Archive pour le Tag 'métiers'

Le manque de reconnaissance des métiers de service

Le manque de reconnaissance des métiers de service 

 

Dans une tribune au « Monde », les chercheurs Julien Cayla et Jean-Baptiste Suquet appellent entreprises et politiques à s’intéresser de près à la construction et à la valorisation des identités professionnelles des métiers « au contact du client ». ( Le Monde)

 

Tribune. 

 

Le secteur des services n’a jamais représenté autant d’emplois en France (76,1 % du total en 2018, selon l’enquête « Emploi » de l’Insee). Pourtant, médias et politiques français prêtent plus attention aux fermetures d’usines qu’au secteur des services, plaçant tous leurs espoirs dans le renouveau industriel européen pour tirer la croissance. C’est regrettable, et même dangereux. Car malgré le regain d’intérêt pour les métiers « de première ligne » au moment de la pandémie, une véritable crise des métiers de service se profile à l’horizon. Difficultés de recrutement, manque de valorisation, violence des rapports sociaux : il est temps que politiques et décideurs réagissent.

Le symptôme le plus évident est celui du recrutement. Des secteurs comme l’hôtellerie, la restauration, l’éducation nationale ou la santé sont plombés par la désaffection de leurs salariés. Simple problème de recrutement, gros coup de fatigue d’employés trop sollicités ou insuffisance des salaires, dans un nombre limité de secteurs, les fameux « métiers essentiels » ? Ces éléments de diagnostic sont justes, mais un peu courts. Pour apporter des réponses à cette crise des services, il va falloir repenser l’expérience des travailleurs de ce secteur. Au-delà des chiffres de l’emploi et de la rémunération, une lecture des mutations à l’œuvre, concentrée sur l’expérience du travailleur de service et le sens donné au métier, permet de dégager trois fronts sur lesquels se joue la crise des services.

Le premier front porte sur le sens du travail relationnel et de la reconnaissance que les employés en tirent. Dans beaucoup de métiers de service (hôtellerie et restauration, tourisme, commerce), le travail implique de longues heures à interagir avec des clients ou des usagers. Ces activités, qui consistent à se mettre « au service de », sont socialement moins valorisées. Quel sens, quelle reconnaissance y trouver aujourd’hui, dans un contexte d’automatisation ? L’introduction croissante des chatbots et autres caisses automatiques tend à rendre invisibles les employés de service et remet en cause la valeur de leur contribution et de ce qu’elle a de typiquement humain.

Le deuxième front est celui du pouvoir. La pandémie a radicalisé les comportements des clients, révélant le meilleur (des clients plus compréhensifs) comme le pire (des clients rétifs aux contraintes sanitaires, mais aussi un sentiment que « tout est dû »). Un pic émotionnel a été atteint en juillet 2021, lorsqu’un employé d’une boutique de téléphonie mobile a été poignardé par un client. Dans les métiers de service à faible statut, la question de la soumission au client roi n’est pas nouvelle, et les employés peinent à faire respecter une limite légitime aux comportements des clients. Le soutien des employeurs, qui ont du mal à concilier protection des employés et satisfaction des clients, fait souvent défaut.

 

Métiers du médico-social : Une catastrophe à venir

 Métiers du médico-social : Une catastrophe à venir

 

 

 

Alors que la conférence des métiers de l’accompagnement va se tenir le 18 février, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay,  réclame des propositions de la part des candidat à la présidentielle. Dans une tribune au « Monde », elle dénonce l’absence de moyen et la catastrophe à venir.

 

Tribune.

 

« Le pire est devant nous. » C’est le cri d’alarme qu’ont lancé, en Bourgogne-Franche-Comté, les professionnels du travail social et médico-social. Dans une démarche commune inédite, professionnels, mais aussi représentants de familles, fédérations d’employeurs et bénévoles, se sont coordonnés pour faire entendre leur voix, dans la pure tradition de coopération de notre région. Mais ce cri est national.

C’est le cri de tous ceux qui accompagnent les plus faibles de notre société : personnes âgées, dépendantes, handicapées, enfants placés, migrants, exclus, qui subissent aujourd’hui de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire qui a entraîné repli sur soi et montée des exclusions.

Médiateurs, hommes et femmes de lien, ils ont pris soin des plus fragiles pendant les différentes périodes de confinement, ils ont répondu présent, aux côtés des personnes vulnérables. Ils ont été ensuite impliqués dans la stratégie vaccinale de « l’aller vers » et ont pris part à la politique de lutte contre la pandémie, sans être considérés comme participant à notre politique de santé, historiquement hospitalo-centrée.

C’est le cri des travailleurs sociaux, qui n’ont pas vu, depuis des années, les moyens affectés à leurs missions évoluer en fonction de leurs besoins, et ce alors que la prochaine étape de la crise ne sera pas sanitaire, mais sociale, voire sociétale, car la société est fragilisée et les précarités relationnelles se sont renforcées. Pour faire face à cette situation inédite, nous avons besoin de métiers de l’humain qui soient forts et prêts à relever les défis à venir.

C’est le cri de tous les travailleurs de l’humain, du lien, qui ont besoin d’être reconnus alors que se multiplient les abandons de poste : on estime à 36 000 le nombre de départs entre le 1er  juin et le 30 septembre 2021, et 30 000 postes vacants sont recensés. Les régions forment les travailleurs de ces secteurs et font la promotion de ces métiers auprès des jeunes en recherche d’orientation ou des demandeurs d’emploi.

Mais jamais nous n’avons été confrontés aux désaffections actuelles. Les formations n’ouvrent pas par manque de candidat. Des apprenants abandonnent après leur stage. Des personnes formées quittent leur emploi. La promesse d’être utile, la conviction d’œuvrer pour le bien commun ne suffisent plus pour des métiers mal reconnus et mal valorisés. Cette désaffection augure donc un déficit de professionnels dans les années à venir : le pire est devant nous.

Métiers de l’humain: en voie de prolétarisation

 Métiers de l’humain: en voie  de prolétarisation 

 

Daniel Goldberg, Président de l’Uriopss Ile-de-France, union régionale membre de l’Union nationale interfédérale des oeuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux-Uniops dénonce dans le Monde  la prolétarisation des métiers de l’humain

Par manque d’attrait des métiers de l’accompagnement social, médico-social et sanitaire, la pénurie de professionnels s’approche d’un point de rupture dans une région déjà sous-dotée, alerte le dirigeant associatif, qui appelle les candidats aux élections régionales à organiser des Assises pour l’emploi francilien des solidarités.

Un seul exemple celui des assistants de vie qui se rende chaque jour chez les personnes dépendantes et dont dans la plupart du cas les temps d’attente, les temps de transport voire les frais de transport ne sont pas ou partiellement pris en compte. Résultat des amplitudes de 12 heures pour parfois des salaires de 800 €

 

 

Tribune.
 Avec le recul de la pandémie, l’envie légitime de « passer à autre chose » risque de faire oublier les principes qui ont guidé nos vies depuis plus d’un an : la solidarité, l’attention aux autres, notre nécessaire interdépendance, quels que soient le statut social ou le lieu d’habitation. De faire oublier celles et ceux qui sont en première ligne pour soigner, accompagner, enseigner, nous protéger, mais aussi pour nous permettre de nous nourrir ou pour nettoyer nos rues. De faire oublier enfin que l’Ile-de-France, déjà fragmentée, a durement montré sa fragilité face à la pandémie. 

L’erreur fondamentale serait de tout recommencer comme avant. Or, l’Ile-de-France est à la croisée des chemins entre une attractivité qui ne profite pas à toutes les parties de son territoire, notamment celles qui connaissent la pauvreté généralisée, un coût de la vie qui freine l’accès de nombreuses familles à des besoins essentiels, des fractures territoriales qui génèrent des tensions et la fragilisent dans son ensemble, et des aspirations à un mode de vie plus doux qui incitent à des départs.

Quand s’ajoutent à cela des vulnérabilités personnelles – une maladie, un accident ou une difficulté sociale, transitoire comme pérenne –, alors la sous-dotation en équipements et services ainsi que leur répartition inégale se vivent très concrètement et au quotidien. Beaucoup de Franciliens peinent ainsi à se voir assurer une dignité dans tous leurs parcours de vie.

Les associations de la solidarité et de la santé agissent tous les jours auprès des personnes en situation de perte d’autonomie, de handicap ou d’exclusion, auprès des malades et des jeunes à protéger. Par leur agilité et leur innovation, elles ont tenu au plus fort de la crise.

Elles ont donc la légitimité du terrain pour vouloir dorénavant une mobilisation réelle et efficace face aux vulnérabilités de nos existences, à de nouveaux risques épidémiologiques comme à ceux liés aux transformations climatiques, et cela dans tous leurs impacts sanitaires, sociaux, sociétaux et économiques.

S’engager pour une société inclusive et bienveillante qui garantit une égale attention au respect des droits des personnes, quelle que soit leur condition, c’est cela une Ile-de-France résolument humaine.

Mais, la pénurie de professionnels met les associations en grande difficulté pour remplir leurs missions. Cette fragilisation par manque d’attrait des métiers de l’humain s’approche d’un point de rupture dans bien des cas. Et ce sont les responsables des associations qui doivent faire avec un fonctionnement qui peut être dégradé, au détriment des personnes vulnérables.

Féminisation des noms de métiers par l’académie

 Féminisation des noms de métiers par l’académie

L’Académie française s’est prononcée en faveur d’une ouverture à la féminisation des noms de métiers, de fonctions, de titres et de grades. Approuvé à une très large majorité (seules deux voix se sont élevées contre), le rapport émanait d’une commission d’étude composée de Gabriel de Broglie, Michael Edwards, Danièle Sallenave et Dominique Bona. Quoique très prudent et fort diplomatique, il n’en représente pas moins une sorte de révolution sous la Coupole. C’est la toute première fois que l’institution, créée en 1634, va aussi loin dans la reconnaissance du féminin des mots, renouant en cela avec une pratique courante au Moyen Age.

Pas question de légiférer, rappelle le rapport, l’Académie se contente d’être la gardienne du « bon usage »« Nous voulions rouvrir ce dossier, pour montrer que l’Académie est sensible au fait que des femmes s’interrogent sur la définition de leur métier », indique l’écrivaine Dominique Bona, qui milite depuis longtemps pour cette avancée. Il ne s’agit pas d’avaliser toutes les nouveautés, ni de les freiner d’ailleurs, mais « d’étudier quelles évolutions pratiques il serait souhaitable de recommander » en dégageant, parmi les usages, « ceux qui attestent une formation correcte et sont durablement établis »

 

Pour autant, ses préconisations sont assez claires. Dans le domaine des métiers et des professions, d’abord, « il n’existe aucun obstacle de principe à la féminisation des noms ». La plupart des métiers manuels le sont déjà et depuis longtemps. Le rapport constate à ce propos que « la langue française a tendance à féminiser faiblement ou pas les noms de métiers (et de fonctions) placés au sommet de l’échelle sociale ». Cette résistance augmente à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie professionnelle.

Les mots terminés par un « e » muet (« architecte ») ou un « o » (« impresario ») sont les plus faciles et, sauf quelques cas particuliers (« médecin »), les noms masculins terminés par une consonne se féminisent aisément en ajoutant un « e ». Idem pour les noms en « eur », qui peuvent se féminiser grâce au « e » (« docteure »), sauf lorsqu’un verbe correspond au mot (« chercheur-euse »).

Restent les noms qui posent problème. A commencer par « chef », qui a donné lieu à la création de formes féminines très diverses : « la chef », « chèfe », « cheffesse », « cheftaine » ou même « chève » (comme brève). Quoique n’appartenant pas de manière évidente au « bon usage », concluent les académiciens, c’est pourtant le mot « cheffe » qui l’emporte, car il est le plus employé.

Mais les mots sur lesquels les académiciens achoppent le plus et depuis longtemps sont ceux qui les concernent de plus près : écrivain et auteur. Pour le premier, l’affaire est si sensible que le rapport expédie en deux lignes la forme « écrivaine » – laquelle se contente pourtant d’ajouter un « e » à un mot se terminant par une consonne, selon la règle préconisée plus haut. « Cette forme, lit-on, se répand dans l’usage sans pour autant s’imposer. »

En réalité, beaucoup d’académiciens continuent de trouver ce mot laid, ou dissonant. Ils entendent « vaine », là où ils ne remarquent pas du tout « vain » quand le mot est au masculin. Qu’importe ! Le 21 février, dans son discours de réception de Patrick Grainville à l’Académie Française, Dominique Bona n’a pas hésité à formuler le mot « écrivaine » en parlant de Marguerite Duras, juste pour le plaisir de le faire résonner sous la coupole…

« Orientation : redirigée vers les métiers »

 

« Le système d’orientation en France reste à l’intérieur d’une logique scolaire qui s’intéresse aux filières plus qu’aux métiers », regrette, dans une tribune au « Monde », le sociologue Jules Donzelot. Il propose de consacrer, au lycée, 54 heures annuelles à la découverte des métiers.

 

 

L’ouverture de Parcoursup le 20 janvier est l’occasion de s’interroger sur les ressorts de la politique d’orientation scolaire et professionnelle en France. Il existe bien aujourd’hui une politique consistant à accompagner des collégiens et des lycéens vers un projet d’études supérieures, au travers d’heures consacrées à l’orientation et de dispositifs d’ouverture sociale de l’enseignement supérieur. On ne trouve pas, en revanche, une ambition équivalente d’accompagnement dans la construction d’un projet professionnel. La raison ? Le système d’orientation reste à l’intérieur d’une logique scolaire qui s’intéresse aux filières plus qu’aux métiers auxquels elles sont susceptibles de mener.

Pour sortir vraiment de ces limites et que cela retentisse sur les choix des élèves, sur leurs démarches, il faut que l’opportunité de voir la diversité des métiers leur soit donnée. Il faut donc compléter les 54 heures annuelles d’aide au projet académique au lycée par un équivalent en termes de découverte des métiers. Il faut aussi que l’Etat rende obligatoires ces heures d’aide à l’orientation et qu’il fournisse aux établissements les moyens de les mettre en œuvre.

L’aide au projet académique et l’aide au projet professionnel forment les deux faces d’une même pièce, et il est impératif de concrétiser une politique d’aide à l’orientation qui réponde efficacement à ces deux besoins fondamentaux des élèves. La crise actuelle et les difficultés qu’elle engendre pour les élèves ne font que renforcer cette urgence.

Un savoir-faire

Les grandes écoles ont porté en première ligne, durant une quinzaine d’années, les principaux dispositifs dits d’« ouverture sociale » de l’enseignement supérieur. Elles ont énormément travaillé, beaucoup investi, développé de nouvelles pédagogies, formé des professionnels, accompagné des dizaines de milliers de jeunes avec souvent peu de reconnaissance étatique.

On peut bien entendu leur reprocher leur manque de résultats. On le sait désormais, la composition sociale des effectifs dans les grandes écoles n’a guère évolué. Ce constat est alarmant pour ce qui concerne la formation de nos élites et leur capacité à représenter la société dans toute sa diversité. Mais il ne doit pas faire oublier que ces dispositifs ont permis à un grand nombre de jeunes de poursuivre des études supérieures plus ambitieuses que s’ils n’en avaient pas bénéficié. Même s’ils n’ont pas intégré une grande école, l’aide apportée leur aura permis d’augmenter leurs chances de réussite dans l’enseignement supérieur.

Rapport métiers grand âge: la situation scandaleuse des auxiliaires de vie

Rapport métiers grand âge: la situation scandaleuse des auxiliaires de vie

 

Le rapport El Khomri remis à la ministre de la santé ce focalise surtout sur la mesure phare des aide-soignants. Le rapport propose d’ailleurs la suppression du concours d’aides-soignants pour l’intégrer dans parcours-sup ou des acquisitions par VAE. La plupart des grands médias ont repris cette information. Une mesure toutefois partielle car ce dont souffre surtout le secteur c’est la situation sociale scandaleuse des assistantes de vie notamment qui interviennent  à domicile. Ces ‘auxiliaires pour beaucoup rémunérés en dessous du SMIC, pire qui  n’effectue souvent que les temps partiels. En outre , leur temps d’attente et leur temps de transport sont rarement pris en considération. 17% des intervenants à domicile vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté, contre 6% pour la population française en général. D’après le rapport, 220 millions d’euros seraient nécessaire pour hisser l’ensemble des aide-soignants au niveau du Smic. Dans les établissements aussi on manque d’auxiliaires de vie (ADVF ou équivalent), d’aide-soignants et d’infirmières. Dans 70 % des cas le travail d’infirmière est aussi effectué par des aides-soignants ( ce qui est interdit). La crise aidant, on a raccourci le temps consacré d’intervention des auxiliaires aussi bien dans des établissements qu’à domicile. En plus d’être mal rémunérés, les assistantes de vie connaissent des conditions de travail de plus en plus insupportables chez des personnes de plus en plus dépendantes . Pas étonnant qu’on rencontre des difficultés pour recruter des personnels surtout pour l’assistance à domicile . Pour toute réponse la ministre de la santé a proposé pour l’instant

l’idée d’organiser une conférence rassemblant tous les partenaires sociaux et toutes les fédérations ou associations gestionnaires, tous secteurs confondus.

 

extraits du rapports El Khomri

 

Principaux constats

 

 De forts besoins en recrutement dans les métiers du grand âge • Les personnes en perte d’autonomie (au sens des bénéficiaires de l’APA) passeront de 1,387 million en 2020 à 1,479 million en 2025. • Pour répondre au vieillissement démographique et améliorer les conditions de prise en charge de ces personnes, près de 93 000 postes supplémentaires devront être créés dans les 5 prochaines années (2020-2024). • Pour pourvoir les postes vacants, 260 000 professionnels devront être formés sur la même période • Les métiers du grand âge sont des métiers d’avenir, porteurs de sens, pour lesquels des perspectives d’évolution doivent être renforcées dans les EHPAD et créées pour le domicile. Des métiers du grand âge peu attractif et à revaloriser • Or, les professions d’aide-soignant et accompagnant éducatif et social qui sont les deux grands métiers du grand âge sont des métiers dont l’attractivité est aujourd’hui très dégradée. La baisse de 25% en six ans des candidatures aux concours d’accès à ces deux métiers est très révélatrice à cet égard. • En effet, ces métiers peuvent être mal rémunérés, en particulier au domicile, avec un démarrage au SMIC, voire en-dessous, des progressions salariales et de façon générale des perspectives d’évolution qui sont très faibles. En conséquence, un taux de pauvreté élevé parmi ces métiers, par exemple 17,5% de ménages pauvres parmi les intervenants à domicile contre 6,5% en moyenne pour l’ensemble des salariés. • De plus, les conditions d’exercice de ces métiers sont très difficiles notamment par manque d’effectif. Les postures, les rythmes de travail sont marqués par une forte pénibilité et se traduisent par un nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles (« sinistralité ») trois fois supérieur à la moyenne nationale. • Enfin, ces métiers sont mal connus et peu considérés, en particulier parmi les jeunes générations. Du reste, cette dévalorisation est le reflet du regard contemporain porté sur nos aînés et, de manière générale, sur les plus fragiles dans notre société. Des efforts indéniables des autorités publiques pour restaurer l’attractivité de ces métiers mais aux effets insuffisants • Les pouvoirs publics (Etat, conseils départementaux et régionaux) ont déployé d’indéniables efforts pour tenter de restaurer l’attractivité des métiers du grand âge, en agissant sur deux composantes majeurs que sont les formations et la qualité de vie au travail, grâce à la mise en place de réformes, à la mobilisation de financements et à un soutien résolu aux démarches d’innovations technologiques et organisationnelles. • Toutefois, ces efforts ont eu des effets limités, en raison de leur caractère dispersé et de l’incomplétude de certaines mesures. Ainsi la réforme générale de l’apprentissage, destinée à libérer l’offre, n’a-t-elle eu qu’un effet limité sur les formations d’aides-soignants et 12 d’accompagnants éducatifs spécialisés qui sont par ailleurs soumises à des formes de quotas (limitations de capacité imposées dans les agréments et autorisations des structures de formation). • Par ailleurs, les organisations professionnelles des métiers du grand âge restent extrêmement cloisonnées et foisonnantes (conventions collectives, opérateurs de compétences). Dans le secteur privé, les métiers du grand âge relèvent par exemple toujours de 7 conventions collectives à l’heure actuelle.

 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol