Archive pour le Tag 'Michel'

L’ancien ministre de la justice Michel Mercier condamné pour emplois fictifs !

L’ancien ministre de la justice Michel Mercier condamné pour emplois fictifs !

Encore un coup dur pour la justice avec la condamnation de l’ancien ministre de la justice de Nicolas Sarkozy pour emplois fictifs. La preuve aussi que certains élus confondent assez souvent intérêt collectif et intérêt personnel

.
L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy (2010-2012), âgé de 75 ans, s’est rendu coupable de «détournement de fonds publics» pour avoir versé dans le cadre de ses fonctions de sénateur 50.000 euros de salaire à son épouse, Joëlle, entre 2005 et 2009, et 37.000 euros à sa fille, Delphine, de 2012 à 2014.

Jugeant que les faits étaient «d’une gravité certaine» et que Michel Mercier avait fait «prévaloir son intérêt personnel sur l’intérêt commun», la justice l’a également condamné à 50.000 euros d’amende, cinq ans d’inéligibilité et trois ans d’interdiction de toute fonction publique.

L’ancien sénateur centriste a également été reconnu coupable de détournement de fonds publics par négligence pour avoir continué à payer un assistant parlementaire qui ne travaillait plus pour lui.
Il était également jugé pour prise illégale d’intérêts, mais les faits qui lui étaient reprochés à ce titre ont été déclarés prescrits par le tribunal.

Reconnues coupables de complicité et de recel, son épouse Joëlle et sa fille Delphine ont été condamnées, respectivement, à 18 mois de prison avec sursis et 40.000 euros d’amende pour la première et à 12 mois avec sursis et 10.000 euros d’amende pour la seconde. L’avocat de Michel Mercier n’a pas souhaité faire de commentaire.

Justifiant l’emploi de sa fille de 2012 à 2014, alors qu’elle vivait à Londres et n’a jamais mis les pieds au Sénat, il avait ainsi affirmé qu’elle lui servait de «conseillère culturelle». Delphine Mercier, elle, a dit avoir jeté «lors d’un déménagement» toutes ses notes relatives à son travail. Dans son délibéré, le tribunal a estimé que «ces déclarations étaient dénuées de toute vraisemblance».
Autres affaires

Présidentielle: CHOISIR ENTRE DE GAULLE ET HITLER » ? (MICHEL ONFRAY)

 Présidentielle: CHOISIR ENTRE DE GAULLE ET HITLER » ? (MICHEL ONFRAY)

Michel Onfray a affirmé sur BFM  qu’il n’ira pas voter. Et « je ne vais pas à des élections jouées d’avance », a-t-il ajouté. « Je peux vous dire qui sera élu. Je vous parie que ce sera un cadidat maastrichtien ». « Maastrichtien », une épithète qui renvoie donc au Traité de Masstricht de 1992 qui avait entre autres inauguré le processus menant à la création de l’Euro et donc à l’union monétaire de l’Union européenne.

Comme d’habitude, le philosophe ne fait pas dans la dentelle certaines de ses analyses sont pertinentes mais d’autres « un peu » caricaturales. La faute sans doute à ses déficiences en matière de connaissances économiques qu’il a d’ailleurs lui-même reconnues. Une posture trop souvent de nature évangélique et trop peu philosophique. NDLR

« Un candidat maastrichtien, c’est-à-dire qui défend ce qu’ont défendu Mitterrand à partir de 1983, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron… », a-t-il expliqué. Analysant le paysage politique actuel, il a renvoyé les prétendants à l’Elysée dos-à-dos ou ruiné leurs espoirs éventuels: « Si c’est pas Macron, ce sera Valérie Pécresse, ce sera sûrement pas Zemmour, sûrement pas Marine Le Pen. C’est le même système qui va fonctionner. »

D’autant plus que selon lui, le second tour mettra en scène – et de manière caricaturale – un faux duel: « In fine, il y a un goulot d’étranglement et il va falloir choisir entre le général de Gaulle et Adolf Hitler, c’est comme ça que les choses nous sont présentées ».

« Là, éventuellement, on aura le choix entre le général de Gaulle et le général Giraud », a-t-il ironisé, en référence, à cet officier attentiste dans un premier temps, finalement passé dans le camp des Alliés durant la seconde guerre mondiale.

Est-ce à dire que l’essayiste verrait d’un oeil bienveillant l’une des candidatures d’extrême droite? Non: s’il s’est dit d’accord avec le constat d’Eric Zemmour au plan civilisationnel, il lui a une nouvelle fois reproché de ne pas « avoir de bras gauche » au plan social. Quant à Marine Le Pen, Michel Onfray l’a brocardée: « Marine Le Pen a cessé d’être souverainiste, si elle l’a jamais été ».

 Michel Onfray s’est ainsi revendiqué de deux traditions politiques. Une gauche « souverainiste et chevènementiste » d’abord: « Je suis du côté des souverainistes, qui disent que si on ne sort pas de cette Europe-là on n’aura pas les moyens de notre politique. »

« La souveraineté a disparu au profit de ce qui est un État européen, impérial, maastrichtien », a-t-il encore pourfendu. Et il s’est revendiqué du socialisme révolutionnaire, mais sur un mode girondin, « proudhonien », reposant sur un principe de subsidiarité.

 

Briser les monopoles du transport maritime (Michel Santi)

Briser les monopoles du transport (Michel Santi)

 

 

CHRONIQUE. Il y a encore un petit quart de siècle, l’industrie maritime était hautement régulée par Michel Santi, économiste (*) jusqu’à ce qu’un puissant cartel dirigé par les trois plus importants armateurs du monde vienne rebattre les cartes en persuadant les autorités américaines de bouleverser la donne.

Pourtant, le XXe siècle avait joui d’un transport maritime jugé d’utilité publique, et règlementée en tant que telle puisqu’il transportait en effet avec efficacité et rapidité des biens accessibles et bénéficiant à tous les usagers et consommateurs à travers la planète. Certes, les compagnies de fret maritime étaient-elles libres de se concerter pour fixer leurs prix comme pour emprunter certaines voies. Néanmoins, ces processus se réalisaient en transparence et surtout avec équité et sans discrimination géographique ni tarifs préférentiels accordés aux amis de quelque origine ou de nature qu’ils fussent. En fait, toute la chaîne des intervenants – y compris bien sûr les transporteurs – partageait à l’unisson une position semblable – morale et pragmatique – selon laquelle les flux commerciaux devaient prospérer grâce à des tarifs abordables pour tous.

« Ocean Shipping Reform Act »

Un coup d’arrêt brutal fut hélas donné à cette entente cordiale à la faveur – à dire vrai plutôt à la défaveur – de l’ «Ocean Shipping Reform Act» voté en 1998 par le Congrès des États-Unis qui se solda par une trilogie de compagnies qui dominèrent rapidement à elles seules près de 85% du transport maritime. Aujourd’hui, il faut impérativement  passer par l’une d’elles pour envoyer par cargo quoique ce soit où que ce soit, et ce dans un univers où les «deals» confidentiels, voire secrets, sont désormais la règle et plus l’exception. Pire encore puisque depuis début 2021, les rapports de force sont devenus démesurés, outranciers. Désormais, obtenir facilement un container relève du parcours du combattant, car certaines sociétés exportatrices ou importatrices de biens et marchandises doivent attendre jusqu’à 7 semaines avant d’être en mesure de mettre la main sur cette denrée devenue rarissime. Aussi, les délais de livraison de port à port se sont-ils allongés en fonction, passant de 60 à 120 jours, le tout saupoudré de prix ayant doublé en quelques années, en données corrigées des variations des prix de l’énergie.

En résumé, ce trio infernal ayant misé à fond et ayant profité à fond de la dérégulation constitue désormais un monopole tout puissant qui engrange des profits surréalistes, indécents, dans un contexte de marché concurrentiel qui n’existe plus, car le marché c’est eux ! Voilà par exemple le géant Maersk qui réalise son plus important bénéfice en 117 ans. D’où la question : ces entreprises affichent-elles la moindre préoccupation – ou le moindre égard – vis-à-vis des chaînes de production et d’approvisionnement ou ne sont-elles hantées que par leurs propres intérêts ? Question légitime dans un contexte où il arrive souvent que des containers envoyés de Chine vers les États-Unis s’en retournent vides, sans attendre de charger de quelconques produits agricoles ou marchandises pour approvisionner les pays sur leur chemin du retour, tant cet itinéraire Chine/États-Unis leur est lucratif.

Une supply chain sous influence monopolistique

Il faut reconnaître que ce cartel bénéficie depuis une vingtaine d’années d’appuis publics déclarés ou, pour être politiquement correct, d’une conjonction astrale hyper favorable. C’est ainsi que ses cargos ne peuvent décharger leurs marchandises que dans certains ports spécialement aménagés à cet effet, alors que certains pays ne disposent pas de camions ni de conducteurs en quantité suffisante localisés au même endroit pour livrer ces biens. Quant au transport ferroviaire qui aurait parfaitement bien pu prendre le relais afin de livrer ces marchandises vers les entrepôts et les distributeurs, il a été démantelé dans un pays sophistiqué et grand consommateur comme les États-Unis. Wall Street exerça en effet une intense pression, exigeant que d’autres types de monopoles contrôlent et démembrent le rail pour optimiser les profits et pour faire envoler les cours en bourse, toujours sous le regard clément des autorités.

Les monopoles et l’appât d’un gain tout aussi massif qu’immoral contribuent donc à désosser notre économie et à saper dangereusement notre pouvoir d’achat. La pénurie des semi-conducteurs, ce composant crucial pour nos véhicules, raconte exactement la même histoire. Les États-Unis n’en étaient-ils pas l’un des plus importants fabricants, jusqu’à ce que l’État fédéral autorise Intel (à l’époque leader américain) de racheter quasiment tous ses concurrents américains, puis de délocaliser la majorité de sa production pour prosaïquement réduire ses coûts ? L’action d’Intel put dès lors flamber en bourse du fait d’investisseurs heureux, mais cette entreprise fut dans l’impossibilité de répondre à la demande mondiale à partir du moment où les usines en Asie durent fermer pour cause de Covid. Toujours la même histoire donc, car les prix de ces semi-conducteurs – et de nos autos et de nos téléphones cellulaires – s’envolèrent du fait de cette raréfaction provoquée par un monopole. Scénario identique pour la viande aux États-Unis – pourtant cruciale pour les citoyens américains qui en sont grands mangeurs – car ce marché est contrôlé à 85% par 4 sociétés dans un environnement presque pas réglementé. Résultat ? Des tarifs à la consommation du bœuf, du porc et du poulet en hausse aux États-Unis de 25% depuis l’automne 2020, accompagnés d’une flambée des profits de ce quatuor monopolistique de plus de 300%.

La concentration extrême, les monopoles, la financiarisation prennent aujourd’hui en otages nos chaînes d’approvisionnement et ce n’est pas la hausse des taux d’intérêt de la part de nos banques centrales qui remédiera à cette augmentation généralisée des prix se manifestant désormais partout de manière inquiétante. Il fut un temps où la politique monétaire était en effet l’arme privilégiée et conventionnelle pour lutter contre l’inflation. Aujourd’hui, c’est une guerre sans merci qu’il faut contre les monopoles pour protéger notre niveau de vie.

______

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d’Art Trading & Finance.
Il vient de publier 
« Fauteuil 37 » préfacé par Edgar Morin. Il est également l’auteur d’un nouvel ouvrage : « Le testament d’un économiste désabusé ».
Sa page 
Facebook et son fil Twitter.

Réparer l’école, la priorité (Michel Barnier)

 Réparer l’école, la priorité (Michel Barnier)

 

L’ancien ministre, candidat à la primaire de la droite, estime, dans une tribune au « Monde » (extrait) , qu’il est urgent de réparer l’école face aux résultats inquiétants qu’enregistrent les élèves français dans les classements internationaux.

 

Tribune.

Rendons-nous à cette triste évidence : notre école est en crise. Tant de parents et d’élèves en souffrent, tant d’enseignants aussi. Nous subissons un inexorable glissement dans les classements internationaux, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) donne des résultats inquiétants en sciences, en compréhension de l’écrit, en mathématiques. Nous étions naguère dans les tout premiers ; nous pointons désormais entre la 20e et la 26e place.

En mathématiques, fleuron de notre monde académique, le niveau de nos jeunes s’est en moyenne effondré. Nous nous flattons à raison de nos nombreuses médailles Fields mais, pour la première fois depuis trente ans, le dernier palmarès de ce prix prestigieux, décerné en 2018, ne comprenait aucun Français. Tout un symbole. Dans un monde de plus en plus dur, nos jeunes sont de plus en plus désarmés.

Et pourtant : nos élèves ne sont pas moins doués et la France a produit plus de lettrés, plus de savants, plus de créateurs que bien d’autres pays ! C’est le système qui a failli. Au lieu de se consacrer à son devoir de transmission du savoir et d’émancipation de chacun, l’éducation nationale, singulièrement depuis 1968, s’est mêlée de vouloir transformer la société. La vocation première de l’éducation qui est d’« élever » (quel beau mot !) nos enfants vers le meilleur d’eux-mêmes, a été dévoyée. Enseigner, c’est transmettre et élever. Pour l’avoir oublié, notre système a contribué à aggraver les inégalités et à enfermer tant d’élèves dans leur catégorie sociale ou leur communauté d’appartenance supposée.

 

A la déroute pédagogique et morale s’ajoute – disons-le ! – une faillite matérielle. Alors que dans les pays de l’OCDE la dépense moyenne par élève augmentait de 8 % entre 2010 et 2016, elle baissait de 5 % en France. Chaque pays exprime ses priorités par des actes : en France, la priorité n’est clairement pas la jeunesse ! L’avenir ne fait plus recette.

Pour preuve, la fonction enseignante, naguère si valorisée, connaît une crise de recrutement sans précédent. Le nombre des candidats au Capes s’est effondré. Celui des élèves sortis du système scolaire sans formation s’est fortement accru, pour dépasser 10 % d’une classe d’âge. Nous avons 80 % de bacheliers, mais le bac a perdu de sa valeur. Les recalés sont devenus des relégués. Le bac pour tous, totem des années Lang, est devenu une machine à exclure. Les mots entendus au début du quinquennat du président sortant avaient pu paraître encourageants : le moins que l’on puisse dire est que les actes n’ont pas suivi.

Michel Barnier pour une taxe carbone aux frontières de l’Europe

Michel Barnier pour une taxe carbone aux frontières de l’Europe

 

 

 

Michel Barnier, l’ex-négociateur du Brexit candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2022, se dit favorable à l’instauration d’une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne, dans une tribune au Journal du Dimanche. Le problème c’est qu’il aurait pu davantage faire avancer ce dossier quand il était commissaire européen bien davantage que comme candidat à la candidature en 2022 où il a peu de chances.

 

«Une taxe carbone aux frontières de l’Union est absolument indispensable, non seulement pour des raisons financières, mais parce qu’elle permettra de rétablir une concurrence équitable entre l’Europe, qui taxe désormais lourdement le carbone, et des partenaires commerciaux qui ne le taxent pas, ou si peu», estime l’ancien ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Michel Barnier: un candidat sans charisme

Michel Barnier: un candidat sans charisme

 

Michel Barnier, l’ancien ministre et ex-négociateur européen en chef a également déclaré sa candidature pour la consultation qu’organisent les républicains. Avant son départ comme commissaire européen, Michel Barnier n’avait pas laissé une image très  affirmée comme un politique français. C’est surtout à l’occasion du brexit qu’il s’est mis en valeur en affirmant notamment une certaine fermeté vis-à-vis de Boris Johnson.

Cependant ne dit pas assez  que Michel Barnier a dû plier devant les exigences allemandes pour aboutir à un accord acceptable par le Royaume-Uni. Le problème, c’est que cet accord paraît particulièrement confus et difficilement applicable dans une Irlande dont la moitié appartient au Royaume-Uni et l’autre moitié est indépendante. Un accord d’ailleurs qui n’est pas respecté par Boris Johnson qui le remet officiellement en cause.

Certes le personnage paraît assez sympathique et non clivant mais se toute évidence Michel Barnier manque d’épaisseur politique et ses premiers propos manquent singulièrement d’originalité témoin cette première déclaration dans le Figaro:

 

Pourquoi êtes-vous candidat à la primaire de la droite et du centre?

Michel BARNIER. - Je suis candidat pour être un président qui respecte les Français et qui fait respecter la France. Nous sommes dans des temps exigeants. Le monde qui nous entoure est dangereux, instable, fragile. Notre pays va mal. Il faut une alternance pour réconcilier, remettre ensemble et agir vraiment.

Quels ont été les moteurs de votre décision?

Être candidat à la présidence de son pays est une décision grave. Cela justifie le temps de la réflexion et de la préparation. Depuis la fin de ma mission sur le Brexit, j’ai beaucoup écouté, dialogué et travaillé pour construire une équipe et un projet. C’est aussi cela le respect vis-à-vis des citoyens. Aujourd’hui, je suis prêt et je suis heureux de le dire depuis la Savoie, terre de mes racines familiales et politiques.

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

 

L’ancien négociateur Michel Barnier considère en quelque sorte que les Britanniques sont des voyous dans la mesure où il ne respecte aucune décision concernant l’accord sur la pêche.

, «on voit que les Britanniques essayent de reprendre maintenant une partie du compromis qu’ils ont conclu avec nous, ce n’est pas acceptable», a déploré auprès de l’AFP Michel Barnier.

«Ils refusent de donner des licences à des bateaux qui ont le droit de pêcher aux termes de notre accord», a-t-il ajouté, voyant une «forme de flibusterie politique dans cette attitude». «Si les licences ne sont pas données, cela peut créer un problème bilatéral très sérieux entre la France et le Royaume-Uni et aussi entre l’Union européenne et le Royaume-Uni», a averti celui qui est également cité comme possible candidat à la présidentielle à droite.

L’accord post-Brexit prévoit également l’obligation pour les pêcheurs européens d’obtenir de Londres des licences pour pêcher dans les eaux britanniques. «Le fait qu’on pêche moins dans les eaux britanniques provoque une redistribution des capacités de pêche», a souligné M. Barnier, interrogé sur les tensions entre pêcheurs français et néerlandais. «Les autorités françaises doivent soumettre cette question à Bruxelles, dans le cadre de la politique commune des pêches», a-t-il estimé.

Politique–Charles Michel : l’exemple de la nullité européenne

Politique–Charles Michel : l’exemple de la nullité européenne

 

L’Europe ne s’est pas grandie évidemment avec l’incident prix diplomatique qui a permis à Erdogan d’humilier l’union européenne.  D’abord on se demande ce qui a justifié le double déplacement de la présidente de la commission européenne et du président du conseil européen. Une opération dont a tiré profit surtout Erdogan pour redorer son image diplomatique internationale. Le scandale de l’humiliation imputable à Erdogan doit aussi au président du conseil européen Charles Michel.

Un président du conseil européen qui est en opposition régulièrement avec la présidente de la commission et pas seulement sur le plan protocolaire. Il est clair que Charles Michel ne tolère pas les velléités de la présidente de la commission européenne pour intervenir de plus en plus les champs de responsabilité y compris au plan international. Charles Michel qui n’a pas inventé la poudre a donc accepté en tout cas cautionner l’humiliation d’Erdogan.

Il faut dire que l’Europe comme souvent n’a pas choisi les meilleurs à la tête des institutions européennes. En général ,on se met plutôt d’accord sur le minimum commun et on préfère choisir des personnalités de second rang voire médiocre pour préserver la souveraineté des états . De ce point de vue le belge Charles Michel ne marquera sans doute pas l’Europe de son empreinte, c’est un politicien de métier qui sait slalomer à l’intérieur des tendances européennes mais qui n’a jamais apporté à l’Europe la moindre perspective un peu significative d’innovation et de dynamisme.

 

Ses explications relatives à l’humiliation d’Erdogan paraissent assez insignifiantes et fastidieuses sans parler de sa posture très faux-cul.

 

La visite des institutions européennes en Turquie a été marquée par l’incident protocolaire subi par Ursula von der Leyen, privée de fauteuil aux côtés du président Erdogan et de vous-même. Que s’est-il passé ? Pourquoi n’avez-vous pas réagi sur le moment ?

Je le dis et le redis : je déplore profondément ce qui s’est produit. Une interprétation trop stricte du protocole par les services turcs a mené à ce regrettable incident. Je ne vous le cache pas, je ne dors pas bien depuis. J’ai refait 150 fois le film dans ma tête. Sur le moment, cela a été très vite. Mon attitude a été motivée par le sentiment que si j’avais alors eu une réaction plus marquée, cela aurait donné lieu à un incident non plus protocolaire mais diplomatique qui aurait détruit des mois de travail intense et d’espoir de pouvoir réengager un dialogue nécessaire avec la Turquie. Les enjeux sont très importants. En mer Méditerranée, nous sommes passés proches ces derniers mois d’incidents militaires graves. En outre, Ursula a exprimé sa désapprobation sur le moment. J’ai pensé que cela aurait été vu comme du paternalisme déplacé si j’avais posé un acte additionnel.

 

Règlement de compte entre Ursula von der Leyen et Charles Michel

Règlement de compte entre Ursula von der Leyen et Charles Michel

 

Il est clair que le traitement différent par Erdogan d’une part de la présidente de la commission européenne d’autre part du président du conseil a constitué une véritable humiliation pour la France. En outre Erdogan n’était pas mécontent d’adresser une claque diplomatique à une Europe qu’il  n’aime pas particulièrement et qui lui permet en même temps de manifester ses réticences vis-à-vis des femmes. De quoi renforcer sa popularité dans les milieux turcs les plus réactionnaires et les plus extrémistes.

Certes on sait depuis longtemps que les relations entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et  le président du Conseil européen Charles Michel sont assez détestables en raison justement de la concurrence sur le plan diplomatique. Après cet incident la présidente de la commission européenne a tenu à mettre les choses au point vis-à-vis de Charles Michel

L’entretien s’est déroulé au Berlaymont, siège de la Commission européenne et a duré près de deux heures. Ursula von der Leyen «a clairement indiqué qu’elle ne permettra jamais qu’une telle situation se reproduise», a précisé une source à la Commission. La controverse suscitée par la préséance donnée à Charles Michel lors de leur réunion du mardi 6 avril à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan a été vécue comme un affront par Ursula von der Leyen.

La présidente de la Commission avait été placée en retrait sur un divan, tandis que Charles Michel et Recep Tayyip Erdogan prenaient place dans les deux seuls fauteuils disponibles. Les services du Conseil assurent que Charles Michel a la préséance pour le protocole international. La Commission conteste cette lecture et réclame le même rang protocolaire pour les deux dirigeants.

Ursula von der Leyen a demandé à ses services de contacter leurs homologues au Conseil pour «trouver un ‘modus vivendi’ afin d’éviter de telles situations à l’avenir», avait expliqué plus tôt dans la journée son porte-parole Eric Mamer. Un memorandum qui expose en cinq points les demandes de la présidente de la Commission sur la base de «l’interprétation des règles en vigueur», a été transmis par email aux collaborateurs de Charles Michel, a-t-il précisé.

Charles Michel : l’exemple de la nullité européenne

Charles Michel : l’exemple de la nullité européenne

 

L’Europe ne s’est pas grandie évidemment avec l’incident prix diplomatique qui a permis à Erdogan d’humilier l’union européenne.  D’abord on se demande ce qui a justifié le double déplacement de la présidente de la commission européenne et du président du conseil européen. Une opération dont a tiré profit surtout Erdogan pour redorer son image diplomatique internationale. Le scandale de l’humiliation imputable à Erdogan doit aussi au président du conseil européen Charles Michel.

Un président du conseil européen qui est en opposition régulièrement avec la présidente de la commission et pas seulement sur le plan protocolaire. Il est clair que Charles Michel ne tolère pas les velléités de la présidente de la commission européenne pour intervenir de plus en plus les champs de responsabilité y compris au plan international. Charles Michel qui n’a pas inventé la poudre a donc accepté en tout cas cautionner l’humiliation d’Erdogan.

Il faut dire que l’Europe comme souvent n’a pas choisi les meilleurs à la tête des institutions européennes. En général ,on se met plutôt d’accord sur le minimum commun et on préfère choisir des personnalités de second rang voire médiocre pour préserver la souveraineté des états . De ce point de vue le belge Charles Michel ne marquera sans doute pas l’Europe de son empreinte, c’est un politicien de métier qui sait slalomer à l’intérieur des tendances européennes mais qui n’a jamais apporté à l’Europe la moindre perspective un peu significative d’innovation et de dynamisme.

 

Ses explications relatives à l’humiliation d’Erdogan paraissent assez insignifiantes et fastidieuses sans parler de sa posture très faux-cul.

 

La visite des institutions européennes en Turquie a été marquée par l’incident protocolaire subi par Ursula von der Leyen, privée de fauteuil aux côtés du président Erdogan et de vous-même. Que s’est-il passé ? Pourquoi n’avez-vous pas réagi sur le moment ?

Je le dis et le redis : je déplore profondément ce qui s’est produit. Une interprétation trop stricte du protocole par les services turcs a mené à ce regrettable incident. Je ne vous le cache pas, je ne dors pas bien depuis. J’ai refait 150 fois le film dans ma tête. Sur le moment, cela a été très vite. Mon attitude a été motivée par le sentiment que si j’avais alors eu une réaction plus marquée, cela aurait donné lieu à un incident non plus protocolaire mais diplomatique qui aurait détruit des mois de travail intense et d’espoir de pouvoir réengager un dialogue nécessaire avec la Turquie. Les enjeux sont très importants. En mer Méditerranée, nous sommes passés proches ces derniers mois d’incidents militaires graves. En outre, Ursula a exprimé sa désapprobation sur le moment. J’ai pensé que cela aurait été vu comme du paternalisme déplacé si j’avais posé un acte additionnel.

 

« La tyrannie des minorités » ? Michel Onfray

« La tyrannie des minorités » ?  Michel Onfray

Invité de Laurent Ruquier, sur le plateau de l’émission « On est en direct », samedi 6 mars, le philosophe a notamment dénoncé une « tyrannie des minorités » qu’il juge dangereuse.

Michel Onfray estime que la société actuelle est en « décadence » : pour illustrer son propos, il publie La nef des fous, un livre sous forme d’éphéméride qui retrace l’année 2020 et recense « chaque délire dont notre temps est capable », selon lui. Il est revenu par exemple sur le discours d’Aïssa Maïga, qui avait dénoncé la sous-représentation des minorités ethniques dans le cinéma français, lors de la cérémonie des Césars 2020. « Moi, je n’ai jamais affaire à des femmes, des blancs, des musulmans, des juifs… J’ai affaire à des êtres humains. (…) C’est la fin de l’universalisme, c’est terrible. On ne peut pas faire une communauté si chacun revendique sa subjectivité, sa couleur de peau, sa religion, on n’arrive pas à ‘faire République’ « .

Le créateur de la revue Front Populaire se dit « de gauche, socialiste libertaire » mais déplore qu’il y ait aujourd’hui un « catéchisme progressiste » auquel on serait forcé d’adhérer, « sur l’identité, sur le changement climatique », sous peine d’être assimilé « à un fasciste ». « Le débat n’est plus possible, on se fait insulter. Pour moi, la gauche, c’est le débat, ce n’est pas l’interdiction« , a-t-il dit, avant de conclure : « la dictature de l’émotion, c’est le refus de la raison ».

La guerre des métaux rares ( institut Michel Serre )

La guerre des métaux rares ( institut Michel Serre )

 

Dans son livre « La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique », Guillaume Pitron présente les coulisses de la transition énergétique. Et selon lui, elle ne serait pas si durable que cela. Entretien.

 

. Pouvez-vous nous expliquer votre thèse ?

 

Guillaume Pitron : Pour la même production d’énergie, les technologies utilisées aujourd’hui consomment davantage de ressources que les technologies précédentes. Plus nous irons vers les technologies vertes, plus nous aurons besoin de ressources. La transition énergétique veut prôner la sobriété, mais nécessite l’inverse pour être rendue possible. En clair : elle nécessite davantage de ressources et c’est un paradoxe. Nous sommes dans un système de gaspillage, il faut rationaliser les ressources. On sait recycler les métaux rares, mais cela coûte trop cher, car ils sont souvent sous forme d’alliages, des « composites », donc on ne le fait pas. On préfère les jeter lorsqu’ils sont usagés, plutôt que de payer un peu plus cher nos biens technologiques. Aujourd’hui, on ne recycle que 1 % des terres rares, mais c’est bien 100 % de tous les métaux rares qu’il faut recycler. Toutefois, même si l’on recyclait l’ensemble des métaux utilisés aujourd’hui, il faudrait toujours aller en chercher plus, c’est inévitable. Nos besoins augmentent de 5 % par an, la production est multipliée par deux tous les 15 ans. Il faut également lutter contre l’obsolescence programmée, substituer les métaux énergivores et faire de l’éco-conception.

ETI : La Chine produit 95% des terres rares et a le quasimonopole sur d’autres métaux rares. Elle impose des quotas et des embargos. Aura-t-on assez de métaux pour assurer la transition énergétique ?

G.P : C’est vraiment une question qu’il faut se poser. Il faut souligner un véritable paradoxe : nous sommes dans un monde d’énergies renouvelables qui nécessite des matières premières non renouvelables pour être exploitées. D’un côté, certains observateurs disent que nous aurons toujours assez de métaux. Selon eux, le progrès technologique est une course permanente entre l’épuisement des ressources et le fait que l’on utilise les ressources de manière toujours plus efficiente. Après tout, cela fait 40 ans que la fin des réserves de pétrole est repoussée. Pour retarder ces échéances, nous développons de nouvelles technologies qui permettent d’aller chercher le pétrole toujours plus profondément. C’est la même chose pour les métaux. Certains disent que ces métaux sont présents partout dans les océans et dans l’espace et qu’il suffit d’aller les chercher. Une autre école dit que le problème n’est pas tant géologique que technologique. À force d’aller toujours plus loin, nous arrivons à un plafond. Sans compter les impacts sur les écosystèmes que cela peut provoquer. Compte-tenu de notre rythme de consommation, il y a des pénuries de métaux annoncées à court ou moyen terme. De nouvelles technologies vont bien sûr apparaître et de nouveaux gisements vont être découverts. Mais il faudra toujours utiliser davantage d’énergie pour aller les chercher. Les limites de l’extraction minière ne sont pas quantitatives, mais énergétiques. Entre les deux positions, il faut savoir jusqu’où nous sommes prêts à aller pour un modèle dit durable et à base d’énergies renouvelables, mais reposant sur l’extraction de minerais non renouvelables. Personnellement, je suis inquiet.

 

Vous qualifiez de la France de « géant minier en sommeil », prônez-vous le retour de mines en France ?

 

Je pense qu’il faut assumer une part de ce fardeau. Il est trop facile de délocaliser la pollution et laisser d’autres pays extraire des minerais sans lesquels nous ne pourrions pas parler de transition énergétique en France. Il faut que nous assumions une partie de ce fardeau, à parts égales de notre PIB par exemple. Ce serait une position juste. Il faut que le grand public prenne réellement conscience du coût réel de la transition énergétique en termes d’extraction minière. Nous pourrions alors accepter de dépenser un peu plus d’argent pour un téléphone propre avec des minerais exploités dans une mine un peu plus responsable qu’une autre. Cela permettrait à ce type de marché d’émerger, et permettrait de modifier le reste du marché. Dans ces conditions, on peut imaginer que si la Chine voulait continuer à vendre des métaux à l’Occident, elle devrait davantage prendre en compte cette nouvelle exigence.

 

ETI : Beaucoup d’entreprises ne semblent pas se soucier de leur approvisionnement en métaux rares. Comment l’expliquez-vous ?

G.P : En 2010, la Chine a mené un embargo sur les terres rares contre le Japon. De grands groupes français ne savaient pas ce qu’étaient les terres rares à l’époque, car ils achètent des composants qui sont assemblés pour faire des produits finis. La chaîne logistique entre le minerai et l’industriel final comprend au moins une quinzaine d’intermédiaires. Celle-ci peut donner l’illusion d’une abondance. L’industriel est déresponsabilisé et le risque de manquer de métaux est transféré à ses fournisseurs. Mais il est tout le temps exposé en réalité.

 

ETI : Les véhicules du futur demanderont-ils moins de métaux ?

 

G.P : Il y aura toujours des métaux dans les véhicules. Les technologies qui permettent de propulser les véhicules utiliseront toutes des métaux rares. En plus, il y a de plus en plus de technologies embarquées. Les voitures autonomes qui arrivent bientôt sur le marché sont bourrées de radars et produisent une multitude de données numériques. Demain, la voiture sera un cocktail de technologies vertes et numériques. Même si l’on change la propulsion, il y aura toujours des caméras à l’avant et à l’arrière, des ordinateurs de bord. Derrière, les infrastructures pour traiter les données vont se multiplier, nécessitant notamment des supercalculateurs et des data centers. De nombreux problèmes environnementaux se posent en Chine pour l’extraction des terres rares. Des problèmes similaires se posent d’ores et déjà en Amérique latine, en particulier du fait de l’extraction du lithium, dans les soussols des déserts de sel boliviens, chiliens et argentins. Le lithium n’est pas considéré comme rare, mais sa production mondiale, dopée par la forte croissance du marché des voitures électriques, va exploser dans les prochaines années. La pollution concerne tous les pays producteurs, à l’image, par exemple, de la République démocratique du Congo, qui satisfait plus de la moitié des besoins de la planète en cobalt. L’extraction de cette ressource, indispensable à la fabrication de nombreux types de batteries lithium-ion utilisées dans les véhicules électriques, s’opère dans des conditions moyenâgeuses. Cent mille mineurs équipés de pelles et de pioches transpercent la terre toute l’année pour se procurer le minerai

Affaire Michel Zecler: mise en détention de trois policiers

Affaire Michel Zecler: mise en détention de trois policiers

Suite à l’interpellation violente de Michel Zecler, producteur musical, le  Parquet de Paris a requis la mise en examen des quatre policiers impliqués .

Le Parquet a également demandé la détention provisoire pour trois de ces policiers en raison des “troubles exceptionnels à l’ordre public” provoqués par l’infraction et pour éviter “un risque de concertation entre les auteurs ou de pression sur les témoins”, a ajouté le procureur de la République.

Ces policiers sont accusés des chefs de violences volontaires avec arme, en réunion et accompagnés de propos à caractère raciste, de faux en écriture publique, de violation de domicile, et de dégradation volontaire de biens privés en réunion.

Le Parquet a également demandé le placement sous contrôle judiciaire pour le quatrième policier, qui était arrivé en renfort et aurait selon toute vraisemblance lancé une grenade lacrymogène dans le studio pour en faire sortir ses occupants.

Coronavirus : Mettre fin aux stratégies divergentes en Europe (Charles Michel)

Coronavirus : Mettre fin aux stratégies divergentes en Europe (Charles Michel)

 

En affirmant que les stratégies sanitaires européennes doivent être convergentes le président du conseil européen Charles Michel critique en creux des politiques très contradictoires. (Interview Figaro)

Comment décririez-vous la situation actuelle en Europe sur le front du Covid-19?

Charles MICHEL. -Nous devons dire la vérité. La situation est grave. L’Europe en est maintenant à devoir éviter le drame. C’est pourquoi il est urgent d’agir au niveau européen. Il y a un lien entre le niveau d’intensité des mesures restrictives que les États membres sont en train de prendre et la question de l’efficacité de notre stratégie commune. Deux solutions peuvent être utilisées pour limiter la propagation du virus. La première, la plus facile à décider, est le verrouillage qui a d’énormes conséquences politiques, économiques, sociales, psychologiques, voire démocratiques. L’autre option, c’est une plus grande coordination dans le testing, le traçage et dans les vaccins.

Qu’attendez-vous de la visioconférence des Vingt-Sept qui aura lieu jeudi?

J’appelle à une Union pour les tests et les vaccins. Et j’espère que les discussions permettront d’encourager les États membres à converger et à coopérer.

« La relance durable passe par la réindustrialisation ». (Michel Rousseau )

« La relance durable passe par la réindustrialisation ». (Michel Rousseau )

 

Michel Rousseau  économiste , président de la Fondation Concorde milite pour une relance qui passe par la réindustrialisation dans une chronique à l’opinion.

« Il ne peut y avoir de relance sérieuse et durable sans un objectif ambitieux qui soit le doublement, en vingt ans, de la part de l’industrie dans le PIB national et que toutes les dispositions soient prises pour y parvenir. C’est un défi considérable et mobilisateur pour sortir d’une situation difficile. Si cet objectif est fixé par ce nouveau gouvernement, nul doute que le développement des autres secteurs suivra.

Il est nécessaire, par avance, de répondre aux défaitistes qui depuis des années laissent notre production s’effondrer, en répétant c’est trop tard ! A l’inverse, nous pensons que le moment n’a jamais été aussi propice : la recherche de circuit court, la tendance à la personnalisation des produits, les nouvelles technologies, le numérique, la robotisation, l’impression 3D – ces innovations vont provoquer une révolution dans la sphère industrielle. C’est l’occasion pour notre pays de rattraper un retard naissant.

Rappelons les vertus des manufactures : selon une étude de l’ancien ministère de l’Industrie, une usine tire plus de 50 % des autres activités dans son environnement. Les expériences malheureuses du passé montrent que les populations sont attachées à leurs usines. Il n’y a qu’en France que l’on voit les pneus brûlés devant les portes de ces outils de travail, promis à l’abandon. On ne peut donner tort à ces salariés quand on mesure la négligence des pouvoirs publics depuis quatre décennies, au regard du secteur de la production, secteur qui a la capacité unique de fixer les populations dans les territoires, d’assurer des salaires de qualités, de stimuler la recherche ; enfin c’est un secteur dont la productivité est trois fois supérieure aux autres secteurs. La disparition de ces entreprises qui a contribué à vider les territoires est, selon nous, en partie à l’origine du mouvement des Gilets jaunes.

C’est grâce à leurs exportations constituées de biens sortant de leurs manufactures, que des pays comme le Japon, puis la Chine et la Corée du Sud ont pu sous les yeux de nos dirigeants atteindre notre niveau de vie, sans qu’aucune leçon n’en soit tirée pour que nos politiques soient corrigées

Négligence et myopie – aucun pays n’a subi un effondrement comparable du cœur de sa puissance économique, passé de 24 % du PIB en 1980 à 11 % aujourd’hui, alors que l’Allemagne est à 21,6 %, l’Italie à 16,64 %, pour ce qui est de nos principaux partenaires. Comment ne pas voir par ailleurs que c’est grâce à la capacité de leurs exportations constituées de biens sortant de leurs manufactures, que des pays comme le Japon, dès les années 70, puis la Chine, puis la Corée du Sud ont pu sous les yeux de nos dirigeants s’approcher et parfois atteindre notre niveau de vie, sans qu’aucune leçon n’en soit tirée pour que nos politiques soient corrigées.

Proposition médiatique. La mode était chez nous pendant tout ce temps au passage dans une « société post-industrielle », depuis qu’un cabinet américain prestigieux avait annoncé que la France dépasserait l’Allemagne en développant son secteur des services ; proposition très médiatique qui a nourri les magazines pendant les trois dernières décennies de ce dernier siècle. Ceci avec l’approbation de quelques entrepreneurs influents du secteur des services bien sûr, qui n’hésitaient pas, par ailleurs, à promouvoir l’externalisation de nos industries dans les pays en voie de développement !

Une politique de réindustrialisation doit commencer par redonner de la compétitivité à toutes nos entreprises. Elles traînent depuis 40 ans sur les marchés étrangers un surplus d’impôt entre 10 % et 13 % par rapport à leurs concurrents

Aucun gouvernement désormais ne peut oublier les déficits récurrents de notre balance commerciale, autour de 60 milliards depuis plusieurs années. Chiffre alarmant quand on sait qu’Airbus compte à lui seul pour une part importante de nos exportations. Une politique de réindustrialisation doit commencer par redonner de la compétitivité à toutes nos entreprises pour réduire ce déficit chronique. A leur décharge, elles traînent depuis quarante ans sur les marchés étrangers un surplus d’impôt entre 10 % et 13 % par rapport à leurs concurrents. Ce différentiel qui, au long des années, ne peut avoir eu que des conséquences négatives. Il serait donc nécessaire d’abaisser les charges de 150 milliards pour l’ensemble de nos entreprises pour se retrouver à égalité avec l’Allemagne. Impossible dans notre situation actuelle. Il est donc nécessaire de procéder par étapes sur dix ans, en commençant bien sûr, immédiatement, par débloquer 25 milliards pour rendre nos industries compétitives, considérant qu’elles jouent le rôle de locomotive pour l’ensemble de notre économie et qu’elles comptent comme le levier principal pour assurer notre souveraineté.

Dans cette perspective, l’urgence est à la suppression de la C3S, c’est l’impôt le plus nuisible pour les productions sur le sol français car il taxe en cascade le chiffre d’affaires à tous les stades de fabrication. Pour s’en prémunir, les entreprises ne peuvent que chercher des sous-traitants à l’étranger. Il s’agit aussi d’instaurer un crédit d’impôt « Modernisation de l’appareil de production ​» pour compenser les impôts de production et ainsi éviter la confrontation avec les collectivités locales qui en sont les principaux bénéficiaires. Un tel crédit d’impôt présente de multiples avantages en particulier d’être ciblé presque exclusivement sur l’industrie et d’avoir déjà été pratiqué par le ministère de l’économie et des finances. Nous proposons aussi d’améliorer le financement de nos entreprises industrielles en mobilisant le surcroît d’épargne des Français par la création d’un fonds d’investissement géré par la BPI, garantissant le remboursement du capital et rétribuant l’épargne de manière défiscalisée pour la moitié des plus-values – dispositif qui pourrait être décliné dans les régions pour accompagner le mouvement en faveur du produire local.

Impact environnemental. Rappelons qu’en travaillant pour les relocalisations, les pouvoirs publics répondraient aux préoccupations nationales pour une amélioration de notre bilan carbone ​: fabriquer chez nous ce que nous consommons est moins coûteux que de le faire fabriquer dans un pays moins vertueux concernant l’impact environnemental, sans compter le coût du transport. Nos compatriotes écologistes devraient s’en réjouir.

Cette réduction des charges à la production doit être accompagnée de mesures organisant, dans un cadre local, nos tissus économiques. Il faut donner plus de responsabilité aux entrepreneurs et pour cela, faciliter la création de « ​Maison des entrepreneurs ​», sous forme d’association qui s’installeraient dans les locaux des CCI, car comme le montrent les exemples étrangers c’est la force des réseaux qui donne la confiance indispensable aux patrons d’entreprise pour leur développement ​; les groupes d’entreprises facilitent un accès rapide aux financements, peuvent passer des accords de partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, organisent l’entraide pour l’exportation, renforcent l’attractivité des territoires et les relocalisations en créant, par avance, en lien avec les élus des zones d’accueil « clefs en main » pour les futures usines.

Réparer notre économie et relancer par cette méthode l’emploi c’est aussi abandonner la politique qui consiste à créer des emplois en les finançant par une surtaxation du secteur productif, ce qui réduit leur capacité d’adaptation et bien sûr, par conséquent la croissance de notre économie. »

Michel Rousseau est économiste et président de la Fondation Concorde.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol