et accueille les mineurs isolés ayant des liens familiaux ou « dont l’intérêt supérieur est d’être accueillis » dans ce pays. « C’est la meilleur manière pour eux d’être protégés comme il se doit », concluent-ils.

(Avec Reuters),

1.954 mineurs radicalisés en France, curieux chiffre !

1.954 mineurs radicalisés en France, curieux chiffre !

1.954 mineurs seraient signalés officiellement signalés en France pour leur radicalisation islamiste ; une évaluation qui laisse dubitatif d’abord par son niveau de précision ensuite tout autant par son approximation. Dans le même temps on a évalué le nombre de zones sensibles officiellement à 750. Il y aurait donc de 2 personnes considérées comme radicaux islamistes, écrit Le Figaro dans un article à paraître vendredi. Une évaluation pifométrique car les services de renseignements faute de moyens sont bien incapables de fournir des chiffres pertinents. Environ 1 million de personnes vivent  dans ces zones sensibles, comment compter  les candidats individus potentiellement dangereux alors que l’État a déserté depuis longtemps ces zones de non-droit Ces mineurs constituent 18% du total des individus repérés depuis 2014 pour leur radicalisation, précise le quotidien sans identifier ses sources. Parmi les 689 ressortissants français actuellement en Irak et en Syrie dans les rangs des djihadistes, 17 sont mineurs, ajoute-t-il. Après l’attentat de Nice et l’assassinat d’un prêtre cet été à Saint-Etienne-du-Rouvray, le démantèlement récent d’une cellule djihadiste constituée de femmes et l’arrestation de plusieurs mineurs radicalisés ont illustré le caractère diffus et multiforme de la menace terroriste en France. A l’instar du djihadiste français Rachid Kassim, soupçonné d’avoir inspiré plusieurs attentats ou tentatives d’attentat depuis plusieurs mois en France, les recruteurs du groupe Etat islamique ciblent par le biais des réseaux sociaux un public jeune et influençable, souligne une source policière. De toute évidence pour se permettre une évaluation il conviendrait sans doute de concevoir une autre politique de renseignement avec des moyens autrement conséquents (type gendarmerie ou RG)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol