Archive pour le Tag 'meurtre'

Seulement huit ans et cinq ans de prison pour le meurtre d’un militant antifasciste !

Seulement huit ans et cinq ans de prison pour le meurtre d’un militant antifasciste !

La cour d’assises de l’Essonne a condamné vendredi en appel deux anciens skinheads à huit et cinq ans d’emprisonnement pour la mort du militant antifasciste Clément Méric, tué lors d’une rixe à Paris en 2013, des peines moins lourdes qu’en première instance.Conclusion avec les remises de peine, les coupables feront de leur de quatre à deux ans de prison pour un meurtre. Ne pas s’étonner dans ces conditions que le sentiment d’impunité participe de la montée de la violence dans le pays.

 

Esteban Morillo, 28 ans, et Samuel Dufour, 27 ans, tous deux vêtus d’une chemise, ont accueilli leur condamnation dans le calme. «Vous allez être reconduits à la maison d’arrêt», a indiqué le président de la cour d’assises Thierry Fusina, précisant que la feuille de motivation expliquant le choix de la cour sera communiquée lundi.

Encore un meurtre d’une jeune de 18 ans

Encore un meurtre d’une jeune de 18 ans

Encore un meurtre une fille de 18 ans qui confirme que la violence se banalise de plus en plus dans le pays. Anaïs Mechain, une jeune femme de 18 ans originaire de Dunkerque (Nord), où elle vivait chez sa mère avec son frère, a été retrouvée morte lundi 10 mai dans une rue de Pontault-Combault (Seine-et-Marne).

Selon les résultats de l’autopsie, la victime a été tuée par étranglement. Le corps présente également des traces de coups au visage et des brûlures dans le dos, d’après Le Parisien . L’enquête fait apparaître que la jeune femme a été tuée au Plessis-Trévise (Val-de-Marne) avant d’être transportée à Pontault-Combault.

. Un jeune homme âgé de 18 ans a été interpellé à son domicile familial, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), vendredi 14 mai.

Dimanche 16 mai, le suspect a été mis en examen pour «meurtre», indique à l’AFP le parquet de Créteil (Val-de-Marne), chargé de l’affaire. Le suspect est également placé en détention provisoire, précise le parquet.

Double meurtre à Cholet : un déséquilibré de plus !

Double meurtre à Cholet : un déséquilibré de plus !

D’une certaine façon, les actes barbares de  l’islamisme autorisent n’importent quel déséquilibré à commettre l’irréparable. Les actes criminels se banalisent puisque chaque jour maintenant il faut compter un drame supplémentaire soit avec l’assassinat de personnes innocentes, soit encore avec des agressions souvent mortelles contre les policiers. 48 heures après le drame qui a coûté la vie à deux personnes samedi 14 novembre à Cholet, l’émotion reste vive dans cette commune du Maine-et-Loire. De nombreuses questions subsistent, notamment sur la personnalité complexe du principal suspect, un homme de 35 ans aux multiples antécédents psychiatriques. Un individu qui a commis ces crimes « au nom de Dieu « qui se revendique catholique. En fait un cinglé, délinquant. Un marginal qui voulait donner un sens à sa vie lamentable.

Le mis en cause était connu des services de police pour des délits de droit commun, notamment pour port d’arme illégal. Il était également connu par ses voisins comme «étant quelqu’un d’un peu perturbé» rapporte le procureur. Il avait d’ailleurs été hospitalisé sous contrainte en 2018 dans un établissement psychiatrique sur demande d’un membre de sa famille.

Malheureusement deux personnes d’environ 80 ans ont été sauvagement tuées par un illuminé qui sollicite Dieu pour commettre son crime. Tous les auteurs d’actes aussi odieux ne sont pas psychiquement aussi atteints mais tous présentent des caractéristiques semblables à savoir des ratés, des délinquants qui tuent au nom de Dieu !

Etudiante condamnée pour approbation du meurtre de Conflans

Etudiante condamnée pour approbation du meurtre de Conflans

Une jeune femme de Besançon est accusée d’avoir écrit que l’assassinat par décapitation de Samuel Paty était «mérité», d’après L’Est républicain. Son propos est apparu sur Facebook, en commentaire d’une publication de ce quotidien régional, avant d’être supprimé. Ce post évoquait l’appel à un rassemblement national, le dimanche 18 octobre, en mémoire du professeur Samuel Paty, assassiné devant son collège par un terroriste.

Vendredi 23 octobre, la vice-procureur de la République de Besançon, a requis 6 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire, ainsi que 180 heures de travail d’intérêt général, pour «dérapage». La jeune internaute a finalement été condamnée à quatre mois de prison avec sursis, après avoir admis devant le juge, ne pas comprendre ce qu’il l’avait amenée à écrire cela. Elle devra également effectuer un stage de citoyenneté, à ses frais.

Burkina : Compaoré officiellement accusé du meurtre de Sankara

Burkina : Compaoré officiellement accusé du meurtre de Sankara

 

Ce que tout le monde ou presque savait au Burkina a pris une tournure officielle  avec la mise en accusation de Compaoré pour le meurtre de l’ancien président Sankara alors considéré comme le Che africain. L’heure est aux règlements de comptes car Compaoré  à bénéficier d’une grande bienveillance en Afrique durant les 27 ans qu’il a occupés pouvoir. Il a même été considéré comme un sage notamment dans le conflit ivoirien. Le Burkina Faso a émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du dirigeant déchu, Blaise Compaoré, pour l’assassinat de l’ancien président Thomas Sankara il y a près de 30 ans, ont annoncé lundi à Reuters des sources judiciaires. Le problème c’est que cette affaire risque de diviser encore davantage une population déjà très éclatée et qui se trouve de plus en plus sous la menace de dèche. Et ce n’est pas la présence de la force française arcane rassure, elle est même de plus en plus contestée.

L’assassinat du dirigeant populaire en 1987 est l’un des assassins les plus infâmes de la période agitée qui a suivi l’indépendance de l’Afrique, et le gouvernement intérimaire du Burkina Faso s’est engagé à le résoudre.

Un corps soupçonné d’être celui de Sankara a été exhumé plus tôt cette année et une autopsie a révélé qu’il était criblé de balles, renforçant ainsi les affirmations selon lesquelles il aurait été exécuté lors du coup d’État de 1987 qui avait porté Compaoré au pouvoir.

Compaoré lui-même a été chassé du pouvoir en octobre dernier par une foule s’opposant à sa tentative de changer la constitution du pays d’Afrique de l’Ouest et de prolonger son règne de 27 ans. Il s’est enfui en Côte d’Ivoire voisine, où il serait maintenant basé.

« Je confirme qu’un mandat d’arrêt international a été émis par le juge d’instruction contre (l’ex) président Blaise Compaoré », a déclaré à Reuters Prosper Farama, avocat de la famille de Sankara. Il a déclaré que les accusations étaient entre autres du meurtre et de la complicité d’assassinat.

Deux autres sources judiciaires qui ont requis l’anonymat ont confirmé le mandat, qui aurait été émis le 4 décembre. Un porte-parole du gouvernement burkinabé n’était pas disponible pour commenter.

Bruno Kone, porte-parole du gouvernement ivoirien, a déclaré: «Le gouvernement n’a pas été averti. Nous n’avons rien d’officiel et aucun commentaire à faire.  »

Les accusations contre Compaoré constituent une étape majeure dans cette affaire, les autorités par intérim se préparant à passer le pouvoir à l’ancien Premier ministre Roch Marc Kabore, vainqueur de l’élection présidentielle de novembre.

Sankara a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1983 et a poursuivi une philosophie du marxisme et du panafricanisme qui l’a conduit à s’appeler «Che Guevara en Afrique». De nombreux intellectuels africains le considèrent comme un visionnaire.

Au moins 10 autres personnes ont déjà été accusées de meurtre. Parmi eux, le général Gilbert Diendere, qui a dirigé un coup d’Etat manqué en septembre.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol