Archive pour le Tag 'milieu'

« Le développement du moustique-tigre en milieu urbain »

« Le développement du moustique-tigre en milieu urbain »

Le moustique-tigre, responsable de la transmission de la dengue ou du chikungunya, s’est parfaitement adapté aux villes des pays tempérés, explique la microbiologiste Claire Valiente Moro, dans ce nouvel épisode de l’« Abécédaire de la ville ».

Tribune. Considérées depuis longtemps comme un problème grave de santé publique dans les régions tropicales, les maladies infectieuses transmises par les moustiques sont devenues plus récemment un enjeu de société dans les pays au climat tempéré. En témoigne, par exemple, l’augmentation de cas de contamination par la fièvre du Nil survenue ces dernières années en Europe du Sud.

L’espèce Aedes albopictus, connue communément sous le nom de moustique-tigre, inquiète plus particulièrement les autorités sanitaires. Ces dernières années, cet insecte reconnaissable à la présence d’une ligne blanche centrale sur le thorax, a en effet été impliqué dans plusieurs épidémies de dengue et de chikungunya à travers le monde, et des cas de contamination sans voyage préalable dans des zones connues pour être infestées ont, par ailleurs, été recensés dans des endroits du globe jusque-là épargnés.

L’expansion territoriale spectaculaire du moustique-tigre suscite, à ce titre, des préoccupations grandissantes. Originaire des forêts d’Asie du Sud-Est, il a colonisé en une vingtaine d’années l’ensemble des continents, à l’exception de l’Antarctique. Il est aujourd’hui reconnu par les scientifiques comme l’une des espèces les plus invasives au monde.

Sur les routes de la mondialisation commerciale

Le commerce maritime de pneus et de bambous en provenance d’Asie et des Etats-Unis a joué un rôle déterminant dans l’introduction du moustique-tigre sur de nouveaux continents, tandis que les transports routiers participent à sa dispersion interrégionale. Deux caractéristiques seraient dans cette perspective plus particulièrement responsables de son succès invasif et de son potentiel adaptatif.

D’une part, la grande plasticité écologique du moustique-tigre : les larves de cette espèce colonisent aussi bien des gîtes d’origine naturelle (trous de roche, creux d’arbre, etc.) qu’artificielle (vases, pots, intérieur de pneus, etc.). D’autre part, les œufs de certaines populations du moustique-tigre peuvent arrêter leur développement (dormance) pendant l’hiver et éclore au printemps suivant. Ils survivent également plusieurs mois sans eau, favorisant ainsi leur transport sur de très longues distances.

Un moustique à l’aise en milieu urbain

D’origine tropicale, le moustique-tigre a progressivement adapté son mode de vie aux habitats urbains des milieux tempérés. Les travaux d’observation menés en France métropolitaine par les Ententes interdépartementales pour la démoustication (EID) ont ainsi montré que ses espaces de reproduction privilégiés étaient particulièrement nombreux dans les jardins pavillonnaires (vases, soucoupes de pot de fleurs, bâches, arrosoirs, seaux, jouets, parasols, etc.), mais aussi les parcs et les cimetières. Les milliers de bouches d’évacuation des eaux sur la voirie sont également favorables à son épanouissement, notamment lorsqu’ils sont remplis de branches et de feuilles.

‘ v:shapes= »_x0000_i1025″>

5G pour smartphones de milieu de gamme

5G pour smartphones de milieu de gamme

Conséquence de l’oukase levée  avec Huwail par les US, Qualcomm a annoncé mardi qu’il prévoyait d’introduire la technologie 5G dans les puces incorporées dans des smartphones qui seront mis sur le marché dans la seconde partie de l’année à des prix démarrant à 300 dollars (266 euros).

La firme basée à San Diego est le plus gros fournisseur de processeurs pour smartphones et de puces modernes qui connectent les téléphones aux réseaux de données sans fil.

Les nouvelles puces seront intégrées dans des appareils dont la valeur sera de l’ordre de 300 à 500 dollars, a dit Qualcomm. Des marques comme HMD Global, propriétaire de Nokia, LG Electronics ou le groupe Lenovo prévoient déjà d’utiliser ces puces, a ajouté la société.

La politique : « Un milieu dur, violent, (Fleur Pellerin) ….simplement le milieu !

La politique : « Un milieu dur, violent, (Fleur Pellerin) ….simplement le milieu !

Après avoir été vidée par Hollande sans ménagement de son poste de ministre de la culture, Fleur Pellerin s’étonne avec une  certaine naïveté du caractère violent de la politique. Un milieu en plus totalement irrationnel déclare-t-elle. D’une certaine manière la jeune énarque promu un peu vite aux plus hautes responsabilités découvre la lune. La politique est tout simplement un milieu où s’enchevêtrent ambitions personnelles, mensonges d’État, règlement de comptes et relations coupables avec certains intérêts financiers certaines grandes affaires  témoignent des réalités de ce monde politique. Mais plus grave sont les méthodes et comportements d’une caste organisée en partie coupée depuis longtemps des réalités économiques, sociales et même sociétales et dont l’unique projet est l’accession au pouvoir par tous les moyens. Parmi ces moyens la politique de l’apparence ( la com.’ comme  ils disent) pour masquer  l’immensité de  l’incompétence et du manque  de courage.  Dans le JDD, Fleur Pellerin se confie et revient sur son aventure au ministère de la Culture : « J’ai quitté la Rue de Valois sans amertume, sans esprit de revanche et sans agenda caché. […] Pour moi, le ministère de la Culture est un ministère de combat, pas de l’apparence. Je voulais poser les jalons d’une démocratisation culturelle, alors qu’on attendait de moi que je réinvente une fête de la musique qui ne coûte rien et je mette tout le milieu culturel dans notre poche », assène Fleur Pellerin. La gaffe Modiano?  »Un non-sujet », dit-elle. Certes, elle n’a pas lu le Prix Nobel mais elle est incollable sur les auteurs antiques, elle a lu tout Robert Musil en allemand, elle joue du piano classique et s’adonne à la peinture.  La séquence ministérielle l’a laissée KO. « J’étais vidée. Mais quatre ans d’exercice du pouvoir m’ont blindée. C’est un milieu dur, violent, machiste et irrationnel », pose-t-elle.

 

Mise en situation en milieu professionnel : encore un nouveau machin

Mise en situation en milieu professionnel : encore un nouveau machin

 

 

Un texte alambiqué comme sait en produire la France avec le décret sur la mise en situation en milieu. Ce n’est plus du chômage mais ne n’est pas non plus u emploi ; l’intéressé ne pourra effectuer le travail l d’un poste permanente ou faire de remplacement. Bref, un truc come l’apprentissage où avec toute les procédures l’apprenti est condamné à observer et du coup les entreprise ne veulent plus de cet apprentissage virtuel.  Inclus dans la loi sur la formation professionnelle de mars dernier, le décret sur la mise en situation en milieu professionnelle se veut comme un nouvel outil d’insertion professionnel.  « Les périodes de mises en situation en milieu professionnel ont pour objet de permettre à un travailleur, privé ou non d’emploi, ou à un demandeur d’emploi, « soit de découvrir un métier ou un secteur d’activité, soit de confirmer un projet professionnel, soit d’initier une démarche de recrutement », lit-on dans l’article 20 de la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale.  Le dispositif n’est pas nouveau, il existait déjà divers dispositifs de ce type éclatés dans le Code du travail : « périodes en milieu professionnel » pour les jeunes en contrat d’insertion dans la vie sociale, « évaluations en milieu de travail » pour les chômeurs, « périodes d’immersion » pour les salariés titulaires d’un contrat à durée déterminée d’insertion ou d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi. Ces dispositifs se retrouvent unifiés sous le décret de « période de mise en situation en milieu professionnel ». Ce nouvel outil d’aide au retour à l’emploi s’adresse aux chômeurs ou salariés en insertion :  »Les périodes de mise en situation en milieu professionnel sont ouvertes à toute personne faisant l’objet d’un accompagnement social ou professionnel personnalisé, sous réserve d’être prescrites par l’un des organismes suivants : Pôle emploi, la mission locale pour l’emploi, un organisme de placement spécialisé dans la mise en situation professionnel », précise l’article 20.   La personne effectuant une période de mise en situation en milieu professionnelle doit se conformer aux règles de la structure où il ira, et ce même si il y a des horaires de nuit.  Mais durant cette période, le bénéficiaire d’une période de mise en situation professionnelle n’est pas salarié :  »Le bénéficiaire d’une période de mise en situation en milieu professionnel conserve le régime d’indemnisation et le statut dont il bénéficiait avant cette période. Il n’est pas rémunéré par la structure dans laquelle il effectue une période de mise en situation en milieu professionnel », mentionne l’article 20. Selon Les Échos, le projet de décret fixe à un mois renouvelable une fois, la durée maximale d’exercice de la période de mise en situation professionnelle, une durée sujette à questionnement.  À noter qu’ « aucune convention de mise en situation en milieu professionnel ne peut être conclue pour exécuter une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent, pour faire face à un accroissement temporaire de l’activité de la structure d’accueil, pour occuper un emploi saisonnier ou pour remplacer un salarié en cas d’absence ou de suspension de son contrat de travail ». 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol