Archive pour le Tag 'méthode Coué !'

Epidémie de méthode Coué : Moscovici touché avec sa « sortie de récession »

Epidémie de méthode Coué : Moscovici touché avec sa « sortie de récession »

Après Hollande («  la reprise est làa) c’est Moscovici qui est touché, « on sort de la récession, les embauches reprennent, la consommation aussi ». Même l’INSEE n’y croit pas. D’abord il faudrait au moins une augmentation d’au moins 1.5% du PIB pour récréer des emplois , ensuite au mieux ce sera un croissance de 0.1%  environ pour 2013 ( et encore ce n’est pas certain) ; sans doute managé par les services de com. on vient de s’apercevoir que la crise est lié d’une part à l’amputation du pouvoir d’achat mais aussi par l’attentisme général ; un attentisme généré par les hausses  de fiscalité à venir et le flou de la politique économique. Du coup le mot d’ordre c’est redonner confiance ; évidemment les mots ne suffisent pas, le scepticisme demeurent surtout avec les augmentations à venir à l’automne et en 2014. C’est vrai, c’est vrai que la France est en train de sortir de la récession », a déclaré M. Moscovici à l’Assemblée nationale, en réponse à une question du député UMP (opposition) Dino Cinieri sur les déclarations de M. Hollande lors de son interview du 14 juillet à l’Elysée.   »La reprise, elle est là », avait déclaré M. Hollande. Cette affirmation avait été contestée par des économistes et membres de l’opposition.   »Le président de la République a adressé le 14 juillet aux Français un message, qui est un message de mobilisation, de confiance dans le pays », a affirmé mardi M. Moscovici.   »Et l’Insee et la Banque de France prévoient pour le deuxième trimestre de cette année 2013 une croissance positive de l’ordre de 0,2% », a argué M. Moscovici.   »Observez en effet les signaux qui apparaissent ici ou là. Je pense à l’investissement industriel qui repart plus qu’en Allemagne, je pense à la consommation des ménages, je pense au pouvoir d’achat, je pense aux embauches », a déclaré M. Moscovici.  L’Insee prévoit un petit rebond de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre après avoir confirmé une période de récession marquée par un recul de 0,2% de l’activité économique sur chacun des deux trimestres précédents.  Mais sur l’ensemble de l’année 2013, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) voit une contraction du PIB de 0,1%, tandis que le gouvernement prévoit une croissance de 0,1%.   »Tout cela ça ne fait pas une croissance qui repart à la hauteur de ce que nous souhaitons mais c’est la concrétisation de l’effort que nous faisons pour réformer ce pays, pour le redresser », a-t-il dit en citant « le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » (CICE) accordé aux entreprises et les « réformes structurelles ».   »Une reprise c’est une croissance de 2%, pour l’instant on n’y est pas du tout », avait alors commenté l’économiste Marc Touati du cabinet de recherche économique ACDEFI.  Le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, avait lancé, lundi à Marseille que les propos de François Hollande sur une reprise lui avaient « fait un peu peur ».  Luc Chatel, vice-président délégué de l’UMP, en commentant les déclarations de M. Hollande sur l’économie avait déclaré lundi avoir vu la veille « un président déconnecté de la réalité ».

 

«pas de bulle immobilière »pour la FNAIM ou la méthode Coué !

 «pas de bulle immobilière »pour la FNAIM ou la méthode Coué !

Pas de bulle immobilière, pas de chute des prix ou presque, les prix sont à leur niveau!  Toujours le même discours des professionnels de l’immobilier (qui se rémunèrent sur le prix !).Pourtant les ventes se sont écroulées, nombre d’agences immobilières locales ont fermé leurs portes et les acheteurs attendent avec raison une baisse des prix qui a largement commencé en province sauf dans les grandes villes. Les agences sont grandement responsables de cette bulle constituée par un doublement injustifié des prix en une dizaine d’années. Les raisons de l’éclatement de cette bulle : le contexte général de des salaires et surtout de l’emploi qui  va conduire certains accédants ne plus rembourser leurs mensualités d’emprunts, les banques sont de plus en plus frileuses pour prêter, les  prix actuels qui exigent  un niveau de solvabilité impossible à remplir par une majorité de français. En moyenne le prix d’achat d’un bien est de 200 000 euros, il faut un apport personnel de 50 000 euros et un salaire net du ménage dépassant 4 000 euros. Enfin les experts internationaux confirment que l’immobilier est très surcoté en France.

Interview LE FIGARO MAGAZINE – Y a-t-il une bulle immobilière en France?

Jean-François BUET - Non, il n’y a pas de bulle même si les prix sont élevés. S’ils ont tant monté et doublé entre 2000 et 2007, c’est parce que les besoins sont importants et qu’on ne construit pas assez. Mais il y a une demande. Les transactions ont chuté, passant de 800.000 à 650.000 entre 2011 et 2012, mais les prix se sont maintenus. Le marché est sain. Je table sur une baisse des prix de 2% au plus en 2013.

Le niveau des prix est-il un handicap pour la compétitivité de la France, le logement accaparant l’épargne?

Ce serait vrai si les Français étaient très endettés. Mais ce n’est pas le cas. Les ménages qui ont acheté leur logement ont un actif. Ils s’en féliciteront le jour de leur retraite. Ils sont riches de ce patrimoine. Je suis persuadé que les acquéreurs qui arrivent à négocier les prix et empruntent peu cher font de bonnes affaires.

Doit-on s’inquiéter de la future loi logement?

On verra. Nous sommes en phase de concertation avec le ministère. Cécile Duflot veut présenter cette loi-cadre au premier semestre. Elle a notamment prévu de revoir les rapports entre locataires et bailleurs, d’améliorer la transparence des copropriétés… J’espère que tout cela se fera de manière équilibrée.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol