Archive pour le Tag 'migrants'

Page 5 sur 7

Accueil Migrants : 55% contre ou la question qui divise .

Accueil Migrants : 55% contre ou la question qui divise

La question des migrants divise les Français qui sont 55 % à ne pas vouloir voir évoluer les conditions de leur accueil en France selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et Aujourd’hui en France, dévoilé dimanche 6 septembre. Il faut dire que la question est complexe surtout dans un pays miné par la crise et qui ne croit pas beaucoup dans les solutions des partis politiques. Au préalable faut sans doute indiquer que le même résultat pourrait être obtenus dans la plupart des pays européens tentés  par le repli nationaliste. De ce point de vue Merkel n’a pas non plus l’opinion publique de son côté pour approuver son plan d’accueil des réfugiés. C’est tout à l’honneur des responsables politiques de s’engager parfois à contre-courant de l’opinion publique car on ne saurait diriger un pays uniquement avec des sondages. Plusieurs facteurs explicatifs sont à prendre en compte dans la problématique des réfugiés. D’abord à l’origine c’est bien l’intervention inconsidérée des pays développés dans certaines dictatures du Proche et Moyen-Orient qui a créé à la fois le chaos et le développement de l’État islamique. Rappelons-nous notamment de la première intervention des États-Unis en Irak pour deux faut motif. La France elle-même en intervenant en Libye a largement contribué à la déstabilisation de pays certes dirigé par des dictateurs mais qui avait le mérite au moins d’empêcher tueries et affrontements ethniques ou religieux de la dimension actuelle. Victime de violences insoutenables et de barbarie les syriens  en particulier ne mérite d’être accueillis avec dignité en Europe. Des mesures humanitaires d’urgence imposent donc. Il y a bien entendu une hypocrisie majeure à vouloir repousser des migrants dans les pays voisins de l’union européenne ou non. Bien entendu il convient aussi de s’attaquer aux réseaux de passeurs mais sur ce point leur avait jusque-là été incapable d’agir avec efficacité ; bilan de cette forme de migration de 2 000 morts en Méditerranée. Au-delà des aspects conjoncturels à caractère humanitaire des questions structurelles se posent cependant pour les  conditions d’accueil de migrants venus maintenant du monde entier et souvent pour des questions économiques. Là encore les pays développés ont des responsabilités mêmes si les dirigeants locaux notamment travers la corruption sont bien entendus responsables. Cela pose la question générale de politique de coopération qui demeure largement virtuelle, aussi du rééquilibrage des rapports économiques notamment à propos du pillage des matières premières. Enfin il est clair que les conditions de mobilité dans l’espace Schengen devront être modifiées. Toutefois cela remettra en cause certains principes de la libre circulation des personnes et aussi des biens qui constituent l’essentiel de la philosophie européenne. Des modifications sont possibles voire nécessaires mais leur bouleversement total remettrait en cause l’existence même de l’union européenne. La questionest  donc complexe et on peut comprendre les réticences des populations vis-à-vis des réfugiés. Cela d’autant plus que les incertitudes les plus grandes planent sur le devenir économique et donc social de nombre de pays de l’union européenne. Pour la France le sentiment de certains Français à l’égard des nouveaux réfugiés est aussi largement hypothéqué par l’échec total de l’intégration de certaines populations étrangères ou même de français d’origine étrangère. Plusieurs dimensions s’articulent donc :  le contexte économique, social et  culturel. Encore une fois la problématique n’est pas simple  et il n’est pas surprenant que des divisions apparaissent sur le sujet des réfugiés. Ces divisions s’illustrent  encore plus en fonction des opinions politiques. Si les sympathisants de gauche sont pour un meilleur accueil des migrants (69%), les sympathisants de droite sont en revanche largement opposés, dans la même proportion (69%), à cela. D’ailleurs, Europe. Concernant la question spécifique des migrants syriens, qui fuient la guerre sévissant dans leur pays, les Français ne font pas de différenciation particulière. Ils sont 62% à estimer qu’il faut traiter ces personnes comme les autres alors que 36% pensent que ces migrants « méritent un meilleur accueil en tant que réfugiés de guerre ». La politique de l’Union européenne par rapport à cette crise humanitaire se trouve par ailleurs sous le feu des critiques. 78% désapprouvent l’action des dirigeants de l’UE et seulement 21% jugent qu’ils ont bien réagi. En outre, 69% des Français ne veulent pas entendre parler de quotas pour répartir les migrants et les demandeurs d’asile entre les pays de l’Europe. François Hollande s’est en tout cas récemment prononcé en faveur de l’instauration d’un « mécanisme permanent et obligatoire ». Enfin, alors que le chef de l’État songe à mener des frappes aériennes contre l’État islamique en Syrie, les Français voudraient que l’armée française s’engage encore plus. Comme certaines voix politiques, ils sont 61% à être favorables à l’envoi de troupes militaires au sol, selon ce sondage réalisé par Internet les 3 et 4 septembre auprès d’un échantillon de 1.003 personnes représentatifs de la population française selon la méthode des quotas.

Migrants : l’appel des 66 artistes

Migrants : l’appel des   66 artistes

L’appel de 66 artistes de toutes sensibilités politiques dans le JDD :

« Plus jamais d’Aylan sur les plages de Turquie, dans des embarcations de fortune coulées en Méditerranée ou dans des camions échoués sur des routes autrichiennes. Ces enfants sont les nôtres, leurs parents sont nos semblables, nous ne formons qu’une seule et même humanité. Voilà ce que nous avons pensé. Crié plutôt. Et la rage n’est pas retombée. Nous ne pouvons pas rester claquemurés dans l’indifférence et le silence devant la tragédie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui meurent faute d’être accueillis, victimes de la barbarie et de la guerre dans leurs propres pays et du repli sur soi dans les nôtres. N’avons nous donc tiré aucune leçon de nos lâches soulagements du passé et de ces tragédies que nous préférions ne pas voir? »

 

Line Renaud, François Cluzet, Daft Punk, Muriel Robin, Dany Boon, Isabelle Adjani, Florence Foresti, Michèle Bernier, Pierre Arditi, Évelyne Bouix, Bernard Murat, Carole Bouquet, Richard Berry, Chantal Lauby, Guillaume Canet, Nicolas Canteloup, Léa Drucker, François Berléand, Anne Roumanoff, Louis Chedid, Matthieu Chedid, Anna Chedid, Joseph Chedid, Laurent Lafitte, Mélanie Laurent, Patrick Chesnais, Charles Berling, Charlotte de Turckheim, Benjamin Biolay, Isabelle Carré, Jérémie Renier, Élodie Bouchez, Éric Judor, Malik Bentalha, Stéphane de Groodt, Géraldine Nakache, Anne Marivin, Audrey Dana, Camille Cottin, Bruno Sanches, Michel Fau, Stéphanie Bataille, Pascale Arbillot, Bérengère Krief, Dominique Besnehard, Joséphine Japy, Thierry Klifa, Ladislas Chollat, Pierre Lescure, Danièle Thompson, Yamina Benguigui, Sarah Lavoine, Lisa Azuelos, Amanda Sthers, François Morel, Lorànt Deutsch, Michel Boujenah, François-Xavier Demaison, Francis Huster, Elsa Zylberstein, Ludivine Sagnier, Laura Smet, Marc Lavoine, Marina Foïs, Michèle Laroque, Alex Lutz.

Migrants : « les quotas » un gros mot pour Cazeneuve

Migrants : « les quotas »  un gros mot pour Cazeneuve

 

Il y a des subtilités sémantiques qu’il faut saisir notamment à propos du mot quota. Un mot tabou pour Bernard Cazeneuve en tout cas un mot impropre et inadapté pour lui. Pourtant ce mot est clairement employé Merkel. De quoi s’agit-il du dispositif contraignant c’est-à-dire obligatoire pour l’accueil des migrants proposés par Merkel et Hollande. Chaque pays devrait donc accepter sur son territoire un nombre de migrants ou pourcentages déterminés par l’union européenne. Alors pourquoi cette réticence et même ce reflux d’employés le terme quota. Sans doute pour ne pas trop effrayer les populistes et surtout parce que François Hollande s’était récemment opposé au concept même des quotas. Pour parler clairement Hollande s’est aligné sur la position de Merkel dans ce domaine du coup Bernard Cazeneuve patauge dans la sémantique hollandaise au risque de rendre la politique de la France difficilement compréhensible. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé vendredi à Marseille que « le terme de quota n’a pas de sens », préférant parler de « mécanisme de répartition solidaire » au sujet de l’accueil des migrants, après les annonces de François Hollande et Angela Merkel. Interrogé sur une possible augmentation des quotas d’accueil des migrants, M. Cazeneuve a souligné que le président de la République n’avait « jamais dit ça » et jugé que ce terme « n’avait « pas de sens », en marge d’une visite à Marseille sur le thème de la sécurité.  Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel avait indiqué que l’Allemagne et la France était d’accord sur le principe de « quotas contraignants » pour l’accueil des migrants par les pays de l’Union Européenne.  Expliquant qu’il était impossible de « dire aux réfugiés de Syrie, qui sont poursuivis par Daech, qui sont persécutés, aux Chrétiens d’Orient: désolé, vous remplissez tous les critères d’accueil en Europe, mais nous avons atteint nos quotas et nous vous demandons de retourner vers vos criminels ». Le ministre de l’Intérieur a demandé d’utiliser « les bons termes ».

Migrants : quotas obligatoires en Europe

 

 

Migrants : quotas obligatoires  en Europe

Fortement soutenu par l’ONU, la France et l’Allemagne vont sans doute demander à Bruxelles un plan contraignant pour l’accueil des migrants. Le plan de l’union européenne pourrait d’abord prévoir la nécessité de centres d’accueil de tous les immigrés  à fin de les identifier. Ensuite il y aurait une répartition obligatoire pour les réfugiés de guerre. Resterait pendante la question des réfugiés pour motif économique qui théoriquement seront invités à retourner dans leur pays d’origine sauf exception. Comme c’était prévisible il s’agit évidemment d’un plan partiel,  c’est-à-dire d’un plan d’urgence qui pour l’instant ne s’attaque pas aux causes fondamentales de cet afflux de réfugiés. Il faudrait pour cela que l’union européenne est une véritable politique internationale notamment vis-à-vis de l’État islamique. Une remise en cause de la politique de coopération serait aussi nécessaire ;  d’une façon plus générale une remise à plat des relations économiques entre pays riches et pays pauvres est aussi indispensables. Autant de questions sur lesquelles les différents pays de l’Europe ne sont pas près de se mettre d’accord en outre ces  questions ne concernent  pas seulement l’Europe ( le pillage des ressources par exemple). De ce point de vue Hollande affirme qu’il faut s’attaquer aux causes de cette vague de migration mais sans pour autant les analyser et encore moins les régler. Ces flux migratoires ne sont en effet que le produit des contradictions économiques politiques, militaires dont la responsabilité incombe pour une part à l’Europe. En attendant, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel « ont décidé de transmettre dès aujourd’hui (à l’UE) des propositions communes pour organiser l’accueil des réfugiés » et une « répartition équitable » en Europe, a annoncé l’Elysée jeudi dans un communiqué.   »J’ai parlé ce matin au président français, la position franco-allemande que nous allons transmettre aux institutions européennes est que nous sommes d’accord que nous devons obéir à des principes de base, à savoir que ceux qui ont besoin de protection (…) la reçoivent et que nous avons besoin de quotas contraignants au sein de l’Union Européenne pour se partager les devoirs. C’est le principe de solidarité », a complété Angela Merkel durant une conférence de presse pendant sa visite en Suisse. « Si nous ne faisons rien pour lutter contre les causes, il y aura encore plus de personnes qui chercheront à se réfugier », a expliqué François Hollande dans une allocation à l’Elysée.  François Hollande préconise également la création de centres « pour accueillir les étrangers et reconduire ceux qui n’ont pas vocation » à rester en France. « Je pense aux victimes qui ne sont pas photographiées »,  a également indiqué le chef de l’Etat.   Pour la présidence française, « l’Union européenne doit agir de manière décisive et conformément à ses valeurs ». La Commission européenne a, elle, demandé aux Etats membres jeudi de répartir en urgence 120.000 réfugiés supplémentaires au sein de l’UE afin de faire face à l’accélération de la crise migratoire, a indiqué jeudi à l’AFP une source européenne.  »Comme les mécanismes permanents pourraient prendre du temps, et que nous avons une situation très pressante en Italie, en Hongrie et en Grèce, il va y avoir une proposition pour la réinstallation urgente de 120.000 (réfugiés) », a expliqué cette source.

Migrants : Schengen remis en question par l’Europe ?

Migrants : Schengen remis en question par l’Europe ?

Une réunion doit se tenir le 14 septembre avec les ministres de l’intérieur de l’union européenne afin de tenter de trouver des solutions à la gestion des migrants. Il paraît peu vraisemblable qu’on puisse trouver un accord sur une répartition équitable de ces migrants dans la zone européenne. En l’absence de quotas chaque pays va donc tenter de continuer de freiner les flux ;  en clair de repousser des migrants vers le pays voisin. On va sans doute décider de lutter avec plus d’efficacité contre les réseaux de passeurs, favoriser le retour de certains migrants dits « économiques » et tout juste abordé la politique internationale. Une politique internationale qui supposerait de définir une attitude commune pour lutter contre l’État islamique notamment en Syrie et redéfinir une vraie  une politique de coopération.  autant de sujets à propos desquels l’Europe ne parviendra sans doute pas à se mettre d’accord. Du coup c’est le principe même de mobilité définie par l’accord de Schengen pourrait commencer à être discuté. La chancelière allemande Angela Merkel a estimé lundi que si l’Union européenne n’était pas en mesure de s’entendre sur une répartition juste des réfugiés, l’espace Schengen de libre circulation en Europe serait remis en question. Lors d’une conférence de presse d’une heure et demie à Berlin, elle a comparé le défi que pose à l’Allemagne l’afflux de réfugiés à celui qu’a constitué voici 25 ans la réunification, et elle a appelé ses concitoyens à faire preuve de patience, de souplesse et d’esprit d’ouverture. Pour elle, la crise des migrants est un « énorme défi national » qui va durer des années. Dimanche, Londres a critiqué la libre circulation et la suppression des contrôles entre la plupart des pays de l’Union européenne, l’accusant d’aggraver la crise des migrants. Membre de l’espace Schengen, la Hongrie attire des dizaines de milliers d’immigrés clandestins, venus notamment du Proche-Orient, qui tentent de gagner l’Europe de l’Ouest par les Balkans. Pour endiguer ce flot, le gouvernement de Budapest a érigé une clôture le long des 175 km de frontière entre la Hongrie et la Serbie. Dimanche, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a jugé « scandaleuse » l’attitude de la Hongrie.  L’Autriche a renforcé les contrôles à ses frontières orientales, après la découverte la semaine passée de 71 migrants morts dans un camion en provenance de Hongrie et abandonné en bordure d’une autoroute. Pour Vienne, ces contrôles ne constituent pas une violation aux règles de libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen dont font partie l’Autriche et ses voisins orientaux.

Migrants : les personnalités se mobilisent

Migrants : les  personnalités se mobilisent

Alors que l’Allemagne est le premier pays destinataire des migrants( puisqu’on attend environ 800 000 personnes cette année)  la presse et les personnalités se mobilisent. La chancelière allemande de ce point de vue s’est  clairement positionnées en faveur de l’accueil des migrants et a condamné les mouvements xénophobes. D’une manière générale les élites allemandes, parfois contre l’avis même de la population,  osent s’engager de manière claire et courageuse. Ce qui n’est pas tout à fait le cas en France où les positions restent relativement ambiguës hormis pour le Front National qui lui rejette tout immigré. En France on a surtout parlé d’abord des mesures policières pour freiner l’arrivée de migrants, ensuite de centres d’accueil et maintenant seulement s’engage le débat sur l’intégration de certains migrants. Uniquement des réfugiés de guerre ? Certains seulement ? Des réfugiés économiques ? Des quotas ? Il est clair que les élections régionales de fin d’année brouillent le message de partis politiques qui naviguent  entre humanisme et populisme. En Allemagne, A l’image de Bild, d’autres médias, comme l’hebdomadaire Der Spiegel ou le grand quotidien de Munich Süddeutsche Zeitung (SZ) s’engagent aussi, tout comme des personnalités allemandes. C’est le cas du footballeur Toni Kroos, joueur du Real Madrid et champion du monde avec la Mannschaft, qui a choisi de s’exprimer dans la presse : « Chers réfugiés, c’est bon que vous soyez là car cela nous permet de vérifier la qualité de nos valeurs et de montrer notre respect des autres« . A Dresde, en Saxe où de nombreux incidents xénophobes se sont déroulés, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi pour souhaiter la « bienvenue » aux réfugiés. L’Allemagne est « un pays tolérant et ouvert« , a encore martelé samedi le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, dans le quotidien Die Welt, fustigeant ceux qui croient « exprimer l’opinion d’une majorité silencieuse lorsqu’ils s’en prennent aux étrangers« . L’Allemagne fait face à un afflux sans précédent de réfugiés, l’Office fédéral en charge de ce dossier prévoyant l’arrivée de 800.000 demandeurs d’asile en 2015.

Naufrage migrants : plus de 100 noyés en Libye dans l’indifférence

Naufrage migrants : plus de 100 noyés  dans l’indifférence 

Plus de 100 corps retrouvés sur les plages libyennes près de Zouara. A la mi-journée, 198 migrants avaient pu être secourus, ont indiqué les autorités. Selon un responsable des services de sécurité de Zouara, qui a requis l’anonymat, environ 400 migrants se trouvaient à bord de l’embarcation lorsqu’elle a chaviré et un grand nombre d’entre eux semblent avoir été pris au piège dans la cale. Toujours selon lui, 147 survivants ont été conduits vers un centre de rétention pour migrants illégaux situé à Sabratha, à l’ouest de Tripoli. Les personnes qui se trouvaient à bord du bateau venaient d’Afrique subsaharienne, du Pakistan, de Syrie, du Maroc et du Bangladesh, a déclaré le responsable des services de sécurité. Un des rescapés du naufrage, Ayman Talaal, originaire de Syrie, a expliqué que les trafiquants avaient contraint les réfugiés à embarquer dans un bateau en mauvais état. « On nous a forcés à emprunter cette route », a-t-il expliqué. « On l’appelle le cimetière de la Méditerranée. » Selon des témoins, une centaine d’habitants de Zouara ont manifesté dans le centre de la ville pour demander aux autorités d’agir contre les réseaux de trafiquants qui profitent du vide politique et du chaos sécuritaire en Libye  Les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les opérations de sauvetage au large des côtes libyennes au nom de l’Union européenne, ont dit n’avoir aucune information à propos du naufrage. « Nous n’avons pas reçu de demande d’aide », a dit un porte-parole. Zouara, proche de la frontière tunisienne, est l’un des principaux points de départ de migrants de Libye vers l’Italie.

 

 

Migrants : plusieurs dizaines trouvés morts dans un camion frigo en Autriche

Migrants : plusieurs dizaines trouvés morts dans un camion frigo en Autriche

Des dizaines de migrants trouvés dans camion frigo en Autriche. Un drame supplémentaire qui prouve la nécessité d’une politique européenne. Le nombre exact des victimes n’a pas pu être déterminé avec précision en raison de l’état de décomposition des cadavres. Un bilan devrait être fourni vendredi, a indiqué la police autrichienne.  Les premières indications laissent penser que les réfugiés sont morts d’asphyxie et que le camion se trouvait près de Budapest en Hongrie, mercredi.  Pour l’instant, la police autrichienne a acquis la certitude qu’il y avait plus de 20 corps à l’intérieur du camion, un nombre qui pourrait s’élever jusqu’à 50 victimes. Une patrouille de police a découvert le camion dont des fluides corporels s’échappaient par la porte arrière. « On peut supposer que la mort remonte à un jour et demi ou deux jours », a dit Hans Peter Doskozil, chef de la police de la province de Burgerland ajoutant que de « nombreux indices » laissent penser que les victimes étaient déjà mortes avant d’entrer en Autriche. A Vienne, où elle participait à un sommet des pays de l’ouest des Balkans, la chancelière Angela Merkel s’est dite « bouleversée » par cette découverte. « Nous sommes bien sûr tous bouleversés par cette nouvelle épouvantable », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. « Elle nous rappelle que nous devons régler au plus vite la question de l’immigration et ce, dans un esprit européen, c’est à dire avec un esprit de solidarité, et trouver des solutions. »

Migrants : plus de 2000 ont péri en mer depuis le début de l’année

Migrants : plus de 2000 ont péri en mer depuis le début de l’année

 

La venue de migrants continus mais l’Europe n’a toujours pas défini de politique commune dans ce domaine . Témoin là Hongrie vient de construire un mur de 170 km pour empêcher les migrants venus de Serbie de pénétrer sur son territoire. L’afflux de migrants entrant en Macédoine à partir de la Grèce devrait se poursuivre au rythme de 3.000 personnes par jour dans les prochains mois, estime l’agence de l’Onu pour les réfugiés (HCR) alors que les Européens peinent à s’entendre sur une « répartition équitable » de ces populations sur leurs territoires. Près de 300.000 réfugiés ou demandeurs d’asile ont franchi la Méditerranée depuis le début de l’année à destination de l’Europe, fuyant les conflits au Proche-Orient et en Afrique mais aussi en Asie. Environ 181.500 ont rejoint l’Union européenne en gagnant les côtes grecques et 108.500 en atteignant l’Italie, selon les chiffres du HCR. L’objectif pour tous est de rejoindre l’espace Schengen en accédant à la Hongrie après une traversée de la Macédoine puis de la Serbie, une situation qui accentue les tensions dans ces pays. Quelque 10.000 réfugiés, dont un tiers de femmes et d’enfants, sont entrés sur le territoire macédonien au cours du week-end, les autorités de cet Etat des Balkans ayant admis être submergées par l’afflux des populations. « Ils se présentent par groupes de 300 ou 400 et voyagent à bord de trains ou d’autocars à destination de la Serbie. Nous prévoyons que cet afflux sur cette voie de transit continue au rythme de 3.000 personnes par jour », a dit Melissa Fleming, porte-parole du Haut commissariat pour les réfugiés.   »Nous ne prévoyons pas que ce flux de personnes va se tarir dans les prochains mois tant qu’il y aura du beau temps et que les gens seront en mesure de franchir la Méditerranée », a-t-elle ajouté. Depuis le début de l’année, 2.373 migrants ont péri en mer, soit 300 de plus que sur la même période en 2014, a précisé Joel Millman, de l’Organisation internationale pour la migration (OIM).

 

Migrants : ça va durer ! ( Hollande et Merkel)

Migrants :  ça va durer ! ( Hollande et Merkel)

Une réunion pour rien ou  à-peu-près entre Hollande et Merkel. En plus avec des contradictions puisque les intéressés constatent que la crise est exceptionnelle mais qu’elle va durer. Les deux chefs d’État ont lancé un appel à l’union européenne qui risque de tomber à nouveau dans le vide pour deux raisons. La première c’est qu’on ne voit pas très bien où veulent aller Hollande et Merkel (exemple quid de l’engagement de l’Allemagne contre l’Etat islamique ?). La seconde c’est que les pays membres de l’union européenne ont refusé d’accueillir 60 000 migrants alors qu’il y en aura bien plus d’un million cette année. « Aujourd’hui, c’est une situation exceptionnelle », a déclaré le président français aux côtés d’Angela Merkel. « Mais une situation exceptionnelle qui va durer, tant que les crises que nous connaissons n’auront pas été réglées. »   »Alors plutôt que d’attendre, plutôt que gérer au jour le jour ces situations, nous devons nous organiser et renforcer nos politiques. C’est ce que l’Allemagne et la France proposent. »  En Europe, « la charge doit être répartie équitablement, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle », a fait remarquer pour sa part Angela Merkel, dont le pays s’attend à accueillir cette année quelque 800.000 demandeurs d’asile.  Les gouvernements des pays de l’Union européenne avaient rejeté en juin une proposition du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker établissant des quotas obligatoires pour l’accueil de dizaines de milliers de migrants qui ont trouvé refuge en Italie et en Grèce. Ils se sont mis d’accord sur un système de répartition volontaire, s’en tenant au chiffre de 60.000 seulement. Le sujet n’a fait qu’empirer cet été, avec l’arrivée d’un nombre record de 50.000 migrants en Grèce par la mer au mois de juillet, en provenance de Turquie. Dimanche, plus de 5.000 migrants sont entrés en Serbie, poursuivant leur voyage vers l’Europe de l’Ouest, après les vaines tentatives des forces de l’ordre macédoniennes pour les empêcher de pénétrer en Macédoine. Deux mois et demi avant le sommet Union européenne-Afrique de La Vallette, le 11 novembre, François Hollande et Angela Merkel ont demandé de renforcer le travail de coopération avec les pays africains pour favoriser le retour des migrants en situation illégale.

 

Macédoine : des milliers de migrants par jour

Macédoine : des milliers de migrants par jour

Preuve que chaque État ne pourra isolément gérer la question des migrants, et pas davantage l’Europe même si cela constitue un progrès indispensable. Ce sont en effet plusieurs milliers de migrants qui s’entassent chaque jour en Macédoine, pays limitrophe de l’union européenne. La problématique est donc mondiale et elle impose prendre compte les facteurs explicatifs fondamentaux de cette migration (guerre, violence, famine). Plusieurs milliers de migrants et de réfugiés sont en effet   passés samedi en Macédoine en enfonçant un cordon de police à la frontière sud, rapporte un journaliste de Reuters sur place.  Les forces de l’ordre, qui ont fait usage de grenades assourdissantes, sont parvenues à retenir une partie des migrants, mais beaucoup ont réussi à leur échapper. Ils ont passé plusieurs jours dehors et la dernière nuit sous la pluie.  Le gouvernement macédonien a décrété jeudi l’état d’urgence et ordonné la fermeture des frontières aux migrants, dont beaucoup viennent de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak via la Grèce, où ils affluent au rythme de 2.000 par jour pour tenter de pénétrer dans l’espace Schengen.  Vendredi, la police macédonienne avait déjà fait usage de grenades lacrymogènes et assourdissantes pour contenir la foule en colère avant d’autoriser plusieurs petits groupes – notamment des femmes et des enfants – à pénétrer en Macédoine. Beaucoup d’autres ont afflué depuis à la frontière, où ils n’ont ni abris, ni eau ni nourriture.  Le Haut Commissariat de l’Onu aux réfugiés a prié le gouvernement macédonien de rouvrir la frontière.   »Il y a trois mille personnes ici et le nombre augmente. Les gens sont épuisés. Il a plu toute la nuit et ils n’ont pas d’abri », a déclaré à Reuters Alexandra Krause, membre de l’organisation.

 

Migrants : Des policiers pour lutter contre guerres, violence et pauvreté !!!

Migrants : Des policiers pour lutter contre guerres, violence et pauvreté !!!

 

L’Allemagne et la France souhaite que l’union européenne agisse plus rapidement pour prendre en charge la question de l’immigration. Pour l’instant en effet chaque pays se borne à limiter les entrées d’immigrés en les repoussant dans le pays voisin. On essaye d’améliorer un peu des conditions d’accueil mais c’est surtout le renforcement de la présence policière qui caractérise la politique. La question n’est pas simple car ces migrants fuient la guerre, la violence ou la pauvreté. Autant de problèmes qui ne seront nullement résolus avec la présence de policiers en Europe même s’il convient de sécuriser les frontières. En outre les Européens d’une manière plus générale les occidentaux ont une grande responsabilité vis-à-vis des causes de cette migration. Pour prendre en charge cette question il conviendrait sans doute d’articuler mesure à court terme, à moyen terme et à plus long terme. Il faudra en effet des années et des dizaines d’années pour réduire , voire annihiler les causes de cette immigration. L’Allemagne et la France vont cependant  presser l’Union européenne d’agir plus vite et avec plus d’unité pour faire face à l’aggravation de la crise des réfugiés. L’initiative sera au centre des discussions que la chancelière Angela Merkel et le président François Hollande auront lundi à Bruxelles. Leurs ministres de l’Intérieur, Thomas de Maizière et Bernard Cazeneuve, ont travaillé à cette « initiative pour une politique migratoire européenne » jeudi soir à Berlin. Bernard Cazeneuve a annoncé à cette occasion l’organisation d’une réunion européenne sur ce sujet « à la mi-octobre » à Paris avec plusieurs ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères.  Cette réunion, dont le principe est acté mais dont le format reste à préciser, doit servir à préparer le sommet sur les migrations entre l’Union européenne et l’Afrique prévu à La Valette (Malte) en novembre. Une autre réunion aura lieu par la suite à Berlin. « Il est inacceptable que les institutions européennes continuent de travailler au rythme qui est actuellement le leur », a dénoncé le ministre allemand lors d’une conférence de presse. Les deux ministres, a-t-il poursuivi, sont convenus que l’Italie et la Grèce, en première ligne du fait de leur position géographique, nécessitaient une aide européenne considérable pour mettre en place des « zones d’attente » à destination des nouveaux arrivés. « Il est évident que l’Italie et la Grèce auront besoin d’une aide et que cela coûtera beaucoup d’argent de l’UE », a dit Thomas De Maizière. De même, les Européens doivent soutenir les pays situés aux frontières du bloc communautaire pour qu’ils luttent contre les réseaux de passeurs et qu’ils s’attaquent aussi aux causes de ces migrations de masse.  Le gouvernement allemand a dit mercredi qu’il s’attendait à ce que 800.000 réfugiés arrivent en Allemagne cette année. Sur les six premiers mois, 220.000 personnes fuyant les guerres, la violence et la pauvreté en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient sont déjà arrivés. Selon Thomas De Maizière, l’Allemagne accueille à elle seule 40% des réfugiés accueillis sur le sol européen.

Migrants Calais : coopération franco-britannique avec davantage de flics

Migrants Calais : coopération franco-britannique avec davantage de flics

 

Un nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne,  avec quelques aspects humanitaires qui ne sont pas à négliger,  mais qui ce résume surtout à une présence plus importante de flics à Calais. Des policiers français mais aussi britanniques. Pas vraiment de quoi résoudre la crise car si les migrants sont empêchés de partir en Angleterre ils resteront tout simplement en France. Une sorte de déplacement géographique du problème qui reste en l’état en attendant que l’Europe comprenne la nature et l’enjeu de cette immigration. Dans le cadre de la lutte contre l’immigration illégale, les ministres de l’Intérieur français et britannique signent ce jeudi à Calais (Pas-de-Calais) un accord de coopération, ciblant particulièrement les filières et les passeurs. Un centre va gérer cette lutte côté anglais et côté français, avec un commandement « unifié ». Un autre volet du plan concerne aussi l’arrivée de policiers d’outre-manche dans la région de Calais.  L’accord prévoit notamment un centre de commandement et de contrôle en commun près de Calais à Coquelles ainsi qu’à Folkestone, côté anglais. Il sera chargé de recenser les renseignements sur les passeurs. Ce sont ces réseaux qui poussent les candidats à l’immigration à se rendre à Calais et à prendre de gros risques pour passer en Angleterre. Le travail des enquêteurs sur le repérage de ces filières sera supervisé par deux responsables français et britannique. L’objectif étant de mener des actions conjointes plus cohérentes en partageant les informations.   Selon Bernard Cazeneuve, « 19 filières opérant depuis la France vers le Royaume-Uni, ont été démantelées » ces sept derniers mois. Le ministre de l’Intérieur a aussi déclaré que depuis janvier que « 514 trafiquants ont été interpellés, soit 18% de plus, qu’en 2014, à période égale« . L’objectif franco-britannique, a dit le ministre, est de « lutter contre de véritables organisations de traite des êtres humains ». D’où le nouveau maillage policier mis en place, avec un commandement « unifié ». Par ailleurs, l’accord signé jeudi prévoit de protéger les 3.000 migrants présents actuellement à Calais. Le site du tunnel sous la Manche va être davantage sécurisé. L’accueil des femmes et des enfants « vulnérables » et à la merci des passeurs. Pour ce qui concerne les migrants qui ne sont pas susceptibles de prétendre à l’asile, « le gouvernement souhaite aussi faciliter les recours volontaires vers les pays d’origine à travers les programmes d’aide en collaboration avec les ONG françaises et britanniques » a précisé Bernard Cazeneuve.Il a été question aussi d’améliorer les conditions de vie de « ceux qui souhaitent bénéficier d’une protection humanitaire », les loger par exemple en dehors de Calais. Toutes ces mesures vont être notamment financées par l’apport de cinq millions d’euros sur deux ans décidé par le gouvernement britannique.

Migrants Allemagne : 800 000 attendus en 2015

Migrants Allemagne : 800 000 attendus en 2015

L’Allemagne sera le premier pays de destination pour les migrants cette année avec un nouveau record. Pour autant si l’opinion publique au moins pour une partie n’est pas favorable à cette immigration par contre le gouvernement ne la redoute pas. En cause aussi le vieillissement de la démographie en Allemagne. D’une certaine manière ces les arrivées massives de jeunes venus de l’extérieur vont constituer pour l’Allemagne un atout. Le nombre de demandeurs d’asile et de réfugiés en Allemagne devrait en effet atteindre un niveau record de 800.000 personnes cette année, soit quatre fois plus qu’en 2014 et deux fois plus que les prévisions établies en janvier, a déclaré mercredi le ministre de l’Intérieur. De janvier à juillet, le nombre des seuls demandeurs d’asile a atteint 218.221, une augmentation de 125% par rapport aux sept premiers mois de l’année dernière, selon les chiffres du gouvernement. Devenue la principale destination de l’Union européenne pour les migrants en provenance d’Afrique, d’Asie ou du Moyen-Orient, l’Allemagne dénonce l’attitude des Vingt-Huit, qui ne font pas assez en la matière à ses yeux. « Nous évaluons à 800.000 le nombre de personnes qui seront venues cette année en Allemagne en tant que réfugiés ou demandeurs d’asile », a déclaré le ministre Thomas de Maizière lors d’une conférence de presse à Berlin. « Il s’agira du plus important afflux dans le pays depuis la fin de la Seconde guerre mondiale », a poursuivi le ministre ajoutant que Berlin s’attendait à voir ces chiffres continuer de croître dans les années à venir. « C’est un défi à tous les niveaux de l’Etat, fédéral et local », a-t-il rappelé. « Nous pouvons répondre à ce défi. Je ne pense pas que l’Allemagne sera submergée. Nous pouvons y faire face ». Le nombre de migrants a considérablement augmenté ces derniers mois. Un grand nombre d’entre eux entreprend un voyage périlleux qui passe le plus souvent par les côtes du Sud de l’Europe, une escale vers les pays les plus riches du continent. Actuellement, les Syriens constituent le plus gros contingent de demandeurs d’asile en Allemagne. De très nombreuses demandes sont également déposées par des personnes originaires de pays des Balkans, comme la Serbie et l’Albanie.  En Allemagne, le précédent record annuel était de 438.191, un chiffre atteint en 1992 lorsque l’éclatement de la Yougoslavie avait poussé de nombreux habitants des Balkans sur les routes du départ. L’année suivante, le Parlement avait modifié la Constitution afin d’imposer des conditions plus strictes au droit d’asile et le nombre de demandeurs avait par la suite chuté, jusqu’à atteindre 28.000 en 2008. Après la Seconde guerre mondiale, l’Allemagne avait accueilli quelque 13 millions de personnes et de réfugiés fuyant l’installation de régimes liés à l’Union soviétique dans plusieurs pays d’Europe de l’Est.

 

 

Migrants : nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne

Migrants : nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne

Jeudi, Bernard Cazeneuve le ministre de l’Intérieur et son homologue britannique Theresa May signeront un nouvel accord dans la ville française. Il portera notamment sur « la sécurité du site » d’Eurotunnel. Cet été, de très nombreux migrants ont été de s’introduire dans le tunnel sous la Manche, parfois 2.000 en une nuit. L’accord concerne aussi « la lutte contre les filières criminelles de passeurs » et « le dispositif humanitaire » destiné aux migrants. Ils rencontreront également les associations d’aide aux migrants. Il vient « renforcer » les précédents accords signés entre les deux pays. En septembre, le Royaume-Uni s’était engagé à verser 15 millions d’euros sur trois ans pour sécuriser le port de Calais. En août, face à l’afflux de migrants, les Britanniques avait promis 10 millions d’euros supplémentaires. Bernard Cazeneuve et Theresa May avaient même signé une déclaration commune dans le JDD.

 

Grèce : 20 000 migrants en une semaine

Grèce : 20 000 migrants en une semaine

 

Autant de migrants sont arrivés en une semaine que depuis le début de l’année. En effet Plus de 20.000 migrants sont arrivés sur les côtes grecques en une semaine selon le Haut Commissariat de l’ONU au Réfugiés (UNHCR). Un chiffre qui représente presque la moitié des 43.500 migrants arrivés sur le territoire pendant toute l’année 2014. Il s’agirait pour la plupart de Syriens, Afghans et Irakiens. Le “rythme des arrivées ne fait qu’augmenter ces dernières semaines”, a annoncé William Spindler, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux Réfugiés. L’UNHCR avait déjà relevé 50.242 arrivées en Grèce sur le mois de juillet, et s’inquiète des conditions dans lesquelles les migrants sont accueillis en Grèce : « Les infrastructures de réception, les services et procédures d’inscription [des migrants] tant sur les îles que sur le continent doivent être renforcées d’urgence », indique le communiqué.

Méditerranée : Mort de 40 migrants dans l’indifférence

Méditerranée : Mort de 40 migrants dans l’indifférence

Encore une tragédie en Méditerranée avec 40 migrants morts  d’asphyxie dans la cale d’un bateau d’un bateau de pêche, a annoncé la marine italienne samedi. Depuis le début de l’année ce sont plusieurs milliers de morts qui ont été enregistrés. Des victimes de la guerre, des conflits religieux et de la famine. Jusqu’à maintenant l’Europe s’est montrée incapable d’apporter une solution efficace et humaine pour gérer cette migration. Pour résumer chaque pays se limite à tenter de repousser les migrants dans le pays voisin. L’action de l’union européenne ce caractérise par une grande indigence, elle est très critiquée même par l’ONU. Il est évident qu’une réflexion reste à entreprendre pour élargir la problématique de l’immigration. La question n’est pas simple car de nombreux facteurs explicatifs sont à prendre en compte (impact des anciennes colonisations, pillage des ressources des pays concernés, corruption, interventions militaires déstabilisatrices, lutte contre l’État islamique, conditions de circulation à l’intérieur de l’Europe, efficacité de l’aide au développement etc.) Les dernières  victimes de la méditerranée  étaient 40 probablement mortes d’avoir inhalé des émanations de carburant alors qu’une voie d’eau s’était déclarée dans la cale du bateau, a expliqué le capitaine du navire qui a porté secours aux naufragés. Le commandant Massimo Tozzi a précisé que les membres de son équipage ont découvert les corps des victimes baignant « dans l’eau, le carburant et des excréments humains » dans la cale. L’amiral Pierpaolo Libuffo, chef des opérations de secours menées par la marine italienne, a annoncé sur la télévision italienne que 312 survivants, dont 45 femmes et trois enfants, avaient été récupérés. Les corps de sept migrants ont été transférés sur le navire de secours et une trentaine d’autres se trouvaient toujours dans la cale, a-t-il ajouté. Le bateau de pêche a été remorqué en direction de l’île de Lampedusa. Les migrants qui sont arrivés en Italie ont raconté que les passeurs opérant en Libye exigeaient entre 1.200 et 1.800 dollars par personne pour une place sur le pont d’un bateau. Le prix est divisé par deux pour ceux qui acceptent de faire le trajet dans la cale. Mardi soir, une cinquantaine de migrants qui se trouvaient à bord d’un canot pneumatique ont été portés disparus en mer tandis que près de 2.000 personnes ont été secourues au cours de la semaine.

 

Couler les bateaux des migrants, la solution !!!

Couler les bateaux des migrants, la solution !!!

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on touche au pathétique voir au dramatiques en matière de lutte contre les migrants. Une embarcation à en effet été coulée par la marine grecque alors que cette  embarcation contenait des migrants. L’Europe montre son impuissance totale à gérer le drame humain que représente l’immigration sauvage. On s’était pourtant mis d’accord pour arraisonner les navires le plus tôt possible au moment de leur départ . En fait aucun pays de l’Europe ne veut assumer ses responsabilités et mettre des moyens suffisants dans cet objectif. L’Europe se montre encore plus incapable de prendre  en compte les facteurs explicatifs fondamentaux de cet immigration. En cause l’État de guerre de certains pays, le terrorisme aussi la famine. D’une certaine manière cette immigration est l’héritage de la colonisation aussi d’interventions inopportunse des occidentaux qui ont déstabilisé politiquement les pays concernés. S’y ajoute une politique d’aide au développement complètement inopérante. Au large du Dodécanèse grec, à quelques kilomètres de la Turquie, des garde-côtes grecs ont en effet  tenté de couler un canot gonflable occupé par des migrants. La scène, diffusée vendredi par le quotidien turc Hürriyet, a été filmée par des pêcheurs turcs qui ont aussitôt porté secours aux femmes et enfants à la mer.  L’image est violente : un navire de garde-côtes grecs a transpercé un canot gonflable, rempli de migrants qui tentaient de passer de la Turquie aux îles du Dodécanèse grec. La scène a été filmée par des pêcheurs turcs qui s’approchaient alors de l’embarcation de fortune. Le quotidien turc Hürriyet a récupéré et diffusé la vidéo vendredi matin sur son site Internet : Fait notable, le navire grec est entré dans l’espace maritime turc. Les garde-côtes grecs se sont approchés doucement de l’embarcation des migrants. Même si les images sont peu stables, elles montrent une longue perche qui dépasse du navire grec. Il s’agit en fait d’une pique, décrit Hürriyet, pour percer le canot gonflable. Après leur acte, les gardes-côtes sont retournés dans l’espace maritime grec, laissant des migrants se noyer. Les pêcheurs turcs sont aussitôt intervenus, récupérant d’abord les femmes et les enfants. Ils ont ensuite appelé d’autres bateaux de pêche en renfort, contacté la police turc et rapatrié les migrants sur la terre ferme. Au-delà de cet incident, qui n’a fait aucune victime, la situation est de plus en plus inquiétante dans l’Est de la mer Egée. En de nombreux endroits, quelques kilomètres de mer séparent les îles grecques de la côte turque. Chaque nuit, des milliers de migrants tentent de passer. Depuis le début de l’année, les arrivées sont sans cesse plus nombreuses : de 1.700 personnes en janvier à 31.000 en juin puis 50.000 en juillet, selon les chiffres du bureau du Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR) à Athènes. Sur les grandes îles du Dodécanèse, des camps de rétention se sont installés. A Kos, qui comptent quelque 33.000 habitants, environ 7.000 migrants se trouvent bloqués depuis le début de la semaine, en raison de l’engorgement des services de police chargés de leur délivrer les laissez-passer avec lesquels ils poursuivent leur route vers d’autres pays d’Europe où ils souhaitent demander l’asile.

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

 

 

 

Une nouvelle fois la Grande-Bretagne ce caractérise par des déclarations particulièrement contradictoires et hypocrites en matière d’immigration. La Grande Bretagne comme d’autres pays la France par exemple oublie d’abord qu’elle a colonisé  une grande partie du monde et que sa politique a créé des liens incontournables avec les populations locales. La Grande-Bretagne, encore une fois comme d’autres pays, oublie que rien n’a été fait pour le développement de pays devenus indépendants. Pire on a organisé le pillage des ressources ,favoriser la corruption qui tue tout développement économique et social et déstabiliser politiquement nombre de pays ( ce souvenir notamment du rôle de Tony Blair à propos de la pseudo découverte d’armes chimiques en Irak). Enfin la Grande-Bretagne est bien contente d’utiliser cette main-d’œuvre immigrée à bon marché pour effectuer les tâches les plus ingrates et les moins rémunérés. Ce qui permettra aussi à terme de rétablir l’équilibre démographique de nations  vieillissantes. Ne pas oublier non plus que la Grande Bretagne a été à l’origine dune plus grande circulation des biens, des personnes et des capitaux au sein de l’Europe, cela en s’opposant aux règles de régulation. Il ne s’agit donc pas d’interdire l’immigration mais de la réguler l’intégrant dans une problématique plus large. De ce point de vue les déclarations du ministre des affaires étrangères britanniques apparaissent particulièrement hypocrites. Elle contribue largement à alimenter les visions populistes favorisées par la crise économique actuelle. Un afflux de migrants venant d’Afrique représenterait une menace pour le mode de vie et les structures sociales de l’Union européenne, a déclaré dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond. Selon lui, l’UE est incapable de faire face à une arrivée massive de demandeurs d’asile. Les commentaires du ministre offrent un nouvel exemple de la rhétorique anti-immigration dont use le gouvernement britannique depuis qu’a éclaté la « crise de Calais », comme la surnomme la presse du pays. Des centaines de migrants tentent de franchir les barrières du site d’Eurotunnel pour pénétrer dans le tunnel sous la Manche et parvenir en Grande-Bretagne, le but de leur périple.   »Nous devons être en mesure de résoudre ce problème en étant capable, au bout du compte, de renvoyer ceux qui ne sont pas en droit de demander l’asile dans leur pays d’origine », a déclaré lors d’une interview à la BBC le chef de la diplomatie britannique, en visite à Singapour. « C’est notre priorité numéro un », a-t-il ajouté. Selon lui, la législation européenne a le défaut de permettre aux migrants de se montrer « assez confiants » dans le fait qu’ils ne seront jamais renvoyés dans leur pays d’origine. « La situation n’est pas tenable parce que l’Europe ne peut pas se prémunir et protéger son mode de vie et ses structures sociales si elle doit absorber des millions de migrants venus d’Afrique », a-t-il ajouté. Le ton de plus en plus tranchant employé par le gouvernement – le Premier ministre David Cameron a récemment évoqué une « nuée » – a tendance à susciter l’indignation d’associations, de l’Eglise et de la gauche britannique.

 

Migrants Calais : la France et la Grande-Bretagne sermonnées par l’ONU

Migrants Calais : la France et la Grande-Bretagne sermonnées par l’ONU

L’attitude de la France comme de la Grande-Bretagne vis-à-vis des migrants a calais  a été fort critiquée par l’ONU. Pour résumer l’ONU considère que les mesures prises actuellement pour gérer cette situation sont à la fois inefficaces et inhumaines. La France comme la Grande-Bretagne ne pouvant se limiter à prendre des mesures de sécurité plus ou moins illusoires. Un rappel à l’ordre sans doute utile vie vis-à-vis des  deux pays, aussi de l’Union européenne, qui montrent en la circonstance une belle hypocrisie. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) a donc réclamé vendredi à la France une « réponse exceptionnelle d’urgence » à la crise des migrants dans le secteur de Calais. « Le HCR réitère un appel lancé depuis l’été 2014 pour une réponse globale – en premier lieu de la part des autorités françaises – face à la dégradation des conditions d’accueil des réfugiés et des migrants à Calais », a déclaré la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’un point de presse. « Il est peu probable que les mesures de sécurité seules, même si elles sont compréhensibles, soient efficaces en elles-mêmes », a-t-elle ajouté. D’après l’agence onusienne, quelque 3.000 réfugiés et migrants se trouvent actuellement à Calais et dans le Pas-de-Calais, soit quasiment le même nombre qu’en novembre dernier. Cette situation, a souligné la porte-parole du HCR, n’est « ni nouvelle, ni ingérable ». « En revanche, le nombre croissant de morts parmi les réfugiés et les migrants, au moins dix depuis le début du mois de juin, en tentant de traverser la Manche depuis la ville portuaire de Calais vers le Royaume-Uni constitue un développement inquiétant. » Notant que nombre des migrants du Calais sont des réfugiés ayant fui des conflits ou des persécutions en Syrie, en Afghanistan, ou bien encore en Erythrée, au Soudan et en Somalie, le HCR souligne qu’ils ont besoin d’une protection internationale. Treize ans après la fermeture, en 2002, du centre d’accueil et d’hébergement d’urgence géré par la Croix-Rouge à Sangatte, le HCR s’inquiète des « conditions déplorables » dans lesquelles vivent ces migrants. Les gouvernements français et britannique, a rappelé Vincent Cochetel, directeur du HCR pour l’Europe, « n’étaient pas favorables à la présence d’un centre d’accueil massif comme à Sangatte parce qu’ils pensaient qu’il aimanterait et attirerait davantage de personnes mais alors, quelle est la solution ? Ce n’est une solution ni pour les habitants de Calais ni pour les personnes affectées par ces conditions de vie déplorables ». « Nous sommes en 2015, il y a un grand nombre de casernes militaires vides en France. Traitons cela comme une urgence civile qui ne concerne que très peu de gens, 3.000 personnes », a-t-il poursuivi. « Nous devons dépolitiser la discussion parce que cela n’est pas sain. » Le HCR encourage les autorités françaises à reloger progressivement les clandestins de Calais et « à leur fournir, comme c’est le cas dans la plupart des pays européens, des conditions d’accueil adéquates ». Il juge « également essentiel » de raccourcir les délais d’examen des demandes d’asile déposées en France. « Une réponse exceptionnelle est réclamée d’urgence », a souligné l’agence onusienne, appelant la Grande-Bretagne et d’autres Etats membres de l’Union européenne à coopérer avec les autorités françaises. Vincent Cochetel a souligné que Londres avait rejeté au moins dix requêtes de la France lui demandant de prendre en charge des personnes ayant des liens étroits avec des migrants installés en Grande-Bretagne. « Quand je parle de liens, je n’utilise pas une expression floue, je me réfère aux critères prévus par les règlements (européens) de Dublin qui pourraient être au final pris en considération par les autorités britanniques », a-t-il dit.

 

1...34567



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol