Archive pour le Tag 'meubles'

Le PS derrière Glucksmann….pour sauver les meubles

Le PS derrière Glucksmann….pour  sauver les meubles

 

Inutile de tourner autour du pot, l’PS a choisi l’essayiste Raphaël Glucksmann (du mouvement place publique) pour sauver  d la vieille maison. En effet aucun leader socialiste ne paraissait en situation de redresser une situation électorale qui s’annonçait assez dramatique pour les européennes.  Le parti communiste socialiste est comme le parti communiste, sur la voie de l’extinction puisque les sondages lui accordent jusqu’à ce jour seulement autour de 6 % alors qu’il n’y a pas si longtemps, c’est-à-dire avant l’élection de Macron, il disposait d’une large majorité à l’Assemblée nationale. Reste à savoir si cela sera suffisant pour sauver la vieille maison qui sombre comme a sombré la SFIO pour l’énorme décalage entre des discours pseudo révolutionnaires est une pratique de collusion avec les forces économiques dominantes. Souvenons-nous du fameux slogan de François Hollande lors de sa campagne : « l’ennemi c’est la finance » tout cela pour aboutir à la distribution de dizaines de milliards sans aucune compensation, sans aucune exigence et même sans évaluation. Sans parler des autres contradictions notamment de la composition sociologique de la direction du parti socialiste.  C’est donc une sorte d’opération sauvetage qu’ont décidé les quelque 300 membres du conseil national socialiste, réunis à la Maison de la Chimie, à Paris, ont entériné un accord passé cette semaine entre Raphaël Glucksmann, cofondateur du jeune mouvement Place publique, et Olivier Faure, premier secrétaire du PS depuis près d’un an.“C’est une rupture avec le passé, mais ce n’est pas un effacement”, a déclaré ce dernier lors d’un discours de clôture. Place publique et le PS plaident chacun pour le rassemblement – hors France insoumise – de toute la gauche, aujourd’hui en morceaux, mais ils se sont tous deux heurtés au refus opposé notamment par Europe écologie-Les Verts et le parti Génération.s, fondé par l’ex-socialiste Benoît Hamon. Raphaël Glucksmann a annoncé vendredi la constitution d’une liste qui, espère-t-il, finira par attirer les réfractaires. “Il n’est pas socialiste, il ne connaît pas l’histoire de tous nos congrès, son expression peut parfois nous heurter, mais le rassemblement, (…) c’est toujours commencer par accepter cette idée simple que les différences nous enrichissent”, a justifié Olivier Faure lors de son discours. L’ambition affichée par le député de Seine-et-Marne est de faire de cette liste d’alliance la première à gauche au soir des élections du 26 mai. L’idée de confier le destin du PS à une personnalité extérieure rebute de nombreux cadres, à commencer par Stéphane Le Foll, ex-ministre de l’Agriculture et ancien bras droit de François Hollande, qui a annoncé vendredi sa démission du bureau national, principale instance dirigeante du parti.

EELV (les verts) : sauver les meubles aux européennes

EELV (les verts) : sauver les meubles aux européennes

 

En 2099 EELV avait faiat une score très honorable de 16% mais en 2014 les verts ne pourrait faire que la moitié du fait notamment de leur positions ambigües voire contradictoires au gouvernement, de leurs querelles internes et de la très mauvaise image de Duflot. Du coup on tenet de sauver les meubles en mettant des personnalités moins compromises. Europe Ecologie-les Verts a arrêté ce samedi 14 décembre ses listes de candidats aux élections européennes, sur lesquelles l’ex-numéro 1 Pascal Durand figure en tête de liste pour l’Île-de-France, Eva Joly sera en deuxième position sur la même liste. Dans l’Ouest, Yannick Jadot est tête de liste. Dans l’Est ce sera Sandrine Bélier, dans le Nord Karima Delli, dans le Sud-Ouest José Bové, dans le Sud-Est Michèle Rivasi, dans le Centre Clarisse Heusquin. Yvette Duchemann sera tête de liste en Outre-mer.  A l’exception de ces deux dernières et de Pascal Durand, tous sont députés européens sortants. Selon la nouvelle patronne du parti Emmanuelle Cosse, le nom des têtes de liste avait été adopté après trois tours de scrutin sur trois « scénarios de liste » successifs avant que l’ultime ne réunisse 81,34% des voix exprimées et soit donc adopté. « Je suis extrêmement heureuse. Au final on a une liste qui a été adoptée à 81%, qui a permis de montrer nos ambitions pour les européennes, avec des figures de notre parti, une bonne partie qui avait fait partie de l’aventure de 2009, et qui montre une diversité de profil », selon elle. « C’est un très bon signe pour le parti qui montre qu’il est rassemblé, ça va nous permettre de lancer notre campagne européenne », s’est-elle félicitée. Le parti, qui avait connu un succès inattendu aux européennes de 2009, faisant alors jeu égal avec le PS avec plus de 16% des voix et 14 eurodéputés (ils sont devenus 16 par la suite), ne s’attend en effet pas à un tel score en mai 2014. Il mise plutôt sur six candidats éligibles au Parlement européen, voire « huit à dix » si les résultats étaient meilleurs que prévus. Si les places de têtes de liste pour Pascal Durand, Yannick Jadot, Sandrine Bélier ou Karima Delli ne faisaient plus guère de doutes ces derniers jours, la situation était moins consensuelle dans les régions Sud-Ouest et Sud-Est. Dans le Sud-Ouest, José Bové, sortant, soutenu par les écologistes pour être le candidat des Verts européens au poste de président de la Commission européenne, était en concurrence avec Catherine Grèze, eurodéputée sortante, poussée en interne par la majorité du parti. Celle-ci sera finalement en deuxième position. Dans le Sud-Est, Michèle Rivasi, sortante, spécialiste des questions de santé notamment, était en concurrence avec Karim Zéribi, sortant lui aussi, candidat à la mairie de Marseille. Cet ex-MRC qui fut en 2008 sur la liste de Vincent Peillon et l’a remplacé à Strasbourg lorsque Vincent Peillon est devenu ministre en 2012, mais en étant passé du PS à EELV entre temps, sera en deuxième position.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol