Archive pour le Tag 'Météo'

Météo : un mois d’octobre comme en juillet

Météo : un mois d’octobre comme en juillet

 

En juillet le pull-over était de rigueur, fin septembre, on  se baignait  encore un peu partout et en octobre le T-shirt était permis jusqu’à ces derniers jours.

Les températures ont continué à grimper dans la journée, oscillant entre 19 °C et 26 °C selon les régions. Face assez des règlements les météorologistes sont aussi déboussolés et disent un peu n’importe quoi pour faire semblant d’expliquer ce qui semble quand même découler du nouveau général des températures. Témoins les déclarations du météorologue Patrick Galois sur France Info qui déclare à peu près : les périodes de chaud se succèdent les périodes de froid…. et inversement.

Ces températures élevées sont-elles hors du commun ? 

Patrick Galois : Ces températures n’ont rien d’exceptionnel. Ce qui rend ce pic de douceur plus remarquable est que nous sortons d’une séquence de températures fraîches. Mais en soi, cette douceur n’a rien d’extraordinaire pour la saison. Ce type de variations de températures est même tout à fait dans la logique de notre climat hexagonal.

Comment expliquer ces températures quasiment estivales en plein automne ?

Cette situation s’explique par le passage d’un flux de vents venant du sud. Nous avons eu, pendant quelque temps, une dépression sur l’Atlantique qui a fait remonter l’air chaud du sud de l’Europe voire de l’Afrique du Nord. Et cette masse d’air chaud se déplace progressivement vers l’est et le nord du pays.

A la mi-octobre, la température peut encore dépasser les 30 °C dans le Sud-Ouest, dans des villes comme Biarritz. Actuellement, nous sommes autour de 28 °C dans cette région. Alors que du côté de la Méditerranée, les températures sont à peine au-dessus des normales saisonnières. Et dans la capitale, la température est de 23 °C mardi. Les 15 et 16 octobre 2018, le mercure était monté à 26 °C.

Est-ce que cela présage d’un hiver avec des températures plus douces que la normale ?

Nous n’avons pas encore assez d’éléments pour nous prononcer sur les températures hivernales à venir. Nous avions projeté un automne plus doux mais il a commencé en fraîcheur pour atteindre les températures que nous connaissons actuellement.

Bref pour résumer, il fera sans doute plus frais en hiver que l’été dernier ! Et après la pluie le beau temps.

Météo août: pourrie tout le mois

Météo août:  pourrie tout le mois 

 

 

 

Les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo pourrie : jusqu’à fin août

Météo pourrie :  jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

 Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire. 

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Prévision Météo : l’été pourri va continuer

Prévision Météo : l’été pourri va continuer

 

 

 

Pour des questions touristiques et peut-être aussi  politiciennes , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de cet été. Une période avec des épisodes météo particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France.

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

« Jusqu’à la moitié du mois d’août au moins, il faut s’attendre à un temps assez maussade, prévient Christian Viel. Les conditions vont rester relativement fraîches, et le temps sera assez humide. » 

Météo : l’été pourri va continuer

 Météo : l’été pourri va continuer

 

 

 

Pour des questions touristiques et peut-être aussi de politiciennes , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de cet été. Une période avec des épisodes météo particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

 Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire. 

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

« Jusqu’à la moitié du mois d’août au moins, il faut s’attendre à un temps assez maussade, prévient Christian Viel. Les conditions vont rester relativement fraîches, et le temps sera assez humide. » 

Météo– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Météo– Dôme de chaleur : Scénario catastrophe

Des températures jusqu’à 50°,événement climatique, qui met à l’arrêt ces régions et a déjà provoqué des centaines de morts, est amené à se répéter, selon les experts. Il n’épargnerait pas la France « dans un futur proche », a averti en début de semaine sur les réseaux sociaux le climatologue du CNRS Christophe Cassou.

Outre les conséquences déjà bien visibles de ce « dôme de chaleur » sur les populations et l’environnement, des retombées socio-économiques sont à craindre.

 Les autorités canadiennes et américaines déplorent déjà des centaines de mort depuis l’arrivée de la vague de chaleur vendredi dernier. Près de 500 personnes ont ainsi été victimes de « mort subite » au Canada, et 16 aux Etats-Unis, selon le dernier décompte, même si le lien avec les chaleurs extrêmes endurées reste encore à prouver formellement. Un bilan qui devrait s’alourdir, exposant particulièrement les personnes les plus fragiles.

« Ces températures extrêmes constituent une menace majeure pour la santé des personnes, l’agriculture et l’environnement, car la région n’est pas habituée à une telle chaleur et de nombreuses personnes ne disposent pas de climatisation », avait déclaré lors d’un point de presse, mardi à Genève, Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ces chaleurs extrêmes impactent aussi sur la pollution au sol, qui est beaucoup plus importante que d’habitude. L’ozone troposphérique atteint des niveaux très élevés et l’oxyde d’azote présent dans l’air peut être plus irritant, tout en renforçant l’effet de serre. Les températures ne baissant pas la nuit, la faune et la flore subissent un « stress thermique » qui pourrait être irréversible pour certaines espèces.

 

 

Au sud de la Colombie-Britannique, plusieurs quartiers de la petite ville de Pemberton ont été évacués cette semaine pour le phénomène inverse : la crainte des inondations causées par la fonte des glaciers environnants.

Les impacts sur le service public et les activités économiques sont également considérables.

Climat-Météo : un temps détraqué, des pluies et inondations exceptionnelles

Climat-Météo : un temps détraqué, des pluies et inondations exceptionnelles

 

 

Ce qui caractérise le climat depuis déjà plusieurs mois c’est d’abord des variations de température inhabituelle souvent entrecoupées de pluies exceptionnelles pour la saison. Un climat dont le dérèglement est accentué dans certaines régions dont certaines connaissent des dômes de chaleur tandis que d’autres n’ont pas encore vraiment connu l’été. S’ajoutent à cela des épisodes pluvieux allant jusqu’à des inondations  inhabituelles pour la saison et souvent d’ampleur inconnue

« Cela fait deux mois et demi qu’il y a des orages ou des pluies qui se succèdent sur une grande partie nord et est de la France, c’est inhabituel », a observé mercredi 14 juillet sur franceinfo Alix Roumagnac, président de Predict Services, la filiale « risques » de Météo France alors que les vigilances orange aux phénomènes de pluie-inondation et d’orages se succèdent depuis le début de l’été en France.

« Normalement, ce type de situation se produit un peu plus tôt », a indiqué Alix Roumagnac, « quand on sort de l’hiver, au printemps, avant de passer à l’été ».

« On devrait avoir une fin de juillet qui ressemble un peu plus à un été classique », a estimé Alix Roumagnac qui pointe du doigt les conséquences d’un « dérèglement climatique ».

« Le changement climatique génère une augmentation des extrêmes et notamment une augmentation des grosses chaleurs et des sécheresses, ce qu’on a vu sur l’Espagne le week-end dernier, là on est face à une anomalie c’est pour cela que l’on parle plutôt de dérèglement climatique plutôt que de réchauffement climatique », a analysé le président de Predict Services.

Météo : un temps détraqué et des pluies exceptionnelles

 

Météo : un temps détraqué et des pluies exceptionnelles

 

 

Ce qui caractérise le climat depuis déjà plusieurs mois c’est d’abord des variations de température inhabituelle souvent entrecoupées de pluies exceptionnelles pour la saison. Un climat dont le dérèglement est accentué dans certaines régions dont certaines connaissent des dômes de chaleur tandis que d’autres n’ont pas encore vraiment connu l’été. S’ajoutent à cela des épisodes pluvieux allant jusqu’à des inondations  inhabituelles pour la saison et le grande ampleur.

« Cela fait deux mois et demi qu’il y a des orages ou des pluies qui se succèdent sur une grande partie nord et est de la France, c’est inhabituel », a observé mercredi 14 juillet sur franceinfo Alix Roumagnac, président de Predict Services, la filiale « risques » de Météo France alors que les vigilances orange aux phénomènes de pluie-inondation et d’orages se succèdent depuis le début de l’été en France.

« Normalement, ce type de situation se produit un peu plus tôt », a indiqué Alix Roumagnac, « quand on sort de l’hiver, au printemps, avant de passer à l’été ».

« On devrait avoir une fin de juillet qui ressemble un peu plus à un été classique », a estimé Alix Roumagnac qui pointe du doigt les conséquences d’un « dérèglement climatique ».

« Le changement climatique génère une augmentation des extrêmes et notamment une augmentation des grosses chaleurs et des sécheresses, ce qu’on a vu sur l’Espagne le week-end dernier, là on est face à une anomalie c’est pour cela que l’on parle plutôt de dérèglement climatique plutôt que de réchauffement climatique », a analysé le président de Predict Services.

L’intelligence artificielle pour des prévisions Météo plus pointues

L’intelligence artificielle pour des prévisions Météo plus pointues

 

Un article du Wall Street Journal

 

Les Etats-Unis ont connu 22 catastrophes météorologiques et climatiques en 2020 – un nombre record. L’intelligence artificielle semble capable de déterminer avec une plus grande précision l’évolution des intempéries telles que les chutes de grêle ou les tornades.

 

 

Amy McGovern fait partie des rares personnes à avoir déménagé en Oklahoma pour des raisons météorologiques.

Non pas qu’elle apprécie particulièrement les tornades qui s’abattent sur cet Etat à intervalles réguliers, ni les chutes de grêle qui s’apparentent souvent à un déluge de balles de golf. « J’en suis à mon troisième toit en quinze ans », raconte-t-elle en riant.

Mais c’est bien en raison de ces violentes intempéries qu’elle s’est installée ici : informaticienne initialement formée à la robotique, elle a été recrutée par l’école de météorologie de l’Université de l’Oklahoma. A l’automne dernier, disposant d’un financement de 20 millions de dollars de la National Science Foundation, elle a ouvert l’un des premiers instituts nationaux dédiés à l’application de l’intelligence artificielle à la météo et au climat. A l’heure où les nouvelles technologies d’apprentissage automatique deviennent omniprésentes et produisent des résultats étonnants dans la reconnaissance faciale ou la rédaction de textes, le centre de Mme McGovern prend part à une nouvelle initiative visant à déterminer si ces techniques peuvent aussi prévoir l’évolution de la météo.

Selon les modélisateurs, la récente vague de froid qui a détruit des infrastructures et perturbé les chaînes d’approvisionnement au Texas aura coûté à elle seule 90 milliards de dollars

L’institut de Mme McGovern bénéficie de la participation de six autres universités et divers acteurs du secteur privé. Développant des méthodes d’intelligence artificielle pour améliorer les prévisions en matière d’événements climatiques extrêmes et d’océanographie côtière, l’institut veille à ce que les instruments qu’il met au point soient fiables du point de vue des prévisionnistes qui en seront les utilisateurs. « Nous travaillons sur le cycle dans son ensemble, explique Mme McGovern. Il s’agit de sauver des vies et des biens. »

L’intelligence artificielle, qui permet déjà d’accroître l’efficacité des méthodes de prévisions existantes et contribue à en augmenter la rapidité et l’exactitude, semble capable de déterminer avec une plus grande précision l’évolution des intempéries telles que les chutes de grêle ou les tornades. Elle ne remplacera pas les prévisions météorologiques classiques mais renforcera et développera les méthodes actuelles.

Une meilleure efficacité

Des prévisions plus précises et une meilleure préparation aux intempéries apportent des bénéfices considérables. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, les Etats-Unis ont connu 22 catastrophes météorologiques et climatiques en 2020 – un nombre record – et les dommages causés par chacune d’entre elles ont atteint plus d’un milliard de dollars. Selon les modélisateurs, la récente vague de froid qui a détruit des infrastructures et perturbé les chaînes d’approvisionnement au Texas aura coûté à elle seule 90 milliards de dollars. Et si les prévisions se sont améliorées au fil du temps, elles sont encore loin d’être exhaustives. Selon Mme McGovern, les services gouvernementaux parviennent assez bien à donner l’alerte avant l’arrivée des tornades (anticipant 80 % d’entre elles), mais leurs prévisions comptent de nombreux faux positifs (80 % se révélant erronées).

L’ère moderne des prévisions météorologiques s’est ouverte dans les années 1950 et depuis lors, les spécialistes ont avant tout fait appel à des « prévisions numériques », c’est-à-dire des modèles mathématiques qui simulent l’état du monde et de l’atmosphère en fonction des paramètres physiques de l’eau, du vent, des sols et de la lumière du soleil, lesquels interagissent de multiples manières. Cherchant à intégrer toujours davantage de paramètres, les modèles actuels traitent une centaine de millions de données chaque jour, un niveau de complexité comparable aux simulations du cerveau humain ou de la naissance de l’univers.

Durant des décennies, ces modèles ont permis des progrès réguliers en termes d’exactitude des prévisions. Ces dernières années cependant, la multiplication des satellites d’observation terrestre et l’apparition de nouveaux capteurs, comme les outils de mesure de la pression atmosphérique présents dans des milliards de téléphones portables, ont dépassé la capacité des scientifiques à les intégrer dans leurs modèles météorologiques. Et le traitement d’une seule fraction de ces données a nécessité une augmentation exponentielle de la puissance de calcul utilisée pour réaliser des prévisions précises.

Les dernières technologies d’intelligence artificielle fonctionnent de manière totalement différente des techniques antérieures, en « entraînant » des réseaux neuronaux à l’aide de ce déluge de données plutôt qu’au moyen des lois de la physique. Au lieu de recourir à des calculs exhaustifs pour prévoir l’évolution météorologique sur la base des conditions actuelles, ces réseaux passent en revue les données relatives aux conditions passées et développent leur propre compréhension de l’évolution du temps. Des techniques rudimentaires d’intelligence artificielle sont appliquées aux domaines météorologique et climatique depuis des années – la première conférence sur l’intelligence artificielle parrainée par la National Oceanic and Atmospheric Administration remonte à 1986 – mais les récentes avancées de l’apprentissage profond, de même qu’un meilleur accès aux ordinateurs capables de l’exécuter, se sont traduits par une augmentation rapide de la recherche.

Les prévisions météorologiques actuelles consomment déjà une telle puissance de calcul qu’elles nécessitent l’utilisation des ordinateurs les plus rapides au monde, et les scientifiques s’emploient en permanence à en repousser les limites

L’intelligence artificielle n’est pas utilisée, du moins à ce stade, pour produire seule des prévisions. De fait, les méthodes classiques sont assez performantes : deux semaines avant la vague de froid qui s’est abattue mi-février sur le Texas, le bureau des services météorologiques nationaux de Fort Worth avait prédit des températures inhabituellement basses, et une semaine avant les intempéries, de nombreux modèles en avaient évalué l’intensité à quelques degrés près. Ted Ryan, un météorologue de Fort Worth, explique que les équipes locales recourent parfois à des prévisions produites par un algorithme sophistiqué d’apprentissage automatique afin de déterminer si les résultats sont très différents des prévisions humaines, mais l’utilisation de cet outil ne fait pas partie de leur travail de prévision et de communication quotidien. Il classe l’algorithme « quelque part entre une curiosité et une nouveauté ».

Une autre difficulté posée par l’intelligence artificielle est qu’elle est particulièrement efficace pour prédire des scénarios figurant couramment dans les données qui servent à son développement ; or, les conditions météorologiques importent justement lorsqu’elles sortent de l’ordinaire – comme la vague de froid au Texas, où les températures n’avaient pas été aussi basses depuis 1899.

Ce n’est pas parce que ces nouvelles techniques n’ont pas encore remplacé les méthodes classiques de prévision qu’elles ne vont pas rapidement affecter ces dernières. Les prévisions météorologiques actuelles consomment déjà une telle puissance de calcul qu’elles nécessitent l’utilisation des ordinateurs les plus rapides au monde, et les scientifiques s’emploient en permanence à en repousser les limites. Les techniques d’apprentissage automatique peuvent réduire l’utilisation d’énergie en imitant en partie les modèles météorologiques mondiaux à l’aide de calculs plus simples et moins consommateurs d’électricité – et avec des résultats assez proches en termes de précision.

Sid Boukabara, responsable scientifique au centre d’applications et de recherches satellitaires de la National Oceanic and Atmospheric Administration, estime que les bénéfices seront importants : « Dans le cas de certains composants, l’efficacité pourrait être de 10 à 1 000 fois supérieure. » Il est toutefois trop tôt pour savoir à quel point l’exactitude des prévisions numériques en sera améliorée.

De son côté, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme effectue actuellement une simulation du globe terrestre sous la forme d’une grille composée de carrés de 9 kilomètres de côté, empilés sur 137 « étages » dans l’atmosphère. Le directeur adjoint du Centre, Peter Bauer, explique que chaque degré de précision supplémentaire entraîne une augmentation exponentielle de l’utilisation d’électricité : le nouveau superordinateur du Centre à Bologne, en Italie, consommera autant d’électricité que 6 000 foyers. Ses collègues et lui s’approchent rapidement des limites de ce qu’ils peuvent dépenser, ou justifier, indique M. Bauer.

Cette année, en faisant appel aux méthodes de l’intelligence artificielle pour améliorer son efficacité, le Centre commencera à élaborer un nouveau modèle mondial, avec une résolution de 1 kilomètre, qui permettra de mieux cerner les tempêtes et tourbillons océaniques, précise M. Bauer. « Des machines plus grosses et plus rapides nous apportent une puissance de calcul toujours plus importante, mais il faut que nous changions radicalement les codes que nous utilisons pour garantir l’efficacité d’usage. »

Des prévisions plus localisées

Les chercheurs jugent l’intelligence artificielle prometteuse dans des applications plus circonscrites, par exemple l’utilisation de l’apprentissage automatique pour produire des prévisions très localisées, plus utiles pour le public destinataire. Les meilleurs modèles météorologiques mondiaux eux-mêmes ont une résolution spatiale de plusieurs kilomètres : s’ils peuvent prévoir avec exactitude le temps qu’il va faire dans un département, ils sont moins à même de le faire pour un quartier. Selon les chercheurs, l’apprentissage profond pourrait permettre de réduire l’échelle géographique et de produire des prévisions plus détaillées, à la manière de ce qui s’est passé dans le domaine de la photographie. L’apprentissage profond complète les prévisions météorologiques issues des méthodes classiques à l’aide d’informations comme la topographie, de façon à déterminer la manière dont des tendances générales se traduiront dans certains lieux en particulier.

L’apprentissage automatique pourrait aussi s’avérer crucial pour l’établissement de prévisions immédiates précises, qui impliquent des calculs rapides hors de portée des méthodes classiques. Au printemps dernier, deux scientifiques de Google Research ont montré que des réseaux neuronaux profonds qui n’avaient fait l’objet d’aucun encodage explicite des lois physiques pouvaient prévoir les précipitations dans les huit heures à venir de manière plus performante que d’autres modèles de pointe. L’un d’eux, Nal Kalchbrenner, explique qu’ils cherchaient à accroître la qualité et la durée des prévisions. « Cela ouvre la voie à une utilisation à grande échelle de l’intelligence artificielle dans le domaine des sciences météorologiques et climatiques. »

Gouvernements et grandes entreprises sont conscients du potentiel de l’intelligence artificielle. En octobre dernier, la National Oceanic and Atmospheric Administration et Google ont annoncé un partenariat visant à étudier comment l’apprentissage automatique pouvait aider l’agence à utiliser de façon plus efficace les données satellitaires et environnementales

Obtenir des prévisions précises ne serait-ce qu’une ou deux heures plus tôt pourrait avoir des conséquences considérables pour les entreprises, qui ne sont pas exposées aux mêmes risques que les particuliers. « Si vous entendez qu’il va y avoir de la grêle, vous pouvez rapidement rentrer votre voiture au garage, explique Mme McGovern. Mais pour un constructeur ou concessionnaire automobile avec 1 000 voitures à l’extérieur, cela prend beaucoup plus de temps. » L’an dernier, elle a co-écrit une étude montrant que l’apprentissage automatique améliorait les prévisions à court terme relatives aux averses de grêle, compensant le nombre limité de données mondiales par l’analyse de milliers de rapports de tempêtes de grêle localisées. Mme McGovern travaille actuellement avec la National Oceanic and Atmospheric Administration à l’élaboration d’une solution opérationnelle fondée sur cette technique.

Gouvernements et grandes entreprises sont conscients du potentiel de l’intelligence artificielle. En octobre dernier, la National Oceanic and Atmospheric Administration et Google ont annoncé un partenariat visant à étudier comment l’apprentissage automatique pouvait aider l’agence à utiliser de façon plus efficace les données satellitaires et environnementales. En janvier, le National Center for Atmospheric Research a investi 35 millions de dollars dans un nouveau superordinateur mieux équipé pour supporter les dernières technologies d’intelligence artificielle. Et la National Oceanic and Atmospheric Administration tout comme le Centre européen ont récemment annoncé des stratégies d’intégration de l’intelligence artificielle dans leurs travaux.

Certains chercheurs de premier plan, prudents quant à l’engouement actuel pour tout ce qui touche à l’intelligence artificielle, soulignent qu’il ne faut pas tout attendre de ces technologies. L’un d’eux, Stephan Rasp, n’y est pas opposé : il a co-écrit l’une des premières études montrant que l’intelligence artificielle pouvait imiter de manière efficace une partie du travail de prévision, et le nom de la start-up qui l’emploie en tant qu’expert en mégadonnées – Climate.ai – fait directement référence à cette technologie. Le chercheur note toutefois qu’une grande part des recherches en sont encore au stade de la démonstration de faisabilité ; si l’application de l’intelligence artificielle à des séries de données simplifiées a été concluante, il existe encore peu d’exemples d’amélioration effective des prévisions météorologiques et climatiques.

Dans ce domaine, il estime qu’il pourrait falloir dix ans pour déterminer où l’intelligence artificielle peut être utile ou non. « Lorsque l’on dispose d’un marteau, on tend à considérer tous les problèmes comme des clous. J’ai l’impression que c’est ce qu’il se passe en ce moment. »

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Anne Montanaro)

Météo France un été 2020 plus chaud

Météo France:un été 2020 plus chaud

D’après France météo , L’hiver a été « extrêmement pluvieux avec un excédent de pluie », mais il a aussi été « extrêmement doux, à 2,5°C au-dessus des moyennes sur cinq mois »« Ce qui fait que les phénomènes évaporatoires sont toujours là. Heureusement depuis on a eu des orages, et ça a quand même rétabli la situation », explique-t-il.

On a l’impression que le positionnement des anticyclones a changé et on a de plus en plus de vents continentaux qui sont très forts et qui dessèchent les sols.Christian Toussaint, référent eau à Indre Naturesur franceinfo

Il estime par ailleurs que « la rose des vents a changé ». Pour 2020, Météo France anticipe un été plus chaud que la normale, « très lié au réchauffement climatique », a indiqué Michèle Blanchard, de la direction des services climatiques. Des restrictions pour l’usage de l’eau sont déjà en vigueur dans 12 départements, essentiellement en Loire-Atlantique, Vendée, Côte-d’Or, Saône-et-Loire, dans l’Ain et la Drôme.

 

 

Météo : record de chaleur en février !

Météo : record de chaleur en février !

Un record de chaleur constatée en février« , indique météo-France. En hiver, la température moyenne (période de référence 1981-2010) est de 5,4 °C en France métropolitaine, mais la saison qui s’achève a été caractérisée par « une douceur remarquable », qui s’est accentuée en février, avec des records jusqu’à 27 degrés enregistrés dans le sud du pays en début de mois. Il n’y a pas eu de pic de froid sur la saison. Sur cette carte montrant les écarts entre les mesures de cet hiver et les moyennes de saison, toutes les régions affichent un écart positif.

L’agence Météo France a publié ses premières données sur l’hiver météorologique 2019-2020. (METEO FRANCE)

L’hiver 2019-2020 avec +2.7 devrait donc se classer au premier rang des hivers les plus chauds sur la période 1900-2020, devant 2015-2016 (+2.6 °C) et 1989-1990 (+2 °C). Dans le même temps, l’hiver a été marqué par de fréquentes tempêtes et des épisodes d’inondations sévères, pour une pluviométrie globale qui pourrait être excédentaire de 10% par rapport à la moyenne des années 1981/2010.

Selon les relevés de Météo-France, 2019 avait été la troisième année la plus chaude en France métropolitaine – après 2018 et 2014 – et a été marquée par deux épisodes exceptionnels de canicule et un record absolu de 46 °C. Au niveau mondial, 2019 a été la deuxième année la plus chaude dans le monde, concluant une décennie record, selon le service européen Copernicus.

Alertes et dérèglements météo: température et urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

Alertes et dérèglements  météo:  température et urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

 

Au rythme maintenant d’une voire  deux fois par mois, des alertes de météo sont lancées. Elles  témoignent des dérèglements climatiques facteurs explicatifs dominants des tempêtes, inondations ou au contraire des périodes de sécheresse  exceptionnelle. Comme la température de la mer est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses » estime Emma Haziza, hydrologue dans une interview à France Info. L’activité humaine est en grande partie responsable de cette situation compte tenu de l’impact catastrophique de l’effet de serre ( par exemple record mondial de CO2 en 2018 d’après l’ONU). A cela s’ajoutent d’autres facteurs comme la su-rurbanisation et d’une façon générale le bétonnage des sols. Une tendance qui n’est pas prête d’évoluer de manière positive avec la mode de la Métropolisation. Actuellement environ 60% de la population sont concentrées dans les villes. D’ici quelques années  dans nombre de pays  la concentration urbaine sera de 80%.  Il y a aujourd’hui une cinquantaine de villes de 10 millions d’habitants dans le monde, certaines atteignent 30 millions ,elles  pourrait se situer  entre 50 et 100 millions d’ici  50 ans. . Une véritable folie sociale, économique, sanitaire ,et environnementale. Notons qu’en 1900, 10% seulement de la population mondiale résidaient dans les villes.

Interview Emma Haziza  hydrologue:

 

 

 

Emma Haziza : -Deux épisodes en une semaine, est-ce lié au réchauffement climatique ?

On a toujours connu des épisodes intenses, notamment en 1958 dans le Gard où on a eu plusieurs événements qui se sont succédé, et qui ont d’ailleurs été plus importants la deuxième fois. Maintenant, ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que sur des territoires extrêmement urbanisés, on observe une vulnérabilité accrue. Ce qui est exceptionnel, c’est cette vigilance de niveau rouge, deux fois de suite, en l’espace de huit jours. Cela n’était pas arrivé depuis la création du système de vigilance de Météo France, ce qui montre bien que l’on est sur des phénomènes de plus en plus intenses, de plus en plus forts. Parce que la mécanique qui permet la puissance de ces phénomènes, c’est la température de la mer, et comme elle est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses.

Que faut-il faire face à ces phénomènes plus violents justement ?

Je pense qu’il existe de nombreuses solutions à mettre en place sur le territoire. On s’est beaucoup focalisé sur le principe de contrer l’aléa, notamment en mettant des digues, en essayant de contrôler le cheminement de l’eau, mais on voit bien qu’avec l’urbanisation sur la côte, c’est quelque chose qui devient compliqué. Il faut se concentrer sur les enjeux, car il y a beaucoup de choses à faire. Aujourd’hui, on est capable de travailler à l’échelle du bâti, des entreprises, et donc d’essayer de transformer chaque habitation, pour leur permettre de subir jusqu’à une certaine hauteur d’eau sans qu’elle ne pénètre dans le bâtiment.

En France, on a un million de personnes qui vivent en zone inondable, on ne va pas pouvoir détruire toutes ces habitations, ni déloger ces habitants. La principale solution c’est d’aller vers de la résilience et de l’adaptation du bâti. L’heure est assez grave pour que l’on puisse se pencher sur la problématique puisque les assurances ne pourront pas tenir plusieurs années à ce rythme-là.

Record mondial de CO2 en 2018 (ONU)

D’une certaine manière, on pourrait considérer que l’enflure des discours écolos des responsables politiques est d’autant plus grande que chaque année sont dépassés les records de pollution. De ce point de vue le très médiatique accord de Paris sur le climat apparaît comme une chimère. Selon l’OMM, le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, “ la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années: la température était de 2 à 3°C plus élevée qu’aujourd’hui, et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres au niveau actuel”, a-t-il souligné dans une nouvelle mise en garde.

Selon le  rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement (Unep) publié ce mercredi. , on ne s’oriente pas  vers un limitation à  2  mais plutôt 3 degrés.

En cause la dépendance aux énergie fossiles qu’il faudrait diviser par deux pour respecter un accord de Paris tout à fait théorique et inefficace. un accord qui ne comportait aucune contrainte, aucun contrôle et aucune sanction. Bref, surtout un accord pour valoriser la posture diplomatique de la France ( notamment celle de Ségolène, de Fabius puis de Macron) mais qui ne gênait et n’engageait personne;  pas même  la France qui ne respecte pas ses quotas d’émissions polluantes;.

 

« Ce rapport montre, pour la première fois, l’ampleur de la déconnexion entre les objectifs de l’Accord de Paris, les plans nationaux (de réduction d’émissions) et les politiques de production de charbon, de pétrole et de gaz », indique Michael Lazarus, l’un des principaux auteurs.

Les énergies fossiles représentent toujours 80% de l’énergie primaire mondiale, tandis que les acteurs du secteur continuent à investir massivement. Elles contribuent à 75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui ne baissent pas.

« Malgré plus de deux décennies de politique climatique, les niveaux de production d’énergies fossiles n’ont jamais été aussi élevés », relève Mans Nilsson, directeur du Stockholm environnement institute, l’un des auteurs du rapport.

A Paris en 2015, les pays se sont engagés à appliquer des plans de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, mais leurs promesses cumulées conduiraient la planète vers une hausse de plus de 3°C.

Aussi, l’accord prévoit qu’ils rehaussent leurs ambitions d’ici fin 2020.

Mais, selon le rapport, les prévisions de production de charbon, de gaz et de pétrole pour 2030 sont également excessives pour remplir les engagements nationaux de 2015: 17% de charbon, 10% de pétrole et 5% de gaz en trop.

Les scientifiques se sont appuyés sur les projections nationales de 10 pays clés: les sept principaux producteurs d’énergies fossiles (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Australie, Indonésie et Canada) ainsi que sur l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni.

Alertes météo: température et urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

Alertes météo: la température et urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

 

Au rythme maintenant d’une voire  deux fois par mois, des alertes de météo sont e, elles témoignent des dérèglements climatiques facteurs explicatifs dominants des tempêtes, inondations ou au contraire les périodes de sécheresse  exceptionnelle. Comme la température de la mer est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses » estime Emma Haziza, hydrologue dans une interview à France Info. L’activité humaine est en grande partie responsable de cette situation compte tenu de l’impact catastrophique de l’effet de serre ( par exemple record mondial de CO2 en 2018 d’après l’ONU). Cela s’ajoutent d’autres facteurs comme la su-rurbanisation et d’une façon générale le bétonnage des sols. Une tendance qui n’est pas prête d’évoluer de manière positive avec la mode de la Métropolisation.. Actuellement environ 60% de la population est concentrée dans les villes. D’ici quelques années nombre de pays concentreront 80 % de leur résident dans les villes. Il y a aujourd’hui une cinquantaine de villes de 10 millions d’habitants dans le monde, certaines atteignent 30 millions en attendant elle pourrait se situer  entre 50 et 100 millions d’ici 2050. Une véritable folie sociale, économique, sanitaire ,et environnementale. Notons qu’en 1900 10% seulement de la population mondiale résidaient dans les villes.

Interview Emma Haziza  hydrologue:

 

 

 

Emma Haziza : -Deux épisodes en une semaine, est-ce lié au réchauffement climatique ?

On a toujours connu des épisodes intenses, notamment en 1958 dans le Gard où on a eu plusieurs événements qui se sont succédé, et qui ont d’ailleurs été plus importants la deuxième fois. Maintenant, ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que sur des territoires extrêmement urbanisés, on observe une vulnérabilité accrue. Ce qui est exceptionnel, c’est cette vigilance de niveau rouge, deux fois de suite, en l’espace de huit jours. Cela n’était pas arrivé depuis la création du système de vigilance de Météo France, ce qui montre bien que l’on est sur des phénomènes de plus en plus intenses, de plus en plus forts. Parce que la mécanique qui permet la puissance de ces phénomènes, c’est la température de la mer, et comme elle est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses.

Que faut-il faire face à ces phénomènes plus violents justement ?

Je pense qu’il existe de nombreuses solutions à mettre en place sur le territoire. On s’est beaucoup focalisé sur le principe de contrer l’aléa, notamment en mettant des digues, en essayant de contrôler le cheminement de l’eau, mais on voit bien qu’avec l’urbanisation sur la côte, c’est quelque chose qui devient compliqué. Il faut se concentrer sur les enjeux, car il y a beaucoup de choses à faire. Aujourd’hui, on est capable de travailler à l’échelle du bâti, des entreprises, et donc d’essayer de transformer chaque habitation, pour leur permettre de subir jusqu’à une certaine hauteur d’eau sans qu’elle ne pénètre dans le bâtiment.

En France, on a un million de personnes qui vivent en zone inondable, on ne va pas pouvoir détruire toutes ces habitations, ni déloger ces habitants. La principale solution c’est d’aller vers de la résilience et de l’adaptation du bâti. L’heure est assez grave pour que l’on puisse se pencher sur la problématique puisque les assurances ne pourront pas tenir plusieurs années à ce rythme-là.

Record mondial de CO2 en 2018 (ONU)

D’une certaine manière, on pourrait considérer que l’enflure des discours écolos des responsables politiques est d’autant plus grande que chaque année sont dépassés les records de pollution. De ce point de vue le très médiatique accord de Paris sur le climat apparaît comme une chimère. Selon l’OMM, le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, “ la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années: la température était de 2 à 3°C plus élevée qu’aujourd’hui, et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres au niveau actuel”, a-t-il souligné dans une nouvelle mise en garde.

Selon le  rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement (Unep) publié ce mercredi. , on ne s’oriente pas  vers un limitation à  2  mais plutôt 3 degrés.

En cause la dépendance aux énergie fossiles qu’il faudrait diviser par deux pour respecter un accord de Paris tout à fait théorique et inefficace. un accord qui ne comportait aucune contrainte, aucun contrôle et aucune sanction. Bref, surtout un accord pour valoriser la posture diplomatique de la France ( notamment celle de Ségolène, de Fabius puis de Macron) mais qui ne gênait et n’engageait personne;  pas même  la France qui ne respecte pas ses quotas d’émissions polluantes;.

 

« Ce rapport montre, pour la première fois, l’ampleur de la déconnexion entre les objectifs de l’Accord de Paris, les plans nationaux (de réduction d’émissions) et les politiques de production de charbon, de pétrole et de gaz », indique Michael Lazarus, l’un des principaux auteurs.

Les énergies fossiles représentent toujours 80% de l’énergie primaire mondiale, tandis que les acteurs du secteur continuent à investir massivement. Elles contribuent à 75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui ne baissent pas.

« Malgré plus de deux décennies de politique climatique, les niveaux de production d’énergies fossiles n’ont jamais été aussi élevés », relève Mans Nilsson, directeur du Stockholm environnement institute, l’un des auteurs du rapport.

A Paris en 2015, les pays se sont engagés à appliquer des plans de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, mais leurs promesses cumulées conduiraient la planète vers une hausse de plus de 3°C.

Aussi, l’accord prévoit qu’ils rehaussent leurs ambitions d’ici fin 2020.

Mais, selon le rapport, les prévisions de production de charbon, de gaz et de pétrole pour 2030 sont également excessives pour remplir les engagements nationaux de 2015: 17% de charbon, 10% de pétrole et 5% de gaz en trop.

Les scientifiques se sont appuyés sur les projections nationales de 10 pays clés: les sept principaux producteurs d’énergies fossiles (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Australie, Indonésie et Canada) ainsi que sur l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni.

 

Phénomènes météo-Catastrophes- Inondations: la température et l’urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

Phénomènes météo-Catastrophes- Inondations: la température et l’urbanisation en cause (Emma Haziza, hydrologue)

 

 

« La mécanique qui permet la puissance de ces phénomènes, c’est la température de la mer, et comme elle est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses » estime Emma Haziza, hydrologue dans une interview à France Info

 

 

Est-ce que le premier épisode d’intempéries la semaine dernière a fragilisé les sols ?

Emma Haziza : Absolument, le coefficient d’humidité était extrêmement élevé, les territoires étaient très saturés en eau, ce qui correspond à un paramètre aggravant. La moindre sollicitation pluviométrique génère donc sur les sols des réactions extrêmement intenses. Ce sont vraiment les zones du Pertuis et de Cannes qui ont été touchées par des précipitations diluviennes et donc on a vu des effets de ruissellement très importants émerger un peu partout, directement liés aux pluies colossales de la semaine dernière.

 

Deux épisodes en une semaine, est-ce lié au réchauffement climatique ?

On a toujours connu des épisodes intenses, notamment en 1958 dans le Gard où on a eu plusieurs événements qui se sont succédé, et qui ont d’ailleurs été plus importants la deuxième fois. Maintenant, ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que sur des territoires extrêmement urbanisés, on observe une vulnérabilité accrue. Ce qui est exceptionnel, c’est cette vigilance de niveau rouge, deux fois de suite, en l’espace de huit jours. Cela n’était pas arrivé depuis la création du système de vigilance de Météo France, ce qui montre bien que l’on est sur des phénomènes de plus en plus intenses, de plus en plus forts. Parce que la mécanique qui permet la puissance de ces phénomènes, c’est la température de la mer, et comme elle est particulièrement élevée, on a des phénomènes plus violents et plus intenses.

Que faut-il faire face à ces phénomènes plus violents justement ?

Je pense qu’il existe de nombreuses solutions à mettre en place sur le territoire. On s’est beaucoup focalisé sur le principe de contrer l’aléa, notamment en mettant des digues, en essayant de contrôler le cheminement de l’eau, mais on voit bien qu’avec l’urbanisation sur la côte, c’est quelque chose qui devient compliqué. Il faut se concentrer sur les enjeux, car il y a beaucoup de choses à faire. Aujourd’hui, on est capable de travailler à l’échelle du bâti, des entreprises, et donc d’essayer de transformer chaque habitation, pour leur permettre de subir jusqu’à une certaine hauteur d’eau sans qu’elle ne pénètre dans le bâtiment.

En France, on a un million de personnes qui vivent en zone inondable, on ne va pas pouvoir détruire toutes ces habitations, ni déloger ces habitants. La principale solution c’est d’aller vers de la résilience et de l’adaptation du bâti. L’heure est assez grave pour que l’on puisse se pencher sur la problématique puisque les assurances ne pourront pas tenir plusieurs années à ce rythme-là.

Record mondial de CO2 en 2018 (ONU)

D’une certaine manière, on pourrait considérer que l’enflure des discours écolos des responsables politiques est d’autant plus grande que chaque année sont dépassés les records de pollution. De ce point de vue le très médiatique accord de Paris sur le climat apparaît comme une chimère. Selon l’OMM, le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, “ la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années: la température était de 2 à 3°C plus élevée qu’aujourd’hui, et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres au niveau actuel”, a-t-il souligné dans une nouvelle mise en garde.

Selon le  rapport du Programme des Nations unies pour l’Environnement (Unep) publié ce mercredi. , on ne s’oriente pas  vers un limitation à  2  mais plutôt 3 degrés.

En cause la dépendance aux énergie fossiles qu’il faudrait diviser par deux pour respecter un accord de Paris tout à fait théorique et inefficace. un accord qui ne comportait aucune contrainte, aucun contrôle et aucune sanction. Bref, surtout un accord pour valoriser la posture diplomatique de la France ( notamment celle de Ségolène, de Fabius puis de Macron) mais qui ne gênait et n’engageait personne;  pas même  la France qui ne respecte pas ses quotas d’émissions polluantes;.

 

« Ce rapport montre, pour la première fois, l’ampleur de la déconnexion entre les objectifs de l’Accord de Paris, les plans nationaux (de réduction d’émissions) et les politiques de production de charbon, de pétrole et de gaz », indique Michael Lazarus, l’un des principaux auteurs.

Les énergies fossiles représentent toujours 80% de l’énergie primaire mondiale, tandis que les acteurs du secteur continuent à investir massivement. Elles contribuent à 75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui ne baissent pas.

« Malgré plus de deux décennies de politique climatique, les niveaux de production d’énergies fossiles n’ont jamais été aussi élevés », relève Mans Nilsson, directeur du Stockholm environnement institute, l’un des auteurs du rapport.

A Paris en 2015, les pays se sont engagés à appliquer des plans de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, mais leurs promesses cumulées conduiraient la planète vers une hausse de plus de 3°C.

Aussi, l’accord prévoit qu’ils rehaussent leurs ambitions d’ici fin 2020.

Mais, selon le rapport, les prévisions de production de charbon, de gaz et de pétrole pour 2030 sont également excessives pour remplir les engagements nationaux de 2015: 17% de charbon, 10% de pétrole et 5% de gaz en trop.

Les scientifiques se sont appuyés sur les projections nationales de 10 pays clés: les sept principaux producteurs d’énergies fossiles (Chine, États-Unis, Russie, Inde, Australie, Indonésie et Canada) ainsi que sur l’Allemagne, la Norvège et le Royaume-Uni.

 

Grand débat :Macron va présenter la météo ?

Grand débat :Macron va présenter la météo ?

La nouvelle stratégie de Macron consiste à occuper la presse et en particulier les chaînes télé au motif d’organiser un débat chez les ploucs. Les questions des participants par ailleurs soigneusement sélectionnés non aucun intérêt. Ce qui compte pour Macron c’est de s’exprimer devant les caméras de chaînes complaisantes pendant des heures. La démarche est clairement électorale ce que pense en tout cas 66 % des Français dans un sondage. La présence de Macron est tellement permanente qu’on se demande s’il ne va pas présenter aussi la météo. Certains objecteront que la météo n’a pas beaucoup de liens avec les enjeux du moment. Peut-être mais la dialectique de Macron est tellement maîtrisée qu’il pourra toujours dire que si le ciel s’obscurcit c’est en grande partie du fait du dérèglement climatique et de l’absence de taxe carbone. La rhétorique de Macron est inépuisable, c’est celle de l’ENA qui consiste à endormir par un flot de paroles tout interlocuteur qui du coup on oublie même sa question. La puissance du baratin de Macron est indéniable, c’est celle d’un camelot, il vendrait des sabots un cul-de-jatte.. Ce n’est pas encore l’overdose  mais déjà une certain ras le bol des Français vis-à-vis de l’omniprésence de Macron dans les médias. Les deux tiers des Français (66%) estiment qu’Emmanuel Macron profite du grand débat pour faire campagne indûment pour les élections européennes, d’après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et le Figaro. D’après ce sondage, 55% des Français interrogés pensent par ailleurs qu’Emmanuel Macron « en fait trop » et qu’il « est trop présent dans les médias «dans le cadre du grand débat national, même s’ils le trouvent plutôt « bon sur la forme » pour 53% d’entre eux. Mais une large majorité (78%) pense que le chef de l’État « ne parviendra pas à retrouver la confiance des Français », car ils estiment pour 68% des personnes interrogées qu’il n’a pas été « convaincant sur le fond sur la plupart des sujets ».

Les Français pronostiquent donc que l’hyperprésence d’Emmanuel Macron ne lui servira pas. Et pourtant dans la même enquête, les Français déjouent leur propre pronostic. Emmanuel Macron a connu un spectaculaire rebond, depuis un mois et demi, dans le crible d’image de l’institut de sondage Odoxa. Ainsi, ils sont désormais 65% à le juger « dynamique » (+ 10 points depuis le mois de décembre). 37% le jugent sympathique (+12 points) et 21% proche des gens (+9 points). En revanche, ils sont toujours 76% à estimer que le qualificatif « président des riches » s’applique bien à Emmanuel Macron (-1 point).

Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1002 Français interrogés par internet les 13 et 14 février 2019, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Grand débat : Macron va présenter la météo ?

Grand débat :Macron va présenter la météo ?

La nouvelle stratégie de Macron consiste à occuper la presse et en particulier les chaînes télé au motif d’organiser un débat chez les ploucs. Les questions des participants par ailleurs soigneusement sélectionnés non aucun intérêt. Ce qui compte pour Macron c’est de s’exprimer devant les caméras de chaînes complaisantes pendant des heures. La démarche est clairement électorale ce que pense en tout cas 66 % des Français dans un sondage. La présence de Macron est tellement permanente qu’on se demande s’il ne va pas présenter aussi la météo. Certains objecteront que la météo n’a pas beaucoup de liens avec les enjeux du moment. Peut-être mais la dialectique de Macron est tellement maîtrisée qu’il pourra toujours dire que si le ciel s’obscurcit c’est en grande partie du fait du dérèglement climatique et de l’absence de taxe carbone. La rhétorique de Macron est inépuisable, c’est celle de l’ENA qui consiste à endormir par un flot de paroles tout interlocuteur qui du coup on oublie même sa question. La puissance du baratin de Macron est indéniable, c’est celle d’un camelot, il vendrait des sabots un cul-de-jatte.. Ce n’est pas encore l’overdose  mais déjà une certain ras le bol des Français vis-à-vis de l’omniprésence de Macron dans les médias. Les deux tiers des Français (66%) estiment qu’Emmanuel Macron profite du grand débat pour faire campagne indûment pour les élections européennes, d’après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et le Figaro. D’après ce sondage, 55% des Français interrogés pensent par ailleurs qu’Emmanuel Macron « en fait trop » et qu’il « est trop présent dans les médias «dans le cadre du grand débat national, même s’ils le trouvent plutôt « bon sur la forme » pour 53% d’entre eux. Mais une large majorité (78%) pense que le chef de l’État « ne parviendra pas à retrouver la confiance des Français », car ils estiment pour 68% des personnes interrogées qu’il n’a pas été « convaincant sur le fond sur la plupart des sujets ».

Les Français pronostiquent donc que l’hyperprésence d’Emmanuel Macron ne lui servira pas. Et pourtant dans la même enquête, les Français déjouent leur propre pronostic. Emmanuel Macron a connu un spectaculaire rebond, depuis un mois et demi, dans le crible d’image de l’institut de sondage Odoxa. Ainsi, ils sont désormais 65% à le juger « dynamique » (+ 10 points depuis le mois de décembre). 37% le jugent sympathique (+12 points) et 21% proche des gens (+9 points). En revanche, ils sont toujours 76% à estimer que le qualificatif « président des riches » s’applique bien à Emmanuel Macron (-1 point).

Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1002 Français interrogés par internet les 13 et 14 février 2019, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Les gilets jaunes responsables aussi de la météo maussade ?

 

Maintenant il faut s’attendre à une pluie d’accusations de tous les maux pour les gilets jaunes car les lignes éditoriales  sont en train de changer nettement. Pas étonnant car les grands médias sont à peu près tenu par les grands financiers (médias de gauche y compris). Les gilets jaunes vont être accusés de la dégradation de l’activité économique puisque la croissance malheureusement s’écroule et cela depuis le début de l’année. Ils seront aussi tenus responsables de la baisse de confiance constatée autant chez les ménages que c chez les chefs d’entreprise. Une confiance qui est surtout affectée par la détérioration de l’environnement international, les incertitudes en Europe et les erreurs de stratégie économique de Macron. Il n’y a pas si longtemps Lemaire , ministre des finances déclarait que les gilets jaunes allaient générer une perte de croissance de 0,1 % sur le quatrième trimestre. Il n’est cependant pas impossible qu’on leur colle sur le dos une baisse de 0,5 % pour l’ensemble de l’année, histoire de masquer la baisse tendancielle du PIB. Pour peu, on pourrait aussi leur impliquer la responsabilité d’une météo relativement maussade. Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage. Les gilets jaunes feraient bien de préparer à l’inversion en cours des lignes éditoriales. Ce qui implique notamment de se structurer, de clarifier leur ligne idéologique et leurs priorités, enfin de muscler un peu leur rhétorique qui demeure un peu trop simpliste. Les gilets jaunes pourront toujours se défendre de n’être pas responsables d’une météo détestable par contre il pourrait être responsable d’une dérive populiste s’ils s’en tiennent toujours à des discours aussi peu construits ; les gilets jaunes ont fait émerger une colère et des besoins, reste à les transformer en demandes revendicatives cohérentes.

Informations météo: en hiver, il fait froid ! « 

Informations météo: en hiver, il fait froid ! « 

Ce qu’indique fort justement Philippe Métayer, prévisionniste à Météo France, pour franceinfo. Habitué depuis plusieurs années aux hivers relativement doux on avait oublié que la froidure pouvait sévir pendant la mauvaise saison.

Franceinfo : La vague de froid qui touche le nord de la France est-elle exceptionnellement longue ?

Philippe Métayer : Il s’agit plus d’un pic que d’une vague, puisque le phénomène doit durer environ deux jours avant qu’un redoux n’arrive. Une vague, à l’inverse, dure plusieurs semaines. Du point de vue de la durée, ce n’est donc pas du tout exceptionnel.

A titre d’exemple, lors de l’hiver le plus rigoureux du siècle dernier, en 1962-1963, les températures avaient été en-dessous des normales de saison de la fin du mois de novembre jusqu’à la fin du mois de mars ! Cela n’avait donc rien à voir avec le pic attendu ce week-end. Je me souviens aussi de l’hiver 2005-2006. Il ne faisait pas forcément très froid, mais en dehors de périodes de redoux de quelques jours, on était là encore, entre novembre et mars, constamment sous les normales saisonnières.

Et en termes de températures, ce pic est-il hors norme ?

Non. Même si, dans l’Est, on pourrait atteindre les -15°C, ce genre de températures est relativement courant. En 2011, les habitants de la région rémoise ont ainsi eu droit à des températures allant de -10 à -15°C. En remontant plusieurs décennies en arrière, on peut trouver des valeurs bien plus importantes. En 1985, à Paris, le mercure est descendu jusqu’à -17°C ! Il ne faut pas s’attendre à ce que des records de froid soient battus ce week-end, car dès demain, le temps se radoucira par le nord-ouest. L’épisode qui a commencé est court, intense, mais pas exceptionnel.

A quoi peut-on s’attendre dans les prochains jours ?

Dès dimanche, on restera en dessous des normales saisonnières, mais les températures seront moins rudes. La semaine prochaine, on reviendra à un temps plus habituel pour la saison. Mais attention, l’hiver ne fait que commencer ! On peut s’attendre à des périodes de froid assez marquées en février ou en mars, même si, en général, les périodes les plus froides sont regroupées entre le 15 décembre et le 15 février. Tout cela sera conditionné par les phénomènes venus du pôle Nord ou de Russie. A l’heure actuelle, on attend jusqu’à -20°C dans certains pays d’Europe centrale. Mais heureusement, cela ne se dirige pas vers la France.

Crash du AH5017 : l’hypothèse de l’accident météo privilégiée

Crash du AH5017 : l’hypothèse de l’accident météo privilégiée

 

C’est la piste qui prime vendredi, après l’annonce du crash de l’avion dans le nord du Mali. Le dernier contact avec l’avion a en effet été rompu après 50 minutes de vol, jeudi matin. Quelques instants auparavant, les pilotes de l’appareil avaient demandé « de se dérouter à cause d’une mauvaise visibilité et pour éviter un risque de collision avec un autre avion assurant la liaison Alger-Bamako », a déclaré jeudi une source au sein d’Air Algérie, sous le couvert de l’anonymat. Une information confirmée par le ministre des Transports du Burkina Fasso. Comme le montre le tweet ci-dessous, les conditions météorologiques étaient en effet difficiles jeudi matin, avec d’importants « orages » et des « nuages à près de 40.000 pieds », soit 12.000 mètres d’altitude. Ces difficultés auraient entrainé un crash de nature accidentelle. Quelques jours après le probable tir de missile sur le MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine, la piste terroriste reste d’actualité, mais elle a été reléguée au second plan. Selon l’Islamologue Mathieu Guidère, la fin du ramadan aurait pu être propice aux attentats dans cette zone sensible, comme il l’a précisé jeudi au micro d’Europe 1. La « Nuit du Destin », aussi appelée Laylat al-Qadr, qui se situe à la fin du jeune musulman serait propice à « des actions très meurtrières » de la part des djihadistes. Le dernier contact avec l’appareil inquiète aussi le spécialiste. En effet, il est intervenu dans le nord du Mali, où « la situation, malgré l’intervention française, n’est toujours pas sous contrôle. » « On ne peut pas exclure que ce qui s’est passé en Ukraine ait inspiré ce type de groupes au nord du Mali », conclut Mathieu Guidère. Selon Maliactu, qui cite une source militaire, l’avion aurait pu être abattu « par erreur », par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), qui contrôle cette zone. Le spécialiste en aéronautique Gérard Feldzer n’est pas de cet avis et expliquait jeudi au micro de BFMTV qu’une explosion en vol était plus probable qu’un tir venant du sol, thèse que la plupart des observateur rejettent vendredi. Selon lui, le fait que le pilote n’ait pas pu envoyer de signal de détresse pourrait confirmer l’hypothèse d’une « explosion soudaine ». Depuis l’annonce du crash dans une zone inhabitée au nord du Mali, la piste du détournement n’est quasiment plus d’actualité.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol