Archive pour le Tag 'meurt'

« La gauche meurt chaque jour » (Manuel Valls)

« La gauche meurt chaque jour » (Manuel Valls)

Manuel Valls, ex-socialiste estime dans le JDD que la gauche  meurt aujourd’hui de son aveuglement, de son passéisme et de sa paresse.

 

Le spectacle affligeant que la gauche donne d’elle-même ces derniers jours relève davantage de l’évidence que de la surprise. Elle n’est pas en train de succomber, en réalité elle meurt chaque jour un peu plus, et ce, depuis des années. C’est non sans nostalgie et amertume que je constate que la gauche s’éteint par reniement de ses valeurs et de son histoire. Ce n’est pas faute de m’être battu pour que ce moment n’arrive pas. J’ai formulé, des années durant, de multiples avertissements, me valant les critiques d’authentiques tartuffes, drapés dans des postures de prétendus sages.

Lorsque j’ai averti que la gauche pouvait mourir, je voulais provoquer un électrochoc. Parlant de gauches irréconciliables, je cherchais à ce que les républicains se distinguent définitivement des communautaristes. Parce qu’elle refuse de voir le réel et ostracise tous ceux qui veulent l’affronter, la gauche meurt.

Elle meurt de son aveuglement. Conseiller de Michel Rocard durant l’affaire du voile de Creil en 1989, j’ai vu une partie de la gauche troquer ses valeurs contre une paix sociale, voire électorale, précaire et illusoire. Maire d’Évry, j’ai prêché dans le désert sur l’abandon des quartiers populaires au communautarisme, sur la montée de l’insécurité, sur l’émergence de l’islamisme. Député, je fus l’un des rares membres de mon groupe à voter la loi d’interdiction de la burqa. Ministre de l’Intérieur puis Premier ministre, j’ai été esseulé dans mon propre camp lorsqu’il s’agissait de défendre la crèche Baby-Loup ou les maires interdisant le burkini sur les plages, ou critiqué quand j’invitais à questionner nos politiques migratoires. Cantonnée à des discours déresponsabilisants et arc-boutée au « pas de vague » par crainte de l’extrême droite, la gauche n’a jamais fait son aggiornamento.

Une partie de la gauche se fourvoie dans la décroissance ou le wokisme

La gauche meurt de son passéisme. Elle s’obstine à voir l’entreprise sous le prisme de la lutte des classes, jouant de vieilles lunes et d’épouvantails, des 35 heures au travail du dimanche. En s’opposant à ma volonté d’améliorer la compétitivité, les frondeurs savaient qu’ils condamnaient les salariés au chômage. Refusant de reconnaître la valeur émancipatrice du travail, la gauche n’a que des fantasmes : revenu universel, 32 heures… L’obsession antinucléaire de certains l’empêche de voir le potentiel de cette énergie bas carbone et la divise sur un sujet majeur.

La gauche meurt de sa paresse. Qu’a-t-elle fait en cinq années d’opposition? A-t-elle quelque chose de tangible à proposer aux Français sur les thématiques qui sont historiquement les siennes comme la lutte contre les inégalités, l’école, la laïcité, la protection des plus modestes ou la défense des services publics? La gauche ne réfléchit plus à l’avenir et une partie d’entre elle se fourvoie dans la décroissance ou le wokisme. Sa complaisance vis-à-vis des racialistes fait honte à son républicanisme originel.

La gauche pourra organiser toutes les primaires, se réunir autour de partis moribonds ou de tribuns déclinants [...], elle a déjà perdu

Face à ces contradictions et en l’absence d’une culture de gouvernement, la gauche ne peut être qu’inaudible. Elle pourra imaginer tous les subterfuges, organiser toutes les primaires, se réunir autour de partis moribonds ou de tribuns déclinants, se jeter dans les bras de figures tutélaires fantasmées qui sont à l’origine de sa perte, elle a déjà perdu. Elle a abandonné ce qui faisait son utilité et sa force : la nation aux nationalistes, l’assimilation aux xénophobes. Face à l’antirépublicain Zemmour qui attaque son héritage, elle se perd, honteuse, en propos verbeux.

Pourtant, jamais ses idées originelles n’ont été aussi essentielles et attendues. Nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité doivent beaucoup à ce camp politique qui a su les consacrer puis les décliner de façon concrète, au service du peuple. Alors qu’elles sont menacées et fragilisées, c’est aux véritables républicains des deux bords de s’unir pour les défendre et leur redonner du sens.

 

Sarkozy: « Bayrou, c’est comme le SIDA…Quiconque le touche meurt! »

 

Sarkozy: « Bayrou, c’est comme le SIDA…! »

Officiellement la question des primaires est réglée à l’UMP, à la satisfaction de tous disent les grands médias. Tu parles ! les primaires doivent être le plus largement ouvertes comme le souhaitent notamment Juppé ou NKM. En fait pour Sarkozy pas question du Modem. Seulement l’UDI qui veut aussi des primaires avec le Modem. Alors que le Modem a réaffirmé son soutien à Alain Juppé pour les primaires à l’UMP, le président de l’UMP Nicolas Sarkozy aurait, selon Le Parisien déclaré auprès de quelques proches: Une petite phrase qui en dit long sur les relations entre les deux hommes : « Bayrou, c’est comme le SIDA…Quiconque le touche meurt! » . Pour ces primaires, Nicolas Sarkozy souhaite au plus vite faire entrer les centristes dans la primaire. « Plus il y aura de centristes candidats à la primaire, plus les voix de Juppé seront éparpillés. C’est la stratégie de Nicolas Sarkozy » explique un responsable cité par le quotidien. Effectivement Sarkozy encourage le plus grand nombre de candidatures qui va permettre une dispersion des voix. En interdisant au Modem de participer il prive Juppé du soutien de Bayrou et de ses troupes. Or, dans le camp Juppé, on «souhaite une primaire la plus ouverte possible (…) y compris jusqu’au Modem. Même son de cloche du côté de NKM, qui prend une nouvelle fois le contre-pied de Sarkozy. «Oui», déclarait-elle il n’y a pas longtemps elle, les électeurs de Bayrou pourront participer. La députée de l’Essonne veut des «primaires de l’alternance, c’est-à-dire des primaires où on ne vous demande pas ce que vous avez voté en 2007, en 2002 et en 1981, on vous demande: qu’est-ce que vous voudriez voter en 2017 ?». Outre la question des participants, se pose celle du calendrier ; Sarkozy semble bien décidé à rester à la tête de l’UMP le plus longtemps possible pour en démissionner  comme le prévoient les statuts mais  le plus tard possible. 

« La gauche se meurt »(Julien Dray, PS)

« La gauche se meurt »(Julien Dray, PS)

 

« Je pense qu’il y a urgence, la gauche se meurt », a affirmé Julien Dray dans l’émission « Le grand rendez-vous » (Europe 1/Le Monde/iTélé), comme en écho à la formule de Manuel Valls en juin devant le Conseil national du Parti socialiste: « Oui, la gauche peut mourir. » « Ce que je ne veux pas, c’est que dans deux ans le bilan de ma vie militante, ça soit d’aller convaincre des électeurs de gauche de voter pour Nicolas Sarkozy parce qu’il faudra faire barrage à Marine Le Pen », a expliqué l’élu de l’Essonne. Avant de poursuivre: « Il nous reste quelques mois, peut-être même quelques semaines, pour arrêter ce qui est en train de se passer, cette situation incroyable où la gauche passe plus de temps à se battre entre elle (…) où chacun distribue des brevets de gauche aux uns aux autres (…) où (se multiplient) les polémiques stupides auxquelles on ne comprend rien (…) alors on est de gauche quand on est pour cinq dimanches et on est de droite quand on est pour douze dimanches ». Le projet de loi sur l’activité, qui vise à étendre le travail dominical et ouvrir les professions réglementées, présenté mercredi par Emmanuel Macron, suscite de fortes réticences chez plusieurs élus socialistes, comme Martine Aubry, qui entendent peser pour le faire amender très sensiblement. La principale pierre d’achoppement est le chiffre de 12 dimanches travaillés par an figurant dans le projet de loi, le PS souhaitant le ramener à « 5 à 7 dimanches ». « Le peuple de gauche, il ne comprend rien à ce qui est en train de se passer et c’est la responsabilité du principal parti de gauche, le Parti socialiste, mon parti », a regretté Dray. Le PS « souffre (du fait) qu’il n’est plus en prise en réalité avec le monde, et maintenant c’est sa survie qui est cause ». « Tout le monde est déjà dans la défaite », a-t-il estimé, reconnaissant qu’ »il y a des erreurs qui ont été commises ». Avant de conclure: « Il y a aujourd’hui nécessité d’un nouveau Big bang à gauche ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol